Archives de catégorie : Le présent du capitalisme

Appel à communications : “Approches socio-économiques de la sexualité”, Lille, octobre 2017

 

Date limite de réception des propositions : 2 mai 2017

Argumentaire
La sexualité est une forme d’échange social qui relève du symbolique, du politique, du juridique… mais aussi – et c’est ce qui nous intéresse ici – de l’économique. Au cours des dernières décennies, les sciences sociales de la sexualité se sont emparées de catégories issues des sciences économiques. Elles ont par exemple envisagé la prostitution ou la pornographie comme des activités productives, faisant l’objet d’évaluations et donnant lieu à des formes de valorisation monétaire (Dahinden et al., 2010 ; Tabet, 1987 ; Trachman, 2013). Certains auteurs ont par ailleurs forgé des concepts comme ceux d’« échanges économico-sexuels » (Tabet, 2004), de « capital érotique » (Hakim, 2011) ou de « champ sexuel » (Green, 2013 ; Illouz, 2012), lesquels ont ensuite donné lieu à des prolongements et discussions (Broqua, Deschamps, 2014 ; Combessie, Mayer, 2013). Cependant, des expressions comme celles de « marché matrimonial » ou « industrie du sexe », tout en pouvant être heuristiques, s’apparentent davantage à des métaphores plus ou moins bien contrôlées qu’à des notions aux définitions robustes (Boyer, 2003 ; Mathieu, 2012). Sous l’influence des catégories profanes peu problématisées, certaines approches sont par ailleurs saturées de jugements moraux implicites (Rubin, 1984), autour du caractère corrupteur de l’argent en matière de sexe et de la marchandisation des désirs et des passions, réduisant du même coup la portée des analyses. On peut faire l’hypothèse que l’absence de réflexion sur ces notions est liée au faible nombre de travaux de sociologie économique sur le thème, malgré la place centrale qu’occupe la sexualité dans la société (Illouz, 2006).

Si quelques ouvrages récents consacrent des développements à la question (Steiner, Trespeuch, 2014) ou interrogent la place de la sexualité et de l’érotisme dans la pensée de Max Weber (Lallement, 2013), que l’on peut considérer comme l’un des pères de la sociologie économique, l’économie de la sexualité est absente des principaux ouvrages de synthèse (par exemple, Smelser, Swedberg, 1994 ; Steiner, Vatin, 2009). Les activités liées à la sexualité représentent pourtant une part non négligeable de la production de valeurs, tout en étant rarement comptabilisées dans le produit intérieur brut. Ce constat invite la sociologie économique et la socio-économie à s’emparer de l’objet pour alimenter certaines problématiques classiques autour du travail, de la production, de la valeur, de la régulation, etc. Il nous semble par ailleurs que l’objet peut contribuer à enrichir les approches récentes autour de la marchandisation du corps humain et des résistances à cette dynamique (Almeling, 2007 ; Trompette, 2008 ; Healy, 2010 ; Steiner, Trespeuch, 2014).

Ce colloque vise à discuter des travaux en sciences sociales qui examinent les rapports entre la sexualité et l’économie. Les travaux pourront appréhender leur objet à travers plusieurs angles :

Travail et travailleurs. En quoi une activité liée à la sexualité, qu’elle soit rémunérée ou non, relève-t-elle de la catégorie « travail » ? De quel type de travail s’agit-il ? Quels sont les acteurs individuels et collectifs contribuant aux dynamiques de professionnalisation ? Quels sont les effets du développement des nouvelles technologies (notamment de celles liées au web) sur le travail et l’emploi ?

Le marché comme métaphore et comme réalité. Si selon la définition canonique un marché suppose l’existence d’un prix, comment interpréter l’utilisation de la notion pour analyser les relations matrimoniales ? Plus généralement, qu’apporte l’utilisation métaphorique de cette notion à la compréhension de l’économie de la sexualité ? Si l’on peut à juste titrer considérer certaines activités sexuelles (prostitution, sites internet de rencontre, production de contenus pornographiques, sex-shops, etc.) à travers ce prisme, quelles sont les spécificités de ces marchés – souvent contestés et parfois illégaux – par rapport aux autres activités économiques ?

Valeurs, prix et rémunérations dans les activités liées à la sexualité. Comment sont fixés les prix des marchandises et services liés à la sexualité ? Quels sont les normes, règles ou cadrages des dispositions (fantasme, ambiance, etc.) contribuant aux logiques de valorisation des activités sexuelles, notamment sur Internet ? En quoi l’économie de la qualité et des singularités (Karpik, 2007) et la sociologie de la valuation (Vatin, 2009) peuvent-elles contribuer à l’analyse des échanges économico-sexuels ?

Morales économiques et régulation de la sexualité. En quoi la régulation de la sexualité (taxation particulière sur la pornographie, absence de nomenclature dédiée à la prostitution dans les PCS, etc.) et la non prise en compte de certaines activités sexuelles dans la comptabilité nationale sont-ils des révélateurs de la morale économique de l’Etat ? Les dynamiques de légalisation et d’interdiction des activités liées au sexe reflètent-elles la « morale » de la société ou résultent-elles de la mobilisation d’entrepreneurs de morale et des jeux d’acteurs au sein des institutions étatiques ?

La liste de questions et les thématiques proposées n’ont évidemment nullement vocation à être exhaustives. De même, cet appel à communications n’est pas restrictif quant aux périodes historiques et aux aires géographiques étudiées.

Modalités d’organisation
Cet événement scientifique se tiendra à Lille, les 12 et 13 octobre 2017. Chacune des sessions sera discutée par un membre du comité scientifique.
Les propositions de communication de 5 000 signes maximum sont à envoyer à Pierre Brasseur (brasseurph@gmail.com) et Jean Finez (jeanfinez@hotmail.com) au plus tard le 2 mai 2017. Elles devront comporter le titre de la communication, le statut et l’institution de rattachement du communicant, une adresse email ainsi qu’un résumé exposant la question traitée. Il est demandé aux auteurs d’attacher une importance particulière à la présentation de leur méthodologie et de leur terrain. Les propositions seront évaluées anonymement par les membres du comité scientifique. Afin de préparer au mieux les sessions, les communicants devront envoyer un texte (environ 50 000 signes) pour le 1er septembre qui servira de support aux échanges.
A l’issue du colloque un appel à articles pour un dossier « économies et sexualités » sera diffusé par la Revue française de socio-économie. Les contributions seront traitées selon les règles de la revue.

Calendrier
· 2 mai 2017 : date limite pour les propositions de communication
· Fin mai 2017 : réponse aux auteurs
· 1er septembre 2017 : envoi des communications
· 12-13 octobre 2017 : colloque

Comité d’organisation : Pierre Brasseur (CLERSE, Université Lille 1), Jean Finez (CLERSE, Université Lille 1)

Comité scientifique : Marie Bergström (Institut national d’études démographiques), Gilles Chantraine (CLERSE, Université Lille 1), Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis), Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre), Fabien Eloire (CLERSE, Université Lille 1), Florence Jany-Catrice (CLERSE, Université Lille 1), Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble), Lilian Mathieu (CNRS, Centre Max Weber, ENS de Lyon), Gwenola Ricordeau (CLERSE, Université Lille 1), Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne), Mathieu Trachman (Institut national d’études démographiques), Pascale Trompette (CNRS, PACTE, Université Grenoble Alpes).

Soutiens institutionnels
· Association Française de Sociologie (AFS) : réseaux thématiques « Sociologie économique » (RT12) et « Recherches en sciences sociales sur la sexualité » (RT28)
· Centre Lillois d’Etudes et de Recherches Sociologiques et Economiques (CLERSE)
· Université de Lille – Sciences et Technologies
· Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS, Lille Nord de France) et Région Hauts-de-France

* * *

Bibliographie indicative

ALMELING Rene, 2007. « Selling genes, selling gender: egg agencies, sperm banks, and the medical market in genetic material », American Sociological Review, 72(3), p. 319-340.
BECKER Gary, 1991. A Treatise on the Family, Cambridge, Harvard University Press.
BERGSTROM Marie, 2013. « La loi du supermarché ? Sites de rencontres et représentations de l’amour », Ethnologie française, vol. 43, n°3, p. 433-442.
BERNSTEIN Elizabeth, 2007. Temporarily Yours. Intimacy, Authenticity and the Commerce of Sex, Chicago and London, University of Chicago Press.
BLOCK Walter, 1976. Defending the Undefendable: the Pimp, Prostitute, Scab, Slumlord, Libeler, Moneylender, and other Scapegoats in the Rogue’s Gallery of American Society, New York, Fleet Press Corporation.
BOURDIEU Pierre, 1972. « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 27, p. 1105-­1127.
BOYER Robert, 2003. « L’anthropologie économique de Pierre Bourdieu », Actes de la recherche en sciences sociales, 150, p. 65-78.
BROQUA Christophe, DESCHAMPS Catherine (dir.) et KRAUS Cynthia (collab.), 2014, L’échange économico-sexuel, Paris, EHESS.
CHAKER Saloua, 2003. « Entreprise ‘nor-mâle’ cherche femme pour production de contenus à valeur ajoutée. Ethnographie d’une société de messageries rose », Travailler, 9(1), p. 133-161.
CHAPKIS Wendy, 1997. Live Sex Acts. Women Performing Erotic Labor, New York, Routledge.
COMBESSIE Philippe, MAYER Sybilla (dir.), « Sexualités négociées », Ethnologie française, vol. 43, n° 3, juillet-septembre 2013.
COULMONT Baptiste, 2014. « Police économique : le petit commerce pornographique sous l’œil de la police, 1965-1971 », Regards croisés sur l’économie, 14, p. 25-37.
COULMONT Baptiste, ROCA ORTIZ Irene, 2007. Sex-shops. Une histoire française, Paris, Dilecta.
DAHINDEN Janine, HERTZ Ellen, LIEBER Marylène (dir.), 2010. Cachez ce travail que je ne saurais voir. Ethnographies du travail du sexe, Paris, Editions Antipodes.
DESROSIÈRES Alain, 1978. « Marché matrimonial et structure des classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, 20, p. 97-­107.
DUDASH Tawnya, 1997. « Peepshow Feminism », in NAGLE Jill (ed.), Whores and Other Feminists, New York, Routledge, p. 98-118.
EDWARDS Susan, 2004. « Selling the body, keeping the soul: sexuality, power, and the theories and realities of prostitution », in SCOTT Sue, MORGAN David (dir.), Body Matters: Essay on the Sociology of the Body, London, The Falmer Press, p. 89-104.
GREEN Adam Isaiah, 2013. Sexual Fields: Toward a Sociology of Collective Sexual Life, Chicago, University of Chicago Press.
HAKIM Catherine, 2011. Erotic Capital. London, Allen Lane.
HEALY Kieran, 2010. Last Best Gifts: Altruism and the Market for Human Blood and Organs, Chicago, University of Chicago Press.
HOCHSCHILD Russell Arlie, 1983. The Managed Heart. Commercialization of Human Feeling, Berkeley, University of California Press.
ILLOUZ Eva, 2006, Les sentiments du capitalisme, Paris, Le Seuil.
ILLOUZ Eva, 2012, Pourquoi l’amour fait mal. L’expérience amoureuse dans la modernité, Paris, Le Seuil.
KARPIK Lucien, 2007. L’économie des singularités, Paris, Gallimard.
LALLEMENT Michel, 2013. Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard.
MATHIEU Lilian, 2012. « De l’objectivation à l’émotion. La mobilisation des chiffres dans le mouvement abolitionniste contemporain », Mots. Les langages du politique, 100. URL : http://mots.revues.org/20989
PRASAD Monica, 1999. « The morality of market exchange: Love, money, and contractual justice », Sociological Perspectives, 42, 2, p. 181-213.
PRICE-GLYNN Kim, 2010, Strip Club: Gender, Power, and Sex Work, New York, New York University Press.
ROUX Sébastien, 2011, No Money, No Honey. Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, Paris, La Découverte.
RUBIN Gayle, [1984] 2010. « Penser le sexe. Pour une théorie radicale de la politique de la sexualité », in Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, Epel, p. 135-210.
RUBIN Gayle, 1975. « The traffic in women: Notes on the « political economy » of sex », in Rayna R. REITER (ed.), Toward an Anthropology of Women, New York, Monthly Review Press, p. 157-210.
SENDER Katherine, 2004. Business, Not Politics. The Making of a Gay Market, New York, Columbia University Press.
SMELSER Neil, SWEDBERG Richard, 1994. Handbook of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press.
STEINER Philippe, TRESPEUCH Marie (dir.), 2014. Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.
STEINER Philippe, VATIN François (dir.), 2009. Traité de sociologie économique, Paris, PUF.
STORR Merl, 2003. Latex and Lingerie. Shopping for Pleasure at Ann Summers, Oxford/New York, Berg.
TABET Paola, 1987. « Du don au tarif. Les relations sexuelles impliquant une compensation », Les Temps modernes, 490, p. 1-53.
TABET Paola, 2004. La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan.
TRACHMAN, Mathieu, 2013. Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte.
TROMPETTE Pascale, 2008. Le marché des défunts, Paris, Presses de Sciences Po.
VATIN François (dir.), 2009. Evaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.
WEBER Florence, 2000. « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, 41, p. 85-107.
WEITZER Ronald, 2000. Sex for Sale: Prostitution, Pornography and the Sex Industry, New York, Routledge.
ZELIZER Viviana, 2005. The Purchase of Intimacy, Princeton/Oxford, Princeton University Press.

Nouvelle parution : Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail, “Souffrance et théorie”, dirigé par Alexis Cukier

 

Souffrance au travail et nouvelles aliénations, capitalisme émotionnel, production biopolitique… Dans les domaines de la philosophie, de la sociologie et de la psychologie, de nouvelles recherches montrent que l’examen minutieux de l’expérience subjective du travail, et des dynamiques affectives et des relations de pouvoir qui s’y jouent, peut remettre l’analyse du travail au cœur de la théorie critique de la société aujourd’hui.

Cet ouvrage collectif réunit les contributions de philosophes, sociologues et psychologues qui analysent les principes méthodologiques, les notions fondamentales et les implications éthiques et politiques du paradigme du « travail vivant », tel qu’il fut thématisé par Marx pour concevoir l’aliénation dans les sociétés capitalistes et qu’il est aujourd’hui réactualisé dans la psychodynamique du travail.
Travail vivant et théorie critique contribue ainsi au renouvellement des termes d’un débat toujours crucial dans la philosophie et les sciences humaines et sociales : de quelle théorie de la subjectivité avons-nous besoin pour fonder la thèse de la centralité du travail et penser à partir d’elle les conditions de l’aliénation et de l’émancipation dans les sociétés contemporaines ?

Table des matières

Introduction, par Alexis Cukier
Théorie des affects et conception critique du travail
À partir de Marx : l’aliénation du travail vivant
Pour une réactualisation du paradigme du travail vivant
Présentation du parcours de l’ouvrage
CHAPITRE I – HÉRITAGES ET ACTUALITÉ DE LA CRITIQUE IMMANENTE DU TRAVAIL
par Emmanuel Renault
1. Le modèle classique de la critique du travail
2. Travail et domination
3. Les enjeux psychiques du travail
CHAPITRE II – QUELS STATUTS DES ÉMOTIONS DANS LE TRAVAIL ?
par Aurélie Jeantet
1. L’approche sociologique dominante : les émotions comme effets du travail dans les organisations
2. Les émotions comme outil, savoir-faire, produit et travail
3. Idéologie et instrumentalisation des émotions
4. Émotions et résistance
5. Conclusion
CHAPITRE III – THÉORIE DU TRAVAIL, THÉORIE DES PULSIONS ET THÉORIE CRITIQUE : QUELLE ARTICULATION ?
par Christophe Dejours
1. La référence au corps en psychopathologie
2. La référence au corps dans la théorie du travail
3. Corps érotique et corps pulsionnel
4. Les défenses
5. Synthèse partielle
6. Sublimation et coopération
7. Conclusion : théorie du travail, théorie des pulsions et critique sociale
CHAPITRE IV – LE TRAVAIL À MORT
par Bertrand Ogilvie
1. Se libérer du travail
2. Biopolitique et psychodynamique du travail
3. Un travail démocratique ?
4. Ce qui résiste au travail
CHAPITRE V – TRAVAIL, VIE, POUVOIR : LE TRAVAIL VIVANT FACE AUX THÉORIES DE LA BIOPOLITIQUE
par Jean-Philippe Deranty
1. Le travail vivant, catégorie centrale de la psychodynamique du travail
2. Le travail vivant, catégorie centrale de la pensée de Marx
3. L’objection biopolitique : Foucault
4. Biopolitique et biocapitalisme
5. La biopolitique comme théorie métaphysique de la modernité
Les auteurs

Informations techniques :
Travail vivant et théorie critique. Affects, pouvoir et critique du travail, Paris, “Souffrance et théorie”, dirigé par Alexis Cukier
PUF
ISBN: 978-2-13-078687-0
232 pages
Date de parution : 22 mars 2017
Prix : 25 euros

Retrouvez la présentation de l’ouvrage et commandez le sur le site de l’éditeur.

Colloque “Travail, psychanalyse et théorie critique”, 20 et 21 avril 2017, Paris/Nanterre

Depuis Adorno, Horkheimer et Marcuse jusqu’à Honneth en passant dans une certaine mesure par Habermas, la Théorie critique de l’École de Francfort s’est définie par une réflexion sur l’articulation possible entre marxisme et psychanalyse, autrement dit entre une théorie de la société qui accorde une place centrale à l’activité de travail et une théorie de l’économie psychique. La manière dont l’École de Francfort a discuté de la question du travail a produit des effets dans le domaine de la psychanalyse comme dans les théories contemporaines du travail, et est aujourd’hui au cœur des élaborations de la psychodynamique du travail. Ce colloque se donne un double objectif : d’une part, retracer l’apport de la théorie critique francfortoise depuis ses débuts sur la question du travail et évaluer l’usage qu’elle a pu faire de la psychanalyse, afin de faire le bilan de la théorie critique aujourd’hui ; d’autre part, examiner les modalités d’une coopération interdisciplinaire entre philosophes, sociologues et psychanalystes sur la question du travail dans une perspective critique.

Le colloque cherche à questionner précisément la manière dont

– la Théorie critique a fait usage de la psychanalyse pour élaborer une conception critique du travail et inversement s’est saisie des problèmes de l’aliénation et de l’émancipation du travail pour élaborer une lecture critique de la psychanalyse

– la psychanalyse (et ses différentes écoles, freudienne et néo-freudienne mais aussi lacanienne et plus récemment les théories de la relation d’objet) a traité les apports de la théorie du travail et de la Théorie critique

– les théories du travail, et notamment la psychodynamique du travail, ont cherché à articuler de manière étroite psychanalyse et théories critique de l’aliénation et de l’émancipation pour renouveler leurs conceptions du travail.

Ce colloque a pour objectif de faire se rencontrer et dialoguer, le cas échéant engager un travail commun plus durable entre des chercheurs et praticiens dans les domaines de la philosophie et de la psychanalyse qui articulent dans leurs travaux, dans une perspective d’histoire des idées ou d’analyse du présent historique, les apports de la Théorie critique, de la psychanalyse et des théories du travail.

Date :
Jeudi 20 et vendredi 21 avril 2017

Lieu :
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Amphithéâtre Sainte-Barbe, 4 rue Valette, 75005 Paris
Université Paris Nanterre, bâtiment W, salle de séminaire 2

Organisation :
Alexis Cukier (Université Paris Nanterre), Christophe Dejours (CNAM – Université Paris 5), Katia Genel (CHSPM, Université Paris 1) et Duarte Rolo (Université Paris 5)

 

Programme

Jeudi 20 avril 2017 : 9h-17h
Amphithéâtre Sainte-Barbe, 4 rue Valette, 75005 Paris

Matinée : « Travail et psychanalyse : quelles articulations dans l’histoire de la théorie critique ? »

Olivier Voirol (Université de Francfort) : Le travail de la culture. Retour sur Marcuse
Duarte Rolo (Université Paris 5) et Alexis Cukier (Université Paris Nanterre) : Travail et subjectivité : Adorno et Honneth au prisme de la psychodynamique du travail

Discussion : Christophe Dejours (CNAM)

Après-midi : « Théorie du sujet, travail et émancipation »

Jean-Philippe Deranty (Université Macquarie, Sydney) : Travail du négatif et travail productif : quelle place pour le travail dans les théories critiques contemporaines ?
Claire Pagès (Université de Tours) : Contribuer à une pensée critique du travail à partir des théories psychanalytiques du cadre et de l’ambiguïté (J. Bleger, S. Amati-Sas)
Marlène Jouan (Université de Grenoble) : Ce qui compte comme travail : la distinction entre travail reproductif et travail productif au prisme de la circulation transnationale de la gestation pour autrui
Discussion : Robin Celikates (Université d’Amsterdam)

 

Vendredi 21 avril 2017 : 14h-17h30
Université Paris Nanterre, Amphithéâtre du bâtiment Max Weber

Après-midi : « Psychanalyse et théorie critique : quelle réception et quels dialogues possibles aujourd’hui ? »

Hélène Tessier (Université St-Paul, Ottawa) : Entre intersubjectivité et sexualité infantile : anthropologies psychanalytiques et pensée de l’émancipation
Monique David-Ménard (Université Paris Diderot) : Comment Lacan lisait Marx
Stéphane Haber (Université Paris Nanterre) : Différents usages possibles de la théorie dite de la “relation d’objet”
Discussion : Katia Genel (Université Paris 1)

http://anrphicentrav.com/?p=238

 

Appel à contributions : Colloque « Penser et réaliser la transformation du travail : l’apport de la démarche ergologique et de l’œuvre d’Yves Schwartz », 12-14 octobre 2017, Paris

Ce que propose la démarche ergologique c’est la co-production des savoirs pour transformer le travail et plus largement la vie sociale.

Comme l’indique le projet scientifique du colloque :

« l’approche ergologique, son histoire et ses questions, intéressent a priori tous ceux qui explorent à leur façon les méandres de la vie humaine, mais aussi quiconque veut réfléchir à sa propre activité et à celle des autres, reconsidérer les manières de faire et d’agir, ouvrir de nouvelles perspectives dans les façons de travailler, d’agir et de vivre ».

Cette approche, dont notre présent a vivement besoin, est pourtant insuffisamment connue et parfois considérée comme complexe à appréhender. Tel est le constat à l’origine du colloque international pour lequel est publié cet appel à contributions.

Il n’y a pas d’un côté ceux qui savent et de l’autre ceux qui pratiquent. Rien ne peut se comprendre de la vie humaine (activité de travail, activité de vie quotidienne, activité de recherche, activité artistique, activité d’intervention, activité syndicale, activité politique, activité d’apprentissage…) sans remettre en question la séparation confortable entre « Expérience » et « Connaissance » du travail[1] et de la société. Chacun est porteur à la fois de connaissance(s) et d’expérience(s) dont il faut obstinément penser et organiser la rencontre.

Les organisateurs souhaitent une initiative qui, dès sa préparation, donne l’occasion de rencontres et d’échanges, notamment par le biais de son carnet, qui déborderont largement ce qui pourra être effectivement présenté lors de l’événement. Des formes peuvent être inventées auxquelles nous ne pensons pas aujourd’hui, pour répondre à un enjeu de diffusion, d’appropriation mais aussi de discussion de la démarche ergologique. Nous comptons sur le fait que l’intention soit comprise et partagée pour ouvrir l’imagination au fil de la préparation du colloque.

Les contributions pourront avoir pour objet de :

  • faire connaître la démarche ergologique, les réalisations qu’elle a suscitées, notamment dans le champ du travail, son terrain d’origine ;
  • parler de son histoire, de ses conditions d’apparition, de son développement ;
  • évoquer les épreuves rencontrées, les avancées ;
  • effectuer des rapprochements entre la démarche ergologique et d’autres perspectives avec lesquelles le débat paraît devoir se développer ;
  • énoncer des questions vives, des bifurcations s’il en existe, des extensions inattendues.

Toutes les thématiques sont les bienvenues et nul doute que le terrain du travail sera largement représenté. Les réponses à cet appel viendront en partie du réseau de ceux qui connaissent la démarche ergologique et la font vivre dans leur professionnalité, selon leurs disciplines et leur mode d’appropriation de ses concepts et pratiques. Mais sont également attendus des témoignages d’autres approches qui auraient la même préoccupation de co-production des savoirs.

Les contributions retenues pourront avoir plusieurs suites, non exclusives, avec l’accord de leurs auteurs.es :

  • une communication orale lors du colloque ;
  • une parution sur le blog du colloque, qu’il s’agisse de documents vidéo et audio, d’articles ou d’autres formes d’expression ;
  • une distribution sous forme d’article imprimé lors du colloque, de façon isolée ou dans un dossier.

Concernant les communications prononcées lors du colloque, nous souhaitons autant que possible une forme qui montre en elle-même un exercice de co-production c’est-à-dire :

  • une intervention en binôme (voire plus) impliquant des points de vue d’acteurs différents (de par leur professionnalité, leurs champs disciplinaires ou leur expérience avec l’approche ergologique, etc.) ;
  • une intervention sous forme dialogique ;
  • une intervention faisant synthèse de discussions portées dans la préparation du colloque (à titre d’exemples : que produit le déploiement de la démarche ergologique dans le secteur de la formation d’adultes ? Quel rapport entre ergologie et philosophie sociale ?).

Les contributions orales n’excèderont pas 20 minutes, mais peuvent être accompagnées de supports qui complèteront le propos et pourront être diffusés à d’autres moments du colloque.

Elles seront choisies sur avis des comités scientifiques et d’organisation du colloque.

Un pré-programme sera établi en juin sur la base des propositions de contribution reçues, en mêlant les thématiques, les formes, les intervenants.

Une brève présentation de votre contribution devra nous parvenir d’ici le 22 mai 2017,  par l’intermédiaire de l’un des membres du comité de coordination :

Anne-Lise Ulmann : anne-lise.ulmann@lecnam.net
Yves Baunay : ybaunay@free.fr
Christine Castejon : christine.castejon@altergo.fr
Daisy Cunha : daisy-cunha@uol.com.br
Louis Durrive : louis.durrive@unistra.fr
Eric Hamraoui : eric.hamraoui@cnam.fr
Muriel Prévot-Carpentier : murielprevot@free.fr

Télécharger l’appel au format pdf : appel à contributions – 22 mai 2017

 

Journée d’étude des Archives Husserl : “Violence et coexistence, dialectique et histoire chez Maurice Merleau-Ponty”, 20 mai 2017, ENS-Paris

Cette journée ouvre un cycle de trois années d’études, qui entend interroger les relations entre philosophie et politique chez Merleau-Ponty, en continuité avec les dernières manifestations scientifiques tenues à Paris sur cet auteur.
La philosophie politique de Merleau-Ponty ne s’inscrit pas uniquement dans quelques livres ou articles qui lui sont explicitement consacrés. Entrelacée à l’ensemble de la pensée du philosophe, elle s’appuie sur sa phénoménologie, son anthropologie latente, comme son ontologie inachevée ; mais elle participe aussi à orienter celles-ci, plus fortement et précocement qu’on pourrait le croire.
Cette relation vivante et réciproque, indissociable du visage existentiel de la philosophie de Merleau-Ponty, ne va pas sans tensions, à la fois dans l’espace conceptuel de sa pensée et le temps de son évolution. Tensions internes à sa phénoménologie, à sa philosophie politique, entre elles et avec l’ontologie tardive, et, de bout en bout, internes à sa conception même de la chair.
La présente journée est consacrée à examiner ces interactions et tensions dans les textes de Merleau-Ponty, à la lumière des recherches doctorales actuelles, des publications récentes ou imminentes de manuscrits et interventions du philosophe (entretiens avec Georges Charbonnier et autres dialogues, cours au Collège de France sur la philosophie dialectique), mais aussi des documents encore inédits – notamment les manuscrits de la fin des années quarante.

Un prochain colloque (2018) se penchera sur les différentes faces de la postérité politique de cette pensée, du vivant du philosophe jusqu’à nos jours. Ces deux angles d’approche complémentaires seront ensuite repris au Canada (2019).

Date :
Le samedi 20 mai 2017

Lieu :
École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Salle Cavaillès

Organisation :
Marc Crépon (CNRS-ENS), Jérôme Melançon (Univ. of Regina, Canada) et Emmanuel de Saint Aubert (CNRS-ENS)

Programme

9h30 : Claire Dodeman
« Le conflit de la morale et du réalisme politique dans les textes de jeunesse de Merleau-Ponty »

10h30 : Alexandre Feron
« Un scénario marxiste ? Politique et philosophie dans l’évolution de Merleau-Ponty »

11h30 : David Belot
« Merleau-Ponty face aux critiques des Aventures de la dialectique »

14h30 : Marylin Maeso
« Violences et apparences dans l’œuvre de Merleau-Ponty : pour une politique de l’ambiguïté »

15h30 : Judith Revel
« Dans l’épaisseur de l’histoire : “La virtù sans aucune résignation” »

16h30 : Pause

16h45 : Jérôme Melançon
« Un régime à imaginer : le renouvellement du socialisme et du libéralisme par Merleau-Ponty »

Journée d’étude, «Reconnaissance et philosophie sociale. Lectures croisées des publications récentes », 21 mars 2017, Paris Nanterre

 

Dans la continuité des deux conférences données par le Professeur Robin Celikates (Université d’Amsterdam), chercheur invité au laboratoire Sophiapol, cette journée d’étude propose d’analyser des publications récentes en philosophie sociale.

Date :
Mardi 21 mars 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment W (Max Weber)
salle 2

Organisation :
Stéphane Haber, Emmanuel Renault

 

Programme

10h30 : C. Lazzeri, lecture de L. Carré et A. Loute (dir.), Donner, reconnaître, dominer, Presses du Septentrion, 2016
10h55 : Discussion

11h30 : E. Renault, lecture de Terrain/Théorie, n° 4 : « Théories de l’estime sociale », 2016
11h55 : Discussion

12h30 : Pause

14 h : K. Genel, lecture de G. Bertram et R. Celikates, « Towards a Conflict Theory of Recognition: On the Constitution of Relations of Recognition in Conflict »,  European Journal of Philosophy, vol. 23, n° 4, 2013, et Robin Celikates, « Reconnaissance, conflit et politique des besoins », in E. Ferrarese (dir.), Qu’est-ce que lutter pour la reconnaissance ?, Le Bord de l’eau, 2013
14h25: Discussion

15h00 : R. Celikates, lecture d’E. Renault, Reconnaissance, conflit, domination, Cnrs éditions, 2017
15h25 : Discussion

16h00 : Pause

 16h20 : L. Carré, lecture de A. Honneth, J. Rancière, Recognition or Disagreement : a Critical Encounter on the Politics of Freedom, Equality, and Identity, présenté par K. Genel et J.-P. Deranty, Columbia University Press, 2016
16h45 : Discussion

.

.

Conférences, Robin Celikates, 6 et 13 mars 2017, Nanterre

Le Professeur Robin Celikates (Université d’Amsterdam), chercheur invité au laboratoire Sophiapol, donnera deux leçons sur la philosophie sociale et les théories du progrès dans le courant du mois de mars.

Dates :

Lundi 6 mars 2017, 16h00-18h00
Lundi 13 mars 2017, 16h00-18h00

Lieu :

Université Paris Nanterre, Bâtiment L, salle 318

Programme :

– Lundi 6 mars 2017 : Qu’est-ce que la philosophie sociale ?
– Lundi 13 mars 2017 : Lent à apprendre ? Sur le progrès moral, la lutte sociale et l’histoire « whig »

Les discussions se prolongeront lors de la journée d’étude du 21 mars 2017: «Reconnaissance et philosophie sociale. Lectures croisées des publications récentes ».

Colloque : Théoriser le politique face à l’expérience soviétique, 3-4 avril 2017, Nanterre

La pensée politique occidentale du 19e siècle a pour une large part constitué une réaction à la Révolution française et à ses suites. À l’époque, la force surprenante de l’événement avait entraîné la réflexion dans des directions nouvelles, où il s’agissait d’interroger les sources de cette rupture, d’expliquer l’évolution qui l’a suivie, d’envisager les conditions d’une résolution des crises dont elle témoignait. De la même façon, la réflexion sur les événements de 1917, puis la trajectoire de l’Union Soviétique, du léninisme à la violente dérive stalinienne et à l’embourbage brejnévien, a contribué à remodeler la théorie politique, mais aussi plus généralement à enrichir les façons de concevoir le social et l’Histoire. Des concepts originaux (dégénérescence post-révolutionnaire, totalitarisme, bureaucratie, capitalisme d’État…) ont ainsi vu le jour ou été réactivés pour affronter les faits nouveaux que l’URSS imposait au monde. Cette réflexion a également contribué à transformer la pensée marxiste, désormais confrontée à une expérience qui, pour le meilleur et pour le pire, se réclamait de principes qu’elle-même défendait.

Loin de toute prétention à l’exhaustivité, ce colloque vise à explorer certaines configurations intellectuelles remarquables nées de la révolution russe. Quelles idées et quelles manières nouvelles de penser le politique et le social se sont articulées en fonction de l’exigence d’interpréter ce qui se passait avec le bolchevisme au pouvoir ?

Date :
Lundi 3 et mardi 4 avril 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre
Maison Max Weber, amphithéâtre

Comment venir ? en voiture, par le train ou le RER.
Plan du campus de l’Université Paris Ouest (site de Nanterre)

Organisation :

Paul Guillibert, Stéphane Haber et Claire Thouvenot

Programme

Accueil – 9h

Ouverture du colloque : 9h20

Lundi 3 avril 2017

1er atelier – Construire la révolution : 1917 et ses marges
(9h30 – 10h50)
Présidence : Paul Guillibert

9h30 Matthieu Renault : Lénine décolonial

9h55 Claire Thouvenot : L’avant-garde russe après 1917 : la question de la socialisation de l’esthétique

10h20 Discussion

10h50 Pause

2e atelier – Penser la révolution : 1917 et la philosophie politique
(11h10-12h30)
Présidence : Paul Guillibert

11.10 Yohann Douet : Contre-pouvoir, anti-pouvoir et double pouvoir : réflexions gramsciennes sur la nature de la révolution communiste

11.35 Ninon Grangé : Carl Schmitt : entre matérialisme caché et marxisme augmenté

12.00 Discussion

12. 30 Pause déjeuner

3e atelier – Produire la révolution : 1917 et l’économie politique
(14h – 15h20)
Présidence : Claire Thouvenot

14h00 Laurent Baronian : La NEP, Keynes et la crise du marxisme.

14h25 Paul Guillibert : Le développement inégal et combiné selon l’Histoire de la révolution russe de Trotsky

14h50 Discussion

15h20 Pause

4e atelier – Réfractions de l’expérience soviétique
(15h40 – 17h)
Présidence : Claire Thouvenot

15h40 – Nestor Capdevila : L’Union soviétique entre utopie et idéologie

16h05 – Stéphane Haber : L’Union soviétique dans les théories du système-monde

16h30 – Discussion

17h – Fin de la journée

Mardi 4 avril 2017

5e atelier – Terminer la révolution : des critiques de l’URSS
(9h20-10h40)
Présidence : Stéphane Haber

9h20 – Jean-Numa Ducange : Otto Bauer et Karl Kautsky sur la nature de l’URSS : regards croisés de deux marxistes germanophones

9h45 – Alexandre Féron : Sartre et la question du devenir stalinien de la Révolution russe et du marxisme.

10h10 – Discussion

10h40 – Pause

6e atelier – Relire la révolution : politique et théorie de l’histoire
(11h – 12h45)
Présidence : Stéphane Haber

11h – Frédéric Monferrand – Politique et ontologie: Lukács et Negri lecteurs de Lénine

11h25 – Nicolas Poirier : Quand l’émancipation se renverse en son contraire : expérience révolutionnaire et philosophie de l’histoire

11h50 – Patrick Massa : Le Lénine, les paysans, Taylor de Robert Linhart. Une relecture de la révolution bolchévique à la lumière de l’expérience maoïste

12h15 – Discussion

12h45 – Fin de la journée

Télécharger le programme