Archives de catégorie : Les grammaires du politique

Colloque “État d’urgence : usages contemporains et évolution des normes”, 26 octobre 2017, Paris

L’état d’urgence a été promulgué pour la première fois en France durant la guerre d’Algérie en 1955, puis en 1958, de 1961 à 1963, en Nouvelle-Calédonie en 1985, puis de nouveau en France en 2005 et en vigueur aujourd’hui depuis le 14 novembre 2015. Il a pour effet de permettre aux forces de police de prendre provisoirement des décisions restreignant les libertés (perquisitions, assignations à résidences, fermetures de lieux, interdictions de manifester) sans en référer au juge judiciaire pour répondre à une situation exceptionnelle. Or sa prolongation répétée, que nous connaissons depuis novembre 2015, pose la question de la transformation de l’exception en norme et de la mise en cause prolongée des libertés.

C’est dans ce contexte que nous souhaiterions interroger les usages contemporains de l’état d’urgence ainsi que ses conséquences sur l’évolution des normes juridiques et pénales, la place du judiciaire face aux décisions administratives en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité. Il s’agira également de considérer ses incidences sur la gestion des groupes et populations perçus comme des menaces pour le pays, pour le gouvernement et l’État, ainsi que ses effets sur la constitution et la perception des frontières entre privé et public, et sur le partage des prérogatives entre forces de l’ordre et pouvoirs militaires.

Date : 
Jeudi 26 octobre 2017

Lieu :
CNRS, 61 rue Pouchet 75017 PARIS
salle Pouchet

Organisation :
Pierre Crétois (Sophiapol) et Caroline Guibet Lafaye (Centre Émile Durkheim)

Programme

9h00 – 9h15 : accueil des participants
9h15 – 9h30 Mot d’introduction
9h30 – 11h30 : État d’urgence : de l’exception à la normalisation
Président de séance : Karine Parrot (Université de Cergy-Pontoise)
Intervenants :
Manuel Cervera-Marzal (EHESS – CESPRA), « L’état d’urgence contre la démocratie »
Vanessa Codaccioni (Paris 8), « La normalisation de l’exception sous la Ve République »
Sylvie Thénault (CNRS – Paris 1), « État d’urgence et guerre d’indépendance algérienne : un précédent exemplaire ? »
Discussion
11h30 – 11h45 : pause
11h45 – 13h00 : Table ronde
Première table ronde : Isabelle Attard (ancienne députée EELV), Lila Charef (Responsable juridique du CCIF), Pouria Amirhrahi (ancien député socialiste, à confirmer)
Isabelle Attard proposera des « Regards sociologiques par une députée les réactions politiques concernant l’état d’urgence »
Lila Charef interviendra sur « Les conséquences de l’état d’urgence sur la société française »
13h00 – 14h00 : pause déjeuner
14h00 – 16h00 : État d’urgence : vers la constitutionnalisation
Président de séance : Lila Charef
Karine Parrot (université de Cergy-Pontoise), « État d’urgence 2015-2017, retour sur les textes et les pratiques »
Olivier Cahn (université de Cergy-Pontoise), « La législation antiterroriste française : d’un droit pénal dérogatoire à un droit autonome de gestion des crises extrêmes »
Serge Slama (université Paris Nanterre), « Projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation : une tentative avortée de fabrication d’un droit constitutionnel de l’ennemi ? »
Discussion
16h00 – 16h15 : pause
16h15 – 18h00 : Table ronde
Seconde table ronde : Laurence Blisson (secrétaire générale du syndicat de la magistrature), Raphaël Kempf (avocat), Vincent Brengarth (avocat)
Laurence Blisson interviendra sur «Le juge dans l’antiterrorisme : entre contournement, surarmement et dévoiement»
Vincent Brengarth sur « L’état d’urgence et l’émergence d’un droit de la preuve dérogatoire »
Raphaël Kempf sur « L’état d’urgence et la figure du suspect »

Télécharger le programme

Séminaire “Les philosophes et leur monde : pour une histoire globale de la philosophie”, octobre-décembre 2017, Paris 8

Séminaire de recherche  sous la direction de Paul Guillibert (Université Paris Nanterre, Sophiapol) et Matthieu Renault (Université Paris 8, LLCP).

Contacts :
paulguillibert@gmail.com
matthieu.renault@gmail.com

Programme

Les séances auront lieu à l’Université Paris 8, 2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis (métro : ligne 13, station Saint-Denis Université), Salle A028. L’entrée est libre, sans préinscription.

Mercredi 18 octobre – 18h/21h • Farah Cherif ZaharComprendre l’appropriation du savoir grec par les Arabes en historien de la philosophie 

Mercredi 8 novembre – 18h/21h Sophie Wahnich Qu’est devenue la Révolution française dans le débat philosophique des années 1960-80 ?

Mercredi 22 novembre – 18h/21h Luis Martínez Andrade – Marx et l’Amérique latine : une rencontre inopinée

Mercredi 6 décembre – 18h/21h Guillaume Sibertin-BlancLa guerre d’Algérie et la « philosophie française contemporaine » : questions préliminaires à une recherche de traces et d’effacements

Mercredi 20 décembre – 18h/21h Wolf FeuerhahnD’une histoire indigène à une histoire transnationale de la philosophie

Argumentaire

On se pose souvent la question de savoir si faire de l’histoire de la philosophie est véritablement faire de la philosophie. Il ne serait pas moins légitime de se demander dans quelle mesure cela signifie faire de l’histoire. Si on accepte de la considérer de l’extérieur, d’un point de vue strictement historiographique, plutôt que dans sa logique interne, force est de reconnaître que l’histoire de la philosophie se résume bien souvent à une histoire des grands problèmes, concepts et œuvres (de tel ou tel philosophe) comme autrefois on faisait l’histoire des grands hommes (de tel ou tel roi), guerres et autres événements notables. Ce séminaire s’ancre dans la conviction que la philosophie a beaucoup à apprendre des courants historiographiques qui se sont développés depuis une cinquantaine d’années au moins  : histoire sociale, histoire par le bas, histoire globale, histoire transnationale, histoire postcoloniale, histoire des circulations, histoire connectée, etc. Or, ces « nouvelles » historiographies nous suggèrent la nécessité d’un double déplacement. De même que l’histoire sociale a détrôné les rois en les inscrivant dans la « longue durée » des rapports sociaux, de même l’histoire de la philosophie doit-elle repenser le discours philosophique à partir de la matérialité du monde social, qui lui fournit non seulement un contexte et des conditions de possibilité, mais un sol et un horizon permanent. Cette réinscription sociale de la philosophie par l’histoire serait néanmoins incomplète si elle ne conduisait pas à décentrer l’histoire de la philosophie, dont les frontières internes épousent encore généralement celles de l’Europe-Occident. Réexaminer, au-delà de la simple question des « influences », les circulations, intellectuelles mais aussi matérielles, au long desquelles la philosophie s’est constituée et constamment réinventée est le geste qu’il nous semble nécessaire d’amorcer pour que la philosophie soit à la hauteur de l’histoire, c’est-à-dire aussi de sa propre histoire.

Ce séminaire prend le relais du séminaire « Déprovincialiser l’histoire, réorienter la philosophie » qui s’est tenu entre 2015 et 2017.

 

 

 

 

Séminaire “Du temps à l’histoire. Séminaire de philosophie française contemporaine”, programmation 2017/2018, Paris et Nanterre

La question du temps traverse toute la philosophie française du XXe siècle. En tentant de penser le temps en tant que tel, indépendamment de l’espace qui ne nous en livre qu’une vision partielle, Bergson le situe au cœur de l’interrogation philosophique. Sartre poursuit ce mouvement et l’enrichit de ses propres réflexions sur la philosophie de Heidegger, qui avait lui-même proposé une conception profondément originale du temps à partir de l’analytique du Dasein. Les philosophies de Deleuze, de Derrida et de Badiou ont ensuite repris le flambeau dans la seconde moitié du siècle pour proposer des pensées singulières de l’événement. Pourtant, en parallèle, on observe que la problématique du temps se déplace jusqu’à rejoindre la problématique de l’histoire. Le passage, chez Sartre, de L’être et le néant à la Critique de la raison dialectique est en quelque sorte le symbole de ce déplacement. Mais les philosophies d’Althusser ou de Foucault en sont également les grands témoins puisqu’elles proposent une réflexion centrée sur l’histoire, et non plus sur le temps. Cette passion philosophique pour l’histoire entretient cependant avec les philosophies du temps des rapports difficiles. La polémique entre Foucault et Derrida autour de L’histoire de la folie repose largement sur l’opposition entre le temps et l’histoire. Deleuze a également eu tendance à opposer le devenir à l’histoire. Et Badiou a clairement distingué sa pensée de l’événement de toute réflexion sur l’histoire, réduisant cette dernière à une « fiction ».
Du temps à l’histoire, il n’y a donc nulle continuité : les philosophies du temps se sont maintenues malgré le développement de la problématique historique et ces deux perspectives ont toujours entretenu l’une avec l’autre des relations houleuses. Et pourtant, on ne saurait réduire ces deux voies philosophiques à deux parallèles qui jamais ne se croisent. La cohérence que Sartre perçoit dans son œuvre ainsi que les réflexions du jeune Foucault sur Heidegger et Binswanger, dont les analyses existentielles orienteront de manière certaine sa conception de l’histoire dans les années 1960, prouvent qu’il n’y a pas là une opposition stérile entre deux écoles de pensée. La grande philosophie de l’histoire, qui constitue le chapitre 3 de L’Anti-Œdipe de Deleuze et Guattari, suffit également à introduire le doute dans une dichotomie trop simple.
Les fils du temps et de l’histoire semblent donc particulièrement entremêlés dans la philosophie française du XXe siècle. Le séminaire cherchera à clarifier les choses en revenant sur les grandes figures, sur les grandes problématiques et sur les grands thèmes de cette question. Prenant pour présupposé que le temps et l’histoire constituent un point d’insertion privilégié dans les problèmes de la philosophie française contemporaine, nous nous demanderons comment ces notions en sont venues à s’affronter ou à s’enrichir mutuellement, à diverger ou à se rassembler pour produire ces pensées qui constituent le sol sur lequel et à partir duquel nous pensons encore aujourd’hui.
.
Lieux et horaire :
Le séminaire aura lieu en alternance à l’Université Paris Nanterre à l’ENS, rue d’Ulm.
Les séances ont lieu de 17h à 19h.
 .
Organisation :
Le séminaire est organisé par Jean-Baptiste Vuillerod et Laure Barillas
 .

Programme

19 octobre 2017 – Université Paris Nanterre, Bât. L, salle L312
Elie During : “Tota simul : une formule secrète dans la philosophie française du 20e siècle”

30 novembre 2017 – Université Paris Nanterre, Bât. L, salle L312
Patrice Maniglier

.
14 décembre 2017 – ENS (45 rue d’Ulm, salle R, 17h-19h)
Frédéric Worms

.
14 mars 2018 – ENS (29 rue d’Ulm, salle Paul Langevin, 17h-19h)
Laure Barillas et Jean-Baptiste Vuillerod

.
18 avril 2017 – Université Paris Nanterre, salle à préciser
Andrea Angelini

mai 2018 – (ENS Ulm, salle à préciser)
François-David Sebbah

.

 

 

Nouvelle parution : Néolibéralisme et subjectivité, Revue Terrains/Théories

Ce nouveau numéro de la revue électronique en accès libre Terrains/Théories comporte un dossier consacré au « Néolibéralisme et subjectivité » ainsi que des recensions.
Le présent numéro de la revue Terrains/Théories réunit les contributions de philosophes, sociologues et psychologues dont les analyses se situent à l’intersection de ces trois disciplines, et sont informées des débats économiques contemporains au sujet du néolibéralisme.
À partir d’une réactivation et d’un examen critique de la discussion inaugurale de ce problème par Michel Foucault dans Naissance de la biopolitique, ce dossier propose d’aborder, dans une perspective transdisciplinaire qui confronte l’analyse théorique aux études de terrain, les processus de la subjectivation et de la socialisation à l’heure du néolibéralisme.
Qu’ils prennent pour point d’ancrage les théories de la personnalité ou du travail, et pour objet privilégié le monde de l’entreprise ou le système universitaire, ces textes visent tous à questionner, directement ou indirectement, les termes de ce problème des rapports entre néolibéralisme et subjectivité.

Dossier coordonné par Alexis Cukier et Jean François Bissonnette.

Sommaire

Dossier

Alexis Cukier et Jean François Bissonnette : Présentation du dossier : néolibéralisme et subjectivité

Wendy Brown : « Rien n’est jamais achevé » : un entretien avec Wendy Brown sur la subjectivité néolibérale

Stéphane Le Lay et Duarte Rolo : Ce que le néolibéralisme fait au travail : une étude de cas en centre d’appels téléphoniques

Alexis Cukier : Entrepreneur de soi ou travailleur aliéné ? Penser l’organisation néomanagériale du travail avec et au-delà de Foucault

Comptes-rendus
 .

Soutenance de thèse d’Olivier Chassaing : « Réprimer les crimes, reconnaître les torts. La fonction normative de la peine », 6 octobre 2017, Paris Nanterre

Olivier Chassaing, doctorant en philosophie au laboratoire Sophiapol (Université Paris Nanterre), soutiendra sa thèse, réalisée sous la direction de Christian Lazzeri et intitulée

« Réprimer les crimes, reconnaître les torts. La fonction normative de la peine »

Date et lieu :
Vendredi 6 octobre 2017 à 14h
Université Paris Nanterre
Bâtiment B, RDC, salle Paul Ricoeur (B016)

Comment venir et s’orienter sur le campus ?

Jury :
Mme Magali Bessone, Professeure, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (rapporteure)

M. Stéphane Haber, Professeur, Université Paris Nanterre

M. Bruno Karsenti, Directeur d’études, École des Hautes Études en Sciences Sociales (rapporteur)

M. Jean-François Kervégan, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

M. Christian Lazzeri, Professeur, Université Paris Nanterre (directeur)

Mme Raphaële Parizot, Professeure, Université Paris Nanterre

Résumé
La peine est une institution paradoxale des sociétés démocratiques contemporaines : les excès et les effets de surpénalisation qu’entraînent certaines politiques sécuritaires sont critiqués, mais l’impunité de certains crimes fait scandale et l’on appelle à ce que justice soit faite ; l’abolition de certaines peines (de prison par exemple) ou l’introduction de formes alternatives de régulation (telles les mesures de justice restaurative) sont revendiquées, mais l’on bute sur la difficulté à donner force au droit sans sanctions dissuasives. La présente thèse porte sur les raisons qui font passer l’institution pénale pour indépassable. Elle soutient qu’au-delà de son statut d’instrument afflictif ou de véhicule au ressentiment collectif, la justice pénale est investie d’un troisième rôle, que l’on propose de nommer la fonction normative de la peine. Cette fonction se manifeste à plusieurs égards : l’institution pénale affirme le caractère fondamental de certains interdits et participe à reconnaître les torts subis par les individus, parfois au rebours de la morale dominante ; elle contribue à déplacer les normes sociales et à distinguer les infractions qui importent à l’État et celles qui demeurent invisibles ; elle modèle le contenu et les formes de la conflictualité sociale en mettant en scène les demandes de justice face à l’autorité publique.

L’examen de cette fonction normative et de ses répercussions sur la justification de la peine constitue les deux versants de ce travail. La première partie montre qu’au nom du rôle de reconnaissance des torts et des injustices dont l’institution pénale peut être investie, son emploi peut délibérément accroître la souffrance et l’exclusion sociale des condamnés. La deuxième partie cherche plus fondamentalement à comprendre si et comment l’État peut imposer des repères pratiques et des critères d’évaluation aux individus par la menace, malgré la généralité de la loi et le désaccord qui peut affecter les décisions des tribunaux. La troisième partie évalue les ambiguïtés de l’identification des condamnations à la reconnaissance d’un tort. Indexer la sévérité de la peine à la demande de la victime, tout en tenant compte du châtiment mérité par le coupable, revient à confier à la justice la tâche d’évaluer avec justesse les motifs des différends entre individus et groupes. Le problème est qu’elle le fait dans un cadre défini a priori par trois opérations : la qualification des infractions, l’imputation de la responsabilité et l’individualisation de la sentence.

L’enquête conclut que la peine ne se réduit pas à un instrument auxiliaire de dissuasion ou de neutralisation. Elle contribue à trancher les conflits et à transformer la vie morale d’une société, ce qui explique en partie sa résistance face aux arguments de l’abolitionnisme ou de la justice restaurative. Elle demeure néanmoins une institution ambivalente, dont la justification est insatisfaisante : à la fois point d’appui à l’expression des demandes de justice, et, en raison de son caractère étatique, facteur de dissolution de ces mêmes demandes.

Mots-clés

crime – tort – peine – justice – philosophie politique et morale – théorie du droit

Séminaire : “Le concept de classe”, programmation 2017-2018, Paris Nanterre


Le séminaire de philosophie sociale du Sophiapol portera, pour les deux ans à venir, sur le concept de classe sociale, selon deux versants, le premier à caractère théorique, le second, à caractère plus empirique, mais il ne saurait y avoir de séparation tranchée entre les deux niveaux. Le séminaire se propose cette année de prendre en compte le premier versant, à travers les débats théoriques et historiques autour du concept de classe sociale. Le premier d’entre eux, et sans doute l’un des plus importants, tient à l’appréhension économique ou sociologique de la classe : depuis la seconde moitié du XIXe siècle, ces deux types d’appréhension, qui ne sont pas en elles-mêmes contradictoires, se différencient cependant clairement, selon que l’on met l’accent sur la frontière qui sépare les possesseurs des moyens de production et les possesseurs de leur seule force de travail, ou que l’on met au premier plan une gradation de différenciations sociales qui se fonde sur des niveaux de revenus, des différences culturelles, et plus généralement, des distinctions de style de vie qui définissent des différences statutaires productrices de légitimité sociale.

On explorera, à partir de là, quelques aspects des discussions théoriques entre ceux qui se réclament de la tradition marxienne et les grandes sociologies comme celles de Simmel, Weber, Veblen, Halbwachs ou Bourdieu. L’un de ces aspects, porte sur le fait que le concept de conflits de classe ne possède pas la même signification selon que la question centrale du conflit réside dans l’accaparement des moyens de production, ou plus modestement dans le desserrement des contraintes d’exploitation, où dans des conflits statutaires pour l’accaparement des attributs classants : dans les deux cas, les conflits ne sont pas de même nature et ils possèdent des effets distincts. Un autre de ces aspects, lié au précédent, a pour objet la question de l’unification de la classe. Même si l’on admet que le conflit social économique et politique joue un rôle important dans la construction de l’unité de la classe, on ne peut prétendre avoir épuisé l’explication de celle-ci dans la mesure où la sociologie historique comparative (incluant la théorie de la mobilisation des ressources dans ses différentes variantes) a largement montré qu’il existe des conditions plus fines de construction de cette unité qu’il faut analyser dans des situations historiques variables : quel rôle jouent les diverses formes d’organisation collective traditionnelles dans les phénomènes de mobilisation ? Quelle est la place et l’importance des croyances religieuses (qui ne concernent pas, loin s’en faut, seulement l’éthique du capitalisme) dans la manifestation de la solidarité sociale entre les membres d’une même classe ? Comment évaluer le rôle de la discipline de fabrique dans la production de formes de contestation efficace ? Y a-t-il un effet structurant du langage et des organisations politiques sur l’unité de la classe ? Selon quelles modalités les questions du genre interviennent-elles dans la constitution de la classe ?

C’est ce qui introduit au second débat du séminaire, à savoir celui des rapports entre classe et genre. Depuis plusieurs années, des philosophes des sociologues féministes ont fait observer la prégnance et l’importance des problèmes de croisement et de déterminations réciproques entre la classe et le genre en montrant de quelle manière les différentes formes d’exploitation du travail s’incorporent, comme un point d’appui les inégalités de genre, alors même, que les inégalités de classe peuvent surdéterminer les modalités mêmes de la domination masculine. Le troisième débat, est celui de la transformation dans la composition des classes sociales des pays industriels et l’une des questions en discussion entre les économistes et les sociologues marxistes et non marxistes a porté, depuis les années 1970 sur la question de la «moyennisation» des classes, position corrélative de celle de la «dilution» de la classe ouvrière au sein de la société salariale. C’est un débat dans lequel sont intervenus des théoriciens aussi différents que Ralf Dahrendorf, Nicos Poulantzas, Alvin Gouldner, et, plus récemment, John Scott, Erik Olin Wright et certains marxistes analytiques comme John Roemer. Le séminaire se propose de réactiver ce débat qui se poursuit actuellement, aussi bien en France que dans les pays anglo-saxons.

Le séminaire est ouvert à tou.te.s.
.

Lieu et horaire :
Université Paris Nanterre
! Attention certaines séances ont lieu dans le bâtiment Max Weber, d’autres au Bâtiment L (4ème étage Salle du conseil de l’UFR L436 à droite en sortant de l’escalier). Voir détail ci-dessous.
Les séances ont lieu de 14h00 à 16h00.

Organisation :
Vincent Bourdeau (UFC Besançon), Eva Debray (Université Paris Nanterre), Marie Garrau (Université Paris 1), Katia Genel (Université Paris 1), Stéphane Haber (Université Paris Nanterre), Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre), Alice Le Goff (Université Paris Descartes), Emmanuel Renault  (Université Paris Nanterre).

.

Programme

 

mardi 24 octobre (Bâtiment Max Weber, Salle séminaire 2) : Franck Fischbach (Université de Strasbourg)
« Le concept de classe chez Marx »

mardi 14 novembre (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Alice Le Goff (Université Paris Descartes)
« Le concept de classes, entre sociologie et économie »

lundi 22 janvier (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre)
« La formation de l‘unité de la classe ouvrière : un débat (aussi) d’histoire sociale »
séance reprogrammée, initialement prévue le 12 décembre

lundi 12 février (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Yves Sintomer (Université Paris VIII)
« Max Weber et les classes »
séance annulée

lundi 26 février (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Edward Castleton (Université de Franche-Comté)
« Les classes travailleuses peuvent-elles être représentées (de Sieyès à Pétain) ? »
séance reprogrammée, initialement prévue le 10 octobre

lundi 26 mars (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Andrew Sayer (University of Lancaster)
« Economic Justice and the Moral Significance of Class »

10 avril 2018 (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Isabelle Clair (Iris – EHESS)
« La classe sociale dans les usages français de l’analyse intersectionnelle »
séance annulée pour cause de mobilisation

.

.

 

Nouvelle publication : Canetti. Les métamorphoses contre la puissance, par Nicolas Poirier

Romancier, dramaturge, anthropologue, essayiste et moraliste, prix Nobel de littérature en 1981, Elias Canetti est un écrivain inclassable, rétif aux dogmes comme aux idéologies, qui a tout fait pour ne pas s’ériger en maître. Hostile aux systèmes de pensée à vocation totalisante, la pensée de Canetti peut sembler, à première vue, assez déroutante, tant il est difficile d’en identifier la forme unitaire qui lui confère d’emblée sa signification. Pourtant, si ses motifs sont indéniablement pluriels, l’oeuvre de Canetti n’en reste pas moins portée par le souci de donner tout son sens à la possibilité pour les hommes de résister, en se jouant notamment des identités figées, à un pouvoir ayant besoin d’infliger la mort pour s’exercer.

Le livre de Nicolas Poirier privilégie l’aspect plus directement politique de l’oeuvre de Canetti : à partir principalement de l’anthropologie de la culture élaborée par Canetti dans Masse et puissance, son unique ouvrage théorique, il se donne pour objet de faire ressortir les thématiques et problématiques saillantes de la réflexion menée par Canetti concernant notamment le pouvoir et son lien avec la mort, mais aussi plus largement la capacité humaine de faire communauté sans succomber aux pathologies qui enferment l’homme dans une identité qu’il prétend exclusive.

Nicolas Poirier est professeur de philosophie, chercheur rattaché au Sophiapol et docteur en science politique. Il a publié plusieurs articles dans Les Temps modernes, la Revue du Mauss et Les cahiers critiques de philosophie. Il est l’auteur de Castoriadis. L’imaginaire radical (PUF, 2004) et de L’ontologie politique de Castoriadis (Payot, 2011), et a récemment dirigé un ouvrage sur la pensée de Baudrillard, Baudrillard, Cet Attracteur intellectuel étrange (Bord de l’eau, 2016).
.

Table des matières
.

Introduction

 I. Masse et société

1. L’origine de la masse

La phobie du contact : le caractère paradoxal de la masse
La décharge et la constitution de la masse : une exigence fondamentale d’égalité

2. Les différentes formes de masse

La tendance à la domestication : la masse fermée
La tendance à l’éclatement : la masse ouverte

3. De la meute à la masse

La meute
Le caractère équivoque de la masse : masse répressive et masse libératrice
.

II. Le pouvoir et la mort

1. Survie et puissance

Le lien structurel entre la masse et la puissance
Le survivant : démystifier la figure du héros

2. Le fondement mortifère de la puissance

Le pouvoir et la guerre
Mourir en masse

3. Canetti et la pensée du pouvoir : une alternative à la philosophe politique

L’ordre comme échéance de mort différée
Nécessité de l’institution politique ? Une mise en question du paradigme hobbesien
Les historiens face au pouvoir : l’histoire, c’est toujours celle des vainqueurs
.

III. Puissance et métamorphoses

1. Pouvoir et paranoïa

Masse et autorité
Le despote paranoïaque et la personnalité autoritaire

2. Masse et métamorphoses

Au-delà des critiques de la masse
Le jeu des métamorphoses

Conclusion

.
Informations techniques :
Canetti. Les métamorphoses contre la puissance, par Nicolas Poirier
Editeur : Michalon
ISBN : 978-2-84186-875-9
128 pages
12 euros

Retrouvez la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Une présentation du livre aura lieu le mercredi 18 octobre de 19h00 à 21h00 à la Librairie Palimpseste, 16 rue de Santeuil, 75005 Paris, en face de l’université Sorbonne-nouvelle (M° Censier-Daubenton, ligne 7). La discussion autour du livre sera animée par François L’Yvonnet, éditeur à L’Herne et professeur de philosophie.

.

.

Colloque “Proudhon et l’idée de Révolution”, 17 novembre 2017, Paris Nanterre

Date :
Vendredi 17 novembre 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment F, salle des conférences (F352)
Comment venir ?

Organisation :
Coorganisé par la société P.J. PROUDHON et le Sophiapol.

Programme

9h30 Accueil

10h  Christian Laval : Présentation du colloque : Où en est l’idée de la révolution cent ans après Octobre ?

10h30 Georges Navet : Proudhon, Justice et Révolution

11h Débat et pause

11h30 Édouard Jourdain : Radicalité contre extrémisme: la pensée révolutionnaire de Proudhon 

12h Débat

12h30 -14h Repas

14h Edward Castleton : Proudhon, Révolution et progrès

14h30 Anne Steiner : De l’anarchisme au pôle insurrectionaliste de la SFIO : l’itinéraire complexe de Miguel Almeyreda, journaliste et révolutionnaire ».

 15h Débat et pause

15h30 Roger Sue : La Révolution de l’association

16h Pierre Sauvêtre : L’actualité du communalisme 

16h30 Débat final

17 h Fin du colloque –AG de la Société P.J. Proudhon