Archives par mot-clé : Etat

Journée d’études “Lire Sur L’Etat de Pierre Bourdieu”, 2 juin 2012, Université Paris Ouest

Journée de clôture du séminaire 2011-2012, “Bourdieu et le politique”. Continuer la lecture de Journée d’études “Lire Sur L’Etat de Pierre Bourdieu”, 2 juin 2012, Université Paris Ouest

Séminaire Bourdieu et le politique, 6e séance, 19 mai 2012, Université Paris Ouest

La sixième séance du séminaire “Bourdieu et le politique” accueillera Charlotte Nordmann qui donnera une conférence intitulée :

«Bourdieu et l’école : des ambiguïtés révélatrices »

Charlotte Nordmann est essayiste, éditrice, traductrice. Elle a notamment publié Bourdieu/Rancière. La politique entre sociologie et philosophie (éditions Amsterdam, 2006) ou encore La Fabrique de l’impuissance, 2. L’école, entre domination et émancipation (éditions Amsterdam, 2007). Elle a également traduit des ouvrages de Judith Butler : Le Pouvoir des mots. Politique du performatif (éditions Amsterdam, 2004) ou encore  Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du “sexe” (éditions Amsterdam, 2009).
Vous pouvez également (ré)écouter l’émission de France Culture, “Les retours du dimanche”  du 2 octobre 2011, consacrée à la question  de “L’école dégradée?”, où Charlotte Nordmann est intervenue.

 

Date :
Samedi 19 mai 2012, de 10h à 12h

Lieu:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Présentation du séminaire

Il y a dix ans disparaissait Pierre Bourdieu. Le laboratoire  Sophiapol de l’Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense organise sur une période de deux ans (2011-2012 et 2012-2013) un séminaire visant à mieux comprendre certains aspects du travail de Pierre Bourdieu ainsi que les relations qu’il entretenait avec d’autres disciplines que la sociologie.

A l’occasion de la prochaine réédition, en janvier 2012, de ses Interventions et de la parution aux Editions du Seuil (sous la direction éditoriale de Patrick Champagne, Rémi Lenoir, Franck Poupeau et Marie-Christine Rivière) de ses cours du Collège de France consacrés à la question de l’Etat (1989-1992), la première année de ce séminaire est consacrée aux relations de Pierre Bourdieu avec le politique.

Les intervenants évoqueront aussi bien sa place parmi les théories sociologiques du politique (Philippe Corcuff ; Bruno Karsenti), certains de ses objets politiques comme le néolibéralisme ou la politique éducative (Christian Laval ; Charlotte Nordmann) que les modalités de son engagement dans l’espace public (Franck Poupeau ; Jean-François Bert) ou la réception de sa sociologie politique dans une discipline comme la science politique (Bernard Lacroix).

Le séminaire se conclura au printemps par l’organisation d’une journée d’études que nous avons intitulée “Pierre Bourdieu et la théorie de l’Etat” (programme à venir).

La deuxième année du séminaire portera sur les relations entre Pierre Bourdieu et “les disciplines”.

Calendrier des séances.

 

Comité d’organisation:
Philippe Combessie, Stéphane Dufoix, Christian Laval, Christian Lazzeri (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire Sophiapol)

 

Contact:
Christian Laval
Christian Lazzeri

 

Télécharger:
L’affiche

 

Et aussi:

Podcasts du séminaire “Bourdieu et l’état” : pour écouter et/ou réécouter les séances passées.

Séminaire Bourdieu et le politique, 5e séance, 5 mai 2012, Université Paris Ouest

La cinquième séance du séminaire “Bourdieu et le politique” accueillera Bernard Lacroix qui donnera une conférence intitulée:

“Dialogue de politiste avec Bourdieu”

Bernard Lacroix est professeur de sciences politiques et directeur du GAP à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre sénior de l’IUF. Continuer la lecture de Séminaire Bourdieu et le politique, 5e séance, 5 mai 2012, Université Paris Ouest

Podcasts : Séminaire “Bourdieu et le politique” 2011-2012

Enregistrements des séances du séminaire “Bourdieu et le politique”, organisé par Philippe Combessie, Stéphane Dufoix, Christian Laval, Christian Lazzeri. Continuer la lecture de Podcasts : Séminaire “Bourdieu et le politique” 2011-2012

Journée d’études “Penser l’Etat avec Pierre Bourdieu”, 23 janvier 2012, Paris

Cette journée d’étude internationale consacrée à l’ouvrage de Pierre Bourdieu Sur l’État, qui vient de paraître aux Editions du Seuil/Raisons d’agir, réunira sociologues, historiens, anthropologues et politistes, pour confronter la réflexion que propose ce texte inédit, tiré des cours qu’il a donnés au Collège de France en 1990-1992, aux recherches contemporaines sur l’Etat.

La journée est organisée par le Centre européen de sociologie et de science politique, avec le soutien du Collège de France, de l’Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, de l’EHESS, de la FMSH, des Editions du Seuil, des Editions Raisons d’Agir, de la Fondation Pierre Bourdieu et de la revue Actes de la recherche en sciences sociales.

 

Date:
Lundi 23 janvier 2012, 9h00-18h00

Lieu:
Collège de France, salle 2
11, place Marcelin Berthelot
7005 Paris

Organisateurs:
Sébastien Roux (CNRS); Gisèle Sapiro (CNRS-EHESS); Loïc Wacquant (Université de Californie à Berkeley

 

PROGRAMME DES TABLES-RONDES

9h00 : Accueil des participants

9h15-9h30 : Ouverture
Gisèle Sapiro, directrice du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

9h30-10h45 : La sociologie de l’Etat dans l’oeuvre de Pierre Bourdieu
Animation : Frédérique Matonti (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Intervenants : Franck Poupeau (CNRS), Remi Lenoir (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Patrick Champagne (INRA).

10h45-11h00 : Pause café

11h00-12h15 : Politiques étatiques : le point de vue géométral des perspectives
Animation : Marc Olivier Baruch (EHESS)
Intervenants : George Steinmetz (Université du Michigan), Vincent Dubois (Université de Strasbourg), Brigitte Gaïti (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Pause déjeuner

14h00-15h15 : Genèse de l’Etat moderne : le monopole de la violence symbolique
Animation : Bernard Lacroix (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Intervenants : Jean-Philippe Genêt (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Pierre-Etienne Will (Collège de France, EHESS).

15h15-16h30 : Etat et société : la production des identités légitimes
Animation : Francine Muel-Dreyfus (EHESS)
Intervenants : Julia Adams (Université de Yale), Christophe Charle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Abram de Swaan (Université d’Amsterdam).

16h30-16h45 : Pause café

16h45-18h00 : Etat et effets d’Etat : enjeux contemporains
Animation : Franz Schultheis (Université de Saint-Gall)
Intervenants : Julie Gervais (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Nikos Panayatopolos (Université de Crète), Loïc Wacquant (Université de Californie à Berkeley).

 

Voir aussi:
Actualités Bourdieu (nouvelles publications, événements, rencontres, journées d’études, séminaires)

Journée d’études, Obéir et désobéir, 17 janvier 2012, Paris

L’Institut Marcel Mauss organise une journée d’études consacrée au thème “Obéir et désobéir”.

Date:
Mardi 17 janvier 2012, 9h30-18h00

Lieu:
EHESS
190 avenue de France
75013 Paris
salle 640
Comment venir?

 

Programme

Matinée : 9h30-12h30
Présidence : Bruno Karsenti (EHESS, GSPM-IMM)

Emanuele Coccia (EHESS, CENJ-IMM)
Les sources théologiques de la désobéissance.
La chute angélique et ses conséquences  selon la théologique chrétienne

C’est par un acte de désobéissance que, selon la théologie chrétienne, tout dans le monde a débuté : du commencement de l’histoire à la mortalité des hommes, du pouvoir à la guerre au régime alimentaire carnivore. La désobéissance  des anges est en effet  non  seulement  le  premier  événement  du  cosmos chrétien  après  sa création, mais (exception faite de l’incarnation et de la résurrection du Messie) le plus important. Et la réflexion théologique s’est longuement interrogée sur le statut de l’acte de désobéissance.

Jacques Chiffoleau (EHESS Lyon, CIHAM)
Des moines rebelles aux sujets obéissants (XIIe  -XIVe  siècles).
Quelques remarques sur la construction médiévale du sujet “moderne”.

On  se propose de revenir  brièvement  sur un  ou deux moments  de l’histoire  du  couple  obéissance/rébellion conçues  comme  des antonymes.  En  se concentrant  sur  le  moment,   assez tardif,  où  la  désobéissance  (ou l’inobéissance) a pu être pensée et expérimentée comme une rébellion et où la rébellion est devenue un crime public par rapprochement avec le  crime  de majesté,  on espère  en effet pouvoir  mieux  comprendre comment l’obéissance   elle-même,   cette   vertu  au   départ  éminemment   monastique,   s’est   installée   au   cœur  des constructions politiques des XIVe – XVIIe siècles.

Paolo Napoli (EHESS, CENJ-IMM)
Aux sources de l’obéissance. Retour sur le charisme

Les analyses wébériennes sur le pouvoir charismatique sont trop connues pour justifier une énième glose. En revanche une petite enquête généalogique sur l’émergence de la catégorie du « charisme » pourrait montrer que celui-ci cultive un rapport de complicité fondamentale avec ce qui a été depuis toujours considéré comme son antonyme :  l’office.  Il s’agit  donc  d’interroger  les  sources  théologiques  et  classiques  pour voir dans  quels termes l’obéissance du sujet occidental a été capturée par un mécanisme normatif dans lequel les deux notions s’organisent (Amtcharisma, règles charismatiques) et définissent ainsi l’espace d’action des sujets.

 

Après midi : 14h00-18h
Présidence : Daniel Céfaï (EHESS, CEMS-IMM)

Sandra Laugier (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, PhiCo)
“Qui a plus d’obéissance que moi est mon maître”

… “quand  bien  même il ne lèverait  pas le  petit  doigt” (Emerson, Self-Reliance).  Le perfectionnisme  moral  de Ralph  Waldo  Emerson  et  de  Henry D.  Thoreau est au fondement des actions  de  désobéissance  civile.  Il n’exprime   pas   seulement   un   individualisme   fort,  érigé   contre   le   conformisme   désespéré   de   leurs contemporains,  mais  une autre conception  de l’obéissance  et du suivi  de la  règle  ; non  comme soumission  à l’autorité,  mais  comme  expression  singulière  et éventuellement  dissonante  – que l’on pourra  confronter à la vision, développée par Wittgenstein dans les Recherches  Philosophiques,  des contraintes exercées par la règle, et par nous sur elle dans nos manières de la suivre.

Albert Ogien (CNRS, CEMS-IMM)
La désobéissance civile à l’épreuve de la s o f t l a w . Une analyse des politiques de l’excellence

Un nouveau modèle d’exercice du pouvoir s’impose dans les démocraties avancées : “gouverner au résultat” – en entendant  la notion de résultat au sens particulier d’évaluation du degré de réalisation d’objectifs chiffrés à l’aide d’indicateurs de performance. Ce changement traduit le fait que le processus de décision politique se retrouve étroitement  asservi  aux données chiffrées  que fournissent  les  systèmes d’information  administratifs. Les progrès de la numérisation  du politique  accompagnent  ceux d’une normativité  fondée  sur une incitation financière régie par une concurrence arbitrée par des standards définis par la quantification. Dans ce cadre, la désobéissance, en tant que critique de la valeur des règles de droit instituées, se retrouve privée de toute prise.

Marie-Angèle Hermitte  (EHESS/CNRS, CENJ-IMM)
Désobéissances contemporaines en contexte : à propos de deux cas

Deux cas pratiques seront proposés, celui du lanceur d’alerte, celui des anti-OGM, et replacés dans le contexte plus  général  de l’action  des désobéissants : l’expertise  à finalité  de décision  politique  dans le  premier  cas, la transformation des modèles agricoles, a minima, et peut-être des modèles économiques dans le second cas.

Liora Israel (EHESS, CMH)
La Résistance est-elle une désobéissance ?
Pour une approche réaliste des relations entre droit et résistance.

Selon  que  l’on lui applique  ou  non  une  majuscule,  la  (R)résistance  désigne  un  type  de conduite  politique associée  à la  lutte  contre l’occupant  nazi  et ses alliés  pendant  la  Seconde  guerre mondiale,  ou,  de manière moins déterminée, un ensemble de pratiques contestataires qui ont en commun  de se situer en opposition avec des normes ou des comportements prescrits, le plus souvent par un pouvoir. De manière implicite ou explicite, dans l’un et l’autre  cas, le  droit est placé  au centre de cette tension,  puisque  par définition  les  pratiques  de résistance sont caractérisées par une critique des normes en vigueur, soit le plus souvent de normes juridiques, qu’elles  transgressent, invitent  à transgresser  ou suggèrent de dépasser.  On  se propose ici de revenir  sur les modalités d’articulation entre droit et résistance à l’aune d’exemples historiques.

 

Présentation

Obéissance et désobéissance sont deux faces du rapport qu’il est possible d’entretenir à une norme. Elles  ne se confondent cependant  pas avec ce couple  d’attitudes  qui leur est traditionnellement associé : soumission  ou résistance.  C’est  qu’obéissance  et désobéissance  sont moins  des réactions mécaniques à une obligation instituée que des manières de se rapporter à cette obligation.

Cette journée d’études est consacrée à l’examen de deux de ces manières. Elle abordera en premier lieu la question de la place que l’obéissance tient dans l’élaboration de la règle de droit. À partir de l’analyse d’un patrimoine de sources hétéroclites aux chronologies différentes que le travail savant des juristes  et  les  pratiques  gouvernementales  n’ont cessé de  remodeler  (sources  théologiques apostoliques et patristiques, règles monastiques, droit canonique classique et moderne, droit pénitentiel  post-tridentin,  hagiographie  et biographies),  il s’agira  de s’interroger  sur la  façon dont l’obéissance  a été pensée comme un  événement qui comble  le  hiatus  entre le  droit et le  fait,  non seulement par l’intériorisation du contenu  de la norme, mais aussi par la capacité de celle-ci de se doter d’une force d’adéquation au réel qui se passe de la décision juridictionnelle. Ce qui ouvre une question :  comment   l’obéissance   est-elle   intégrée   à  la   règle   de  droit  dans  le   passage d’une normativité du « cas » – qui a fait ses preuves dans la tradition du droit romain – à une normativité de  la  « situation »  –  qui émerge  dans  les  formes  modernes  de  juridicité  (comme  en  atteste  le développement actuel de la normativité singulière de la soft  law et de la médiation) ? Cette question a été analysée  par la  philosophie  et la  théorie du  droit XXème   siècle,  qu’elles  soient  d’inspiration formaliste (Kelsen) ou réaliste (Ross, Hart). Toutes deux ont essayé d’échapper à une conception de l’obéissance en tant que catégorie fondatrice de la validité de la règle de droit pour penser la norme à partir de l’infraction, en posant qu’elle n’existe que parce qu’elle n’est pas observée ce qui permet de l’invoquer à l’occasion de son application en justice.

La journée s’intéressera ensuite à la désobéissance, en l’envisageant comme forme d’action politique qui met à l’épreuve  les  pratiques  courantes de la  justice,  de la  démocratie  et du politique  dans le cadre de légalité d’un État moderne. Elle s’appuiera sur l’analyse des formes de contestation et de résistance – qu’elles se soient développées en régimes démocratique ou totalitaire – qui recourent à la  désobéissance  civile  ou à la  protestation  de masse pour faire  valoir  une autre conception  de la justesse  des règles de droit instituées.  Il s’agira, dans ce second volet, de s’interroger sur la  façon dont  la  désobéissance  exprime  une  critique légitime  et  articulée  de la  validité  de la  norme ; et comment  elle contribue, même en démocratie, à l’émergence de nouvelles manières de penser l’organisation sociale et l’exercice du pouvoir. La force de la désobéissance tient simplement au fait qu’elle vient rappeler, publiquement et de façon radicale, au respect d’une norme de justice ou de décence élémentaire : tenir pleinement compte de la voix de chacun de ceux qui participent à une collectivité politique, même si cette voix est dissonante.

Cette journée est organisée par Paolo Napoli (EHESS, CENJ-IMM) et Albert Ogien (CNRS, CEMS-IMM).

Télécharger le programme (pdf)

Actualités Bourdieu – publications, événements et revue de presse

 

Dans la continuité du séminaire Bourdieu et le politique, nous sommes heureux de vous signaler plusieurs parutions, événements et une revue de presse actualisée régulièrement autour de la pensée de Pierre Bourdieu. Continuer la lecture de Actualités Bourdieu – publications, événements et revue de presse

Nouvelle publication : “Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992)” de Pierre Bourdieu

Transversale à l’œuvre de Pierre Bourdieu, la question de l’État n’a pu faire l’objet du livre qui devait en unifier la théorie. Or celle-ci, à laquelle il consacra trois années de son enseignement au Collège de France, fournit à bien des égards la clé d’intégration de l’ensemble de ses recherches : cette « fiction collective » aux effets bien réels est à la fois le produit, l’enjeu et le fondement de toutes les luttes d’intérêts.

Ce texte, qui inaugure la publication des cours et séminaires du sociologue, donne aussi à lire un « autre Bourdieu », d’autant plus concret et pédagogue qu’il livre sa pensée en cours d’élaboration. Dévoilant les illusions de la « pensée d’État », vouée à entretenir la croyance en un principe de gouvernement orienté vers le bien commun, il se montre tout autant critique à l’égard de l’« humeur anti-institutionnelle », prompte à résumer la construction d’un appareil bureaucratique à une fonction de maintien de l’ordre social.

À l’heure où la crise financière permet de précipiter, au mépris de toute souveraineté populaire, le démantèlement des services publics, cet ouvrage apporte les instruments critiques nécessaires à une compréhension plus lucide des ressorts de la domination. (Présentation de l’éditeur)

Ouvrage édité par Patrick Champagne, Rémi Lenoir, Franck Poupeau et Marie-Christine Rivière.

 

Informations techniques :
Editeur : Le Seuil
Date de parution 05/01/2012
672 pages – 30 € TTC

 

Table des matières (pdf)

Voir aussi :
Séminaire “Bourdieu et le politique” organisé par le Sophiapol.

Actualités Bourdieu (publications, événements, expositions…)