Archives par mot-clé : écologie politique

Colloque : “Penser l’écologie politique : sciences sociales et interdisciplinarité”, 13-14 janvier 2014, Paris 7 Diderot.

Penser ecologie politique

Ce colloque part du constat d’une difficulté : de quoi parle-t-on lorsqu’on parle d’« écologie politique » ? Parle-t-on de développement durable ? D’après-développement, de buen vivir, d’écosocialisme, de décroissance, d’écosophie etc. ? Comment écologie et politique, politique et écologie s’articulent-elles dans cette expression à la signification des plus plastiques ? Quelle place prennent les travaux en sciences sociales tant dans les recherches en environnement que dans la discussion engagée dans le champ de l’écologie politique ?

Entrée
Libre dans la limite des places disponibles
MERCI DE VOUS INSCRIRE EN CLIQUANT SUR CE LIEN

Date 
Lundi 13 et mardi 14  janvier 2014

Lieu
Université Paris 7 Diderot
Site des grands moulins
Bâtiment Buffon, 15 rue Hélène Brion 75013 Paris
RER C, Metro 14, Bibliothèque François Mitterand
T3a, Avenue de France

Organisation
Paris 7 CSPRP / Paris 10 Sophiapol / Sciences Po Lille CERAPS LADYSS SET Pau / TEM-Institut Mines-Télécom
Revues partenaires : Écologie & PolitiqueRevue du Mauss, Mouvements, Nature Sciences Sociétés

 

Argumentaire

Le mouvement écologiste distingue, de son côté, depuis les origines, « l’écologisme » de « l’environnementalisme », au motif que le premier cherche à modifier les causes profondes de la dégradation de la nature et plus largement du monde vécu, tandis que le second s’en tient à la protection de la nature. Ces enjeux n’ont jamais été plus actuels, les écologistes obtiennent des scores parfois élevés aux élections (autour de 20 % tous partis confondus aux Européennes de 2009), et les questions écologiques font l’objet de tensions internationales croissantes (sommet Rio+20). Académiquement parlant, en dépit de cette dimension politique et sociétale évidente, le champ a surtout été occupé par les sciences dites « dures » (écologie, ingénierie, etc.). A l’heure où les sciences humaines et sociales en France investissent toujours plus ces questions, mais de manière inégale, il apparaît nécessaire de faire le point pour cerner les enjeux, les problèmes et les défis à relever. Dans une bibliothèque, l’étagère la plus fournie, en matière d’écologie politique, se nomme « développement durable ». L’économie est la discipline la plus représentée, mais on y trouve également la géographie, la sociologie, le droit, la philosophie, l’anthropologie et l’histoire. Certes, la thématique écologique s’est construite comme une critique de la société industrielle et de ses aspects productivistes et de consommation , que la poursuite de la croissance symbolise. Mais comment aller plus loin ? La critique du capitalisme est-elle suffisante ?

Il est admis que différentes conceptions de la nature se partagent l’histoire : prémoderne, moderne et « écologique ». A l’observation chez les Grecs aurait succédé l’expérimentation chez les Modernes, et le respect serait à venir. Or le statut de la troisième conception fait problème, dans la série. L’analyse politique tient en effet pour acquis que le passage du prémoderne (ou « antique ») au moderne implique des changements massifs : émergence de l’État, de l’économie de marché, du développement technologique, passage de la « liberté des Anciens » à la « liberté des Modernes », d’Aristote au constructivisme social, etc. Entre le prémoderne et le moderne, l’écart est souvent considéré comme étant celui de l’émergence de la science et de la technique elles-mêmes. Si l’écart entre la deuxième et la troisième conception devait être de la même magnitude, reste à savoir dans quel sens il faut s’engager pour opérer la conversion souhaitée de l’expérimentation au respect. On accuse fréquemment les écologistes de vouloir « revenir à l’âge de pierre » (ou de la lampe à pétrole). La protection de la nature n’est-elle pas plutôt un « souci moderne », qui ne se fait jour que lorsque l’agir humain atteint une certaine magnitude ? La question taraude les études sur l’écologisme, sans trouver de réponse claire.

Si, pendant des années, voire des décennies, il y a eu si peu de travaux et qu’ils ont été si peu lus, c’est parce que les auteurs qui se sont engagés à l’époque dans cette voie ont été marginalisés au motif que, pour s’intéresser à l’écologie, il fallait être écologiste, c’est-à-dire « croire » aux dangers dont les « écologistes » de l’époque disaient qu’ils menaçaient, « croire » aux « prédictions » de ces Cassandre. Nous sommes loin aujourd’hui de cette marginalisation. On n’a jamais autant parlé d’écologie (ou d’environnement) en France et dans le monde. Les voix les plus soucieuses de correction et les moins soupçonnables de vouloir changer quoi que ce soit à l’ordre établi ont même rejoint le chœur des marginaux d’hier et ne sont pas les moins radicaux. Les rapports, articles, livres, émissions, films « écologistes » sont aujourd’hui nombreux et accessibles, mais qu’en est-il de la place de l’« écologie politique » en tant que paradigme dans le champ des études académiques ? La communauté savante serait-elle aussi neutre qu’elle le prétend ? Ou au contraire a-t-elle tendance à s’aligner sur les positions de la diplomatie française, à l’échelle internationale, qui est celle d’un pays riche ?

Si elle circule bien mieux qu’avant dans la société, la littérature écologiste reste méconnue de la très grande majorité des universitaires qui la jugent a priori bigarrée et « nébuleuse ». Les auteurs « écologistes » ne sont pas nécessairement passés par l’université et, s’il arrive qu’ils soient universitaires, ils écrivent sur l’écologie en marge de leur domaine principal de recherche. Mobiliser la communauté universitaire des sciences humaines et sociales autour des enjeux de l’écologie politique, c’est certes travailler à lui faire comprendre la pertinence intellectuelle et politique de ce paradigme mais aussi travailler à réconcilier les universitaires avec les « intellectuels organiques » issus du mouvement écologiste, intellectuels qu’ils ne connaissent pas mais qui, eux, se sont formés en lisant parfois les mêmes auteurs que certains universitaires…

L’objectif de ce colloque sera donc d’examiner pourquoi les sciences humaines et sociales ont-elles tant de mal à intégrer la question écologique, comment l’écologie politique en tant que paradigme pourrait-elle être pensée ? En quoi consiste-t-elle ? Ces difficultés sont-elles les mêmes dans toutes les disciplines ? Comment les expliquer ? Comment les surmonter ?

Parmi les thèmes qui seraient à aborder (non exhaustif) :

  • questions épistémologiques liées à l’intégration de « la nature » en sciences humaines et sociales : le risque d’introduire du déterminisme (« biologisme » etc.), le rapport aux sciences dites « de la nature » (lesquelles etc.), et plus généralement aux savoirs et savoir-faire (techniques, technologies) mis en œuvre par une société dans son rapport au milieu ;
  • difficulté de « faire science » (même « humaine et sociale ») à propos d’un objet qui entremêle science, politique, engagement citoyen… Comment constituer un champ ? Quel est le corpus (livres, tracts, documents etc.) ? Est-ce souhaitable ? Est-ce possible ? Doit-il être interdisciplinaire ? Mais alors est-ce encore un champ ?
  • liens entre sciences humaines et sociales et intellectuels organiques du mouvement écologiste ;
  • la communauté des sciences humaines et sociales intègre-t-elle mieux l’écologie politique en tant que paradigme dans d’autres pays qu’elle ne le fait en France ?
  • de quel secours les SHS sont-elles capables, au regard du défi posé à la société et plus largement au monde dont elles émanent ? Quelles sont les perspectives politiques de l’écologie politique ? Quelles sont les spécificités de ce champ politique, par rapport à d’autres, déjà balisés ? Est-elle porteuse seulement de politique, ou plus généralement d’un « grand récit », susceptible de prendre le relais de ceux qui se sont épuisés ? Ou est-ce autre chose encore ?

Ce colloque fait le pari de la pluridisciplinarité (problématisation de l’écologie politique à partir de différents cadres disciplinaires) et de l’interdisciplinarité (travail sur les cadres disciplinaires, dans ce qu’ils peuvent avoir d’aveuglant). Le postulat est que les difficultés rencontrées dans chaque discipline, pour saisir l’écologie politique, s’éclaireront mieux par le concours des autres. Pour éviter toutefois que l’éclairage multidisciplinaire et interdisciplinaire de l’écologie politique ne vire à l’éclectisme, il sera demandé que les contributions interrogent autant l’objet étudié que les difficultés rencontrées dans leur discipline pour le cadrer, ce qui suppose de rendre visibles les fondements d’une discipline pour les autres contributeurs, permettant ainsi au dialogue de s’instaurer. Il n’y a pas de dialogue possible entre deux secteurs trop spécialisés de la recherche, car les présupposés d’un secteur sont si nombreux qu’aucun autre ne peut pleinement les maîtriser. C’est aux spécialistes de remonter en généralité, et situer leur position au sein de courants théoriques plus vastes, qui seuls peuvent être confrontés les uns aux autres. Chaque intervenant sera donc invité, à partir de son objet de réflexion et de son positionnement, à penser la place présente et à venir de sa discipline au sein d’une réflexion globale sur l’écologisme.

 

Voir :
Le site du colloque “penser l’écologie politique” : programme détaillé, contacts, comité scientifique…

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique II” : 2e séance, P. Charbonnier et Q. Hardy, 22 novembre 2013, Paris Ouest

bandeau_ecologie_politique_201314_web

 

La 2e séance du séminaire “Chantiers de l’écologie politique” sera consacrée à une Relecture critique et croisée de la philosophie de la technique de Jacques Ellul, proposée par Quentin Hardy , doctorant en philosophie à Paris 1 et Pierre Charbonnier (LIER, Cnrs).

 

Date :
Vendredi 22 novembre 2013, 14h-16h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisateurs :
Emilie Hache
(Université Paris Ouest, Sophiapol)
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER)

 

Voir :
– Présentation et programme du séminaire “Chantiers de l’écologie politique II”, 2013-2014

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique II” : Jean-Baptiste Fressoz et Christophe Bonneuil, 18 octobre 2013, Paris Ouest

bandeau_ecologie_politique_201314_web

 

Ce séminaire a pour ambition d’offrir un espace de réflexion et de discussion pluridisciplinaire sur les enjeux de la crise écologique. L’appréhension de cette crise exige en effet l’apport de toutes les sciences humaines et sociales – philosophie, histoire, sociologie, économie – comme des ressources fabulatoires de la fiction.

L’objectif sera d’analyser collectivement, voire de participer à l’élaboration de problématisations pouvant donner une prise sur cette crise, notamment en ce qui concerne l’intrication cruciale des enjeux écologiques et sociaux. Par contraste avec l’orientation éthique de la philosophie environnementale traditionnelle, ce séminaire vise à inscrire ces débats au sein de la pensée sociale et politique actuelle, et cherchera à parcourir la zone de contact entre nature et société dans toutes ses dimensions.

La seconde année de ce séminaire poursuivra un état des lieux de cette crise : état des lieux sur le nucléaire, état des lieux des mobilisations politiques à travers le mouvement de la justice environnementale ; mais aussi état des lieux en histoire de l’environnement comme en sociologie animale. Cette volonté de travailler avec des travaux récents ne nous empêchera évidemment pas de faire retour régulièrement sur des problématisations plus anciennes qui nous semblent toujours pertinentes.

L’approche choisie sera donc fortement orientée par des objets, c’est-à-dire par des enquêtes empiriques, des propositions conceptuelles et politiques comme des œuvres de fiction, toutes cherchant, par différents médiums, à répondre de cette situation.

 

La première séance s’ouvrira autour d’une présentation suivie d’une discussion du livre de Jean-Baptiste Fressoz et Christophe Bonneuil (Centre Koyré, CNRS), L’évènement Anthropocène. L’histoire, la terre et nous (Seuil, 2013).

Jean-Baptiste Fressoz est historien de l’environnement, il est notamment l’auteur de L’Apocalypse joyeuse, Seuil, 2012.

Christophe Bonneuil est historien des sciences, auteur de nombreux ouvrages, il vient de publier en co-direction Une autre histoire des “Trentes glorieuses”: Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, La découverte, 2013.

 

 

Dates :
Tous les 3e vendredi du mois, 14h-16h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment D, salle 201b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisateurs :
Emilie Hache
(Université Paris Ouest, Sophiapol)
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER)

 

Programme 2013-2014

18 octobre 2013, 14h-16h
Autour du livre L’événement Anthropocène. L’histoire, la terre et nous (éd. Seuil)
avec Jean-Baptiste Fressoz et Christophe Bonneuil (Centre Koyré, Cnrs)

22 novembre 2013, 14h-16h
Pierre Charbonnier (LIER, CNRS) et Quentin Hardy (Paris 1, Sorbonne) :
Relectures critiques de la philosophie de la technique d’Ellul

20 décembre 2013, 14h-16h
Nastassia Martin (Laboratoire d’Anthropologie sociale, EHESS) :
Protéger, exploiter et animer l’environnement dans le Grand Nord. Les logiques réversibles de l’Alaska

17 janvier 2014, 14h-16h
Giovanna Di Chiro (Holioke College, Massachusetts, sous réserve) :
Ramener l’écologie à la maison. Propositions écoféministes pour préserver les communautés.

21 février 2014, 14h-16h
Bertrand Guest (Université Bordeaux III) :
Politiques littéraires de la nature au XIXe siècle

21 mars 2014, 14h-16h
Alf Hornborg (Lund University) :
Le fétichisme de la machine. Une approche matérialiste des inégalités environnementales globales

25 avril 2014, 14h-16h
Eduardo Viveiros De Castro (Musée national de Rio de Janeiro) :
L’anthropologie à l’épreuve de la crise écologique

30 mai 2014, 14h-16h
Présentation du projet artistique « Tierra del fuego »
avec Camila Marambio (curatrice à la fondation Kadist)

 

Voir aussi :
Chantiers de l’écologie politique, 2012-2013

 

Journée d’études sur l’utopie : “Les lieux du non-lieu 2”, Paris, 19 septembre 2013

Affiche Utopie 4

Cette journée d’études se veut un espace de reconceptualisation de l’utopie comme ouverture aux possibles et recherche d’émancipation. Le réinvestissement de cette notion d’utopie se trouve au carrefour de la philosophie politique et de la littérature, toutes deux tentant de dégager des sens inédits de l’utopie. La science-fiction tout comme les utopies “classiques” nous apparaissent être des domaines d’exploration et d’expérimentation riches pour étudier et extrapoler des problématiques propres à notre époque, et ainsi figurer une nouvelle approche du politique. Nous souhaitons faire dialoguer ses différentes approches – littéraires, philosophiques… – pour éclairer ces “lieux du non-lieux” sous un jour nouveau, pour continuer de tracer les lignes de fuite d’une forme de pensée qu’il nous semble nécessaire de réinvestir aujourd’hui.

 

Date :
Jeudi 19 septembre 2013

Lieu :
Université Paris 7 Diderot
Salle 027, Rez-de-Chaussée de la Halle aux Farines
Esplanade Pierre Vidal-Naquet, 75013 Paris
Plan

Entrée libre

Organisation :
Alice Carabedian, Manuel Cervera-Marzal, Anders Fjeld, Étienne Tassin

 

Présentation

De la fin de l’histoire (Fukuyama) à celle des idéologies (Daniel Bell) en passant par le fameux “There is no alternative” de Margaret Thatcher, le monde contemporain semble se refermer sur lui-même, réduire les possibles au réel et rabattre l’avenir sur la répétition d’un présent unidimensionnel. Toute idée d’altérité se trouve congédiée. Et la longue succession de réformes néolibérales n’y change rien puisqu’il s’agit d’un mode de domination qui, comme l’a relevé Luc Boltanski, consiste à changer pour mieux conserver (le “conservatisme progressiste”, qui a pris la relève du “conservatisme déclaré” d’autrefois). Dans ce contexte, les utopies sont aux mieux inutiles puisqu’impossibles, au pire dangereuses car porteuses de germes totalitaires. Mais lorsqu’il proclame la “mort des utopies”, l’anti-utopisme contemporain ne prend-il pas ses désirs pour la réalité ? Car qui accepte de prendre un minimum de distance à l’égard de l’ordre existant n’est-il pas amené à percevoir la présence de brèches utopiques qui fragilisent le bloc faussement inébranlable du capitalisme mondialisé ? Mais quels sont alors les “foyers de persistance” de l’utopie (Abensour) et comment celle-ci se manifeste-t-elle aujourd’hui ?

Laissons de côté le diagnostique.

L’utopie n’est pas une forme d’ignorance rêveuse qui aurait besoin de ces médecins capables de distinguer la réalité de l’imaginaire et séparer la pesanteur matérielle du monde de la légèreté démocratique des mots. Nous ne nous intéresserons pas à cette conception tragique et ædipienne de l’utopie comme le bon lieu rêvé et irréalisable se retournant forcement en violence ou en cauchemar totalitaire. L’utopie est traversée de tensions, de brèches, de dimensions non-totalisables qui ne prennent vie qu’à travers des expérimentations, des ouvertures fragiles, des modes d’inventivité créant de nouveaux possibles – souvent dans des situations épuisées, mornes, contextes de fatigue et de conservatisme. Elle agence des confusions créatives ou hétérogenèses entre des ailleurs, des futurs, des lointains, des passés, et des “ici et maintenant” : des “ici et maintenant” devenant ainsi étalés, tordus et écartés en tant qu’espace-temps multidimensionnels. C’est que l’utopie fait toujours jouer des excès. Elle se configure à travers des expérimentations littéraires, architecturales, sociales, industrielles, cartographiques, corporelles et politiques. Elle s’insère dans des situations et paysages sociaux et politiques pour agencer des “ici et maintenant” qui ne se laisseront pas réduire aux coordonnés et codifications de l’ordre social, entamant des pratiques qui brisent, fracturent, reconfigurent, projettent, reterritorialisent, construisant des “paysages du possible” dissensuels et inventifs.

“Du possible, sinon j’étouffe”. Quelles communautés peuvent se construire dans ces brèches, dans ces horizons ? Quels sont les dispositifs critiques – théoriques et pratiques, collectifs et individuels – de ces “mondes autres” ? Comment se configurent des temporalités et des spatialités excédant et travaillant nos registres consensuels, nos territoires existentiels quotidiens, nos captures sociales ? Comment penser la force de l’utopie, non pas comme une simple soif de l’impossible ou comme une simple ouverture inconditionnelle en face de l’étatique ou du totalitaire ou comme un “messianisme sans messianisme”, mais comme configurations de pratiques individuelles et collectives, constructions de dispositifs critiques, expérimentations corporelles, agencement de communautés polémiques, réinvestissements industriels et économiques, imaginaires cartographiques et littéraires, comme autant de de- et reterritorialisations configurant des “ici et maintenant” étalés sur les futurs, les passés, les ailleurs, sur autant de lieux et de non-lieux qui soient nécessaires pour ouvrir ces possibles dissensuels, inventifs, et peut-être émancipateurs ?

Cette journée d’études se veut un espace de reconceptualisation de l’utopie comme ouverture aux possibles et recherche d’émancipation. Le réinvestissement de cette notion d’utopie se trouve au carrefour de la philosophie politique et de la littérature, toutes deux tentant de dégager des sens inédits de l’utopie. La science-fiction tout comme les utopies “classiques” nous apparaissent être des domaines d’exploration et d’expérimentation riches pour étudier et extrapoler des problématiques propres à notre époque, et ainsi figurer une nouvelle approche du politique. Nous souhaitons faire dialoguer ses différentes approches – littéraires, philosophiques… – pour éclairer ces “lieux du non-lieux” sous un jour nouveau, pour continuer de tracer les lignes de fuite d’une forme de pensée qu’il nous semble nécessaire de réinvestir aujourd’hui.

 

Programme

8h30-9h00
Accueil et présentation

9h00-10h15
Michèle Riot-Sarcey : L’actualité de l’utopie

10h30-13h00
Patrice Vermeren : L’énigme du XIXe siècle
Bruno Meziane : Ligne de fuite : un concept mal choisi pour plaire ?
Etienne Tassin : Le rêve, le désir et le réel, Marx ou Cabet

13h00-14h30 Pause

14h30-17h00
Ruth Kinna : Practising (for) utopia
Yannick Rumpala : Penser les espérances écologiques avec la science-fiction
Patrick Cingolani : La proclamation de la commune : retour sur Henri Lefebvre

 

Voir :

– L‘annonce sur le site du Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques (CSPRP)
– Le programme de la première journée : http://www.csprp.univ-paris-diderot.fr/lieuxnonlieux/

.

.

.

Journée “Ce que fait l’écologie à la pensée. Refigurer, Redistribuer, Ré-élaborer” : Écologie : des entités non conventionnelles, 15 juin 2013, Paris

 

Face à des processus, des phénomènes, des événements ou des objets irréductiblement « hybrides » dont l’existence se déploie dans des dimensions inséparablement naturelles, culturelles, sociales, économiques, techniques et politiques, les catégories traditionnelles, qui délimitent aussi bien les champs du savoir que les domaines de l’être, sont mises à rude épreuve. L’écologie philosophique naît justement de ce constat.

En quoi les « crises écologiques » que nous vivons sont-elles le résultat d’une crise des formes de pensée qui, en nous maintenant dans de vieilles habitudes, s’avèrent tout à fait inappropriées pour y répondre ?

Ces trois journées d’étude ont pour ambition de porter dans l’espace public les problèmes cruciaux que représentent aujourd’hui les questions écologiques pour la philosophie.

Ce cycle de conférences s’inscrit dans le prolongement du colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie » co-organisé par le CIPh en 2008 et prépare un second colloque abordant ces mêmes questions.

Date :
Samedi 15 juin 2013, 10h – 20h

Lieu :
Amphithéâtre de l’Institut de paléontologie humaine
1 rue René Panhard
75013 Paris
Métro : Saint-Marcel (ligne 5)

Contact
Collège international de philosophie
01 44 41 46 80
collectif@ciph.org

Organisation
Journées d’étude sous la responsabilité d’Émilie Hache (Université Paris Ouest, laboratoire Sophiapol) et Elie Kongs (éditeur, éditions MF), organisées avec le soutien du Collège international de philosopie (CIPh), le Muséum national d’Histoire naturelle, les Éditions Dehors et le laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest).

 

Présentation de la 3e journée : Écologie : des entités non conventionnelles

L’approche philosophique de l’écologie conduit à une réévaluation des catégories fondamentales selon lesquelles nous pensons et percevons le même et l’autre, le possible et l’impossible, le juste et l’injuste, le vivant et le mort… En ouvrant le questionnement écologique à des objets qui ne lui sont pas ordinairement attribués, cette journée contribuera à montrer que la philosophie liée à l’écologie ne se limite pas une philosophie morale appliquée à un objet que serait la nature, mais requière une orientation dans la pensée qui suppose une orientation de la philosophie elle-même.

Cette troisième journée est organisée dans le cadre des 30 ans du Collège International de Philosophie.

Programme

10h00 – Vinciane Despret
« L’écologie pratique des morts »
Philosophe, auteure de plusieurs ouvrages importants sur la question animale, elle travaille aujourd’hui les relations possibles avec des êtres caractérisés par de tout autres modes de présence et d’existence que sont les personnes décédées.

11h00 – Isabelle Stengers
« L’intrusion de Gaïa et/ou les droits de Pachamama : exercices diplomatiques »
Philosophe, auteure de nombreux livres sur l’histoire et la philosophie des sciences, ses recherches l’ont conduites à s’intéresser à la magie et sorcellerie. Elle développe aujourd’hui une approche renouvelée du concept de Gaïa. Elle a reçu le grand prix de philosophie de l’Académie française en 1993.

14h00 – Brian Massumi
« Ce que les bêtes nous apprennent de la politique »
Philosophe, ses recherches portent notamment sur les problèmes de la perception, des affects et sur la notion de virtuel. Il est également connu pour ses travaux de traductions notamment de Deleuze et Guattari en anglais.

15h00 – Tobie Nathan
« Pour une écologie résolue des invisibles non-humains et son application en un parlement des dieux »
Ethnopsychiatre, concerné par les liens entre psychopathologie, pratiques cliniques et environnement social, il a créé la première consultation d’ethnopsychiatrie en France. Ces travaux récents l’ont conduits à écrire « une nouvelles interprétation des rêves ».

16h00 – Projection du film Le village des damnés de Rolf Willa, présenté par Tobie Nathan.

18h00 – (sous réserve) Projection du film Anata E de Kiomi Yamashita présenté par Vinciane Despret.

 

Voir aussi :
Présentation de la 1ère journée Fictions/Figurations, 13 avril 2013
Présentation de la 2e journée Écologie et inégalités sociales, 25 mai 2013

 

 

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique”, 8e séance : Sébastien Mouret/Catherine Rémy, 17 mai 2013, Université Paris Ouest

La dernière séance du séminaire 2012-2013 “Chantiers de l’écologie politique” accueillera Sébastien Mouret pour son livre Élever et tuer des animaux (PUF). Catherine Rémy sera discutante.

Sébastien Mouret est sociologue, spécialiste des relations entre êtres humains et animaux.

Catherine Rémy est sociologue, chargée de recherche CNRS au CSI. Elle a notamment publié La fin des bêtes – une ethnographie de la mise à mort des animaux (éditions Economica, 2009).

 

Date :
Vendredi 17 mai 2013, de 14h à 16h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, salle 201 b
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Présentation de Élever et tuer des animaux (PUF, 2012)

En finir avec la mort donnée aux animaux ? Tel est le dessein des mouvements de défense de la cause animale : mettre fin à la violence sur les animaux d’élevage industriel et instaurer avec eux un véritable rapport moral, sur fond de libération et d’éthique animales. Fini la viande et fini l’élevage. Ce végétarisme éthique, fondé sur la reconnaissance d’une commune égalité de valeur et de droit des humains et des animaux, serait au fondement même d’une nouvelle « civilisation » purgée de sa gangrène : le spécisme.
Contre ce mouvement de rationalisation morale du comportement des hommes à l’égard des animaux d’élevage et contre les systèmes industriels qui se réduisent à la production et à la sélection, par la destruction des plus faibles, des bêtes à forte valeur marchande, les éleveurs et les salariés nous invitent à penser autrement la question de la mort que nous leur donnons pour nous nourrir, et donc pour vivre. Il s’agit pour nous, comme pour eux, de renouer avec la mort et non d’en finir avec elle, par l’établissement d’un vivre-ensemble au travail fondé sur l’amour avec la mort, le bien avec le mal, et non sur leur dissociation.

 Table des matières sur le site de l’éditeur

 

Séminaire “Chantiers de l’écologie politique”, 7e séance : Fabrice Flipo et Christophe Bonneuil, 19 avril 2013, Université Paris Ouest

La 7e séance du séminaire “Chantiers de l’écologie politique” accueillera Fabrice Flipo (Institut Télécom) qui fera une intervention intitulée : “Donner un prix à la nature – quelques clarifications conceptuelles”. Il aura pour répondant Christophe Bonneuil (CNRS, centre Koyré).

Philosophe des sciences et techniques, Fabrice Flipo est Maître de conférence à l’Institut Télécom.
Plusieurs de ses articles sur la crise écologique sont téléchargeables sur son site.

Christophe Bonneuil, historien des sciences, est chargé de recherche au CNRS (centre Koyré).

Lectures préparatoires à la séance :
Fabrice Flipo, “Donner un prix à la nature – quelques clarifications conceptuelles

 

Date :
Vendredi 19 avril 2013, de 14h à 16h

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment D, Salle 201 d.
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Présentation du séminaire

Ce séminaire a pour ambition d’offrir un espace de réflexion et de discussion pluridisciplinaire sur les enjeux de la crise écologique. L’appréhension de cette crise exige en effet l’apport de toutes les sciences humaines et sociales – philosophie, histoire, sociologie, économie – comme des ressources fabulatoires de la fiction.

L’objectif sera d’analyser collectivement, voire de participer à l’élaboration de problématisations pouvant donner une prise sur cette crise, notamment en ce qui concerne l’intrication cruciale des enjeux écologiques et sociaux. Par contraste avec l’orientation éthique de la philosophie environnementale traditionnelle, ce séminaire vise à inscrire ces débats au sein de la pensée sociale et politique actuelle, et cherchera à parcourir la zone de contact entre nature et société dans toutes ses dimensions.

La première année de ce séminaire s’ouvrira sur un état des lieux de cette crise : état des lieux sur le nucléaire, état des lieux des mobilisations politiques à travers le mouvement de la justice environnementale ; mais aussi état des lieux en histoire de l’environnement comme en sociologie animale. Cette volonté de travailler avec des travaux récents ne nous empêchera évidemment pas de faire retour régulièrement sur des problématisations plus anciennes qui nous semblent toujours pertinentes.

L’approche choisie sera donc fortement orientée par des objets, c’est-à-dire par des enquêtes empiriques, des propositions conceptuelles et politiques comme des œuvres de fiction, toutes cherchant, par différents médiums, à répondre de cette situation.

Organisateurs : 
Emilie Hache
 (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER)

 

Calendrier

19 octobre 2012, 14h-16h
Autour du livre dirigé par É. Hache (Éd. Amsterdam), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux
Séance animée par Emilie Hache (Université Paris Ouest)
Discutant : Fabrice Flipo
Présentation détaillée

16 novembre, 14h-16h (salle E108)
Autour du livre de F. Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Éd. Lignes
Séance animée par Nicolas Prignot (Université Libre de Bruxelles, GECo)
Discutant : Tanguy Le Cannu
Présentation détaillée

21 décembre, 14h-16h
Mathieu Potte-Bonneville (ENS Lyon, sous réserve) et Isabelle Stengers (ULB, GECo) : Fabuler notre avenir. Science fiction et écologie
Présentation détaillée

18 janvier 2013, 14h-16h
Michael Löwy (EHESS/CEIFR) : Utopie et crise. De Bloch à l’écosocialisme
Discutante : Émilie Hache
Présentation détaillée

15 février, 14h-16h
Fabien Locher (EHESS) : Écrire l’histoire environnementale. Récits et politique
Discutant : Pierre Charbonnier
Présentation détaillée

15 mars, 14h-16h
Pierre Charbonnier (CNRS/LIER) et  Yannick Barthe (CNRS/CSI) : La fin du nucléaire ?

19 avril, 14h-16h
Fabrice Flipo (Télécom Ecole de Management/ETOS) et Christophe Bonneuil (CNRS/Centre A. Koyré) : Donner un prix à la nature

17 mai, 14h-16h
Autour du livre de S. Mouret, Élever et tuer des animaux (Éd. PUF Le monde), avec l’auteur
Discutante : Catherine Rémy (CNRS/LIER)

 

Télécharger l’affiche

Appel à communications : colloque “Penser l’écologie politique : sciences sociales et interdisciplinarité”, 13 et 14 janvier 2014, Paris 7

Partenaires colloque Ecologie Politique

 

Ce colloque part du constat d’une difficulté : de quoi parle-t-on lorsqu’on parle d’« écologie politique » ? Parle-t-on   de   développement   durable ?   D’après-développement,   de   buen   vivir,   d’écosocialisme,   de décroissance, d’écosophie etc. ? Comment écologie et politique, politique et écologie s’articulent-elles dans cette expression à la signification des plus plastiques ? Quelle place prennent les travaux en sciences sociales tant dans les recherches en environnement que dans la discussion engagée dans le champ de l’écologie politique ?  Le  mouvement  écologiste  distingue,  de  son  côté,  depuis  les  origines,  « l’écologisme »  de « l’environnementalisme », au motif que le premier cherche à modifier les causes profondes de la dégradation de la nature et plus largement du monde vécu, tandis que le second s’en tient à la protection de la nature. Ces enjeux n’ont jamais été plus actuels, les écologistes obtiennent des scores parfois élevés aux élections (autour de 20 % tous partis confondus aux Européennes de 2009), et les questions écologiques font l’objet de tensions internationales croissantes (sommet Rio+20). Académiquement parlant, en dépit de cette dimension politique et sociétale évidente, le champ a surtout été occupé par les sciences dites « dures » (écologie, ingénierie, etc.). A l’heure où les sciences humaines et sociales en France investissent toujours plus ces questions, mais de manière inégale, il apparaît nécessaire de faire le point pour cerner les enjeux, les problèmes et les défis à relever.  Dans  une  bibliothèque,  l’étagère  la  plus  fournie,  en  matière  d’écologie  politique,  se  nomme « développement durable ». L’économie est la discipline la plus représentée, mais on y trouve également la géographie,  la  sociologie,  le  droit,  la  philosophie,  l’anthropologie  et  l’histoire.  Certes,  la  thématique écologique s’est construite comme une critique de la société industrielle et de ses aspects productivistes et de consommation, que la poursuite de la croissance symbolise. Mais comment aller plus loin ? La critique du capitalisme est-elle suffisante ?

Il  est  admis  que  différentes conceptions de  la  nature  se  partagent l’histoire  :  prémoderne,  moderne et « écologique ». A l’observation chez les Grecs aurait succédé l’expérimentation chez les Modernes, et le respect serait à venir. Or le statut de la troisième conception fait problème, dans la série. L’analyse politique tient  en  effet  pour  acquis  que  le  passage  du  prémoderne  (ou  « antique »)  au  moderne  implique  des changements massifs : émergence de l’État, de l’économie de marché, du développement technologique, passage de la « liberté des Anciens » à la « liberté des Modernes », d’Aristote au constructivisme social, etc. Entre le prémoderne et le moderne, l’écart est souvent considéré comme étant celui de l’émergence de la science et de la technique elles-mêmes. Si l’écart entre la deuxième et la troisième conception devait être de la même magnitude, reste à savoir dans quel sens il faut s’engager pour opérer la conversion souhaitée de l’expérimentation au respect. On accuse fréquemment les écologistes de vouloir « revenir à l’âge de pierre » (ou de la lampe à pétrole). La protection de la nature n’est-elle pas plutôt un « souci moderne », qui ne se fait jour  que  lorsque  l’agir  humain  atteint  une  certaine  magnitude ?  La  question  taraude  les  études  sur l’écologisme, sans trouver de réponse claire.

Si, pendant des années, voire des décennies, il y a eu si peu de travaux et qu’ils ont été si peu lus, c’est parce que les auteurs qui se sont engagés à l’époque dans cette voie ont été marginalisés au motif que, pour s’intéresser à l’écologie, il fallait être écologiste, c’est-à-dire « croire » aux dangers dont les « écologistes » de l’époque disaient qu’ils menaçaient, « croire » aux « prédictions » de ces Cassandre. Nous sommes loin aujourd’hui de cette marginalisation. On n’a jamais autant parlé d’écologie (ou d’environnement) en France et dans le monde. Les voix les plus soucieuses de correction et les moins soupçonnables de vouloir changer quoi que ce soit à l’ordre établi ont même rejoint le chœur des marginaux d’hier et ne sont pas les moins radicaux. Les rapports, articles, livres, émissions, films « écologistes » sont aujourd’hui nombreux et accessibles, mais qu’en  est-il  de  la  place  de  l’«  écologie  politique »  en  tant  que  paradigme  dans  le  champ  des  études académiques ? La communauté savante serait-elle aussi neutre qu’elle le prétend ? Ou au contraire a-t-elle tendance à s’aligner sur les positions de la diplomatie française, à l’échelle internationale, qui est celle d’un pays riche ?

Si elle circule bien mieux qu’avant dans la société, la littérature écologiste reste méconnue de la très grande majorité des universitaires qui la jugent a priori bigarrée et « nébuleuse ». Les auteurs « écologistes » ne sont pas nécessairement passés par l’université et, s’il arrive qu’ils soient universitaires, ils écrivent sur l’écologie en  marge  de  leur  domaine principal  de  recherche.  Mobiliser  la  communauté universitaire des  sciences humaines et sociales autour des enjeux de l’écologie politique, c’est certes travailler à lui faire comprendre la pertinence intellectuelle et politique de ce paradigme mais aussi travailler à réconcilier les universitaires avec les « intellectuels organiques » issus du mouvement écologiste, intellectuels qu’ils ne connaissent pas mais qui, eux, se sont formés en lisant parfois les mêmes auteurs que certains universitaires…

L’objectif de ce colloque sera donc d’examiner pourquoi les sciences humaines et sociales ont-elles tant de mal à intégrer la question écologique, comment l’écologie politique en tant que paradigme pourrait- elle  être  pensée ?  En  quoi  consiste-t-elle?  Ces  difficultés  sont-elles  les  mêmes  dans  toutes  les disciplines ? Comment les expliquer ? Comment les surmonter ?

Parmi les thèmes qui seraient à aborder (non exhaustif) :

  • questions épistémologiques liées à l’intégration de « la nature » en sciences humaines et sociales : le risque d’introduire du  déterminisme (« biologisme » etc.), le rapport aux sciences dites « de la nature » (lesquelles etc.), et plus généralement aux savoirs et savoir-faire (techniques, technologies) mis en œuvre par une société dans son rapport au milieu ;
  • difficulté de  « faire science »  (même « humaine et sociale »)  à  propos  d’un  objet qui  entremêle science, politique, engagement citoyen… Comment constituer un champ ? Quel est le corpus (livres, tracts, documents etc.) ? Est-ce souhaitable ? Est-ce possible? Doit-il être interdisciplinaire ? Mais alors est-ce encore un champ ?
  • liens entre sciences humaines et sociales et intellectuels organiques du mouvement écologiste ;
  • la communauté des sciences humaines et sociales intègre-t-elle mieux l’écologie politique en tant que paradigme dans d’autres pays qu’elle ne le fait en France ?
  • de quel secours les SHS sont-elles capables, au regard du défi posé à la société et plus largement au monde dont elles émanent ? Quelles sont les perspectives politiques de l’écologie politique ? Quelles sont les spécificités de ce champ politique, par rapport à d’autres, déjà balisés ? Est-elle porteuse seulement de politique, ou plus généralement d’un «grand récit», susceptible de prendre le relais de ceux qui se sont épuisés ? Ou est-ce autre chose encore ?

Ce colloque fait le pari de la pluridisciplinarité (problématisation de l’écologie politique à partir de différents cadres disciplinaires) et de l’interdisciplinarité (travail sur les cadres disciplinaires, dans ce qu’ils peuvent avoir d’aveuglant). Le postulat est que les difficultés rencontrées dans chaque discipline, pour saisir l’écologie politique,   s’éclaireront   mieux   par   le   concours   des   autres.   Pour   éviter   toutefois   que   l’éclairage multidisciplinaire et interdisciplinaire de l’écologie politique ne vire à l’éclectisme, il sera demandé que les contributions interrogent autant l’objet étudié que les difficultés rencontrées dans leur discipline pour le cadrer, ce qui suppose de rendre visibles les fondements d’une discipline pour les autres contributeurs, permettant ainsi au dialogue de s’instaurer. Il n’y a pas de dialogue possible entre deux secteurs trop spécialisés de la recherche, car les présupposés d’un secteur sont si nombreux qu’aucun autre ne peut pleinement les maîtriser. C’est aux spécialistes de remonter en généralité, et situer leur position au sein de courants théoriques plus vastes, qui seuls peuvent être confrontés les uns aux autres. Chaque intervenant sera donc invité, à partir de son objet de réflexion et de son positionnement, à penser la place présente et à venir de sa discipline au sein d’une réflexion globale sur l’écologisme.

Modalités de propositions des communications
Les propositions de communication feront 3000 signes maximum, elles mentionneront adresse, discipline principale et affiliation et sont à envoyer avant le 31 mai 2013 à : fabrice.flipo@telecom-em.eu
Tous les détails seront peu à peu accessibles à cette adresse:  http://events.it-sudparis.eu/ecologiepolitique

Organisateurs
Université Paris 7, CSPRP ;  Université Paris Ouest, Sophiapol ; Sciences Po Lille, CERAPS ; LADYSS ; Université de Pau, SET ; TEM-Institut Mines-Télécom

Revues partenaires
Écologie & Politique, Revue du Mauss, Mouvements, Nature Sciences Sociétés

 

Dates
Date limite de retour des propositions : 31 mai 2013
Date du colloque : 13 et 14 janvier 2014

Lieu
Université Paris 7, site des Grands Moulins