Archives par mot-clé : concepts

Séminaire “Usages et Généalogies des concepts”, 2ème séance, 14 novembre 2012, Université Paris Ouest

 

La seconde séance du séminaire “Usages et généalogies des concepts” accueillera Stéphane Dufoix (Université Paris Ouest Nanterre, Sophiapol). Il donnera une conférence intitulé “Qu’est-ce que la socio-sémantique historique ? Un éclairage à partir de ”diapora”. Continuer la lecture de Séminaire “Usages et Généalogies des concepts”, 2ème séance, 14 novembre 2012, Université Paris Ouest

Séminaire “Usages et Généalogies des concepts”, Introduction, 31 octobre 2012, Paris Ouest

 

 Les recherches en histoire intellectuelle développées dans le monde anglosaxon et germanique, sous la direction de R. Koselleck, J. Pocock ou Q. Skinner, ont montré que les concepts pouvaient être considérés comme objet d’étude. Cet intérêt quant à l’ancrage historique et social des concepts est devenu – encore timidement en France – un champ à part entière. Ainsi, l’étude des concepts, que ce soit dans une logique diachronique ou synchronique, permet une ré-historicisation des catégories de pensée en lien avec la sociologie des circulations internationales des idées. C’est pourquoi, l’objectif de ce séminaire est de mettre en pratique cette volonté multiple à la fois épistémologique, historique et sociologique.

Nous proposons ainsi trois grands ensembles. Dans un premier temps, nous nous intéresserons aux questions méthodologiques de l’analyse des discours et de l’histoire des concepts. Nous interrogerons alors la méthode permettant d’appréhender un concept en tant qu’objet de recherche, de l’historiciser ou encore de définir les cadres de son déploiement. Dans un deuxième temps, nous nous pencherons sur le problème de la traduction. En effet, le passage d’une langue de référence à une autre, ou plutôt d’un univers à un autre, influe sur le sens produit. Le concept serait donc attacher à une  «traduction culturelle» que nous explorerons dans un dernier temps. Ici, les voyages conceptuels ne s’établissent plus seulement à travers les langues ou les pays, mais selon leurs circulations et réceptions au sein de différents espaces sociaux. Ainsi, que ce soit via des usages à la fois anciens ou contemporains, des approches méthodologiques différentes ou encore par la circulation des notions, ce séminaire doit nous permettre de révéler la pertinence de l’analyse des concepts et la manière dont elle éclaire et accompagne les phénomènes sociaux.

La première séance sera une présentation du séminaire et de ses enjeux par les organisateurs : Axel Barenboim, Anne-Claire Collier et Marie-Claire Willems.

Programme des séances

Date :
Mercredi 31 octobre 2012

Lieu :
Université Paris Ouest La Défense
Bâtiement D, salle 201 B
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisateurs : 
Axel Barenboim, Anne-Claire Collier, Marie-Claire Willems (Université Paris Ouest, Sophiapol)

 

Appel à contribution : “Apparitions et disparitions d’objets, de concepts et de problèmes : pour une histoire événementielle des sciences sociales”, Univ. de Franche-Comté

Le laboratoire Logiques de l’Agir de l’Université de Franche-Comté organise une journée d’études destinée aux doctorants et jeunes chercheurs en philosophie et en sciences sociales intitulée : « Apparitions et disparitions d’objets, de concepts et de problèmes. Pour une histoire événementielle des sciences sociales ».

Cette journée se déroulera le mercredi 14 décembre 2011 à l’Université de Franche-Comté.

Date limite de soumission : Octobre 2011.

/
Argumentaire :

Depuis près d’un demi-siècle, l’histoire des sciences s’est affranchie du schéma d’un progrès linéaire qui mènerait les hommes de science de découverte en découverte. Au moment de leur introduction dans le discours scientifique, les concepts de paradigme et de révolution scientifique, mais aussi d’épistémè et de dispositif, ont témoigné d’une attention nouvelle portée aux ruptures qui affectent l’histoire des savoirs. Au-delà du débat sur la place respective de la continuité et de la discontinuité, l’intérêt de travaux comme ceux de Canguilhem ou de Foucault, est d’avoir attiré l’attention sur la dimension proprement événementielle de l’histoire du savoir : leur construction ne doit pas être décrite comme une marche plus ou moins rapide vers la vérité, mais comme une série d’apparitions de pratiques, de problèmes ou de concepts dont il faut à chaque fois décrire le contexte théorique, social et politique. Aujourd’hui, l’épistémologie historique de Lorraine Daston ou encore l’ontologie historique de Ian Hacking prolongent ces interrogations : quel impact ces événements scientifiques ont-ils sur le monde que nous habitons ? Dans quelle mesure leur mode d’appréhension et de conceptualisation affecte-t-il les objets eux-mêmes ? Comment les normes du savoir scientifique elles-mêmes (par exemple l’«objectivité») ont-elles été élaborées ?

L’épistémologie historique n’est pas la seule à poser ces questions : depuis plusieurs années, on assiste peut-être à une certaine convergence entre cette tradition et la sociologie des sciences latourienne. L’un des enjeux majeurs de ces deux approches consiste à trouver un moyen d’échapper à l’opposition du réalisme et du constructivisme : en s’appuyant sur A. N. Whitehead, Bruno Latour propose ainsi « une sorte de réalisme qui offrirait aux agents du monde un rôle plus intéressant que celui d’un objet passif », c’est-à-dire en leur accordant une histoire, en faisant d’eux des véritables récepteurs de ce qui leur arrive (ainsi Pasteur non seulement découvre la levure, mais il arrive aussi à la levure d’être découverte et d’être ce qu’elle n’a jusque là jamais été – elle a changé).

A côté des « apparitions » (des objets, des classifications, des objets et des pratiques épistémiques, ou encore des problèmes) qui sont désormais au cœur de nombreux travaux, nous souhaitons attirer l’attention dans cette journée sur un phénomène tout aussi important, mais peut-être moins bien décrit, de « disparitions ». Que nous apprend sur le régime épistémologique de l’anthropologie ou de la psychanalyse le fait que des concepts comme celui de totémisme ou d’hystérie soient tout à coup abandonnés ? Comment se construit l’accord pour définir un problème ou un concept comme «dépassé»? Les problèmes disparaissent-ils parce qu’ils ont été résolus, ou au contraire parce qu’on découvre qu’ils étaient mal posés ? Ou bien faut-il sortir de cette alternative pour reconnaître qu’un savoir peut abandonner purement et simplement une partie des « énigmes » qu’il s’était donné pour tâche de résoudre ? Ces questions revêtent une importance particulière pour des disciplines dans lesquelles les grandes ruptures et les révolutions scientifiques sont difficiles à repérer, comme c’est le cas pour les sciences sociales.

Références bibliographiques :

  • Daston L. (dir.), Biographies of scientific objects, Chicago, Univ. of Chicago Press, 2000
  • Daston L. et Galison, P., Objectivity. New York, Zone Books, 2007
  • Foucault M., L’histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972 Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966
  • Hacking I., Historical Ontology, Cambridge, Harvard Univ. Press, 2002
  • Hacking I., Entre science et réalité : La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2008.
  • Latour B., L’espoir de Pandore, Paris, La Découverte, 2001
  • Lévi-Strauss C., Le totémisme aujourd’hui, Paris, PUF, 1962.

;
Modalités de soumission :

Les soumissions doivent parvenir aux organisateurs avant le 31 octobre 2011.
Elles doivent être sous la forme d’une rapide présentation des enjeux théoriques et du cadre analytique employé (2 pages avec indications bibliographiques).
Les communications sont de 20mn.
;

Contacts :
Pierre Charbonnier
Jan Marsalek
Gildas Salmon
.

Appel à contribution en format PDF

.

.