Colloque international, « Pour une histoire sociale des idées politiques », 22-24 janvier 2015, Paris

Capture d’écran 2015-01-08 à 12.00.42

En France, l’histoire des idées politiques est souvent réputée être le cheval de Troie de révolutions conservatrices intellectuelles. Ce sort est peut-être mérité, tant ce domaine paraît sinistré, comparativement au dynamisme et aux révolutions historiographiques qu’ont connus l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie et d’autres pays depuis une quarantaine d’années. Le défaut d’institutionnalisation de l’histoire de la pensée politique conjugué à son éclatement disciplinaire entre philosophie, lettres, droit et science politique, ont bridé la constitution d’un espace de discussion autonome sur ses attendus épistémologiques et méthodologiques, et longtemps rendu difficile la réception de traditions étrangères comme l’École de Cambridge ou la sémantique historique allemande.

Cependant, notamment sous l’influence de Pierre Bourdieu, s’est aussi affirmé un projet de refondation disciplinaire circulant sous le syntagme d’« histoire sociale des idées politiques », dont ne se réclament guère la Cambridge School ou la Begriffgeschichte. Toutefois, le syntagme d’« histoire sociale des idées » peine encore à devenir un programme articulé.

Ce colloque entend accomplir un pas important dans ce sens, en fédérant des recherches trop souvent isolées, pour en faire l’état des lieux, en montrer les perspectives. Que peut-on entendre par « histoire sociale des idées politiques » ? Autrement dit : à quelles conditions constituer l’histoire de la pensée politique comme une authentique discipline au sein des sciences sociales ? L’originalité du questionnement tient à ce qu’il ne s’agit pas seulement de combler un « retard » français par un effort d’importation d’innovations étrangères, mais d’interroger et de réinterpréter celles-ci depuis les ressources, enjeux et problématiques constitutifs de l’espace académique français. Tel sera le fil rouge de ce colloque que nous espérons être un événement fondateur.

Ce colloque est organisé avec le concours du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), l’UFR Droit & Science Politique de Paris Ouest Nanterre La Défense, l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP), et de l’UMR 5206 Triangle. Action, discours, pensée politique et économique.
.

Comité d’organisation :
Jérémie Barthas (Queen Mary, Londres)
Alexandre Escudier (FNSP/CEVIPOF)
Chloé Gaboriaux (IEP Paris/CEVIPOF)
Thomas Hippler (IEP Lyon/Triangle)
Arnault Skornicki (Paris Ouest Nanterre/ISP)
Jérôme Tournadre (CNRS/ISP)

Date :
Du jeudi 22 au samedi 24 janvier 2015

Lieu :
CEVIPOF
98, rue de l’Université
75007 Paris, France

Contacts :
Chloé Gaboriaux ou Arnault Skornicki
.

 

Programme

.
JEUDI 22 JANVIER 2015 

 

13h : Accueil du public
13h45 : Ouverture du Colloque
.

SESSION I. Histoire des idées/histoire sociale, la rencontre manquée ?
.

14h-15h45 : Histoire, sciences sociales, idées
Présidence Jérémie Barthas (Queen Mary University of London)

Alain Guéry (EHESS), «Les Annales et le réinvestissement du et de la politique »
Xavier Landrin (Paris Ouest Nanterre), « Penser l’historicité des concepts politiques, entre sociologie et Begriffsgeschichte ».
Gregory Claeys (Royal Holloway, London) : « The Social History of Political Ideas: Reflections on a Thirty-Five Year Encounter ».
.

16h00-17h15 : Histoires de l’histoire des idées politiques
Présidence : Alexandre Escudier (CEVIPOF)

Isabelle Gouarné (CNRS/ISP), « Les sciences sociales face à la pensée politique de Vichy »
Fausto Proietti (Université de Perugia), « Modèles et sources pour l’histoire sociale des idées politiques (à partir d’un Colloque italien de 1991) ».

17h30-19h. Table Ronde sur Foucault : généalogie et histoire des idées politiques
Présidence : Thomas Hippler (IEP Lyon/Triangle)

Avec la participation de Gérard Noiriel (EHESS/Iris), Pascale Laborier (Paris Ouest Nanterre/ISP), Renaud Payre (IEP Lyon/Triangle), Jacques Guilhaumou (Triangle) et Pierre Sauvêtre (Paris Ouest/ Sophiapol).

Dîner : 20h30

 

 

VENDREDI 23 JANVIER 2015

 

SESSION II. Circulations, usages, transmissions
.

9h15-10h30. Nouvelles sources pour l’histoire sociale des idées
Présidence : Thomas Hippler (Triangle/IEP de Lyon)

Glenn McDorman (Princeton University), « Towards a Social History of Early Medieval Kingship ».
Grey Anderson (Yale University), « Mind over Materiel: A Social History of Strategic Thought? ».
.

10h45-12h30. La sociologie des acteurs, une histoire de la pensée ?
Présidence : Boris Gobille (Triangle/Ens Lyon)

Fabien Carrié (Paris Ouest Nanterre/ISP), « Un transfert idéologique contrarié : la diffusion et la mise en circulation de l’antivivisectionnisme entre l’Angleterre et la France (1870-1914) ».
Karim Fertikh (CNRS/EHESS/Centre Georg Simmel), « Les contextes du programme de Bad Godesberg : sociologie de la production des significations d’un texte politique ».
Boris Attencourt (EHESS/CESSP), « La construction sociologique de la visibilité intellectuelle ».
.

12h30-14h. Déjeuner-buffet

 

SESSION III. Que fait-on quand on contextualise les idées politiques ?
.

14h-15h45. Contexte/Conjoncture/Moment
Présidence : Jérôme Tournadre (CNRS/ISP)

Frédérique Matonti (Paris I-Panthéon-Sorbonne/CESSP), « Contexte et événement ».
Thibaut Rioufreyt (Sciences Po Paris/CDSP), « Des idées et leurs milieux. Quel contexte social pour les idées politiques ? ».
Dina Gusejnova (UCL/Centre for Transnational History), « How should political ideas be contextualised? « The context is the idea »: towards a model of political thinking in groups ».

 

16h-17h45. Contexte social et contexte langagier
Présidence : Jacques Guilhaumou (Triangle)

David Smadja (Université Paris Est-Marne la Vallée) « Histoire sociale des idées et argumentation : la controverse comme modalité du social. »
Loïse Bilat (Université de Lausanne), « Approches linguistiques en histoire sociale des idées politiques : une piste pour dépasser le clivage analyse externe/analyse interne ? »
James B. Collins (Georgetown University), « Les choses et les mots : le vocabulaire quotidien de la politique française, carrefour de la pratique et du langage royal, 1356-1615 »
.

 

SAMEDI 24 JANVIER 2015

 

SESSION IV. Cambridge school et sciences sociales
.

9h-10h15. Conférence de Quentin Skinner (Barber Beaumont Professor of the Humanities, Queen Mary University of London) : « Truth, Belief and Interpretation »

Débat présidé par : Christopher Hamel

.
10h30-12h15.  Regards croisés sur la méthode skinnérienne
Présidence : Arnault Skornicki (Paris Ouest-Nanterre/ISP)

Mathieu Hauchecorne (Paris 8), « L’histoire des idées politiques peut-elle s’en tenir aux intentions ? »
George Souvlis (European University Institute), « Marxism and Intellectual History: Rethinking Quentin Skinner’s Epistemology ».
Annelien M. R. de Dijn (University of Amsterdam), « Meaning, Understanding… and Explaining? Why we need think beyond the Cambridge School Approach ».
.

12h15-14h. Déjeuner-buffet

 

SESSION V. Le peuple est-il un penseur politique ?
.

14h-15h45.
Présidence : Romain Pudal (CNRS/IDHE) et Chloé Gaboriaux (IEP Lyon/Triangle)

Déborah Cohen (Université d’Aix-Marseille/TELEMME), « La politique hétérogène du peuple ».
Samuel Hayat (CNAM), « Les ouvriers peuvent-ils penser ? Propositions pour une histoire sociale des pratiques intellectuelles ouvrières ».
Anne Norgaard (Aarhus University), « Social Aspects of the Conceptual History of Democracy ».
.

16h. Conclusions générales

.

Programme du colloque en PDF

 

.

.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *