Cycle de conférences : Enrico Donaggio « Énigmes de l’émancipation. La passion critique des derniers hommes, entre servitude volontaire et promesses de bonheur », mars 2013, Paris Ouest

Bandeau Donaggio mars 2013

 

Qui est le « sujet » de la critique ? Ce n’est pas le « premier homme », c’est-à-dire le protagoniste individuel ou collectif d’une lutte pour l’émancipation, d’une révolte philosophiquement légitimée, pensée comme sortie de l’homme – grâce à une praxis inspirée par une bonne théorie –  hors d’une condition de minorité dont il est lui-même responsable. Ce sujet, ce sont, en fait, les « derniers hommes », qui sont le cauchemar de toute philosophie critique et progressiste, le rêve des grands et des petits inquisiteurs, des chamans qui possèdent la clef du scénario de la « posthistoire ». C’est le type de subjectivité effectivement global, car le plus répandu à toutes les époques ; c’est le troupeau éternellement sourd aux appels pastoraux des prophètes philosophiques (Zarathoustra étant le plus célèbre d’entre eux). Il forme le point aveugle structurel d’une critique qui voudrait sauver les damnés de la terre, mais qui, en fait, s’adresse toujours aux sommets hyperélitistes de ceux qui prétendent réaliser pleinement «  l’Homme  ». Peut-on penser cette figure anthropologique, avec son inclination à la servitude volontaire et son aspiration problématique au bonheur, autrement que comme le poids mort de la critique sociale ou comme le héros négatif de la fin de l’Histoire dans le mauvais infini d’un capitalisme éternel ? Ne doit-on pas plutôt le voir comme un lieu dans lequel se concentre secrètement le potentiel d’une passion critique qui attend encore son expression et sa valorisation ?

 

Enrico Donaggio est professeur de Philosophie de l’histoire à l’Université de Turin.

Il travaille sur les théories philosophiques et historiques de la modernité, sur les théories du mal politique et sur les théories critiques de la société. Il a préfacé l’édition française de l’essai de Karl Löwith, Max Weber et Karl Marx,(Payot 2009) et publié la première biographie philosophique de Karl Löwith (traduite en espagnol et à paraitre en France, chez Payot, en 2013). Il a écrit deux livres sur les interprétations philosophiques de la Shoah et plusieurs textes sur la tradition allant de Marx à l’Ecole de Francfort.

Il vient de terminer, pour Feltrinelli, une édition italienne du Discours de la servitude volontaire de E. De la Boétie, première étape d’une recherche sur Le dernier homme. Le capitalisme entre servitude volontaire et promesses de bonheur.

Contact
Dipartimento di Filosofia e Scienze dell’educazione – via S. Ottavio 20 – 10124 Torino – Italia
mail: enrico.donaggio@unito.it

 

Dates et lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

mardi 19 mars, 16 h à 18 h, bâtiment D, salle 201 b
mercredi 20 mars, 16 h à 18 h, bâtiment E, salle 103
vendredi 22 mars, 16 h à 18 h, bâtiment D, salle 201 b
mardi 26 mars, 17 h à 19 h, bâtiment D, salle 201b
jeudi 28 mars, 16 h à 18 h, bâtiment E, salle 103

Organisation
Laboratoire Sophiapol (EA 3932) avec le soutien de l’école doctorale Connaissance, langage et modélisation (ED 139).

 

Téléchargement
Un texte d’Enrico Donaggio : « Le communisme comme vérité et comme séduction »

 

 


1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *