Archives par mot-clé : sociologie

Réédition: L’homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme, par Christian Laval

 

Le néolibéralisme entend triompher partout dans le monde comme la norme unique d’existence des êtres et des biens.
Il n’est pourtant que la pointe émergée d’une conception anthropologique globale qu’au fil des siècles l’Occident a élaborée. Celle-ci pose que l’univers social est régi par la préférence que chacun s’accorde à lui-même, par l’intérêt qui l’anime à entretenir les relations avec autrui, voire l’utilité qu’il représente pour tous. La définition de l’homme comme «machine à calculer» s’étend bien au-delà de la sphère étroite de l’économie, elle fonde une conception complète, cohérente, de l’homme intéressé, ambitionnant même un temps de régir jusqu’aux formes correctes de la pensée, à l’expression juste du langage, à l’épanouissement droit des corps.
Cette anthropologie utilitariste, fondement spécifique de la morale et de la politique en Occident, fait retour avec le néolibéralisme contemporain sous des formes nouvelles.
En retraçant, dans un vaste tableau d’histoire et de philosophie, les racines du néolibéralisme, Christian Laval donne à voir la forme, le contenu, la nature de la normativité occidentale moderne telle qu’elle s’affirme aujourd’hui dans sa prétention à être la seule vérité sociale, à se poser en seule réalité possible.

 

Informations techniques :
L’homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme, par Christian Laval
Gallimard, Collection Tel (n° 419)
Réédition parue le 7 septembre 2017
Première parution en 2007
400 pages, sous couverture illustrée, 125 x 190 mm
12€
ISBN : 9782072739248
Retrouvez toutes les informations sur le site de l’éditeur

Colloque scientifique du Festival international de sociologie (FISO), « La fabrication des corps au 21e siècle », 16-21 octobre 2017, Epinal

Dans un contexte de débat sur les pratiques de soin ou de prolongement de la vie et sur les conditions dans lesquelles intervenir sur la vie humaine, la seconde édition du Festival International de Sociologie (FISO) propose de faire le point sur la fabrication des corps au 21e siècle. Tout particulièrement reposée par les nouvelles technologies biomédicales, cette question suscite débats passionnés et paniques morales : jusqu’où peut-on transformer les corps humains ? Existe-t- il un corps humain “naturel” qu’il faudrait préserver de ces artifices techniques ? Comment le caractériser ? Que doit-on rechercher dans ces technologies de transformation corporelle ? Faut-il réparer ? Augmenter ? Améliorer ? Quels enjeux économiques, politiques et éthiques cela pose-t-il ? Quels retours a-t-on sur ces technologies ? En quoi se distinguent-elles des techniques plus ordinaires à travers lesquelles l’humain modèle et parfait son corps ? Autant de questions que soulèveront les évènements culturels et scientifiques composant cette édition 2017. L’ensemble de ces manifestations, organisées par le 2L2S et la SEV, se déroulera à Épinal.

 

Dates :
du 18 au 20 octobre 2017
Toutes les informations sur le site du Festival international de sociologie

Lieu :
Centre des Congrès d’Epinal, 7 avenue de Saint Dié à EPINAL (88000)
Plan d’accès

Organisation : 
Balard Frédéric, sociologue et anthropologue, 2L2S, Université de Lorraine, Bois Géraldine, sociologue, 2L2S, Université de Lorraine, Fernandes Anne, doctorante en sociologie, 2L2S, Université de Lorraine, Gouju Alissia, doctorante en sociologie, 2L2S, Université de Lorraine, Higelé Jean-Pascal, sociologue, 2L2S, Université de Lorraine, Jacquot Lionel, sociologue, 2L2S, Université de Lorraine, Julien Marie-Pierre, sociologue et anthropologue, 2L2S, Université de Lorraine, Kessler-Bilthauer Déborah, anthropologue, 2L2S, Université de Lorraine, Kraemer Charles, archéologue, HISCANT, Université de Lorraine, Président de la Société d’Emulation des Vosges SEV, Lamongie Laetitia, doctorante en sociologie, 2L2S, Université de Lorraine, Laumond Alexandre, historien, membre de la Société d’Emulation des Vosges SEV, Lopes de Carvalho Filho Juarez, sociologue, Universidade federal do Maranhão (Brésil), Mangin Grazia, doctorante en sociologie, 2L2S, Université de Lorraine Maronneau Laurent, doctorant en philosophie, 2L2S, Université de Lorraine, Parra Pablo, doctorant en sociologie, 2L2S, Université de Lorraine, Petit Christophe, adjoint à la culture à la ville d’Epinal, Primérano Julie, doctorante en sociologie, 2L2S, Université de Lorraine, Sinigaglia-Amadio Sabrina, sociologue, 2L2S, Université de Lorraine, Raban Catherine, ingénieure d’étude, 2L2S, Université de Lorraine, Renard Laetitia, adjointe administrative, 2L2S, Université de Lorraine, Toupet Lauréna, doctorante en sociologie, 2L2S, Université de Lorraine, Vathelet Virginie, ingénieure d’étude, 2L2S Université de Lorraine, Voléry Ingrid, sociologue, 2L2S, Université de Lorraine.

 

Programme scientifique :

Mercredi 18 octobre 2017

8h30-9h30 Accueil des conférenciers

9h30-11h00 Conférence par MANDRESI Rafaël (historien, Centre Alexandre-Koyré, CNRS) : Gérer les corps, dire la nature : appropriations savantes du corps humain dans l’Europe moderne
Thème : Identifier Le corps est un lieu double au regard des savoirs médicaux : celui de la source des connaissances, celui de leurs applications. Dans le premier cas, les enjeux à son égard sont ceux des manières d’obtenir les connaissances, de les saisir et les disposer dans des systèmes d’intelligibilité. Ce ne sont pas les seuls aspects, cependant : étudier les corps implique d’y avoir accès, ce qui entraîne des problèmes pratiques d’approvisionnement auxquels il faut donner réponse. Il en va de même pour la nature des corps : la question se pose de leur adéquation vis-à-vis des sollicitations diverses de connaissance que l’on exerce à leur sujet. Pour ce qui est du corps en tant que cible des savoirs et lieu de leurs usages, le couple santé-maladie apparaît évidemment comme le premier organisateur de la pensée et de l’action médicales. Or elles vont bien au-delà: les médecins sont concernés par le sain, mais aussi par le normal et le naturel. Ces trois qualités ne coïncident pas totalement, ni leurs domaines d’application ne se recoupent. Aussi les interventions des médecins ne se limitent-elles pas à la seule sphère du thérapeutique, de même que le savoir qu’ils produisent et mettent en oeuvre n’a pas non plus une utilité ni une finalité exclusivement thérapeutique. Au cours de cette conférence, Rafaël MANDRESSI reviendra plus largement sur l’histoire des pratiques médicales du XVIIe au XXe siècles, en mettant l’accent sur plusieurs études de cas. Cette conférence peut intéresser tous les praticiens curieux de l’histoire de leur discipline et des techniques qu’ils sont amenés à utiliser au quotidien.

11h00-11h15 Pause

11h15-13h00 Table ronde « Identifier » (techniques d’identification – biométrie, tests ADN, radiographie), avec : DORON Claude-Olivier (philosophe, Université Paris Diderot /SPHERE-Centre Canguilhem) DUBEY Gérard (sociologue, Telecom école de management, CETCOPRA) MARTRILLE Laurent (médecin, chef du service de médecine légale du CHU de Nancy) SOUFFRON Valérie (sociologue, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CETCOPRA).
Elle dressera un état des lieux des questions sociologiques, juridiques, médicales et philosophiques se posant autour des conceptions et utilisations de la biométrie (depuis ses prémices dans les établissements scolaires, les consulats, les postes aux frontières), des tests ADN à des fins de détermination d’ascendances biogéographiques ou ethniques et des méthodes radiographiques (dentaires/osseuses) utilisées pour évaluer l’âge de migrants se déclarant mineurs.

11h15-13h00 Ateliers doctoraux (deux en parallèle) animés par BALARD Frédéric (socio-anthropologue, Université de Lorraine-2L2S) et SINIGAGLIA-AMADIO Sabrina (sociologue, Université de Lorraine-2L2S).
Ils ont pour objectif de donner un espace d’expression informel aux doctorant.e.s travaillant sur la fabrication des corps. La parole y est co-construite, libre, spontanée et sans public, permettant un travail collectif.

13h00-14h30 Pause déjeuner

14h30-15h00 Discours inaugural par M. HEINRICH, Maire d’Epinal M. MUTZENHARDT, Président de l’Université de Lorraine M. KRAEMER, Président de la SEV M. JACQUOT, Directeur du 2L2S

15h00-16h00 Conférence par JUAN Salvador (sociologue, CERREV, Université de Caen) : Le corps comme institution : l’antinaturalisme des “durkheimiens” Thème : Identifier Si le corps est une réalité biologique dépendant de notre évolution collective et de notre histoire personnelle, il est aussi et surtout un construit culturel et une production sociale -y compris aux plans organique et physiologique. Les « durkheimiens », à commencer par Mauss et jusqu’à nos jours, ont été les premiers à le montrer. Notre corps est largement devenu une réalité historiquement instituée et donc modifiable à volonté.

16h00-16h30 Pause

16h30-18h30 Ateliers scientifiques
A1 / REPENSER LE CORPS – Corps, marchés et travail
J-P. HIGELE COLOMB FABRICE : Les biobanques : comment rendre évident le stockage et le morcellement du vivant, MILANOVIC FABIEN : Aux frontières du corps : biotechnologies, ontologies et agentivité dans les biobanques, HIDRI NEYS OUMAYA : L’évaluation des corps lors du recrutement. Étude des techniques de neutralisation des recruteurs de la grande distribution sportive, DUFOURNET TANGUY : Identifier par le corps, enrôlement et subjectivité dans le travail.
B1 / EDUQUER – Genre, corps et travail de l’apparence
I.VOLERY, S.SINIGAGLIA-AMADIO ABE NAOKO : Le vêtement comme modalité matérielle de contrainte ou de libération du corps et son effet de valorisation sociale des femmes, BOISVILLIERS MURIEL : Le costume du financier : Un uniforme pas si uniforme, LOUCHET CINDY : Un contrôle des corps sans aucune résistance ? Etude des centres de remise en forme réservés aux femmes, DOUNY LAURENCE : Parer le corps et façonner les subjectivités: la question de la brillance chez les Marka-Dafing du Burkina Faso, BRAIZAZ MARION : Fabriquer son apparence : une exploration identitaire au prisme du genre.
C1 / IDENTIFIER – Identifier et corriger les fragilités
F. BALARD, M-P. JULIEN FAYA ROBLES ALFONSINA : La fabrication des corps fragiles. Nouvelles perspectives sanitaires du vieillissement, GALLORO PIERO, JOVELIN EMMANUEL, LEVILAIN HERVÉ, VIRIOT-DURANDAL JEAN-PHILIPPE : La production de la vieillesse comme objet de politiques « publiques ». De l’injonction du corps social au corps physique, DAUBEUF JEAN-BAPTISTE : Le corps précaire au XXIe siècle, TISSOT NINA : Penser le corps durable et renouvelable, dans les actions de réduction des risques liés à l’usage des drogues, SCHMITT FLORENT : Discipliner sans contrainte : la responsabilisation des usagers de drogues face aux risques sanitaires dans les structures médicosociales spécialisées.

Jeudi 19 octobre 2017

9h00-11h00 Ateliers scientifiques

A2/ REPENSER LE CORPS – Mise en scène des corps
L.SOUILLES, C.SCHRECKER DEMAILLY LISE ET CONVERT BERNARD : Figures de l’intervention sur le corps dans la littérature de science-fiction, PERRIER MÉLANIE : Pour un corps relationnel en danse La virtuosité de la relation comme technique (retour sur un processus de création d’une pièce chorégraphique), FEYT JULIEN : Performance et perception du corps de l’artiste, LE ROULLEY SIMON : La scène punk Do It Yourself : la discipline des corps peut-elle conjurer la réalité de la domination ?, LIOTARD PHILIPPE : Fabriquer son corps au 21e siècle : innovations techniques et invention de soi.
B2 / EDUQUER – Corps et subjectivités au travail
A.GOUJU, S.PAYE JACQUOT LIONEL : La fabrication des corps et l’enrôlement des subjectivités à l’usine Bata : socio-histoire d’une anatomie politique, MARCHAND ANNE, PRIMERANO JULIE : « Réparer » un cancer professionnel : (re-)penser la valeur des corps abîmés par le travail, ROSSELIN CÉLINE : Corps sous pression : pénibilité, résistance des matières et réseau d’actions sur les actions des autres chez les scaphandriers des travaux publics, POUSSIN ADELINE : Des corps pour « faire corps » : modelages corporels au sein des Troupes de Marine, GACOGNE MARIE-JOSÉE ET JORRO ANNE : Arts de faire du médiateur scientifique et culturel intervenant auprès d’un public.
D1 / REPARER – Expériences du corps réparé – prothèse / brûlure
M-P. JULIEN, M. WINANCE BAUDIN CAROLE : La perte des sens et du sens des corps technicisés, CESCA MALOU, SECA JEAN-MARIE : Entretenir et augmenter : le rapport à la corporéité prothétique et l’émergence d’une représentation sociale nouvelle de l’identité chez les sourds implantés, GROUD PAUL-FABIEN : Le corps amputé prothésé : entre recomposition et incomplétude, DUBUIS ALEXANDRE : L’ex-peau-sition de la brûlure grave à la face : défi pour la médecine et les ex-patients, GRAVELIER CAMILLE, GOFFINET LAETITIA, VOLERY INGRID : Survivre ou renaître de la brûlure : analyse de récits de grands brûlés de la face et des extrémités visibles.

11h15-12h15 Conférence par CERQUI Daniela (anthropologue, Laboratoire d’anthropologie culturelle & sociale, Université de Lausanne) : Angelina Jolie est-elle un cyborg ? Réflexions autour d’une société transhumaniste qui s’ignore
Thème : Réparer, augmenter les corps Il s’agira de retracer dans un premier temps le parcours de recherche qui m’a conduite à penser que notre société est une société profondément transhumaniste qui s’ignore. Partie d’une enquête ethnographique (effectuée à la fin du XXe siècle) auprès d’ingénieurs qui revendiquaient de n’effectuer que des recherches dans le champ du thérapeutique, il m’est vite apparu un glissement flagrant entre une médecine thérapeutique et une médecine d’augmentation. C’est de là qu’a découlé mon séjour de recherche à l’Université de Reading, auprès du premier être humain à s’être fait implanter une puce informatique reliée à son système nerveux avec pour but avoué d’augmenter ses capacités et de devenir le premier représentant d’une nouvelle espèce: les cyborgs. Un retour à l’origine de ce terme montre qu’il ne se limite pas à la fusion entre l’humain et la machine, cette dernière n’étant qu’une modalité parmi d’autres d’augmentation de l’humain. Dans un second temps, je me concentrerai sur une autre de ces modalités : la génétique, en m’intéressant au cas d’Angelina JOLIE qui a subi volontairement une ablation des seins, des ovaires et des trompes de Fallope, après qu’un test génétique de médecine prédictive a montré qu’elle avait un risque élevé de contracter un cancer du sein ou de l’ovaire. Nous montrerons qu’une pratique comme celle-là, dont nul ne conteste l’intérêt pour l’individu qui en bénéficie, ne peut que conduire à une médecine à deux vitesses et que, plus fondamentalement, elle ouvre aussi à des pratiques eugénistes.

12h15-13h30 Pause déjeuner

13h30-16h00 Table ronde « Réparer, augmenter les corps », avec : DALIBERT Lucie (philosophe, Cermes 3, Inserm U988) DÉCHAMP-LEROUX Catherine (sociologue, CLERSE, Université de Lille 3) ROSSELIN Céline (anthropologue, CETCOPRA, Université de Paris 1) WINANCE Myriam (sociologue, CERMES 3, Inserm U988)
Elle interrogera ce que les objets et les techniques font aux corporéités et aux subjectivités, à partir de perspectives théoriques diverses (sociologie pragmatique, anthropologie des cultures matérielles) et de terrains pluriels (handicap, vieillissement, politiques de santé notamment). Elle questionnera aussi les conceptions de l’humain véhiculées de manière explicite ou implicite dans les sciences sociales et dans les espaces sociaux étudiés.

16h00-16h15 Pause

16h15-18h15 Table ronde « Penser la prothèse à partir de l’expérience du membre fantôme », avec : CODEMARD François (prothésiste, IRR, Nancy) DE GRAAF Jozina (sciences cognitives, ISM, Université Aix-Marseille) JARRASSÉ Nathanaël (sciences de la robotique, ISIR, Université Pierre et Marie Curie) MAESTRUTTI Marina (sociologue, CETCOPRA, Université Paris 1) TOUILLET Amélie (médecin, IRR, Nancy)
Elle fera état de prothèses du membre supérieur conçues à partir de l’expérience du membre-fantôme. Les différent.e.s participant.e.s présenteront leur travail au sein d’une recherche qui rompt avec les conceptions traditionnelles de la prothèse en partant de l’expérience sensorielle des patients amputés.

 

Vendredi 20 octobre 2017

9h00-11h00 Ateliers scientifiques
A3 / REPENSER LE CORPS – Corps et sports
F. BALARD STAUFFER LAETICIA : « Mais nous les adultes bien corrompus, on en a besoin justement » : le corps sain(t) et le « naturel » dans les enseignements de yoga et les trajectoires de pratiquant.e.s. en Suisse romande, LETZ GÉRALDINE : La technologisation du corps sportif : l’hybridité au carrefour de la réparation et de la transgression, MARSAC ANTOINE : La fabrique du corps sportif au XXIe siècle : espaces et dispositions sociales, KNOBÉ SANDRINE, GRASSLER MARINE ET GASPARINI WILLIAM : Les transmissions familiales du goût à l’activité physique : l’exemple des enfants d’un quartier populaire strasbourgeois.
C2 / IDENTIFIER – Mesurer l’âge
JP. VIRIOT-DURANDAL, V.VINEL PERROT ADELINE : Dans le corps-à-corps du jugement et de l’accomplissement de l’âge, PLUIES JULIE, BRESSAN MARGAUX : Entre soins, éducation et socialisation : comment penser la double assignation d’un âge physique et mental ? Etudes de cas en pédopsychiatrie marocaine, SOUFFRON VALÉRIE : Estimation de l’âge osseux des mineurs isolés : les certitudes du « corps-images », JULIEN MARIE-PIERRE, VOLERY INGRID : Identifier par le corps : approche sociologique-anthropologique des mesures médicales de l’âge des Mineurs étrangers Non Accompagnés.
B3 / EDUQUER – Eduquer les corps
G.BOIS, A. FERNANDES PITTET CHRISTOPHE : L’usage des arts de la scène comme support de contrôle des corps dans le champ de l’insertion, MOREAU GÉRALDINE : Corps fabriqué et corps fabriquant, PLASSE-BOUTEYRE CHRISTINE : « Le métier d’élève » aujourd’hui : injonctions normatives et socialisation du corps.

11h00-11h15 Pause

11h15-12h15 Conférence par DIASIO Nicoletta (sociologue, DynamE, Université de Strasbourg) : Le jeu des ressemblances
Thème : Éduquer et Identifier Parmi les formes d’identification et de catégorisation par le corps, la ressemblance a une place particulière. Opérateur savant et « profane » de connaissance et de classement à travers toute une chaîne de concepts associés (reconnaissance, similitude, vraisemblance, faux-semblant…), la ressemblance a produit des formes naturalisées d’identité et d’altérité qui interrogent le statut même du regard et du visible. Mais quels corps sont en jeu dans la production sociale des ressemblances ? Quelles sont les idées de « nature » qu’ils convoquent ? Et quelles singularités engendrent-ils ?  Chassés-croisés de traces matérielles, affectives, sociales, esthétiques qui inscrivent dans des appartenances plurielles, les ressemblances permettent enfin de questionner l’idée d’individu qui aurait cours dans les sociétés européennes contemporaines en tant que corps singularisé, physiquement distinct et non interdépendant, à l’avantage d’un corps relationnel qui, même dans ses manifestations les plus technicisées, inscrit la personne dans des dimensions qui la transcendent.

12h15-14h00 Pause déjeuner

14h00-16h00 Ateliers scientifiques
A4 / REPENSER LE CORPS – Procréation, genre et normalisation médicale des corps
I.VOLERY AFSARY ALEXANDRA : Penser la naturalité par les pratiques qui la soutiennent : de la contraception hormonale à la contraception « naturelle », CHARLAP CÉCILE : Artificialité vs naturalité ? Représentations et « techniques du corps » à la ménopause, MOORE MYRIAM : L’ « empowerment » ambiguë offert par la quantification des cycles de fertilité, VINEL VIRGINIE : Modèles de corporéité dans la littérature médicale contemporaine sur la puberté et la ménopause, VIALLE MANON : La vision naturaliste du cadre légal français de l’AMP en question.
B4 / EDUQUER – Sexualités : normes médicales, sociales et culturelles
C. SCHRECKER VALKAUSKAS ELODIE : Le discours sur la sexualité au cinéma : le cas du film d’éducation sexuelle « Helga, de la vie intime d’une jeune femme », ZOLESIO EMMANUELLE : Analyse d’un dispositif d’éducation à la vie affective et sexuelle en CM1- CM2 et de sa réception par les enfants et les familles, BOULET ELSA : Les deux visages de la maternité : la tension entre encadrement sanitaire de la grossesse et responsabilités domestiques des femmes, THIZY LAURINE : « Mon corps m’appartient ! » Actualité, paradoxes et appropriations d’un discours féministe par les femmes recourant à une Interruption Volontaire de Grossesse.
C3 / IDENTIFIER – Technologies biomédicales et définitions du vivant
M-P. JULIEN DECHAUX JEAN-HUGUES : Correction anténatale du génome, reproduction humaine et parenté, FLOCCO GAËTAN, GUYONVARCH MÉLANIE : L’idée de nature à l’épreuve des biotechnologies. L’avènement d’un « vivant de synthèse »?, DENISE THOMAS : Des corps « techniqués » aux « techniques du corps » : de l’objectivation à la subjectivation corporelle en réanimation, CAVALIN CATHERINE, MACCHI ODILE, ROSENTAL PAUL-ANDRÉ : Chacun pour soi et tous ensemble ? Sexe et « race » entre sciences sociales, épidémiologie et médecine, BOURGOIS PIERRE : L’humain face au projet transhumaniste.

16h00-16h15 Pause

16h15-18h15 Ateliers scientifiques
C4 / IDENTIFIER – Mort et fin de vie
H.LEVILAIN MAGLIO MILENA, GARCÍA VIVIEN : Aux frontières du vivant, au coeur du politique, LAUNAY PAULINE : L’idée de « nature » contre le « tabou de la mort ». Organisation des temporalités du mourir et du deuil et leurs accompagnements en Unité de Soins Palliatifs, TOUPET LAURÉNA : De la symbolique de la mort propre. Entre médicalisation palliative et revendication d’un droit à mourir : les redéfinitions du bien mourir, BALARD FRÉDÉRIC, SCHRECKER CHERRY : Du corps altéré au corps « altérisé » : le suicide des personnes âgées, HAMARAT NATASIA : L’euthanasie, un idéal de « mort sans fin de vie » ? Sur les processus de prises de décisions dans les situations oncologiques en Belgique.
B5 / EDUQUER – Contrôle et expérimentation corporels
G.BOIS, D. KESSLER-BILTHAUER LAVERGNE THOMAS : De la centralité du corps en interaction désincarnée : le cas de la figuration de soi dans la prostitution masculine en ligne, JULIEN MARIE-PIERRE : Le corps dans les courants de sociologie et d’anthropologie des pratiques alimentaires, FROGER-LEFEBVRE JULIETTE : Le culte du corps maigre : les pratiques anorexiques comme enjeu d’expertise, ONNO JULIEN : Les pratiques du Quantified Self : analyser les rapports entre des dispositifs et des corps.
D2 / REPARER – Expériences du corps soigné
I. VOLERY, J. PRIMERANO LANCELOT MATHILDE : Dépasser la dichotomie entre corps et technologie : le cas du soin technologique de stimulation cérébrale profonde appliqué à la maladie de Parkinson, DELORME ANNICK : Représentations du corps de patients adultes atteints de mucoviscidose et utilisateurs d’un appareil respiratoire de la part du personnel médical, des patients et de certains de leurs proches. Processus de tâtonnement : approche, familiarisation, distanciation dans la perspective de la greffe, LECOINTE MARIANE : « Des soins … à Soi » : Dispositif psychologique de groupes cliniques utilisant la médiation des soins esthétiques en cancérologie gynécologique, BAILLY MARIE-CHARLOTTE : On ne touche pas avec les yeux ! Quand les images prennent corps sous le regard des techniciens en radiothérapie.

Télécharger le programme scientifique du colloque

 

Séminaire “Pour une sociologie mondialisée non hégémonique : Outils communs, connaissances situées et connexions productives”, programmation 2017-2018, Paris

Depuis une trentaine d’années, les débats à l’échelle mondiale nous montrent une sociologie tiraillée entre le Nord et le Sud, entre l’unité et la fragmentation, entre le nationalisme méthodologique et le fluidisme méthodologique, entre l’hégémonie occidentale et les tentations de l’indigénisation. Pourtant, l’histoire et les enjeux de ces discussions ne sont que peu connus en France. Ce séminaire, qui se tiendra à Paris à la FMSH en vue de préparer l’organisation d’un séminaire résidentiel international rassemblant une vingtaine de sociologues du monde entier à Bordeaux en 2019, permettra de faire le point sur ces débats et d’envisager, par l’invitation de spécialistes français ou étrangers de la question, aussi bien la situation actuelle que l’avenir de la discipline dans le cadre d’une sociologie mondiale non hégémonique.Ce séminaire se tiendra à la FMSH, Boulevard Raspail, à Paris, sur un rythme mensuel, d’octobre à mai. Une journée d’études en juin viendra conclure l’année.

Lieu :
Fondation MSH | 54 boulevard Raspail, 75006 Paris
Salle BS1-28 (Conseil A)

Organisation :
Séminaire organisé par le Collège d’études mondiales / Fondation maison des sciences de l’homme (FMSH) en partenariat avec : le Centre Emile Durkheim (Bordeaux), Sophiapol (Paris Nanterre), Institut für Soziologie (Freiburg), Centro Studi Postcoloniali (Napoli) :
– Stéphane Dufoix (Sophiapol, Université Paris Nanterre)
Eric Macé (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux)
Manuela Boatcă (Université de Fribourg)
Gennaro Ascione (Université de Naples)

Programme

Jeudi 5 octobre 2017  | 17h30-19h30
Présentation du séminaire par Stéphane Dufoix (Université Paris-Nanterre) et Eric Macé (Université de Bordeaux)

Jeudi 12 octobre 2017 | 17h30-19h30
Hebe Vessuri (Universidad Nacional Autónoma de México) Global social science : Interconnecting multiples voices

Jeudi 30 novembre 2017 | 17h30-19h30
Michel Wieviorka (FMSH) Entre nationalisme, internationalisme, cosmopolitisme et globalisme: les sciences humaines et sociales sont-elles à la hauteur des grands défis contemporains ?

Jeudi 14 décembre 2017 | 17h30-19h30
Stéphane Dufoix (Université Paris-Nanterre) Essai de généalogie des débats sur la sociologie mondiale depuis la fin des années 1940

Jeudi 11 janvier 2018 | 17h30-19h30
Manuela Boatcă (Université d’Heidelberg) Global Sociology: The Un-Erasure of the Non-Western

Jeudi 1er février 2018 | 17h30-19h30
Lutfi Sunar (Université d’Istanbul) Out of Eurocentrism: What Can be the Sources of a Non-Eurocentric Sociology ?

Jeudi 15 mars 2018 | 17h30-19h30
Gennaro Ascione (Université de Naples) Teratological Concept Formation for World Sociology

Jeudi 5 avril 2018 | 17h30-19h30
Danilo Martuccelli (Université Paris-Descartes) Ecritures et réécritures de la modernité

Jeudi 31 mai 2018 | 17h30-19h30
Shalini Randeria (Graduate Institute of International and Development Studies, Genève) Locations and Locutions: Unravelling the Concept of « World Anthropology/Sociology »

Toutes les informations sont disponibles sur le site du Collège des études mondiales

Appel à communications : Session « Politique de la reconnaissance et citoyennetés culturelles », XIX ISA World Congress of Sociology, 15-21 juillet 2018, Toronto Canada

 

La session a pour objet de discuter les arguments et les auteurs concernant le pluralisme culturel développés dans plusieurs contextes institutionnels tel que le fédéralisme (Taylor, Kymlicka), tel que le républicanisme (Walzer) ou les théories subalternes sous les régimes autoritaires (Bresil). L’analyse sociologique et la philosophie politique contemporane considérent les arrangements multi niveaux entre les droits et les affirmations de l’identité (Benhabib, 2006), qui redessinent les perspectives sur la sphère publique et le politique (Habermas), sur le pouvoir et la conception du peuple (Balibar).

Nous invitons des communications qui présentent des terrains d’étude concrets ou des séquences historiques sur la formation du soi pluriel (plural self) selon des contextes culturels et des cadres institutionnels précis. Ces analyses spécifieront les dimensions de la reconnaissance qui peuvent se développer au sein des sphères institutionnelles et culturelles. Elles pourront préciser les temporalités plurielles qui façonnent le soi pluriel (Honneth, Lahire , Brown). Les conflits culturels de la modernité peuvent être réévalués dans une perspective socio-historique configurée entre l’instrumentalité et l’expressivité, entre les multiplicités et l’identité.

La session entend préciser les dynamiques et les « formations » sociales soutenant le soi pluriel (capitalisme néo libéral) en considérant la contribution des communautés (appartenances, échange social, expression), la contribution des marchés (individualisme possessif, transaction), la contribution de l’Etat (garantie des droits et des pluralismes, égalité formelle). Selon quelles modalités, les droits culturels et les différentes formes de la citoyenneté culturelle peuvent elles reconnaitre et façonner les formes sociales d’un soi pluriel ?


Date:

Du 15 au 21 juillet 2018

Lieu :
Toronto Canada

Comité d’organisation :
Patrizia ALBANESE, Ryerson University, Chair
Jim CONLEY, Trent University, CSA Treasurer, Vice Chair
Sherry FOX, Canadian Sociological Association, Coordinator/Administrator
Margaret BANCERZ, Ryerson University, CSA Graduate Student Representative
Myrna DAWSON, University of Guelph, CSA Representative
Simon LANGLOIS, Université de Laval, CSA Faculty Representative from Central Canada
Susan MCDANIEL, University of Lethbridge, CSA Faculty Representative from Prairies/Western Canada
Mark STODDART, Memorial University, CSA Faculty Representative from Eastern Canada
Evie TASTSOGLOU, St. Mary’s University; CSA/ISA Member Representative
Rima WILKES, University of British Columbia, CSA Faculty Representative from British Columbia

Modalités de soumission des propositions :
Les propositions seront envoyés avant le 30 septembre 2017.
L’inscription se fera à partir du site de l’ISA
Vous pouvez également contacter Gilles VERPRAET gilles.verpraet@wanadoo.fr

Nouvelle parution : « Déplacer les frontières du travail », Revue Tracés, n° 32/2017

Les reconfigurations récentes du capitalisme industriel dans les sociétés occidentales ont jeté le trouble sur la définition même du travail et sa fonction dans la société. À partir des années 1970, ces métamorphoses ont suscité, dans le champ des sciences humaines et sociales, un mouvement d’extension consistant à qualifier de travail un nombre croissant d’activités considérées jusqu’alors comme relevant de la générosité, du partage, de la solidarité, du don, du plaisir, de la création ou de l’engagement. À un moment historique de remise en cause du travail salarié et de sa capacité intégrative dans la société, de montée du chômage et de marchandisation générale de l’activité humaine, ce numéro de la revue Tracés souhaite poursuivre cette entreprise de dénaturalisation du travail en appréciant les luttes de qualification qui viennent régulièrement renégocier ses frontières. Le terme de frontières a son importance. Envisagé comme zones de contact mouvantes, il permet de sortir d’une réification des activités et de porter l’attention sur la plasticité du travail et de ses délimitations. Si chacune des contributions du numéro apporte un éclairage particulier à notre problématique, toutes défendent une même optique : restituer de façon positive les frontières mouvantes de l’activité laborieuse au plus près des pratiques sociales, saisir en quelque sorte la catégorie travail en action, dans un souci de reconnaissance des individus et de leur engagement dans la société.

Numéro coordonné par Anaïs Albert, Clyde Plumauzille et Sylvain Ville.

Table des matières

Anaïs ALBERT, Clyde PLUMAUZILLE et Sylvain VILLE
Déplacer les frontières du travail
Shifting the boundaries of work

Articles

Claire BOER
Les travailleurs de la mer : désertions et débarquements des marins provençaux au xviiie siècle
Sea-workers: desertions and disembarkations of Provence’s sailors during the 18th century

Collectif ROSA BONHEUR
Des « inactives » très productives. Le travail de subsistance des femmes de classes populaires
Highly productive “economically inactive” women. The subsistence labour of working-class women

Irène-Lucile HERTZOG
Le travail re-productif des femmes : le cas de l’assistance médicale à la procréation (AMP) en France
Women’s reproductive work: the case of Assisted Reproductive Technology processes in France

Sébastien BROCA
Le digital labour, extension infinie ou fin du travail ?
Is digital labour the end of labour or its infinite expansion?

 

Dossier traduction

Anaïs ALBERT et Clyde PLUMAUZILLE
Présentation du dossier
Introduction

Natalie Zemon DAVIS
Les femmes et le monde des Annales
Women and the world of the Annales

Étienne ANHEIM 
Genre, publication scientifique et travail éditorial. L’exemple de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales
Gender, academic publishing, and editorial work: the case of the journal Annales. Histoire, Sciences Sociales

 

Entretiens

Morgane MERTEUIL et Thierry SCHAFFAUSER 
Le travail du sexe : entretien croisé avec Morgane Merteuil et Thierry Schaffauser
Propos recueillis et présentés par Anaïs Albert et Clyde Plumauzille
Sex work: a joint interview with Morgane Merteuil and Thierry Schaffauser

Ludovic GARATTINI et Camille PALOQUE-BERGES 
Berenson, « l’anti robot-travail »
Berenson, a nonworker Robot

 

Colloque international, « Why Private Property ? Politics of property and its alternatives », 20 et 21 juin 2017, Bruxelles

Why private property rather than any other system of property rights? This question no longer arises today as private property seems to have been consecrated as a fundamental institution of our liberal societies. Private property, on the self as well as on the fruits of one’s labor, even seems to be a “natural right”. This “naturalization” of private property went along with the development of what C.B. Macpherson called “possessive individualism”, and appears to be the culmination of that paradigm. Nowadays, private property is one of the few axioms on which relies contemporary liberalism and as with every axiom, it seems to be so self-evident that it is rarely questioned.

Yet the political history of modernity shows that the obviousness of this “natural” right has given rise to numerous debates and conflicts. In a social context characterized by a highly unequal distribution of capital ownership, the 19th century socialists notoriously denunciated the abuses caused by the “absolute” right the owners have on their property. As they claimed, this absolute right easily converts in a relation of domination on whoever needs the resource or anything derivate from the resource. Given that private property could ambivalently promote individual autonomy or transform into a relation of domination, many authors like J.S. Mill, Karl Marx, or P.-J. Proudhon felt the urgency to reform and rethink the institutions defining private property in order to conform them to the ideals they should serve.

Besides this old strand of criticisms and debates (which are becoming relevant again), contemporary developments in social institutions and practices as well as in the theory of justice raise new problems and challenges for critical thought on property. Should the distribution of resources be based on individual merit? And in that case, what is “merit”? Is inheritance (i.e. appropriation without labour) a legitimate institution? How to combine private property and public interest in the case of education, heritage protection, or access to medication protected by patents in health emergencies? Does the private property right include the right to destroy or abuse a good in order to raise prices for instance? Or the right to relocate some capital with no other reason than to raise profits? Can we grant inventors and creators intellectual property rights on what they have created without granting them harmful rents? And above all, considering the recent technological developments that facilitate the ability to access a service or a resource on the ownership of that resource, is the old paradigm of private property still adapted to the “age of access”, to paraphrase Jeremy Rifkin? In this conference, we want to address the many questions that shape current debates concerning the right to private property.

To encourage fruitful debates, it is suggested that the submitted abstracts should relate to the following themes:

  1. Private property and normative approaches. The first theme focuses on political dimensions of private property and appeals contributions that aim at clarifying the relationship between the structure of ownership and the political expectations of modern democratic societies such as fundamental rights, democracy, access to essential resources, liberty, inequality … This theme is also open to contributions exploring the links between the institutions defining property rights and the political objectives of modern political societies, both in terms of individual liberty, economic efficiency or interdependencies. One can also ask whether it is reasonable to give substantial or normative value to private property right, given that this right is in fine a bundle of different and distinct rights.
  2. Private property and social issues. This second theme focuses on critical social studies related to property right. It aims at illustrating how the structure of property rights constitutes, maintains or dissolves social relations. Private property has been criticized because it is assumed that it supports the emergence of an individualistic way of life (without being necessarily selfish in itself), and fosters domination when it is related to the means of production. Contributions will critically study how private property can shape subjectivities and have significant social effects on how people relate to each other.
  3. Contemporary challenges to private property and new types of ownership. The objective of this third theme is to address the new challenges to which the concept of private property is confronted today, and the alternative conceptions that they suggest. Do the debates on intellectual property paradigms shed a new light on the justifications for material property? And what does the growing dematerialization of the economy (with phenomena such as digitization or 3D printing) mean for property? Should we move from a paradigm of ownership to one of access, or common property? And what is the impact of the so-called “collaborative” or “sharing economy” on power relations? Can the idea of a basic income be justified in a theory of appropriation, or fair distribution of property rights?

These themes are not restrictive: participants are welcome to submit any proposal related to the questioning of ownership regimes. Since the debates on private property lie at the crossroad between laws, economics, political theory, but also sociology, anthropology and philosophy, this conference is interdisciplinary and will welcome any contribution that articulates the perspective of his own discipline with a reflection on the politics of property. To open the debate as much as possible, the symposium will be held in English and the call for papers will be spread in both the French-speaking and the English-speaking academic communities.

Date :
20 et 21 juin 2017

Lieu :
Université Libre de Bruxelles, Belgique (Belgium)
Institut d’études européennesAvenue Franklin Roosevelt 39, 1000 Bruxelles, Salle Geremek (Geremek Room)

Organisation :
Philippe Van Parijs (Université catholique de Louvain), Stéphane Haber (Université Paris Nanterre), Justine Lacroix (Université libre de Bruxelles), Pierre Crétois (Paris 10), Eric Fabri (Université Libre de Bruxelles), Maxime Lambrecht (Université catholique de Louvain)

Inscription :
La participation à la conférence est gratuite mais l’inscription est obligatoire.
Pour vous inscrire, envoyez un mail à l’adresse suivante : propertysymposium2017@gmail.com
Votre mail aura pour objet : “Enregistrement de la conférence”.
Seront indiqués : nom, affiliation et adresse mail

 

Programme

Mardi 20 juin 2017

8h45 – 9h15 : Welcome and coffee
9h15 – 9h30 : Introduction
9h30 – 10h30 : Keynote 1 – Hillel Steiner (Emeritus Professor, University of Manchester), “Why Private Property”

10h30 – 10h45 : coffee break

10h45 – 12h45 : Session 1 – Rethinking Self-Ownership
Chair : Eric Fabri
Kasper Ossenblock (PhD candidate, Ghent University), “Does self-ownership imply access to natural resources?”
Billy Christmas (PhD candidate, University of Manchester), “The Mystery of Ownership” 
Sylvain Lajoie (Master student, University of Montreal), “From Self-Ownership to an Egalitarian Concept of Property”

12h45 – 13h45 : lunch break

13h45 – 15h45 : Session 2 – Rethinking the Legitimacy of Property
Chair : Justine Lacroix
Constanza Salgado (PhD candidate, University of Edinburgh), “Freedom as distribution of spheres of liberty”
Jan Beuerbach  (PhD candidate, University of Leipzig), “Property as Interface. Hegel and Arendt on Personal Data”
Francis Cheneval (Professor of political philosophy, University of Zurich), “Towards Property-Owning Democracy Through Private Property of Personal Data”

15h45 – 16h00 : coffee break

16h00 – 17h20 : Session 3 – Rethinking the Legitimacy of Property (continued)
Chair : Pierre Crétois
Gavin Kerr (Independent Researcher, UK), “Strongly & minimally conditional rights of private ownership”
Victor Mardellat (PhD candidate, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), “Private property and Redistribution: building on Scanlon’s account of promises”

17h20 – 17h45 : coffee break

17h45 – 18h45 : keynote 2 – Jean-Fabien Spitz (Professor, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “Back to Locke on appropriation. How to justify the right to exclude?”

20h00 : Conference dinner

 

Mercredi 21 juin 2017

9h00 – 9h30 : Welcome and coffee

9h30 – 10h30 : Keynote 3 – Karl Widerquist (Associate Professor, SFS-Qatar, Georgetown University), “Justice as the Pursuit of Accord – A more-tentative theory with far-reaching implications”

10h30 – 10h45 : coffee break

10h45 – 12h45 : Session 4 – Rethinking the Implications of Property
Chair : Martin Deleixhe
Alessandra Quarta (Research Fellow, University of Turin), “Rethinking property in terms of access”
Thomas Ferretti (Postdoctoral Fellow, University of Torronto), “The distributive effects of the collaborative economy”
Samuel Cogolati (FWO PhD Fellow, Leuven Centre for Global Governance Studies, University of Leuven), “International law to save the commons”

12h45 – 14h00 : lunch break

14h00 – 15h20 : Session 5 – Rethinking the Implications of Property (continued)
Chair : Maxime Lambrecht
Gabriel Wollner (Assistant Professor in Political Philosophy, Humboldt University), “Democracy Against Property”
Marc-Antoine Sabaté (PhD candidate, Université Libre de Bruxelles), “Universal Basic Income’s political legitimacy reconsidered. Unconditionality, autonomy and social property”

15h20 – 15h35 : coffee break

15h35 – 16h55 : Session 6 – Rethinking the History of Property

Chair : Jean-Yves Pranchères
Aviezer Tucker  (Center Associate, Davis Center for Russian & Eurasian Studies, Harvard University), “The new inversion in the philosophy and politics of property rights”
Bru Laín Escandell (Associate Professor, University of Barcelona), “Absolute Dominium, Fiduciary Property Rights, and Citizenry”

16h55 – 17h15 : coffee break

17h15 – 18h30 : Round table – The Proper Role for Property in a Theory of Justice
Chair : Philippe Van Parijs, Hoover Chair, UCLouvain

18h30 : Conference Cocktail

Partagez l’information sur Facebook

“Le bûcher des vaines régressions”, Sacha Raoult, 24 mai 2017, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La neuvième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Sacha Raoult, docteur-HDR en sciences juridiques, chercheur en sociologie, Maître de conférences à Aix-Marseille Université (LDPSC-Lames) et rattaché, comme sociologue, au Sophiapol, pour la dernière communication qu’il propose avant la soutenance de sa thèse de doctorat en sciences humaines et sociales – mention sociologie.

Cette communication est intitulée :

Le bûcher des vaines régressions.
Origines et effets des controverses académiques
sur l’évaluation quantitative des politiques pénales aux Etats-Unis

.

Date :
Mercredi 24 mai 2017, de 17h00 à 19h00 (attention : il s’agit, encore une fois, d’un mercredi).

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 202 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé : 

Quand Enrico Ferri proposa en 1884 de démontrer par des analyses statistiques « l’inefficacité presque complète des peines contre les délits » (1893), il employa une méthode d’analyse qui semble avoir largement disparu dans la littérature actuelle, même si on peut toujours la retrouver dans certains travaux (Dills et al. 2009, Zimring et al. 2010) : la comparaison, à l’œil nu, de séries temporelles sur la « sévérité » des châtiments et sur les « crimes » enregistrés. Au tournant du XXe siècle, l’analyse de Ferri fit l’objet d’un retentissement important dans la littérature académique anglophone. Saluée comme innovante, érudite et rigoureuse par ses pairs (qui ne mentionnent pas, par exemple, les critiques adressées par Gabriel Tarde à son interprétation des données judiciaires) chaque édition de la Sociologie criminelle fait l’objet de plusieurs récessions, unanimement positives sur cet aspect, quoi que pensent les auteurs des comptes-rendus des autres volets du livre (jugés par exemple « polémiques [et] incongrus » dans l’American Journal of Sociology).

Ces recensions s’étalent jusqu’aux années 1920. En 1939 parait l’ouvrage de Georg Rusche et Otto Kirchheimer (R&K), Peine et Structure Sociale. Il contient une analyse statistique du même type que celle de Ferri, « confirmant sur une échelle plus large (ses) résultats » (1992) et en tirant les mêmes conclusions. Mais l’accueil réservé à l’analyse de R&K dans les revues scientifiques anglaises et américaines est bien différent : les statistiques sont jugées « peu convaincantes », « sans grand intérêt ». Unanimement les recensions de cet ouvrage, qu’elles soient positives ou négatives sur les autres aspects, nous indiquent que le standard des analyses statistiques causales doit évoluer : « à présent on est en droit d’attendre de la recherche en science sociale […] qu’elle attribue un poids à chaque facteur », nous dira un des lecteurs. Les temps changent, nous ne sommes plus à l’époque de Ferri.

La littérature quantitative anglophone sur ce type de problématique a explosé depuis les années 1970. La grande question du « libre arbitre des criminels » qui avait animé les recherches du XIXe siècle a été remplacée par un ensemble de sous-questions : effet dissuasif, neutralisant, criminogène, de la prison, en comparaison avec l’amende, en comparaison avec la peine de mort, effets de divers programmes de détection et de traitement de la « récidive », effets de politiques ciblées, etc.

L’histoire de chacune de ces sous-questions de recherche est rythmée par des moments clé où les vieux standards sont jugés obsolètes. Ces jugements relatifs au standard sont émis au sujet de travaux particulièrement controversés. Mon travail prend pour objet ces controverses académiques. Depuis les années 1970, ces controverses portent sur un certain type d’analyses statistiques causales produites dans une logique de « new public management » du crime : la nouvelle pénologie (Malcom et Feeley, 1992). Il s’agit de travaux analysant « l’efficacité » des politiques pénales dures, dites « tough on crime » (durcissement des peines, peine de mort, peine planchers, dérégulation des armes à feu, méthodes actuarielles de prédiction de la récidive) à partir d’analyses de régression, de différences dans les différences[1] ou d’indices de ROC[2].

Mon travail, tout en contribuant à compléter certains aspects de la sociologie du champ scientifique (Bourdieu, 1976), se situe entre une sociologie des controverses scientifiques (Lemieux, 2007 ; Gingras, 2014), une sociologie historique de la quantification (Desrosières, 2008) et une sociologie du travail académique (Lamont, 2009 ; Menger, 2015).

Ma méthodologie engage une analyse critique de la littérature, une analyse quantitative et qualitative du CV des acteurs et une série d’entretiens formels et informels avec des membres du corps académique ainsi que du personnel administratif d’universités américaines.

Je me pose trois séries de questions sur ces controverses.

La première question concerne leur origine. Je montre que, de façon récurrente, l’origine des controverses tient aux implications politiques des résultats, notamment à la vie politique en dehors des universités, et à l’utilisation qui peut être faite des résultats par les agendas politiques. Lorsque les résultats d’analyses statistiques causales sont présentés comme susceptibles d’être utilisés par des agendas radicaux (comme les travaux de R&K sur l’efficacité de la prison ou les travaux de Dills et al. sur la légalisation des stupéfiants) ou conservateurs (comme les travaux d’Isaac Erhlich sur la peine de mort, de John Lott sur les armes à feu ou de Steven Levitt sur les peines plancher), ils suscitent la mobilisation de « gardiens du Temple » (Kuhn, 1962), universitaires au fort capital académique et scientifique et défendant des positions progressistes. Tout en protégeant la méthode scientifique, ces chercheurs agissent dans les termes humanistes recommandés par Bruno Latour dans sa critique des agendas radicaux et conservateurs (2004), comme si les deux entreprises allaient nécessairement de pair. Cette mobilisation est renforcée par le fait que l’agenda de l’adversaire est compris comme sa motivation première, qui vient souiller la pureté de la démarche scientifique. En réponse, les radicaux et les conservateurs concernés se décrivent comme victimes d’une chasse aux sorcières – et lisent aussi dans la réaction à leur travail un agenda d’idéologues. Les deux niveaux de débats (politique et méthodologique) se superposent toujours.

Je montre également que cette opposition entre les agendas progressistes, radicaux et conservateurs correspond à la répartition du capital académique aux Etats-Unis sur la période que j’étudie, où, à l’exception de University of Chicago, les universités prestigieuses produisent des contributions progressistes alors que les contributions radicales et conservatrices émanent d’universités nettement moins prestigieuses et moins dotées en termes de moyens. Ces observations sont particulièrement saillantes pour certaines disciplines et certaines questions, les espaces moins polarisées semblant être moins affectés par cette forme d’hétéronomie.

Les deux questions suivantes concernent les effets des controverses.

Les controverses ont d’abord un effet sur le développement des méthodes d’analyses statistiques causales. Les standards de ces méthodes, à partir desquels on juge de la qualité des travaux controversés, évoluent au fil des années. Les controverses jouent un rôle essentiel dans cette évolution. Je montre comment ces standards peuvent suivre deux chemins suivant des logiques internes

Le premier chemin est un « chemin de standardisation » : le standard « progresse » en devenant de plus en plus en phase avec les développements des recherches fondamentales (en mathématique, en statistique et en informatique). Le chemin emprunté par les diverses questions est toujours le même (on passe de 1. un modèle univarié à 2. des modèles multivariés ad hoc à 3. un modèle multivarié standardisé).

Le second chemin est un « chemin d’abstraction » : on passe de l’analyse à la méta-analyse, puis à l’analyse des biais, pour « élever » le débat et comprendre les raisons des désaccords.

Si l’avancée sur ces chemins se fait en référence aux développements des recherches fondamentales ou bien à l’aide d’emprunts aux autres recherches appliquées (économétrie, médecine), la temporalité de l’avancée sur ces chemins varie en fonction des questions. Ma thèse est que ce sont les conséquences politiques des travaux controversées qui déclenchent la « progression » des méthodes : refusant d’accepter une recherche dont les conséquences sont hérétiques, les acteurs mobilisent le nécessaire progrès méthodologique comme un argument dans la controverse, et ce progrès est alors acquis pour servir de référence dans les controverses ultérieures.

Enfin, ces controverses ont un effet sur les carrières des chercheurs qui y participent. L’analyse quantitative fait apparaître une nette différence entre les chercheurs titulaires au moment où éclate la controverse, protégés des effets potentiels de celle-ci, et les chercheurs non-titulaires, dont l’impression première est qu’ils sont sacrifiés à l’occasion du débat sur les méthodes que leurs travaux suscitent. Les entretiens montrent que les premiers ne perçoivent que peu l’académie comme touchée par des logiques politiques alors que les seconds ont l’impression d’être victimes d’un appareil idéologique d’Etat. Néanmoins, dans une démarche réflexive – les chercheurs que j’étudie ayant pour principal objet de débat la question de l’attribution de causes – je conclue sur la difficulté de porter une assertion causale du fait de variables cachées relative à la prudence et à la compétence des acteurs dans leur apprentissage des règles du champ – règles à la fois scientifiques, académiques et morales.

Bibliographie

Abbott, A. Chaos of disciplines. University of Chicago Press, 2001.

Altbach, P. G., Gumport, P. J., Berdahl, R. O. American Higher Education in the Twenty-First Century: Social, Political and Economic Challenges, The John Hopkins University Press, 2011.

Althusser, Louis. Idéologie et appareils idéologique d’État. J.-M. Tremblay, 2008.

Barnes B. Bloor D. et Henry J. (dir.). Scientific knowledge: A sociological analysis. University of Chicago Press, 1996.

Bloor, D.. Knowledge and social imagery. University of Chicago Press, 1991.

Bourdieu, Pierre. “Le champ scientifique.” Actes de la recherche en sciences sociales 2, no. 2 (1976): 88-104.

Bourdieu, Pierre. Homo academicus. Editions de Minuit, 1984

Charles, and Joshua B. Tenenbaum. “The discovery of structural form.” Proceedings of the National Academy of Sciences 105, no. 31 (2008): 10687-10692.

Farrell, B. et L. Koch. “Criminal justice, sociology, and academia.” The American Sociologist 26, no. 1 (1995): 52-61.

Finkelstein, M. J., et Schuster, J. H. The American Faculty, The John Hopkins University Press, 2006. (518)

Fourcade, Marion, Etienne Ollion, et Yann Algan. “The superiority of economists.” The Journal of Economic Perspectives 29.1 (2015): 89-113.

Frickel, S. et N. Gross. “A general theory of scientific/intellectual movements.” American sociological review 70, no. 2 (2005): 204-232.

Garland, D., “Criminological knowledge and its relation to power: Foucault’s genealogy and criminology today”, The British Journal of Criminology, 32, no. 4, p. 403-422

Gingras Y. Controverses: Accords et désaccords en sciences humaines et sociales. CNRS Editions; 2014.

Gross, N. et Fosse, E. “Why are professors liberal?” Theory and Society. 41,no 2 (2011):127-168

Gross, N. et Simmons, S. (2014) Professors and their politics, John Hopkins.

Klein, D. B., et Stern, C. “Professors and their politics: The policy views of social scientists.” Critical Review: A Journal of Politics and Society.  17, no3-4 (2005):257-303.

Koppl, Roger. “The social construction of expertise.” Society 47.3 (2010): 220-226.

Lamont, M. How professors think. Harvard University Press, 2009.

Latour, Bruno. “Why has critique run out of steam? From matters of fact to matters of concern.” Critical inquiry 30.2 (2004): 225-248.

Lemieux C. À quoi sert l’analyse des controverses?. Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle. 2007(1):191-212.

Moody, J. “The structure of a social science collaboration network: Disciplinary cohesion from 1963 to 1999.” American sociological review 69, no. 2 (2004): 213-238.

Sheldon, Myrna Lynn Perez. The Public Life of Scientific Orthodoxy: Stephen Jay Gould, Evolutionary Biology and American Creationism, 1965-2002. Diss. 2014.


[1] La méthode des différences dans les différences est une technique d’analyse statistique causale qui consiste à tenter d’imiter les méthodes expérimentales en comparant les séries temporelles dans un groupe de traitement (par exemple dans lequel on applique une réforme spécifique) et un groupe de contrôle (dans lequel cette réforme n’est pas appliquée) tout en tentant d’éviter les problèmes d’endogénéité.

[2] L’indice de ROC, pour caractéristiques opératoires du récepteur (receiving operator characteristics) est un indice permettant de classer des outils de détection ou de diagnostic pouvant renvoyer des vrais et faux positifs. Initialement utilisé pour classer les méthodes de Radar, il est largement utilisé en médecine et est devenu un standard pour évaluer les méthodes de prédiction de la récidive.

Colloque international : “L’attachement aux cyber-choses”, 15-16 juin 2017, Nanterre

 

© Vinclu – Gatebox, Azuma Hikari – http://gatebox.ai

L’attachement aux cyber-choses : logiciels sentimentaux, love-bots et séducteurs de synthèse

 

Date :
Jeudi 15 juin et vendredi 16 juin 2017, de 9h30 à 18h

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment W (Max Weber), salle des conférences (rez-de-chaussée à gauche)
Comment venir ?

Organisation du colloque et de la programmation :
•    Julie Abbou (Université Paris 13)
•    Agnès Giard (Université Paris Nanterre)

 

 

Ce colloque se propose d’étudier les enjeux et les modalités de l’attachement aux substituts affectifs numériques, c’est-à-dire de comprendre comment, en amont – au niveau des concepteurs – et en aval – au niveau des utilisateurs – les humains fabriquent du lien affectif avec des entités issues des Technologies de l’Information et de la Communication. Qu’il s’agisse de petit copain pour écran tactile, de personnage « à aimer » (dating sim), d’épouse holographique ou de chatbot sexualisé, ces entités feront l’objet d’analyses portant sur la façon dont elles sont mises au point, appropriées, détournées, animées, aimées ou mises à distance par leurs utilisateurs.

 

Programme

Jeudi 15 juin 2017 | 9h30-18h 

9h30 Accueil

9h45-10h00 | Philippe COMBESSIE
Directeur du Sophiapol (EA 3932), Université Paris Nanterre, France

Introduction

 

10h00-10h30 | Nathanaël WADBLED
Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Lorraine, France

Aimer un non-humain. Les enjeux anthropologiques de la série Äkta Människor

 

10h30-11h | Clotilde CHEVET
Sciences de l’Information et de la Communication, GRIPIC-Celsa, France

Siri, le robot qui m’aimait ? Etude des ressorts linguistiques d’une « ingénierie de l’enchantement »

 

11h00-11h30 | Ludivine ALLIENNE-DISS
Sociologie, Université Picardie Jules Vernes, France

Robots sexués, robots sexuels ? Une approche par le terrain

 

12h30-14h30 | Déjeuner

 

14h30-15h00 | Olivier SERVAIS et Vincent BERRY
Anthropologie, Université de Louvain, Belgique / Sciences de l’éducation, Université Sorbonne, France

S’occuper “pour de vrai” d’animaux “pour de faux”.
Analyse socio-anthropologique des usages et des représentations des virtual pets par les jeunes francophones

 

15h-15h30 | Marion COVILLE
Sciences de l’Information et de la Communication, Université Sorbonne, France

Les modalités d’échanges et d’attachement entre robot et personnes âgées

 

16h-16h30 | Pause

 

16h30-17h | Dorothea MLADENOVA
Etudes japonaises, Université de Leipzig, Allemagne

Who will chat with you when I’m dead? Post-mortem software from an emotional perspective

 

17h-17h30 | DISCUSSION autour du dessin animé L’Humanité a décliné
(人類は衰退しました, Jinrui wa Suitai Shimashita), réalisé par Kishi Seiji (2012)
à partir des light novels de Tanaka Roméo (mai 2007-septembre 2016).

 

 

Vendredi 16 juin 2017 | 9h30-18h 

9h30 Accueil

9h45-10h15 | Leticia ANDLAUER
Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Lille, France

Tomber amoureuse dans une simulation de messagerie : enjeux de la relation dans Mystic Messenger

 

10h15-10h45 | Mukae SHUNSUKE
Games studies, Université Ritsumeikan, Kyôto, Japon

Otome games et doublage : interférences affectives avec les “acteurs de voix”

 

10h45-11h15 | Adrien MATHY
Linguistique, sémiotique et rhétorique, Université de Liège, Belgique

Pour une approche linguistique de l’attachement aux cyber-choses : le cas des eroge

 

11h15-11h45 | Julien BOUVARD et Mathieu TRICLOT
Etudes japonaises. Université Jean Moulin Lyon III, France / Philosophie. Université de Technologie de Belfort Montbéliard, France

Du clavier aux larmes : comment le jeu Clannad produit des affects

 

12h30-14h30 | Déjeuner

 

14h30-15h00 | Sacha DEMAZY
Anthropologie, Université Paris Nanterre, France

Love Plus : techno-intimité et fonctions sociales de la représentation d’une féminité « kawaii »

 

15h-15h30 | Edmond ERNEST dit LABAN
Anthropologie,  Université Paris 8 – Vincennes à Saint Denis (France) et Université de Concordia, Montreal, Québec, Canada

L’amour partagé pour des personnages masculins fictifs comme régime d’homosocialité dans les communautés féminines d’otaku à Ikebukuro

 

16h00-16h30 | Pause

 

16h30-17h | Nicola Pietro BONALDI
Anthropologie, Université de Milan-Bicocca, Italie et Université de Ritsumeikan, Kyôto, Japon

Du choix et du collectionner : les visual novels japonais et l’attachement transmédiatique

 

17h-17h30 | Agnès GIARD
Anthropologie, Université Paris Nanterre, France

Le couplage doll-idol à l’ère du monde en « 2,5 Dimensions »

 

Cliquer ici pour télécharger le programme complet (avec résumés des communications)

 

Comité scientifique de ce colloque international

  • Julie Abbou, docteure en sciences du langage, enseignante contractuelle à l’Université Paris 13.
  • Philippe CombessieProfesseur des universités, socio-anthropologue, Directeur du Sophiapol (EA 3932), Université Paris Nanterre.
  • Laurent Di Filippo, Chargé de recherche au département R&D du Studio Ernestine à Strasbourg et membre associé au Centre de recherche sur les médiations (CREM), Université de Lorraine.
  • Agnès Giard, anthropologue, chercheur rattaché au Sophiapol (EA 3932), Université Paris Nanterre.
  • Emmanuel Grimaud, anthropologue, Chargé de recherche au CNRS, LESC-UMR7186, Université Paris Nanterre.
  • Roberte Hamayon, Directeur d’études émérite à l’EPHE.
  • Marie-Anne Paveau, Professeure en sciences du langage, Pléiade (EA 7338) Université Paris 13.
  • Denis Vidal, Directeur de recherche à l’Institut français de recherche sur le développement (Urmis-Paris Diderot), enseignant associé à l’EHESS et au Musée du Quai Branly.