Archives par mot-clé : capitalisme

Soutenance de thèse. Jean-François Albin, “Crise et impérialisme. Histoire et actualité des approches marxistes”

Jury :

-Nestor Capdevila, Université Paris Nanterre
-Pauline Clochec, Université de Picardie Jules Verne
-Jean-Numa Ducange, Université de Rouen Normandie
-Franck Fischbach, Université Paris I Panthéon Sorbonne
-Daniel Gaido, Université de Córdoba, Argentine
-Stéphane Haber, Université Paris Nanterre, Directeur de la thèse

La soutenance aura le 29 février à 14 heures, Bâtiment Pierre Grappin, salle B 015.

 

Résumé : Partant notamment des analyses de Marx relatives aux contradictions du procès
d’extraction, de réalisation et d’accumulation de la valeur, des tendances inhérentes à la crise comme matérialisation cyclique de l’inégal développement du mode de production capitaliste, sous la triple forme de la sous-consommation, de la disproportion et de la baisse tendancielle du taux de profit, nous chercherons à retracer de manière critique l’émergence et l’affirmation des premières théories marxistes de l’impérialisme sur la période de la Deuxième Internationale. Cette présentation nous conduira à examiner l’ensemble des médiations historiques et théoriques qui articulent la conceptualisation de l’impérialisme aux notions d’accumulation capitaliste, de crise, de rapports entre Etats, de monopole, de capital financier et de guerre. Nous chercherons à considérer dans quelle mesure ces théories dépassent la conjoncture historique particulière à laquelle elles se rattachent et seraient en mesure de fonder une théorie matérialiste des relations internationales.

 

 

Séminaire du GENA (Groupe d’Etudes du Néolibéralisme et des Alternatives)

 
La prochaine séance aura lieu le mercredi 24 janvier de 14H à 16H au CNAM dans la salle 30.1.16. (entrée 2 rue Conté). Ci joint le plan du CNAM : https://cedric.cnam.fr/~courtiep/planCnam/plan_Cnam_3e_arrondissement.html
 
Pierre Sauvêtre (Université Paris Nanterre, Sophiapol) interviendra sur ” Karl Marx dans la lutte des mondes : décolonisation, mode de production écologique et communalisme planétaire
 
Sixtine Van Outryve (Université catholique de Louvain) discutera son intervention.
 
 
 
Meeting ID: 345 225 002 433 

Passcode: EENcf6 

Séminaire du GENA, 29 décembre 2023

.
Le prochain séminaire du GENA (Groupe d’études sur le néolibéralisme et les alternatives) accueillera Cesar Castillo-Garcia (The New School for Social Research) pour une intervention intitulée : “Waves of Neoliberalism : Revisiting the Authoritarian Patterns of Neoliberalism in South America” Continuer la lecture de Séminaire du GENA, 29 décembre 2023

Publication : Abolir l’exploitation

Sait-on seulement ce qu’est l’exploitation ? La réponse n’a rien de trivial. Pour certains, l’exploitation est une chimère ; pour d’autres, elle relève de l’évidence. Même si le terme est encore utilisé pour dénoncer des situations d’injustice et de domination, il a presque disparu des débats politiques, sociologiques et philosophiques. Aux premières heures du mouvement ouvrier, l’exigence d’abolir l’exploitation constituait pourtant l’un des traits singuliers du socialisme avant d’être reformulée et élargie par des féministes.
L’exploitation reste une expérience commune ; son concept peut, doit redevenir un outil puissant d’analyse et de combat. Peut-on s’en priver pour saisir le lien puissant entre la détérioration des conditions de travail et l’explosion des inégalités salariales qui caractérisent notre époque ? Pour penser ensemble travail domestique et travail salarié, dominations de classe, de race et de genre ? Allons plus loin : sans lui, il n’y a pas de gauche qui tienne, pas de rencontre solide entre des traditions émancipatrices différentes. Mais pour saisir la dimension décisive d’une nouvelle critique de l’exploitation, encore faut-il en explorer les significations accumulées au fil des deux derniers siècles, redéfinir ses contours à cette lumière, les ajuster à la situation du capitalisme contemporain. Exploiter, ce n’est pas seulement dominer ou assujettir. Précisée et dépliée, la notion retrouve netteté, vigueur et, espérons-le, centralité.

Emmanuel Renault, professeur à l’Université Paris Nanterre, est membre du Laboratoire Sophiapol.