Archives par mot-clé : socio-anthropologie

Nouvelle parution : La concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, par Julien Bernard

La surprise, le coup de foudre amoureux, le chagrin, la peur, la colère, la joie, la compassion, nous faisons tous en tout lieu et à tout âge l’expérience d’émotions plus ou moins intenses qui nous marqueront pour la vie. Julien Bernard, membre du Sophiapol – GDR Lasco -, toujours attentif aux frontières de l’humain, s’intéresse à ces “points de frottement” qui souvent nous dominent jusqu’à nous paralyser, quand ils ne nous mettent pas en action.

C’est par elles que nous nous inscrivons affectivement dans le monde naturel et social, par elles que nous nous positionnons face aux autres et que nous développons notre rapport au monde.

Ressentir des sentiments implique l’hétérogénéité des réalités subjectives et quantitatives qui nous entourent, d’où la difficulté méthodologique que rencontre le sociologue pour les saisir et les étudier. L’enjeu consiste à analyser en amont les déterminismes qui en seraient à la base et, en aval, la dynamique irrésistible que leur expression introduit.

Devenue une science à part entière incontournable dans les pays anglo-saxons, la “sociologie des émotions” est aujourd’hui un enjeu de premier plan pour les sciences sociales. Nos systèmes de communications ont évolué au point de devenir centraux dans la vie de chacun et nous sommes désormais inscrits dans une “société émotionnelle” pour une longue durée où désormais les sentiments devenus valeurs marchandes se font concurrence bien au-delà de nos personnes.

 

Table des matières

I – A la croisée des chemins de pensée
1 – De la nature de l’homme
2 – Entre le corps et l’esprit : la culture
3 – L’enjeu des catégories

II – La vie privée sous influences
1 – Les attachements
2 – Faire un “travail émotionnel”
3 – Famille, je vous aime
4 – Même quand il y a mort d’homme

III – La fabrique sociale des émotions
1 – L’état du collectif
2 – Comment les émotions viennent aux enfants
3 – Des modèles culturels de sensibilité ?
4 – Le clivage des sensibilités

IV – Du jeu dans le système
1 – Les émotions dans les interactions
2 – Le couple : quotidien et résistances à l’idéal
3 – Les relations de soin

V – La dynamique des émotions
1 – La mise en action
2 – Gouverner (par) les émotions

VI – Les émotions dans l’histoire
1 – Quel individu ?
2 – La famille : histoire d’une controverse
3 – Impliquer les émotions, expliquer le changement

Conclusion : une société émotionnelle ?

Annexe méthodologique
La réflexivité / Collecter des données / Les catégorisations / Ecrire le sensible

 

Informations techniques

Broché : 256 pages
Editeur : Editions Métailié
Collection : Traversées
Date de parution : 27 avril 2017
ISBN-13 : 979-1022606226
ASIN : B01MRK7JOM
Dimensions : 21,6 x 1,9 x 14,1 cm
Prix de vente public : 20,00 €

Informations concernant l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Nouvelle parution : Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques, sous la direction de Philippe Combessie

Cet ouvrage tend un miroir à facettes multiples, devant lequel chacun peut s’interroger sur son propre rapport au corps, saisi par des injonctions souvent contradictoires : individualisation croissante d’un côté, tendance à l’uniformisation de l’autre. Parallèlement, la régulation globale se trouve de plus en plus structurée en problématiques « santé », inféodées pour partie au pouvoir médical, pouvoir soumis aux mêmes injonctions, édifiées en vérités plurielles, que l’ensemble de la société contemporaine. L’articulation entre sociologie et anthropologie engage une dynamique réflexive qui permet de mettre en lumière à la fois les souffrances et les marges de manœuvre des acteurs.

Quel est le point commun entre la sexualité et… le contact des cadavres ? Entre des pathologies somatiques lourdes, comme le cancer ou le sida, et… la situation carcérale ? Assurément le corps. Qui plus est, le corps mis en péril.

Sommaire

Philippe Combessie
Mauss et les bébés nageurs. Des corps en péril à la mise en abîme des regards

Lucie Nayak
Sexualité de personnes « handicapées mentales » : une typologie

Catherine Deschamps
De quelques arrangements avec la prévention

Vincent Rubio
Se protéger. Mais de quoi ? Corps, santé et commerce du sexe. Récit d’un jeune escort

Clément Méric
Cancer, sexualité et genre masculins. Le cas d’hommes atteints d’une tumeur testiculaire

Anne Vega et Guillaume Coindard
Regards des soignés atteints d’un cancer sur leur prise en charge : corps, émotions et inégalités sociales

Guillaume Brie
Soin, coercition et capital culturel. Analyse sociologique des rapports des condamnés pour pédophilie à la prise en charge médicale

Lara Mahi
Sur la balance, le poids de la peine. Analyse des usages d’un instrument de mesure

Julien Bernard
Une dépersonnalisation inachevable ? Ethnographie du rapport aux « corps » dans un laboratoire d’anatomie

 

Informations techniques :
Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques, sous la direction de Philippe Combessie
Editions : Presses universitaires de Paris Nanterre
Collection : Le social et le politique
Parution : 14 mars 2017
Format : 150 x 210 mm
Nombre de pages : 150
ISBN :  978-2-84016-262-9
Prix broché : 15,00 €

Retrouvez la présentation de l’ouvrage sur le site du comptoir des presses d’universités

Critique publiée dans la revue Questions de communication
Critique publiée dans la revue Lectures.org

Colloque international « Les échanges sexuels et leurs “clients” », 14-16 juin 2016, Paris Ouest

Illustration colloque "Les échanges sexuels et leurs clients"

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». L’originalité de la perspective est donc double puisqu’il s’agit non seulement de repenser à nouveaux frais l’économie de la sexualité dans son ensemble, mais également de le faire à partir de la question spécifique de celles et ceux qui, occasionnellement ou non, de manière implicite ou explicite, « paient », « achètent », « rémunèrent », « rétribuent », etc. Se trouve donc au cœur de ce colloque une question dont l’apparente simplicité masque une profonde complexité : qui paie dans les échanges économico-sexuels ? Comment et pourquoi ? Certaines aires culturelles ou certains contextes socio-historiques connaissent-ils des spécificités en la matière ?

Dans de nombreux cas, les communications présentées dépassent le seul cadre de la prostitution pour s’intéresser aux formes « plus ordinaires » de négociation(s) de la sexualité.

Dates :
Du mardi 14 juin au jeudi 16 juin 2016

Lieux :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche, salle des conférences (le mardi 14 juin)
Bâtiment F, troisième étage, salle des conférences F352 (le mercredi 15 et le jeudi 16 juin)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Initiative et organisation :
Philippe Combessie, professeur des universités, directeur du Sophiapol (EA 3932)
Catherine Deschamps, maître assistante – HDR (Ecole Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine/ Sophiapol-GDR Lasco)
Vincent Rubio, chercheur sous contrat (Université Paris Ouest/ Sophiapol-GDR Lasco)

Contact :
Amélie Le Bihan, chargée du pilotage des projets du Sophiapol : amelie.lebihan [at] u-paris10.fr

Programme

Mardi 14 juin 2016
Salle des conférences : bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche

 

9h45 – Ouverture

Philippe Combessie, directeur du Sophiapol, introduction.

Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)
Conférence inaugurale.

 

10h45 – Session 1 : Dialogues entre théorie et terrain
Président de séance : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, France)

Nathanaël Wadbled (Université du Québec à Montréal, Canada)
Repenser les rapports de genre hors du modèle des rapports de classe : critique de la modélisation économique de la sexualité.

Vincent Rubio (Université Paris Ouest, France)
Les limites de l’authentique. À propos des clients de la prostitution masculine sur Internet.

14h00 – Session 2 : De « bons » clients ?
Président de séance : Bruno Proth (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine, France)

Pierre Brasseur (Université Lille 1, France)
De la gueule cassée à l’accompagné sexuel : figures du client en situation de handicap.

Lucie Nayak (Inserm, France)
Les formes de l’échange dans la sexualité de personnes désignées comme « handicapées mentales ».

15h30 – Session 3 : Objets transactionnels
Présidente de séance : Myriam Joël (Ined, France)

Cécile Thomé (EHESS, France)
« Si t’as pas de préservatif y’a pas de rapport ». Étude des négociations sexuelles ordinaires.

Maxime Bello (Université Paris Ouest, France)
La vente des fluides corporels sur internet : rôles et affects.

Mercredi 15 juin 2016
Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

9h45 – Session 4 : Coucher avec les mots
Présidente de séance : Catherine Deschamps (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine et Université Paris Ouest, France)

Jean Zaganiaris (École de gouvernance et d’économie, Rabat, Maroc)
Parlez-moi de (faire) l’amour : penser les sexualités négociées et l’immanence du désir au sein des champs littéraires français et marocain.

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke, Canada)
Portrait du client en bédéiste. Sur Vingt-trois prostituées de Chester Brown.

Yagos Koliopanos (Université Paris Ouest, France)
Les clients et les « minets » : de quelques contours flous dans les marges de l’économie sexuelle à Athènes.

14h00 – Session 5 : À distance de chair
Président de séance : Mathieu Trachman (Ined, France)

Agnès Giard (Université Paris Ouest, France)
Les bordels de poupées au Japon : la love doll et ses « clients ».

Kim-Marlène Lé (Scuola Superiore Sant’Anna, Pise, Italie)
Le rôle de la gestion de la relation avec les clients et des communautés dans les modèles d’affaires de la production pornographique en ligne.

15h30 – Session 6 : Offrandes aux déesses
Présidente de séance : Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France).

Sacha Demazy (Université Paris Ouest,  France)
Strip-tease au Japon : le rôle de l’offrande dans la reconnaissance affective.

Gilles Chantraine (CNRS/Clersé, France)
« Elle est douce mais ferme, et elle me comprend » : transactions financières, négociations et jeux BDSM.

Jeudi 16 juin 2016
Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

9h30 – Session 7 : Négociations ordinaires
Présidente de séance : Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)

Annamaria Colombo, Myrian Carbajal, Jean-Luc Heeb, Marlène Barbosa et Sandra Modica (Haute école de travail social, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Fribourg, Suisse)
Les transactions sexuelles entre adolescent-e-s de Suisse : quelles représentations et quelles pratiques des jeunes ?

Vulca Fidolini (Université de Strasbourg, France)
Partenaires « dangereuses ». Transactions sexuelles, masculinités défensives et rapports sociaux chez de jeunes Marocains en Europe.

Yann Le Bihan (Université de Picardie Jules Verne, France)
Sexe, race et classe sur un marché matrimonial « parallèle » : l’espace des échanges ouvert par des petites annonces publiées dans la presse écrite.

Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France) et Philippe Nkoma Ntchemandji (Service de Mouvements de la Population et de l’État Civil, Ministère de l’Économie (DGS/DSD), Gabon)
Échanges économico-sexuels dans les relations extraconjugales. Comparaison France-Gabon.

14h30 – Session 8 : Le pire des clients ?
Président de séance : Lilian Mathieu (CNRS/Centre Max Weber, École normale supérieure, Lyon, France)

Bénédicte Lavaud-Legendre (Université Bordeaux 4, France)
Sexualité tarifée – Que dit le droit ?

Nicolas Lainez (EHESS, France)
Le proxénétisme familial au Viêt Nam, ou comment banaliser une sexualité transgressive.

Altaïr Despres (Université Panthéon-Sorbonne, France)
Au-delà du tourisme sexuel. Transactions culturelles intimes dans les sexualités et conjugalités afro-occidentales à Zanzibar (Tanzanie).

Comité scientifique :
Jean-Michel Chaumont, Professeur, Université catholique de Louvain
Marie-Carmen Garcia, Professeure des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier
Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de Conférences (HDR) retraitée, EHESS
Lilian Mathieu, Directeur de recherche, CNRS
Sébastien Roux, Chargé de recherche, CNRS
Mathieu Trachman, Chargé de recherche, INED

Institutions partenaires du Sophiapol pour ce colloque international :
Ecole doctorale “Economie, Organisations, Société” (ED EOS)
GIS Asie (réseau CNRS “Asie et Pacifique”)
Institut Emilie du Châtelet
Mission de recherche “Droit et Justice” (CNRS-Ministère de la Justice)
Société d’ethnologie française

.

.

Revue Sciences Humaines : “On ne naît pas fan, on le devient”, par Gabriel Segré

Segré G. SH 2016 On ne naît pas fan

On ne devient pas fan du jour au lendemain. Pourtant nombreux sont ceux qui évoquent à la fois un « coup de foudre », un « choc », une « révélation », un « flash », ou une césure, une renaissance, comme s’il y avait un avant et un après la découverte de l’objet. Attribuée au hasard, la rencontre est souvent présentée comme un moment fondamental et fondateur d’une nouvelle existence.

L’engagement dans la nouvelle passion est, quant à lui, l’objet d’un récit exalté qui met en avant les notions d’engrenage et d’addiction, de fatalité et de destin. « Je ne pouvais plus faire autrement. C’était écrit, c’était comme ça » (Juliette, fan d’Elvis). Martin, fan de Dalida, achète un premier CD, avant de débuter une collection de CD, 33 et 45 tours, de cassettes, qui comptera des centaines de références : « Je ne me doutais pas que j’avais mis le doigt dans un sacré engrenage ».

Plan de l’article :

  • Elvis, Georges Brassens, Tintin…
  • Comment ces passions naissent-elles ?
  • Que nous disent ces passions de notre société ?
  • La coïncidence du sacré et du profane
  • La passion spectaculaire et les fans dangereux (encadré)

 

Informations techniques :
Gabriel Segré, “On ne naît pas fan, on le devient”, Sciences Humaines, n° 280, avril 2016, p. 44-47

Pour accéder à l’article, cliquer ici.

.

Cliché : Daniel Sannum Lauten / AFP

.

Séminaire Lasco/Sophiapol, 3e séance : Agnès Giard, 3 mars 2016, Paris Ouest

Bandeau séminaire LASCO
La troisième séance du séminaire 2016 du GDR Lasco accueillera Agnès Giard (docteure en anthropologie, chercheure rattachée au Sophiapol) pour une communication intitulée :

“Des poupées pour remplacer l’humain ?
Le cas des love doll au Japon”
.

Date :
Jeudi 3 mars 2016, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?
par le train (depuis la gare Saint Lazare) ou le RER (ligne A), station “Nanterre Université”

Organisation :
Vincent Rubio (Sophiapol – GDR Lasco) et Gabriel Segré (Sophiapol – GDR Lasco)

.

Résumé de la communication

Illustration Lasco Giard

La firme pionnière des love doll au Japon, Orient Industrie, crée depuis la fin des années 1970 des répliques de corps humains grandeur nature vendus comme “compagnes de substitution”.

Toute la stratégie marketing de la firme consiste à dire que ces poupées peuvent parfaitement remplacer l’humain.

A grands renforts de catalogues conçus pour troubler les frontières du genre, les poupées sont commercialisées non pas en tant que produits mais en tant que “jeunes filles à marier” ou “à adopter”, suivant une rhétorique largement adoptée au Japon non seulement par les firmes concurrentes mais par les clients et les médias.

Ce discours, qui fait de la love doll l’équivalent de la femme idéale, est-il en accord avec ce qui se fait sur le terrain, dans les ateliers où sont élaborées les love doll ?

En étudiant l’histoire de ces objets très particuliers et en confrontant les différents points de vue des fabricants de love doll, la communication vise à apporter un éclairage original sur cette nouvelle forme d’animisme, traditionnellement considérée comme une aptitude culturelle propre au Japon : l’aptitude à mettre de la vie dans les objets.

.

Photo tirée de la thèse de Agnès Giard, Humanité désirée, humanité simulée. Etude de l’effet de présence dans les objets anthropomorphiques au Japon, (dir. Laurence Caillet), Université Paris Ouest, 2015, p. 220 (source : www.orient-doll.com/photocon2012/detail.php?pid=112).

.

.

Séminaire du LASCO, programmation 2015-2016, Paris Ouest

lasco

Le Lasco (Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain) a été créé le 1er janvier 2009 à l’initiative de Philippe Combessie et de plusieurs collègues enseignants à Nanterre et chercheurs au CNRS. Dirigé depuis 2015 par Gabriel Segré  (directeur adjoint : Vincent Rubio), le Lasco regroupe des chercheurs (CNRS) et des enseignants-chercheurs rattachés (comme membres titulaires ou comme membres associés) à l’Université Paris Ouest  Nanterre  La Défense ou à d’autres établissements d’enseignement supérieur, ainsi que des doctorants et des chercheurs déjà docteurs qui y développent des recherches en socio-anthropologie. Il est structuré en groupes de travail (GT) qui correspondent aux terrains d’investigation sur lesquels des recherches sont en cours.

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense,
Bâtiment D, Salle D201b

Contact :
Gabriel Segré et Vincent Rubio
.

Programme du séminaire en 2015-2016

Jeudi 3 Décembre 2015 | 17h-19h
Tibo Christophe : “Les pratiques musicales des adolescents à l’heure du numérique”

Jeudi 7 Janvier 2016 | 17h-19h
Michel Stiernon : « Berlin. Un mur, deux peintres et leur parcours »

Jeudi 18 Février 2016 | 17h-19h
Myriam JOEL-LAUFF : « Etudier la prévention du VIH/sida en prison et à la sortie : difficultés et incompréhensions autour d’une enquête socio-anthropologique »

Jeudi 3 Mars 2016 | 17h-19h
Agnès Giard : « Des poupées pour remplacer l’humain ? Le cas des love doll au Japon »

Jeudi 21 Avril 2016 | 17h-19h
Anthony Fouet : « Choisir ses partenaires sexuels et/ou amoureux dans les espaces numériques de rencontres géolocalisées dédiés à l’homosexualité masculine »

Jeudi Mai 2016 | 17h-19h
En cours d’organisation.

Jeudi 23 Juin 2016 | 17h-19h
Yann Lebihan : « ‘Femmes noires’ confrontées aux discriminations quotidiennes »

.

.

 

Appel à propositions : colloque international “Les échanges sexuels et leurs “clients””, 14-16 juin 2016, Paris Ouest


appel_contribution_2_1

L’objectif de ce colloque, organisé à l’initiative de membres du Sophiapol (et notamment du GDR Lasco), est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». L’originalité de la perspective est donc double puisqu’il s’agit non seulement de repenser à nouveaux frais l’économie de la sexualité dans son ensemble, mais également de le faire à partir de la question spécifique de ceux – et celles – et qui, occasionnellement ou non, de manière implicite ou explicite, « paient », « achètent », « rémunèrent », « rétribuent », etc.

Se trouve donc au cœur de ce colloque une triple question dont l’apparente simplicité masque une profonde complexité : qui paie dans les échanges économico-sexuels ? Comment et pourquoi ? Les propositions de communication dépasseront le seul cadre de la prostitution pour s’intéresser aux formes « plus ordinaires » de transactions sexuelles et ne porteront que secondairement sur les prestataires de services sexuels.

Les communications devront être envoyées au plus tard le 18 décembre 2015.

Le colloque se tiendra du 14 au 16 Juin 2016 à l’Université Paris Ouest Nanterre  La Défense (France).

 

Argumentaire détaillé

On doit à l’anthropologue italienne Paola Tabet la mise en évidence au cours des années 1980 de l’existence d’un « continuum dans les formes de relations sexuelles entre homme et femme impliquant un échange économico-sexuel » (Tabet, 2005, p.9). Ces formes de relations sexuelles allant de la « prostitution » au mariage, le concept d’échange économico-sexuel a marqué en profondeur l’analyse des échanges sexuels entre hommes et femmes – et, au fond, celle plus générale des rapports sociaux de sexe –, mais également l’approche de l’activité prostitutionnelle en contribuant à en redessiner les contours. Par rebond, et bien qu’elle ne soit pas à proprement parler l’objet de Tabet, c’est l’analyse de la sexualité elle-même qui a été profondément influencée.

La « distorsion entre l’ambition théorique du concept [ancré dans une optique féministe matérialiste] et son usage pratique » (Roux, 2014, p.340) trouve écho dans les notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée récemment proposées en vue, précisément, de mieux expliciter les conditions de possibilité de l’élargissement de la pensée de Tabet (Broqua, Deschamps, 2014 ; Combessie, Mayer, 2013).

Au-delà de la question de la prostitution et de ce que l’on peut nommer ses « marges » (ce qui serait prostitutionnel sans le dire et/ou le montrer), cet élargissement vise en particulier à repenser l’opposition stricte entre « sexualité ordinaire » et « sexualité rétribuée » et, concomitamment, à interroger les frontières entre marchand et non marchand dans le champ de la sexualité.

C’est sur au moins quatre points que les notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée entendent ouvrir la perspective.

Tout d’abord en élargissant la réflexion aux situations impliquant des individus de même sexe et, de ce fait, en ne s’en limitant pas aux échanges au cours desquels ce sont les hommes qui rétribuent et les femmes qui sont prestataires (voir par exemple Rubio, 2013).

Ensuite, en pensant la rétribution de services sexuels au-delà de la seule question de l’argent (quelles qu’en soient les formes) et en y intégrant l’économie symbolique, l’économie affective ou bien encore celle de la reconnaissance (voir par exemples Bernstein, 2013 ; Zelizer, 2001).

Les notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée invitent par ailleurs à envisager le thème du sexuel en ne le réduisant pas aux seuls actes sexuels en tant que tels, mais à y intégrer également les moments d’approche, les jeux de mise en scène pouvant s’y rapporter (strip-tease, téléphone rose, etc.) tout autant que les pratiques de régulation et de contrôle social auxquels la sexualité peut être soumise.

Enfin, si le point de vue de Paola Tabet insistait sur le seul rapport de sexe (et en l’occurrence sur la domination structurelle des femmes par les hommes), les développements en termes de transactions sexuelles et de sexualité négociée favorisent une approche « intersectionnelle » insistant sur l’imbrication et la coproduction des différents rapports sociaux (de sexe, d’âge, de classe, de « race », etc.). Ce faisant, c’est également un déplacement du regard qui est ici impliqué, allant des (seuls) effets de structures aux interactions entre individus doués de “marges de manœuvre”.

Ces pistes de réflexion ouvertes autour des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée sont indicatives et les propositions de communication demeurent libres de s’y inscrire comme de les discuter. Ces pistes ne sont donc nullement exclusives d’autres. Par ailleurs, les propositions de communication tâchant d’articuler plusieurs (de ces) perspectives seront particulièrement appréciées, tout comme celles analysant les enjeux de santé liés aux échanges économico-sexuels (VIH-sida et autres IST en particulier). De même, si ce colloque intéresse d’abord la sociologie et l’anthropologie, il est ouvert aux contributions relevant d’autres disciplines telles que l’économie, la géographie, l’histoire, la philosophie, la psychologie ou encore les sciences juridiques.

 

Bibliographie

Bernstein E., 2013, “Ce qu’acheter veut dire. Désir, demande et commerce du sexe”, Actes de la recherche en sciences sociales, 2013-3, 198, pp. 61-76 (traduit de l’anglais par Françoise Wirth).
Broqua C., Deschamps C. (dir.), 2014, L’échange économico-sexuel, Paris, Editions de l’EHESS, Coll. « Cas de figure ».
Combessie Ph., Mayer S., 2013, “Une nouvelle économie des relations sexuelles ?”, Ethnologie française, “Sexualités négociées”, 2013-3, pp. 381-389.
Roux S., 2014, “Les larmes de Fon. Sexe, tourisme et affects en Thaïlande”, in: Broqua C., Deschamps C. (dir.), 2014, L’échange économico-sexuel, Paris, Editions de l’EHESS, Coll. « Cas de figure », pp. 339-362.
Rubio V., 2013, “Prostitution masculine sur Internet. « Le choix du client »”, Ethnologie française, « Sexualités négociées », 2013-3, pp. 443-450.
Tabet P., 2005, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Coll. “Bibliothèque du féminisme”.
Zelizer V., 2001, “Transactions intimes”, Genèses, 2001-1, 42, pp. 121-144.
.

Comité d’organisation :
Vincent Rubio, chercheur sous contrat (Université Paris Ouest/ Sophiapol-GDR Lasco)
Catherine Deschamps, maître assistante – HDR (Ecole Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine/ Sophiapol-GDR Lasco)
Philippe Combessie, professeur des universités, directeur du Sophiapol (EA 3932) (Université Paris Ouest  Nanterre  La Défense)
.

Comité scientifique :
Jean-Michel Chaumont, Professeur, Université catholique de Louvain
Marie-Carmen Garcia, Professeure des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier
Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de Conférences (HDR) retraitée, EHESS
Lilian Mathieu, Directeur de recherche, CNRS
Sébastien Roux, Chargé de recherche, CNRS
Mathieu Trachman, Chargé de recherche, INED

.
Modalités de soumission :
Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et 5 mots clés. Le résumé ne devra pas excéder 3000 signes (espaces compris).
Les propositions devront mentionner nom et prénom, statut et organisme de rattachement ainsi que l’adresse électronique de la personne qui propose une communication.
Elles doivent être adressées aux trois adresses suivantes : rubiovincent@hotmail.com ; cathdes@club-internet.fr ; ph.combessie@gmail.com.
Les emails d’envoi indiqueront l’objet suivant : Colloque international “Les échanges sexuels et leurs « clients »”.
Les fichiers joints (format Word) seront nommés comme suit : NOM.doc.
.

Calendrier :
Les communications devront être envoyées au plus tard le 18 décembre 2015.
Les réponses aux propositions de communication après sélection par le comité scientifique et le comité d’organisation seront adressées aux auteurs le 7 février 2016.
Le colloque se tiendra les 14, 15 et 16 juin 2016 à l’université Paris Ouest  Nanterre  La Défense.

.

.

“Peut-on enquêter sur le sexe sans y toucher ?”, article de Libération sur les recherches de Philippe Combessie

logo-liberation-311x113

Un article du blog Les 400 culs, hébergé par le journal Libération, rend compte des recherches de Philippe Combessie, socio-anthropologue, professeur au département de sociologie à l’Université Paris Ouest et membre du Sophiapol. A l’occasion de la publication récente, par le chercheur, de l’article « Le socio-anthropologue et les « libertines » », dans l’ouvrage collectif Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, dirigé par Anne Monjaret et Catherine Pugeault, Agnès Giard se concentre sur ses recherches en socio-anthropologie des comportements sexuels, en particulier sur les spécificités qu’une telle étude présente.
.

Voici le début de l’article :

« Enquêter sur le sexe demande parfois des concessions. Philippe Combessie, socio-anthropologue, raconte son expérience et propose des analyses de ses propres pratiques. Le fait d’être un homme pose-t-il problème lorsqu’on doit questionner des femmes ? Faut-il être « libertin » pour enquêter sur le « libertinage » ? Faut-il plaire ? Faut-il donner de soi ?

Il est souvent difficile de séparer nettement les sphères de la vie publique et de la vie privée lorsque l’on doit mener un travail de terrain sur l’intime. Dans Le Sexe de l’enquête, un ouvrage dirigé par Anne Monjaret et Catherine Pugeault, entièrement consacré à « l’engagement sexuel des chercheurs », sociologues et anthropologues témoignent des difficultés que pose le fait de travailler sur la consultation gynécologique, les femmes flics, l’homosexualité dans le rugby, les escorts, les égoutiers… Comment établir la confiance ? Philippe Combessie fait partie de ceux qui défendent la méthode dite de « l’observation directe » : pour comprendre un milieu, il faut y entrer, dit-il. Mais, une fois entré : à quel point faut-il « participer » ? Il y a bien sûr des terrains qui permettent au chercheur de rester à distance et d’observer – sans faire tache – les interactions humaines… Mais, en matière de sexualité, comment faire ? Le rôle de voyeur n’est-il pas déjà un « engagement » ? » lire la suite…

.

.

.