Archives par mot-clé : écologie politique

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique”, 6e séance : Yannick Barthe/Pierre Charbonnier, 15 mars 2013, Université Paris Ouest

Bandeau_seminaire_ecologie_politique_2012-VD

 

La 6e séance du séminaire “Chantiers de l’écologie politique” portera sur la question de “La fin du nucléaire?” avec Yannick Barthe (CNRS/CSI) et Pierre Charbonnier (CNRS/LIER).

Yannick Barthe  est chercheur au CNRS (CSI). Ses travaux portent sur les controverses socio-techniques et les politiques publiques relatives aux « risques collectifs ». Il s’est notamment intéressé au problème des déchets nucléaires et au traitement dont celui-ci a fait l’objet de la part des autorités publiques. Dans Le pouvoir d’indécision. La mise en politique des déchets nucléaires (Paris, Economica, 2006), il retrace ainsi la longue carrière de ce problème et décrit les modalités de sa prise en charge au cours de la période récente, en plaçant au cœur de son analyse la question de l’irréversibilité et de la réversibilisation des choix techniques. Ses recherches actuelles portent sur la controverse autour de l’impact sanitaire des essais nucléaires français, ainsi que sur le rôle des « profanes » dans l’identification des dangers sanitaires et environnementaux, en particulier dans les controverses autour du « syndrome du bâtiment malsain ».

Pierre Charbonnier est chercheur au CNRS (LIER). Son travail porte sur l’anthropologie de la nature, et plus largement sur les conceptions de la nature dans les sciences humaines ainsi que leur apport aux questions environnementales.

 

Lectures préparatoires de la séance:

Yannick Barthe, “Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires“,Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 07 mars 2013. URL : http://traces.revues.org/2563 ; DOI : 10.4000/traces.2563

.

Date :
Vendredi 15 mars 2013, de 14h à 16h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, Salle 201 d.
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

.

Présentation du séminaire

Ce séminaire a pour ambition d’offrir un espace de réflexion et de discussion pluridisciplinaire sur les enjeux de la crise écologique. L’appréhension de cette crise exige en effet l’apport de toutes les sciences humaines et sociales – philosophie, histoire, sociologie, économie – comme des ressources fabulatoires de la fiction.

L’objectif sera d’analyser collectivement, voire de participer à l’élaboration de problématisations pouvant donner une prise sur cette crise, notamment en ce qui concerne l’intrication cruciale des enjeux écologiques et sociaux. Par contraste avec l’orientation éthique de la philosophie environnementale traditionnelle, ce séminaire vise à inscrire ces débats au sein de la pensée sociale et politique actuelle, et cherchera à parcourir la zone de contact entre nature et société dans toutes ses dimensions.

La première année de ce séminaire s’ouvrira sur un état des lieux de cette crise : état des lieux sur le nucléaire, état des lieux des mobilisations politiques à travers le mouvement de la justice environnementale ; mais aussi état des lieux en histoire de l’environnement comme en sociologie animale. Cette volonté de travailler avec des travaux récents ne nous empêchera évidemment pas de faire retour régulièrement sur des problématisations plus anciennes qui nous semblent toujours pertinentes.

L’approche choisie sera donc fortement orientée par des objets, c’est-à-dire par des enquêtes empiriques, des propositions conceptuelles et politiques comme des œuvres de fiction, toutes cherchant, par différents médiums, à répondre de cette situation.

Organisateurs : 
Emilie Hache
 (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER)

 

Calendrier

19 octobre 2012, 14h-16h
Autour du livre dirigé par É. Hache (Éd. Amsterdam), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux
Séance animée par Emilie Hache (Université Paris Ouest)
Discutant : Fabrice Flipo
Présentation détaillée

16 novembre, 14h-16h (salle E108)
Autour du livre de F. Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Éd. Lignes
Séance animée par Nicolas Prignot (Université Libre de Bruxelles, GECo)
Discutant : Tanguy Le Cannu
Présentation détaillée

21 décembre, 14h-16h
Mathieu Potte-Bonneville (ENS Lyon, sous réserve) et Isabelle Stengers (ULB, GECo) : Fabuler notre avenir. Science fiction et écologie
Présentation détaillée

18 janvier 2013, 14h-16h
Michael Löwy (EHESS/CEIFR) : Utopie et crise. De Bloch à l’écosocialisme
Discutante : Émilie Hache
Présentation détaillée

15 février, 14h-16h
Fabien Locher (EHESS) : Écrire l’histoire environnementale. Récits et politique
Discutant : Pierre Charbonnier
Présentation détaillée

15 mars, 14h-16h
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER) et  Yannick Barthe (CNRS/CSI) : La fin du nucléaire ?

19 avril, 14h-16h
Fabrice Flipo (Télécom Ecole de Management/ETOS) et Christophe Bonneuil (CNRS/Centre A. Koyré) : Donner un prix à la nature

17 mai, 14h-16h
Autour du livre de S. Mouret, Élever et tuer des animaux (Éd. PUF Le monde), avec l’auteur
Discutante : Catherine Rémy (CNRS/LIER)

 

Télécharger l’affiche

 

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique”, 5e séance : Fabien Locher, 15 février 2013, Université Paris Ouest

 La 5e séance du séminaire “Chantiers de l’écologie politique” accueillera Fabien Locher (EHESS). Il donnera une conférence intitulée :

“Écrire l’histoire environnementale. Récits et politique”.

Discutant : Pierre Charbonnier
.

Chargé de recherche au CNRS (EHESS, CRH-GRHEN), spécialiste de l’histoire environnementale, Fabien Locher a notamment publié l’ouvrage Le savant et la tempête. Étudier l’atmosphère et prévoir le temps au XIXe siècle, PUR, 2008 et codirigé, avec Grégory Quenet le dossier Histoire de l’environnement de la Revue d’histoire moderne et contemporaine (58/4, 2009).
Vous pouvez également réécouter son intervention sur France Culture, à l’émission La Fabrique de l’histoire consacrée à l’histoire de l’environnement (30 mars 2011).

Date :
Vendredi 15 février 2013, de 14h à 16h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, Salle 201 d.
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Présentation du séminaire

Ce séminaire a pour ambition d’offrir un espace de réflexion et de discussion pluridisciplinaire sur les enjeux de la crise écologique. L’appréhension de cette crise exige en effet l’apport de toutes les sciences humaines et sociales – philosophie, histoire, sociologie, économie – comme des ressources fabulatoires de la fiction.

L’objectif sera d’analyser collectivement, voire de participer à l’élaboration de problématisations pouvant donner une prise sur cette crise, notamment en ce qui concerne l’intrication cruciale des enjeux écologiques et sociaux. Par contraste avec l’orientation éthique de la philosophie environnementale traditionnelle, ce séminaire vise à inscrire ces débats au sein de la pensée sociale et politique actuelle, et cherchera à parcourir la zone de contact entre nature et société dans toutes ses dimensions.

La première année de ce séminaire s’ouvrira sur un état des lieux de cette crise : état des lieux sur le nucléaire, état des lieux des mobilisations politiques à travers le mouvement de la justice environnementale ; mais aussi état des lieux en histoire de l’environnement comme en sociologie animale. Cette volonté de travailler avec des travaux récents ne nous empêchera évidemment pas de faire retour régulièrement sur des problématisations plus anciennes qui nous semblent toujours pertinentes.

L’approche choisie sera donc fortement orientée par des objets, c’est-à-dire par des enquêtes empiriques, des propositions conceptuelles et politiques comme des œuvres de fiction, toutes cherchant, par différents médiums, à répondre de cette situation.

 

Organisateurs : 
Emilie Hache
 (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER)

 

Calendrier

19 octobre 2012, 14h-16h
Autour du livre dirigé par É. Hache (Éd. Amsterdam), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux
Séance animée par Emilie Hache (Université Paris Ouest)
Discutant : Fabrice Flipo
Présentation détaillée

16 novembre, 14h-16h (salle E108)
Autour du livre de F. Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Éd. Lignes
Séance animée par Nicolas Prignot (Université Libre de Bruxelles, GECo)
Discutant : Tanguy Le Cannu
Présentation détaillée

21 décembre, 14h-16h
Mathieu Potte-Bonneville (ENS Lyon, sous réserve) et Isabelle Stengers (ULB, GECo) : Fabuler notre avenir. Science fiction et écologie
Présentation détaillée

18 janvier 2013, 14h-16h
Michael Löwy (EHESS/CEIFR) : Utopie et crise. De Bloch à l’écosocialisme
Discutante : Émilie Hache
Présentation détaillée

15 février, 14h-16h
Fabien Locher (EHESS) : Écrire l’histoire environnementale. Récits et politique
Discutant : Pierre Charbonnier

15 mars, 14h-16h
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER) et  Yannick Barthe (CNRS/CSI) : La fin du nucléaire ?

19 avril, 14h-16h
Fabrice Flipo (Télécom Ecole de Management/ETOS) et Christophe Bonneuil (CNRS/Centre A. Koyré) : Donner un prix à la nature

17 mai, 14h-16h
Autour du livre de S. Mouret, Élever et tuer des animaux (Éd. PUF Le monde), avec l’auteur
Discutante : Catherine Rémy (CNRS/LIER)

 

Télécharger l’affiche

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique”, 3e séance : Isabelle Stengers / Mathieu Potte-Bonneville, 21 décembre 2012, Paris-Ouest

 


 

La 3e séance du séminaire “Chantiers de l’écologie politique” accueillera Isabelle Stengers (Université Libre de Bruxelles, GECo), pour “Fabuler notre avenir. Science fiction et écologie.” Mathieu Potte-Bonneville (ENS Lyon) sera son discutant.

 

Date
Vendredi 21 décembre, 14h-16h

Lieu
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment E, salle 108
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Présentation du séminaire

Ce séminaire a pour ambition d’offrir un espace de réflexion et de discussion pluridisciplinaire sur les enjeux de la crise écologique. L’appréhension de cette crise exige en effet l’apport de toutes les sciences humaines et sociales – philosophie, histoire, sociologie, économie – comme des ressources fabulatoires de la fiction.

L’objectif sera d’analyser collectivement, voire de participer à l’élaboration de problématisations pouvant donner une prise sur cette crise, notamment en ce qui concerne l’intrication cruciale des enjeux écologiques et sociaux. Par contraste avec l’orientation éthique de la philosophie environnementale traditionnelle, ce séminaire vise à inscrire ces débats au sein de la pensée sociale et politique actuelle, et cherchera à parcourir la zone de contact entre nature et société dans toutes ses dimensions.

La première année de ce séminaire s’ouvrira sur un état des lieux de cette crise : état des lieux sur le nucléaire, état des lieux des mobilisations politiques à travers le mouvement de la justice environnementale ; mais aussi état des lieux en histoire de l’environnement comme en sociologie animale. Cette volonté de travailler avec des travaux récents ne nous empêchera évidemment pas de faire retour régulièrement sur des problématisations plus anciennes qui nous semblent toujours pertinentes.

L’approche choisie sera donc fortement orientée par des objets, c’est-à-dire par des enquêtes empiriques, des propositions conceptuelles et politiques comme des œuvres de fiction, toutes cherchant, par différents médiums, à répondre de cette situation.

Organisateurs
Emilie Hache
(Université Paris Ouest, Sophiapol)
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER)

 

Calendrier

19 octobre 2012, 14h-16h
Autour du livre dirigé par É. Hache (Éd. Amsterdam), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux
Séance animée par Emilie Hache (Université Paris Ouest)
Discutant : Fabrice Flipo
Présentation détaillée

16 novembre, 14h-16h (salle E108)
Autour du livre de F. Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Éd. Lignes
Séance animée par Nicolas Prignot (Université Libre de Bruxelles, GECo)
Discutant : Tanguy Le Cannu
Présentation détaillée

21 décembre, 14h-16h
Mathieu Potte-Bonneville (ENS Lyon, sous réserve) et Isabelle Stengers (ULB, GECo) : Fabuler notre avenir. Science fiction et écologie

18 janvier 2013, 14h-16h
Michael Löwy (EHESS/CEIFR) : Utopie et crise. De Bloch à l’écosocialisme
Discutante : Émilie Hache

15 février, 14h-16h
Fabien Locher (EHESS) : Écrire l’histoire environnementale. Récits et politique
Discutant : Pierre Charbonnier

15 mars, 14h-16h
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER) et  Yannick Barthe (CNRS/CSI) : La fin du nucléaire ?

19 avril, 14h-16h
Fabrice Flipo (Télécom Ecole de Management/ETOS) et Christophe Bonneuil (CNRS/Centre A. Koyré) : Donner un prix à la nature

17 mai, 14h-16h
Autour du livre de S. Mouret, Élever et tuer des animaux (Éd. PUF Le monde), avec l’auteur
Discutante : Catherine Rémy (CNRS/LIER)

 

Télécharger l’affiche


Crédits photographiques : Shek Graham, Bush Fire at Port Smith (2006) ; MOrBCN, Containers at the Barcelona harbor (2008)

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique”, 2e séance, 16 novembre 2012, Paris Ouest

 

La 2e séance du séminaire “Chantiers de l’écologie politique” accueillera Nicolas Prignot (Université Libre de Bruxelles, GECo) et sera consacrée au concept d’Ecosophie chez Guattari et Naess. Tanguy Le Cannu animera la discussion.

Pour la préparation de cette séance, vous pouvez lire son article “Retour sur les trois écologies de Félix Guattari”, Etopia, n°7, juin 2010. Par ailleurs, l’ouvrage de Félix Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie? paraîtra en janvier 2013 aux éditions Lignes.

 

Date
Vendredi 16 novembre, 14h-16h

Lieu
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment E, salle 108
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Présentation du séminaire

Ce séminaire a pour ambition d’offrir un espace de réflexion et de discussion pluridisciplinaire sur les enjeux de la crise écologique. L’appréhension de cette crise exige en effet l’apport de toutes les sciences humaines et sociales – philosophie, histoire, sociologie, économie – comme des ressources fabulatoires de la fiction.

L’objectif sera d’analyser collectivement, voire de participer à l’élaboration de problématisations pouvant donner une prise sur cette crise, notamment en ce qui concerne l’intrication cruciale des enjeux écologiques et sociaux. Par contraste avec l’orientation éthique de la philosophie environnementale traditionnelle, ce séminaire vise à inscrire ces débats au sein de la pensée sociale et politique actuelle, et cherchera à parcourir la zone de contact entre nature et société dans toutes ses dimensions.

La première année de ce séminaire s’ouvrira sur un état des lieux de cette crise : état des lieux sur le nucléaire, état des lieux des mobilisations politiques à travers le mouvement de la justice environnementale ; mais aussi état des lieux en histoire de l’environnement comme en sociologie animale. Cette volonté de travailler avec des travaux récents ne nous empêchera évidemment pas de faire retour régulièrement sur des problématisations plus anciennes qui nous semblent toujours pertinentes.

L’approche choisie sera donc fortement orientée par des objets, c’est-à-dire par des enquêtes empiriques, des propositions conceptuelles et politiques comme des œuvres de fiction, toutes cherchant, par différents médiums, à répondre de cette situation.

Organisateurs
Emilie Hache
(Université Paris Ouest, Sophiapol)
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER)

 

Calendrier

19 octobre 2012, 14h-16h
Autour du livre dirigé par É. Hache (Éd. Amsterdam), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux
Séance animée par Emilie Hache (Université Paris Ouest)
Discutant : Fabrice Flipo
Présentation détaillée

16 novembre, 14h-16h (salle E108)
Autour du livre de F. Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Éd. Lignes
Séance animée par Nicolas Prignot (Université Libre de Bruxelles, GECo)
Discutant : Tanguy Le Cannu

21 décembre, 14h-16h
Mathieu Potte-Bonneville (ENS Lyon, sous réserve) et Isabelle Stengers (ULB, GECo) : Fabuler notre avenir. Science fiction et écologie

18 janvier 2013, 14h-16h
Michael Löwy (EHESS/CEIFR) : Utopie et crise. De Bloch à l’écosocialisme
Discutante : Émilie Hache

15 février, 14h-16h
Fabien Locher (EHESS) : Écrire l’histoire environnementale. Récits et politique
Discutant : Pierre Charbonnier

15 mars, 14h-16h
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER) et  Yannick Barthe (CNRS/CSI) : La fin du nucléaire ?

19 avril, 14h-16h
Fabrice Flipo (Télécom Ecole de Management/ETOS) et Christophe Bonneuil (CNRS/Centre A. Koyré) : Donner un prix à la nature

17 mai, 14h-16h
Autour du livre de S. Mouret, Élever et tuer des animaux (Éd. PUF Le monde), avec l’auteur
Discutante : Catherine Rémy (CNRS/LIER)

 

 

 

Télécharger l’affiche

 

 

 

Crédits photographiques : Shek Graham, Bush Fire at Port Smith (2006) ; MOrBCN, Containers at the Barcelona harbor (2008)

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique”, 1ère séance, 19 octobre 2012, Paris Ouest

Ce séminaire a pour ambition d’offrir un espace de réflexion et de discussion pluridisciplinaire sur les enjeux de la crise écologique. L’appréhension de cette crise exige en effet l’apport de toutes les sciences humaines et sociales – philosophie, histoire, sociologie, économie – comme des ressources fabulatoires de la fiction.

L’objectif sera d’analyser collectivement, voire de participer à l’élaboration de problématisations pouvant donner une prise sur cette crise, notamment en ce qui concerne l’intrication cruciale des enjeux écologiques et sociaux. Par contraste avec l’orientation éthique de la philosophie environnementale traditionnelle, ce séminaire vise à inscrire ces débats au sein de la pensée sociale et politique actuelle, et cherchera à parcourir la zone de contact entre nature et société dans toutes ses dimensions.

La première année de ce séminaire s’ouvrira sur un état des lieux de cette crise : état des lieux sur le nucléaire, état des lieux des mobilisations politiques à travers le mouvement de la justice environnementale ; mais aussi état des lieux en histoire de l’environnement comme en sociologie animale. Cette volonté de travailler avec des travaux récents ne nous empêchera évidemment pas de faire retour régulièrement sur des problématisations plus anciennes qui nous semblent toujours pertinentes.

L’approche choisie sera donc fortement orientée par des objets, c’est-à-dire par des enquêtes empiriques, des propositions conceptuelles et politiques comme des œuvres de fiction, toutes cherchant, par différents médiums, à répondre de cette situation.

La 1ère séance sera consacrée à la question de la justice environnementale autour de la parution du livre d’Emilie Hache, Ecologie politique. Cosmos, communautés, milieux (Ed. Amsterdam, 2012).

Texte pour la préparation de la première séance

 

Dates :
Tous les 3ème vendredi du mois, 14h-16h

Lieu :
Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense
bâtiment D, salle 201b (sauf le 16 novembre : bâtiment E, salle 108)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisateurs :
Emilie Hache
(Université Paris Ouest, Sophiapol)
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER)

 

Calendrier :

19 octobre 2012, 14h-16h
Autour du livre dirigé par É. Hache (Éd. Amsterdam), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux
Séance animée par Emilie Hache (Université Paris Ouest)
Discutant : Fabrice Flipo

16 novembre, 14h-16h (salle E108)
Autour du livre de F. Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Éd. Lignes
Séance animée par Nicolas Prignot (Université Libre de Bruxelles, GECo)
Discutant : Tanguy Le Cannu

21 décembre, 14h-16h
Mathieu Potte-Bonneville (ENS Lyon, sous réserve) et Isabelle Stengers (ULB, GECo) : Fabuler notre avenir. Science fiction et écologie

18 janvier 2013, 14h-16h
Michael Löwy (EHESS/CEIFR) : Utopie et crise. De Bloch à l’écosocialisme
Discutante : Émilie Hache

15 février, 14h-16h
Fabien Locher (EHESS) : Écrire l’histoire environnementale. Récits et politique
Discutant : Pierre Charbonnier

15 mars, 14h-16h
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER) et  Yannick Barthe (CNRS/CSI) : La fin du nucléaire ?

19 avril, 14h-16h
Fabrice Flipo (Télécom Ecole de Management/ETOS) et Christophe Bonneuil (CNRS/Centre A. Koyré) : Donner un prix à la nature

17 mai, 14h-16h
Autour du livre de S. Mouret, Élever et tuer des animaux (Éd. PUF Le monde), avec l’auteur
Discutante : Catherine Rémy (CNRS/LIER)

 

 

 

Télécharger l’affiche

 

 

 

Crédits photographiques : Shek Graham, Bush Fire at Port Smith (2006) ; MOrBCN, Containers at the Barcelona harbor (2008)

 

Colloque international les futurs de la démocratie, 23 et 24 février 2012, Université de Lausanne

Depuis les années 1990, on ne compte plus les ouvrages annonçant la « fin de l’histoire » (Fukuyama, entre autres), l’ « effacement de l’avenir » (Taguieff 2000) ou autre « sacre du présent » (Laïdi 2000), quand on n’avance pas que le temps, décidément, semble « accélérer » (Rosa 2010) ou que l’on assiste à sa « compression » (Harvey 1990). Le futur est une dimension temporelle qui est réputée avoir disparu, alors que nous vivrions maintenant dans un « présentisme » généralisé (Hartog 2003). Par rapport aux grandes téléologies des XIXe et XXe siècles – le progrès, la révolution, la société sans classes ou, dans des versions plus sombres, l’État totalitaire ou le « Reich de mille ans » -, force est d’admettre que les représentations contemporaines du futur sont plus modestes, moins assurées, plus floues. Sont-elles pour autant absentes ?

Colloque organisé par l’Interface Sciences-Société et le Centre d’Histoire des Idées Politiques et des Institutions (CHIPI) de l’Université de Lausanne.

Dates:
23 et 24 février 2012
10h-17h30

Lieu:  
Université de Lausanne
bâtiment Amphipôle, salle Anthropos Café
Plan d’accès
Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

Contacts et organisations: 
Biancamaria FONTANA (CHIPI, Université de Lausanne)
Dominique BOURG (Université de Lausanne)
Antoine CHOLLET (CHIPI, Université de Lausanne)

Conseil scientifique:  
John DUNN (University of Cambridge)
Alexandre ESCUDIER (CEVIPOF, Sciences Po Paris)
Bernard MANIN (EHESS, New York University)

PROGRAMME

JEUDI 23 FÉVRIER 

10h-13h: Temps et Futurs comme notions politiques

Alexandre Escudier (CEVIPOF, Sciences Po Paris), « Accélération sociale et conscience de crise »

Michèle Riot-Sarcey (Université Paris 8), « De l’idée de souveraineté au gouvernement des hommes. Comment repenser la modernité ? »

Philippe BLANCHARD (IEPI, UNIL), « Kychtym, Tchernobyl, Fukushima : demain meurt-il jamais ? »

 14h30 – 17h30 : Écologie et représentations du futur

– Arno Münster (Université de Picardie), « Éthique et écologie politique (vers une société écologique par la justice sociale ?) »

– Yannick Rumpala (Université de Nice), « L’éthique mutuelle et l’esprit de l’aprèscapitalisme »

– Bruno Villalba/Luc Semal (Université de Lille), « Matérialité écologique et contraction démocratique »

 

VENDREDI 24 FÉVRIER

9h-12h: Pensées du temps

– Yaël Hirsch (Sciences Po Paris), « Le Temps hors de ses gonds : l’effet de tensions passées et inapaisées sur l’ordre politique présent chez Arendt, Jonas et Strauss »

– Biancamaria Fontana (IEPI, UNIL), « Maîtriser le temps : démocratie et modération dans la réflexion de Germaine de Staël »

– Thierry Bornand (IEPI, UNIL), « Utopie et émancipation : autour de Miguel Abensour »

 13h30 – 16h30 : Le futur des institutions démocratiques

Yves Sintomer (Université Paris 8 et Centre Marc Bloch, Berlin), « Les nouvelles figures de la représentation démocratique »

– Gil Delannoi (CEVIPOF, Sciences Po Paris), « Que reste-t-il de la démocratie ? Passé et futur d’une idée »

– Dominique Bourg (Université de Lausanne), « Démocratie, long terme et écologie : état des lieux »

 16h30 : Conférence de clôture

John Dunn (University of Cambridge), « The Future of Democracy : Normative Horizon and Causal Expectations »

 

 PRESENTATION

Depuis les années 1990, on ne compte plus les ouvrages annonçant la « fin de l’histoire » (Fukuyama, entre autres), l’ « effacement de l’avenir » (Taguieff 2000) ou autre « sacre du présent » (Laïdi 2000), quand on n’avance pas que le temps, décidément, semble « accélérer » (Rosa 2010) ou que l’on assiste à sa « compression » (Harvey 1990). Le futur est une dimension temporelle qui est réputée avoir disparu, alors que nous vivrions maintenant dans un « présentisme » généralisé (Hartog 2003). Par rapport aux grandes téléologies des XIXe et XXe siècles – le progrès, la révolution, la société sans classes ou, dans des versions plus sombres, l’État totalitaire ou le « Reich de mille ans » -, force est d’admettre que les représentations contemporaines du futur sont plus modestes, moins assurées, plus floues. Sont-elles pour autant absentes ?

Car dans le même temps, on doit observer l’apparition de problématiques très fortement liées à cette dimension du futur. Nous pensons en premier lieu aux questions écologiques, qui n’hésitent pas à faire des projections à très long terme. Dans les deux sillages séparés de Hans Jonas et Günther Anders se sont par exemple développées des réflexions sur l’« éthique du futur » d’une part ou sur « la catastrophe à venir » d’autre part (Dupuy 2002). Parallèlement mais minoritairement, un auteur comme André Gorz a tenté d’imaginer un autre futur pour l’écologie (Gorz 2008 ; Münster 2011). En outre, la croyance en un progrès scientifique et technique n’a pas disparu, notamment dans des domaines comme l’informatique ou les techniques bio-médicales par exemple. Des limites qui semblaient encore infranchissables naguère sont aujourd’hui questionnées, et la vieille idéologie du progrès renaît de ses cendres, pour autant qu’elle se fût complètement consumée une fois. Enfin, comment oublier que tout le système économique et financier connu sous le nom de capitalisme repose sur la croyance partagée, quoique souvent implicite, que ledit système va perdurer à long terme (Pomian 1980). C’est la première face du futur de nos démocraties : ce que celles-ci seront demain. Ce futur-ci va bientôt commencer.

Puisque l’effacement du futur doit être contesté, il faut parvenir à prendre la mesure du, ou plutôt des nouveaux rapports que les sociétés contemporaines entretiennent avec le futur. Il faudra également se demander si ces nouveaux rapports sont compatibles ou non avec des institutions démocratiques. On ne peut en effet oublier l’avertissement de Tocqueville (De la démocratie en Amérique II, II, 2) lorsqu’il écrivait que le futur est l’affaire de l’aristocratie, alors que la démocratie se préoccupe principalement du présent. Peut-on renverser le jugement de Tocqueville tout en conservant sa description : affirmer que la démocratie devrait chercher à s’exercer d’abord dans le présent ? La seconde face du futur dans nos démocraties est donc la suivante : ce que le futur représente pour elles aujourd’hui. Ce futur-là, à l’inverse, ne pourra jamais commencer (Luhmann 1976 ; McTaggart 1908).

La temporalité politique ne peut être présentée comme un jeu à somme nulle. La prééminence du passé suppose la disparition du présent et du futur, et ainsi de suite. Il nous semble indispensable, à des fins tout aussi bien analytiques que politiques, de rétablir une double pluralité dans l’appréciation de la temporalité, tout d’abord en reconnaissant que passé, présent et futur cohabitent toujours, et ensuite en cherchant à élucider les différents rapports que l’on entretient à des passés, des présents et des futurs qui sont eux-mêmes différents. Derrière cette double pluralité gît en réalité une autre question que la philosophie politique a rarement traitée : celle du caractère politique du temps lui-même (Chollet 2011).

Quatre thématiques principales ont été dégagées pour ce colloque, qui permettront de circonscrire ce rapport entre futur et démocratie, tout en en montrant la dimension profondément polysémique. Nous nous intéresserons tout d’abord à la dimension politique des notions de temps et de futur. La seconde thématique a trait à l’écologie, puisque c’est l’un des sujets politiques contemporains les plus orientés vers le futur, comme cela a été rappelé plus haut. Troisièmement, la question de l’utopie occupera une demi-journée, en cherchant à montrer quelles sont ses figures temporelles principales et si ces dernières sont compatibles avec celles véhiculées par la démocratie. Enfin, pour chercher à lier l’ensemble sans être toutefois certains d’y parvenir, nous consacrerons la fin du colloque à la question des institutions démocratiques proprement dites et à leurs évolutions possibles, probables ou souhaitables.

Le partenariat conclu avec l’Interface Science-Société (ISS) de l’Université de Lausanne permettra d’assurer le lien avec la cité et de faire de ce rendez-vous scientifique un moment de réflexion sociale et politique par-delà l’institution universitaire proprement dite. L’actualité des questions abordées et les enjeux décisifs qu’elles recouvrent commandent en quelque sorte de ne pas limiter leur examen à l’intérieur des seules universités.

Programme du colloque “Les futurs de la démocratie” 

Site de l’UNIL

 

Appel à contribution revue Tracés : “Ecologiques, Enquêtes sur les milieux humains”

La revue Tracés consacre son numéro 22 aux approches écologiques en sciences humaines. Ce numéro entend traiter de l’écologie du point de vue des sciences humaines, en articulant une réflexion sur les reconfigurations disciplinaires induites par le questionnement écologique et la diversité des objets couverts par de telles approches. À ces fins, nous serons particulièrement attentifs aux travaux mobilisant les divers modèles écologiques à travers des démarches empiriques.

date limite d’envoi : 6 juin 2011.
contactredactraces@listes.ens-lyon.fr

Argumentaire

Les questions écologiques semblent constituer aujourd’hui un incontournable de la recherche en sciences humaines, faisant directement écho à un ensemble de préoccupations collectives qui animent la vie sociale, politique et médiatique, et, du point de vue de l’histoire des idées, redonnant de l’actualité à des travaux déjà anciens. En effet, dans son acception à la fois initiale et usuelle, que l’on doit au biologiste allemand Ernst Haeckel, l’écologie est la science des relations entre les vivants et leur milieu. Son domaine d’enquête a donc pour centre de gravité principal les sciences naturelles (Acot, 1988). Mais les sciences de l’homme se sont d’emblée emparées du potentiel explicatif de cette notion – tout en la modifiant par là même : c’est ce que montre une démarche comme celle de l’Anthropogeographie de Ratzel (1881-1891), qui est une des premières tentatives d’analyse des formations culturelles dans leur rapport au milieu naturel, ou, plus proche de nous, le projet d’une « écologie de l’esprit » comme celle de Bateson (2008), qui cherche à analyser la vie de l’esprit comme un milieu. Ces recherches montrent bien la diffusion des approches écologiques au-delà du seul monde naturel : la ville dont nous parle l’École de Chicago de sociologie (Joseph et Grafmeyer, 1984), ou la perception, dans le cadre du « réalisme écologique » de Gibson (1979), sont historiquement et de plein droit des problèmes écologiques.

Du point de vue de l’actualité de la recherche, le vocable « écologie » se diffuse dans de nombreuses publications, qui dessinent un objet résolument présent mais dont les contours restent souvent difficiles à cerner, selon que ces travaux en proposent un point de vue résolument partiel, dans un bilan produit par une discipline à propos de son rapport à l’écologie (voir Afeissa éd., 2009, dans le cas de la philosophie), ou qu’ils procèdent par un croisement de perspectives rendant compte d’un usage très spécifique de la notion (voir le dossier du n°10 de la revue Vacarmes, « Ce que l’écologie change à la politique »), voire qu’ils emploient la notion de manière relativement flottante ou métaphorique. Les usages du terme se recouvrent-ils ? Que partagent ces approches et que nous disent-elles de la pertinence d’un questionnement écologique, qui excède manifestement la sphère de la recherche scientifique ?

Pour éclairer ces enjeux, nous partirons d’une acception de l’écologie à la fois plus large d’un point de vue thématique, en excédant la stricte acception environnementale, mais néanmoins plus spécifique, en abordant l’écologie du point de vue des sciences humaines. Sans céder au rêve d’un « tournant » écologique – qui reviendrait à faire un contresens historique, compte tenu de l’ancienneté de certaines approches fondatrices –, ou d’un « paradigme » idéal unifiant l’ensemble des savoirs actuels – qui réifierait assurément la diversité du champ –, nous proposons d’adopter une démarche résolument pluraliste, qui permet de questionner la possible unité de ces recherches derrière la diversité des objets. On parlera donc plus généralement d’un mode de connaissance écologique qui déborde immédiatement les prétendues frontières des sciences naturelles, et qui se structure sous la forme d’emprunts, d’importations et de transferts conceptuels. Dans leur constitution même, ces savoirs sont rétifs à un enracinement disciplinaire et thématique, et la façon dont ils se sont développés confirme ce pluralisme inhérent à l’enquête écologique, pluralisme dont ce numéro voudrait assumer la filiation. À partir de ce constat de la diversité et de la conflictualité des usages, et en tenant compte de l’ampleur et de l’épaisseur historique des débats sur la question, ce numéro souhaiterait donc prendre le parti des conséquences de l’écologie ou, pour le dire autrement, voir ce que fait l’écologie à l’ordre des savoirs et quels usages elle en permet. Ces conséquences sont ainsi de deux ordres : d’une part, d’un point de vue scientifique, il s’agit pour une discipline de respécifier ses objets et/ou ses méthodes au contact des apports distinctifs de l’écologique ; d’autre part, ces pratiques excèdent largement la sphère scientifique, car de nouveaux régimes d’action peuvent s’appuyer sur des savoirs écologiques pour intervenir dans la sphère publique. Dès lors, un certain nombre de questions peuvent être soulevées. Y a-t-il des objets strictement écologiques ou s’agit-il plutôt de repositionnements épistémologiques et méthodologiques ? Les méthodes d’enquête sont-elles les mêmes ? Quelles échelles d’analyse se donne-t-on ? Quelles sont les résonances de ces reconfigurations théoriques dans le champ des pratiques (politiques, économiques, urbanistiques, artistiques) ?

Du geste théorique de l’écologie, nous retiendrons trois propriétés principales qui permettent de penser la façon dont se constituent réciproquement un objet, une approche et une pratique écologiques. Ces critères sont établis à toutes fins pratiques et leur pertinence ou articulation ont naturellement vocation à être discutés. Premier aspect, une pensée écologique est intégratrice. Quelle que soit l’échelle à laquelle on se place, l’approche est relationnelle, voire holiste, cherchant à rendre compte de phénomènes d’organisation d’ordre systémique, et susceptible d’intégrer une gamme d’objets plus riche et variée que celle traditionnellement admise par la discipline. C’est par exemple le cas quand l’anthropologie sort du strict domaine des relations humaines – qui en principe la définit comme telle – pour accueillir des animaux, des espaces, des esprits (voir Ingold, 2000). Il s’agit alors aussi bien de se demander comment, empiriquement, les disciplines s’emparent de nouveaux objets et adaptent leurs méthodes, que de poser la question de l’extension possible d’une théorie écologique. Deuxième aspect, qui est une conséquence du premier : ces approches introduisent une forme de décentrement. Par rapport à des oppositions conceptuelles classiques, elles adoptent le point de vue des interactions entre des entités auxquelles elles accordent une importance égale, si ce n’est ontologiquement, au moins méthodologiquement. On renverra par exemple aux travaux menés à la suite de l’écologie de la perception de Gibson et dans le domaine de la cognition distribuée (Hutchins, 1996), qui montrent comment la psychologie fait sortir l’activité de l’esprit du strict confinement neuronal pour l’aborder comme un phénomène situé dans un environnement spécifique. La portée critique des approches écologiques constitue un troisième élément de définition. Sur un plan strictement scientifique, l’adjonction du qualificatif « écologique » reconfigure les objets et méthodes d’une discipline donnée. En économie, par exemple, l’approche écologique réenvisage les fondements de la discipline à partir d’une réflexion sur l’homme et son milieu. Alors que l’économie environnementale se contente d’ajouter à une conception ordinaire des marchés des paramètres ou des produits environnementaux (marché des droits à polluer par exemple), l’économie écologique tente de reconstruire toute la théorie classique de la valeur en substituant à la valeur marginale des facteurs de production une notion de la valeur ordinale liée aux services rendus par le capital naturel (Costanza et al., 1997). Au-delà de cette dimension critique « interne » aux disciplines, on peut penser à la portée politique de la critique souvent induite par la réflexion écologique. Ainsi, l’écoféminisme illustre cette autre dimension possible : pour prolonger dans un registre politique le geste de l’écologie, il s’appuie sur une convergence des critiques féministe et environnementale, radicalisant la deuxième par l’adjonction de la première (pour une présentation de ces enjeux, voir Maris, 2009).

On attend donc des contributions du numéro qu’elles rendent compte de ces écologies, dans ce qu’elles ont de multiple et d’actuel. On aimerait ainsi non seulement voir clarifiés des positionnements spécifiques dans le champ des théories écologiques à travers l’analyse d’objets empiriques, dont la variété peut s’exprimer à la fois par des différences de nature (paysages, environnements techniques, contextes historiques, etc.) et d’échelle (tant spatiale que temporelle), mais aussi exemplifiée et explicitée l’extension possible de ces approches, qui peuvent être des supports d’action ou de création – et être par là redéfinies par les usages qui en sont faits. Ces aspects pourront être déclinés à l’aune des questionnements suivants, qui proposent des pistes (non exclusives) de réflexion.

Vous trouverez l’intégralité de l’argumentaire et les recommandations du comité de rédaction dans le PDF suivant.

Consignes :

Les rédacteurs doivent informer préalablement le comité de rédaction de Tracés de leur projet par courrier électronique en indiquant le titre de leur contribution, la rubrique dans laquelle ils le proposent, ainsi qu’un bref résumé du propos.

Une réponse motivée, argumentée quant à l’acceptation ou non pour publication est envoyée à l’auteur après le travail de lecture et la délibération des membres du comité de lecture. En cas de réponse positive, l’auteur peut être invité à amender et à retravailler son texte en fonction des remarques suggérées par les lecteurs.

Le comité de rédaction demande également aux contributeurs de tenir compte des recommandations en matière de présentation indiquées sur la page suivante du site de la revue.

.