Archives de catégorie : Les grammaires du politique

Colloque international “État autoritaire, violence politique, némésis du capital : l’Amérique latine et le monde”, Université Paris Nanterre, 24 et 25 janvier 2019

Manifestation contre la dictature militaire – Brésil, 1968

Argumentaire

Depuis la crise financière de 2008, le projet néolibéral a connu de fortes transformations à l’échelle mondiale. Les politiques monétaires menées aux États-Unis, en Europe et au Japon par les Banques centrales ont sans doute permis d’échapper au désastre, mais elles n’ont pas permis d’établir une gouvernance financière sur les flux globaux de biens et de capitaux.

Au début des années 2010, la critique de la mondialisation du capital a trouvé dans les protestations sociales une expression progressiste, voire révolutionnaire : des printemps arabes jusqu’au mouvement brésilien, en passant par la Grèce, l’Espagne, les États-Unis, la Turquie, etc. des mobilisations puissantes ont vu le jour, en inventant des formes d’auto-organisation capables, pour certaines, de renverser des gouvernements. Cette brève séquence est en passe de se refermer et se conclut par la montée de l’extrême droite dans de nombreux contextes nationaux : en Inde à partir de 2014 ; dans plusieurs pays d’Amérique latine depuis 2015 ; aux États-Unis et aux Philippines en 2016 ; en Italie et au Brésil en 2018. Dans les autres pays du Nord, les politiques xénophobes et les tendances autoritaires se sont accompagnées d’une militarisation et d’une sécurisation des politiques de souveraineté dont la gestion des frontières en Europe est l’un des signes les plus visibles. Les régimes de violence propres aux villes globales et aux frontières militarisées semblent faire contrepoint à la circulation toujours plus rapides des marchandises et des flux d’argent dans le capitalisme globalisé. La conjugaison des politiques sécuritaires et le développement du sous-développement, au Nord comme au Sud, conduit à l’émergence d’un nouveau régime de la violence politique qui s’exerce principalement sur les groupes minoritaires.

Le colloque « État autoritaire, violence politique, némésis du capital : l’Amérique latine et le monde » se fixe l’objectif de penser et de discuter une telle conjoncture en croisant des approches philosophiques sur l’évolution des formes de la violence étatique et des enquêtes plus précises sur la situation actuelle en Amérique latine. L’élection brésilienne et la crise vénézuélienne sont deux exemples frappants d’un retournement des tendances dites progressistes en Amérique latine, dans le sens d’un développement de l’autoritarisme d’État.

A cet égard, il s’agira de proposer des réponses aux questions suivantes. Avons-nous affaire à une simple accentuation des traits autoritaires propres aux États capitalistes et aux démocraties libérales, ou bien assiste-t-on à l’émergence d’un nouveau modèle de gouvernementalité, une « révolution d’en haut » inaugurée par Pinochet, Thatcher et Reagan et que les récentes évolutions en Amérique latine et ailleurs semblent accentuer ? Quel rôle et quelle place doit-on accorder à la crise de 2007-2008 et aux mouvements sociaux qui lui ont succédé dans l’accès au pouvoir des gouvernements autocratiques ? La situation brésilienne est-elle singulière ou peut-elle conduire à une aggravation des tendances à l’œuvre ? Dans quelle mesure les différentes pratiques de discipline et de contrôle de la vie sociale contribuent-elles aux transformations des États contemporains ?

Ce sont ces questions que le colloque essayera d’affronter, en combinant une approche théorique et philosophique des tendances générales du capitalisme tardif et des études empiriques sur la situation actuelle en Amérique latine et en Europe.

Date et lieu

Jeudi 24 et vendredi 25 janvier 2019 – de 10h à 17h

Salle des Conférences (F352) – Bâtiment Simone Veil

Université Paris Nanterre

200 Avenue de la République, 92000 Nanterre

Comment venir ?


Organisateurs

Davide Gallo Lassere

Paul Guillibert

Programme

Jeudi 24 janvier 2019

10h – Accueil des participants

10h15 – 12h30 : Mexique, l’administration de la violence

Luis Martinez Andrade : « Violence mythique au Mexique.  État d’exception et administration de la misère »

Frédéric Décosse : « Reprimarisation, contrôle de la mobilité et neo-peonage : les formes contemporaines de l’économie de plantation à la frontière sud du Mexique »

14h – 17h : Brésil, la némésis du progrès

Izadora Xavier Do Monte: «Études féministes de la sécurité : contributions à partir du cas brésilien ».

Alexandre Mendes : « Politique des lignes : mondialisation et crise du progressisme brésilien ». 

Barbara Szanieki : « Agonistique ou agonie de la démocratie ? »

Vendredi 25 janvier 2019

10h – 12h30 : Guerre et nécropolitique en Amérique latine

Jeudiel Martinez: « The Chavismo as a disaster: diagrams of decomposition in the necropolitical Venezuela. »

Giuseppe Cocco : « Crise de la globalisation et nouveau régime de guerre en Amérique Latine »

14h – 17h : Recomposition libérale : autoritarisme, sexisme, migrations

Martina Tazzioli : « Detention from below and peer-to-peer subjection: governing refugees through coerced autonomy  »

Simona de Simoni  : « Autoritarisme et sexisme : le cas italien »

Grégoire Chamayou : « Sur le concept de libéralisme autoritaire »


Podcasts : séminaire Sophiapol “Le concept de classe sociale”

Enregistrements des séances du séminaire Sophiapol “Le concept de classes sociales” organisé par Eva Debray (Université Paris Nanterre), Stéphane Haber (Université Paris Nanterre), Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre), Alice Le Goff (Université Paris Descartes), Emmanuel Renault (Université Paris Nanterre) et Judith Revel (Université Paris Nanterre).

 

Lundi 19 novembre : Isabelle Clair (sociologue, Iris – EHESS/CNRS)
 “L’intersectionnalité contre la classe sociale”

Enregistrer le podcast
.

Lundi 4 février : Yves Sintomer
“Max Weber et les classes”

Enregistrer le podcast

.

 

Soutenance de thèse d’Olivier Surel : “Ontologie sociale hétérodoxe et néo-spinozisme. Une lecture de Louis Althusser et d’Antonio Negri”, mercredi 21 novembre 2018, Université Paris Nanterre

Date et lieu :

Mercredi 21 novembre 2018, 14h-18h
Université Paris Nanterre
M.A.E. salle rez-de-jardin

Membres du jury :

Monsieur Stéphane Haber, Professeur à l’Université Paris Nanterre (directeur).
Madame Chantal Jaquet, Professeure à l’Université Paris I — Panthéon-Sorbonne (rapporteure).
Monsieur Christian Lazzeri, Professeur à l’Université Paris Nanterre (examinateur).
Monsieur Vittorio Morfino, Professeur à l’Université de Milan (rapporteur).
Monsieur Pascal Sévérac, Maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil (examinateur).
Monsieur Guillaume Sibertin-Blanc, Professeur à l’Université Paris 8 (examinateur).

Résumé :

Dans leurs lectures respectives de la critique marxienne de l’économie politique, Louis Althusser et Antonio Negri ont tous deux tenté de compléter cette critique par une lecture originale de la philosophie moderne de Baruch Spinoza. Notre thèse est que dans cette articulation des corpus de Marx et de Spinoza, il est possible de reconstruire une théorie originale de l’être social, ou en d’autres termes, une ontologie sociale hétérodoxe, dont la dominante peut-être caractérisée comme une prise de position « néo-spinoziste » en théorie critique.

Abstract :

In their respective readings of Marx’s critique of political economy, Louis Althusser and Antonio Negri have both attempted to complement this critique with an original reading of the Early Modern philosophy of Baruch Spinoza. Our claim is that in this articulation of Marx and Spinoza’s corpuses, one can reconstruct an original theory of social being, or in other words, a heterodox social ontology, whose dominant can be characterized as a « neo-Spinozist » position in critical theory.

Soutenance de thèse de Lara Mahi : “La discipline médicale. Ethnographie des usages de normes de santé et de savoirs médicaux dans les dispositifs de la pénalité”, Université Paris Nanterre, vendredi 5 octobre 2018, 13h30

  

Lara Mahi soutiendra, vendredi 5 octobre 2018, sa thèse de doctorat réalisée sous la direction de Philippe Combessie, et intitulée :

La discipline médicale. Ethnographie des usages de normes de santé et de savoirs médicaux dans les dispositifs de la pénalité

    

Date et lieu : 

Vendredi 5 octobre 2018, 13h30
Université Paris Nanterre
Bâtiment Grappin, rdc, Salle des thèses (B015)

    

Membres du jury :

Madame Janine Barbot, Directrice de recherche, Inserm (Rapporteure)
Monsieur Marc Bessin, Directeur de recherche, CNRS (Rapporteur)
Monsieur Philippe Combessie, Professeur, Université Paris Nanterre (Directeur de thèse)
Madame Isabelle Coutant, Chargée de recherche, CNRS
Monsieur Nicolas Duvoux, Professeur, Université Paris 8
Madame Liora Israël, Maîtresse de conférences, EHESS
Madame Corinne Rostaing, Professeure, Université Lumière Lyon 2

  

Résumé

La prison fait l’objet d’un nombre croissant de publications biomédicales depuis les années 1980, en France, comme dans la plupart des pays occidentaux industrialisés, mettant l’accent sur les prévalences élevées de certaines affections chroniques parmi la population carcérale. Comment se fait-il que tant de personnes emprisonnées ont des « problèmes » de « santé » ? Cette thèse entreprend de répondre à cette question en appréhendant la santé non pas comme un état, mais comme une norme. À partir d’une enquête ethnographique associant observations de pratiques judiciaires, monographies des services médicaux d’établissements pénitentiaires, entretiens, statistiques et étude de corpus d’articles scientifiques, elle s’attache à montrer, pas-à-pas, selon une approche processuelle, comment la chaîne pénale produit des « malades » en confrontant les individus saisis par ses dispositifs à des normes de santé et à des savoirs médicaux. À la croisée d’une sociologie des institutions, d’une sociologie de la médecine et d’une sociologie de la connaissance, en étant à la fois attentive à des pratiques bureaucratiques, à la construction de décisions (pénales, gestionnaires et médicales), aux conditions concrètes de réalisation d’études biomédicales en maison d’arrêt et à leurs effets, à des rhétoriques judiciaires et scientifiques, aux activités professionnelles qui constituent le soin en prison et à l’appropriation socialement différenciée de ce travail par les détenus, l’enquête permet de comprendre comment le pouvoir médical se déploie, au présent, de façon discrète et diffuse, dans et par des institutions ne se donnant pas pour première mission de soigner.


Nouvelle publication : Politiques de la vulnérabilité, par Marie Garrau

En une vingtaine d’années, la notion de vulnérabilité est devenue omniprésente dans le débat public et les discours politiques. On ne compte plus le nombre de références aux groupes, populations ou personnes dites « vulnérables ». Mais en quoi consiste cette vulnérabilité à laquelle il est fait référence ? Et quelles en sont les implications morales et politiques ? C’est à ces questions que ce livre est consacré.

Penser la vulnérabilité exige de naviguer entre plusieurs écueils. Il faut à la fois reconnaître qu’elle constitue une structure d’existence commune, à ce titre universellement partagée, sans toutefois omettre de prendre en compte ses variations différentielles et sa distribution inégalitaire, soit le fait que certaines personnes sont rendues particulièrement vulnérables par certains types d’organisation sociale. Aussi faut-il appréhender la vulnérabilité à partir d’une double perspective, philosophique et sociologique. Il sera alors possible de définir une politique de la vulnérabilité, visant la reconnaissance de notre fragilité commune et la lutte contre les processus sociaux qui induisent son intensification.

Marie Garrau est maîtresse de conférences en philosophie sociale et politique à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et membre de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne. Ses recherches actuelles portent sur les conceptions contemporaines de l’autonomie, du pouvoir et de la domination. Elle a notamment publié Care et attention (2014), et codirigé avec Delphine Prévost La liberté négative. Usages et critiques (2018).
.

Table des matières

Première partie : La vulnérabilité comme structure commune d’existence. Approches philosophiques
1. Vulnérabilité, exposition et incarnation : l’approche de Martha Nussbaum
2. Vulnérabilité, incarnation et dépendance : L’éthique du care de Joan Tronto
3. Vulnérabilité et constitution intersubjective de l’identité : la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth
4. Vers une nouvelle conception du sujet moral et politique

Deuxième partie : La distribution inégalitaire de la vulnérabilité. Approches sociologiques
5. La vulnérabilité comme fragilisation des liens sociaux : vulnérabilité et désaffiliation
6. Des liens qui vulnérabilisent : vulnérabilité et disqualification sociale
7. Des liens qui vulnérabilisent : vulnérabilité et rapports de domination

Troisième partie : Vers une politique de la vulnérabilité. L’apport du républicanisme contemporain
8. L’idéal républicain : de la promotion de la non-domination à la promotion des conditions de l’autonomie
9. L’instauration de la citoyenneté républicaine : perspectives institutionnelles

.

Informations techniques :
Politiques de la vulnérabilité, par Marie Garrau
Editeur : CNRS Éditions
Collection :
CNRS Philosophie
Date de parution :  mai
2018
ISBN : 978-2-271-09080-5
370 p.
25 euros

Commandez l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

.

.

Colloque international : “Traditions théoriques et nouvelles technologies”, 20-21 juin 2018, Université Paris Nanterre

Argumentaire

Le développement des technologies de l’information et de la communication, depuis la naissance de la cybernétique jusqu’à la régulation algorithmique des rapports sociaux, a rendu possible le traitement presque instantané de quantités d’information colossales, et affranchi leur transmission des pesanteurs de l’espace. L’émergence de réseaux sociaux à l’échelle mondiale ou de vastes communautés d’échange de pairs-à-pairs, le profilage et la surveillance de masse des populations, la coordination numérique à grande distance des échanges marchands – et financiers – et du travail, tous ces phénomènes marquants n’ont pas manqué d’interroger les catégories par lesquelles sont pensés la technique, l’expérience qu’on en a et les rapports sociaux qu’elle médiatise.

Ainsi par exemple, la phénoménologie a récemment été le cadre d’élaboration d’outils philosophiques adaptés à l’appréhension de l’expérience perceptive ou des interactions constituées par les médiations techniques contemporaines (Don Ihde, 1990 ; Albert Borgmann, 1988 ; Peter-Paul Verbeek, 2005). La pensée de Marx, quant à elle, a constitué le socle d’une théorie de la subsomption renouvelée des interactions sociales dans la sphère du travail, d’une part via la tradition marxiste  de la sociologie mais aussi des sciences de l’information et de la communication anglosaxones, avec le concept de digital labour (Christian Fuchs, 2014 ; Antonio Casilli et Dominique Cardon, 2015 ; Ursula Huws, 2014), parfois enrichi des apports du féminisme matérialiste (Kylie Jarrett, 2016), d’autre part via le post-opéraïsme franco-italien, avec la théorie du capitalisme cognitif et de l’exploitation du travail immatériel (Antonio Negri & Michael Hardt, 2000 ; Yann Moulier-Boutang, 2007 ; Carlo Vercellone, 2014). Suivant une voie différente, ce sont tantôt les intuitions théoriques de la première génération de l’Ecole de Francfort (Lukacs, Adorno et Marcuse en particulier) qui ont été ressaisies dans une nouvelle dialectique de la réification et de la libération technologiques (Andrew Feenberg, 2002), tantôt les théories de l’espace public (Jürgen Habermas, 2012 ; Robin Celikates, 2015) ou de la reconnaissance (Olivier Voirol, 2010) qui ont été mobilisées pour appréhender les transformations structurelles à l’oeuvre. Enfin, la pensée foucaldienne du sujet et du pouvoir a nourri une bonne part des travaux sociologiques relatifs aux dispositifs de surveillance (David Lyon, 2006) ainsi que le récent programme de recherche sur la gouvernementalité algorithmique (Antoinette Rouvroy et Thomas Berns, 2013).

Il ne s’agit plus simplement d’opposer la thèse du progrès technologique à celle de l’aliénation unilatérale, mais de se donner des cadres conceptuels pour saisir des réalités complexes et plurielles. Toutes ces entreprises théoriques ont pour ambition de rendre intelligibles une constellation de phénomènes apparentés (réseaux, échanges symboliques et économiques, travail et surveillance numériques) mais dont la compréhension systématique pose problème. C’est la constitution de l’objet même de la recherche, et de la totalité dans laquelle il s’inscrit, qui dépend des choix théoriques opérés en amont. Cette rencontre visera moins à présenter de nouveaux résultats empiriques qu’à travailler les concepts que la recherche empirique a rendu problématiques. Nous nous proposons ainsi de discuter la pertinence et les limites de la réélaboration de ces différentes traditions, de leur complémentarité ou de leur antagonisme, et d’essayer, à partir de là, de dégager des outils qui nous permettent de comprendre et d’intervenir dans l’évolution technique des sociétés contemporaines.

1) Sujet

En suivant un premier axe, on pourra interroger la constitution des sujets dans les sociétés numériques, et ce selon plusieurs perspectives. Tout d’abord, les médiations numériques, omniprésentes et pas toujours visibles, représentent autant de potentiels dispositifs de pouvoir, orientant, canalisant ou limitant l’activité, ou de dispositifs de surveillance, mesurant et comparant les préférences et les conduites individuelles jusque dans l’intimité. Que devient le sujet, dès lors qu’il est pris dans des réseaux de pouvoir et de surveillance d’une étendue et d’une finesse inédite ? Ensuite, comment se caractérise le rapport du sujet à lui-même, au monde et aux autres, comment en fait-il l’expérience, dans un contexte où tout ceci lui apparaît de plus en plus à travers des dispositifs techniques ? Y a-t-il lieu de voir là des formes nouvelles d’aliénation, de perte de soi, ou des occasions de subjectivation inédites ?

2) Travail

Un deuxième axe, incontournable, est celui du travail et des rapports de production. Des formes de travail d’une nature radicalement nouvelle ont-elles émergé avec les technologies de l’information ? Faut-il reconnaître l’existence d’un digital labour indistinct du loisir, travail du consommateur, immatériel, relationnel, affectif, directement productif ou indirectement reproductif, suscité et exploité par les réseaux sociaux numériques ? Comment comprendre par ailleurs la socialisation du travail par les plateformes – travail désormais coordonné, distribué et surveillé à distance –, qui a permis aussi bien l’exploitation brutale des travailleurs les plus précaires via Uber ou Amazon Mechanical Turk, que l’organisation démocratique du travail de programmation dans le cas de certains logiciels libres ? Plus généralement, quelle signification donner à l’avancée de l’automatisation portée par l’informatique ?

3) Institutions, propriété, communs

Enfin, on envisagera les aspects juridico-institutionnels du changement technique. D’une part, la possibilité nouvelle de copier et faire circuler les contenus et les œuvres informationnels presque sans limite tend à redéfinir les formes de propriété. Doit-on alors parler de nouvelles enclosures, étant donné le rôle crucial des brevets pour le capitalisme contemporain, voire même d’un mode d’accumulation spécifique ? Quelle portée attribuer aux communs de la connaissance, et en particulier au logiciel libre ? D’autre part, l’accroissement exponentiel du flux d’information et la généralisation de la communication décentralisée représentent-ils une nouvelle transformation structurelle de l’espace public, ou bien au contraire sa liquidation dans les rapports marchands ou sa réduction à un voile idéologique jeté sur les formes de pouvoir et d’exploitation évoquées plus haut ?

Date et lieu

Mercredi 20 juin et jeudi 21 juillet 2018
Bâtiment Max Weber – Salle de séminaire 2
Max Weber building, Seminar room 2
Université Paris Nanterre
200 Avenue de la République, 92000 Nanterre
Comment venir ?

 

Programme

Wednesday 20th June 2018

9h – Breakfast

10h – 12h: Limits of the Digital

Susanna Lindberg – “On Prosthetic Existence: Why Poststructuralism is not a Transhumanism”

Fabrice Flipo – “Theoretical positions around the ecological implications of ICTs”

Coline Ferrarato – “Les limites du numérique. Dialogue entre Gilbert Simondon et Andrew Feenberg”

12h – 13h20: Lunch

 

13h20 – 15h20: Digital Technologies of the Subject

Peter-Paul Verbeek – “Existentializing Technology: on digital subjectivity and the technologies of the self”

Paulan Korenhof & Arij Gorzeman – “Interfacing the self: an analysis of changes in interfaces and the construction of the subject”

Frederico Lyra de Carvalho – “Rethinking Adorno’s critique of music: production, distribution and ideology in digital era”

15h20 – 15h30: Coffee Break

15h30 – 18h40: Digital Labours

Ursula Huws – “New technologies, new forms of primitive accumulation”

Antonio Casilli – “Waiting for Robot: bridging the gap between AI’s ‘manifest destiny’ and digital labor”

Sébastien Broca – “Unity and plurality of digital labour”

Kylie Jarrett – “The Work of Not-Labour”

 

Thursday 21 June 2018

 

9h – Breakfast

9h30 – 10h50: Governing Algorithms (1)

Kevin Morin – “Artificial innovation. Machine agentivity in the era of Algorithmic Governmentality”

Tobias Matzner – “Algorithmic subjectivation”

(Antoinette Rouvroy – cancelled)

10h50 – 11h: Coffee Break

11h – 12h20: Governing Algorithms (2)

Luca Paltrinieri & Olivier Sarrouy – “Crowds governmentality and new political subjects” (cancelled)

Peter Polack – “Data Debt, Discourse, and Defection: Traces of Subjectivation and Critique in Algorithmic Governmentality”

12h20 – 14h: Lunch

 

14h – 16h: Digital Labours (2)

Ilios Willemars – “Exposing Placeholders: Implications of Virtual-Reality Pornography on the Logic of Sex-Work”

Anne Alombert – “Work, knowledge and technical externalisation: Stiegler’s reading of Marx at the time of digital automation”

Eric Arrivé – “Commentary on the notion of digital labor”

16h – 16h10: Coffee Break

16h10 – 18h10: Critical Theories of Technology

Olivier Voirol – “Digital machines and the second mimesis

Camilla Brenni – “Reassessing the concept of « Totality » in the Age of Big Data”

Andrew Feenberg – “The internet as Network, world and co-construction”

 

Plus d’information sur le site : https://icttheoryconference.wordpress.com/

Soutenance de thèse de Flore d’Ambrosio-Boudet : “De l’espèce humaine. Affronter l’urgence écologique avec Robert Antelme et Hans Jonas”, Université Paris Nanterre, Mercredi 13 juin 2018, 14h

Flore d’Ambrosio-Boudet soutiendra, mercredi 13 juin 2018, sa thèse de doctorat réalisée sous la direction de Stéphane Haber, et intitulée :

De l’espèce humaine. Affronter l’urgence écologique avec Robert Antelme et Hans Jonas

 

Date et lieu :

Mercredi 13 juin 2018, 14h-18h
Université Paris Nanterre
Bâtiment B, RDC, salle Paul Ricoeur (B016)
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Membres du jury :

Monsieur Martin Crowley, Lecteur à Queen’s College, Cambridge.

Monsieur Stéphane Haber, Professeur à l’Université Paris Nanterre (directeur).

Monsieur Thierry Hoquet, Professeur à l’Université Paris Nanterre.

Madame Nathalie Frogneux, Professeure ordinaire à l’Université catholique de Louvain.

Monsieur Guillaume le Blanc, Professeur à l’Université Paris-Est Créteil (rapporteur).

Madame Corine Pelluchon, Professeure à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée (rapporteuse).

 

Résumé :

Nous partons du constat que l’actuelle urgence écologique (réchauffement climatique, crise de la biodiversité, pollutions) constitue notre condition historique durable. Causée par des activités économiques et sociales identifiables, elle engage la pérennité de multiples espèces vivantes et met en question l’avenir de notre espèce. Cette thèse de philosophie interroge le concept d’espèce humaine, saisi sous l’angle de la naturalité évolutive et écologique, pour prendre acte de la fin de sa version pré-darwinienne sans rouvrir la route au biologisme racialiste et aux délires hiérarchiques criminels que ce dernier a accompagnés. L’enjeu théorique est d’élaborer une ontologie de l’espèce humaine, qui ne cède pas aux mystifications naturalisantes, mais fournisse des repères pour affronter l’urgence écologique. Cette ontologie se forge avec Hans Jonas et Robert Antelme, deux auteurs marqués par l’expérience du nazisme, qui aident à formuler un monisme dialectique non réductionniste, dont puisse dériver une éthique de la vie dans le monde, de la reconnaissance et de la solidarité élargies. La conviction qui guide ce travail est que l’urgence écologique est politique en ce que s’y joue la projection de destins collectifs. Contre la tentation de sauver l’espèce humaine (ou certaines de ses portions) via des « augmentations » biotechnologiques prétendant la faire passer au-delà de la catastrophe ou au-delà d’elle-même, tout en esquivant notre responsabilité présente, nous soutenons que la considération des « limites planétaires », où se diffractent spectre de la mort et désir de pouvoir, appelle un travail sur les conditions d’habitabilité humaine et non-humaine de ce monde, dans lequel l’expérience démocratique trouve matière à se renouveler sans céder à la panique.

 

Abstract :

The starting point of my study is the observation that the current ecological emergency (global warming, biodiversity crisis, pollution) shapes our long-term historical condition. The ecological emergency, which results from identifiable economic and social activities, threatens the continued sustainability of a wide range of species and places the future of our species in jeopardy. My dissertation in philosophy consequently explores the concept of human species, which I address from the point of view of its evolving and ecological naturality. In so doing, I intend to take note of the end of a pre-Darwinian definition, and at the same time I refuse to pave the way for any racialist biologism and for the criminal hierarchies it brought about. What is at stake here for theoretical research is the elaboration of an ontology of human species, which will not give in to any deceptive naturalizing doctrine and will provide us with landmarks to face the ecological emergency. This ontology builds upon two authors, Hans Jonas and Robert Antelme, who endured the experience of Nazism. Their works are central to elaborate a non-reductionist dialectical monism, which can generate an ethics of our life in the world and an ethics of greater recognition and extended solidarity. I argue that the ecological emergency is political in so far as it is the future of collective destinies which is at stake. My approach dismisses the urge to save the human species – or parts of it – by resorting to biotechnological enhancements which would supposedly help our species to step beyond the catastrophe or even beyond “humanity” while shirking our responsibility here and now. I accordingly claim that deeper consideration of planetary boundaries – as well as the spectre of death and the desire for power they imply – calls for a work on the conditions in which humans and non-humans can properly inhabit the world and the democratic experience can be renewed without giving way to panic.

Colloque international : “L’atelier Marx : lectures et usages contemporains”, 2-3 mai 2018, Université Paris Nanterre

Colloque organisé par Juliette Farjat, Paul Guillibert, Stéphane Haber, Christian Laval, Frédéric Monferrand, Daria Saburova et Pierre Sauvêtre.

Présentation

Karl Marx est né le 5 mai 1818. Deux siècles après exactement, la richesse des interprétations de son oeuvre que l’on a proposées et que l’on propose (appropriations, prolongements, critiques) joue encore un rôle majeur dans la pensée contemporaine. Et elle n’est pas sans effets pratiques et politiques. Le but de ce colloque est de faire apparaître un certain nombre de lignes de force dans l’univers foisonnant des manières créatives de se rapporter à Marx et d’entrer en dialogue avec lui. Un Marx toujours au cœur des débats et des enjeux du présent.

Date

2 et 3 mai 2018 de 9h30 à 18h

Lieu

Université Paris Nanterre, comment s’y rendre ?

2 mai : Salle des conférences du bâtiment Max Weber

3 mai : Salle des conférences du bâtiment B

Programme

Mercredi 2 mai 2018, Salle des conférences du bâtiment Max Weber

9.30 – Présentation générale des organisateurs

Horizons : une cartographie des usages (présidence : Pierre Sauvêtre)

9.50 – JN Ducange : Marx en France : questions de méthode

10.10 – R. Keucheyan : Repartir des besoins : Marx, Gorz, Heller

10.30 – Discussion

10.50 – Pause

11. 00 – Jan Hoff : Réception et appropriation non occidentale : On “Marx and emancipation: Recent contributions from Latin America and Germany”

11.20 – D. Saburova : De la classe ouvrière à la classe des travailleurs subalternes: Marx et l’histoire globale du travail

11.40 – Discussion

12 – Pause déjeuner

Retours à Marx : de nouvelles lectures (présidence : Juliette Farjat)

14.00 – Fr. Monferrand : Comment lire les Manuscrits de 1844?

14. 20- P. Clochec : Les jeunes hégélianismes de Marx

14. 40 – Discussion

15. 00 – Pause

15.30 – L. Baronian :  La pensée monétaire après Marx : Suzanne de Brunhoff

15.50 – E. Renault : L’exploitation comme dépendance.

16.10 – J. Bidet : Après Marx, qu’est-ce qu’une politique du peuple ?

16.30 – Discussion

17.00 – Fin de la journée

Mercredi 3 mai 2018, Salle des Conférences du bâtiment B

Héritages de Marx : de nouveaux objets (présidence : Daria Saburova)

10.00 – P. Guillibert : L’écologie de la commune : Marx à l’Obščina

10.20 – P. Sauvêtre : L’héritage de Marx dans la sociologie

10. 40 – Z. Zoubir : Le racisme entre pratique, idéologie et fétichisme : quelques inflexions de concepts marxiens

11 – Discussion

11.30 – Pause

11.50 – J. Farjat : Critiques du langage et langues de la critique. Perspectives marxiennes sur le langage.

12.10 – Dan Hartley: Les voix du Capital. Une poétique de la critique.

12.40 – Discussion

13.00 – Pause Déjeuner

Actualités : théories et pratiques politiques (présidence : Paul Guillibert)

14.30 – Pierre Dardot : Qu’est ce qu’un usage libre de Marx ?

14.50 – Davide Gallo Lassere : Enquête-Marx-Enquête : actualité d’une pratique politique

15.10 –  Jean Quétier : Marx dans les organisations ouvrières : lutte de pouvoir ou travail de parti ?

15.30 – Discussion

16.00 – Pause

16.30 – Juan Manuel Aragüés Estragués : Vers une épistémologie matérialiste.  Résonances entre Spinoza, Marx, Deleuze et Negri.

16.50 –  Simona de Simoni : Travail de reproduction: Genèse et développements d’une lecture féministe de Marx.

17.10 – Discussion

17.30 – Clôture du Colloque