Étiqueté : culture

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef : Bruno Péquignot, 19 octobre, Paris Nanterre

Depuis une quinzaine d’années l’expression nouvelle « industries créatives » et ses dérivés (« ville créative », « classe créative »…) cherche à englober les industries culturelles dans un ensemble plus vaste, dont elles ne seraient qu’un élément parmi d’autres. On s’interrogera sur les enjeux de ce changement qui n’est sans doute pas que sémantique.

Nouvelle parution : La concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, par Julien Bernard

Devenue une science à part entière incontournable dans les pays anglo-saxons, la “sociologie des émotions” est aujourd’hui un enjeu de premier plan pour les sciences sociales. Nos systèmes de communications ont évolué au point de devenir centraux dans la vie de chacun et nous sommes désormais inscrits dans une “société émotionnelle” pour une longue durée où désormais les sentiments devenus valeurs marchandes se font concurrence bien au-delà de nos personnes.

Revue Sciences Humaines : « On ne naît pas fan, on le devient », par Gabriel Segré

On ne devient pas fan du jour au lendemain. Pourtant nombreux sont ceux qui évoquent à la fois un « coup de foudre », un « choc », une « révélation », un « flash », ou une césure, une renaissance, comme s’il y avait un avant et un après la découverte de l’objet. Attribuée au hasard, la rencontre est souvent présentée comme un moment fondamental et fondateur d’une nouvelle existence.

Colloque international “Espaces et moments autres. Hétérotopies : concepts, terrains et usages”, 18-20 juin 2015, Paris Ouest

Depuis les années 1960, de nouvelles réflexions sur l’espace ont permis d’interroger l’hétérogénéité de ce que Michel Foucault dénomme « l’espace du dedans » structuré par ce que l’on pourrait qualifier de normes légitimes. Le colloque Espaces et moments autres. Hétérotopies : concepts, terrains et usages, point d’orgue du séminaire Politiques de Foucault développé à l’Université Paris Ouest depuis deux ans, invite à alimenter l’analyse des espaces « du dehors », lieux qui ont la propriété, nous dit-il, de refléter, contester ou inverser ces normes légitimes.