Archives par mot-clé : Travail

Colloque international “Travail et langage : une approche interdisciplinaire », Université Paris Nanterre, 21 et 22 février 2019

Argumentaire

Les rapports entre langage et travail ont ceci de particulier qu’ils semblent devoir être pensés à la fois en termes d’opposition et de complémentarité. D’un côté, ces notions renvoient à deux types de paradigmes concurrents. D’un point de vue ontologique, on a le sentiment de devoir trancher entre des approches qui font soit du langage (Habermas, 1990) soit de la production (Lukacs, 1984) l’élément constitutif de la réalité sociale et des rapports sociaux. D’un point de vue épistémologiqueensuite, deux types d’oppositions s’imposent. Premièrement, la langue conçue comme système de signes ou le travail envisagé comme processus de transformation de la nature semblent constituer deux modèles inconciliables pour penser et connaître le monde social (structuralisme vs historicisme). Deuxièmement, l’accès aux expériences sociales internes au monde du travail est supposé passer tantôt par l’observation et la connaissance du processus de production objectif, tantôt par l’attention aux discours qui décrivent et justifient l’organisation du travail ainsi qu’aux récits et à la parole singulière des travailleurs eux-mêmes. 

Empiriquement d’un autre côté, le travail et le langage ne semblent pas pouvoir être saisis l’un sans l’autre. Les sciences humaines et socialess’intéressent depuis longtemps au rôle du langage dans le procès de travail (Boutet, 1995, et le réseau “Travail et Langage”), que ce soit comme l’instrument par lequel s’organise la coopération, ou bien, en prêtant davantage attention au conflit, comme outil de contrôle ou de résistance. Elles ont notamment montré que les pratiques de nomination des opérations et des qualifications jouaient un rôle essentiel dans le contrôle du travail par le management (D. Linhart, 2015 ; Clot, 1995). En parallèle, de nombreuses études se sont également penchées sur la manière dont la construction d’un langage commun (dans les luttes comme dans la littérature ouvrières) contribuait à la constitution d’une contre-subjectivité ouvrière, en formalisant l’existence du groupe et en lui fournissant les armes pour la réappropriation du processus et des espaces de travail (Beaud & Pialloux, 2012) Les enjeux politiques de cette construction s’étendent, au-delà du procès du travail, jusque dans l’espace public, puisque ce langage commun a servi de socle au développement d’une subjectivation propre à porter la parole des travailleurs et des travailleuses au cœur de l’espace public (Faure & Rancière, 2007). La question de la réappropriation de ce que les discours et les institutions ont construit et représenté sous le nom d’ « identité ouvrière » a fait ainsi l’objet d’une lutte politique, bientôt complexifiée par les antagonismes internes au commun ouvrier. La question des rapports de sexe, de genre, de race ou encore le handicap ont ainsi en retour réintroduit de la conflictualité dans un langage qui de commun, est apparu comme traversé de rapports de pouvoir potentiellement hétérogènes. La remise en cause de la délimitation du concept de travail par le travail reproductif et l’innovation conceptuelle dont ont fait preuve nombre de travaux féministes (le travail domestique, la double journée de travail, le harcèlement sexuel, jusqu’à la très récente « charge mentale) ont permis de rendre visible ce potentiel de conflictualité en l’inscrivant dans le langage (Delphy, 1999 ; Dalla Costa & James, 1973 ; Federici, 2016). Enfin, depuis les années 1960, la littérature scientifique et managériale interprète la fin imminente du taylorisme, le développement du contrôle numérique des installations industrielles et l’extension du travail de bureau et de service comme le signe d’un avènement du travail immatériel. Selon les auteurs post-opéraïstesqui ont développé ce thème de la manière la plus conséquente et la plus systématique (Hardt & Negri, 2004 ; Vercellone, 2014 ; Marazzi, 1997 ; Virno, 2002 ; Moulier-Boutang, 2007), ce ne serait plus plus la dépense d’énergie physique et mentale mais le savoir et la créativité des capacités cognitives et langagières qui joueraient le rôle de forces productives centrales du mode de production capitaliste. Ainsi, loin d’être en concurrence, les activités langagières et productives seraient désormais complémentaires, voire identiques. Une telle hypothèse mérite d’être interrogée non seulement du point de vue de sa capacité à évaluer notre présent mais également pour les conséquences politiques qu’elle implique. En effet, en perdant son extériorité relativement au procès de production, le langage peut tout aussi bien contribuer à la conquête de l’autonomie dans le travail que perdre sa capacité à articuler et exprimer la critique de celui-ci.

Le colloque « Travail et langage » se propose donc d’explorer ces rapports équivoques entre travail et langage à partir d’une approche interdisciplinaire, en accueillant des contributions issues de la philosophie, de la linguistique, de la sociologie, de l’histoire, de la psychologie et des sciences de l’information et de la communication. Selon un premier axe aux abords ontologiques et épistémologiques, il s’intéressera au langage et au travail comme les principes organisateurs de deux paradigmes permettant de rendre compte de la production de la réalité sociale. Ces deux modèles entretiennent-ils une relation de concurrence ? Quelles conséquences théoriques et pratiques engage la priorité accordée à l’un ou à l’autre de ces modèles? Un second axe plus immédiatement socio-politique s’intéressera à la constitution de la subjectivité des travailleurs et travailleuses à travers l’élaboration d’un langage commun. Comment la circulation de la parole permet-elle l’émergence de formes de résistance au sein du processus de production ? Comment ce langage commun se trouve-t-il de nouveau mis en jeu dans l’espace public ?

Date et lieu

Jeudi 21 et vendredi 22 février 2019 – de 9h30 à 17h30

Bâtiment Max Weber

Université Paris Nanterre

200 Avenue de la République, 92000 Nanterre

Comment venir ?

Plan du campus

Organisation

Juliette Farjat

Pauline Julien

Marc-Antoine Pencolé

Daria Saburova

Programme

Jeudi 21 février 2019

9h30 : Accueil des participants

10h : Ouverture du colloque (Juliette Farjat, Daria Saburova)

10h15-11h15 : Conférence introductive

Josiane Boutet : « Penser les relations entre l’activité de langage et l’activité de travail »

11h15-11h30 : Pause

11h30-12h45 : Les frontières conceptuelles du travail (Présidence : Pauline Julien)

Guillaume Lambey : « ‘‘They say it is love. We say it is unwaged work’’: Remarques sur l’idée de travail »

Quentin Pasetti : « Les mots pour dire ou faire dire le travail et le non travail au sein de la controverse autour du revenu de base »

12h45-14h15 : Déjeuner

14h15-15h30 : Le langage mis au travail (Présidence : Marc-Antoine Pencolé)

Christine Castejon : « Éléments de discussion sur « l’espace de discussion dans le travail »

Vincent Brulois, Jean-Marie Charpentier et Jacques Viers : « Une parole qui accompagne l’activité et complète l’organisation »

15h30-15h45 : Pause

15h45-17h30 : Paroles ouvrières/paroles du management (Présidence : Daria Saburova)

Marie-Hélène Delobbe : « Étudier les mutations du travail par la confrontation discours institués / paroles indigènes »

Juan Sebastian Carbonell : « Saisir les transformations du travail a travers les catégories indigènes : la dégradation de « l’ambiance » dans une usine automobile »

Luca Paltrinieri et Massimiliano Nicoli : « Reconstruire la langue du travail »

Vendredi 22 février 2019

9h30 : Accueil des participants.

10h-11h15 : Étudier, décrire, montrer le monde du travail (1) : l’enquête et l’archive (Présidence : Juliette Farjat)

Julien Allavena : « Les travailleurs ont-ils le droit a la parole ? Quelques repères historiques pour une épistémologie des enquêtes ouvrières »

Frédérique Sitri et Emilie Née : « Analyse du discours et activités professionnelles : la médiation par les genres »

11h15-11h30 : Pause

11h30-12h45 : Étudier, décrire, montrer le monde du travail (2) : écrits ouvriers et cinéma (Présidence : Pauline Julien)

Dalila Hellis Caputo : « Prise de parole par correspondance : pratiques de langage et écriture du travail dans les échanges épistolaires des ouvriers saint-simoniens »

Guillaume Sibertin-Blanc et Armelle Talbot : « Paroles à tenir, paroles à prendre. Remarques sur les corps et les langages dans En Guerre de Stéphane Brizé »

12h45-14h15 : Déjeuner

14h15-16h : Travail et langage : de Hegel au marxisme (Présidence : Guillaume Sibertin-Blanc)

Matteo Polleri : « Négation et affirmation dans les Manuscrits de 1844 »

Frédéric Monferrand : « Le production du social : travail, langage et nature dans les manuscrits de Hegel à Iéna »

Conall Cash : « Langage et comportement dans la pensée politique de Merleau-Ponty et Lefort des années 50 »

16h-16h15 : Pause

16h15-17h30 : Travail, langage et domination (Présidence : Alexis Cukier)

Pierrick Brizard et Paul Slama : « Domination et rationalité : repenser les rapports linguistiques dans le monde du travail »

Duarte Rolo : « Souffrance au travail, stratégies de défense et domination symbolique »

Colloque « Approches socio-économiques de la sexualité », 12 et 13 octobre 2017, Lille

Date :

12 et 13 octobre 2017

Lieu :

Université de Lille – Sciences et Technologies
Campus Cité scientifique (métro “Cité scientifique”)
Faculté de sciences économiques et sociales
bâtiment SH2
salle de conférences 

 

Programme

* * *

 

Jeudi 12 octobre 

 

9h–9h30. Accueil

9h30–9h45. Introduction

Pierre Brasseur (CLERSE, Université de Lille) et Jean Finez (PACTE, Université Grenoble Alpes)

 

9h45–11h15. Conférence Inaugurale

Michel Bozon (INED), Univers d’éligibles et modes d’engagements dans les relations. L’économie du choix des partenaires sexuels et conjugaux

 

11h30-13h. Session 1 « Travail »

Présidente de session : Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble)

Discutant : Mathieu Trachman (INED)

–       Alice Servy (LPED, IRD et Aix-Marseille Université / CREDO, Aix-Marseille Université, CNRS et EHESS), Les “travailleurs du sexe”. Analyse de l’appropriation d’une catégorie internationale dans le cadre de la prévention des infections sexuellement transmissibles au Vanuatu

–       Florence Levy (CECMC, EHESS), Passer du travail sexuel au travail tout court et inversement. Le cas des migrantes de Chine du Nord à Paris

 

13h-14h15. Déjeuner

 

14h15-15h45. Session 2 « Valeur »

Président de session : Fabien Eloire (CLERSE, Université de Lille)

Discutante : Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble)

–       Mathilde Darley (CESDIP, CNRS), Gilles Favarel-Garrigues (CERI, CNRS), Gwénaëlle Mainsant (IRISSO, CNRS), Juger les proxénètes : une qualification économique, sexuelle… et “culturelle” de l’infraction ?

–       Milena Jakšić (ISP, CNRS), Nadège Ragaru (CERI, CNRS), Définir la valeur d’un préjudice. Les victimes de la traite des êtres humains devant les CIVI

 

16h-18h. Session 3 « Les échanges économico-sexuels »

Président de session : Gilles Chantraine (CLERSE, Université de Lille)

Discutant : Fabien Eloire (CLERSE, Université de Lille)

–       Nicolas Faynot (LADEC, Université Lyon 2), “Time is money”. De la substitution à l’argent comme valeur d’échange dans les relations prémaritales au Sénégal

–        Mamy Auguste Andrianirina (Faculté de Droit, Economie-Gestion et Sciences sociales de développement, Université de Fianarantsoa, Madagascar), Le Tsenan’ampela : un marché de sexe de type coutumier

–        Claire-Lise Gaillard (CRHXIX, Université Paris 1), “Situation en rapport” : marché matrimonial et marché de la rencontre en France du début du XIXe siècle au début du XXe siècle

* * *

Vendredi 13 octobre

 

9h30-11h. Session 4 « Plateformes (1) »

Présidente de session : Marie Bergström (INED)

Discutant : Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis)

–        Arnaud Anciaux (Département d’information et de communication, Université Laval), Éric George (École des médias, Université du Québec à Montréal), La fabrique de nouveaux marchés pour les industries de la pornographie en ligne

–        Sophie Preudhomme (CRAPE, Université Rennes 1), Les sexcams : sexualités ordinaires, subjectivités et anonymat soumis au prisme des codes de l’industrie pornographique

 

11h15-12h45. Session 5 « Plateformes (2) »

Présidente de session : Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre)

Discutant : Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne)

–        Myriam Lavoie-Moore (Université du Québec à Montréal), Intrication de l’intimité et de l’économie au cœur des applications de gestion de la fertilité

–        Vincent Rubio (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre), L’économie de la prostitution sur Internet. Une approche à partir des clients d’escortboys

 

12h45-14h15. Déjeuner

 

14h15-15h45. Table-ronde autour des approches socio-économiques de la sexualité avec :

–       Marie Bergström (INED)

–       Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis)

–       Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre)

–       Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne)

 

15h45-16h. Conclusion

 

* * *

 

Comité d’organisation : Pierre Brasseur (CLERSE, Université de Lille), Jean Finez (PACTE, Université Grenoble Alpes)

 

Comité scientifique : Marie Bergström (Institut national d’études démographiques), Gilles Chantraine (CLERSE, Université de Lille), Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis), Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre), Fabien Eloire (CLERSE, Université de Lille), Florence Jany-Catrice (CLERSE, Université de Lille), Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble), Lilian Mathieu (CNRS, Centre Max Weber, ENS de Lyon), Gwenola Ricordeau (California State University, Chico), Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne), Mathieu Trachman (Institut national d’études démographiques), Pascale Trompette (CNRS, PACTE, Université Grenoble Alpes).

 

Soutiens institutionnels : Association française de sociologie (AFS) : réseaux thématiques « Sociologie économique » (RT12) et « Recherches en sciences sociales sur la sexualité » (RT28) ; Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE) ; Université de Lille – Sciences et Technologies ; Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS, Lille Nord de France) et Région Hauts-de-France

Nouvelle parution : Marx et la Grèce Antique. La lutte des classes dans l’Antiquité, par Nikos Foufas

Quel rapport entretenait Marx avec la culture, l’histoire et la philosophie de la Grèce antique ? Pourquoi le jeune Marx s’était-il intéressé à la pensée d’Épicure ? Que représentait pour lui la philosophie enseignée par le fondateur de l’École du Jardin ?
À part l’aspect purement philosophique du rapport de l’auteur du Capital à la Grèce antique, on se donnera également pour tâche de mettre en perspective la contribution que les notions marxiennes de classe, de lutte des classes et d’exploitation peuvent apporter à une compréhension féconde de l’histoire des formations sociales grecques, en partant de l’œuvre majeure de l’historien britannique G. E. M. de Ste Croix.

Nikos FOUFAS est docteur en philosophie. Marx et la Grèce antique est son quatrième ouvrage. Ses travaux portent principalement sur la pensée de Hegel et de Marx. Il s’intéresse aussi à l’œuvre de Georg Lukács et de Theodor Adorno.

 

Table des matières

Introduction…..9

Première partie…..15
1. L’idéal grec et l’Antiquité dans les premiers écrits marxiens, Marx et Épicure…..17
2. La formation sociale grecque conçue à partir des idées marxiennes de l’idéologie et de la société industrielle. La Grèce antique dans la pensée mature de Marx…..34

Deuxième partie : « La lutte des classes dans le monde grec antique », de G. E. M. de Ste Croix…..55
1. « Classe, Exploitation et Lutte des classes »…..74
2. Esclavage, classes et luttes des classes chez Marx…..81
3. Classe, exploitation et luttes des classes. Certaines définitions…..93

Bibliographie…..111

Informations techniques
Marx et la Grèce Antique. La lutte des classes dans l’Antiquité, par Nikos Foufas
L’Harmattan, Collection “Ouverture Philosophique”
Broché
Paru en septembre 2016
124 pages
14 €
ISBN : 978-2-343-09992-7
Acheter l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Nouvelle parution : La critique de l’aliénation chez le jeune Marx, par Nikos Foufas

Lorsqu’on se réfère à l’aliénation dans sa version jeune-marxienne, a-t-on affaire à un concept métaphysique, tiraillé par une vision messianique de l’histoire, à savoir à une philosophie de la récupération d’une nature humaine, malencontreusement perdue ? Les Manuscrits de 1844 décrivent-ils l’aliénation comme la dépossession d’une essence ou peut-on envisager les choses autrement ? S’écartant de l’interprétation althussérienne, ce livre tente de mettre en valeur la réflexion originale que le jeune Marx élabore au sujet de l’aliénation, tout en essayant d’exposer ce qui se distingue comme contestable.

Nikos FOUFAS est docteur de philosophie de l’Université Paris-Ouest-Nanterre. Il a publié deux livres sur Hegel (Travail, outil et division sociale dans les écrits du jeune Hegel et Travail, reconnaissance, maîtrise et servitude chez Hegel). Ses recherches portent sur la pensée de Marx, l’idéalisme allemand et l’aliénation.

 

Table des matières

Introduction…..12

A)1. La critique des Manuscrits de 1844 de l’aliénation et du travail chez Hegel…..19
A)2. Pourquoi une critique de la dialectique hégélienne ? La faille des Jeunes hégéliens et de Feuerbach…..23
A)3. L’importance et les limites de la lecture feuerbachienne de la dialectique hégélienne…..29
A)4. Grandeur de la Phénoménologie de l’esprit et élément abstrait dans le penser philosophique hégélien…..32

B)1. Objectivité et réappropriation de l’objectivité…..46
B)2. Radicalité et impasses de la philosophie hégélienne…..51
B)3. La subjectivité comme fondement de l’aliénation…..58
B)4. L’être humain comme résultat de son travail…..60
B)5. L’association de l’économie politique et de la philosophie hégélienne…..66

C)1. L’homme comme être objectivé, naturel et sensible…..74
C)2. L’impact de la notion hégélienne de la Nature chez le jeune Marx…..79
C)3. L’homme comme être naturel : Nature et aliénation dans la critique marxienne de Hegel…..83
C)4. La nécessité de la souffrance et la dépendance humaine à l’égard des objets…..91
C)5. L’être générique et l’histoire humaine comme prolongements de la nature…..102
C)6. Le naturalisme des Manuscrits de 1844 serait-il qu’un essentialisme métaphysique ?…..110
C)7. La nature comme affirmation ontologique de l’être humain…..130

D)1. Aliénation et objectivation : deux processus irréconciliables pour les Manuscrits de 1844…..148
D)2. Une distinction cruciale entre objectivation aliénante et objectivation…..149
D)3. Une identification erronée souvent reprise…..159
D)4. La philosophie hégélienne et l’économie politique : langages d’un monde inversé…..164
D)5. L’objectivité hégélienne et le désaccord constant du jeune Marx…..169
D)6. Est-ce que la critique marxienne est pertinente ?…..174
D)7. Certaines réponses provisoires concernant la critique marxienne de Hegel…..178

E)1. La critique du travail aliéné dans le premier cahier des Manuscrits de 1844. Grandeurs et faiblesses d’une catégorie transformée…..186
E)2. Une introduction immédiate à la réalité déshumanisante et à l’activité abstraite des travailleurs…..187
E)3. Le travail aliéné comme catégorie explicative et critique de la société capitaliste. La dévalorisation du monde humain et de l’être de l’ouvrier…..202
E)4. Le travail aliéné comme production des « puissances indépendantes » et comme perte de l’objet du travailleur…..207
E)5. Le travailleur sans objet, l’objet extérieur et l’objet étranger…..216
E)6. Les répercussions du rapport désobjectivé du travailleur à son produit…..219
E)7. L’activité productive comme moment constitutif de l’aliénation…..223
E)8. L’aliénation de l’homme de son genre…..228
E)9. Les aspects pratiques de l’aliénation…..234
E)10. La propriété privée comme effet d’un rapport aliéné…..236
Que faut-il critiquer aux Manuscrits de 1844? Que faut-il en retenir?…..252

Bibliographie…..275

Informations techniques
La critique de l’aliénation chez le jeune Marx, par Nikos Foufas
L’Harmattan, Collection “Ouverture Philosophique”
Paru en mai 2016
274 pages
28€
ISBN : 978-2-343-09023-8
Acheter l’ouvrage sur le site : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=50541&razSqlClone=1

Nouvelle parution : « Déplacer les frontières du travail », Revue Tracés, n° 32/2017

Les reconfigurations récentes du capitalisme industriel dans les sociétés occidentales ont jeté le trouble sur la définition même du travail et sa fonction dans la société. À partir des années 1970, ces métamorphoses ont suscité, dans le champ des sciences humaines et sociales, un mouvement d’extension consistant à qualifier de travail un nombre croissant d’activités considérées jusqu’alors comme relevant de la générosité, du partage, de la solidarité, du don, du plaisir, de la création ou de l’engagement. À un moment historique de remise en cause du travail salarié et de sa capacité intégrative dans la société, de montée du chômage et de marchandisation générale de l’activité humaine, ce numéro de la revue Tracés souhaite poursuivre cette entreprise de dénaturalisation du travail en appréciant les luttes de qualification qui viennent régulièrement renégocier ses frontières. Le terme de frontières a son importance. Envisagé comme zones de contact mouvantes, il permet de sortir d’une réification des activités et de porter l’attention sur la plasticité du travail et de ses délimitations. Si chacune des contributions du numéro apporte un éclairage particulier à notre problématique, toutes défendent une même optique : restituer de façon positive les frontières mouvantes de l’activité laborieuse au plus près des pratiques sociales, saisir en quelque sorte la catégorie travail en action, dans un souci de reconnaissance des individus et de leur engagement dans la société.

Numéro coordonné par Anaïs Albert, Clyde Plumauzille et Sylvain Ville.

Table des matières

Anaïs ALBERT, Clyde PLUMAUZILLE et Sylvain VILLE
Déplacer les frontières du travail
Shifting the boundaries of work

Articles

Claire BOER
Les travailleurs de la mer : désertions et débarquements des marins provençaux au xviiie siècle
Sea-workers: desertions and disembarkations of Provence’s sailors during the 18th century

Collectif ROSA BONHEUR
Des « inactives » très productives. Le travail de subsistance des femmes de classes populaires
Highly productive “economically inactive” women. The subsistence labour of working-class women

Irène-Lucile HERTZOG
Le travail re-productif des femmes : le cas de l’assistance médicale à la procréation (AMP) en France
Women’s reproductive work: the case of Assisted Reproductive Technology processes in France

Sébastien BROCA
Le digital labour, extension infinie ou fin du travail ?
Is digital labour the end of labour or its infinite expansion?

 

Dossier traduction

Anaïs ALBERT et Clyde PLUMAUZILLE
Présentation du dossier
Introduction

Natalie Zemon DAVIS
Les femmes et le monde des Annales
Women and the world of the Annales

Étienne ANHEIM 
Genre, publication scientifique et travail éditorial. L’exemple de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales
Gender, academic publishing, and editorial work: the case of the journal Annales. Histoire, Sciences Sociales

 

Entretiens

Morgane MERTEUIL et Thierry SCHAFFAUSER 
Le travail du sexe : entretien croisé avec Morgane Merteuil et Thierry Schaffauser
Propos recueillis et présentés par Anaïs Albert et Clyde Plumauzille
Sex work: a joint interview with Morgane Merteuil and Thierry Schaffauser

Ludovic GARATTINI et Camille PALOQUE-BERGES 
Berenson, « l’anti robot-travail »
Berenson, a nonworker Robot

 

Journées d’étude, “Discipliner le sexuel”, 8 et 9 juin 2017, MESHS Lille

Ces deux journées d’étude sont organisées dans le cadre du programme EpiSex (Partenariat MESHS), avec le soutien du Clersé, du Ceries et de l’EHESS.
L’entrée est libre et gratuite

Dates :
Jeudi 8 juin 2017
Vendredi 9 juin 2017

Lieu :
MESHS
2, rue des canonniers – 59 000 Lille
Métro : Gare Lille-Flandres

Comité d’organisation :
Gwenola Ricordeau, Régis Schlagdenhauffen et Pierre Brasseur

Informations et inscriptions :
gwenola.ricordeau@univ-lille1.fr

 

Programme

Jeudi 8 juin 2017, 14h-17h
Session « Méthodologie et histoire »
Présidente de session : Julie Mazaleigue

La sexualité dans la philosophie positiviste d’Auguste Comte, et ses effets dans le discours nationaliste de l’Action française
Brigitte Demeure

Éros et socialisation : sexualité, érotisme et sociologie naissante
Chiara Piazzesi

« Raconte-nous ton étude, dépravé (fais-nous rire). » – Réactions individuelles en rapport avec les recherches sur les sexualités, et positionnements des chercheurs
Tanguy Vandenabeele

La santé sexuelle : un outil de bio-pouvoir ?
David Simard

Maid in the Philippines. Qualifier les sexualités, sexualiser les qualités
Julien debonneville

Gestion des sexualités dans un centre fermé. Réflexions sur la normalisation de l’intime dans un centre de réhabilitation pour usagères abusives de drogues au Liban
Francis vernède

Vendredi 9 juin 2017, 10h-11h15
Session « Dire et représenter »
Présidente de session : Lucile Ruault

Mâles initiés et mal initiés : la sexualité masculine à l’épreuve de la norme chez Zola
Marion Caudebec

Écriture du sexuel et auto-analyse chez Didier Eribon et Annie Ernaux
Juliette Plé

Le travail du sexe dans les (auto)représentations littéraires et scéniques : soumission et résistance aux normes sexuelles et de genre
Yagos Koliopanos

Vendredi 9 juin 2017, 11h15-12h30
Session « Politique(s) et sexualité(s) »
Président de session : Matthias Thibeaud

Abstinence, Be faithful, use a Condom : Analyse critique d’une politique d’éducation à la sexualité implantée au Vanuatu
Alice Servy

Encadrer la prostitution dans les territoires français occupés par les Allemands entre 1914 et 1918
Nicolas Charles

Gestion de la sexualité des jeunes en colonie de vacances en France : stratégies adultes d’encadrement et stratégies juvénile de contournement
Yaëlle Amsellem-Mainguy, Aurélia Mardon

Vendredi 9 juin 2017, 14h-15h30
Session « Normes, contre-normes et rites »
Présidente de session : Ipek Mercil

« Estando echada en la cama en la forma regular » : les procès de nullité de mariage pour impuissance et l’affirmation des normes de la sexualité conjugale (Espagne, XIX e siècle)
Marie Walin

Je reviens, je vais inséminer la patiente ! ». Sexualité et médecine : quelles négociations au sein d’un centre italien d’assistance médicale à la procréation ?
Lea Linconstant

« Après je me douche ». Sexualité, normes religieuses et disciplines des corps dans les récits de jeunes musulmans
Vulca Fidolini

Réduire quels risques ? Chemsex et avatars d’une santé gay post-sida
Laurent Gaissad

Vendredi 9 juin 2017, 15h45-17h30
Session « Histoire, espaces, pratiques et discours sur la non-mixité »
Président de session : Tanguy Vandenabeele

Éteindre l’embrasement, contrôler l’éréthisme sexuel du tuberculeux dans le premier tiers du XXe siècle
Julien Gaillard

La mixité en contexte de « révolution sexuelle » : quelle place en institution de protection de la jeunesse catholique belge ?
Lynn Bruyere

La non-mixité au Centre Lesbien de Documentation et d’Archives : où est le sexuel, où est le genre ?
Marine Gilis

La détention des mineur·e·s au regard de la mixité et non-mixité dans quatre prisons de métropole
Yaëlle Amsellem-Mainguy, Benoit Coquard, Arthur Vuattoux,

La subjectivation des femmes incarcérées par l’intermédiaire de la sexualité
Ipek Merçil

Conclusions

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche

Nouvelle parution : La concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, par Julien Bernard

La surprise, le coup de foudre amoureux, le chagrin, la peur, la colère, la joie, la compassion, nous faisons tous en tout lieu et à tout âge l’expérience d’émotions plus ou moins intenses qui nous marqueront pour la vie. Julien Bernard, membre du Sophiapol – GDR Lasco -, toujours attentif aux frontières de l’humain, s’intéresse à ces “points de frottement” qui souvent nous dominent jusqu’à nous paralyser, quand ils ne nous mettent pas en action.

C’est par elles que nous nous inscrivons affectivement dans le monde naturel et social, par elles que nous nous positionnons face aux autres et que nous développons notre rapport au monde.

Ressentir des sentiments implique l’hétérogénéité des réalités subjectives et quantitatives qui nous entourent, d’où la difficulté méthodologique que rencontre le sociologue pour les saisir et les étudier. L’enjeu consiste à analyser en amont les déterminismes qui en seraient à la base et, en aval, la dynamique irrésistible que leur expression introduit.

Devenue une science à part entière incontournable dans les pays anglo-saxons, la “sociologie des émotions” est aujourd’hui un enjeu de premier plan pour les sciences sociales. Nos systèmes de communications ont évolué au point de devenir centraux dans la vie de chacun et nous sommes désormais inscrits dans une “société émotionnelle” pour une longue durée où désormais les sentiments devenus valeurs marchandes se font concurrence bien au-delà de nos personnes.

 

Table des matières

I – A la croisée des chemins de pensée
1 – De la nature de l’homme
2 – Entre le corps et l’esprit : la culture
3 – L’enjeu des catégories

II – La vie privée sous influences
1 – Les attachements
2 – Faire un “travail émotionnel”
3 – Famille, je vous aime
4 – Même quand il y a mort d’homme

III – La fabrique sociale des émotions
1 – L’état du collectif
2 – Comment les émotions viennent aux enfants
3 – Des modèles culturels de sensibilité ?
4 – Le clivage des sensibilités

IV – Du jeu dans le système
1 – Les émotions dans les interactions
2 – Le couple : quotidien et résistances à l’idéal
3 – Les relations de soin

V – La dynamique des émotions
1 – La mise en action
2 – Gouverner (par) les émotions

VI – Les émotions dans l’histoire
1 – Quel individu ?
2 – La famille : histoire d’une controverse
3 – Impliquer les émotions, expliquer le changement

Conclusion : une société émotionnelle ?

Annexe méthodologique
La réflexivité / Collecter des données / Les catégorisations / Ecrire le sensible

 

Informations techniques

Broché : 256 pages
Editeur : Editions Métailié
Collection : Traversées
Date de parution : 27 avril 2017
ISBN-13 : 979-1022606226
ASIN : B01MRK7JOM
Dimensions : 21,6 x 1,9 x 14,1 cm
Prix de vente public : 20,00 €

Informations concernant l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Appel à contributions : Colloque « Penser et réaliser la transformation du travail : l’apport de la démarche ergologique et de l’œuvre d’Yves Schwartz », 12-14 octobre 2017, Paris

Ce que propose la démarche ergologique c’est la co-production des savoirs pour transformer le travail et plus largement la vie sociale.

Comme l’indique le projet scientifique du colloque :

« l’approche ergologique, son histoire et ses questions, intéressent a priori tous ceux qui explorent à leur façon les méandres de la vie humaine, mais aussi quiconque veut réfléchir à sa propre activité et à celle des autres, reconsidérer les manières de faire et d’agir, ouvrir de nouvelles perspectives dans les façons de travailler, d’agir et de vivre ».

Cette approche, dont notre présent a vivement besoin, est pourtant insuffisamment connue et parfois considérée comme complexe à appréhender. Tel est le constat à l’origine du colloque international pour lequel est publié cet appel à contributions.

Il n’y a pas d’un côté ceux qui savent et de l’autre ceux qui pratiquent. Rien ne peut se comprendre de la vie humaine (activité de travail, activité de vie quotidienne, activité de recherche, activité artistique, activité d’intervention, activité syndicale, activité politique, activité d’apprentissage…) sans remettre en question la séparation confortable entre « Expérience » et « Connaissance » du travail[1] et de la société. Chacun est porteur à la fois de connaissance(s) et d’expérience(s) dont il faut obstinément penser et organiser la rencontre.

Les organisateurs souhaitent une initiative qui, dès sa préparation, donne l’occasion de rencontres et d’échanges, notamment par le biais de son carnet, qui déborderont largement ce qui pourra être effectivement présenté lors de l’événement. Des formes peuvent être inventées auxquelles nous ne pensons pas aujourd’hui, pour répondre à un enjeu de diffusion, d’appropriation mais aussi de discussion de la démarche ergologique. Nous comptons sur le fait que l’intention soit comprise et partagée pour ouvrir l’imagination au fil de la préparation du colloque.

Les contributions pourront avoir pour objet de :

  • faire connaître la démarche ergologique, les réalisations qu’elle a suscitées, notamment dans le champ du travail, son terrain d’origine ;
  • parler de son histoire, de ses conditions d’apparition, de son développement ;
  • évoquer les épreuves rencontrées, les avancées ;
  • effectuer des rapprochements entre la démarche ergologique et d’autres perspectives avec lesquelles le débat paraît devoir se développer ;
  • énoncer des questions vives, des bifurcations s’il en existe, des extensions inattendues.

Toutes les thématiques sont les bienvenues et nul doute que le terrain du travail sera largement représenté. Les réponses à cet appel viendront en partie du réseau de ceux qui connaissent la démarche ergologique et la font vivre dans leur professionnalité, selon leurs disciplines et leur mode d’appropriation de ses concepts et pratiques. Mais sont également attendus des témoignages d’autres approches qui auraient la même préoccupation de co-production des savoirs.

Les contributions retenues pourront avoir plusieurs suites, non exclusives, avec l’accord de leurs auteurs.es :

  • une communication orale lors du colloque ;
  • une parution sur le blog du colloque, qu’il s’agisse de documents vidéo et audio, d’articles ou d’autres formes d’expression ;
  • une distribution sous forme d’article imprimé lors du colloque, de façon isolée ou dans un dossier.

Concernant les communications prononcées lors du colloque, nous souhaitons autant que possible une forme qui montre en elle-même un exercice de co-production c’est-à-dire :

  • une intervention en binôme (voire plus) impliquant des points de vue d’acteurs différents (de par leur professionnalité, leurs champs disciplinaires ou leur expérience avec l’approche ergologique, etc.) ;
  • une intervention sous forme dialogique ;
  • une intervention faisant synthèse de discussions portées dans la préparation du colloque (à titre d’exemples : que produit le déploiement de la démarche ergologique dans le secteur de la formation d’adultes ? Quel rapport entre ergologie et philosophie sociale ?).

Les contributions orales n’excèderont pas 20 minutes, mais peuvent être accompagnées de supports qui complèteront le propos et pourront être diffusés à d’autres moments du colloque.

Elles seront choisies sur avis des comités scientifiques et d’organisation du colloque.

Un pré-programme sera établi en juin sur la base des propositions de contribution reçues, en mêlant les thématiques, les formes, les intervenants.

Une brève présentation de votre contribution devra nous parvenir d’ici le 22 mai 2017,  par l’intermédiaire de l’un des membres du comité de coordination :

Anne-Lise Ulmann : anne-lise.ulmann@lecnam.net
Yves Baunay : ybaunay@free.fr
Christine Castejon : christine.castejon@altergo.fr
Daisy Cunha : daisy-cunha@uol.com.br
Louis Durrive : louis.durrive@unistra.fr
Eric Hamraoui : eric.hamraoui@cnam.fr
Muriel Prévot-Carpentier : murielprevot@free.fr

Télécharger l’appel au format pdf : appel à contributions – 22 mai 2017