Étiqueté : socio-anthropologie

Journée d’étude, « Corps, genre et pluripartenariat. Coulisses d’enquêtes », 7 novembre 2017, Toulouse

L’objectif de cette journée d’études est de discuter des méthodes d’enquêtes mises en œuvre pour analyser des formes de « pluripartenariat simultané ». Les analyses « au ras du sol » dans ce domaine sont rares car elles requièrent une réflexion épistémologique et déontologique ainsi
que des dispositifs de production des données spécifiques.

Appel à propositions d’articles : « Dettes de sexe ? Penser les échanges intimes », Journal des anthropologues, automne 2017

Penser les échanges intimes invite à revisiter les questions classiques en sciences sociales du don et de la dette, à la fois à l’échelle interpersonnelle et à celle des groupes d’appartenance. La problématique de ce numéro doit ainsi être entendue en un sens proprement anthropologique : comment les échanges intimes s’inscrivent-ils dans un système de mise en dépendances généralisées – ou, pour le dire autrement, un système de mise en dettes réciproques – qui les dépasse ?

Colloque international : « L’attachement aux cyber-choses », 15-16 juin 2017, Nanterre

Ce colloque se propose d’étudier les enjeux et les modalités de l’attachement aux substituts affectifs numériques, c’est-à-dire de comprendre comment, en amont – au niveau des concepteurs – et en aval – au niveau des utilisateurs – les humains fabriquent du lien affectif avec des entités issues des Technologies de l’Information et de la Communication. Qu’il s’agisse de petit copain pour écran tactile, de personnage « à aimer » (dating sim), d’épouse holographique ou de chatbot sexualisé, ces entités feront l’objet d’analyses portant sur la façon dont elles sont mises au point, appropriées, détournées, animées, aimées ou mises à distance par leurs utilisateurs.

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef, 8e séance : Laurent Gaissad, 10 mai, Paris Nanterre

Des figures comportementales considérées comme « problématiques » n’ont pas manqué en Europe et en Amérique du Nord au cours des deux dernières décennies, parfois véhiculées par des militants de la cause homosexuelle passés maîtres dans l’articulation du couplage vulnérabilité / dangerosité sexuelle. Ces désignations ont, de fait, inspiré les politiques publiques…

Nouvelle parution : La concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, par Julien Bernard

Devenue une science à part entière incontournable dans les pays anglo-saxons, la “sociologie des émotions” est aujourd’hui un enjeu de premier plan pour les sciences sociales. Nos systèmes de communications ont évolué au point de devenir centraux dans la vie de chacun et nous sommes désormais inscrits dans une “société émotionnelle” pour une longue durée où désormais les sentiments devenus valeurs marchandes se font concurrence bien au-delà de nos personnes.

Nouvelle parution : Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques, sous la direction de Philippe Combessie

Cet ouvrage tend un miroir à facettes multiples, devant lequel chacun peut s’interroger sur son propre rapport au corps, saisi par des injonctions souvent contradictoires : individualisation croissante d’un côté, tendance à l’uniformisation de l’autre. L’articulation entre sociologie et anthropologie engage une dynamique réflexive qui permet de mettre en lumière à la fois les souffrances et les marges de manœuvre des acteurs.

Colloque international « Les échanges sexuels et leurs « clients » », 14-16 juin 2016, Paris Ouest

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ».

Revue Sciences Humaines : « On ne naît pas fan, on le devient », par Gabriel Segré

On ne devient pas fan du jour au lendemain. Pourtant nombreux sont ceux qui évoquent à la fois un « coup de foudre », un « choc », une « révélation », un « flash », ou une césure, une renaissance, comme s’il y avait un avant et un après la découverte de l’objet. Attribuée au hasard, la rencontre est souvent présentée comme un moment fondamental et fondateur d’une nouvelle existence.