Soutenance de thèse de Georges Macaire EYENGA : “Politiques pénales et enfermement carcéral au Cameroun”, vendredi 10 mai 2019, Université Paris Nanterre

Georges Macaire Eyenga, soutiendra, le vendredi 10 mai 2019, sa thèse pour le doctorat en sociologie, préparée sous la direction de Philippe Combessie, intitulée

Politiques pénales et enfermement carcéral au Cameroun. Socio-anthropologie de la punition en contexte de démocratisation

Date et lieu

Vendredi 10 mai 2019, 14h

Université Paris Nanterre, bâtiment Pierre Grappin, rez-de-chaussée (espace « recherche », salle
« Paul Ricoeur » – B016)

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Nanterre

Membres du jury

Florence BERNAULT, Professeure des universités, Sciences Po Paris, examinatrice

Philippe COMBESSIE, Professeur des universités, Paris Nanterre, directeur de la thèse

Frédéric LE MARCIS, Professeur des universités, Ecole Normale Supérieure (Lyon), rapporteur

Marie MORELLE, Maîtresse de conférences – HDR, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, rapporteure

Pierre SAUVÊTRE, Maître de conférences, Université Paris Nanterre, examinateur

Résumé :

Pour réprimer le crime qui menace sa sécurité intérieure, chaque société invente des mécanismes punitifs sur la base de valeurs, de croyances et de représentations partagées. Ce fut le cas de l’invention du modèle-prison en Europe au 18e siècle, forme instituée qui a bouleversé l’économie des peines. En considérant la prison pénale comme “modèle-voyageur”, cette thèse analyse son rôle et sa place dans la gestion de l’État au Cameroun. Elle tente d’objectiver deux questions de socioanthropologie de l’enfermement carcéral : « pourquoi » et « comment » celui-ci est mobilisé en contexte de démocratisation ? Pour y répondre, l’analyse se consacre à l’historicité des politiques pénales et pénitentiaires. Sont ainsi passés au crible : le choc pénal du moment colonial, la réappropriation de la prison par l’État postcolonial, l’avènement de la démocratisation et son impact sur le regard punitif. Par la suite, l’analyse s’intéresse à la construction de l’État pénal dans un contexte d’émergence de ce que certains appréhendent en termes de « société du risque ». À cet effet, elle rend compte du contexte d’insécurité et des contre-réactions de l’État, des organisations internationales et des associations locales. Enfin, l’analyse dissèque les rapports entre la prison et la société libre, et ce faisant, aborde la question des problèmes sociaux qui la minent, des autres lieux de production de justice, ainsi que les fonctions sociales et politiques qu’elle remplit. Les constats qui se dégagent de cette recherche posent la nécessité pour les sociétés contemporaines de réinventer la punition.

Mots-clés : politique pénale, prison, enfermement carcéral, démocratisation, État pénal, fonction sociale, Cameroun.

Abstract:

To repress the crime that threatens its internal security, every society invents punitive mechanisms based on shared values, beliefs, and representations. This was the case of the invention of the prison-model in Europe in the 18th century, an established form that upsets the economy of punishment while affirming its ability to travel elsewhere. Considering the criminal prison as a “traveling model”, this thesis analysis its role and its place in state-building and state- management in Cameroon. It attempts to objectify two fundamental questions on the socio-anthropology of prison confinement: “why” and “how” is this model mobilized in the context of democratization? To answer this question, the analysis focuses on the historicity of penal and penitentiary policies. This study discusses: the penal shock of the colonial moment, the re-appropriation of the prison by the postcolonial state, the advent of democracy and its impact on punitive manners. In that respect, the analysis focuses on the construction of the criminal state in a context of emergence of what is perceived as a “risk society”. It therefore reflects the context of insecurity and counter-reactions by the state, international organizations and local associations. Finally, the analysis examines the relationship between the prison and the free society and in doing so, addresses the social problems that undermine it, other areas of justice production, as well as the social and political functions that she fills. The findings, which emerge from this research reveal the need for contemporary societies to reinvent punishment.

Keywords: criminal policy, prison, imprisonment, democratization, penal state, social function, Cameroon.

Nouvelle publication : De la force et de la violence chez Thucydide, par Nikos Foufas

Ce livre interroge les concepts de force et de violence dans l’oeuvre de Thucydide. En particulier, nous essayons de lire son histoire par le biais de la lutte violente pour la domination. Comment Thucydide comprend-il la domination, mais surtout le conflit de deux forces différentes, celle d’Athènes et celle de Sparte ? Comment reconstruit-il la naissance et la formation des premières forces dans le monde grec ? Comment décrit-il la violence qui transforme le sort des villes impliquées dans cette guerre ? Pouvons-nous dire que pour Thucydide l’histoire est essentiellement le lieu de la souffrance humaine ?

Nikos Foufas est chercheur en philosophie, attaché à l’Université Panteion des sciences sociales et politiques à Athènes. Il s’intéresse notamment à la pensée de Hegel et de Marx. Il travaille actuellement sur le concept de réification dans l’oeuvre de Georg Lukács.


Broché – format : 15,5 x 24 cm
ISBN : 978-2-343-16534-9 • 29 janvier 2019 • 234 pages 
EAN13 : 9782343165349
EAN PDF : 9782140111891 

Nouvelle publication : Critique de la positivité chez le jeune Hegel, par Nikos Foufas

Comment le jeune Hegel définit-il la notion du positif et le concept de positivité ? Pour quelles raisons insiste-t-il sur la critique du judaïsme et du christianisme ? Ce livre essaie de mettre en perspective que la positivité est la perte de la part de l’être humain de la maîtrise de sa propre vie, la privation de l’autonomie du sujet au profit de l’autonomisation du monde des objets, aussi bien que l’asservissement des personnes à des lois et à des forces étrangères et hostiles. Ainsi cet ouvrage propose de comprendre la positivité, tantôt comme l’extension des rapports mutilés entre l’être humain, le monde et la nature, tantôt comme le prodrome du concept de l’aliénation.

Nikos Foufas est chercheur en philosophie sociale, attaché à l’Université Panteion des sciences sociales et politiques à Athènes. Il s’intéresse notamment à la pensée de Hegel et de Marx. Il travaille actuellement sur le concept de réification dans l’oeuvre de Georg Lukács.

Nouvelle publication : Spinoza et les passions du social, par Eva Debray, Frédéric Lordon et Kim Sang Ong-Van-Cung (dir.)

Si la philosophie de Spinoza nous parle, c’est par son aptitude à s’emparer, sans aucun égard pour la distance dans le temps, des objets et des problèmes de notre monde, sa puissance de défaire nos manières ordinaires de les penser, et de nous les faire voir autrement. Les contributions réunies dans cet ouvrage ont pour but d’éprouver à nouveau cette puissance et d’en montrer l’actualité. Elles se proposent de le faire à partir du double point de vue qui considère, d’une part, que le social est le milieu de la vie des hommes et, d’autre part, que, de ce milieu, les passions sont l’élément. Les individus n’ont d’existence que sociale, et cette nature sociale consiste en une certaine organisation du jeu des affects. Les passions du social s’en trouvent alors repérables à tous les niveaux : celui de la constitution de l’individualité, de l’opération des institutions, ou des processus de l’histoire.

Ce recueil est donc par destination une contribution au dialogue de la philosophie (spinoziste) et des sciences sociales. Les secondes offrent les questions qu’elles ont construites à la première, qui leur rend sa manière singulière de les envisager voire de les reformuler. Et cette mise au travail de la pensée spinoziste poursuit par là même l’exploration de ce qu’elle peut.
.

Directeur.rice.s d’ouvrage :

Eva Debray est certifiée et docteure en philosophie, chercheuse rattachée au laboratoire Sophiapol (université Paris Nanterre) et enseigne à l’UFR de philosophie de l’université Paris 1 Panthéon–Sorbonne. Sa thèse s’est attachée à exploiter les ressources de la pensée spinoziste dans le cadre d’une réflexion sur l’hypothèse d’un ordre social spontané.

Frédéric Lordon est directeur de recherches au CNRS. Il a notamment publié L’intérêt souverain : essai d’anthropologie économique spinoziste (La Découverte, 2006), Jusqu’à quand ? : pour en finir avec les crises financières (Raisons d’agir, 2008), Capitalisme, désir et servitude : Marx et Spinoza (La fabrique, 2010) et La Société des affects : pour un structuralisme des passions (Seuil, 2013). Il est, avec Laurent Bove et Yves Citton, directeur de la collection Caute! chez Éditions Amsterdam.

Kim Sang Ong-Van-Cung, professeure à l’université Bordeaux Montaigne, a proposé une généalogie médiévale du lexique de la subjectivité dans la philosophie classique. Elle a publié L’Objet de nos pensées. Descartes et l’intentionnalité (Vrin, 2012), une édition de Cordemoy (Vrin, 2016) et des études sur Descartes, Spinoza, Sartre, Foucault, Deleuze, Butler et Honneth (disponibles sur Academia). Elle s’intéresse aux critiques contemporaines du sujet moderne et travaille à une généalogie de la subjectivité historique au xxe siècle.
.

Sommaire

Introduction
Les passions du social

Première partie :
Conatus et individualité moderne

Judith Butler
Le désir de vivre
L’Éthique de Spinoza sous pression

Kim Sang Ong-Van-Cung
Le désir de vivre et sa vulnérabilité : Butler et le conatus spinoziste

Frédéric Lordon
La querelle du déterminisme en sciences sociales : un point de vue spinoziste
.

Deuxième partie :
La logique des institutions

Eva Debray
Imitation des affects et production de l’ordre social : une critique spinoziste de l’approche de René Girard

Christophe Miqueu
Des luttes sociales en démocratie : Pettit face à Spinoza, de la contestation au conflit

Nicola Marcucci
La nature de l’obligation : le moment Spinoza dans la première génération de sociologues en France
.

Troisième partie
Les forces de l’histoire

Kim Sang Ong-Van-Cung
L’unité du collectif
L’ontologie historique et critique de Spinoza et de Sartre

Yves Citton
Puissances du social, puissances du nombre
Enjeux et dangers de l’agrégation statistique

Nicolas Israël
Spinoza, histoire et anthropologie

Pierre-François Moreau
Les passions du social : « personnalité de base » et ingenium

Pascal Séverac
L’affect et le prophète
Confrontation de la philosophie spinoziste avec l’analyse par Philippe Burrin de l’antisémitisme nazi

.
Informations techniques :
Spinoza et les passions du social, par Eva Debray, Frédéric Lordon et Kim Sang Ong-Van-Cung (dir.)
Éditions Amsterdam
ISBN 9782354801663
360 pages
Paru le 08 février 2019
22 euros

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Colloque international “De l’individu.e au collectif : les théories critiques franco-allemandes en dialogue”, 18 février 2019, Université Paris Nanterre

Argumentaire

 Ce colloque sera consacré à la question de l’articulation de l’individu et du collectif dans la philosophie française contemporaine et dans la théorie critique de l’école de Francfort. On cherchera à construire les conditions de possibilité d’un dialogue entre ces deux traditions, sans chercher à masquer la diversité de leurs représentants, qu’il s’agisse de la diversité théorique de la philosophie politique française, ou de celles des trois générations de l’école de Francfort. Pour ce faire, on interrogera la traductibilité de leurs appareils conceptuels et des problèmes qu’ils formulent, sans écarter la possibilité de divergences radicales. 

La question de l’articulation entre l’individu et le collectif recoupe ainsi la question des conditions de la subjectivation et de la reconnaissance, entre une logique d’assujettissement (ou domination) et une logique d’émancipation. On posera des questions tant ontologiques qu’épistémologiques, pour appréhender et comprendre les phénomènes de résistance et de révoltes, à travers lesquels se tracent des voies d’émancipation. 

Comment cette dialectique entre le sujet socialisé et sa capacité éventuelle de se déprendre de cette socialisation imposée se formule-t-elle dans la théorie critique et la philosophie française contemporaine ? Ces formulations peuvent-elles entrer en dialogue les unes avec les autres ou comportent-elles des aspects irréconciliables ? 

La première génération de l’École de Francfort apparaît de prime abord très sceptique : l’idéologie qui masque les logiques de domination affaiblit considérablement la résistance et l’opposition des sujets. Dans quelle mesure, néanmoins, la dialectique à travers laquelle Adorno et Horkheimer appréhendent les phénomènes sociaux permet-elle d’apercevoir des modalités alternatives de subjectivation et de socialisation qui les rapprochent de philosophes dont le point de départ est moins pessimiste ? Foucault par exemple considère que la compréhension des relations de pouvoirs multiples qui traversent le tissu social ouvre un accès au potentiel émancipateur logé dans l’émergence de nouveaux sujets politiques. Rancière congédie la notion d’idéologie pour prendre au sérieux les paroles conflictuelles à travers lesquelles s’ouvrent des brèches dans les partages qui constituent l’ordre social. 

L’écart entre les traditions se retrouve également avec les philosophes des deux et troisième générations de l’école de Francfort. Habermas pense la reconstruction de la communauté à travers un processus de rationalisation des mondes vécus, Honneth reconceptualise la reconnaissance. Rancière invite à renoncer au projet d’une réconciliation de la communauté avec elle-même, tandis que Lyotard conceptualise le différend qui en signe l’impossibilité. Peut-on construire des chemins de traverse entre ces positions que tout semble opposer en considérant, par exemple, que la transformation des individus passe par l’invention de nouvelles manières d’être ensemble ? 

Date et lieu

Lundi 18 février – de 9h30 à 17h30

Bâtiment Pierre Grappin – Salle Paul Ricœur (B016)

Université Paris Nanterre

Comment venir ? Plan du campus

Organisation

Pauline Julien et Aurélia Peyrical, avec le soutien du Sophiapol, de l’École doctorale Connaissance, langage, modélisation (ED139) et du département de philosophie 

Programme

9h : Accueil des participant.e.s. 

9h15-9h30 : Mot d’accueil 

9h30 –10h30: Table ronde – L’universel et le singulier, lectures franco-allemandes

Judith Revel (Pr. Université Paris-Nanterre): «Passer les universaux à la grille des pratiques»

Jean-Baptiste Vuillerod (ATER, Université Paris-Nanterre): «La pensée du sujet chez Adorno et Foucault : réflexions sur les rapports entre l’individu et le collectif»

10h10: Discussion

10h30-10h45:  Pause

10h45-12h30:

Martin Saar (Pr. Dr., Université Goethe-Francfort): «Social Philosophy in/as Critical Theory.»

11h20: Discussion 

Claire Pagès (MCF, Université de Tours): «Adorno, Lyotard et la résistance du Particulier»

12h10: Discussion

12h30–14h : Déjeuner

14h-15h Table ronde: la conflictualité sociale, croisements franco-allemand

Emmanuel Renault (Pr. Université Paris-Nanterre): «Peut-on distinguer approches françaises et allemandes de la reconnaissance?»

Lea Gekle (EHESS):«Le conflit socialchez Adorno et Foucault»

14h40: Discussion

15h –15h20: PAUSE

15h20-17h15:

Katia Genel (MCF, Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne): «Maladies individuelles et maladies sociales dans la Théorie critique»

16h: Discussion

Gabriel Rockhill(Pr. Associé, Université Villanova, Philadelphie) :«Les mythes des penseurs 68»

17h: Discussion

17h20 –17h30: Conclusion de la journée

Soutenance de thèse de Clément Méric : “Un cancer… et après ? Trajectoires de maladie et vécu d’hommes atteints d’une tumeur testiculaire”, Université Paris Nanterre, lundi 25 mars 2019

Clément Méric soutiendra, le lundi 25 mars 2019, sa thèse pour le doctorat en sociologie, préparée sous la direction de Philippe Combessie, intitulée

Un cancer… et après ? Trajectoires de maladie et vécu d’hommes atteints d’une tumeur testiculaire

Date et lieu

Lundi 25 mars 2019, 13h30

Université Paris Nanterre, bâtiment Pierre Grappin, rez-de-chaussée (espace “recherche”, salle B016 “Paul Ricoeur”)

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Nanterre

Membres du jury

Philippe BATAILLE, Directeur d’études, EHESS, examinateur

Philippe COMBESSIE, Professeur des universités, Paris Nanterre, directeur de la thèse

Catherine DESCHAMPS, Maîtresse de conférences – HDR, Ecole nationale d’architecture de Paris Val-de-Seine, rapporteure

Alain GIAMI, Directeur de recherche émérite, Inserm – CESP (Villejuif), rapporteur

Anne VEGA, Chercheure sous contrat – HDR, Université Paris Nanterre, examinatrice

Résumé :

Depuis une trentaine d’années, l’oncologie connaît d’importantes avancées thérapeutiques. Le traitement des tumeurs testiculaires en constitue l’exemple-type. Première pathologie cancéreuse de l’homme jeune, elles ont le taux de survie le plus élevé de tous les cancers en France et apparaissent à un moment biographique important sur le plan de l’activité sexuelle, de la procréation et de la vie professionnelle. Mais leur éradication nécessite des thérapeutiques non sans implications en ces domaines ainsi qu’aux niveaux corporel, fonctionnel et psychologique. Les soignés d’une tumeur testiculaire sont donc amenés à s’interroger sur leurs possibilités, capacités ou limites actuelles et futures dans différentes sphères de la vie sociale, une incertitude étant liée aux conditions et choix de vie durant ce cancer et ses traitements, mais aussi et surtout après. C’est ce sur quoi porte cette thèse. Dans un premier temps, elle s’intéresse aux « trajectoires de maladie » (Anselm Strauss) d’hommes atteints d’une tumeur testiculaire ainsi qu’à leurs représentations des pratiques médicales dont ils font l’objet. Dans un second temps, cette thèse s’intéresse au vécu des soignés durant leur cancer et à sa suite aux niveaux sexuel, identitaire, corporel, parental, professionnel et familial. Cette pathologie spécifique apparaît alors comme une situation paradigmatique invitant à une extension prospective. Elle incarne et permet dès à présent de se figurer ce que deviendra l’expérience de nombreux autres cancers : une maladie dont les chances de guérison sont très élevées mais qui laisse des traces plus ou moins importantes, voire définitives, avec lesquelles il faut désormais composer, parfois longtemps, sinon à vie.
Mots-clés : cancer, représentations, santé et sexualité masculines, trajectoire de maladie, vivre avec.

Abstract:

Oncology has known considerable advanced therapy since the last three decades. Testicular treatment of tumors is such an example. This primary cancer pathology for young men, it has the highest survival rate of all cancers in France, and happens the time of the most important sexual activity, procreation and professional life. But their eradication are not without implications in corporeal, functional and psychological matters. The patients of testicular tumors do wonder about the opportunities, abilities, current and future limits in the different ranges of social life. This uncertainty being bounded to the life condition that is chosen during cancer period and its treatments, but also and principally afterwards. This is that thesis is about. The first part concerns “illness trajectories” (Anselm Strauss) of men suffering of testicular tumor, their perception of medical care for themselves. The second part addresses the experience of those treated during their cancer and also concerning libido, identity, corporeal, parental, professional levels. This specific pathology is a paradigm leading to prospective development. Currently this allows for these same treatments in other cancers. A disease that allows for high levels for complete cure but leaves lesser or greater traces that have to be dealt with for a long time, sometimes definitely.
Key words: cancer, representations, male health and sexuality, illness trajectory, survivorship.

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef : Catherine Deschamps, 14 février, Paris Nanterre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logosefx1.jpg.

La première séance du séminaire du GDR Lasco de l’année 2019, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Catherine Deschamps, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine (Evcau).

Elle nous présentera une communication qu’elle propose d’intituler :

Sexualité et architecture : les agendas cachés

Date :
Jeudi 14 février 2019, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Certains objets de recherche, considérés peu légitimes à un moment donné de l’histoire d’une discipline, s’adossent à des champs de recherches reconnus pour forcer la porte de l’académie. Ainsi, les recherches sur la sexualité ont trouvé dans le VIH-sida l’occasion de leur développement. Le champ de la sociologie ou de l’anthropologie de la santé a en quelque sorte été leur cheval de Troie. Mais cet adossement dirige et réduit dans le même temps l’angle d’attaque de l’objet sous tutelle. Ce d’autant qu’avec le sida, dans les années 1980, l’urgence se mêle de l’affaire, une urgence dont il faut questionner les effets sur la production de connaissance. D’abord avec un effet d’entrainement moindre, les travaux sur la sexualité se sont aussi appuyés sur le développement des gender studies. Ces dernières étaient elles-mêmes fragiles dans les années 1980, lorsqu’elles sont souvent devenues un incontournable des sciences sociales quarante ans plus tard. En même temps que les remèdes au virus devenaient plus opérants et que les gender studies gagnaient en reconnaissance dans la dernière
partie des années 1990 et au début des années 2000, les travaux sur la sexualité se transformaient et les deux “canaux historiques” de ces travaux se mixaient davantage. D’autres champs de recherche reconnus sont venus à la rescousse, contribuant à élargir les possibilités d’analyse. Dans mon cas, la sociologie urbaine, bien installée en France depuis les années 1980, a été mobilisée. Une enquête sur la prostitution de rue au début des années 2000 permet la rencontre, autour de la sexualité, de questions de santé, de genre et d’espaces publics. Une deuxième ethnographie portant sur les femmes multipartenaires et hétérosexuelles abandonne peu à peu le champ de la santé pour affermir la place du genre et des analyses spatiales. Ces deux dernières recherches ont presque étonnamment permis ma titularisation en école d’architecture. Elles ont été un autre cheval de Troie. Le problème devient alors celui d’une adaptation : comment passer, via la sexualité et le genre, des recherches sur le champ de l’urbain à l’architecture ?
Mon exposé, fondé sur mon itinéraire dans la recherche et dans l’enseignement supérieur, tentera d’interroger les moteurs de l’illégitimité (ou du sentiment d’illégitimité), les glissements auxquels ils conduisent et les instabilités, parfois salutaires, qui les constituent.

Colloque international “Travail et langage : une approche interdisciplinaire », Université Paris Nanterre, 21 et 22 février 2019

Argumentaire

Les rapports entre langage et travail ont ceci de particulier qu’ils semblent devoir être pensés à la fois en termes d’opposition et de complémentarité. D’un côté, ces notions renvoient à deux types de paradigmes concurrents. D’un point de vue ontologique, on a le sentiment de devoir trancher entre des approches qui font soit du langage (Habermas, 1990) soit de la production (Lukacs, 1984) l’élément constitutif de la réalité sociale et des rapports sociaux. D’un point de vue épistémologiqueensuite, deux types d’oppositions s’imposent. Premièrement, la langue conçue comme système de signes ou le travail envisagé comme processus de transformation de la nature semblent constituer deux modèles inconciliables pour penser et connaître le monde social (structuralisme vs historicisme). Deuxièmement, l’accès aux expériences sociales internes au monde du travail est supposé passer tantôt par l’observation et la connaissance du processus de production objectif, tantôt par l’attention aux discours qui décrivent et justifient l’organisation du travail ainsi qu’aux récits et à la parole singulière des travailleurs eux-mêmes. 

Empiriquement d’un autre côté, le travail et le langage ne semblent pas pouvoir être saisis l’un sans l’autre. Les sciences humaines et socialess’intéressent depuis longtemps au rôle du langage dans le procès de travail (Boutet, 1995, et le réseau “Travail et Langage”), que ce soit comme l’instrument par lequel s’organise la coopération, ou bien, en prêtant davantage attention au conflit, comme outil de contrôle ou de résistance. Elles ont notamment montré que les pratiques de nomination des opérations et des qualifications jouaient un rôle essentiel dans le contrôle du travail par le management (D. Linhart, 2015 ; Clot, 1995). En parallèle, de nombreuses études se sont également penchées sur la manière dont la construction d’un langage commun (dans les luttes comme dans la littérature ouvrières) contribuait à la constitution d’une contre-subjectivité ouvrière, en formalisant l’existence du groupe et en lui fournissant les armes pour la réappropriation du processus et des espaces de travail (Beaud & Pialloux, 2012) Les enjeux politiques de cette construction s’étendent, au-delà du procès du travail, jusque dans l’espace public, puisque ce langage commun a servi de socle au développement d’une subjectivation propre à porter la parole des travailleurs et des travailleuses au cœur de l’espace public (Faure & Rancière, 2007). La question de la réappropriation de ce que les discours et les institutions ont construit et représenté sous le nom d’ « identité ouvrière » a fait ainsi l’objet d’une lutte politique, bientôt complexifiée par les antagonismes internes au commun ouvrier. La question des rapports de sexe, de genre, de race ou encore le handicap ont ainsi en retour réintroduit de la conflictualité dans un langage qui de commun, est apparu comme traversé de rapports de pouvoir potentiellement hétérogènes. La remise en cause de la délimitation du concept de travail par le travail reproductif et l’innovation conceptuelle dont ont fait preuve nombre de travaux féministes (le travail domestique, la double journée de travail, le harcèlement sexuel, jusqu’à la très récente « charge mentale) ont permis de rendre visible ce potentiel de conflictualité en l’inscrivant dans le langage (Delphy, 1999 ; Dalla Costa & James, 1973 ; Federici, 2016). Enfin, depuis les années 1960, la littérature scientifique et managériale interprète la fin imminente du taylorisme, le développement du contrôle numérique des installations industrielles et l’extension du travail de bureau et de service comme le signe d’un avènement du travail immatériel. Selon les auteurs post-opéraïstesqui ont développé ce thème de la manière la plus conséquente et la plus systématique (Hardt & Negri, 2004 ; Vercellone, 2014 ; Marazzi, 1997 ; Virno, 2002 ; Moulier-Boutang, 2007), ce ne serait plus plus la dépense d’énergie physique et mentale mais le savoir et la créativité des capacités cognitives et langagières qui joueraient le rôle de forces productives centrales du mode de production capitaliste. Ainsi, loin d’être en concurrence, les activités langagières et productives seraient désormais complémentaires, voire identiques. Une telle hypothèse mérite d’être interrogée non seulement du point de vue de sa capacité à évaluer notre présent mais également pour les conséquences politiques qu’elle implique. En effet, en perdant son extériorité relativement au procès de production, le langage peut tout aussi bien contribuer à la conquête de l’autonomie dans le travail que perdre sa capacité à articuler et exprimer la critique de celui-ci.

Le colloque « Travail et langage » se propose donc d’explorer ces rapports équivoques entre travail et langage à partir d’une approche interdisciplinaire, en accueillant des contributions issues de la philosophie, de la linguistique, de la sociologie, de l’histoire, de la psychologie et des sciences de l’information et de la communication. Selon un premier axe aux abords ontologiques et épistémologiques, il s’intéressera au langage et au travail comme les principes organisateurs de deux paradigmes permettant de rendre compte de la production de la réalité sociale. Ces deux modèles entretiennent-ils une relation de concurrence ? Quelles conséquences théoriques et pratiques engage la priorité accordée à l’un ou à l’autre de ces modèles? Un second axe plus immédiatement socio-politique s’intéressera à la constitution de la subjectivité des travailleurs et travailleuses à travers l’élaboration d’un langage commun. Comment la circulation de la parole permet-elle l’émergence de formes de résistance au sein du processus de production ? Comment ce langage commun se trouve-t-il de nouveau mis en jeu dans l’espace public ?

Date et lieu

Jeudi 21 et vendredi 22 février 2019 – de 9h30 à 17h30

Bâtiment Max Weber

Université Paris Nanterre

200 Avenue de la République, 92000 Nanterre

Comment venir ?

Plan du campus

Organisation

Juliette Farjat

Pauline Julien

Marc-Antoine Pencolé

Daria Saburova

Programme

Jeudi 21 février 2019

9h30 : Accueil des participants

10h : Ouverture du colloque (Juliette Farjat, Daria Saburova)

10h15-11h15 : Conférence introductive

Josiane Boutet : « Penser les relations entre l’activité de langage et l’activité de travail »

11h15-11h30 : Pause

11h30-12h45 : Les frontières conceptuelles du travail (Présidence : Pauline Julien)

Guillaume Lambey : « ‘‘They say it is love. We say it is unwaged work’’: Remarques sur l’idée de travail »

Quentin Pasetti : « Les mots pour dire ou faire dire le travail et le non travail au sein de la controverse autour du revenu de base »

12h45-14h15 : Déjeuner

14h15-15h30 : Le langage mis au travail (Présidence : Marc-Antoine Pencolé)

Christine Castejon : « Éléments de discussion sur « l’espace de discussion dans le travail »

Vincent Brulois, Jean-Marie Charpentier et Jacques Viers : « Une parole qui accompagne l’activité et complète l’organisation »

15h30-15h45 : Pause

15h45-17h30 : Paroles ouvrières/paroles du management (Présidence : Daria Saburova)

Marie-Hélène Delobbe : « Étudier les mutations du travail par la confrontation discours institués / paroles indigènes »

Juan Sebastian Carbonell : « Saisir les transformations du travail a travers les catégories indigènes : la dégradation de « l’ambiance » dans une usine automobile »

Luca Paltrinieri et Massimiliano Nicoli : « Reconstruire la langue du travail »

Vendredi 22 février 2019

9h30 : Accueil des participants.

10h-11h15 : Étudier, décrire, montrer le monde du travail (1) : l’enquête et l’archive (Présidence : Juliette Farjat)

Julien Allavena : « Les travailleurs ont-ils le droit a la parole ? Quelques repères historiques pour une épistémologie des enquêtes ouvrières »

Frédérique Sitri et Emilie Née : « Analyse du discours et activités professionnelles : la médiation par les genres »

11h15-11h30 : Pause

11h30-12h45 : Étudier, décrire, montrer le monde du travail (2) : écrits ouvriers et cinéma (Présidence : Pauline Julien)

Dalila Hellis Caputo : « Prise de parole par correspondance : pratiques de langage et écriture du travail dans les échanges épistolaires des ouvriers saint-simoniens »

Guillaume Sibertin-Blanc et Armelle Talbot : « Paroles à tenir, paroles à prendre. Remarques sur les corps et les langages dans En Guerre de Stéphane Brizé »

12h45-14h15 : Déjeuner

14h15-16h : Travail et langage : de Hegel au marxisme (Présidence : Guillaume Sibertin-Blanc)

Matteo Polleri : « Négation et affirmation dans les Manuscrits de 1844 »

Frédéric Monferrand : « Le production du social : travail, langage et nature dans les manuscrits de Hegel à Iéna »

Conall Cash : « Langage et comportement dans la pensée politique de Merleau-Ponty et Lefort des années 50 »

16h-16h15 : Pause

16h15-17h30 : Travail, langage et domination (Présidence : Alexis Cukier)

Pierrick Brizard et Paul Slama : « Domination et rationalité : repenser les rapports linguistiques dans le monde du travail »

Duarte Rolo : « Souffrance au travail, stratégies de défense et domination symbolique »