Archives par mot-clé : genre

Publication. Saskia Cousin Kouton : Ogun et les matrimoines

 

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef : Catherine Deschamps, 14 février, Paris Nanterre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logosefx1.jpg.

La première séance du séminaire du GDR Lasco de l’année 2019, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Catherine Deschamps, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine (Evcau).

Elle nous présentera une communication qu’elle propose d’intituler :

Sexualité et architecture : les agendas cachés

Date :
Jeudi 14 février 2019, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Certains objets de recherche, considérés peu légitimes à un moment donné de l’histoire d’une discipline, s’adossent à des champs de recherches reconnus pour forcer la porte de l’académie. Ainsi, les recherches sur la sexualité ont trouvé dans le VIH-sida l’occasion de leur développement. Le champ de la sociologie ou de l’anthropologie de la santé a en quelque sorte été leur cheval de Troie. Mais cet adossement dirige et réduit dans le même temps l’angle d’attaque de l’objet sous tutelle. Ce d’autant qu’avec le sida, dans les années 1980, l’urgence se mêle de l’affaire, une urgence dont il faut questionner les effets sur la production de connaissance. D’abord avec un effet d’entrainement moindre, les travaux sur la sexualité se sont aussi appuyés sur le développement des gender studies. Ces dernières étaient elles-mêmes fragiles dans les années 1980, lorsqu’elles sont souvent devenues un incontournable des sciences sociales quarante ans plus tard. En même temps que les remèdes au virus devenaient plus opérants et que les gender studies gagnaient en reconnaissance dans la dernière
partie des années 1990 et au début des années 2000, les travaux sur la sexualité se transformaient et les deux “canaux historiques” de ces travaux se mixaient davantage. D’autres champs de recherche reconnus sont venus à la rescousse, contribuant à élargir les possibilités d’analyse. Dans mon cas, la sociologie urbaine, bien installée en France depuis les années 1980, a été mobilisée. Une enquête sur la prostitution de rue au début des années 2000 permet la rencontre, autour de la sexualité, de questions de santé, de genre et d’espaces publics. Une deuxième ethnographie portant sur les femmes multipartenaires et hétérosexuelles abandonne peu à peu le champ de la santé pour affermir la place du genre et des analyses spatiales. Ces deux dernières recherches ont presque étonnamment permis ma titularisation en école d’architecture. Elles ont été un autre cheval de Troie. Le problème devient alors celui d’une adaptation : comment passer, via la sexualité et le genre, des recherches sur le champ de l’urbain à l’architecture ?
Mon exposé, fondé sur mon itinéraire dans la recherche et dans l’enseignement supérieur, tentera d’interroger les moteurs de l’illégitimité (ou du sentiment d’illégitimité), les glissements auxquels ils conduisent et les instabilités, parfois salutaires, qui les constituent.

Séminaire “L’archive du genre, le genre des archives”, Programme 2018

Le séminaire « L’archive du genre, le genre des archives » est organisé dans le cadre du projet COMUE UPL « Genre et transmission: pour une autre archéologie du genre » (dir. Judith Revel, univ. Paris Nanterre/Sophiapol, et Anne E. Berger, univ Paris 8/LEGS)

 

Programme 2018

(toutes les séances auront lieu de 9h30 à 12h30 aux Archives Nationales sur le site de Paris, CARAN, 11, rue des Quatre-Fils, Salle d’Albâtre – sauf la séance du 27 janvier, qui aura lieu, toujours aux Archives Nationales, dans la salle suspendue du CARAN), de 9h30 à 12h30.

27 janvier:
Elise Escalle (doctorante HAR/Sophiapol)
Deux modèles d’archives – les fonds Madeleine Rebérioux et Michelle Perrot

10 février
Denise Ogilvie (Archives Nationales)/Anne Verjus (NCRS/NYU)
Transformations de l’écriture privée

24 mars:
Christine Detrez (ENS Lyon)/ Mara Montanaro (chercheuse associée, LEGS)
Les archives à l’épreuve de l’affect

14 avril:
Marie-Eve Lacasse (LEGS)/Denise Ogilvie(Archives Nationales)/Isabelle Tournier (Paris 8/LEGS)/Judith Revel (Paris Nanterre/Sophiapol)
Effacement, censure, auto-censure, éparpillement: les archives saisies par leurs manques

19 mai:
Michelle Perrot (CNRS)
A propos de Mélancolie ouvrière.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles, vous êtes les bienvenu.e.s.

Nouvelle parution : Genre et discriminations, coordonné par Mireille Eberhard, Jacqueline Laufer, Dominique Meurs, Frédérique Pigeyre et Patrick Simon

 

Issu d’un colloque organisé en juin 2013 à l’Université Paris-Diderot, l’ouvrage rassemble des contributions qui, en croisant ces deux approches, ouvrent des pistes nouvelles à la lutte contre les exclusions et les inégalités.

Les concepts de genre et de discrimination découvrent dans les inégalités le produit de rapports sociaux qui distribuent les êtres humains en catégories hiérarchiques faussement rapportées à la «nature ». En révélant les structures profondes de ces inégalités, ils légitiment un questionnement critique sur l’organisation de nos sociétés. Mais ils ont des champs d’application propres et sont mobilisés pour des raisons et à des fins différentes, dans des arènes distinctes.

Les onze textes ici rassemblés traitent, chacun à sa manière, de la nécessaire articulation de ces deux concepts. Qu’il s’agisse de détecter les discriminations sous les inégalités de genre, d’appliquer une grille genrée aux discriminations ou de développer une analyse intersectionnelle, ils contribuent à rapprocher des champs intellectuels qui ont longtemps évolué en parallèle.

Table des matières

Introduction
La construction du genre
Les discriminations, approche sociologique et juridique
Intersectionnalité et discriminations multiples
Organisation de l’ouvrage
Bibliographie

Première partie – Déconstruire le genre et rendre visibles les discriminations
Naturaliser le genre, effacer la « race » : le discours sur les Américaines pendant la Seconde Guerre mondiale (Hélène Le Dantec-Lowry)

Discriminations dans le domaine technique : le fonctionnement du stéréotype de genre (Chantal Morley et Martina McDonnell)

Genre, droit et discriminations en milieu carcéral : l’inégalité des malchances (Juliette Gaté)

Les femmes, un mauvais genre dans le syndicalisme enseignant ? L’exemple de la Fédération de l’Éducation nationale, années 1960-années 1990 (Ismaïl Ferhat)

Deuxième partie – Identités sexuées et sexuelles
Le test de féminité : genre, discrimination et violence symbolique (Catherine Louveau)

L’identité psychique dans le genre (Géraldine Aïdan)

La place du genre dans les discriminations homophobes (Stéphanie Arc et Philippe Vellozzo)

Troisième partie – Discriminations multiples
Comment expliquer la sous-déclaration des discriminations sexistes dans les enquêtes quantitatives ? (Maud Lesné)

Entre domination structurelle et capital symbolique positif : l’expérience des femmes militaires issues de l’immigration (Elyamine Settoul)

Genre et accès aux titres de séjour : des discriminations invisibles (Lisa Carayon)

La discrimination multiple à la lumière de la discrimination indirecte (Marie Mercat-Bruns)

Informations techniques
Genre et discriminations, coordonné par Mireille Eberhard, Jacqueline Laufer, Dominique Meurs, Frédérique Pigeyre et Patrick Simon.
Publié avec le soutien de l’Alliance de recherche sur les discriminations (ARDIS), de l’Institut Émilie du Châtelet (IEC) et du Domaine d’intérêt général Genre, Inégalités, Discriminations (DIM-GID, Ile-de-France).
Éditions iXe
Février 2017
256 pages
18,00 €
ISBN : 979-10-90062-36-8

Retrouvez cette annonce et commandez l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Nouvelle parution : Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durable, par Marie-Carmen Garcia

amours-clandestines

Invisibles, niées ou condamnées, les amours clandestines durables n’en sont pas moins bien présentes dans la vie sociale. Elles sont le quotidien de nombreux hommes et femmes en couple hétérosexuel ; elles occupent des esprits, des cœurs, des agendas et des hôtels. Ce livre invite à explorer ces « jardins secrets » à partir de l’analyse d’une trentaine de récits de vie et d’un corpus de témoignages recueillis sur Internet, traités sous l’angle de la sociologie du genre et des socialisations.

La « conscience morale », disait Durkheim en 1911, prescrit que « l’acte sexuel » demeure enveloppé « d’ombre et de mystère ». Imaginait-il qu’on traiterait un jour, dans une perspective sociologique, les relations extraconjugales ? Alors que nous allons célébrer le centenaire de son décès, Marie-Carmen Garcia présente une analyse sociologique de « l’extraconjugalité durable ». Il s’agit d’un cas particulier des situations d’« adultère » ou d’« infidélité » dont plusieurs sociologues se sont saisis ces dernières années, et notamment, en Europe, Annette Lawson et Charlotte Le Van. Ce cas particulier ne constitue pas seulement une restriction du champ, il invite à adopter un point de vue spécifique, voire différent. Alors que les approches les plus habituelles de l’adultère considèrent l’infidélité comme un comportement de crise – crise passagère parfois, ou « crise » au sens étymologique du terme, c’est-à-dire qui engage un changement dans l’ordre institué de la relation conjugale – l’axe retenu ici invite à observer la relation extraconjugale comme un mode de vie qu’on pourrait qualifier d’ordinaire. Et pourtant…

On notera qu’il s’agit de relations extraconjugales « clandestines ». C’est assurément le cas le plus fréquent, mais, à l’heure de la banalisation du divorce par consentement mutuel, qui, bien qu’il demeure encore cher et lourd à mettre en oeuvre, permet d’interrompre une relation dont les acteurs perçoivent plus d’inconvénients que d’avantages, à l’heure du développement – certes statistiquement très minoritaire, mais médiatiquement de plus en plus visibles – des comportements « libertins » et des pratiques « polyamoureuses », qui permettent, disent leurs promoteurs, de vivre des relations sexuelles ou amoureuses parallèles sans « mentir » ou « faire des cachoteries », la clandestinité de l’extraconjugalité a mauvaise allure. À une époque où l’on prône volontiers la transparence, il s’agit de comportements assimilés à quelque forme de lâcheté, quand ce n’est pas de trahison.

Alors que les sociologues montent au créneau pour porter haut la revendication d’une discipline susceptible d’analyser tous les faits sociaux, même les plus « haïssables », sans pour autant les excuser, il peut sembler important de défendre l’analyse sociologique des pratiques considérées comme moralement répréhensibles – des comportements « indécents » dit André, l’un des informateurs de Marie-Carmen Garcia, lui signifiant que la sociologie ne devrait pas traiter de ces questions. Il ne s’agit, pas plus que pour les comportements criminels, de les défendre, encore moins de les promouvoir, mais simplement de les analyser pour en mettre au jour les dynamiques, les ressorts et les enjeux, et, ce faisant, mieux comprendre la société contemporaine et son évolution.

La sociologie de l’extraconjugalité durable est une sociologie des dettes morales au quotidien. Les personnes qui développent clandestinement quelque forme de relation extraconjugale durable sont en effet en permanence en situation de dette, et même en double situation de dette : dettes vis-à-vis de leur conjoint, qu’elles « trompent » selon la vulgate ordinaire, et dettes vis-à-vis de leur partenaire extraconjugal(e), à qui elles n’offrent pas la possibilité de venir occuper une place légitime dans leur vie. Or, à certains égards de façon plus forte encore que le don, la dette crée du lien social – et la dette morale sans doute encore plus manifestement que la dette financière. La sociologie de l’extraconjugalité clandestine durable constitue une analyse de liens sociaux structurés – voire entraînés – par un jeu complexe de dettes morales entrecroisées, qui se révèlent d’autant plus puissantes qu’elles sont occultées. La prise en compte de ces jeux des dettes entrecroisées et occultées fait que l’approche des relations extraconjugales comme un mode de vie, qu’on pourrait qualifier d’ordinaire, ne mésestime pas la violence que cela peut entraîner, et les trois suicides évoqués à la fin de l’ouvrage – deux qui concernent un homme, un qui concerne une femme – sont peut-être comme la seule issue trouvée pour sortir d’une situation d’endettements entrecroisés sans contrepartie. Quel que soit le milieu social, quel que soit le genre, les dettes morales qu’on ne parvient pas à inscrire dans une logique d’échange, ou, à tout le moins, de communication, renforcent les probabilités de violence physique – à l’égard l’autrui, ou de soi-même.

Dans cet ouvrage, Marie-Carmen Garcia montre notamment que l’extraconjugalité durable se caractérise par la transgression de deux normes fondamentales du couple contemporain : la norme de véracité et l’égalité des sexes. Mais au-delà de la démarche scientifique, elle propose des clefs pour la compréhension de ces liaisons, à la fois fascinantes et repoussantes, et plus largement de l’amour et de la sexualité des couples hétérosexuels.

 

 

Recension de l’ouvrage par Cécile Thomé sur le site Lectures.revues.org

 

Informations techniques :
Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durable, par Marie-Carmen Garcia, préface de Philippe Combessie
Éditions : Presses universitaires de Lyon
Collection « Sexualités »
Date de publication : 2016
280 pages
Format : 14 × 20,5 cm
ISBN-13 : 978-2-7297-0903-7
Prix de vente public : 18.00 €

Retrouvez la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

.

.

Colloque international « Les échanges sexuels et leurs “clients” », 14-16 juin 2016, Paris Ouest

Illustration colloque "Les échanges sexuels et leurs clients"

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». L’originalité de la perspective est donc double puisqu’il s’agit non seulement de repenser à nouveaux frais l’économie de la sexualité dans son ensemble, mais également de le faire à partir de la question spécifique de celles et ceux qui, occasionnellement ou non, de manière implicite ou explicite, « paient », « achètent », « rémunèrent », « rétribuent », etc. Se trouve donc au cœur de ce colloque une question dont l’apparente simplicité masque une profonde complexité : qui paie dans les échanges économico-sexuels ? Comment et pourquoi ? Certaines aires culturelles ou certains contextes socio-historiques connaissent-ils des spécificités en la matière ?

Dans de nombreux cas, les communications présentées dépassent le seul cadre de la prostitution pour s’intéresser aux formes « plus ordinaires » de négociation(s) de la sexualité.

Dates :
Du mardi 14 juin au jeudi 16 juin 2016

Lieux :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche, salle des conférences (le mardi 14 juin)
Bâtiment F, troisième étage, salle des conférences F352 (le mercredi 15 et le jeudi 16 juin)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Initiative et organisation :
Philippe Combessie, professeur des universités, directeur du Sophiapol (EA 3932)
Catherine Deschamps, maître assistante – HDR (Ecole Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine/ Sophiapol-GDR Lasco)
Vincent Rubio, chercheur sous contrat (Université Paris Ouest/ Sophiapol-GDR Lasco)

Contact :
Amélie Le Bihan, chargée du pilotage des projets du Sophiapol : amelie.lebihan [at] u-paris10.fr

Programme

Mardi 14 juin 2016
Salle des conférences : bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche

 

9h45 – Ouverture

Philippe Combessie, directeur du Sophiapol, introduction.

Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)
Conférence inaugurale.

 

10h45 – Session 1 : Dialogues entre théorie et terrain
Président de séance : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, France)

Nathanaël Wadbled (Université du Québec à Montréal, Canada)
Repenser les rapports de genre hors du modèle des rapports de classe : critique de la modélisation économique de la sexualité.

Vincent Rubio (Université Paris Ouest, France)
Les limites de l’authentique. À propos des clients de la prostitution masculine sur Internet.

14h00 – Session 2 : De « bons » clients ?
Président de séance : Bruno Proth (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine, France)

Pierre Brasseur (Université Lille 1, France)
De la gueule cassée à l’accompagné sexuel : figures du client en situation de handicap.

Lucie Nayak (Inserm, France)
Les formes de l’échange dans la sexualité de personnes désignées comme « handicapées mentales ».

15h30 – Session 3 : Objets transactionnels
Présidente de séance : Myriam Joël (Ined, France)

Cécile Thomé (EHESS, France)
« Si t’as pas de préservatif y’a pas de rapport ». Étude des négociations sexuelles ordinaires.

Maxime Bello (Université Paris Ouest, France)
La vente des fluides corporels sur internet : rôles et affects.

Mercredi 15 juin 2016
Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

9h45 – Session 4 : Coucher avec les mots
Présidente de séance : Catherine Deschamps (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine et Université Paris Ouest, France)

Jean Zaganiaris (École de gouvernance et d’économie, Rabat, Maroc)
Parlez-moi de (faire) l’amour : penser les sexualités négociées et l’immanence du désir au sein des champs littéraires français et marocain.

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke, Canada)
Portrait du client en bédéiste. Sur Vingt-trois prostituées de Chester Brown.

Yagos Koliopanos (Université Paris Ouest, France)
Les clients et les « minets » : de quelques contours flous dans les marges de l’économie sexuelle à Athènes.

14h00 – Session 5 : À distance de chair
Président de séance : Mathieu Trachman (Ined, France)

Agnès Giard (Université Paris Ouest, France)
Les bordels de poupées au Japon : la love doll et ses « clients ».

Kim-Marlène Lé (Scuola Superiore Sant’Anna, Pise, Italie)
Le rôle de la gestion de la relation avec les clients et des communautés dans les modèles d’affaires de la production pornographique en ligne.

15h30 – Session 6 : Offrandes aux déesses
Présidente de séance : Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France).

Sacha Demazy (Université Paris Ouest,  France)
Strip-tease au Japon : le rôle de l’offrande dans la reconnaissance affective.

Gilles Chantraine (CNRS/Clersé, France)
« Elle est douce mais ferme, et elle me comprend » : transactions financières, négociations et jeux BDSM.

Jeudi 16 juin 2016
Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

9h30 – Session 7 : Négociations ordinaires
Présidente de séance : Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)

Annamaria Colombo, Myrian Carbajal, Jean-Luc Heeb, Marlène Barbosa et Sandra Modica (Haute école de travail social, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Fribourg, Suisse)
Les transactions sexuelles entre adolescent-e-s de Suisse : quelles représentations et quelles pratiques des jeunes ?

Vulca Fidolini (Université de Strasbourg, France)
Partenaires « dangereuses ». Transactions sexuelles, masculinités défensives et rapports sociaux chez de jeunes Marocains en Europe.

Yann Le Bihan (Université de Picardie Jules Verne, France)
Sexe, race et classe sur un marché matrimonial « parallèle » : l’espace des échanges ouvert par des petites annonces publiées dans la presse écrite.

Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France) et Philippe Nkoma Ntchemandji (Service de Mouvements de la Population et de l’État Civil, Ministère de l’Économie (DGS/DSD), Gabon)
Échanges économico-sexuels dans les relations extraconjugales. Comparaison France-Gabon.

14h30 – Session 8 : Le pire des clients ?
Président de séance : Lilian Mathieu (CNRS/Centre Max Weber, École normale supérieure, Lyon, France)

Bénédicte Lavaud-Legendre (Université Bordeaux 4, France)
Sexualité tarifée – Que dit le droit ?

Nicolas Lainez (EHESS, France)
Le proxénétisme familial au Viêt Nam, ou comment banaliser une sexualité transgressive.

Altaïr Despres (Université Panthéon-Sorbonne, France)
Au-delà du tourisme sexuel. Transactions culturelles intimes dans les sexualités et conjugalités afro-occidentales à Zanzibar (Tanzanie).

Comité scientifique :
Jean-Michel Chaumont, Professeur, Université catholique de Louvain
Marie-Carmen Garcia, Professeure des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier
Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de Conférences (HDR) retraitée, EHESS
Lilian Mathieu, Directeur de recherche, CNRS
Sébastien Roux, Chargé de recherche, CNRS
Mathieu Trachman, Chargé de recherche, INED

Institutions partenaires du Sophiapol pour ce colloque international :
Ecole doctorale “Economie, Organisations, Société” (ED EOS)
GIS Asie (réseau CNRS “Asie et Pacifique”)
Institut Emilie du Châtelet
Mission de recherche “Droit et Justice” (CNRS-Ministère de la Justice)
Société d’ethnologie française

.

.

Séminaire Lasco/Sophiapol 2015, 2e séance : Alain Giami, 25 mars 2015, Paris Ouest

Alain Giami


La deuxième séance du séminaire 2015 du
GDR Lasco accueillera Alain Giami (Directeur de recherches, Inserm – CESP – U 1018 : Le Kremlin Bicêtre) pour une communication intitulée :

Scripts et scénarios culturels de la sexualité : les évolutions des “paraphilies” dans les classifications internationales (DSM-5 et CIM 10)“.

Date :
Mercredi 25 mars 2015, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, salle 237 (2e étage du bâtiment T)
Comment venir ?
par le train (depuis la gare Saint Lazare) ou le RER (ligne A), station “Nanterre Université”

Organisation :
Responsable scientifique : Philippe Combessie (Université Paris Ouest, Sophiapol/GDR Lasco)

 

Présentation de la communication proposée par Alain Giami

Les classifications internationales des maladies et leur désignation (inclusion, exclusion, définitions, modifications) font l’objet de nombreuses études dans le champ de recherche désigné comme “Science & technology studies” (Bowker & Leigh Star, 1999 ; Young, 1995) et dans la philosophie des sciences (Demazeux, 2013). Mais les études sur les classifications des troubles sexuels et des troubles de l’identité de genre sont moins développées alors que de nombreux débats et controverses se déroulent au sein des communautés professionnelles et d’usagers concernées autour de ces questions. Ces débats ont commencé à se développer depuis ces dernières années du fait de la mise en route des processus de révision du DSM-IVr / DSM-5 (American Psychiatric Association, 1994) et de la CIM 9/10 de l’OMS. On se trouve ainsi dans une situation exceptionnelle dans la mesure où l’on peut observer en direct grâce aux nombreuses publications (Zucker, 2013) et à des contacts noués avec les protagonistes de ces révisions les changements en cours dans les deux principales classifications internationales. La comparaison entre les processus de révision de ces deux classifications et les propositions qu’elles élaborent permet de mieux saisir les enjeux liés à ces évolutions et les influences non-médicales qu’elles subissent.

L’American Psychiatric Association est une organisation professionnelle nord-américaine regroupant plus de 10 000 psychiatres et tirant profit de la publication et de la vente du « Manuel ». L’OMS est une organisation internationale dépendante de l’Organisation des nations unies (ONU) et dont les décisions importantes sont soumises au vote de l’Assemblée Générale des États membres. Dans chacune de ces deux classifications, les “troubles sexuels et les troubles de l’identité de genre” occupent un sous-chapitre spécifique à l’intéreur des troubles mentaux. Cette catégorie large englobe quatre types de “troubles” : les dysfonctions sexuelles, les paraphilies, les problèmes liés à l’orientation sexuelle et les troubles de l’identité de genre.

Dans le cadre du processus de révision, chacune de ces classifications dispose de différentes solutions qui sont censées être guidées par le souci de « l’utilité clinique » et de la « validité scientifique » (First et al., 2004 ; Reed, 2010). Ces solutions peuvent consister tout d’abord dans le maintien du statu quo et le choix de ne rien modifier, mais ce choix n’a été retenu dans aucune des catégories. Tout d’abord, l’OMS est en train de parachever l’exclusion pure et simple de toute référence à l’orientation sexuelle et à l’homosexualité (Cochran et al., 2014) en particulier dans la poursuite du travail entrepris lors de l’exclusion de l’homosexualité du DSM3 en 1973 (Bayer, 1981). C’est sur ce modèle que tente de s’aligner une partie de ceux qui souhaitent “démédicaliser” le transsexualisme (Giami, 2011, 2012). Concernant cette catégorie, il est proposé d’en modifier le nom et l’OMS hésite encore à la déplacer dans une section spécifique ne relevant pas des troubles mentaux, en créant notamment une section de « troubles liés à la santé sexuelle ». Par ailleurs, dans le cas du transsexualisme, des institutions internationales ont considéré que le fait même d’obliger les personnes à obtenir un diagnostic de troubles de l’identité de genre afin de pouvoir bénéficier des traitements constituait une atteinte aux droits humains de ces personnes (Commissioner for Human Rights, 2009).

Les controverses qui se déroulent actuellement concernant les paraphilies (considérées comme des troubles de la préférence sexuelle) présentent l’intérêt d’articuler des dimensions médicales et cliniques mais aussi des dimensions pénales, juridiques et morales dans la redéfinition même de ces troubles mentaux. Les débats actuels oscillent entre des positions qui consistent (1) à exclure définitivement toutes les paraphilies du registre de la pathologie mentale ; (2) à opérer une sélection parmi la liste ; (3) à apporter une nouvelle distinction entre les conduites elles-mêmes et le retentissement subjectif ou le malaise ressenti par l’individu (“paraphilic disorder”). L’existence de ces catégories très disparates portant sur des conduites pouvant susciter du dégout, du mépris ou du rire et qui sont souvent considérées comme des délits ou même des crimes (la pédophilie) pose la question du lien entre la psychiatrie et l’ordre social. Enfin, les débats qui entourent la redéfinition des dysfonctions sexuelles consistent dans une tentative de segmentation des différents types de “problèmes” ou “difficultés” sexuelles pouvant être traitées à l’aide du counseling psychologique en les opposant aux “vraies” dysfonctions justiciables de traitements médicaux ou psychiatriques. L’analyse de ces controverses fait apparaître que la définition des catégories nosographiques et leur inclusion ou exclusion des classifications reste très fortement influencée par des critères non-médicaux tels que le fait de préserver l’accès aux soins et aux systèmes d’assurance maladie, d’apporter une alternative médicale et psychopathologique à des comportements déviants souvent traités comme des crimes ou des délits, de répondre à l’influence de l’industrie pharmaceutique  qui élabore de nouveaux médicaments, et last but not least la préservation ou la promotion des Droits humains.

La présentation vise à décrire les différentes solutions qui ont été apportées à chacune de ces quatre catégories, dans une dynamique de “médicalisation / dé-médicalisation” de la sexualité (Tiefer, 1996) et d’évaluer les différentes influences sociales, culturelles, politiques et médicales qui président à la redéfinition des catégories nosographiques. Au-delà de ces analyses, c’est la question des normes sociales de la sexualité opposant la santé sexuelle (Giami, 2002) aux différentes formes de déviances sexuelles médicales ou pénales.

 

Références bibliographiques :

American Psychiatric Association. (1994). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. (4th edition). Washington D.C.

Bayer, R. (1981). Homosexuality and American Psychiatry. The Politics of Diagnosis. New York: Basic Books.

Bowker, G., & Leigh Star, S. (1999). Sorting things out. Classification and its consequences. Cambridge, Massachussets: MIT Press.

Cochran, S., Drescher, J., Kismödi, E., Giami, A., García-Moreno, C., & Reed, G. (2014). Declassification of disease categories related to sexual orientation: Rationale and evidence from the Working Group on Sexual Disorders and Sexual Health. The Bulletin of the World Health Organization, In press.

Commissioner for Human Rights. (2009). Issue Paper on Gender Identity and Human Rights. In C. d. l’Europe (Ed.). Strasbourg: Conseil de l’Europe.

Demazeux, S. (2013). Qu’est ce que le DSM ? Genèse et transformations de la bible américaine de la psychiatrie. Paris: Ithaque.

First, M. B., Pincus, H. A., Levine, J. B., Williams, J., Ustun, B., & Peele, R. (2004). Clinical Utility as a Criterion for Revising Psychiatric Diagnoses. American Journal of Psychiatry, 161, 946–954.

Giami, A. (2002). Sexual health: the emergence, development, and diversity of a concept. Annual Review of Sex Research, 13, 1-35.

Giami, A. (2011). Identifier et classifier les trans : entre psychiatrie, épidémiologie et associations d’usagers. L’Information Psychiatrique, 87, 269-277. doi: 10.1684/ipe.2011.0769

Giami, A. (2012). Médicalisation et dépathologisation des identités trans : le poids des facteurs sociaux et économiques (Commentaire). Sciences Sociales et Santé, 30(3), 59-69.

Reed, G. (2010). Toward ICD-11: Improving the Clinical Utility of WHO’s International Classification of Mental Disorders. Professional Psychology: Research and Practice, 41(6), 457-464.

Tiefer, L. (1996). The medicalization of sexuality : conceptual, normative and professional issues. Annual Review of Sex Research(7), 252-282.

Young, A. (1995). The harmony of illusions: inventing post-traumatic stress disorder. Princeton: Princeton University Press.

Zucker, K. (2013). DSM-5: Call for Commentaries on Gender Dysphoria, Sexual Dysfunctions, and Paraphilic Disorders. Archives of  Sexual  Behavior, 42(5), 669-674.

.

.

 

Colloque “Borderline, les économies du sexe”, enregistrements vidéo et audio (12-13 décembre 2014, Centre Pompidou)

 

 

Les archives de la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Pompidou ont mis en ligne les enregistrements audio et vidéo du colloque “Borderline, les économies du sexe” qui s’y est déroulé les 12 et 13 décembre 2014.

Ils sont accessibles – en direct ou en téléchargement (.mp3 ou .mp4) – en cliquant sur les titres ci-dessous.

 

Ouverture du colloque (enregistrement audio)

Régis Dutremée, directeur du Département Lire le monde, Bibliothèque publique d’information

 

Entre prostitution et pornographie : le défi de la République “fin de siècle”, 1881-1914 (enregistrement audio)

Annie Stora Lamarre, professeur des universités honoraire, histoire contemporaine, Université de Franche-Comté

 

Sexe, argent et politique (enregistrement audio)

Ruwen Ogien, philosophe, directeur de recherches au CNRS (Centre national de la recherche scientifique)
Jean-Raphaël Bourge, doctorant en science politique, LabTop-Cresppa – Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
Armelle Andro, maîtresse de conférences, Institut de démographie, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Animation : Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche émérite au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po – Paris/CNRS)

 

Qu’est-ce que l’échange économico-sexuel ? (enregistrements vidéo et audio)

Catherine Deschamps, socio-anthropologue, chercheuse à l’Université Paris Ouest (Lasco/Sophiapol)
Philippe Combessie, socio-anthropologue, professeur à l’Université Paris Ouest  (Lasco/Sophiapol)
Animation : Mathieu Trachman, sociologue, Ined (Institut national d’études démographiques)

 

État, traite et proxénétisme (enregistrement audio)

Lilian Mathieu, sociologue, directeur de recherche au CNRS (Centre Max Weber, Ecole Normale Supérieure de Lyon)
Guy Parent, ancien chef de la BRP (Brigade de répression du proxénitisme)
Lamia Missaoui, sociologue au Laboratoire Printemps-CNRS Université Versailles-Saint-Qentin
Animation : Jean-Raphaël Bourge, doctorant en science politique, LabTop-Cresppa – Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

 

Du Minitel rose au porno 2.0 : technologies, sexualité et modèles économiques (enregistrement audio)

Claude Baltz, professeur émérite en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 8
Stéphen des Aulnois, fondateur du site-magazine en ligne Le Tag parfait
Animation : Marie Trespeuch, sociologue, Orange Labs

 

Le sexe comme travail ? (enregistrement audio)

Tim Leicester, coordinateur du projet Lotus bus/Médecins du monde
Mathieu Trachman, sociologue, Ined (Institut national d’études démographiques)
Pascale Molinier, professeur de psychologie sociale, Université Paris 13
Thierry Schaffauser, cofondateur du STRASS (Syndicat du travail sexuel)
Animation : Marie-Elisabeth Handman, maîtresse de conférences à l’EHESS, retraitée, et membre du Comité directeur de l’Institut Emilie du Châtelet

 

Imaginaires sexuels et rapports de pouvoir (enregistrements vidéo et audio)

Michel Bozon, sociologue et démographe, directeur de recherche à l’Ined et chercheur associé à l’EHESS
Florian Voros, doctorant en sociologie à l’Iris-EHESS et enseignant à l’UFR Culture et communication de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis
Marie-Anne Paveau, professeure en sciences du langage, Université Paris 13
Ovidie, réalisatrice et journaliste
Animation : Anne Laffeter, rédactrice en chef adjointe des Inrockuptibles
Table ronde illustrée en direct par les dessinateurs Ruppert et Mulot

 

Sexualisation de la sphère publique (enregistrement audio)

Fred Pailler, sociologue, ingénieur d’études, doctorant au Centre Atlantique de Philosophie (CAPHI) de l’université de Nantes
Stéphanie Kunert, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Lumière Lyon 2
Odile Naudin, conseillère auprès du Défenseur des droits
Animation : Florian Voros et Nelly Quemener, membres du comité de rédaction de la revue Poli – Politique de l’image

 

Sexe, argent et cinéma (enregistrement audio)

Robin Campillo, réalisateur et scénariste
Jacques Nolot, acteur et réalisateur
Céline Tran, actrice et auteur de BD
Animation : Léo Soesanto, journaliste

 

 

Manifestation organisée par la Bibliothèque publique d’information

Programmation : 
Isabelle Bastian-Dupleix et Jérémie Desjardins, Service du développement culturel, Département Lire le monde

Contact :
bastian-dupleix@bpi.fr / desjardins@bpi.fr

Conseil scientifique :
Jean-Raphaël BourgeMarie-Elisabeth HandmanMathieu Trachman et Florian Voros.

.

.