Archives par mot-clé : Marx

Journée d’étude “Retours à Marx. Usages et lectures de la critique de l’économie politique dans les années 1960-1970”, 4 mars 2015, Paris Ouest

Retoursu00E0Marx

Ce projet de journée d’étude part d’un double constat : 1) dans les années 1960-1970, on assiste en Europe à différents « retours à Marx » se développant soit dans une perspective exégétique (la Neue Marx Lektüre autour d’étudiants d’Adorno comme Backhaus, Reichelt en RFA ou Althusser et ses collaborateurs en France) soit dans une perspective qu’on dira « actualisante » au sens où elle aborde les catégories de la critique marxienne de l’économie politique comme des outils permettant de penser et d’agir directement dans le présent historique (c’est éminemment le cas des lecture politiques du Capital et des Grundrisse proposées par l’opéraïsme). 2) Malgré certains points communs (l’insistance sur l’originalité de la critique de l’économie politique de maturité par rapport à l’économie politique classique et aux textes marxiens dits de jeunesse, la mise en avant des problèmes méthodologiques et épistémologiques de la critique de l’économie politique et la tentative de politiser ces derniers), il est frappant de constater que ces différentes lectures se sont très largement ignorées les unes des autres.

L’enjeu de cette journée n’est certes pas de produire une « synthèse » de ces mouvements mais d’examiner la manière dont elles ont su articuler exégèse et diagnostic historique, afin de  faire émerger des continuités, des ruptures, et des thématiques saillantes de cette période extrêmement riche de la recherche marxiste en philosophie et en théorie sociale : dans l’ensemble, il nous semble que l’opéraïsme, l’althussérisme, et  la Neue Marx Lektüre, se sont caractérisées par une problématisation de l’hypothèse d’un « primat de l’économie » dans l’analyse des phénomènes sociaux, soit en mettant en avant la manière dont l’instance économique se déplace dans une totalité sociale et historique donnée (chez Althusser), soit en insistant sur le rôle moteur du conflit de classe dans la dynamique du mode de production capitaliste et la composition de la classe ouvrière (dans l’opéraïsme), soit en interrogeant l’échange marchand, la valeur et l’argent comme des formes sociales structurantes  produisant des effets dans toutes les sphères de la vie sociale (dans la Neue Marx Lektüre).

Il s’agit donc en dernière analyse de penser notre rapport contemporain à Marx et au capitalisme en faisant retour sur certaines des traditions les plus originales du marxisme critique.

.

Date :
Mercredi 4 mars, de 10h00 à 18h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment 1, salle A304

Organisateurs :
Vincent Chanson
Raphaël Chappé
Frédéric Monferrand

.

Programme

.
Matinée

(président de séance : Emmanuel Renault)

10h00-10h15 Introduction : Vincent Chanson, Raphaël Chappé, Frédéric Monferrand

10h15-11h00 Werner Bonefeld (Université de York) : Bringing Critical Theory back In at a Time of Misery : Three Beginning without Conclusion

11h00-11h45 Laurent Baronian (Sophiapol) : Le problème du travail dans les « retours à Marx »

12h00-13h30  Déjeuner
.

Après-midi
(président de séance : Jacques Bidet)

13h45-14h30 Simona de Simoni (Paris Ouest/Sophiapol) : La critique de l’économie politique comme laboratoire théorique : la production de la quotidienneté et de l’espace dans la pensée d’Henri Lefebvre

14h30-15h15 Pascale Gillot (Paris I/PhiCo/ExeCO : Althusser, le retour à Marx et la théorie de la surdétermination

Pause

15h30-16h15 Andréa Cavazzini (Université de Liège) : Critique de l’économie politique et/ou critique de la politique

16h15-17h30 Toni Negri (Université de Padoue/Paris VIII) : Marx et les trajectoires de l’opéraïsme

.

.

Journée d’étude “Autour du livre I du Capital”, 23 janvier 2015, Paris Ouest

Capture d’écran 2015-01-07 à 10.37.07

Journée d’études autour du livre I du Capital.

Date :
Vendredi 23 janvier 2015 à partir de 10h.

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment L, salle 318
Comment venir ?
par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisateurs :
St. Haber, N. Capdevila, F. Fischbach et E. Renault.

.

Programme :

10 h. Franck Fischbach (Université de Strasbourg, EA 2326) : « Essence » et « forme phénoménale » ou « forme d’apparition » dans le « livre I »

11 h. Emmanuel Renault (Université Paris Ouest, Sophiapol) : Le problème de la résistance ouvrière dans le « livre I »

14 h. Stéphane Haber (Université Paris Ouest, Sophiapol) : L’historicité du capitalisme dans le « livre I » : origines, évolutions, transformations

15 h. Nestor Capdevila (Université Paris Ouest, Sophiapol) : Commencer le « livre I » par la fin : les chapitres 24 et 25

 

 

Colloque International “Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations”, 18-20 décembre 2014, Paris Ouest et Lycée Henri IV

 Affiche_Marx_Foucault_omb

De Foucault à Marx, se tisse un rapport complexe qui ne cesse de produire des effets d’interprétation, de luttes, de critiques. L’objet de ce colloque est triple :

– saisir les enjeux des lectures foucaldiennes de Marx et de son rapport aux différents marxismes ;
– mesurer les déplacements produits par la pensée de Foucault sur la compréhension et l’actualisation de Marx ;
– mieux comprendre comment ces deux pensées sont mobilisées dans les luttes pratiques, dans le renouvellement de la critique sociale, dans l’invention politique de « mondes nouveaux ».

La première partie sera consacrée au rapport difficile, contrasté que Foucault a entretenu avec Marx et la tradition marxiste. On partira des années 1950, tentant de comprendre le rapport du jeune normalien au PCF, à Althusser, à Sartre, à Merleau-Ponty. Ensuite, on tentera de saisir son détachement progressif du marxisme humaniste dans les années 1960, ainsi que l’opération de relativisation de la figure épistémologique de Marx dans les Mots et Les Choses. En revanche, on pourrait évoquer un rapprochement avec la tradition marxiste, basée sur une certaine lecture de Marx, au début des années 1970, notamment dans le cours La Société Punitive qui vient d’être publié. De cela résulte une réélaboration des thèmes de la production, de l’histoire, de l’accumulation, du capital physique et humain, qui trouve son expression dans un livre comme Surveiller et Punir. Mais d’autre part, l’évolution de la seconde moitié des années 1970 implique également des critiques ouvertes des différents marxismes alors en vogue, tel que le freudo-marxisme ou le maoïsme. L’objectif de cette première partie est de faire le point sur toutes ces oscillations qu’on pourrait détecter à l’intérieur de l’œuvre de Foucault par rapport à Marx et au marxisme.

La deuxième partie du colloque se penchera sur les effets que produit la lecture de Foucault sur l’interprétation de Marx. De nouvelles lectures de Marx s’appuient ainsi sur des concepts mobilisés par Foucault (discipline, surveillance, dispositif, biopolitique, gouvernementalité, subjectivation). L’étude des formes variables de pouvoir, la place et les types de « lutte » dans les processus politiques, la réinterprétation des phases du capitalisme à partir des formes de gouvernementalité, tout cela participe d’un « effet Foucault » sur la compréhension de Marx sur lequel nous ferons le point.

La troisième partie du colloque s’intéressera aux tentatives de conjugaison, d’hybridation et d’articulation des analyses de Marx et des travaux de Foucault dans la critique sociale actuelle et dans les mouvements sociaux. Il s’agira dans cette dernière partie d’explorer les champs de luttes et les thématiques critiques qui mobilisent Marx et Foucault. Si la référence foucaldienne a été liée historiquement à l’émergence des luttes « extra-économiques », « sociétales » ou culturelles, qui ne trouvaient pas chez Marx les points d’appui nécessaires, elle s’articule aujourd’hui à l’analyse marxienne de l’organisation capitaliste et à la critique des formes de pouvoir typique de la mondialisation. Quelles sont les formes de ces articulations, quelle en est la productivité, quelles en sont les limites ?

.

Dates et lieux :

Jeudi 18 décembre 2014  :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, salle des conférences
200 avenue de la République 92001 Nanterre

Vendredi 19 décembre 2014 :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, salle des conférences
200 avenue de la République 92001 Nanterre //  Plan du campus de Paris Ouest

Samedi 20 décembre 2014 :
Lycée Henri IV, Salle des conférences
23 Rue Clovis, 75005 Paris // Plan d’accès

Entrée gratuite sur inscription en complétant le formulaire ci-dessous..

Organisation et contact :
Christian Laval
Luca Paltrinieri
Ferhat Taylan

Dans le cadre des activités du Collège International de Philosophie et du laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), avec le soutien du Centre Michel Foucault.

.

.

PROGRAMME

.

Jeudi 18 décembre
– Foucault lecteur de Marx

Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bât. B, salle des conférences
.

Matin : 9h30-12h30

Présidence : Emilie Hache

9h30 Ouverture : Christian Laval, Luca Paltrinieri, Ferhat Taylan

10h00-10h30 Christian Laval (CIPh/Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « La productivité du pouvoir »

10h30-10h45 Discussion

Pause

11h00-11h30 Rudy Leonelli (Università di Bologna) : « Foucault lecteur du Capital »

11h30-12h00 Alberto Toscano (Goldsmiths, London) : « Of Sub-Powers and Surplus-Profits: Money, Capital and Class-struggle in Foucault »

12h00-12h30 Discussion

.

Après-midi 14h15-18h

Présidence : Mathieu Potte-Bonneville

14h15-14h45 Jean-François Bert (IRCM, Université de Lausanne) : « Cartographier les marxismes avec Foucault : les années 1950 et 1960 »

14h45-15h15 Manlio Iofrida (Università di Bologna) : « Michel Foucault entre Marx et Burckhardt : esthétique, jeu, travail »

15h15-15h45 Roberto Nigro (CIPh/ZHDK Zurich) : « …Communiste nietzschéen. L’expérience Marx de Foucault »

15h45-16h15 Discussion

Pause

16h30-17h00 Ferhat Taylan (CIPh/Université Bordeaux III) : « La place de Marx : des Mots et les Choses à La Société punitive »

17h00-17h30 Hervé Oulc’hen (BelPD-COFUND, Université de Liège) : « Stratégie et praxis : Foucault et Sartre lecteurs des enquêtes historiques de Marx »

17h30-18h Discussion

.

.

Vendredi 19 décembre
– Marx après Foucault –
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bât. B, salle des conférences
.

Matin 9h30-12h30

Présidence: Frédéric Gros

09h30-10h00 Emmanuel Renault (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Domination, exploitation, pouvoir »

10h00-10h30 Federica Giardini (Università Roma 3) : « Ordres et désordres. Symbolique, production, reproduction »

10h30-10h45 Discussion

Pause

11h00-11h30 Antonio Negri : « Marx après Foucault : la subjectivité retrouvée »

11h30-12h00 Pierre Dardot (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense): « De la praxis aux pratiques »

12h00-12h30 Discussion

.

Après-midi 14h15 – 18h

Présidence: Christian Lazzeri

14h15-14h45 Laurent Jeanpierre (LabTop-CRESPPA Paris 8/CNRS) : « Que faire des circulations? Une autre confrontation entre Marx et Foucault »

14h45-15h15 Guillaume Sibertin-Blanc (Erraphis, Université Toulouse II – Jean Jaurès) : « L’historico-politique et le bio-politique. Retour sur le schéma de la lutte de classe au prisme de la généalogie foucaldienne »

15 h15-15h45 Yoshiyuki Sato (Graduate School of Humanities and Social Sciences, University of Tsukuba) : « Gouvernementalité et économie : le problème de l’État chez Foucault et Marx »

15h45-16h15 Discussion

Pause

16h30-17h00 Diogo Sardinha (CIPh, Paris) : « L’enjeu du nominalisme et la lutte contre la métaphysique »

17h00-17h30 Jacques Bidet (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Marx et Foucault recyclés l’un par l’autre »

17h30-18h00 Discussion

.

.

Samedi 20 décembre 2014
– Marx avec Foucault : actualités, luttes, critique –
Lycée Henri IV
.

Matin 9h00-12h15

09h00 Mots de bienvenue de Patrice Corre, Proviseur du Lycée Henri IV et Diogo Sardinha, président de l’Assemblée collégiale du Collège International de Philosophie

Présidence : Isabelle Bruno

09h30-10h00 Pierre Sauvêtre (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Altérer le monde : penser les luttes avec Marx et Foucault »

10h00-10h30 Isabell Lorey (EIPCP, Berlin): « Foucault, Actuality, History. Aspects of Presentist Democracy »

10h30-10h45 Discussion

Pause

11h00-11h30 Stéphane Haber (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Marx, Foucault et la question de l’entreprise comme institution »

11h30-12h00 Massimiliano Nicoli (Filolab, Trieste) & Luca Paltrinieri (CIPh/LabTop-CRESPPA Paris 8/CNRS): « Qu’est-ce que une critique transformatrice ? Contrat psychologique et normativité d’entreprise »

12h00-12h15 Discussion

.

Après-midi (14h15- 16.30)

Présidence : Philippe Combessie

14h15-14h.45 Judith Revel (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Subjectivation, conflictualité, organisation : Foucault et autres hérétiques »

14h45-15h15 Julien Pallotta (IFCS-UFRJ, Rio de Janeiro) : « L’effet Althusser sur Foucault : de la société punitive à la théorie de la reproduction »

15h15-15h30 Discussion

Pause

15h45-16h30 Conférence de clôture: Étienne Balibar (Paris Ouest Nanterre La Défense/Kingston University, London) : « L’anti-Marx de Michel Foucault »

 

Inscription :

[formidable key=k2fwye]

.

Séminaire “Accumulation primitive”, 2ème séance, 8 décembre 2014, Paris

 Bandeau_accumulation_negative

Depuis que la crise a éclaté en 2008, le capitalisme tente de retrouver une vitalité non en corrigeant les tendances qui ont conduit à la récession mondiale, mais en les poursuivant, en les accélérant jusqu’à leur plein achèvement. Tout s’est passé comme si le sauvetage du système financier et la crise de la dette publique qui en a résulté avaient élargi les bases du régime financiarisé d’accumulation du capital, en sorte que les contradictions que ce mode de production a révélées à travers la crise trouvent aujourd’hui une aire d’expression bien plus ample qu’avant 2007. Sans doute l’ampleur et les formes typiques de la crise ont en quelque sorte forcé les sciences sociales à précipiter leur retour à Marx. Mais les mutations profondes qui s’opèrent depuis lors dans les sociétés appellent moins un retour qu’un renouveau du marxisme. Le séminaire de recherche vise ainsi à offrir un espace de communication à des travaux qui analysent au prisme du concept d’accumulation primitive les modes contemporains de développement du capitalisme à l’échelle mondiale.

.

Date :
Lundi le 8 décembre 2014, 18h-20h

Lieu :
29 rue d’Ulm
75005 Paris
Plan d’accès
(Salle 236)

Organisation :
Davide Gallo Lassere
Laurent Baronian

.

2ème séance

Sandro Mezzadra (University of Bologna): “Reading Marx on ‘Primitive Accumulation’ Today. Extraction, Dispossession, Exploitation”

Abstract :
The talk will start with a discussion of Marx’s analysis of ‘so-called primitive accumulation’ in Capital, volume 1. Some of the key questions connected to this analysis will be pointed out: the production of labor power as a commodity as a specific and strategic form of the production of subjectivity; the birth of private property through enclosures of the commons; the role of violence and of the territorial state; the opening of the ‘world market’ through colonial conquest and expansion. The specific temporality of Marx’s notion of transition to capitalism will be then discussed both with references to the development of his own thought after the publication of Capital, Volume 1 and to Marxist debates in the 20th century. Focusing on recent discussions surrounding the continuity of ‘primitive accumulation’ and its topicality in the present, the talk will end by asking whether this continuity can be taken as a key aspect of contemporary global capitalism. Such important concepts as extraction, dispossession, and exploitation will be critically tested against the background of this question.

References:
Harvey, David. 2010. Le nouvel impérialisme, Paris: Les Prairies Ordinaires.
Mezzadra, Sandro and Brett Neilson. 2013. Border as Method, or, the Multiplication of Labor, Durham: Duke University Press.
Mezzadra, Sandro. 2011. “The Topicality of Prehistory. A New Reading of Marx’s Analysis of ‘So-called Primitive Accumulation” Rethinking Marxism. 23(3): 302-321.
Mezzadra, Sandro 2014. “Combien d’istoires du travail? Vers une théorie du capitalisme postcolonial”, Période.
Sassen, Saskia. 2010. “A savage sorting of winners and losers: Contemporary versions of primitive accumulation”, Globalizations 7(1-2): 23-50.

.

Nouvelle publication : Jacques Bidet, “Foucault avec Marx”, La Fabrique

 

Bidet

Foucault et Marx : quand on accole ces deux noms, c’est bien souvent pour les opposer. À Marx, théoricien du mouvement ouvrier, philosophe de la totalité, a répondu Foucault, penseur des singularités et des micro-pouvoirs, pourfendeur d’un marxisme essoufflé.
Lire Foucault avec Marx, comme nous y invite ce livre, c’est au contraire reconnaître leur complémentarité, c’est dégager les points de rencontres possibles. C’est suivre Foucault sur le versant de l’exploitation resté inexploré par le marxisme et réinscrire ses travaux dans une perspective globale, qui était celle de Marx. C’est affirmer qu’aujourd’hui, il n’y a pas de « pouvoir-propriétaire » qui ne soit adossé à un « pouvoir-savoir », pas de discipline qui ne sous-tende un rapport de classe. Pas plus qu’il n’y a d’État qui ne s’estompe dans la gouvernementalité ni de marché sans organisation.
Le “différend” Marx/Foucault reste prétexte à des querelles académiques, mais sur le terrain des luttes en revanche, ils se croisent. Reste, comme le dit Jacques Bidet, à faire s’entendre leurs vérités « pour une commune stratégie d’en bas ».

Jacques Bidet est Professeur émérite de philosophie (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol). Il est fondateur-directeur honoraire de la revue Actuel Marx (Paris-X, PUF), et Président du Congrès Marx International (Paris-X). Dernière publication : L’État-monde. Libéralisme, socialisme et communisme à l’échelle mondiale, 2011.

 

Informations techniques :

 

Foucault avec Marx
de Jacques Bidet

Éditeur : La Fabrique
Date de parution : 14 novembre 2014
ISBN : 978-2-35872-065-6
242 pages
13,00 €

 

Revue de Presse

Critique de l’ouvrage sur le site de Libération.

Nouvelle publication : “La tyrannie de la valeur”, dirigé par Eric Martin et Maxime Ouellet

Couv_tyrannie_valeur_omb

La crise économique de 2008 a suscité un « renouveau » du discours critique sur le capitalisme. Mais pour les auteurs de La tyrannie de la valeur, cela n’a pas pour autant donné lieu à un approfondissement de la théorie critique, si bien que la crise actuelle du capitalisme s’accompagne d’une crise de l’anticapitalisme, prenant la forme d’une carence théorique. L’essentiel de ce discours critique, comme celui des mouvements de type Occupy, demeure superficiel en se limitant à une approche subjectiviste dénonçant l’élite du « 1% » et des « vilains » banquiers. En privilégiant une analyse purement subjectiviste du système, cette critique fait l’impasse sur les causes systémiques de la crise et se voit incapable d’appréhender le cœur de la bête capitaliste. D’où ses solutions à la sauce néokeynésienne, qui ne sont pas à la hauteur de la tâche critique urgente et vitale qui s’impose aux peuples que le capital écrase.
Le grand mérite du courant dit de la « critique de la valeur » (Wertkritik) est d’effectuer un retour au texte de Marx afin d’en dégager une critique substantielle et de retrouver, par-delà le Marx économiciste et subjectiviste, le Marx philosophe et sociologue. Le capitalisme est ainsi abordé comme un « fait social total », et de sa critique ressort la nécessité d’instituer d’autres formes de médiations sociales et d’autres institutions que celles qui consolident la domination fétichiste du travail, de la marchandise, de la valeur sur la vie, la société, la nature. Le sujet du capital n’est dès lors plus identifié à la bourgeoisie ou au prolétariat eux-mêmes, mais plutôt au processus de valorisation capitaliste que bourgeois et prolétaires entretiennent mutuellement, sans toutefois en tirer les mêmes avantages.
La tâche prioritaire de la théorie critique est donc double : d’abord comprendre de manière critique les médiations fétichisées du capitalisme, puis penser ce que pourraient être des médiations non aliénées. C’est à ce projet que La tyrannie de la valeur entend contribuer afin d’approfondir et de renouveler le discours de la théorie critique.
.

Auteurs

Éric Martin est docteur en pensée politique et professeur au département de philosophie du Collège Édouard-Montpetit (Montréal). Il est chercheur-associé de L’institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), du Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM) de l’Université d’Ottawa et membre du Collectif SOCIÉTÉ. Il a participé à l’ouvrage Les racines de la liberté (Nota Bene, 2014).

Maxime Ouellet est professeur à l’École des médias de l’UQAM. Tous deux ont coécrit Université inc. Des mythes sur la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir (Lux, 2011).

Avec des textes d’Yves-Marie Abraham (HEC Montréal), Marie-Pierre Boucher (UQAM – Université du Québec à Montréal), Pierre Dardot (Université Paris Ouest, Nanterre), Jean-François Filion (UQAM), Franck Fischbach (Université de Strasbourg), Anselm Jappe (École d’art de Tours), Gilles Labelle (Université d’Ottawa), Louis Marion et Jacques Mascotto (UQAM).
.

Informations techniques

La tyrannie de la valeur. Débats pour le renouvellement de la théorie critique
Direction : Éric Martin et Maxime Ouellet
Éditeur : Écosociété
Collection : « Théorie »
ISBN : 978-2-89719-153-5
Pages : 276
Prix : 19 €
Date de parution : 8 septembre 2014

.

.

Séminaire (Economix/Sophiapol) “Economie et Philosophie de l’exploitation” 2014-2015, Université Paris Ouest

Bandeau_exploitation_omb_web

Le séminaire “Économie et Philosophie de l’exploitation”, organisé par les laboratoires Economix et Sophiapol, qui a débuté au 1er semestre 2014 se poursuit durant l’année universitaire 2014-2015.

Argumentaire :

Après avoir enflammé les joutes intellectuelles et nourri les luttes politiques d’une bonne partie du XXe siècle, la notion d’exploitation capitaliste a été largement délaissée. Du côté de la science économique, les grands débats d’économie politique ont perdu de leur vigueur et les questionnements se sont à la fois technicisés et sectorialisés. Du côté de la philosophie, les problématiques marxistes ont reflué, et lorsqu’elles ont subsisté, c’est davantage autour des notions d’aliénation et de domination qu’autour de celle d’exploitation. Le moindre intérêt pour la notion n’est cependant justifié ni théoriquement (il repose sur des changements de sensibilité et de paradigmes plus que sur des analyses argumentées) ni empiriquement (qui pourrait dire que nous vivons dans une phase de « capitalisme sans exploitation » ?). Quant à la rencontre de ces deux disciplines autour de ce thème, elle est fondée sur l’imbrication des enjeux économiques et philosophiques de l’histoire du concept, de même que sur le croisement des problématiques des « théories de la justice » et de la « philosophie économique ».
L’objectif du séminaire est d’examiner l’histoire et l’actualité des conceptions de l’exploitation, tout en revisitant un ensemble de questions classiques : exploitation et domination ; exploitation et injustice ; formes économiques et non-économiques d’exploitation ; diversité des exploitations économiques et spécificité de l’exploitation capitaliste en général, de l’exploitation à l’époque du capitalisme financiarisé en particulier ; comparaison de l’approche des théories de la valeur, de l’approche en termes monétaires et des perspectives socio-économiques ; analyse des divers courants théoriques abordant l’exploitation.

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment A, salle 304 ou 305
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Christian Lazzeri (Sophiapol), Antoine Rebeyrol (Economix), Emmanuel Renault (Sophiapol) et Fabrice Tricou (Economix).

 

Programme

1er semestre 2014-2015

Lundi 13 octobre 2014 (17h ; A304)
Christophe Darmangeat (Université Paris VII ; Sophiapol)
“Les sociétés sans richesses étaient-elles des sociétés sans exploitation ?”

Lundi 17 novembre 2014 (17h ; A304)
Stéphane Haber (Université Paris Ouest ; Sophiapol)
“Aliénation et exploitation : deux concepts de la théorie sociale critique.”

Lundi 8 décembre 2014 (17h ; A305)
Jacques Bidet (Université Paris Ouest ; Sophiapol)
“Le concept d’exploitation : son élaboration philosophique et théorique dans Le Capital.”

 

2e semestre 2014-2015

Lundi 19 janvier 2015 (17h ; A304) :
Vincent Bourdeau (Université de Franche-Comté)
Sur la formule « l’exploitation de l’homme par l’homme »

Lundi 9 février 2015 (17h ; A304) :
Alice Sindzingre (Université Paris Ouest ; EconomiX)
Double exploitation dans le capitalisme périphérique (hiérarchie de statuts et normes d’infériorisation)

Lundi 9 mars 2015 (17h ; A304) :
Olivier Favereau (Université Paris Ouest ; EconomiX)
Une reformulation conventionnaliste de l’exploitation marxienne

Lundi 13 avril 2015 (17h ; A304) :
André Orléan (CNRS ; EHESS ; Paris Jourdan Sciences Economiques)
Valeur, monnaie et exploitation : être fidèle à Marx en le critiquant ?

Lundi 18 mai 2015 (17h ; A304) :
Etienne Balibar (Université Paris Ouest ; Sophiapol)
Plus-value ou survaleur ?

Lundi 15 juin 2015 (17h ; A304) :
Bruno Tinel (Université Paris 1 ; CES)
Quels liens entre exploitation et division du travail ? Le cas de la sous-traitance

 

Télécharger :

Affiche_exploitation_2014_15_omb_min

 

Télécharger l’affiche du 1er semestre 2014-2015  (pdf)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consulter :
La programme du séminaire “Économie et philosophie de l’exploitation”, 1er semestre 2014.

Nouvelle publication : Emmanuel Renault, “Marx et la philosophie”

Sans titre

 

L’auteur

Professeur de philosophie à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, Emmanuel Renault est notamment l’auteur de Lire les Manuscrits de 1844 (collectif, Puf, 2008), Lire Marx (Puf, 2e édition 2014) et Les 100 mots du marxisme (avec G. Duménil et M. Löwy, Puf, 2009).

 

L’ouvrage

Marx commença par développer son activité théorique dans le cadre philosophique du Jeune-hégélianisme et il finit par lui donner la forme d’une critique de l’économie politique. Au cours de cette évolution intellectuelle, et d’une évolution politique non moins profonde, il s’est essayé à différentes pratiques de la philosophie et a tenté différentes mises en rapport de la philosophie et de son dehors (la pratique, l’histoire, la politique, l’économie politique). Doit-on se contenter de constater l’existence d’une pluralité de philosophies de Marx et d’une diversité de rapports à la philosophie ? Ou bien est-il possible d’identifier un fil conducteur philosophiquement significatif ? Les études réunies ici retiennent le second terme de l’alternative en décrivant un processus de transformation de la philosophie qui conduit d’une conception maximaliste (celle de la période hégélienne) à une conception déflationniste. Que la philosophie doive abandonner certaines de ses ambitions traditionnelles pour parvenir à atteindre certains de ses objectifs principaux, c’est l’une des principales leçons qui ressort de l’examen des pratiques marxiennes de la philosophie dans Les Annales Franco-Allemandes, les Manuscrits de 1844, L’Idéologie allemande et Le Capital. Une leçon qui n’a rien perdu de son actualité.

 

Sommaire

Introduction : Une conception déflationniste de la philosophie

PREMIÈRE PARTIE : MODÈLES CRITIQUES 

Chapitre 1 : Critique
Chapitre 2 : Dialectique
Chapitre 3 : Normativité

DEUXIÈME PARTIE : PHILOSOPHIE ET CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE                     

Chapitre 4 : Marx Jeune-hégélien
Chapitre 5 : Réaliser et transformer la philosophie
Chapitre 6 : Naturalisme et philosophie de l’histoire                                                          

TROISIÈME PARTIE : CRITIQUE DE L’ÉCONOMIE POLITIQUE

Chapitre 7 : Avec ou contre l’économie politique ?
Chapitre 8 : Histoire des sciences, histoire d’une science

Chapitre 9 : Travail et domination
Chapitre 10 : Critique du marché

Conclusion : Que reste-t-il pour la philosophie ?     

 

Caractéristiques

Éditeur : PUF
Collection : “Actuel Marx confrontation”
N° d’édition : 1
Date de parution : 20/08/2014
Discipline : Philosophie
Sous-discipline : Philosophie politique
ISBN : 978-2-13-063381-5
208 pages
24.00 €