Colloque « La démocratie à l’épreuve du capitalisme contemporain », 2-3 février 2015, Paris Ouest

 democratie_capitalisme

Après une période de consolidation d’un capitalisme dit démocratique dans les pays les plus développés, où pour certains l’accord entre le capitalisme et la démocratie semblait avoir été définitivement assuré par des politiques de régulation du marché et de promotion du bien-être social, ce rapport semble à présent rencontrer d’importantes difficultés. Si la chute du mur de Berlin signifiait le triomphe des démocraties libérales sur des régimes socialistes de l’ouest, elle a, d’un autre côté, dévoilé progressivement la tension entre démocratie et capitalisme ; une tension qui certes a toujours existé, mais qui est devenue plus intense avec le tournant néolibéral des années 90. Les politiques de libéralisation et de financiarisation de l’économie, le démantèlement progressif des acquis de l’État social et les interventions Étatiques dans les crises financières ont transformé d’une manière radicale les conditions sociales et politiques des sociétés démocratiques. A cet égard, la pertinence des pratiques démocratiques a toujours été mise en question : les décisions des politiques de lutte contre les crises financières sont prises sans la participation des communautés touchées par ces politiques. Les mouvements sociaux menés dans l’espace public contre les politiques néolibérales (pensons notamment à Occupy) ont des effets infimes non pas seulement face aux gouvernements mais aussi dans la société.

Cette tension trouve sa contrepartie sur le plan théorique dans un écart entre les théories dites normatives de la démocratie dans le champ de la philosophie politique et la critique sociale qui entend dégager la réalité des rapports de domination derrière les institutions et les pratiques des démocraties contemporaines. Nous partons de l’idée que pour reposer la question de la démocratie face aux transformations du capitalisme des trente dernières années, il est nécessaire d’entreprendre un travail interdisciplinaire articulant, d’un côté, la théorie des droits et des institutions démocratiques de la philosophie politique, et, d’autre côté, des diagnostics critiques qui cherchent à identifier les pathologies et les obstacles posés par le capitalisme contemporain. Dans cette perspective, la question principale qu’on se posera est la suivante : à quels niveaux le tournant néolibéral restreint-il la capacité de participation des peuples aux prises de décision politiques ?

De ce point de vue, l’objet de ce colloque est triple :

– tout d’abord, il s’agira de se pencher sur les conséquences de la mondialisation du capital en général et de la crise économique actuelle en particulier sur le fonctionnement des gouvernements et des États ainsi que sur celui des instances internationales (IMF, Union Européenne). A cet égard, des réflexions sur des concepts fondamentaux comme le peuple, la citoyenneté, l’État, le gouvernement et l’autorité nous semblent avantageux.

– On s’intéressera également aux relations pouvant être établies entre la mise en place de politiques néolibérales et le plan social où ces politiques auront leurs conséquences. Ainsi, on se demandera, d’une part, comment les inégalités sociales suscitées par les politiques néolibérales conditionnent la participation des citoyens aux pratiques démocratiques. D’autre part, on examinera la manière dont la pratique démocratique se réalise dans les mouvements sociaux qui ciblent les décisions politiques prises par des entités gouvernementales.

– Enfin, on souhaiterait porter l’attention sur les enjeux théoriques de ce problème en examinant les théories de la démocratie participative et délibérative mais également les théories de la redistribution pour interroger leur capacité d’adresser les défis que leur posent les transformations du capitalisme actuel néolibéral et mondialisé.

.

Dates :
lundi 2 et mardi 3 février 2015

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment F, salles des conférences (F352)
Comment venir ?
par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Organisation et contacts :
Paulo Bodziak (Paris 7, LCSP)
Leonardo Da Hora (Paris Ouest, Sophiapol)
Pınar Karaoğlu (Paris Ouest, Sophiapol)

.

Programme

.

— Lundi 2 février —

Matin

9h30 Accueil

I. Économie et politique : rapports, crises et tensions
Présidence : Stéphane Haber (Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol)

10h Introduction Pınar Karaoğlu (Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol)

10h15-11h Catherine Colliot-Thélène (Université de Rennes I, Philosophie des normes), Pouvoirs politiques et pouvoirs économiques

11h-11h40 Leonardo Da Hora (Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol), La tension entre le capitalisme et la démocratie chez Habermas : de l’après-guerre jusqu’aujourd’hui

11h40-12h Discussion

.

 Après-midi (14h-17h30)

II: Conceptions critiques : démocratie, travail et monnaie
Présidence : Arnault Skornicki (Paris Ouest Nanterre La Défense, ISP/CNRS)

14h-14h40, Muriel Prévot-Carpentier (Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol), Comprendre les tensions entre démocratie et capitalisme à travers l’expérience coopérative

14h40-15h20 Marie Cuillerai (Université Paris 7, LCSP), Démocratie et monnaies solidaires : y a-t-il une perspective sur la démocratie dans « le pluralisme monétaire »?

15h20-1640 Discussion

 Pause

16h-17h Conférence de Etienne Balibar (Paris Ouest Nanterre La Défense, Kingston University, London), Démocratie ou démocratisation ? Trois stratégies

.

— Mardi 3 février —

Après-midi (14h-18h)

III. Actions politiques, États, espaces publics
Présidence: Emmanuel Renault (Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol)

14h-14h40 Yves Sintomer (Université Paris 8, CSU/CNRS), Le futur de la démocratie

14h40-15h20 Paulo Bodziak (Université Paris 7, LCSP), Le féminisme et la crise de l’État social : une réinterprétation du concept arendtien de nécessité

15h20 – 15h50 Discussion

Pause

 16h- 16h40 Brice Nocenti (Université Paris 7, LCSP), La démocratie sauvage à l’ère du néolibéralisme

16h40- 17h20 Nicolas Poirier (Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol), Espaces publics, espaces critiques : les formes alternatives de l’action démocratique

 17h20-18h Discussion

18h Clôture

.

* Crédits photographiques :
par Stoff74 (travail personnel), avec l’autorisation du photographe, via Flickr

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *