Archives par mot-clé : Hegel

Nouvelle publication : Critique de la positivité chez le jeune Hegel, par Nikos Foufas

Comment le jeune Hegel définit-il la notion du positif et le concept de positivité ? Pour quelles raisons insiste-t-il sur la critique du judaïsme et du christianisme ? Ce livre essaie de mettre en perspective que la positivité est la perte de la part de l’être humain de la maîtrise de sa propre vie, la privation de l’autonomie du sujet au profit de l’autonomisation du monde des objets, aussi bien que l’asservissement des personnes à des lois et à des forces étrangères et hostiles. Ainsi cet ouvrage propose de comprendre la positivité, tantôt comme l’extension des rapports mutilés entre l’être humain, le monde et la nature, tantôt comme le prodrome du concept de l’aliénation.

Nikos Foufas est chercheur en philosophie sociale, attaché à l’Université Panteion des sciences sociales et politiques à Athènes. Il s’intéresse notamment à la pensée de Hegel et de Marx. Il travaille actuellement sur le concept de réification dans l’oeuvre de Georg Lukács.

Parution : “Hegel & Freud. les intermittences du sens”, par Claire Pagès, CNRS Éditions, 2015

hegel-freud

Quoi de commun entre une philosophie idéaliste qui fait de l’inconscience un moment de la conscience, qui est une philosophie de la liberté, un travail de synthèse, qui exhibe les déterminations universelles de l’action des hommes, d’une part, et, d’autre part, une théorie psychanalytique, matérialiste et assez déterministe, qui pose l’existence d’un inconscient en soi, dispositif d’analyse, œuvrant à dégager les mobiles psychologiques individuels profonds des actes ? Ces deux grandes pensées ne partageraient-elles pas une certaine entente de la négation comme négativité ? Alors que leurs critiques respectives les plus sérieuses en font des instruments de pensées où tout fait sens, où le sens y serait toujours plein, un et mien, Claire Pagès, relisant et confrontant les textes, esquisse et déploie une autre approche. C’est en faisant droit et place à tout ce qui ne fonctionne pas (dyfonction), à ce qui diffère (dis-fonction) et à ce qui marche tout seul (automatisme) que se découvre une certaine communauté entre ces deux penseurs. Une relecture des textes hégéliens et freudiens qui invite à découvrir ce qui en eux donne à penser les « intermittences du sens ».

Claire Pagès est chercheuse rattachée au Sophiapol et directrice de programme au Collège International de Philosophie.

Table des matières

Introduction : Saisir les intermittences du sens

Chapitre 1 : Qu’est-ce que la négativité ?

Chapitre 2 : Prendre au sérieux le négatif ? L’ère du soupçon

Chapitre 3 : La dysfonction

Chapitre 4 : La différence

Chapitre 5 : L’automatisme

Chapitre 6 : Négativité et dysfonction

Chapitre 7 : Différence et négativité

Chapitre 8 : Négativité et automatisme. Le travail automatique du négatif

Conclusion : La négativité sans au-delà(s)

Bibliographie

Informations techniques de l’ouvrage :Discipline : Philosophie
Collection : CNRS Philosophie
Publication date : 22/10/2015
Auteurs :
Claire PAGÈS
ISBN : 978-2-271-08297-8
Format :
15.0 x 23.0 cm
Reliure :
Broché
Pagination : 416

Soutenance : Nikolaos Foufas, “Le concept d’aliénation de Rousseau à Marx : continuités et métamorphoses”, 12 octobre 2015, Paris Ouest

soutenance_these

Nikolaos FOUFAS soutiendra sa thèse intitulée “Le concept d’aliénation de Rousseau à Marx : continuités et métamorphoses”

Thèse en vue de l’obtention du diplôme de Docteur de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense
École Doctorale (E.D. 139) – « Connaissance, Langage, Modélisation »
Laboratoire SOPHIAPOL- EA 3932   (« Sociologie, philosophie et socio-anthropologie politiques »)

Date et lieu :
Lundi 12 octobre 2015, à partir de 14h00
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle B015 René Remond (bâtiment B, RDC)
.

Membres du jury :

Stéphane Haber, Directeur de thèse
Professeur de Philosophie, Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Gilles Marmasse, Rapporteur
Professeur de Philosophie, Université de Poitiers

Emmanuel Renault, Président du Jury
Professeur de Philosophie, Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Luc Vincenti, Rapporteur
Professeur de Philosophie, Université Montpellier-III

.

Résumé :

La présente étude s’interroge sur le concept d’aliénation, et plus spécifiquement sur sa genèse, son déploiement, son histoire particulière, ses configurations complexes, ses multiples transformations. Trois auteurs sont privilégiés : Rousseau, Hegel, Marx.

La tentative d’examiner la notion d’aliénation dans sa forme rousseauiste, hégélienne et jeune-marxienne, a comme point de départ la critique d’Althusser selon laquelle ce concept relèverait d’une vision abstraite, métaphysique, de l’histoire et de l’activité des agents humains. D’après Althusser, l’aliénation est en effet l’expression humaniste d’une philosophie du retour aux origines et de la réunion avec une essence humaine qui se serait perdue. La philosophie de l’aliénation contractuelle (comme fondement de l’institution d’une communauté politique chez Rousseau), la mise en question de la positivité historique dans les écrits du jeune Hegel, et finalement la critique du travail aliéné forgée par le jeune Marx dans ses Manuscrits de 1844, ne seraient-elles toutes au fond que des variations autour d’une même conception essentialiste de l’histoire humaine ?

S’écartant d’une telle disqualification indifférenciée, la thèse se propose de mettre en valeur la réflexion originale et singulière que chacun de ces trois auteurs élabore au sujet de l’aliénation, tout en essayant de mettre en lumière ce qu’ils partagent, malgré leurs différences. Car en parlant d’aliénation, il s’agit toujours d’interroger la perte mutilante d’un rapport à soi, à autrui et au monde socialement induite. Et il s’agit toujours aussi de concevoir des conditions historiques jugées dégradantes que l’on doit pouvoir dépasser. En d’autres termes, ce travail se propose de montrer non seulement que l’aliénation ne se réduit pas à une notion abstraite et naïvement humaniste, mais qu’elle forme également un repère incontournable, dès lors qu’elle prend au sérieux la tâche de penser l’impossibilité, pour certains groupes ou certaines classes sociales, de se réaliser et de s’épanouir, sur fond d’une privation durable de ce que peuvent apporter des rapports à soi, aux autres et au monde suffisamment riches et variés.
.

Abstract :

This study examines the concept of alienation, and focuses more specifically on its genesis, its deployment, its particular history, its complex configurations, its multiple transformations. Three authors are highlighted: Rousseau, Hegel, Marx.

The attempt to examine the concept of alienation in the forms that Rousseau, Hegel and the young Marx give it, has as its starting point the criticism of Althusser according to whom this concept rises from an abstract, metaphysical vision of history and from the activity of human agents. According to Althusser, alienation is indeed the humanistic expression of a philosophy of the return to the origins and of a reunion with a human essence that might have been lost. The philosophy of contractual alienation (as the basis for the institution of a political community in Rousseau), the questioning of the historical positivity in the writings of the young Hegel, and finally the critique of alienated labor forged by the young Marx in his Manuscripts of 1844, would they basically all be variations around the same essentialist conception of human history?

Diverging from such an undifferentiated disqualification, the thesis proposes to develop the original and singular reflection that each one of these three authors is developing on the subject of alienation, while trying to highlight what they share, despite their differences. Because, speaking of alienation, is always here to question the socially induced mutilating loss of a relation to oneself, to others and to the world. And it is also always a subject to conceive historical conditions considered degrading that must be overcome. In other words, this study intends to not only show that alienation cannot be reduced to an abstract and naively humanist concept, but that it also forms a key benchmark, since it takes seriously the task of thinking of the impossibility for certain groups or certain social classes to achieve self-realization and thrive, amid a sustained deprivation of what can be provided by sufficiently rich and varied relations to oneself, to others and to the world.

.

.

Nouvelle parution : Hegel à Iéna, par Jean-Michel Buée et Emmanuel Renault (dir.)

29021100037070L

La période d’Iéna est décisive pour la formation de la pensée hégélienne de la maturité ; elle est marquée par une prise de distance progressive avec Schelling et par les premières tentatives d’élaboration d’un nouveau système philosophique. Pourtant, les textes hégéliens d’Iéna n’ont fait l’objet en français que d’études ponctuelles. L’ouvrage, qui tente de prendre en compte l’ensemble de la pensée hégélienne de cette période, s’intéresse aux transformations qui affectent celle-ci, tant dans le champ de la logique que dans ceux de la philosophie de la nature ou de la philosophie de l’esprit. Il s’efforce également de dégager l’intérêt actuel des analyses hégéliennes relatives à des questions de philosophie sociale telles que le travail, la valeur, ou la reconnaissance.
.

Table des matières

Jean-Michel Buée, Emmanuel Renault : Présentation

Klaus Düsing : La métaphysique idéaliste de la substance. Les problèmes du développement systématique chez Schelling et Hegel à Iéna

Jean-Michel Buée : Les transformations de l’esprit absolu

Franco Chiereghin : De l’organisation de la logique hégélienne à son auto-organisation entre 1804-1805 et 1808-1809

Emmanuel Renault : Les transformations de l’idée de Naturphilosophie entre 1801 et 1806

Christine Daluz : L’élaboration d’une conception naturphilosophique de la vie dans les esquisses d’Iéna

Christophe Bouton : La dialectique du temps

Italo Testa : La genèse naturelle de la conscience et la reconnaissance

Gilbert Gérard : « L’esprit est plus haut que la nature » : la percée de l’esprit dans les écrits d’Iéna

Franck Fischbach : La « philosophie du travail » dans les esquisses de système à Iéna (1802-1806)

Jean-Philippe Deranty : Théorie de la valeur, travail et reconnaissance : l’ontologie sociale dans les écrits d’Iéna

Ludwig Siep : Philosophie pratique et histoire chez le Hegel d’Iéna

.

Informations techniques :
Hegel à Iéna, par J.-M. Buée et E. Renault (dir.)
Collection “La croisée des chemins” dirigée par Pierre-François Moreau et Michel Senellart
Les Éditions de l’École Normale Supérieure de Lyon
ISSN : 17658128
Paru en mai 2015
19€ (livre broché) et 10,99 € (livre en PDF)

Retrouvez l’annonce de publication sur le site de l’éditeur.

.

.

Nouvelle publication : “Connaître ce qui est. Enquête sur le présentisme hégélien”, par Emmanuel Renault

2711625745

Nul plus que Hegel n’a insisté sur l’exigence de connaître le présent et de réfléchir historiquement aux rapports que nous entretenons avec ce qui nous est contemporain. Quelles sont les raisons qui ont ainsi conduit Hegel à défendre systématiquement l’idée d’un primat du présent? Quels en sont les différents enjeux théoriques? Quelles en sont les conséquences pratiques? Comment les diagnostics historiques peuvent éclairer ou orienter nos efforts? Telles sont les questions qui guident cette enquête sur le présentisme hégélien. Une première partie analyse les trois textes qui formulent explicitement le primat du présent : la préface de la Phénoménologie de l’esprit, celle des Principes de la philosophie du droit et les textes introductifs de l’Encyclopédie des sciences philosophiques. Le présent y apparaît comme l’objet de la réflexion philosophique, et l’analyse du présent comme un mode de justification et d’explicitation des présupposés historiques du projet systématique. Une deuxième partie analyse les textes qui peuvent au contraire conduire à l’idée d’un primat du passé ou de l’éternité. La question de la fin de l’histoire, notamment est examinée, et Hegel apparaît en fait comme le penseur de la spécificité de l’histoire présente plutôt que comme celui de la clôture ou du dépassement du processus historique. Une troisième partie réinscrit les thèses hégéliennes dans l’espace théorique de la philosophie de l’histoire et de l’Idéalisme allemand, en montrant que dans les différents conflits qui traversent l’un et l’autre, le primat du présent guide toujours les prises de position. La contextualisation éclaire alors la réception immédiate, comme lorsqu’elle confirme le bienfondé des interprétations hégéliennes de gauche, et elle ouvre également des perspectives pour l’actualisation, comme lorsqu’elle fait apparaître des rapprochements inattendus avec le présentisme de Dewey ou de Foucault.

Emmanuel Renault est agrégé et docteur en philosophie (sa thèse, soutenue en 1997 sous la direction d’André Doz, porte sur La philosophie de la nature et la théorie des sciences chez Hegel), il est actuellement professeur des universités à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et chercheur rattaché au laboratoire Sophiapol. Il est l’actuel directeur de la revue Actuel Marx, et contribue également à la revue Travailler. Ses domaines de spécialités sont la philosophie sociale et politique contemporaine, l’histoire et les développements contemporains de la théorie critique, Hegel et l’histoire du hégélianisme ainsi que Marx et le marxisme.

.

Table des matières

.
Introduction 
: Présentismes

.
PREMIÈRE PARTIE : PRIMAT DU PRÉSENT

Chapitre 1 : Le présent comme justification
Chapitre 2 : Le présent comme objet
Chapitre 3 : Le présent comme présupposé

.
DEUXIÈME PARTIE : HELLÉNISME ET FINS DE L’HISTOIRE

Chapitre 4 : Restauration de la métaphysique ?
Chapitre 5 : Un aristotélisme hégélien ?
Chapitre 6 : Mort de l’art ou mort de la religion ?                                                    

.
TROISIÈME PARTIE : LE PRÉSENT DANS L’HISTOIRE                                              

Chapitre 7 : L’histoire comme progrès
Chapitre 8 : Événement ou processus ?
Chapitre 9 : Primat du pratique et histoire en acte                                                  

Conclusion : Le présentisme sans la philosophie de l’histoire ?

 

Informations techniques :
Connaître ce qui est. Enquête sur le présentisme hégélien, par Emmanuel Renault
Editeur : Vrin – Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie
276 pages – 13,5 × 21,5 cm, 28 euros
ISBN 978-2-7116-2574-1
Date de parution : février 2015

Parution du numéro 7 de la revue Consecutio Temporum “Verità e Politica”

head-img-01

Le numéro 7 de la revue en ligne Consecutio Temporum. Hegeliana/Marxiana/Freudina Rivista critica della postmodernità vient de paraître.

SOMMAIRE

Editoriale
Tra la verità e la politica: la possibilità della critica
di Giovanni Campailla, Guido Grassadonio e Roberto Bravi

Hegeliana
Dalla “Rappresentanza” alla “Rappresentazione”: l’involuzione della politica nel capitalismo flessibile
di Roberto Finelli

Hegel: totalità e libertà in un mondo trasformato dalla prassi
di Giorgio Cesarale

Marxiana
Lucien Goldmann, la scommessa socialista di un marxista pascaliano
di Michael Lowy

La reinvenzione dell’alienazione nell’epoca della rivoluzione numerica
di Stéphane Haber

Il punto di vista della teoria critica: riflessioni sulla rivendicazione di obiettività della teoria critica
di Rahel Jaeggi

Freudiana
Sofferenze ontologiche: un approccio clinico al materialismo
di Davide Tarizzo

Come non leggere Žižek
di Paul Bowman

Storia delle idee
Soggettività e Verità: alcuni concetti inediti
di Frédéric Gros

Verità e politica, tra necessità e contingenza. Hannah Arendt e Simon Weil
di Federica Giardini

Verità e politica in Althusser: genesi di una problematica
di Fabio Raimondi

Natura e verità. La politica a partire dalla descrizione aristotelica del mondo
di Pietro Giuffrida

Lessico della postmodernità
Politica e verità nel post-fordismo
di Giacomo Pisani

Recensioni, autocritiche e discussioni
Recensione a Kritik von Lebensformen di Rahel Jaeggi
di Marco Marangio

Recensione a Storia e libertà: quattro passi con Hegel e Tolstoj
di Pierfrancesco Lorenzini

Toutes les informations ainsi que les articles sont disponibles sur le site de la revue.

 

Journée “Feuerbach. Nouvelles approches”, 14 avril 2014, Paris Ouest

Bandeau_Feueurbach

L’objectif de la journée d’étude est de présenter des recherches en cours sur un auteur encore peu étudié en France et qui mériterait de l’être davantage aussi bien en raison de l’influence qu’il a exercée sur la philosophie allemande du XIXe siècle qu’en raison de l’actualité persistante de ses thèmes principaux.

 

Date:
Lundi 14 avril 2014, 14h-18h

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment A, salle 304
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contact:
Emmanuel RENAULT  (Université Paris Ouest, Sophiapol)

 

Programme

14h00 – Paulin Clochec (Ens Lyon, Cerphi), Le « Judas Iscariote de la philosophie » : Feuerbach critique de Schelling

Dans une lettre qu’il lui adresse en 1843, Marx qualifie Feuerbach de « Schelling inversé ». Cette image de l’inversion peut faire l’objet de deux lectures qui éclairent d’une manière contradictoire la réception plus largement jeune hégélienne de Schelling. En 1841, Schelling, appelé à l’université de Berlin, défend dans ses leçons l’irréductibilité de l’être à la raison. On peut voir dans les critiques jeunes hégéliennes de cette doctrine soit une alternative radicale, soit une reprise inavouée de ce schellingianisme berlinois, dont le paradigme serait le naturalisme de Feuerbach. Résoudre cette alternative suppose, d’une part, d’exposer les raisons qui conduisent un jeune hégélien comme Marx à établir une affinité entre Feuerbach et Schelling, et d’autre part de suivre l’évolution des critiques de Schelling par Feuerbach.

 

15h30 – Raphaël Chappé (Université Paris Ouest, Sophiapol), Feuerbach : Une éthique de la sensibilité

La façon dont Feuerbach, en 1867-1869, produit une éthique de la sensibilité n’est pas sans affinité avec ce que Nietzsche dit de la morale à partir d’une approche généalogique. L’éthique, irréductible à une simple morale, déploie chez Feuerbach une critique radicale des moralistes, de la volonté comme fondement subjectif de la morale et de la mauvaise conscience. Cependant, en 1867-1869, Feuerbach désigne la pitié comme phénomène anthropologique fondamental et que c’est sur ce point précisément que Nietzsche se détache de lui. Feuerbach semble alors plus proche de Schopenhauer et de Rousseau. Cette perspective éthique était préparée par Feuerbach dès les années 1840, par une anthropologie et une politique de la sensibilité.

 

17h00 – Jean-Philippe Deranty (Macquary University), L’ontologie sensualiste de Feuerbach et ses résonances dans la philosophie du XXe siècle

On commencera par reconstruire à grands traits l’ontologie sensualiste de Feuerbach, qu’on peut décrire comme la réappropriation de schèmes formels hégéliens dans un langage « sensualiste » mettant l’accent sur la présence corporelle du sujet aux mondes naturels et inter-humains, et affirmant ainsi la primauté ontologique et épistémologique de la sensation et de la perception. Cette ontologie sensualiste produit un modèle original de l’attachement qu’on pourrait appeler une première théorie de la relation d’objet, que l’attachement soit comme relation aux corps externes, humains ou non, ou comme relation à soi. On cherchera ensuite à montrer que cette théorie feuerbachienne de la relation d’objet annonce de manière inattendue mais spectaculaire quelques-unes des entreprises philosophiques les plus significatives du XXe siècle, entreprises qu’on peut inclure dans le projet général d’une poursuite de l’hégélianisme dans des conditions théoriques et sociales renouvelées, ou encore comme la tentative de « naturaliser la dialectique ».  D’une part, la théorie de la relation d’objet feuerbachienne présente des traits qui anticipent la théorie adornienne de la mimesis et annoncent l’idée selon laquelle l’identité proprioceptive du sujet se constitue en parallèle avec l’identité spatio-temporelle des objets extérieurs. D’autre part, cette théorie définit l’intentionnalité au cœur des attachements essentiels en termes « libidinaux », au sens que prend ce terme dans l’ontologie naturaliste du dernier Merleau-Ponty. Enfin, le problème du rapport à soi  semble anticiper la façon dont les théories intersubjectivistes de la fin du XXe siècle ont inclus la notion de narcissisme primaire dans leurs modèles.

Vidéos : Colloque “La réalisation de la philosophie à l’époque du Vormärz”, 17 et 18 février 2012

 

Colloque organisé par Raphaël Chappé (Paris Ouest/Sophiapol/Prix d’Amsterdam/UvA/ASCA), Anne Durand (Paris I/CHSPM), et Edouard Pacaud (Paris I/CHSPM) dans le cadre des activités du CHSPM (Paris I / Séminaire Marx), et du SOPHIAPOL (Paris Ouest).

Retrouvez la présentation du colloque.

 

Vendredi 17 Février

Matinée Présidence : Anne Durand

Emmanuel Renault – ENS Lyon (CERPHI) « Droite/gauche, jeunes/vieux, les scissions de l’école hégélienne entre 1837 et 1843. »

 

Isabelle Garo – Chercheuse associée au CHSPM Paris 1 « Marx et les Jeunes Hégéliens : un affrontement philosophique et politique. »

 

Raphaël Chappé – Université Paris Ouest (SOPHIAPOL) / Prix d’Amsterdam 2011 / Université d’Amsterdam (ASCA) « Réalisation de la philosophie et réalisation de l’homme selon Feuerbach » .

 

Après-midi Présidence : Christian Berner .

 Andreas Arndt – Université Humboldt, Berlin (Faculté de théologie) « Die Hegel-Kritik des frühen Marx. »

 

Ursula Reitemeyer – Université de Münster (WWU), (Institut für Erziehungswissenschaft) « Die Fortsetzung der Aufklärung im Vormärz am Beispiel der Religionskritik Ludwig Feuerbachs. »

 

Michael Jeske – Université de Mayence (Schopenhauer-Forschungsstelle) « Auf dem Weg nach Utopia . Philosophie vor und nach dem Scheitern des Übergangs zu weltverändernder Praxis »

 

 

Samedi 18 février

Matinée Présidence : Christian Lazzeri

Philippe Sabot – Université de Lille III (Savoirs, Textes, Langage) « Stirner, Marx et la question de la propriété »

 

Christian Berner – Université de Lille III (Savoirs, Textes, Langage) « Philosophie de l’histoire et philosophie de l’avenir chez Feuerbach »

 

Anne Durand – Universités de Paris 1  (CHSPM) et Münster (Institut für Erziehungswissenschaft) « Qu’est-ce que philosopher sous le Vormärz ? Pratiques et perspectives chez les Jeunes Hégéliens. » /

 

 

Après-midi (dans le cadre du Séminaire « Marx au XXIème siècle ») Présidence : Isabelle Garo .

Norbert Waszek – Université Paris VIII/ EA 1577 – Les mondes allemands : régions, histoires, cultures « Hegel face au saint-simonisme (Hegel, Gans, Heine) »

 

Jean-Christophe Angaut – ENS Lyon (Triangle) « Hess, Bakounine et la philosophie de l’action (1842-1843) »

 

Edouard Pacaud – Université Paris 1 (CHSPM) « Le jeune Marx face à l’épistémologie feuerbachienne »

 

Frédéric Monferrand – Université Paris Ouest (SOPHIAPOL) « L’ontologie sociale du jeune Marx. »