Colloque international : « La théorie de l’estime sociale, une confrontation de modèles », 16-17 avril 2015, Paris Ouest

ball-407081

Colloque international organisé dans le cadre des activités du laboratoire Sophiapol (Paris Ouest) et du Cerlis (Paris Descartes)
.

Dates :
Jeudi 16 et vendredi 17 avril 2015

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, Salle des conférences.
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Marie GARRAU
Christian LAZZERI
Alice LE GOFF
?

.

Programme

.
Jeudi 16 avril (Après-midi)
.

14h-14h30 : ouverture du colloque, introduction des discussions.

14h30-15h30 : Davide Sparti (Université de Sienne), « La reconnaissance distribuée. Estime, respect et autres biens d’identité »

15h30-16h30 : Carina Fourie (Ethics Research Institute, University of Zurich), « The problem of inequalities of esteem for social egalitarians »

16h30-16h45 : pause

16h45-17h45 : Claudine Haroche (IIAC, Centre Edgar-Morin, CNRS),  « L’estime et l’inclassable »

.

Vendredi 17 avril (Journée complète)

.
9h00 : accueil des participants

Matin
Présidence : Christian Lazzeri (Sophiapol – Paris Ouest)
.

9h15-10h15 : Matteo Santarelli (Universita del Molise) – « L’estime de soi : un cas particulier d’estime sociale »

10h15-11h15 : Alice Le Goff (Cerlis – Université Paris Descartes) – « Estime et contrôle social »

11h30-12h30 : Barbara Carnevali (CRAL, EHESS) – « La valeur du prestige »

12h30-14h00 : pause repas
.

Après-midi
Présidence : Marie Garrau (Sophiapol – Paris Ouest)
.

14h00-15h00 : Bernard Lahire (Centre Max Weber – ENS Lyon) – « La fabrique de l’estime sociale: magie et domination »

15h00-16h00 : Christian Lazzeri (Sophiapol – Paris Ouest ) – « Les modèles classiques de l’estime sociale »

16h00-16h30 : Discussion générale et conclusion

.

Résumés des interventions

Davide Sparti (Université de Sienne) – « La reconnaissance distribuée. Estime, respect et autres biens d’identité »
S’il est désormais généralement reconnu que nous agissons pour obtenir (cumuler) de l’estime, il restent encore à comprendre la nature de l’estime elle-même, et, surtout, celle de l’opération par laquelle nous attribuons ou refusons l’estime aux autres. Dans mon intervention, j’aborderai ces deux questions en élaborant une série de distinctions conceptuelles. En premier lieu, celle entre le respect et l’estime, entre une forme de reconnaissance inconditionnée, que nous devons aux autres en tant qu’exemplaires de l’espèce humaine, et une forme de reconnaissance variable parce que dépendante de l’évaluation de compétences individuelles. A la différence du respect, la reconnaissance estimative ne tend pas intrinsèquement à l’équité, mais elle opère selon l’exigence de classer un ensemble de prestations. La deuxième distinction que je vais développer est celle qui existe entre la reconnaissance et l’estime. Je peux bien, en effet, reconnaître quelqu’un sans l’estimer. La troisième distinction, enfin, portera sur la différence entre ce qui est estimé et les critères selon lesquels nous estimons, à savoir les normes en vertu desquelles les membres d’une collectivité reconnaissent que quelqu’un ou quelque chose, ayant de la valeur, est digne d’être estimé. En conclusion, j’introduirai le concept de « bien d’identité » pour indiquer les ressources non pas matérielles mais symboliques grâce auxquelles, à travers l’estime, l’identité personnelle trouve ses bases et se nourrit elle-même.

Matteo Santarelli (Universita del Molise) – « L’estime de soi, un cas particulier d’estime sociale »
Nous discuterons la possibilité de considérer l’estime de soi comme un cas particulier d’estime sociale. Le point de départ de cette discussion sera le concept de respect de soi (self respect) dans la définition proposée par George Herbert Mead dans son œuvre Mind, Self, and Society. En suivant la démarche de Mead et en nous appuyant sur des recherches empiriques (Rosenberg, Owens), nous avancerons l’hypothèse suivante : même si l’estime de soi ne peut pas être conçue comme la simple introjection de l’estime sociale, elle est nécessairement fondée sur certaines conditions sociales spécifiques.

 Alice Le Goff (Cerlis – Université Paris Descartes) – « Estime et contrôle social »
On aborde souvent, en philosophie contemporaine, la problématique du contrôle social, en se concentrant sur la microphysique du pouvoir et la façon dont par le biais de technologies de pouvoir, se façonnent des « corps dociles », dans le sillage du travail de M. Foucault. Sans remettre en question l’apport de ce dernier, on peut souligner que les approches foucaldiennes occultent des aspects qui, en revanche, ont été bien mis en lumière par les travaux de N. Elias : ce dernier, au travers de sa réflexion sur les processus liés à la « civilisation des mœurs », a fait ressortir le rôle central de l’estime sociale (au sens d’honneur social), dans l’intériorisation des contraintes sociales et dans le développement de la civilité. Je mettrai ainsi en relief à la fois la distinction et la nécessaire complémentarité entre un modèle axé sur la production par les institutions de la conformité, par le biais d’une action sur les corps et un modèle plus concentré sur la capacité de régulation des groupes par le recours à l’opinion publique et par la distribution de l’estime sociale. Sur cette base, je proposerai également une analyse comparée des travaux de Elias et de travaux historiques plus récents (comme ceux de B. Dumons, G. Pollet, O. Ihl) qui ont mis en évidence le rôle de la « fabrique de l’honneur » comme figure spécifique du pouvoir et technique de gouvernement : je dégagerai les pistes de questionnement que l’on peut en retirer dès lors qu’il s’agit de problématiser les logiques de l’estime sociale.

Barbara Carnevali (CRAL – EHESS) – « La valeur de prestige »
Dans mon propos, je vais aborder la question de l’estime sociale du point de vue d’une de ses formes principales, la « valeur de prestige ». Dans la première partie de l’intervention, je vais donc essayer de définir la nature de la valeur de prestige en m’appuyant sur la comparaison avec la valeur d’utilité ; je vais montrer comment, pour penser correctement cette notion, il faut élargir le paradigme de l’homme économique et lui intégrer une vision plus large donnant sa place à la question du désir mimétique et de la quête de reconnaissance. Dans la deuxième partie, à partir de ce paradigme, je vais analyser la valeur de prestige sur le modèle du « trophée », l’objet conquis qui témoigne de la valeur sociale de son possesseur, et qui incarne et exhibe cette valeur comme une vitrine. Dans la troisième et dernière partie, je vais m’interroger sur la différence entre deux façon différentes de concevoir la valeur de prestige : la valeur-signe et la valeur-symbole. A la différence de la première, qui n’est qu’une simple distinction ou valeur positionnelle, la seconde « incarne » la valeur sociale sous forme sensible, tout en valorisant les propriétés esthétiques des objets symbolisant la valeur sociale : ce phénomène donnera lieu, dans la conclusion de mon propos, à une série de considérations sur le rôle de la dimension esthétique dans la question prestige et, plus largement, dans la question de la reconnaissance sociale tout court.

Christian Lazzeri (Sophiapol – Univ. Paris Ouest) – « Les modèles classiques de l’estime sociale »
Les instruments théoriques développés par les théories contemporaines de l’estime sociale, qu’elles relèvent de la philosophie sociale ou des sciences sociales disposent certainement d’un pouvoir explicatif avéré concernant les différentes formes de distribution de l’estime sociale ainsi que les rapports de celle-ci avec les différentes sphères et pratiques sociales dans lesquelles elle est incorporée. Pour autant, on ne saurait considérer que ces instruments théoriques confèrent à la théorie sociale contemporaine, tous courants confondus, un monopole incontestable dans l’analyse de ce phénomène social. Dans bien des cas, les modèles théoriques utilisés dans la philosophie et les sciences sociales contemporaines constituent des variantes  ou des reprises des modèles construits par les auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles. Cette communication se propose d’examiner la variété de ces modèles classiques chez des auteurs aussi variés que Hobbes, Pascal, Spinoza, Hume, Smith, Mandeville, d’Holbach, Helvétius, Rousseau et Montesquieu, en montrant à quels enjeux sociaux et politiques ils répondent et quel peut-être l’intérêt d’y recourir pour la théorie sociale contemporaine.

Bernard Lahire (Centre M. Weber – ENS Lyon) – « La fabrique de l’estime sociale : magie et domination»
L’estime sociale, celle qu’autrui porte sur nous, celle que nous portons à l’égard d’autrui, comme celle que nous portons sur nous-mêmes, n’est pas détachable des hiérarchies qui sous-tendent les perceptions sociales. Détenir des propriétés sociales (culturelles, économiques, ethniques) légitimes permet non seulement de développer ce que l’on appelle de l’ « assurance » mais aussi d’obtenir des marques de déférence de la part de ceux qui reconnaissent tacitement l’importance ou la grandeur de ces propriétés sociales.

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *