Archives par mot-clé : école alternative

Conférence d’Erik Olin Wright, « Défier (et peut-être transcender) le capitalisme à travers les “utopies réelles” », 9 janvier 2015, 10h, LabTop-Cresppa, Paris 17e.

EOW-ImageTandis que le capitalisme est devenu plus destructeur des vies de chacun-e et de la santé de l’environnement, il apparaît à la plupart des gens comme une force de la nature inaltérable. Les espérances social-démocrates de dompter le capitalisme en neutralisant ses effets néfastes grâce à des régulations étatiques décisives ont été sapées par la mondialisation et la financiarisation du capital. Les ambitions révolutionnaires de destruction du capitalisme à travers une prise et une rupture du pouvoir d’Etat, une dissolution coercitive des institutions capitalistes et leur remplacement par une alternative émancipatrice manquent quant à elles de crédibilité. Est-ce que ce sont là les seules logiques de transformation ? Il pourrait bien y avoir une voie différente qui pointe au-delà du capitalisme : éroder ce dernier en construisant des alternatives émancipatrices dans les espaces et les fissures des économies capitalistes elles-mêmes et lutter pour défendre et étendre ces espaces.

Présentation du Professeur Erik Olin Wright (Univ. of Wisconsin, Madison) :
Vilas Distinguished Professor of Sociology
Past-President, American Sociological Association

Date et lieu :
Vendredi 9 janvier 2015 de 10h à 12h30
LabTop-Cresppa,
Salle 159
59/61 rue Pouchet
Paris 17ème

Contact et organisation :
Vincent Farnéa 

Plus d’informations sur le site du LabTop. 

 




Soutenance de thèse: “Parcours scolaire et trajectoires non conformes, quelle part pour l’effet-établissement?”, par Muriel Epstein, le 22 septembre 2011

 

Muriel Epstien soutiendra jeudi 22 septembre 2011 sa thèse de doctorat en sociologie intitulée “Parcours scolaire et trajectoires non conformes, quelle part pour l’effet-établissement ? Une étude de parcours jeunes de 16 à 25 ans dans des établissements traditionnels et alternatifs.”, sous la direction de M. Philippe Combessie.

 

Date :
jeudi 22 septembre 2011, à partir de 10h30

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
200 avenue de la République
Bâtiment B, salle B016
92000 Nanterre

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Jury:

Stéphane BEAUD  (Professeur des Universités, ENS Paris)
Philippe COMBESSIE (Directeur de thèse, Professeur des Universités, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Maryse ESTERLE-HEDIBEL (Maître de conférences, Université d’Artois)
Marie-Anne HUGON (Professeur des Universités, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Gérard MAUGER (Directeur de Recherche, CNRS Paris))
Pierre MERLE (Professeur des Universités, Université Bretagne Sud)

Résumé:

Cette thèse résulte du suivi, pendant deux ans, de jeunes de 16 à 25 ans, scolarisés lors du premier entretien dans des établissements «traditionnels» ou «alternatifs». La première partie présente des parcours scolaires et s’attarde sur le lien entre parcours scolaire non conforme et délinquance. Au moyen d’un suivi longitudinal qualitatif des « décrocheurs » en temps réel, la recherche s’intéresse particulièrement aux « invisibles », ceux qui décrochent sans faire de bruit et n’inquiètent personne, parfois à juste titre car ils ont des projets hors l’école. Afin de dissocier décrochage et délinquance, des parcours de jeunes délinquants qui n’ont pas décroché de leur établissement scolaire, et inversement des parcours de décrocheurs non délinquants, sont analysés.
Une seconde partie présente le contrôle social et la production des normes selon les établissements. L’étude vise à mettre en évidence ce qui, dans l’encadrement, les règlements intérieurs, les sanctions, l’organisation de la discipline et la surveillance
distingue les écoles les unes des autres et conclut sur le fait que, si un établissement construit ses normes, ces dernières sont aussi la production des élèves qui le composent. Ces normes influencent les trajectoires des élèves. La recherche montre également que les ségrégations internes produites par les établissements ont plus d’effets sur les élèves que les ségrégations externes, subies par les établissements.
La conclusion remet en perspective ces résultats à l’aune des évolutions politiques et démographiques actuelles : l’effet-établissement est appelé à être plus influent à l’avenir, avec la poursuite des politiques d’autonomisation des lycées.