Archives par mot-clé : théorie critique

Colloque international “Penser l’émancipation #2”, 19-22 février 2014, Université Paris Ouest

PLE 2014_Affiche

Ce colloque international est organisé par le réseau « Penser l’émancipation » et le laboratoire Sophiapol, en partenariat avec l’Université de Lausanne, Actuel Marx, la Fondation Gabriel Péri, Espaces Marx et la librairie Envie de Lire. Il fait suite à une première édition à Lausanne en octobre 2012. Ces initiatives visent à développer, dans le monde francophone, un espace de réflexion et de discussion autour des élaborations théoriques et des pratiques sociales qui mettent en jeu l’émancipation humaine.

 

Date :
Du mercredi 19 au samedi 22 février 2014, de 9h00 à 22h00

Lieu :
Université Paris Ouest
Bâtiment L
Amphithéâtre Koltès, Espace Reverdy, salles LR5, LR15, L111, L200, L208
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Contact
.

Programme

Ce colloque réunira plus de 200 intervenant-e-s et 70 ateliers. Le programme complet est disponible ici.

Il sera rythmé par 4 plénières :

au-dela du capitalisme

Mercredi 19 février 19h,
Plénière “Au-delà du capitalisme” avec :
Bernard Friot,
Eric Hazan,
Frédéric Lordon,
Alberto Toscano.

 

 

 

 

utopies critiques

Jeudi 20 février 18h15,
Plénière “Utopies critiques”, avec :
Étienne Balibar,
Jacques Bidet,
Moishe Postone,
Emmanuel Renault.

 

 

 

 

au-dela du patriarcat

Vendredi 21 février 19h,
Plénière “Au-delà du patriarcat”, avec :
Sara Farris,
Selma James,
Joan Scott.

 

 

 

 

 

au-dela de l'imperialisme

Samedi 22 février 19h15,
Plénière “Au-delà de l’impérialisme”, avec
Gilbert Achcar,
Houria Bouteldja,
Richard Seymour.

 

 

 

 

 

Consulter le site de l’événement

 

 

 

Séminaire “Les conceptions contemporaines de la domination III”, 3e séance : Katia Genel, 7 janvier 2014, Paris Ouest

bandeau2_seminaire_domination_2013_2014

La prochaine séance du séminaire “Les conceptions contemporaines de la domination”, qui  se  poursuit  pour  cette  troisième  année,  accueillera Katia Genel (Université Paris I, CHSPM). Elle donnera une conférence à propos de son livre Autorité et émancipation. Horkheimer et la Théorie critique (Paris, Payot, 2013).

Katia Genel est maître de conférences en philosophie et membre de CHSPM (Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne) à l’Université Paris 1. Ses recherches portent sur les différentes approches critiques de la société et leurs enjeux méthodologiques. Elle conjugue une perspective historique sur la tradition de « l’Ecole de Francfort », l’étude de ses sources dans l’idéalisme hégélien et le matérialisme de Marx, de son dialogue avec les sciences sociales, jusqu’à ses prolongements plus contemporains (chez Habermas et Honneth), à une perspective plus épistémologique, centrée sur l’étude des modèles de la critique et de l’interdisciplinarité.

.
Date :

Mardi 7 janvier 2014, 14h – 16h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Comité d’organisation :
Vincent Bourdeau (UFC Besançon, Logiques de l’agir)
Marie Garrau (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Katia Genel (Université Paris 1, CHSPM)
Stéphane Haber (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Christian Lazzeri (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Alice Le Goff (Université Paris Descartes, CERLIS)

 

Retrouvez la présentation et le calendrier du séminaire 2013-2014 “Les conceptions contemporaines de la domination III : l’apport de l’anthropologie”.

 

Voir aussi :

Les programmes du séminaire d’équipe Sophiapol:

– 2012-2013 Les conceptions contemporaines de la domination II (2e année)
– 2011-2012 Les conceptions contemporaines de la domination (1ère année)
– 2010-2011 Pour une épistémologie du capitalisme
– 2009-2010 La construction sociale des identités
– 2008-2009 Identités, conflits, mobilisations

Séminaire “Les aventures du sujet moderne : société marchande et narcissisme. 2”, programme 2013-2014, EHESS

 

La société contemporaine apparaît dominée par ce que Marx a appelé le “fétichisme de la marchandise”. Mais on y observe aussi une montée du narcissisme au sens de Freud : les individus ne connaissent qu’eux-mêmes et nient la réalité extérieure. Y-a-t-il un lien entre ces deux phénomènes? Le narcissisme est-il le côté subjectif du fétichisme ? On y trouve toujours le vide, la négation du monde extérieur dans sa multiplicité, la reductio ad unum. On propose ici un retour sur la naissance historique du sujet moderne dans son opposition au monde et sur le rôle du “travail abstrait” qui se représente dans la valeur marchande, ainsi que sur la dimension anthropologique et psychanalytique du problème – jusqu’aux formes extrêmes de narcissisme que sont la destructivité et la violence aveugle. Après avoir établi, l’année dernière, les bases conceptuelles de la notion de fétichisme, nous examinerons cette année son utilité pour une analyse sociologique et psychologique du monde contemporain.

Dates :
1er, 3e et 5e mardis du mois de 17 h à 19 h,
du 5 novembre 2013 au 29 avril 2014
Prochaine séance : 17 décembre 2013

Télécharger le calendrier des séances

Lieu :
EHESS, salle 10
105 bd Raspail
75006 Paris

Organisateur :
Anselm Jappe, professeur à l’Académie des Beaux-arts (Frosinone, Italie), membre associé au Sophiapol
Contact

 

– Retrouvez les informations complètes du séminaire 2013-2014 “Les aventures du sujet moderne : société marchande et narcissisme. 2” sur le site de l’EHESS et sur  Critique de la valeur.

Secondo seminario italo-francese di teoria critica: “Individuazione ed emancipazione”, 14-15 octobre 2013, Parme

 

seminario parma

 

Cette rencontre à Parme constitue le deuxième moment d’un séminaire franco-italien portant sur la théorie critique dont le premier volet s’est déroulé les 19 et 20 septembre 2013 à Turin.

Date :
Lundi 14 et mardi 15 octobre 2013

Lieu :
Universita degli Studi di Parma
Aula di presidenza
Via D’Azeglio 85
Parma
Plan

Contact :
corrado.piroddi@yahoo.it
martina.fortunati@studenti.unipr.it

 

Programme

14 ottobre
Chair: Ferruccio Andolfi (Parma)

14.00 Apertura

14. 30 Emmanuel Renault (Université Paris Ouest, Nanterre), Philosophie sociale et critique immanente
15. 30 Marco Solinas (Ehess/Firenze), Regressioni. Per una analisi dell’impatto psicosociale del capitalismo

16.30 Pausa

17. 00 Marco Deriu (Parma), Un ostinato diniego. La violenza maschile sulle donne come quesito sociale
18. 00 Rino Genovese (Normale-Pisa), Su emancipazione e individuazione

.

15 ottobre
Chair: Italo Testa (Parma)

09.45 Enrico Donaggio (Torino), La passione critica degli ultimi uomini
10.45 Paolo Costa (Fbk-Trento), Che ne è della critica se un ‘altro’ mondo non è più possibile?

11.15 Pausa

12.15 Alessandro Bellan (Cà Foscari-Venezia), Nature critiche. Teoria critica e etica dell’ambiente

.

L’incontro di Parma è il secondo momento di un seminario Italo-Francese di Teoria Critica avviato a Torino il 19-20 settembre 2013.
La partecipazione è libera.

.

Voir aussi:
Première séance du séminaire, 19-20 septembre 2013, Université de Turin
.

Télécharger l’affiche (pdf)

Parution du numéro 10/11 de la revue Illusio : “Théorie critique de la crise”

pub francfort.indd

Présentation de l’éditeur :

La livraison de la revue Illusio porte, comme son titre l’indique, sur la Théorie critique (du capitalisme, de la rationalité instrumentale, de la société administrée, de la culture de masse) et la crise.

Illusio a proposé aux auteurs de contribuer à penser les différentes dimensions des crises permanentes dans lesquelles sont prises les sociétés contemporaines :
– financières (boursicotages, krachs, crise des valeurs…) ;
– économiques (chômage, délocalisation, endettements névrotiques…) ;
– démographiques (vieillissement ou au contraire croissance galopante) ;
– de subsistance (désertifications, appauvrissements, émeutes de la faim) ;
– climatiques et écologiques (tsunami, raz-de-marée, tornades, réchauffement planétaire, disparition des espèces, atteintes à la biodiversité et aux écosystèmes) ;
– technoscientifiques (remise en cause de l’idée de progrès) ;
– politiques (disparition des idées et des projets potentiellement alternatifs au capitalisme, montée des politiques autoritaires, gestion comptable des populations) ;
– morales (scandales politico-financiers, évasion fiscales, corruptions, comportements mafieux) ;
– culturelles (industrialisation et spectacularisation des éléments de culture) ;
– sanitaires (pandémie, maladies professionnelles physiques et psychologiques, fraudes dans le secteur agro-alimentaire) ;
– religieuses (montée des fondamentalismes et activismes religieux).

Le volume I (« Comprendre, dénoncer, transformer ») donne une idée de l’ampleur du projet entrepris par la revue, puisque ce sont rien moins que trois volumes qui seront publiés d’ici à septembre 2014. Il s’agit d’un des plus gros travails collectifs consacrés à l’École de Francfort et à la Théorie critique qui aient été publiés ces dernières années. L’ensemble des trois volumes rassemble quelque 70 auteurs dont un tiers d’étrangers.

Aucune revue jusqu’alors n’avait laissé autant de place à des contributions non francophones. De nombreuses traductions d’auteurs contemporains sont ainsi proposées (Martin Jay, Douglas Kellner, Oskar Negt, Robert Kurz, Rolf Wiggershaus, Seyla Benhabib, Moishe Postone, Reimut Reiche) tout comme la traduction de textes inédits de philosophes classiques, telles que celles de Günther Anders, de Theodor Adorno, de Erich Fromm ou d’Herbert Marcuse. Les écrits français sont donc ici confrontés à la pensée allemande et anglo-saxonne, entre autres. De plus, une place importante a été accordée à des traducteurs spécialistes de la Théorie critique (Philippe Ivernel, Pierre Rusch, Jean-René Ladmiral, Marc Jimenez, Christophe David).

Outre cet aspect cosmopolite des contributeurs (États-Unis, Canada, Belgique, Allemagne, Italie, Brésil, Hollande, Portugal), c’est le choix épistémologique de la pluridisciplinarité et de la multiréférentialité qui est mis en avant, avec des regards aussi variés et croisés que ceux du sociologue, du psychologue, du professeur en littérature comparée, du pédagogue, de l’économiste, du politiste, du philosophe ou du linguiste, convoquant marxisme, freudo-marxisme, psychanalyse, phénoménologie, critique de la valeur, institutionnalisme, théorie critique du sport, etc. Notons encore, le parti pris d’Illusio de s’ouvrir à des auteurs d’horizons diverses, du professeur émérite aux jeunes docteurs en passant par des étudiants, sans compter les intellectuels sans attaches ou free lance.

L’originalité de ce projet réside dans les faits suivants :
– Tenter d’analyser la crise contemporaine permanente, multiple et généralisée par le prisme d’auteurs et concepts assimilés à ce que l’on nomme la Théorie critique.
– Ne pas limiter le champ de réflexion aux auteurs et aux textes les plus classiques, c’est-à-dire ne pas s’interdire de dépasser les contours traditionnels de la Théorie critique, voire redessiner ces derniers par l’entremise d’autres concepts et d’auteurs à la marge qui intègrent le cadre d’une critique radicale du capitalisme contemporain.
– Ne pas s’arrêter à une exégèse des auteurs classiques, à une histoire de cette « école » de pensée ou se contenter d’une littérature d’observation. Même si cela apparaît indispensable pour la compréhension et l’appropriation de ceux-ci, l’objet de cette nouvelle livraison d’Illusio est bien d’analyser notre monde hic et nunc, d’interpréter la société dans ce qu’elle a de plus contemporain, et à ce titre hautement critiquable ; mieux, d’éclairer une potentielle situation crépusculaire et/ou catastrophique à venir.
– Pour cela, dans ce 1er volume, les auteurs qui ont accepté de participer s’appuient sur des d’analyses aussi diverses que celles portant sur l’État, l’organisation révolutionnaire, le phénomène des indignés, le fondamentalisme religieux, les affinités entre capitalisme et totalitarisme ; ils mettent en avant des concepts importants comme la totalité ou la reconnaissance, tout comme la nécessité de leur critique ; ils démontrent la nécessité de recourir à Marx, Debord ou à la phénoménologie ; enfin, ils insistent sur la nécessité de porter un intérêt au cinéma, à l’esthétisme, à la littérature, à la traduction et au langage dans notre société médiatique actuelle.

Informations téchniques :

Éditeur : Le Bord de l’eau
Parution : 23/08/2013
Prix : 28 euros
ISBN: 978-2-35687-264-7
Format : 24 x 16
Nb de pages: 450

.

 

Table des matières :

Controverses et crise sociétale

Douglas Kellner, La théorie sociale critique de l’école de Francfort
Gérard Raulet, Légitimité et mondialisation. Actualité et limites de la théorie habermasienne des crises
Oskar Negt, Pourquoi les temps de crises sont-ils rarement des temps de prise de conscience ?(entretien)
Dietrich Hoss, « La misère de la Théorie critique…est le manque de la question de l’organisation »
Raffaele Laudani, Pour une théorie critique de l’indignation. Notes sur le rapport actuel entre les mouvements sociaux et le pouvoir destituant
Sonia Dayan-Herzbrun, La Théorie critique au-delà du postcolonial
Norbert Trenkle, Culturalisme et Aufklärung
Marc Weinstein,Penser le totalitarisme néolibéral. Six thèses sur les totalitarismes
Patrick Vassort, Le pessimisme radical face à la crise contemporaine. L’arme politique de la Théorie critique

Philosophie, politique et connaissance

Miguel Abensour, Pourquoi la Théorie critique ?
Stéphane Haber, Honneth : une interprétation critique du capitalisme contemporain
Claude Javeau, La Reconnaissance aux deux moments de l’analyse sociale
Emmanuel Renault, Théorie critique et critique immanente
Stefano Petrucciani, Adorno confronté à la théorie sociale de Marx
Alexander Neumann, La Théorie critique, une sociologie de la crise globale
Andrew Feenberg, La phénoménologie de Marcuse. Lire le chapitre VI de L’Homme unidimensionnel
Olivier Agard, Critique et philosophie de la vie chez Siegfried Kracauer

Art, langage et révélation

Martin Jay, Assumer les stigmates de l’inauthenticité. La critique adornienne de l’authenticité
Enzo Traverso, Le cabinet du Docteur Kracauer
Lucile Chartain, Théorie critique, cinéma et réunification. Le Nouveau cinéma allemand comme « sortie de crise » ?
Daglind Sonolet, Liberté et modernité. Anders, Arendt et Adorno interprètes de Kafka
Marc Berdet, Par delà fantasme et idéologie. La résolution « fantasmagorique » des conflits sociaux (à partir de Walter Benjamin)
Andrea D’Urso, Traduction, (re)production, révolution. Théorie critique et praxis désaliénante
Pierre V. Zima, Théorie critique et dialogue
Fabien Lebrun, De la destruction du langage au sein de la barbarie capitaliste
Neil Larsen, Idiome de crise. De l’immanence historique du langage chez Adorno

.

Télécharger la présentation de Illusio n°10-11

 

 

Primo seminaro italo-francese di teoria critica: “Nessuna passione spenta? Criticare il capitalismo oggi”, 19-20 settembre 2013, Torino

Premier séminaire italo-français sur la théorie critique à l’Université de Turin.

Dates :
Jeudi 19 au vendredi 20 septembre 2013

Lieu :
Université de Turin

Organisation :
Università di Torino, Culture Politica Società, Unione Culturale Franco Antonicelli

 

PROGRAMME

Giovedì 19 settembre
Sala lauree di Lettere – Palazzo Nuovo
presiede Enrico Donaggio

ore 9 – Introduzione ai lavori
ore 9.15 – Stéphane Haber, Allegorie di un capitalismo irrappresentabile. La fantascienza apocalittica nel cinema hollywoodiano contemporaneo
ore 10.15 – Gianluca Cuozzo, Resti dell’utopia, scarti del capitalismo
ore 11.15 – pausa
ore 11.30 – Dimitri D’Andrea, L’incubo degli ultimi uomini. Critica del capitalismo e immagini del mondo
ore 12.30 – Collettivo La Boétie, Investire se stessi. Capitalismo e servitù volontaria

Giovedì 19 settembre
Campus Luigi Einaudi – aula 3-D2-33
presiede Elena Pulcini

ore 15.15 – Dario Consoli, Tra psichismo e società. Retoriche dell’autonomia e dell’ autorealizzazione individuale
ore 16.15 – Christian Lazzeri, Rischio e riconoscimento nelle pratiche del neoliberalismo
ore 17.15 – pausa
ore 17.30 – Giovanni Leghissa, Enciclopedie e mitologie. Per una critica del neoliberalismo
ore 18.30 – Davide Gallo Lassere, Tra critica immanente e possibilità concrete. Denaro, capitalismo e monete del Comune

Venerdì 20 settembre
Campus Luigi Einaudi – aula 3-D2-33
presiede Pier Paolo Portinaro

ore 9.15 – Italo Testa, Potere e forme di vita
ore 10.30 – Leonard Mazzone, Crescita, crisi e sopravvivenza. Per una critica dell’ipocrisia politica
ore 11.15 – pausa
ore 11.30 – Simona De Simoni, Assemblaggi, scale e spazi inquieti. Spazio e politica nel capitalismo contemporaneo
ore 12.30 – Gianfranco Ragona, Tra etica e politica. Alternative socialiste

 

 

Séminaire “Pratiques des idées”, 4ème séance, “Ontologie sociale”, 12 avril 2013, Paris Ouest

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Le séminaire est organisé dans le cadre des activités de l’Ireph-Dipsa, du HAR-CRéART et du Sophiapol.

.
Date :
Vendredi 12 avril 2013 de 09h30 à 12h30.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Olivier Chassaing
Eva Debray
Florian Gaité
Pinar Karaoglu

Mathilde Lequin

Frédéric Monferrand

.

PROGRAMME

.
9h30-11h00
 : Présentation des travaux de Frédéric Monferrand (Sophiapol, Paris Ouest)
“Ontologie sociale et théorie critique du capitalisme: des Manuscrits de 1844 au marxisme autonomiste”
Chercheur discutant : Etienne Balibar (Sophiapol, Paris Ouest/University of California).

11h00-12h30 : Présentation des travaux de Olivier Surel (Sophiapol, Paris Ouest)
Sujet traité : “Ontologie sociale et naturalisme (une introduction)”
Chercheur discutant : Christian Lazzeri (Sophiapol, Paris Ouest).

 .

Présentation de l’intervention de Frédéric Monferrand

Intitulé de la thèse : “Ontologie sociale et théorie critique” sous la direction de Stéphane Haber

Dans ma thèse, j’essaye de développer l’intuition suivante : la « critique de l’économie politique » constituerait une réponse implicite à la question de savoir quels concepts fondamentaux requiert l’analyse des phénomènes économiques, sociaux, politiques et culturels que l’on réunit sous le terme de « capitalisme ». Parmi ces concepts, on peut retenir ceux de travail, de rapport, de forme, de processus, qui tous, semblent justifiables d’une enquête ontologique sur la réalité sociale.

Le problème n’est pas neuf. Des philosophes comme C. Gould ou G. Lukács s’étaient il y a déjà longtemps attachés à abstraire de textes comme les Grundrisse ou Le Capital un cadre général d’analyse, valant pour l’étude de toute vie sociale en général, à l’intérieur duquel se déploieraient les analyses concrètes portant sur le capitalisme. Pour être éclairantes, ces analyses me semblent cependant sous-estimer le fait suivant : la logique expansive du capital mise à jour par Marx dans l’ouvrage éponyme – la tendance du capital à reconfigurer en permanence les rapports sociaux et à intégrer certains éléments qui lui sont d’abord extérieurs – semblent justifier l’idée de faire de la société capitaliste l’objet privilégié de l’ontologie du social.  Mais n’est-ce pas là courir le risque « d’ontologiser » le capitalisme ?

Pour éviter cet écueil, il me semble que la stratégie consistant à élaborer a priori une ontologie sociale positive à l’aune de laquelle on viendrait, dans un second temps, mesurer la réalité du capitalisme, n’est pas la meilleure. Bien plutôt faut-il retourner le problème, et partir directement des concepts critiques élaborés par Marx dans sa théorie du capitalisme. La question devient alors : comment envisage-t-on le monde social, ce qu’il est et ce qu’il pourrait devenir, quand on entend le soumettre à la critique en termes d’aliénation, d’idéologie, de fétichisme, d’exploitation ? Qu’est-ce qui est aliéné, fétichisé, exploité ? Quels sont les concepts premiers auxquels on arrive lorsqu’on aborde le capitalisme à la lumière de ces concepts ?

Pour répondre à ces questions, il me semble pertinent de revenir à la manière dont Marx, dans les Manuscrits de 1844, a posé les jalons d’une ontologie sociale étroitement articulée à une théorie critique du capitalisme formulée en termes d’aliénation mais aussi d’étudier les échos d’un tel projet dans deux traditions divergentes quoique parfois réunies sous l’étiquette de « marxiste autonomiste » : le post-opéraïsme et la « critique de la valeur ». En effet, dans la mesure où les recherches d’auteurs tels que M. Postone ou A. Negri tendent, respectivement, à faire du capitalisme une totalité sociale autoreproductrice ou au contraire une forme sociale parasitaire toujours en retard par rapport à la « production biopolitique », elles peuvent être interprétées comme deux continuations possibles des thèmes de l’aliénation objective et de la vie générique développées dans les Manuscrits.

Mais par là même, ces ontologies critiques du capitalisme partagent les ambiguités caractéristiques des Manuscrits de 1844 concernant notamment les difficultés qu’il y a – dans le cadre d’une théorie de l’aliénation – à  thématiser les médiations, l’historicité et la conflictualité qui singularisent le capitalisme. La traversée critique du post-opéraïsme et de la critique de la valeur semble ainsi justifier le retour à l’analyse des concepts de structure, de système, de rapports et de pratiques, qui semble constituer l’objet propre de l’ontologie sociale, mais aussi de nombreux marxismes, d’Althusser à J. Bidet en passant par la « géographie radicale » et les théories du système-monde. En effet, c’est bien selon nous la capacité du capital à faire monde qui doit constituer l’enjeu principal d’une ontologie sociale critique.

 .

Présentation de l’intervention de Olivier Surel

Intitulé de la thèse : “Ontologie sociale et naturalisme”, sous la direction de Stéphane Haber.

Mise à jour juin 2015 : pour plus de précisions sur l’état actuel des recherches, consulter la page personnelle d’Olivier Surel sur Academia.edu

 

.
.

Présentation du séminaire Pratique des Idées  sur le site de Paris Ouest.

.

.

Nouvelle publication : Miriam Bankovsky et Alice Le Goff (dir.) “Penser la reconnaissance. Entre théorie critique et philosophie française contemporaine”

La théorie de la reconnaissance a récemment fait l’objet d’un regain d’intérêt de la part de la théorie critique, qu’il s’agisse d’élaborer une grille d’analyse de la grammaire des conflits sociaux au prisme de la reconnaissance ou d’interroger les modes d’articulation entre reconnaissance et redistribution au sein des débats sur la justice sociale. La théorie de la reconnaissance a ainsi contribué à une revitalisation de la théorie critique, en se nourrissant, entre autres, de l’apport de la philosophie et de la sociologie françaises. L’enjeu de ce volume est d’examiner les usages de la philosophie et de la sociologie françaises par la théorie de la reconnaissance. Mais il vise également à mettre l’accent sur la façon dont la philosophie et la sociologie françaises attirent notre attention sur des dimensions souvent occultées des processus de reconnaissance – caractère agonistique des processus de construction identitaire, rôle de l’inconscient dans l’acceptation des normes, vulnérabilité des corps… L’exploration du dialogue entre sociologie et philosophie françaises et théorie critique peut ainsi contribuer au développement d’une approche plus riche de la reconnaissance car plus consciente de ses aspects à la fois positifs et négatifs dans la vie intersubjective et sociale.

Miriam Bankovsky est Lecturer en théorie politique au département de science politique de La Trobe University, Melbourne. Ses recherches entrecroisent philosophie analytique et philosophie continentale afin de contribuer à un enrichissement des débats contemporains sur la justice économique et sociale.

Alice Le Goff est maître de conférences en philosophie à l’Université Paris Descartes. Ses travaux portent sur l’analyse des pratiques démocratiques contemporaines et sur l’épistémologie de la critique sociale, qu’ils abordent au prisme d’un dialogue entre pragmatisme et théorie critique.

 

Sommaire

PARTIE I
Apport d’un dialogue entre théorie critique et philosophie française

Théorie de la reconnaissance, théorie sociale et philosophie françaises contemporaines : rouvrir le dialogue
Miriam BANKOVSKY, Alice LE GOFF  13

L’apport de la philosophie française contemporaine à la théorie de la reconnaissance :
Entretien avec Axel Honneth 31

 

PARTIE II
Théorie sociale et sociologie françaises : Pouvoir, conflit et constitution des identités

Conflits de reconnaissance et sociologie critique
Christian LAZZERI  53

« Ce dont les gens sont capables » : Sociologie de la critique ou théorie critique ?
Robin CELIKATES  73

Conflit, reconnaissance, réification : figures de la réciprocité chez Sartre
Alice LE GOFF 91

 

 PARTIE III
Approches psychanalytiques françaises : Processus psychiques et acceptation des normes

 Psychanalyse et théorie de la reconnaissance : apports de la clinique de groupe de René Kaës
Claire PAGÈS  113

La reconnaissance impossible : Lacan, Butler, Žižek
Catherine MALABOU 131

 

PARTIE IV
Corps et vulnérabilité : l’apport de la phénoménologie française

 Théorie de l’action sociale chez M. Merleau-Ponty et A. Honneth
J.-P. DERANTY  149

Entre genre et subjectivité. Le recours à la phénoménologie du corps vécu dans la critique féministe d’Iris M. Young
Marie GARRAU  169

 

PARTIE V
Philosophies de la différence : Obligation et relation à autrui

La figure de l’autre chez Habermas et Derrida
Isabelle AUBERT  191

L’inhospitalité des droits de l’homme. Penser les rapports entre accueil et reconnaissance avec Lévinas et Habermas
Yves CUSSET 211

La différence est-elle une valeur en soi ? Critique d’une axiologie métaphilosophique
Gabriel ROCKHILL  231

 

Informations techniques:
Editeur : CNRS éditions
Collection : CNRS Alpha
ISBN : 978-2-271-07351-8
Date : 19/11/2012
Prix: 30 €