Archives par mot-clé : frontières

Séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 21 mars 2013, EHESS

La prochaine séance du séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine” aura pour thème “la nature dans la ville : rapport symbolique et politique“. Elle accueillera Roberta Bartoletti (Université de Urbino Carlo Bo, Département de Sciences de la communication et disciplines humanistes) et Émeline Eudes (LADYSS – Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces, et réseau francilien de recherche sur le développement soutenable, Université Paris Ouest).

Date
Jeudi 21 mars 2013, 15h à 19h

Lieu
EHESS, salle M. et D. Lombard
96  bd Raspail
Paris 6e
Métro : Notre Dame des Champs (ligne 12)

Organisation
Michel Agier
 (EHESS) avec Alessia de Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

 

Programme de la séance : « la nature dans la ville : rapport symbolique et politique »

Roberta Bartoletti (Université de Urbino Carlo Bo, Département de Sciences de la communication et disciplines humanistes)
«Les jardins partagés en Italie »

Emeline Eudes (LADYSS – Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces, et réseau francilien de recherche sur le développement soutenable, Université Paris Ouest)
« Les guérillas jardinières : formes de jardinage et formes de recherche »

Discutante : Alessia de Biase

 

Présentation du séminaire

S’interroger sur l’apport des ethnologues et anthropologues à la connaissance des villes ne vise pas à fonder une anthropologie spécialisée. Au contraire il s’agit de partir de l’enquête urbaine des anthropologues pour dire tout ce qui fait la ville (le faire ville de chaque lieu, région, situation ou contexte) et dire ce que la ville fait aux sociétés qui l’inventent. Ainsi la présence de l’anthropologue en ville et son enquête dans et avec la ville, seront interrogées en regardant de près la nécessaire construction d’outils méthodologiques qui lui permettent d’appréhender les processus matériels et immatériels de construction, continuellement négociée, de l’espace. Les processus et les mouvements des citadins, individuels ou collectifs, sont indissociables des limites, et des frontières parfois durcies, dont chaque ville dépend pour se définir comme un tout et définir les parties qui la composent. Les topographies sont variables et changeantes : mosaïque, ghetto, gated communities, campements, sont les mots que semblent croiser ou contredire ceux de réseaux, fluides, monde. Les frontières limitent ou entravent les déplacements ; mais elles sont elles-mêmes touchées, franchies ou déplacées par les mouvements. Toute réflexion qui vise à déconstruire les topographies, matérielles, imaginaires, communautaires, de la ville engage ainsi une autre réflexion sur ce qui reconstruit d’autres frontières, lignes de front ou de rencontres. Il s’agit d’introduire le mouvement dans l’étude des limites de la ville.

 

Prochaines séances

Jeudi 18 avril 2013, 15h à 19h
« Cosmopolitismes urbains »
Avec Sophie Chevalier (Université de Franche-Comté, Laboratoire d’Anthropologie Urbaine, IIAC), Sophie Corbillé (Université Paris Sorbonne, CELSA), Emmanuelle Lallement (Université Paris Sorbonne, CELSA), Franck Mermier (CNRS, IIAC), Michel Peraldi (EHESS, CADIS)
Discutante :  Anne Raulin

Jeudi 16 mai 2013, 9 h-19 h
Journée d’études « Décliner les frontières »
Organisée avec le IIAC-LAU et le Sophiapol (Université Paris Ouest)

 

Voir aussi :

Séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 21 février 2013, EHESS

La prochaine séance du séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, recevra Yoann Morvan (IFEA/CNRS-MAE, Institut Français d’Études Anatoliennes) et Dorothée Dussy (EHESS-CNRS, IRIS) et aura pour thème « Altérités en ville : entre partition et coopération ».

 

Date
Jeudi 21 février 2013, 15h à 19h

Lieu
EHESS, salle M. et D. Lombard
96  bd Raspail
Paris 6e
Métro : Notre Dame des Champs (ligne 12)

Organisation
Michel Agier
 (EHESS) avec Alessia de Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

 

Programme de la séance : « Altérités en ville : entre partition et coopération »

Yoann Morvan (Institut Français d’Études Anatoliennes – IFEA/CNRS-MAE)
« Juifs d’Istanbul : une frontière en mouvement »

Dorothée Dussy (EHESS-CNRS, IRIS)
« Des parpaings et des tôles : le long chemin d’une entente citoyenne à Nouméa (Nouvelle-Calédonie)”

Discutant : Michel Agier

 

Présentation du séminaire

S’interroger sur l’apport des ethnologues et anthropologues à la connaissance des villes ne vise pas à fonder une anthropologie spécialisée. Au contraire il s’agit de partir de l’enquête urbaine des anthropologues pour dire tout ce qui fait la ville (le faire ville de chaque lieu, région, situation ou contexte) et dire ce que la ville fait aux sociétés qui l’inventent. Ainsi la présence de l’anthropologue en ville et son enquête dans et avec la ville, seront interrogées en regardant de près la nécessaire construction d’outils méthodologiques qui lui permettent d’appréhender les processus matériels et immatériels de construction, continuellement négociée, de l’espace. Les processus et les mouvements des citadins, individuels ou collectifs, sont indissociables des limites, et des frontières parfois durcies, dont chaque ville dépend pour se définir comme un tout et définir les parties qui la composent. Les topographies sont variables et changeantes : mosaïque, ghetto, gated communities, campements, sont les mots que semblent croiser ou contredire ceux de réseaux, fluides, monde. Les frontières limitent ou entravent les déplacements ; mais elles sont elles-mêmes touchées, franchies ou déplacées par les mouvements. Toute réflexion qui vise à déconstruire les topographies, matérielles, imaginaires, communautaires, de la ville engage ainsi une autre réflexion sur ce qui reconstruit d’autres frontières, lignes de front ou de rencontres. Il s’agit d’introduire le mouvement dans l’étude des limites de la ville.

 

Prochaines séances

Jeudi 21 mars 2013, 15h à 19h
« La nature dans la ville : rapport symbolique et politique »
Avec Roberta Bartoletti et Bernadette Lizet (CNRS, UMR 7206, Éco-anthropologie et ethnobiologie)
Discutante :  Alessia de Biase

Jeudi 18 avril 2013, 15h à 19h
« Cosmopolitismes urbains »
Avec Sophie Chevalier (Université de Franche-Comté, Laboratoire d’Anthropologie Urbaine, IIAC), Sophie Corbillé (Université Paris Sorbonne, CELSA), Emmanuelle Lallement (Université Paris Sorbonne, CELSA), Franck Mermier (CNRS, IIAC), Michel Peraldi (EHESS, CADIS)
Discutante :  Anne Raulin

Jeudi 16 mai 2013, 9 h-19 h
Journée d’études « Décliner les frontières »
Organisée avec le IIAC-LAU et le Sophiapol (Université Paris Ouest)

 

Voir aussi :


Troisième soirée-débat de Question Marx, “Pour un nouvel internationalisme”, le 20 février 2013, Lieu-dit

La troisième rencontre-débat organisée par Question Marx accueillera Pierre Dardot (Professeur de philosophie) et Bruno Théret (Directeur de recherche au CNRS et à Paris Dauphine) pour débattre de la question :

Quel fédéralisme en Europe ?

Date :
Mercredi 20 février 2013, 19h-21h

La séance suivante aura lieu le 17 avril 2013 et aura pour thème : “Penser la citoyenneté mondiale”.

Lieu :
Le Lieu-dit
6 rue Sorbier 75020 Paris
Accès : métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; bus n°96
01.40.33.26.29

 

Présentation du débat Fédéralisme et internationalisme

La cause d’un nouvel internationalisme  impose d’envisager les formes que pourrait prendre l’organisation politique des relations entre les peuples. A ses débuts l’internationalisme ouvrier avait lié son élan à l’idéal  d’une Fédération de pays,  conciliant par là le principe de l’autonomie et celui de la coopération.

Qu’en est-il aujourd’hui ? L’idéal fédéraliste semble s’être dissout dans un centrisme consensuel d’inspiration néolibérale, tandis que la gauche critique  présente volontiers les frontières nationales comme des défenses « naturelles » contre le capitalisme mondialisé.

Il est temps de revenir sur l’histoire du fédéralisme, de ses incarnations diverses dans le monde, de ses liens avec le républicanisme et avec le socialisme. Il est également temps de s’interroger sur la perspective d’une Fédération européenne. A quelles conditions une telle Fédération pourrait-elle constituer une alternative à l’actuelle construction de l’Europe néolibérale, qui montre  tous les jours ses effets délétères ?

 

Présentation du séminaire Pour un nouvel internationalisme

Face aux ravages de la mondialisation néolibérale, dont le principe a été la libéralisation de tous les marchés et dont l’effet a été la mise en concurrence généralisée de tous les travailleurs du monde, la tentation est grande aujourd’hui de voir dans l’État-nation l’ultime rempart qui pourrait préserver les systèmes sociaux, les particularités culturelles, les derniers restes de la souveraineté populaire. L’heure serait donc, à gauche, au « patriotisme économique » et pour certains à la « démondialisation », seule façon de préserver des marges d’intervention économique et des possibilités de redistribution de la richesse produite.

Comment lutter contre le néolibéralisme ? Telle est la principale question stratégique qui nous est posée. La seule façon d’y répondre est de sortir de l’alternative « protectionnisme ou libre-échange » dont une grande partie de la gauche reste encore prisonnière. Nous ne croyons pour notre part ni aux vertus ni aux chances de l’étatisme national, fut-il de gauche. Mais nous savons aussi que ce retour des vieilles lunes nationales-étatistes, quand ce n’est pas du souverainisme dans sa version la plus caricaturale, tient aux faiblesses de l’altermondialisme qui n’a pas encore trouvé les formes organisationnelles et la doctrine d’une action efficace à l’échelle mondiale.
C’est pourquoi il nous paraît nécessaire de rouvrir la question, longtemps centrale dans le mouvement ouvrier, de « l’internationalisme » : ce faisant nous ne méconnaissons pas, bien au contraire, le caractère problématique de ce dernier terme qui circonscrit d’emblée la réflexion au seul champ des relations entre les nations au lieu de dessiner clairement la perspective d’une action et d’une citoyenneté qui traverseraient les frontières nationales (et qui seraient en ce sens trans-nationales plutôt qu’inter-nationales).
Que pourrait être aujourd’hui ce « nouvel internationalisme » que nous appelons de nos voeux ? Telle sera la question ouverte que nous soumettrons à des économistes, des historiens, des sociologues, des philosophes, des juristes au cours du nouveau cycle de réflexion de Question Marx.

Organisation
L’équipe d’animation de Question Marx
Avec le soutien du Collège International de philosophie et du Laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest)

Contact
Pierre Dardot
Christian Laval

 

Voir aussi

Le programme des débats précédents :

 

 

“Transmigrants / Diaspora”, rencontre débat entre la revue Multitudes et les éditions Amsterdam, 4 octobre 2012, Paris

                   

Date:
Jeudi 4 octobre 2012, 19h-21h

Lieu:
Lieu Dit, 6 rue Sorbier, Paris 20
Métro : Ménilmontant

 

Présentation (par la revue Multitudes)

La revue Multitudes a publié récemment un dossier sur les “transmigrants”, tandis que les éditions Amsterdam publiait un livre sur les diasporas.
Les démarches sont très différentes mais dans les deux cas il s’agit de pratiques migratoires portées par les migrants eux-mêmes et mises en œuvre au sein de leurs communautés linguistiques et religieuses par dessus les frontières propres aux pays d’accueil, d’où les préfixes trans ou dia.

Le dossier publié par Multitudes est centré davantage sur des pratiques commerciales se déroulant dans tout l’espace européen ; il est coordonné par Alain Tarrius, qui s’est déjà illustré plusieurs fois dans l’étude des pratiques commerciales des migrants.

Le livre de Stéphane Dufoix publié par Amsterdam s’interroge de manière très documentée sur l’usage du mot diaspora et sur la manière dont un sens très spécifique – liée à la dispersion de la communauté juive par l’empire romain – en est venu à se renverser et s’étendre pour désigner toute communauté dispersée dans le monde. Les commerçants étudiés par Alain Tarrius et ses amis se déplacent au sein de leurs diasporas, font de ces diasporas une ressource plutôt qu’une contrainte.

Nous avons pensé, Multitudes et Amsterdam, qu’un dialogue entre Stéphane Dufoix et l’équipe de chercheurs réunie par Alain Tarrius permettrait tout à la fois de mieux comprendre le concept de diaspora et de mieux connaître les pratiques économiques des migrants en Europe.

Le débat entre Alain Tarrius et Stéphane Dufoix, et leurs amis, sera modéré par Anne Querrien, co-directrice de la revue Multitudes.

 Voir aussi:
– Le sommaire du numéro 49 sur le site de la revue Multitudes
– Présentation du livre “La Dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora”, de Stéphane Dufoix, sur le site des éditions Amsterdam

 

 

Séminaire Les sciences sociales face au global : «Médias et mondialisation culturelle» , 10 avril 2012, Paris Ouest

Pour la quatrième séance de l’année nous accueillerons Tristan Mattelart, qui présentera une communication intitulée «Médias et mondialisation culturelle ».

Tristan Mattelart est Professeur en Communication internationale à l’Université Paris 8. Il a notamment dirigé   Piratages audiovisuels, les voies souterraines de la mondialisation culturelle (De Boeck, 2011), Médias, migrations et cultures transnationales(INA – De Boeck, 2007), La mondialisation des médias contre la censure. Tiers Monde et audiovisuel sans frontières (De Boeck, 2002). Continuer la lecture de Séminaire Les sciences sociales face au global : «Médias et mondialisation culturelle» , 10 avril 2012, Paris Ouest

Conférence-débat autour de l’ouvrage “Réfugiés, sinistrés, sans-papiers” de Michel Agier (dir.), 7 janvier 2012, Paris

Une conférence-débat est organisée à  l’occasion de la sortie de l’ouvrage sous la direction de Michel Agier : Réfugiés, sinistrés, sans-papiers (éditions Téraèdre/Le sujet dans la cité/Actuels n°1, janvier 2012). Continuer la lecture de Conférence-débat autour de l’ouvrage “Réfugiés, sinistrés, sans-papiers” de Michel Agier (dir.), 7 janvier 2012, Paris

Séminaire 2011-2012 “Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 1ère séance, 15 décembre 2011, EHESS

Michel  Agier, Alessia De Biase, Anne Raulin feront une présentation du séminaire 2011-2012 “Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, du programme, des thèmes abordés, suivie de “METABOLISMES URBAINS. Ce que la ville produit/recycle” avec Agnès Jeanjean et Bénédicte Florin. Continuer la lecture de Séminaire 2011-2012 “Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 1ère séance, 15 décembre 2011, EHESS