Parution du numéro 12/13 de la revue Illusio : “Théorie critique de la crise vol. 2”

illusio tc2

Ne regroupant pas moins d’une trentaine de textes, ce nouveau numéro (n° 12/13) de la revue Illusio est composé de trois parties :

La première, « Industrialisation de la culture », met en tension et en complémentarité des concepts fondamentaux de l’École de Francfort (Dialectique négative, Dialectique de la raison) avec des textes qui en interrogent la capacité à rendre compte des évolutions les plus contemporaines des modes de production et de diffusion de la culture. Sont abordées les thématiques de l’art, du langage, de la fête, du livre, de l’architecture, du numérique, etc., avec, entre autres contributions, celles de Robert Kurz, Olivier Voirol, Jean-Marc Lachaud, Thierry Paquot, Gérard Briche, Ronan David, Fabien Lebrun

La deuxième partie de l’ouvrage, « Penser, éduquer et résister », de la même manière, regroupe et met en perspectives les analyses théoriques héritées de la première génération de l’École de Francfort, et les formes les plus récentes d’écrasement de la production et de la transmission de la connaissance comme moments fondateurs de toute résistance possible aux régressions les plus brutales à laquelle nous exposent les modalités d’existence et de reconnaissance dans le monde contemporain. Les textes portent sur les travaux de Theodor W. Adorno, Herbert Marcuse, Walter Benjamin ou Guy Debord mais, également, sur les thématiques de l’enseignement, des institutions scolaires et universitaires, et même sur l’utopie de l’enfance. Parmi les auteurs, et pour n’en citer que quelques-uns, Florent Perrier, Marc Jimenez, Orietta Ombrosi, Philippe Ivernel, Nicolas Oblin ou Patrick Vassort ont contribué à cette partie.

Enfin, la troisième et dernière partie, « Raison, rationalité instrumentale et catastrophe », interroge notamment la relation de l’homme à la nature (dialectique exploitation/protection), questionnant en particulier cette notion de progrès aveugle à toute autre dimension que technologique… Cette partie comprend des textes devenus classiques qui ne possédaient pas de traduction française. Il en est ainsi de ce texte inédit en français de Günther Anders, de celui de Rolf Wiggershaus, spécialiste de l’École de Francfort de renommée internationale, de celui sur l’écologie d’Herbert Marcuse par exemple. Des contributions sur les notions de technique, de technosciences ou de progrès viennent enrichir cette partie avec des textes de Michael Löwy, de Clément Hamel ou de Jean-Marc Durand-Gasselin.

***********

Ce deuxième volume poursuit également la volonté présente dès le volume I, de donner une dimension anthologique à cette actualisation de la pensée critique. Il regroupe ainsi de nombreux auteurs, tant francophones que non-francophones (l’ouvrage comporte de nombreux textes inédits en français), participant de courants et/ou des générations multiples qui nous semblent maintenant essentiels de mettre en relation, en situation de dialoguer pour penser l’histoire du temps présent et la crise contemporaine historique dans toute l’épaisseur de sa complexité.

Un troisième volume, à paraître en janvier 2015, clôturera ainsi cette série consacrée à la Théorie critique de la crise, laissant la place cette fois aux thématiques de l’économie politique, de la xénophobie, de l’institution sportive, de la psychanalyse, mais aussi de la sexualité et du genre. Dans le même esprit que pour le volume II, cet ouvrage sera notamment composé de nombreuses traductions de textes jusqu’alors inédits en langue française, par exemple de Martin Jay, Moishe Postone, Erich Fromm, Theodor W. Adorno, Herbert Marcuse, Angela Davis, Eva Illouz, Roswitha Scholz.
.

Informations techniques :

Éditeur : Le Bord de l’eau
Parution : 14/10/2014
Prix : 30 euros
ISBN: 9782356873415
Format : 24 x 16
Nb de pages: 750

.

Table des matières :

Illusio    Théorie critique de la crise. Du crépuscule de la pensée à la catastrophe

Industrialisation de la culture

Robert Kurz, L’industrie culturelle au XXIe siècle. De l’actualité du concept d’Adorno et Horkheimer
Jordi Maiso, Vaine répétition ? L’industrie culturelle, hier et aujourd’hui
Jean-Marc Lachaud, L’École de Francfort et sa critique de l’industrie culturelle, quel héritage ?
Jan Spurk, Le combat quotidien contre la liberté. De la culture de masse et de l’industrie culturelle
Olivier Voirol, L’industrie culturelle comme diagnostic historique
Martin Benoît, Ronan David et Fabien Lebrun, La nuit industrielle. Essai sur la fête contemporaine
Gerard Briche, Art et modernité. Adorno et le projet critique de l’École de Francfort
Thimothée Haug, De la reproduction médiatique à l’abstraction marchande. Essai sur une réactualisation de la Théorie critique des médias à l’ère du numérique
Nicolas Coulmain, Le livre numérique. De l’émancipation à l’assujetissement
Laurent Plet,  La langue contre la langue, tentative de sauvetage

Penser, éduquer, résister

Marc Jimenez, L’éclipse de la pensée
Orietta Ombrosi, Lamentation et résistance : la non-résignation de la philosophie et le « triste savoir » d’Adorno face à la Catastrophes
Katia Genel, École de Francfort et politique : la place de Marcuse entre Horkheimer, Adorno et Neumann
Alex Demirovic, Le texte théorique comme geste. De la performance dans les textes de la première Théorie critique
Gabriel Zacarias, Eros et civilisation dans La Société du spectacle: Debord Lecteur de Marcuse
Christoph Wulf, Critique et réflexivité : une tâche pour l’éducation et la formation. La signification de l’École de Francfort pour les sciences de l’éducation
Alain-Patrick Olivier, La réception d’Adorno dans les institutions françaises d’enseignement : musicologie, sociologie, métaphysique
Andreas Gruschka, L’Aufklärung pédagogique d’après Adorno. Suivi de Théorie critique de la pédagogie
Nicolas Oblin, L’école à l’épreuve de la rationalité contemporaine. Quelle place pour la pensée ?
Patrick Vassort, Connaissance, mémoire, humanité ou la rationalité instrumentale de l’Université industrielle
Florent Perrier, Innervation critique de l’utopie. Du jeu dans les marges (de la Théorie critique)

Rationalité instrumentale et catastrophe

Günther Anders, Contre un nouveau et définitif Nagasaki
Christophe David, Günther Anders, un « outsider » de la Théorie critique
Georges Zimra, Les dérives de la raison calculante
Andrew Feenberg, La médiation est le message. Rationalité et pouvoir dans la Théorie critique de la technologie
Michael Löwy, Walter Benjamin, critique du progrès
Guillaume Carnino, Généalogie de l’informatique. Commensurabilité et quantification, autonomisation et instrumentalisation
Clément Hamel, Un monde sous-humain. Critique de la vie robotisée
Herbert Marcuse, Écologie et critique de la société moderne. Suivi de Révolution et écologie
Claus Peter Ortlieb, Au pied du mur. De l’origine commune aux crises écologique et économique
Olgaria Matos, La Nature et l’Homme. Dé-limites de la raison et épuisement éthique
Jean-Marc Durand-Gasselin, La crise de la nature humaine, le cerveau et l’École de Francfort
Rolf Wiggershaus, « Liberté dans le cadre de la nature ». Éléments d’une Théorie critique de la nature
Norbert Trenkle, Critique de l’Aufklärung. Huit thèses

.

* Télécharger la présentation du volume
* Voir la présentation du numéro 10/11 de la revue Illusio : Théorie critique de la crise Vol. 1

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *