Soutenance de thèse : « Pouvoir et empathie. Philosophie sociale, psychologie et théorie politique » par Alexis Cukier, 5 décembre 2014, Paris Ouest

 

soutenance_these

Alexis Cukier, doctorant en philosophie au Sophiapol, soutiendra sa thèse intitulée « Pouvoir et empathie. Philosophie sociale, psychologie et théorie politique », sous la direction de Stéphane Haber, en vue de l’obtention d’un doctorat en philosophie (section CNU : 17 – Philosophie).

Date :
Vendredi 5 décembre 2014, à partir de 14h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment F, 1er étage, salle 141 (Salle des Actes)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Membres du jury :

M. Christophe DEJOURS, Professeur de Psychologie, Conservatoire national des arts et métiers

Mme Estelle FERRARESE, Professeure de Théorie sociale et politique, Université de Strasbourg – Rapporteure

M. Franck FISCHBACH, Professeur de Philosophie, Université de Strasbourg – Rapporteur

M. Claude GAUTIER, Professeur de Philosophie, Ecole Normale Supérieure de Lyon

M. Stéphane HABER, Professeur de Philosophie, Université Paris Ouest La Défense – Directeur de thèse

M. Christian LAZZERI, Professeur de Philosophie, Université Paris Ouest La Défense

 

Résumé

Cette étude de philosophie sociale et politique questionne les catégories d’aliénation et de réification et les concepts de pouvoir et d’empathie pour fonder la critique de certaines institutions du travail et de l’État dans les sociétés capitalistes contemporaines.

L’aliénation est considérée en tant qu’elle consiste dans des effets d’instrumentalisation de l’empathie et de la coopération, qui résultent de processus de réification ancrés dans des formes d’organisation institutionnelle – notamment managériales, bureaucratiques et financières – qui rendent difficile ou impossible l’exercice démocratique du pouvoir. En interrogeant les concepts psycho-sociologiques qui permettent de fonder l’interprétation de ces catégories, nous montrons que l’empathie – la capacité de compréhension antéprédicative des affects, intentions et actions des autres individus – constitue le fondement de la coopération et l’objet de l’organisation du pouvoir, qui en détermine les mécanismes, en dirige les usages et ainsi contrôle, de manière aliénante ou démocratique, la coopération des individus.

Cette conception du contrôle social de l’empathie permet de critiquer certaines expériences psycho-sociales négatives (individualisation, contre-finalité, sentiment d’impuissance) liées à l’organisation néomanagériale du travail et plus largement à la « forme entreprise » des rapports sociaux. Mais elle conduit également à leur opposer la possibilité d’une participation de tous les individus à l’activité de réorganisation et de contrôle social des formes institutionnelles de leur coopération.

Ce travail propose finalement d’allier certains apports du marxisme et du pragmatisme pour appuyer la critique de l’aliénation et de la réification sur une théorie, psychologiquement fondée, du contrôle social et de l’exercice démocratique du pouvoir.

 

Mots clefs :
aliénation, coopération, démocratie, empathie, entreprise, organisation, pouvoir, réification, travail

 

Abstract

Power and empathy. Social philosophy, psychology and political theory

This social and political philosophy study questions the categories of alienation and reification, and the concepts of power and empathy, in order to ground the criticism of some contemporary capitalist institutions of labour and the State.

In our view, alienation results from instrumentalizing empathy and cooperation; which is, itself, an effect of reification processes. Such processes occur within specific forms of institutional organization (especially management, bureaucracy, and finance) which impede or disenable the democratic exercise of power. We survey the psycho-sociological concepts underlying such an interpretation of these critical categories, and point out that empathy – the antepredicative understanding of the affects, intentions and actions of other individuals – constitutes the ground of cooperation and the object of power. Power itself determines the mechanisms and conducts the practical uses of empathy, thereby controlling, either in an alienating or in a democratic way, the cooperation of individuals.

This theory of the social control of empathy enables the criticism of specific psycho-social negative experiences (such as individualization, counter-finality, sense of powerlesness) that are connected with the neomanagerial organization of labor, and beyond, to « corporateness » of social relations. But it also enables social philosophy to promote the possible participation of all individuals against the activity of reorganizing and controlling the institutional forms of their cooperation.

Our study finally attempts to combine the contributions of marxism and pragmatism to social philosophy, in order to ground the criticism of alienation and reification on a psychologically consistent theory of the social control and the democratic exercise of power.

 

Key words:
alienation, cooperation, democracy, empathy, enterprise, labour, organization, power, reification

 


1 réponse

  1. Zanatti dit :

    Bonjour,

    si cela vous intéresse et si vous avez du temps, il y a un appel prudhomal intéressé, qui sera instruit par la Cour d’appel de Paris, ce vendredi 22 mai 2015 à 9 h (chambre sociale de la Cour d’appel – salle Josserand – Escalier R – 4ème étage). Il y a matière à revoir le Droit du travail.

    A diffuser largement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *