Étiqueté : justice

Podcast : Daniel Defert “L’intime dans le champ politique” (14 février 2015)

“L’intime dans le champ politique” : communication de Daniel Defert au séminaire “Politiques de Foucault”, le 14 février 2015, à écouter ou télécharger (en .mp3).

Séminaire “Politiques de Foucault – II”, 2e séance : Daniel Defert, 14 février 2015, Paris Ouest

« En 1984, le sida entre tragiquement dans la vie de Daniel Defert avec la mort de Michel Foucault. En hommage à celui qui fut son compagnon de vie pendant près de vingt-cinq ans, le sociologue crée Aides, la première association française de lutte contre le sida, dont l’action sera déterminante dans la gestion de l’épidémie. En plaçant le malade au centre, Aides redéfinit la façon de penser la santé publique et convoque la sexualité, l’affect et l’intime au cœur de la lutte. Une nouvelle forme de militantisme voit le jour, dont Daniel Defert est l’un des artisans.

Mais cette histoire s’inscrit dans la continuité d’une vie d’engagement : le combat en faveur de la décolonisation, Mai 68 et l’aventure de la Gauche prolétarienne, la création avec Foucault du Groupe d’information sur les prisons (GIP)… À chaque fois, Daniel Defert s’attache à partir des besoins et de la parole des premiers concernés, qu’ils soient ouvriers, détenus, homosexuels, usagers de drogues ou porteurs du VIH. »

Pour la seconde séance de la deuxième année de notre séminaire Politiques de Foucault, il nous présentera une communication intitulée L’intime dans le champ politique.

Nouvelle publication : “Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines” sous la direction de Tiphaine Barthèlemy, Philippe Combessie, Laurent Sébastien Fournier et Anne Monjaret

Le terme « ethnographie » est aujourd’hui largement répandu dans l’ensemble des sciences sociales pour désigner tout à la fois une méthode et ses résultats : le travail qualitatif de collecte des matériaux de terrain, le corpus qui en résulte et l’écriture qui en restitue l’analyse.

Ce volume tonifie, en les réactualisant, le concept et la pratique ethnographiques. Anthropologues, ethnologues, sociologues, historiens, urbanistes, spécialistes du sport, chercheurs en sciences de l’éducation, tous montrent l’apport de l’ethnographie pour leur discipline. Cet ouvrage collectif ouvre des frontières entre des approches qui trop souvent s’ignorent.

Colloque international « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches », 16-19 octobre 2013, Pessac

  Colloque international organisé dans le cadre du programme TerrFerme (Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique et social...

Colloque « Sens de la justice et sciences sociales : approches croisées », 24 et 25 janvier 2013, Université Paris 1

Le sens de la justice se présente comme le complément indispensable d’une théorie de la justice convaincante. Rawls, qui compte parmi les plus grands penseurs contemporains de la justice sociale, l’a reconnu en accordant un rôle clé à la psychologie morale dans la troisième partie de Théorie de la justice. Il y décrit la formation du sens de la justice défini comme « le désir efficace d’appliquer les principes de justice et d’agir selon eux ».

Nouvelle publication : « Politiser le care? » par Marie Garrau et Alice Le Goff (dir.)

Le concept de «care», qui désigne tout à la fois une attitude morale – l’attention à l’autre, la sollicitude à son égard – et un ensemble de pratiques destinées à prendre soin des autres, a fait une entrée remarquée dans le débat public au printemps 2010. Tandis que certains y ont vu le pivot d’un projet de société alternatif, d’autres ont immédiatement répliqué que le care ne présentait aucun intérêt politique, voire constituait un concept écran masquant sous une rhétorique en vogue un ensemble de problèmes politiques sérieux, tels que l’accroissement des inégalités ou la permanence des rapports de domination. Face à la polarisation du débat, comme aux malentendus concernant le care auxquels il a donné lieu, cet ouvrage collectif voudrait poser une double question : les théories du care sont-elles dotées d’une portée politique ? Et si tel est le cas, en quoi consiste cette dernière ?