Archives par mot-clé : violence

Table-ronde “Le traitement de la violence (de genre) en Histoire. Outils notionnels – Méthodes”, 9 novembre 2012, Paris

 

 

Date :
Vendredi 9 novembre 2012

Lieu :
EHESS, salle Denys Lombard
96 bd Raspail
75006 Paris

Organisation :
Claire Chatelain (UMR CNRS IRHiS-Lille 3) avec le soutien du Centre de Recherches Historiques (CRH, UMR 8558) et l’Identités, Relations Internationales et civilisations de l’Europe (IRICE, UMR 8138).

 

Vous trouverez l’argumentaire et le programme sur le blog de l’IRHiS.

Vous pouvez également télécharger le programme (pdf).

 

Graf de Clarion Alley, San Francisco, CA (photo PL Boulanger)

Appel à communications, colloque “Les lieux du corps : Politique et émancipation”, 25-26 janvier 2013, Paris-Diderot

Graf de Clarion Alley, San Francisco, CA (photo PL Boulanger)
Clarion Alley Project, San Francisco, 2011 (PL Boulanger)

Un corps hors de la place qui lui était assignée, reconfigurant les données d’un lieu, cela a été et reste une action politique forte : Rosa Parks donnant un lieu à son corps noir là où il n’avait aucun droit de cité ; le « peuple égyptien » reconfigurant la place Tahrir, espace de circulation quotidienne, par une multitude de pratiques de corps pour y installer une communauté polémique ; les sans-papiers occupant leurs nombreux lieux de travail à Paris, sortant des ombres administratives, donnant une visibilité polémique à leurs corps dans ces espaces publics et travailleurs où ils sont censés mener une existence invisible et silencieuse ; les féministes s’émancipant d’une corporalité dominante en agençant différemment les coordonnés, possibilités et pratiques du corps, brisant la logique du pouvoir en multipliant les corps possibles. Comment penser les lieux politiques du corps, leurs spatialités et temporalités, les pratiques et dynamiques qui y prennent place, les possibles qu’ils suscitent? Nous entendons dépasser l’idée du corps comme simple lieu matériel de travail, de reproduction, de souffrance et d’exploitation ainsi que l’idée de l’émancipation comme le processus par lequel on s’élève de ses conditions corporelles dominées. Pour cela, il s’agira d’examiner comment les corps s’insèrent, s’agencent ou se subjectivent dans des situations politiques et des processus d’émancipation. Reconfigurations de corps normalisés et maîtrisés, constructions de communautés polémiques, peuvent questionner la manière dont se configurent les liens, disjonctions et dynamiques entre corps, politique, domination et émancipation.

Nous proposons aux intervenants, qui peuvent se situer dans divers champs disciplinaires des sciences humaines et sociales, d’élaborer leur communication autour d’un ou plusieurs des axes suivants :

1. Pratique des corps et processus d’émancipation
Les contributions s’inscrivant dans cet axe s’intéresseront à la possibilité de penser le corps comme lieu d’une pratique de l’émancipation. Peut-on voir par exemple dans les pratiques de lutte et dans l’engagement corporel militant une source d’émancipation ? Doit-on envisager les résistances et le détournement du travail par les ouvriers uniquement comme les conséquences d’une domination des corps devenue insupportable, ou est-il possible d’y voir des forces créatrices de nouveaux possibles ? Avec cet axe, nous invitons, sans renier la pertinence des travaux sur le gouvernement des corps, à penser la possibilité d’une émancipation des corps, par des pratiques de résistance reconfigurant les rapports et les espaces sociaux. Corps travailleurs, corps militants, corps sexués, corps racialisés, et d’autres, sont des angles pouvant permettre d’aborder ces questions.

2. Corps, violence, politique
La violence est une question corporelle : des corps s’affrontent et se détruisent, subjuguent et dominent. La violence n’est-elle qu’un moyen de domination, ou pire une mesure de corruption, ou sa force peut-elle briser les dispositifs sociaux écrasants et se lier aux mouvements émancipateurs ? Comment penser et situer les violences qui peuvent avoir lieu dans une situation politique composée d’un réseau d’investissements subjectifs et de positions et dynamiques différentes ? Nous invitons à dépasser deux hypothèses ayant déterminé ces questions : d’une part le dispositif libéral pour lequel la politique commence là où la violence cesse, là où l’Etat détient le monopole raisonné de la violence légitime ; d’autre part le dispositif marxiste orthodoxe où la violence devient un simple moyen de lutte pour déconstruire les systèmes de domination et parvenir à une liberté universelle. Est-ce possible de concevoir différemment les relations entre corps, politique et violence ? Peut-on conceptualiser des violences qui ne seraient ni la simple négation de la politique ni le simple moyen au service de la politique, mais problématiques ou problématisantes, situées dans une constellation de forces politiques tirées entre émancipation et domination ?

3. Corps utopiques
Un corps, marqué par la tradition comme prison de l’âme, peut-il être utopique, à la fois lieu de nulle part et lieu du bonheur ? N’est-il pas un espace à investir, à revisiter, à (ré)inventer ? En prenant le contre pied des dispositifs de normalisation et de naturalisation des individus, il s’agit de replacer le corps dans des imaginaires, des théories et des pratiques politiques (féminisme, transhumanisme, performances artistiques…) inédites, singulières, de penser un corps ouvert aux possibles. Ces corps utopiques, corps transfigurés, « corps sans corps » et « corps sans organes », corps cyborgs, corps minoritaires ne seraient-ils pas le premier lieu de l’action politique ?

.
Cette manifestation, organisée conjointement par le CSPRP (Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques, Université Paris Diderot-Paris 7), le GTM-CRESPPA (Genre Travail Mobilités – Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris, Université Paris 8), le LLCP (Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie, Université Paris 8) et la Maison des Sciences de l’Homme (sous réserve), a pour objectif de créer un espace d’échange entre doctorants et jeunes docteurs s’intéressant de façon critique au fait politique. Elle a vocation à se répéter annuellement.

Le colloque aura lieu les 25 et 26 janvier 2013.


Renseignements pratiques :
La date-limite pour l’envoi des projets de communication est fixée au lundi 3 décembre 2012.
Les projets de 2000 à 3000 caractères sont à envoyer au format .doc à l’adresse suivante : colloque.critiques.politique@gmail.com.
Ils comporteront les nom et prénom du contributeur, son rattachement institutionnel et le titre et un résumé de la communication proposée.
Nous annoncerons les propositions retenues le 16 décembre 2012.
Les interventions feront l’objet d’un projet de publication dans un numéro spécial de la revue Encyclo consacré au colloque.

Lieu :
Université Paris-Diderot-Paris 7 (sous réserve)

Organisation :
CSPRP, Université Paris Diderot-Paris 7,
GTM-CRESPPA, Université Paris 8,
LLCP, Université Paris 8,
Maison des Sciences de l’Homme (sous réserve).

Contacts et informations :
http://www.csprp.univ-paris-diderot.fr/Les-lieux-du-corps

Comité scientifique :
Marc Bessin, sociologue chargé de recherches au CNRS, Iris, EHESS
Jules Falquet, Maître de conférences en sociologie, CSPRP, Cedref, Université Paris Diderot- Paris 7
Claudia Girola, Maître de conférences en sociologie, CSPRP, Université Paris Diderot-Paris 7
Jean-François Laé, Professeur de sociologie, GTM-Cresppa, Université Paris 8
Martine Leibovici, Maître de conférences en philosophie politique (HDR), CSPRP, Université Paris Diderot-Paris 7
Denis Merklen, Professeur de Sociologie, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Numa Murard, Professeur de sociologie, CSPRP, Université Paris Diderot-Paris 7
Bertrand Ogilvie, Professeur de philosophie politique, LLCP, Université Paris 8
Etienne Tassin, Professeur de philosophie politique, CSPRP, Université Paris Diderot-Paris 7

.

.

Places of the Body: Politics and Emancipation

First colloquium for young researchers in critical studies of politics

Paris, 25-26 January 2013

http://www.csprp.univ-paris-diderot.fr/Les-lieux-du-corps

A body outside of the coordinates to which it was assigned, reconfiguring the givens of a place, this has been and continues to be a strong political action: Rosa Parks giving a place to her body where it had no right to be; the “Egyptian people” reconfiguring Tahrir Square, a space of everyday circulation, by a multitude of bodily practices in order to construct a polemical community; the French sans-papiers occupying their numerous workplaces in Paris, giving a polemical visibility to their bodies in these public and professional spaces where they were supposed to pursue an invisible and silent existence; feminists emancipating themselves from a dominated corporeality by changing the coordinates, possibilities and practices of the body, fracturing the strategies of domination by multiplying these possible bodies. How to think these political places of the body, the spatialities and temporalities of these places, the practices and dynamics of these places, the possibles of these places? We seek to surpass the idea of the body as simply the place for work, for reproduction, for suffering and for exploitation as well as the idea of emancipation as the process by which one elevates oneself above a corporeal domination. We seek to examine how bodies are inserted, configured or subjectivated in political situations and in processes of emancipation. By focusing on reconfigurations of normalized and controlled bodies and on constructions of polemical communities, we would like to question the way in which the connections, disjunctions and dynamics between body, politics, domination and emancipation are and could be configured.

The participants are encouraged to elaborate their paper around one or more of the following axes:

1. Bodily practices and processes of emancipation

The papers addressing this axis will examine the possibility of thinking the body as the place of a practice of emancipation. For instance, could we see in the practices of political struggle or in the corporeal engagement of the militant a source of emancipation? Is it necessary to understand resistances to and reappropriations of work by workers simply as the consequence of an unbearable corporeal domination, or is it possible to see here forces creating new possibles? With this axis, we seek to think the possibility of a bodily emancipation through practices of resistance that reconfigure social relations and spaces. Worker bodies, militant bodies, sexuated bodies, racialised bodies and others could constitute a starting point in relation to these questions.

2. Bodies, violence, politics

Violence is a question of bodies: bodies that confront and destroy each other, that subjugate and dominate each other. Is violence nothing but a means of domination, or worse a trajectory of corruption, or is its force capable of breaking open crushing social systems and of relating itself to emancipatory movements? How to think and situate the violences appearing in a political situation composed of a web of subjective investments and different positions and dynamics? We seek to surpass two hypotheses that have determined these questions: on the one hand the liberal idea that politics begin where violence ceases, that the State holds the monopoly of legitimate violence; on the other the orthodox Marxist idea that violence is a simple means of struggle deconstructing systems of domination in order to achieve universal freedom. Is it possible to conceive of these relations between bodies, politics and violence differently? Could one conceptualize violences that would be neither simply the negation of politics nor simply a means in service of politics, but problematic and problematizing, situated in a constellation of political forces and torn between emancipation and domination?

3. Utopian bodies

Is it possible for a body, branded in the tradition as the prison of the soul, to be utopian, to be both a no place and a good place? Is it not a space to invest, to revisit and to (re)invent? In opposition to systems of normalization and naturalization of individuals, we seek to examine the ways in which the body is remobilized in political imaginaries, theories and practices (feminism, transhumanism, artistic performativity), and to think a body open to possibles. These utopian bodies, transfigured bodies, “body without body” and “body without organs”, cyborg bodies, minoritarian bodies, are they not in some sense the primordial place of political action?

This colloquium is organized by CSPRP (Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques, Université Paris Diderot-Paris 7), GTM-CRESPPA (Genre Travail Mobilités – Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris, Université Paris 8), LLCP (Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie, Université Paris 8), and la Maison des Sciences de l’Homme (with reservation). Its objective is to create a space of exchange between postgraduate students and young researchers interested in political questions in a critical manner. We intend for it to become an annual event.

We will apply for funds to cover travel expenses and costs for accommodation for the participants, however we encourage them to look also to their own institutions for funding. We plan to publish the contributions in a special issue of Encyclo dedicated to the colloquium.

Please submit an abstract of 2000-3000 signs before the 3rd of December 2012 in .doc-format to the following address: colloque.critiques.politique@gmail.com. The abstracts should include the name and institutional attachment of the participant, and the title and resume of the proposed talk. We will announce the results the 16th of December 2012.

 

Colloque international “Espace, culture, violence: l’imaginaire néolibéral”, 29-31 mars 2012, Université Paris-Ouest / Lieu-Dit

Les propositions pionnières de la société du Mont-Pélerin pour faire franchir une nouvelle étape au libéralisme occidental, et en radicaliser les principes, ont maintenant plus d’un demi-siècle. Les grandes réflexions critiques del’après-68 sur le « nouveau libéralisme », chez Michel Foucault ou ses homologues anglo-américains, ont déjà près de quarante ans. Et depuis que le programme néolibéral a commencé d’être mis en oeuvre il y a plus de 30 ans, crises et fractures, financières et structurelles, se sont succédé à intervalles rapprochés, jusqu’au dernier cycle de crise, d’une gravité sans précédent, ouvert fin 2008. Autant dire qu’il n’a jamais été plus nécessaire qu’aujourd’hui d’affûter nos outils critiques, de croiser les modèles théoriques, pour arriver enfin à circonscrire, sous cette rubrique de « néolibéralisme », beaucoup plus qu’une idéologie politique et une doctrine économique, même devenues folles : un système général de représentations, une vision anthropologique, tout un ordre spécifique du discours et de la pensée, autrement dit une « culture » au sens le plus large du terme. Cet imaginaire dominant justifie de réunir, pour en envisager tous les aspects, les meilleurs penseurs critiques de la, ou des, culture(s) hégémonique(s) contemporaine(s) – des sciences sociales à la philosophie, des nouvelles technologies aux études littéraires. C’est le parti-pris de cette rencontre internationale, co-organisée par l’université de Nanterre et l’université de Californie (Irvine).

Après un premier volet à Irvine en octobre 2011, où ont été débattues les théories du pouvoir et les modalités de la domination en régime néolibéral, ce second volet, du 29 au 31 mars 2012, permettra notamment d’aborder les questions de la communauté et de la subjectivité, et de ce chaînon manquant, propre au système néolibéral, entre l’individualisme obligatoire et les foules anomiques.

 

Ce colloque international est coorganisé par le groupe « Culture/Cultures » (F. Cusset, T. Labica, V. Rauline), par le CREA 370 et l’UCI Humanities Center (Catherine Liu).

 

Date :

Jeudi 29, vendredi 30 et samedi 31 mars

Lieu:

Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment V, grande salle du rdc
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

et le vendredi 29 mars au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier, 75020 Paris

 

Programme :

Jeudi 29 mars

au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier, 75020 Paris
16h30-19h

 

SESSION 1 : « Quelle communauté politique ? »

Michèle Cohen-Halimi (université Paris Ouest, modératrice) :
« De la lassitude des votants. Une ébauche de réflexion rousseauiste »

Isabelle Garo (Professeure en classes préparatoires au lycée Chaptal, Paris)
“Un imaginaire sans imagination : le cauchemar néolibéral »

Martin Schwab (University of California, Irvine) :
« Les marchés contre la réalité »

Christian Laval (université Paris Ouest) :
« La dé-démocratisation néolibérale »

Roland Gori (université de Nice, CNRS) :
« Le risque, un ami qui vous veut du bien ? »

CONFÉRENCE PLÉNIÈRE D’OUVERTURE (20h)

Frédéric Lordon (CNRS) :
« Les briguants »

 

Vendredi 30 mars

université Paris Ouest Nanterre, bâtiment V, grande salle du rdc
10h-12h30

 

SESSION 2 : « Le Réseau, fantasme et dispositif »

Catherine Liu (University of California, Irvine, modératrice) :
« Temporal compression and the imagined arc of action in recent economic theory »

Louise Merzeau (université Paris Ouest) :
« Partage et personnalisation : individu ou collectif ? »

David Buxton (Université Paris Ouest) :
« Activement soumis : les réseaux sociaux et la soumission réelle du consommateur de produits culturels »

James Steintrager (University of California, Irvine) :
« Demonlovers : asocial networks, small screens, and the world cinema system »

 

SESSION 3 : « Subalternes et travailleurs invisibles »

14h-16h30

Thierry Labica (université Paris Ouest, modérateur)

Elsa Dorlin (université Paris 8/Saint-Denis) :
« Mon corps m’appartient : féminisme, nationalisme et néolibéralisme »

Hourya Bentouhami (université Paris 7/Denis Diderot) :
« Affect et travail : une approche féministe et postcoloniale de la notion de valeur »

Guillaume Le Blanc (université Paris Ouest) :
« L’imaginaire néolibéral, un procès sans sujet ? »

Thomas Coutrot (DARES, Attac) :
« Mythes et réalité de l’autonomie au travail en régime néolibéral »

CONFÉRENCE PLÉNIÈRE (17h)

Hartmut Rosa (Friedrich-Schiller Universität, Jena) :
« Increasing speed, compressing space, killing rythm : social acceleration and neoliberal culture »

 

Samedi 31 mars

Université Paris Ouest Nanterre, bâtiment V, grande salle du rdc

 

SESSION 4 : « Et la littérature ? Écrire/montrer/ fictionner en régime néolibéral »

Lionel Ruffel (université Paris 8/Saint-Denis, modérateur) :
« Néolibéralisme, réalisme et abstraction »

Yves Citton (université Stendhal Grenoble 3) :
« Institution littéraire et économie néolibérale : même combat ? »

Michael Szalay (University of California, Irvine) :
« The economy of prestige and contemporary US fiction »

Hugues Jallon (éditions du Seuil) :
« Ecrire contre, écrire dedans. Un retour d’expérience »

Olivier Neveux (université Marc Bloch, Strasbourg) :
« Théâtre et politique à l’heure du néolibéralisme »

CONFÉRENCE PLÉNIÈRE DE CLÔTURE (12H45) :

André Tosel (université de Nice) :
« Imaginaire du global néolibéral et utopie critique de libre association »

 

Coordination scientifique:
François Cusset, Thierry Labica, Catherine Liu, Véronique Rauline.

 

Renseignements:
francoisqc@free.fr
veronique.rauline@wanadoo.fr
Département d’études anglophones (Université Paris Ouest)
TÉL. : 06 42 35 94 08

Programme du colloque

Parution du numéro 20 de la revue Tracés “Politiques de l’exception”

 

Le numéro 20 de la revue Tracés vient de paraître ! Il est consacré aux « politiques de l’exception », c’est-à-dire aux multiples moyens par lesquels des groupes, des sociétés, des États suspendent leurs propres normes. Cette opération paradoxale est ici analysée non pas selon le paradigme juridico-étatique de l’« état d’exception », mais en deçà, dans les dispositifs qui la rendent possible : qui décide de qualifier une situation d’exceptionnelle, et comment ? Par quels mécanismes une politique d’exception est-elle concrètement mise en œuvre ? De quelle façon les différents acteurs impliqués s’en saisissent-ils ? Autant de questions qui permettent de saisir avec un regard nouveau les usages étatiques de l’exception : dictatures légales (Mathieu Carpentier), juridictions exceptionnelles (Anne Simonin, Amélie Nuq), mesures de police (Paolo Napoli), politiques sociales d’urgence (Michael Lipsky et Steven Smith).  Elles permettent aussi d’aborder des objets inattendus, comme la théorie révolutionnaire d’Alain Badiou (Pierre Sauvêtre), la figure du détective dans le roman policier (Luc Boltanski) ou la législation supra-nationale, régionale ou internationale (Mireille Delmas-Marty). En explorant les multiples modalités de l’exception, ces textes nous invitent à repenser notre rapport aux normes et à leur suspension.

Mai 2011 • 224 pages • 15 x 23 • ISBN 978-2-84788-309-1 • 15 euros

 

Numéro coordonné par Lucie Tangy et Samuel Hayat

 

SOMMAIRE

 

Éditorial
Exception(s) par Samuel Hayat et Lucie Tangy

Articles

Des juridictions d’exception pour « protéger » et « redresser » la jeunesse ? Les tribunaux pour mineurs sous la dictature franquiste (1939-1975), par Amélie Nuq
Une étude en noir par Luc Boltanski
État d’exception et dictature par Mathieu Carpentier

Notes

La discrimination positive : une « politique de l’exception » ? par Daniel Sabbagh
Exception et Révolution. Sur la dialectique de l’exception chez Alain Badiou par Pierre Sauvêtre

Traductions

Traiter les problèmes sociaux comme des urgences par Michael Lipsky et Steven Rathgeb Smith, traduction : Marc Lenormand ; présentation : Édouard Gardella
Mesure de police. Une approche historico-conceptuelle à l’âge moderne par Paolo Napoli, traduction et présentation : Arnaud Fossier

Entretiens

Droit pénal et états d’exception. Entretien avec Anne Simonin par Guillaume Calafat
De l’exception en droit. Entretien avec Mireille Delmas-Marty  par Arnaud Fossier

 

Informations pratiques

Revue éditée chez ENS ÉDITIONS
Informations et abonnements : Julie Rambaud
Numéro disponible en librairie et sur le site du Comptoir des Presses d’universités.
Télécharger le bulletin d’abonnement 2011 en PDF.

 

Appel à communications “Actualité de Gandhi dans la mondialisation contemporaine”, Colloque international et interdisciplinaire, Paris

Le 5 décembre 1931, l’année de l’inauguration de l’exposition coloniale au Bois de Vincennes, Gandhi rendait visite à la France. Certains journaux le décrivirent comme un dangereux agitateur prêt à renverser les empires européens. Les interventions de « Bapou » firent salle comble. Continuer la lecture de Appel à communications “Actualité de Gandhi dans la mondialisation contemporaine”, Colloque international et interdisciplinaire, Paris

Sortie du numéro 19 de la revue Tracés “Décrire la violence”

Décrire la violence, un impératif paradoxal dont se saisissent, pour ce numéro de Tracés, les contributions issues de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie visuelle et de la philosophie : saisir non pas les causes ou les motivations de la violence, mais plutôt la mise en récit des phénomènes violents, la manière dont les acteurs sociaux les qualifient et dont les sciences sociales les catégorisent.

Ce numéro de Tracés offre pour la première fois au public français la traduction d’un texte séminal de Charles Tilly, fondateur des études sociologiques, historiques et en sciences politiques de la violence collective, ainsi que deux entretiens avec des figures intellectuelles majeures : le sociologue américain Randall Collins et le philosophe Etienne Balibar. Les articles abordent des objets aussi divers que les violences de guerre (Raphaëlle Branche, Juliette Denis), les violences maritales (Martine Charageat), les violences féminines (Diane Roussel), les violences en prison (Corinne Rostaing), ou encore les traces de la violence dans le quotidien après un épisode de terreur (Juan Orrantia).

Continuer la lecture de Sortie du numéro 19 de la revue Tracés “Décrire la violence”

Séminaire “Corps et sciences sociales”, 2010-11, MSH Paris/MSH Paris Nord/EHESS

Ce séminaire vise à rendre raison de la floraison saisissante depuis le milieu des années 90 en histoire, sociologie, anthropologie, science politique, d’ouvrages consacrés aux questions du corps, de la santé, de l’administration du vivant. Continuer la lecture de Séminaire “Corps et sciences sociales”, 2010-11, MSH Paris/MSH Paris Nord/EHESS

1ère séance du séminaire “Pratique des Idées”, 26 octobre 2010, Paris Ouest

La première séance du séminaire de méthodologie de la recherche en philosophie (“Pratique des Idées”) pour l’année 2010-11 sera consacrée à la présentation des travaux de Cécile Lavergne sur la philosophie sociale de la violence, ainsi que des travaux de Flore Boudet sur les notions de crise écologique et d’espèce humaine. Continuer la lecture de 1ère séance du séminaire “Pratique des Idées”, 26 octobre 2010, Paris Ouest