Journée d’étude « Retours à Marx. Usages et lectures de la critique de l’économie politique dans les années 1960-1970 », 4 mars 2015, Paris Ouest

Retoursu00E0Marx

Ce projet de journée d’étude part d’un double constat : 1) dans les années 1960-1970, on assiste en Europe à différents « retours à Marx » se développant soit dans une perspective exégétique (la Neue Marx Lektüre autour d’étudiants d’Adorno comme Backhaus, Reichelt en RFA ou Althusser et ses collaborateurs en France) soit dans une perspective qu’on dira « actualisante » au sens où elle aborde les catégories de la critique marxienne de l’économie politique comme des outils permettant de penser et d’agir directement dans le présent historique (c’est éminemment le cas des lecture politiques du Capital et des Grundrisse proposées par l’opéraïsme). 2) Malgré certains points communs (l’insistance sur l’originalité de la critique de l’économie politique de maturité par rapport à l’économie politique classique et aux textes marxiens dits de jeunesse, la mise en avant des problèmes méthodologiques et épistémologiques de la critique de l’économie politique et la tentative de politiser ces derniers), il est frappant de constater que ces différentes lectures se sont très largement ignorées les unes des autres.

L’enjeu de cette journée n’est certes pas de produire une « synthèse » de ces mouvements mais d’examiner la manière dont elles ont su articuler exégèse et diagnostic historique, afin de  faire émerger des continuités, des ruptures, et des thématiques saillantes de cette période extrêmement riche de la recherche marxiste en philosophie et en théorie sociale : dans l’ensemble, il nous semble que l’opéraïsme, l’althussérisme, et  la Neue Marx Lektüre, se sont caractérisées par une problématisation de l’hypothèse d’un « primat de l’économie » dans l’analyse des phénomènes sociaux, soit en mettant en avant la manière dont l’instance économique se déplace dans une totalité sociale et historique donnée (chez Althusser), soit en insistant sur le rôle moteur du conflit de classe dans la dynamique du mode de production capitaliste et la composition de la classe ouvrière (dans l’opéraïsme), soit en interrogeant l’échange marchand, la valeur et l’argent comme des formes sociales structurantes  produisant des effets dans toutes les sphères de la vie sociale (dans la Neue Marx Lektüre).

Il s’agit donc en dernière analyse de penser notre rapport contemporain à Marx et au capitalisme en faisant retour sur certaines des traditions les plus originales du marxisme critique.

.

Date :
Mercredi 4 mars, de 10h00 à 18h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment 1, salle A304

Organisateurs :
Vincent Chanson
Raphaël Chappé
Frédéric Monferrand

.

Programme

.
Matinée

(président de séance : Emmanuel Renault)

10h00-10h15 Introduction : Vincent Chanson, Raphaël Chappé, Frédéric Monferrand

10h15-11h00 Werner Bonefeld (Université de York) : Bringing Critical Theory back In at a Time of Misery : Three Beginning without Conclusion

11h00-11h45 Laurent Baronian (Sophiapol) : Le problème du travail dans les « retours à Marx »

12h00-13h30  Déjeuner
.

Après-midi
(président de séance : Jacques Bidet)

13h45-14h30 Simona de Simoni (Paris Ouest/Sophiapol) : La critique de l’économie politique comme laboratoire théorique : la production de la quotidienneté et de l’espace dans la pensée d’Henri Lefebvre

14h30-15h15 Pascale Gillot (Paris I/PhiCo/ExeCO : Althusser, le retour à Marx et la théorie de la surdétermination

Pause

15h30-16h15 Andréa Cavazzini (Université de Liège) : Critique de l’économie politique et/ou critique de la politique

16h15-17h30 Toni Negri (Université de Padoue/Paris VIII) : Marx et les trajectoires de l’opéraïsme

.

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *