Étiqueté : reconnaissance

Nouvelle parution : Hegel à Iéna, par Jean-Michel Buée et Emmanuel Renault (dir.)

L’ouvrage, qui tente de prendre en compte l’ensemble de la pensée hégélienne de cette période, s’intéresse aux transformations qui affectent celle-ci, tant dans le champ de la logique que dans ceux de la philosophie de la nature ou de la philosophie de l’esprit. Il s’efforce également de dégager l’intérêt actuel des analyses hégéliennes relatives à des questions de philosophie sociale telles que le travail, la valeur, ou la reconnaissance.

Soutenance de thèse : « L’axiomatique des réseaux : entre réalités sociales et impensés éthico politiques » par Simon Borel, 4 décembre 2013, Paris Ouest

Simon Borel, doctorant au Sophiapol, soutiendra sa thèse intitulée « L’axiomatique des réseaux : entre réalités sociales et impensés éthico-politiques » sous la direction d’Alain Caillé en vue de l’obtention d’un doctorat en Lettres et Sciences Humaines (section CNU 19 : Sociologie, démograpie).

Séminaire « De la recherche en philosophie et en sociologie : pratiques croisées », 1er semestre 2013-2014, Paris Ouest

Ce séminaire de méthode en sociologie et philosophie entend créer un espace d’échange entre les doctorant-e-s de ces deux disciplines. Chaque séance s’organisera autour de deux communications – d’un-e doctorant-e en philosophie et d’un-e doctorant-e en sociologie – articulées ensemble autour d’une thématique, d’un objet d’étude, d’une théorie ou encore d’un auteur commun.

Soutenance de thèse : « Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Vietnam » par Van Chien KIM, 26 juin 2013, Paris Ouest

Van Chien KIM, doctorant au Sophiapol, soutiendra sa thèse  intitulée « Le devenir des jeunes femmes engagées volontaires dans la guerre du Vietnam » sous la direction de M. Alain Caillé en vue de l’obtention du doctorat en Lettres et Sciences Humaines (section CNU 19 : Sociologie, démograpie).

Colloque « Girard-Bourdieu : des affinités méconnues ? », 18 juin 2013, BNF

Le rapprochement entre les pensées de René Girard et de Pierre Bourdieu a-t-il jamais été tenté ? Il existe pourtant une proximité assez visible entre le désir mimétique girardien et ce que Bourdieu appelle « lutte des classements », par distinction avec la lutte des classes. Dans les deux cas, on observe une rivalité, une violence, une domination dont l’enjeu n’est pas réductible à l’économie, et qui est à mettre en relation avec le besoin de reconnaissance. Ce point de départ ne préjuge pas d’autres rapprochements ou d’autres tensions possibles entre ces deux penseurs.