Étiqueté : anthropologie

Journée d’étude, « Corps, genre et pluripartenariat. Coulisses d’enquêtes », 7 novembre 2017, Toulouse

L’objectif de cette journée d’études est de discuter des méthodes d’enquêtes mises en œuvre pour analyser des formes de « pluripartenariat simultané ». Les analyses « au ras du sol » dans ce domaine sont rares car elles requièrent une réflexion épistémologique et déontologique ainsi
que des dispositifs de production des données spécifiques.

Appel à propositions d’articles : « Dettes de sexe ? Penser les échanges intimes », Journal des anthropologues, automne 2017

Penser les échanges intimes invite à revisiter les questions classiques en sciences sociales du don et de la dette, à la fois à l’échelle interpersonnelle et à celle des groupes d’appartenance. La problématique de ce numéro doit ainsi être entendue en un sens proprement anthropologique : comment les échanges intimes s’inscrivent-ils dans un système de mise en dépendances généralisées – ou, pour le dire autrement, un système de mise en dettes réciproques – qui les dépasse ?

Colloque international : « L’attachement aux cyber-choses », 15-16 juin 2017, Nanterre

Ce colloque se propose d’étudier les enjeux et les modalités de l’attachement aux substituts affectifs numériques, c’est-à-dire de comprendre comment, en amont – au niveau des concepteurs – et en aval – au niveau des utilisateurs – les humains fabriquent du lien affectif avec des entités issues des Technologies de l’Information et de la Communication. Qu’il s’agisse de petit copain pour écran tactile, de personnage « à aimer » (dating sim), d’épouse holographique ou de chatbot sexualisé, ces entités feront l’objet d’analyses portant sur la façon dont elles sont mises au point, appropriées, détournées, animées, aimées ou mises à distance par leurs utilisateurs.

Nouvelle parution : Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques, sous la direction de Philippe Combessie

Cet ouvrage tend un miroir à facettes multiples, devant lequel chacun peut s’interroger sur son propre rapport au corps, saisi par des injonctions souvent contradictoires : individualisation croissante d’un côté, tendance à l’uniformisation de l’autre. L’articulation entre sociologie et anthropologie engage une dynamique réflexive qui permet de mettre en lumière à la fois les souffrances et les marges de manœuvre des acteurs.