Archives par mot-clé : reconnaissance

Nouvelle publication : Miriam Bankovsky et Alice Le Goff (dir.) “Penser la reconnaissance. Entre théorie critique et philosophie française contemporaine”

La théorie de la reconnaissance a récemment fait l’objet d’un regain d’intérêt de la part de la théorie critique, qu’il s’agisse d’élaborer une grille d’analyse de la grammaire des conflits sociaux au prisme de la reconnaissance ou d’interroger les modes d’articulation entre reconnaissance et redistribution au sein des débats sur la justice sociale. La théorie de la reconnaissance a ainsi contribué à une revitalisation de la théorie critique, en se nourrissant, entre autres, de l’apport de la philosophie et de la sociologie françaises. L’enjeu de ce volume est d’examiner les usages de la philosophie et de la sociologie françaises par la théorie de la reconnaissance. Mais il vise également à mettre l’accent sur la façon dont la philosophie et la sociologie françaises attirent notre attention sur des dimensions souvent occultées des processus de reconnaissance – caractère agonistique des processus de construction identitaire, rôle de l’inconscient dans l’acceptation des normes, vulnérabilité des corps… L’exploration du dialogue entre sociologie et philosophie françaises et théorie critique peut ainsi contribuer au développement d’une approche plus riche de la reconnaissance car plus consciente de ses aspects à la fois positifs et négatifs dans la vie intersubjective et sociale.

Miriam Bankovsky est Lecturer en théorie politique au département de science politique de La Trobe University, Melbourne. Ses recherches entrecroisent philosophie analytique et philosophie continentale afin de contribuer à un enrichissement des débats contemporains sur la justice économique et sociale.

Alice Le Goff est maître de conférences en philosophie à l’Université Paris Descartes. Ses travaux portent sur l’analyse des pratiques démocratiques contemporaines et sur l’épistémologie de la critique sociale, qu’ils abordent au prisme d’un dialogue entre pragmatisme et théorie critique.

 

Sommaire

PARTIE I
Apport d’un dialogue entre théorie critique et philosophie française

Théorie de la reconnaissance, théorie sociale et philosophie françaises contemporaines : rouvrir le dialogue
Miriam BANKOVSKY, Alice LE GOFF  13

L’apport de la philosophie française contemporaine à la théorie de la reconnaissance :
Entretien avec Axel Honneth 31

 

PARTIE II
Théorie sociale et sociologie françaises : Pouvoir, conflit et constitution des identités

Conflits de reconnaissance et sociologie critique
Christian LAZZERI  53

« Ce dont les gens sont capables » : Sociologie de la critique ou théorie critique ?
Robin CELIKATES  73

Conflit, reconnaissance, réification : figures de la réciprocité chez Sartre
Alice LE GOFF 91

 

 PARTIE III
Approches psychanalytiques françaises : Processus psychiques et acceptation des normes

 Psychanalyse et théorie de la reconnaissance : apports de la clinique de groupe de René Kaës
Claire PAGÈS  113

La reconnaissance impossible : Lacan, Butler, Žižek
Catherine MALABOU 131

 

PARTIE IV
Corps et vulnérabilité : l’apport de la phénoménologie française

 Théorie de l’action sociale chez M. Merleau-Ponty et A. Honneth
J.-P. DERANTY  149

Entre genre et subjectivité. Le recours à la phénoménologie du corps vécu dans la critique féministe d’Iris M. Young
Marie GARRAU  169

 

PARTIE V
Philosophies de la différence : Obligation et relation à autrui

La figure de l’autre chez Habermas et Derrida
Isabelle AUBERT  191

L’inhospitalité des droits de l’homme. Penser les rapports entre accueil et reconnaissance avec Lévinas et Habermas
Yves CUSSET 211

La différence est-elle une valeur en soi ? Critique d’une axiologie métaphilosophique
Gabriel ROCKHILL  231

 

Informations techniques:
Editeur : CNRS éditions
Collection : CNRS Alpha
ISBN : 978-2-271-07351-8
Date : 19/11/2012
Prix: 30 €

 

 

Journée d’études « Trajectoires de la reconnaissance » en présence d’Axel Honneth, 13 février 2013, ENS Ulm

Une journée d’étude sera organisée autour du thème de la reconnaissance à l’ENS d’Ulm, en présence d’Axel Honneth.

Date :
Mercredi 13 février 2013, de 9h15 à 20h00

Lieu :
Ecole Normal Supérieure
Salle des conférences (46, rue d’Ulm, 75005 Paris)
et
Amphithéâtre RATAUD (45, rue d’Ulm, 75005 Paris) 

Organisation :
Julia Christ (Université de Francfort)
Florian Nicodème (ENS Paris)

 

.

Programme
. 

Journée d’études
Salle de conférences (46 rue d’Ulm, 75005 Paris)

9h15 Accueil des participants et ouverture de la journée par Marc Crépon  (directeur du département de philosophie de l’ENS)

9h45 Section I : Reconnaissance et politique
Modération : Katia Genel (Université Paris 1,CHSPM)

Gérard Raulet (Université Paris 4)
« Différend et reconnaissance. “Je kontrastierender die Erscheinung, desto größer die Freude des Wiedererkennens” (Novalis)» 

Antonia Birnbaum (Université Paris 8, LLCP)
« L’égalité n’a pas besoin de reconnaissance »

.
11h15-11h30 Pause

11h30 Section II : Reconnaissance et psychanalyse
Modération : Claire Pagès (Université Paris Ouest, Sophiapol)

 Christophe Desjours (CNAM)
« La constitution du sujet moral. (Théorie de la reconnaissance versus théorie de la double centralité) »

Bertrand Ogilvie (Université Paris 8)
« Le savoir faire de l’analyste. Construction et reconnaissance ?»

.
13h-14h30 Pause déjeuner

14h30 Section III : Reconnaissance et philosophie sociale
Modération : Florian Nicodème (ENS Paris, Bordeaux 3)

Franck Fischbach (Université de Nice, CRHI)
« Le travail, la reconnaissance et le social »

Emmanuel Renault (ENS de Lyon, UMR 5037 IHPC)
« Reconnaissance et expérience négative »

.
16h-16h15 Pause
. 

16h15 Section IV : Reconnaissance et droit
Modération : Isabelle Aubert (Université de Montpellier 3)

Catherine Colliot-Thélène (Université de Rennes 2, EA1270)
« “Sous une personne…”. Réflexions sur l’impératif du droit abstrait dans la Philosophie du Droit de Hegel »

Jean-François Kervégan (Université Paris 1, Phico-Nosophi)
« Objectivité de la reconnaissance »

.
17h45 Fin de la journée d’études

19h Conférence d’Axel Honneth (Université de Francfort, Institut für Sozialforschung)
« Normativité et éthicité »
(Amphithéâtre RATAUD – 45, rue d’Ulm)

.

Télécharger le programme en PDF 

.

.

Journée d’études, “Le sens de l’éthique ; autour de l’œuvre d’Axel Honneth”, 14 février 2013, Paris

L’équipe de recherche PHILéPOL (Philosophie, épistémologie et politique) de l’Université Paris Descartes, Faculté SHS-Sorbonne, organise une journée d’étude sur l’œuvre du philosophe et sociologue Axel Honneth. Celui-ci sera présent et donnera une conférence. Continuer la lecture de Journée d’études, “Le sens de l’éthique ; autour de l’œuvre d’Axel Honneth”, 14 février 2013, Paris

Colloque “Cosmopolitismes, espaces publics et reconnaissance”, 22 et 23 novembre 2012, Université Paris Ouest

Le colloque “Cosmopolitismes, espaces publics et reconnaissances”, organisé par le Sophiapol et le PUCA,  aura pour thème les débats contemporains sur les cosmopolitismes et sur leur portée pratique dans la ville et dans la société. Dans chaque ville et dans chaque État peuvent être précisés les arguments concrets et les arguments urbains du cosmopolitisme (politique, territorial, espace public), les contributions historiques des établissements résidentiels du cosmopolitisme. Continuer la lecture de Colloque “Cosmopolitismes, espaces publics et reconnaissance”, 22 et 23 novembre 2012, Université Paris Ouest

Séminaire “Les conceptions contemporaines de la domination II”, 1ère séance, 30 octobre 2012, Université Paris Ouest

 

La première séance du séminaire “Les conceptions contemporaines de la domination” qui se poursuit pour cette deuxième année, accueillera Éric Pineault (Université du Québec à Montréal). Il donnera une conférence intitulée : “Réification et capital financier : contribution à une théorie critique de la financiarisation du capitalisme avancé”.

Éric Pineault est professeur au département de sociologie de l’UQAM,  directeur de recherche à la Chaire de recherche
du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie
et dirige le collectif d’analyse de la financiarisation et du capitalisme avancé (CAFCA). Vous trouverez plusieurs de ses articles sur le site “Les classiques des sciences sociales“.

Date:
Mardi 30 octobre 2012, de 14h à 16h

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b (sauf séance du 21 novembre, salle E108)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Comité d’organisation :
Vincent Bourdeau (UFC Besançon, Logiques de l’agir)
Marie Garrau (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Katia Genel (Université Paris 1, CHSPM)
Stéphane Haber (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Christian Lazzeri (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Alice Le Goff (Université Paris Descartes, CERSES)

 

Programme

Mardi 30 octobre 2012, 14 h – 16 h
Éric Pineault (Université du Québec à Montréal)
Réification et capital financier : contribution à une théorie critique de la financiarisation du capitalisme avancé

Mercredi 21 novembre 2012, 14 h – 16 h (salle E108)
Anselm Jappe (Université Paris Ouest, Sophiapol)
De la valeur comme «sujet automate» à la «domination sans sujet» : la catégorie de domination à la lumière de la critique du fétichisme de la marchandise

Lundi 4 février 2013, 14h – 16h
Alain Gras (Université Paris 1, CETCOPRA)
Domination et systèmes techniques

Lundi 4 mars 2013, 14h – 16h
Emmanuel Renault (ENS de Lyon, IHPC)
Reconnaissance et domination

Mardi 9 avril 2013, 14h – 16h
Sophie Béroud (Université Lyon-II, Triangle)
Rapports de domination, résistances individuelles et conflits collectifs dans la sphère du travail

Lundi 20 mai 2013, 14h – 16h
Yves Sintomer (Université Paris 8, CSU, IRESCO)
titre à préciser

Mardi 11 juin 2013, 14h – 16h
Catherine Colliot-Thélène (Université de Rennes 1, IUF, Philosophie des normes)
Les puissances anonymes

 

 

Voir aussi:
Les programmes du séminaire d’équipe Sophiapol:
– 2011-2012 Les conceptions contemporaines de la domination (1ère année)
– 2010-2011 Pour une épistémologie du capitalisme
– 2009-2010 La construction sociale des identités
– 2008-2009 Identités, conflits, mobilisations

 

Crédits photographiques: Birken, Usine désaffectée (2009) et Philippe Leroyer, Parisian Indignant’s Demonstration (10) – 19Jun11, Paris (France)

Appel à communications : colloque « Conflits, Limites, Reconnaissance », 6-9 novembre 2012, Santiago, Chili

5eme Colloque International de Philosophie et Psychanalyse de la Société Internationale de Psychanalyse et Philosophie (SIPP), Universidad Diego Portales – Santiago, Chili.

 

Dates:
Colloque : 6-9 novembre 2012
Date limite de retour des propositions: 2 juillet 2012

 

Présentation:
La théorie de la reconnaissance, qui a ses origines chez Hegel, occupe une place privilégiée dans le débat intellectuel contemporain. Dans le contexte de la philosophie politique et sociale, des auteurs comme Jürgen Habermas, Charles Taylor, Nancy Fraser, Axel Honneth, entre autres, ont montré leur importance et leur valeur éthico-politique. Le lien entre la reconnaissance, l’autonomie, l’identité subjective et les transformations politico-économiques, est au cœur du débat entre ces auteurs. Par ailleurs, des auteurs tels que Frantz Fanon, Louis Althusser, Michel Foucault, Judith Butler et Slavoj Žižek, entre autres, ont montré comment la reconnaissance peut être employée pour la transmission et la reproduction de l’idéologie dominante. En ce sens, plutôt que de mettre l’accent sur le potentiel émancipateur, ces auteurs montrent que la reconnaissance est la manière dont la subjectivité est constituée comme pleinement assujettie.

Dans le domaine de la psychanalyse, la notion de reconnaissance, a également eu une forte présence. D’une part, principalement aux États-Unis, les courants dits relationnels et intersubjectifs véhiculés par des auteures telles que Jessica Benjamin ou Dona Orange, fortement influencés par la tradition de l’École de Francfort, ont exploré le potentiel de la reconnaissance comme solution à la destruction qui menace l’intersubjectivité. Par ailleurs, Jacques Lacan, influencé par la lecture kojèvienne de l’œuvre de Hegel, situe, jusqu’au début des années 60, la question de la reconnaissance intersubjective au centre de sa conception de la cure. Cependant, après cette première période, son travail se déplacera, et mettra en relief la condition aliénante de l’intersubjectivité. A partir de cette critique, de façon paradoxale, pour Lacan le sujet ne se reconnaitra que face à l’impossibilité d’être pleinement reconnu dans le champ intersubjectif.

Ce débat riche, constitué par des éléments philosophiques, sociologiques, politiques et psychanalytiques, ainsi que par des aspects proprement cliniques, est installé dans la limite où la pratique analytique interroge sa dimension politique et la politique interroge son potentiel émancipateur.

 

Modalités de soumission:
Les propositions d’intervention (titre et résumé de max. 500 mots) doivent être envoyées avant la date limite du 2 juillet 2012 à filosofiaypsicoanalisis@mail.udp.cl (en mettant comme objet : « Colloque Conflits, Limites, Reconnaissance »).

Communications en espagnol, français, anglais.

La réponse du comité scientifique sera communiquée à partir du 15 août.

 

Responsables du comité scientifique:
Dr. des. Mauro Basaure
et Dr. Rodrigo de la Fabián

 

Topiques suggérées:
– Débats actuels sur la théorie de la reconnaissance
– La question de la reconnaissance dans la tradition de la psychanalyse
– Reconnaissance et normativité
– Normativité et sujet
– Psychanalyse et émancipation
– Transfert et reconnaissance
– Cure et reconnaissance
– Identité, différence et aliénation
– Processus de subjectivation, reconnaissance et assujettissement
– Reproduction idéologique et reconnaissance
– Violence, différence et reconnaissance
– Féminisme et reconnaissance
– Répétition, violence et reconnaissance
– Reconnaissance et intersubjectivité
– Témoignage et reconnaissance
– Politiques de l’identité et transformations émancipatrices
– Psychanalyse et idéologie
– Trauma, violence et reconnaissance
– Souffrance psychique comme déficit de reconnaissance
– Catégories cliniques comme pathologies sociales
– Sexualité et reconnaissance
– Le lien social après l’expérience psychanalytique

L’appel à communications en pdf

Soutenance de thèse “Sujet, corps, émancipation. Les limites de l’intersubjectivisme dans la philosophie d’Axel Honneth” par Marco Angella, 7 juin 2012

Marco Angella, doctorant en philosophie au laboratoire Sophiapol, soutiendra, jeudi 7 juin 2012, sa thèse : Sujet, corps, émancipation. Les limites de l’intersubjectivisme dans la philosophie d’Axel Honneth, sous la direction de Stéphane Haber.

  Continuer la lecture de Soutenance de thèse “Sujet, corps, émancipation. Les limites de l’intersubjectivisme dans la philosophie d’Axel Honneth” par Marco Angella, 7 juin 2012

“Visibilité et invisibilité sociales. Question d’humanité et de justice”, colloque, 28 et 29 novembre 2011, Paris

Les problèmes sociaux sont volontiers ramenés aujourd’hui au problème de la visibilité et de l’invisibilité. Les pauvres et les exclus souffriraient d’abord d’être inaperçus. Une telle approche appelle un examen critique auquel les philosophes doivent contribuer.
Que faut-il entendre par visibilité et invisibilité dans un espace social, politique et médiatique ? Le problème n’est pas de simple perception et connaissance mais d’expression de la part des uns et de reconnaissance de la part des autres. Y a-t-il un système commandant la répartition de la visibilité et de l’invisibilité ? Est-il déterminant ou périphérique ? Est-ce seulement la répartition du visible et de l’invisible qui est en cause, ou l’importance donnée à la visibilité comme telle ?
Ces questions touchent au fondement anthropologique de la réalité sociale et impliquent une évaluation en termes de justice et d’éthique.
Les membres du Laboratoire d’Anthropologie philosophique et de Philosophie pratique de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique feront part des résultats de la recherche qu’ils ont menée pendant trois ans sur ce problème.

Sont conviés pour en débattre des chercheurs de terrain qui rendront compte de l’expérience de ceux qui affrontent concrètement les problèmes de l’invisibilité et de la visibilité et des collègues qui travaillent sur le même sujet.

 

Date:
Lundi 28, mardi 29 Novembre  2011

Lieu:
Institut Catholique de Paris
21 rue d’Assas
75 006 Paris

Sur inscription
Informations : Faculté de Philosophie : +33 (0)1 44 39 52 64 ou Courriel

 

Comité d’organisation:

En partenariat avec Europé, Centre de recherche de  philosophie pratique de l’Université Catholique de Louvain , le CRHIA, Centre de recherche  sur Hegel et l’idéalisme allemand de l’Université de Poitiers et le Secours Catholique.

 

Programme

Lundi 28 Novembre

I. Visibilité et sens de l’humain.

9h30 : Espacement et  visibilité.
Hubert Faes, Faculté de Philosophie, ICP

10h30 : La nouvelle  économie invisible du sujet libéral
Marc Grassin, Faculté de  Philosophie, ICP

11h40 : Lyotard, Plotin et le platonisme:  témoigner du différend.
Sylvain Roux, Faculté de  Sciences humaines et sociales, Université de Poitiers

II. Expériences de l’invisibilité sociale.

14h40 : Pauvreté,  exclusion : l’importance du regard.
Bernard Thibaut, Secours  Catholique

15h20 : La relecture,  antidote de l’invisibilisation sociale.
Jean-François Petit, Faculté  de Philosophie ICP

16h30 Table ronde : Points de vue sur l’invisibilité sociale.

Joseph Kisly, Corinne  Chevrot, Mouvement ATD Quart Monde
Dominique Saint Macary,   Jean Marc Boisselier,  Secours Catholique

17h50 : Discussion

Mardi 29 Novembre

III. Visibilité, invisibilité et justice.

9h : Justice et  phénoménalité
Emilie Tardivel, Faculté de Philosophie, ICP

9h50 : Précarité, vie séparée et invisibilité  : la justice comme processus d’individuation psycho-sociale.
Hadi Rizk, Khâgne  Lycée Henri IV.

IV. Recherches en cours.

11h : Visibilité et  proximité.

Jules KÉDÉ, Doctorant,  Université Catholique de Louvain

11h40 : Table ronde: La  visibilité entre désir et injonction

Florent MONGENGO, Alexandra BRON,  Alexis AGUMA, Doctorants Faculté de Philosophie, ICP

V. L’invisibilité dans le champ politique.

14h30 : Invisibilité  sociale et invisibilité du social.
Olivier VOIROL, Faculté des  Sciences sociales et politiques, Université de Lausanne.

15h30 : Différences,  visibilité et lignes de résistance.
Fred POCHÉ, Université Catholique  de l’Ouest.

16h30 : Le nourrisson est-il la face visible des générations futures ?
N. FROGNEUX, Université  Catholique de Louvain

17h30 : L’invisibilisation à l’œuvre  : l’indianisme patriotique à l’époque des indépendances en Amérique latine
A. GOMEZ-MULLER, Université de Tours.

18h30 Fin

Télécharger le programme