Soutenance de thèse : « Sexualité et handicap mental » par Lucie Nayak, 1er juillet 2014, Genève

soutenance_these

Lucie Nayak, doctorante en sociologie au Sophiapol, soutiendra sa thèse intitulée « Sexualité et handicap mental. Enquête sur le traitement social de la sexualité des personnes désignées comme « Handicapées mentales » en France et en Suisse » co-dirigée par Claudine Burton-Jeangros (Université de Genève) et Philippe Combessie (Université Paris Ouest) en vue de l’obtention de son doctorat en Lettres et Sciences humaines (section CNU : 19 Sociologie, démographie).

Date :
Mardi 1er juillet 2014, à partir de 14h30

Lieu :
Université de Genève
Uni Mail – salle M2160
Bd Pont d’Arve 40
1205 Genève
Plan

 

Membres du jury :
M. Éric FASSIN,  Professeur des Universités, Université Paris 8
M. Alain GIAMI, Directeur de recherche, Institut National Santé et Recherche Médical
Mme Claudine BURTON-JEANGROS, Professeur Associé, Université de Genève
M. Philippe COMBESSIE, Professeur des Universités, Université  Paris Ouest Nanterre La Défense
M. Éric WIDMER, Professeur d’Enseignement Supérieur, Université de Genève

 

Résumé

Le propos de la thèse est d’étudier le traitement social de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales » en Suisse et en France, par le biais d’une enquête qualitative réalisée par entretien avec des personnes considérées comme « handicapées mentales », des parents, des éducateurs spécialisés et des assistants sexuels.

Une première partie est consacrée à l’analyse des représentations des personnes désignées comme « handicapées mentales » au sujet de la sexualité et à la mise en lumière des formes de leur vie sexuelle. La typologie proposée offre une première grille de lecture de la sexualité des personnes « handicapées mentales », souvent commentée mais qui demeurait inexplorée. Les analyses développées opèrent une rupture avec les représentations dominantes en déconstruisant les spécificités communément prêtées à leur sexualité. Alors que, de façon quasi systématique, leurs comportements sexuels sont expliqués par leur seul handicap, nous montrons que les différentes catégories de sexualité observées ne sont pas spécifiques aux personnes « handicapées ». En revanche, nous mettons en évidence l’influence de la désignation en tant que personnes «handicapées mentales » sur la vie sexuelle de celles et ceux qui en ont fait l’objet, et donc le caractère socialement construit de cette sexualité.

Se développant largement en réaction aux positionnements des autres catégories d’acteurs en la matière, la sexualité des personnes considérées comme « handicapées mentales » ne peut se comprendre sans l’analyse des représentations et des pratiques institutionnelles et parentales relatives à son accompagnement, objectif de la deuxième partie de cette thèse. Dans le récent contexte normatif de la « santé sexuelle », celles-ci se sont considérablement transformées. Les données du terrain révèlent tout d’abord la persistance de représentations qui envisagent les personnes « handicapées mentales » comme porteuses d’une différence perçue comme une caractéristique individuelle, qui les sépare du monde des « valides ». Dans une telle perspective, leur sexualité est considérée comme impossible car dangereuse. Mais parallèlement s’observe une tendance croissante à la reconnaissance de leurs « besoins » en termes de « santé sexuelle » et au développement de conduites visant à en favoriser la satisfaction. Celles-ci découlent d’une évolution des représentations de la personne « handicapée mentale », qui tend désormais à être envisagée comme une « personne », à laquelle il convient de donner les mêmes droits qu’aux « non handicapés ».

Une typologie des positionnements éducatifs observés met en évidence cette situation de paradoxe et les conflits qu’elle entraîne, qui débouchent sur le maintien de la sexualité des personnes « handicapées mentales » dans la liminalité : si elle n’est plus totalement empêchée, elle n’est pas laissée libre de s’exprimer au même titre que celle des « valides ».

La troisième et dernière partie de la thèse est consacrée à l’étude de l’assistance sexuelle. L’analyse porte sur le travail de promotion de la « santé sexuelle » réalisé par cette activité récente, qui repose sur un objectif pragmatique : permettre aux personnes « handicapées » d’accéder à la sexualité dans un objectif de santé. Cela suppose la transgression de plusieurs normes sexuelles dominantes. Mais ces transgressions ne sont pas revendiquées en tant que telles. Les assistants sexuels les présentent comme nécessaires à ouvrir l’accès des personnes « handicapées » à la sexualité mais n’en font pas l’apologie en dehors de leur activité. Au contraire, nous observons qu’ils tendent à perpétuer certaines représentations traditionnelles de la sexualité et du handicap. Ainsi soutenons-nous que l’assistance sexuelle est finalement une activité conformiste, qui sert l’idéologie actuelle de la « santé sexuelle », dont elle est une application pratique.

En mobilisant le handicap mental et la sexualité comme des révélateurs mutuels, cette recherche se donne ainsi pour objectif d’analyser comment les différentes catégories d’acteurs impliqués dans l’accompagnement de la sexualité des personnes « handicapées mentales » co-construisent les normes qui régissent la vie sexuelle de ces dernières. Elle vise à offrir une étude la plus complète possible du traitement social de leur sexualité et des logiques qui le sous-tendent.

Mots-clés :
handicap mental, santé sexuelle, éducation spécialisée, assistance sexuelle

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *