Archives par mot-clé : aliénation

Nouvelle publication : Lucien Sève, “Aliénation et émancipation”

Avec la crise profonde du capitalisme, Marx est en plein retour, et particulièrement son concept-clef d’aliénation. Dans ce recueil de textes, le philosophe Lucien Sève propose une étude précise et une réactualisation de ce concept, en prise sur les enjeux théoriques et politiques contemporains, dans la perspective de l’émancipation collective et du dépassement du capitalisme.

Cet ouvrage propose une lecture inédite de Marx en montrant, nombreux textes à l’appui, que l’idée d’aliénation, centrale dans les Manuscrits de 1844, texte de jeunesse auquel s’arrêtent la plupart des commentateurs contemporains, non seulement ne disparaît pas du Capital mais y acquiert une tout autre portée. Au-delà de la dénonciation des souffrances de l’individu au travail, elle met en examen les logiques de base du capitalisme : faute d’appropriation collective, les productions humaines de tous ordres se convertissent en puissances sociales incontrôlables et écrasantes, menant le genre humain à sa perte. Avec Marx, l’auteur montre que travailler à surmonter cette aliénation est la tâche cruciale de notre temps, qu’il ne peut y avoir émancipation sociale sans émancipation de chaque individu, qu’on ne préservera pas la planète Terre sans sauvegarder le genre humain de la déshumanisation capitaliste.

« Urgence de communisme », texte inédit constituant la première moitié de l’ouvrage, affirme fortement la conséquence politique de ces analyses : le dépassement effectif du monde capitaliste aliénant exige d’inventer en pensée et en acte ce communisme radicalement émancipateur que visait Marx.

Lucien Sève est philosophe.

Table des Matières

Informations techniques :
Editeur : Éditions La Dispute
Date de parution : septembre 2012
Nombre de pages : 224
ISBN: 978-2-84303-235-6
Prix : 22 euros

 

Voir aussi sur les thématiques de la critique sociale, de l’émancipation et de la théorie critique :
– les colloques organisés par le Sophiapol “Penser la réification” (9-10 janvier 2012) et  “Critique sociale et émancipation” (23-24 septembre 2011)
– la nouvelle publication d’Aurélien Berlan, La fabrique des derniers hommes. Retour sur le présent avec Tönnies, Weber et Simmel, La Découverte, septembre 2012
– et celle de Franck Poupeau, Les mésaventures de la critique, Raisons d’agir, septembre 2012

 .

.

Journées d’études “Penser la réification. Histoire et actualité d’un concept critique”, 9-10 janvier 2012, Paris Ouest

Élaborée par le jeune Lukács dans une série de textes réunis dans Histoire et conscience de classe (1923), en pleine période d’effervescence révolutionnaire, la notion de réification a connu un destin singulier. Envisagée initialement comme une radicalisation de la perspective ouverte par le concept marxien de fétichisme, ayant pour objectif ultime une justification du rôle historique du parti révolutionnaire, la théorie lukacsienne fut très tôt rejetée par les orthodoxies communistes. Assez paradoxalement, elle irrigua d’une manière souterraine la plupart des grandes “hérésies : de la Théorie critique francfortoise à la Wertkritik, en passant par l’Internationale situationniste, les Oppositions extra-parlementaires allemandes et italiennes, les travaux d’Henri Lefebvre, de Lucien Goldmann ou de Joseph Gabel par exemple, elle constitua le centre de gravité occulte de tout un pan du marxisme critique. L’idée de penser le mode de production capitaliste par le prisme de la théorie d’une forme de vie dévaluée et fétichisée réunit en effet, par-delà leurs particularités irréductibles, ces différentes conceptualisations. Et c’est précisément la centralité d’une telle notion, pour une théorie critique du capitalisme contemporain, que nous voudrions réinterroger lors de ces journées.

Trois grands axes interprétatifs seront mobilisés.  Un premier par lequel nous nous proposons de revenir sur la manière dont, à partir de Marx, Lukács a pu élaborer un concept profondément original de réification. Quel rapport la conceptualité lukacsienne entretient-elle avec la critique marxienne de l’économie politique et permet-elle de réintroduire cette dernière dans la philosophie sociale contemporaine? Dans un second temps, il s’agira d’aborder la généalogie wébérienne du concept de Verdinglichung et sa postérité francfortoise.  Nous souhaitons notamment discuter les rapports entre réification et critique de la modernité, et la manière dont elle peut conduire à une critique radicale du capitalisme. Enfin, nous nous concentrerons sur la réception de cette notion par des traditions philosophiques et militantes critiques à l’égard du marxisme mais proches de son intérêt pour l’émancipation.

En proposant à la discussion les problèmes théoriques et politiques liés au concept de réification, nous voudrions ainsi questionner, dans le contexte de ses reprises et réexamens les plus récents, les conditions de sa réactivation critique et pratique.

Journées organisées dans le cadre des activités du Sophiapol par Vincent Chanson, Alexis Cukier et Frédéric Monferrand.
.

Date :
9 et 10 janvier 2012

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment T, salleR11
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Contact:
Vincent Chanson
Alexis Cukier 
Frédéric Monferrand

 .

PROGRAMME
.

Lundi 9 janvier 2012

.
14h Introduction  

14h30 – 18h00 : Origines et enjeux marxistes du concept de réification
Président de séance: Vincent Chanson

Frédéric Monferrand : De quelle ontologie sociale la critique de la réification est-elle solidaire ?
Alexis Cukier : Aliénation, exploitation…à quoi sert la réification ? Philosophie sociale et économie politique.
Vincent Charbonnier
 : Les réifications chez  Lukács.

 

Mardi 10 janvier
.

09h30 – 13h00 : Kulturkritik et théorie critique
Président de séance: Frédéric Monferrand

Aurélien Berlan : “Sans considération de personne”. Rationalisation et réification chez Max Weber.
Vincent Chanson : : La réification comme concept “épistémo-critique” chez T. W. Adorno
Anselm Jappe
: “De l’aliénation au fétichisme de la marchandise – usages et mésusages de deux concepts”

 

14h30 – 18h00 : Prolongements et critiques du concept de réification :
Président de séance: Alexis Cukier

Christian Lazzeri : La réification chez Sartre
Fabien Delmotte 
: Les enjeux de la réception de Lukacs par Socialisme ou Barbarie
Marco Angella : Les limites de la réification chez Honneth

 

Télécharger l’affiche

.

.

 

Nouvelle publication : “Lyotard et l’aliénation” de Claire Pagès

La pensée de Lyotard a longtemps été injustement méconnue en France. Peu étudiée, on avait tendance à la réduire, d’une part, à des problématiques esthétiques relatives à la notion de figuralité et, d’autre part, aux débats suscités par le livre de 1979, La Condition postmoderne. Par ailleurs, l’étiquette de « pensée française », quand on l’utilise à propos de Lyotard, comme on a coutume de le faire aussi pour ses contemporains mieux connus que sont Deleuze ou Derrida, occulte en partie la richesse d’une philosophie qui passe en complexité le seul souci de la différence.
Caractérise déjà cette pensée sa profonde évolution. Lyotard ne cesse de remettre sur le métier ses positions. Sa philosophie traverse des crises et connaît des remaniements profonds. Ainsi son traitement du concept d’aliénation s’est-il beaucoup modifié. Commençant par défendre la nécessité de cette notion comme catégorie critique, Lyotard en vient à la rejeter ainsi que l’idée corrélative d’émancipation, pour enfin tenter d’élaborer une notion d’aliénation constitutive, qui a pour modèle notre rapport à l’enfance, la langue et l’inconscient. Ainsi, demeure toujours l’exigence de déterminer le rapport de la pensée à l’égard du concept et du phénomène d’aliénation.
Les positions lyotardiennes possèdent une actualité et un intérêt tout particuliers, aujourd’hui que renaissent les débats autour de l’apport du concept d’aliénation pour la théorie sociale. Si nous voulons aujourd’hui discuter – et défendre – cette notion, il faut sans doute connaître les profondes objections de Lyotard et y répondre. En retour, peut-être faut-il aussi confronter la critique lyotardienne à une certaine irréductibilité ou résistance du concept d’aliénation.

 

L’auteur :
Claire Pagès est agrégée et docteur en philosophie, actuellement ATER au département de philosophie de l’Université Paris Ouest Nanterre. Elle a consacré sa thèse au concept de négativité chez Hegel et chez Freud et est l’auteur d’un ouvrage d’introduction sur ces deux auteurs : Freud (Ellipses, 2008) et Hegel (Ellipses, 2010). Par ailleurs, elle a dirigé le volume Lyotard à Nanterre (Klincksieck, 2010) et prépare un ouvrage intitulé Les psychanalyses (Belles Lettres) et la traduction d’un texte de Herder (Éditions Allia).

 

Table des matières

Introduction

Chapitre premier. — L’aliénation : une catégorie critique
Aliénation et exploitation
La « militance »
La Guerre des Algériens
« La place de l’aliénation dans le retournement marxiste »

Chapitre II. — Premier au-delà de l’aliénation : le désir, l’inconscient et les œuvres
Discours, figure : la figuralité comme aliénation sans dehors
Représentation et aliénation
La portée révolutionnaire de l’œuvre

Chapitre III. — Économie libidinale : rejet du concept d’aliénation et procès de la théorie
Baudrillard et le concept d’aliénation
Baudrillard en question
Sans déni ni reconnaissance
Ni critiquer ni guérir
Valoir non comme un signe mais pour une intensité
Aporie ?

Chapitre IV. — La fin des grands récits d’émancipation
Modernité et émancipation
Communication, consensus et dissensus
Aliénation et expérience
Présupposés du discours postmoderne

Chapitre V. — L’aliénation irrémédiable
L’aliénation dans la langue
L’aliénation constitutive
Enfance et aliénation
L’intraitable

Conclusions

 

Informations techniques:

  • Editeur : PUF
  • 176 pages
  • 12.00 €
  • ISBN : 978-2-13-058388-2
  • Collection “Philosophies
  • N° d’édition : 1
  • Date de parution : 24/08/2011
  • Discipline : Philosophie

5ème séance du séminaire « Pratique des Idées », 7 avril 2011, Paris Ouest

Ce séminaire, initié en 2009-2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ouvre un espace de dialogue aux doctorants en philosophie. Il leur rend possible de  présenter le (ou un) problème qui anime leurs recherches, publiquement, mais de concert avec un répondant  et avec un autre intervenant confronté à des difficultés théoriques tout autant que méthodologiques dans un champ commun de recherche philosophique.

Vincent Chanson et Fabien Delmotte, tous deux doctorants au Sophiapol, présenteront leurs travaux de recherche lors de cette cinquième séance. Vincent Chanson est en thèse sous la direction de Stéphane Haber. Il travaille sur le sujet : “Aux fondements de la dialectique négative : T.W. Adorno et la notion d’aliénation”. Fabien Delmotte travaille quant à lui sous la direction de Christian Lazzeri et d’Alain Caillé, sur le sujet : “La pertinence critique de la perspective d’émancipation”.

Emmanuel Renault (ENS Lyon, CERPHI, UMR 5037) et Stéphane Dufoix (Paris Ouest, Sophiapol) seront leurs répondants respectifs.

;
Date:
Jeudi 7 avril 2011, de 15h00 à 18h00.

Lieu :
Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment E, salle 101
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation et contacts :
Raphaël Chappé
Aurélien Chastan
Cécile Lavergne
Eva Debray

.

PROGRAMME

.
15h00-16h30
: Présentation des travaux de Vincent Chanson
Sujet traité : « “Le rébus  devint le modèle de sa philosophie” (in Portrait de Walter Benjamin) : la notion adornienne d’interprétation comme principe “épistémo-critique” »
Enseignant-chercheur répondant : Emmanuel Renault (ENS Lyon, CERPHI)

16h30-18h00 : Présentation des travaux de Fabien Delmotte
Sujet traité : « Assumer une perspective de “critique sociale” : enjeux   épistémologiques. »
Enseignant-chercheur répondant : Stéphane Dufoix (Paris Ouest, Sophiapol)

Présentation succincte des interventions :

1) Vincent Chanson
Titre de la thèse : “Aux fondements de la dialectique négative : T.W. Adorno et la notion d’aliénation”.

Cette intervention portera sur une notion à notre avis centrale quant à la compréhension de la pensée de T.W. Adorno : celle d’interprétation (Deutung), considérée comme principe “épistémo-critique” d’appréhension de la totalité sociale. Présente surtout dans les premiers développements de l’œuvre adornienne – notamment dans deux textes de jeunesse, L’actualité de la philosophie et L’idée d’histoire de la nature qui datent respectivement de 1931 et de 1932 – , elle nous semble caractéristique d’une conceptualité qui se déploiera des années plus tard sous le nom de Dialectique négative. Seule réponse à la réification totale, “l’utopie de la connaissance” adornienne est celle d’un “concept renouvelé de dialectique” susceptible de se déployer par-delà l’arbitraire du principe d’identité. Dans ce dispositif, l’idée d’interprétation occupe un rôle stratégique. Elle renvoie à ce qu’Axel Honneth, dans Eine Physiognomie der Kapitalistischen Lebensform. Skizze der Gesellschaftstheorie Adornos,  appelle l'”herméneutique d’une forme de vie manquée”. C’est une telle hypothèse exégétique que nous voudrions plus particulièrement interroger ici.

Surtout, il nous faudra rapporter cette perspective aux exigences formulées par Horkheimer dans Théorie traditionnelle et théorie critique, à savoir celles d’une théorie qui se pose la question de son rapport à la praxis sociale. Pour reprendre une problématique de Gilles Moutot dans Adorno, langage et réification, nous voudrions montrer qu’une telle théorie, qui en vient à considérer l’extension de la “forme-marchandise” (cf. Réification) comme la principale menace pesant sur la possibilité même de son énonciation, présente une difficulté pour l’interprète et sa manière d’en rendre compte. Comment éviter l’énoncé aporétique, écueil vers lequel tend toute tentative d’exposition et de reconstruction du dispositif adornien ? Ainsi, notre propos sera d’examiner la possibilité même d’une Théorie critique ayant pour fondement l’hypothèse d’une réification généralisée à l’époque du capitalisme tardif. Les difficultés spécifiquement méthodologiques sont donc celles posées par le statut du référent Théorie critique lorsque celui-ci renvoie à une forme de réflexivité problématique. Comment rendre compte de la pensée adornienne sans en trahir l’esprit, c’est à dire en évitant sa réinscription dans le champ de la pensée identifiante, dans celui de l’idéalisme dogmatique et de l’hypostase arbitraire ?  D’où l’image du rébus, comme ce qui caractérise une pensée orientée vers un donné socio-historique assimilé à un signe à déchiffrer, seule voie possible pour une dialectique qui refuse la domination de la rationalité instrumentale.

Orientation générale des travaux :
Notre travail se donne pour perspective d’interpréter la pensée de T.W. Adorno comme une Théorie critique faisant intervenir une conceptualisation singulière du capitalisme. Celle d’une pathogenèse de la totalité sociale qui renvoie à une théorie des formes de vie réifiées. Dès lors, la question du statut d’une rationalité émancipatrice susceptible de rendre compte du phénomène de la réification est ce qui vient fonder la méthodologie “épistémo-critique” adornienne. Une méthodologie dont nous voudrions montrer l’actualité intempestive.

.

2) Fabien Delmotte
Titre de la thèse “La pertinence critique de la perspective d’émancipation”.

Cette thèse cherche à cerner les difficultés qui affectent la critique sociale et le projet d’émancipation, pour en interroger les conditions de pertinence aujourd’hui. L’articulation des approches sociologiques et philosophiques se fait autour de leur enjeu critique, et doit en particulier permettre de penser les ambiguités (notionnelles, idéologiques…) de la notion d’émancipation et la possibilité de son usage pertinent, au regard des enjeux sociaux contemporains. Retour de la “question sociale”, postmodernisme, “individualisme” contemporain, “concurrence” des revendications à vocation émancipatrices, récupération par le management ou le capitalisme du langage de l’émancipation… forment un contexte qui exige un éclaircissement conceptuel explicitement lié aux enjeux de la critique sociale. Outre la prise en compte des références incontournables afférentes au sujet (Bourdieu, Boltanski, Castel, Honneth, etc), une attention particulière est portée aux réflexions développées en relation plus ou moins directe avec la revue Socialisme ou Barbarie, Castoriadis, Lefort, etc (auteurs auxquels j’ai déjà consacré un travail universitaire sous la direction de Vincent Descombes)
.

Informations sur les séances du séminaire Pratique des Idées 2010-11 sur le site de Paris Ouest.

Affiche de la séance du 7 avril 2011

.

.