Archives de catégorie : Les grammaires du politique

Séminaire “Surveiller et punir : relectures, usages, actualisations”, programme 2018

 

Séminaire “Surveiller et punir: relectures, usages, actualisations”, (dir. Judith Revel, univ. Paris Nanterre/Sophiapol et Guillaume le Blanc, univ. Paris Est Créteil/LIS)

Toutes les séances auront lieu à l’université Paris Nanterre, de 17h à 19h, bâtiment Max Weber, salle 2,

sauf les séances exceptionnelles du 4 et du 11 avril 2018

 

Programme 2018

 

17 janvier
Judith Revel (Paris Nanterre/Sophiapol) et Guillaume le Blanc (UPEC/LIS):
Des raisons d’une relecture

14 février
Pierette Poncela (Paris Nanterre/CDPC)
Analyser le droit pénal avec la boite à outils foucaldienne

21 mars
Laurence Barry (université hébraïque de Jérusalem)
Surveillance et gouvernementalité à l’ère du big data

4 avril (séance exceptionnelle: de 14h30 à 17H30, amphi W, bâtiment Max Weber)
Judith Butler, Michael Hardt, Antonio Negri
Débat autour de Notes Toward a Performative Theory of Assembly (trad. fr. Rassemblement, Fayard, 2016) et de Assembly (Oxford University Press, 2017)

11 avril
Judith Butler (séance exceptionnelle, de 14h30 à 16h30, à l’université Paris Est Créteil)
titre à venir

13 juin
Vanessa Codaccioni (Paris 8/CRESPPA)
Surveillance et exceptionnalité

 

Vous êtes les bienvenu.e.s, entrée libre dans la limite des places disponibles

Séminaire “Discipliner l’archive?”, programme 2018

 

Séminaire “Discipliner l’archive?” (direction Judith Revel et Anne Raulin, univ. Paris Nanterre/Sophiapol), dans le cadre du Labex “Les passés dans le présent », université Paris Nanterre

Toutes les séances auront lieu à 14h30 au bâtiment Max Weber, salle 2 – sauf mention contraire
Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Programme 2018 du séminaire :

 

10 janvier
Patrick Boucheron (Collège de France):
“Un autoportrait de papiers : Georges Duby en ses archives”.
Avec la participation de Yann Potin (Archives Nationales).

24 janvier
Théophile Lavault (Paris 1/EXeCO), Samir Hadj Belgacem (Labex “Les passés dans le présent”/univ. Paris Nanterre), Vanessa Codaccioni (Paris 8/CRESPPA):
“Trois usages disciplinaires des archives autour de la guerre d’Algérie” (philosophie, sociologie, science politique).

21 février:
Arianna Sforzini (ICI Berlin/BnF), Judith Revel (université Paris Nanterre/Sophiapol), Emmanuel Renault (université Paris Nanterre/Sophiapol):
“Archives de philosophes, usage philosophique des archives: les cas Foucault et Dewey”

7 mars:
Simon Ridley (université Paris Nanterre/Sophiapol), Christelle Dormoy (université Paris Nanterre/CRESPPA):
“Archives du militantisme, de Berkeley à Vincennes”

28 mars:
Stéphane Dufoix (université Paris Nanterre/Sophiapol):
“Charles Tilly : un sociologue sur le terrain de l’histoire”

11 avril (exceptionnellement en salle 1 du bâtiment Max Weber)
Emmanuelle Loyer (Sciences Po Paris), Anne Raulin (université Paris Nanterre/Sophiapol).
“Archives et anthropologie. Retour sur les archives Lévi-Strauss et Kardiner”

17 mai:
Christine Jungen (CNRS/LESC) et Tiziana Beltrame (université Paris Nanterre/LESC)
“Archives numériques, ou des techniques pour gérer le temps”

 

Soutenance de thèse de Jeanne Lamaison-Boltanski : “Les communautés politiques parallèles. Mouvement rastafari et cultures hip hop au Burkina Faso”, 1er décembre 2017, Paris Nanterre

Jeanne Lamaison-Boltanski, doctorante au laboratoire Sophiapol, soutiendra sa thèse, réalisée sous la direction de Stéphane Dufoix et intitulée :

 

“Les communautés politiques parallèles. Mouvement rastafari et cultures hip hop au Burkina Faso.

 

Date et lieu :
Vendredi 1er décembre 2017 à 14h
Université Paris Nanterre
Bâtiment B, RDC, salle René Remond (B015).

Comment venir et s’orienter sur le campus ?

 
Membres du jury :
Jean-Bernard OUEDRAOGO, Directeur de recherches, CNRS (rapporteur)
Richard BANÉGAS, Professeur, Sciences Po Paris (rapporteur)
Mme Stefania CAPONE, Directrice de recherche, CNRS
Mme Anne RAULIN, Professeur, Université Paris Nanterre
M Stéphane DUFOIX, Professeur, Université Paris Nanterre (directeur de la thèse)

 
Résumé :
À rebours des théories de la mondialisation comme dispositif déterritorialisé, la communauté rastafari de Ouagadougou revendique une identité afrocentrée qu’elle adapte à sa situation africaine. Réclamant haut et fort son identité burkinabè à travers notamment le rappel mémoriel d’une figure politique locale, littéralement iconique, celle de Thomas Sankara, en même temps que son identité africaine mythique construite à partir de la cosmologie rastafari, cette communauté incarne pourtant l’hybridité et la fluidité propres aux définitions de la mondialisation. Construite en opposition à Babylone, le monde des Blancs, l’identité rastafari, née en Jamaïque, émerge aujourd’hui en Afrique. Cette identité, à la fois afrocentrée et transnationale, instaure un rapport complexe aux Occidentaux, qui représentent la Babylone (les « Forces du Mal » dans la Bible) des rasta, étant donné l’importance que revêtent les rencontres avec ceux-ci dans le mode de vie des rasta à Ouagadougou, rencontres prises dans ce que les rasta appellent le « système nassara » (« système blanc »). C’est alors la notion d’ambivalence qui apparaît comme une ressource intéressante pour analyser les négociations entreprises par les rasta burkinabè dans la formation de leur identité, identité souvent accusée soit d’absolutisme racial, soit, au contraire, d’ « occidentalisation ».

Mots clés : Burkina Faso, Rastafari, Atlantique noir, Afrocentrisme, Identités raciales, Mondialisation.