Séminaire du GENA, 29 décembre 2023

.
Le prochain séminaire du GENA (Groupe d’études sur le néolibéralisme et les alternatives) accueillera Cesar Castillo-Garcia (The New School for Social Research) pour une intervention intitulée : “Waves of Neoliberalism : Revisiting the Authoritarian Patterns of Neoliberalism in South America” Continuer la lecture de Séminaire du GENA, 29 décembre 2023

Colloque “Orientation scolaire et devenir des élèves primo-migrants”, 22-23 novembre 2023

Ce colloque s’inscrit dans le projet de recherche OJEMIGR, « L’orientation scolaire des jeunes migrants » (2021-2025), financé par l’ANR (Agence nationale de la recherche), qui analyse la construction de l’orientation scolaire post-troisième des jeunes primo-migrants dans le système éducatif français. Continuer la lecture de Colloque “Orientation scolaire et devenir des élèves primo-migrants”, 22-23 novembre 2023

Publication : Yohann Douet, “L’hégémonie et la révolution. Gramsci penseur politique”

Toutes les réflexions d’Antonio Gramsci tendent vers le même horizon : l’émancipation des subalternes, leur sortie des marges de l’histoire. Emprisonné par le fascisme, vivant à une époque de crise historique aigüe, il n’abandonne jamais l’objectif d’une société communiste et démocratique. Mais considère que, pour triompher, la révolution doit être repensée. Continuer la lecture de Publication : Yohann Douet, “L’hégémonie et la révolution. Gramsci penseur politique”

Colloque “La révolte de la nature” 24 novembre 2023

De nombreux rapports publics, comme le 6e rapport du GIEC, interprètent la pollution de l’air et de l’environnement, la destruction des écosystèmes, l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes comme les symptômes d’une catastrophe environnementale. Cette catastrophe aggrave les inégalités sociales et les injustices économiques : de ce point de vue au moins, la théorie sociale critique ne peut plus ignorer ou négliger cette crise. Continuer la lecture de Colloque “La révolte de la nature” 24 novembre 2023

Parution revue Terrains/Théorie : “Représentations, désignations et contre-narrations en migration”

 

Ce numéro entend montrer comment les tensions et les conflits autour des définitions concernant les migrant·es et les demandeur·ses d’asile prennent corps dans les discours, les interactions sociales et dans certains dispositifs (juridiques, sanitaires, professionnels, sécuritaires notamment). Continuer la lecture de Parution revue Terrains/Théorie : “Représentations, désignations et contre-narrations en migration”

Publication : Abolir l’exploitation

Sait-on seulement ce qu’est l’exploitation ? La réponse n’a rien de trivial. Pour certains, l’exploitation est une chimère ; pour d’autres, elle relève de l’évidence. Même si le terme est encore utilisé pour dénoncer des situations d’injustice et de domination, il a presque disparu des débats politiques, sociologiques et philosophiques. Aux premières heures du mouvement ouvrier, l’exigence d’abolir l’exploitation constituait pourtant l’un des traits singuliers du socialisme avant d’être reformulée et élargie par des féministes.
L’exploitation reste une expérience commune ; son concept peut, doit redevenir un outil puissant d’analyse et de combat. Peut-on s’en priver pour saisir le lien puissant entre la détérioration des conditions de travail et l’explosion des inégalités salariales qui caractérisent notre époque ? Pour penser ensemble travail domestique et travail salarié, dominations de classe, de race et de genre ? Allons plus loin : sans lui, il n’y a pas de gauche qui tienne, pas de rencontre solide entre des traditions émancipatrices différentes. Mais pour saisir la dimension décisive d’une nouvelle critique de l’exploitation, encore faut-il en explorer les significations accumulées au fil des deux derniers siècles, redéfinir ses contours à cette lumière, les ajuster à la situation du capitalisme contemporain. Exploiter, ce n’est pas seulement dominer ou assujettir. Précisée et dépliée, la notion retrouve netteté, vigueur et, espérons-le, centralité.

Emmanuel Renault, professeur à l’Université Paris Nanterre, est membre du Laboratoire Sophiapol.