Archives de catégorie : Le présent du capitalisme

Séminaire “Le socialisme et le communisme aujourd’hui”, février-mars 2018, Paris Nanterre

Si l’idée d’une société « post-idéologique » a fait long feu, les forces qui ne se reconnaissent ni dans le libéralisme ni dans le nationalisme réactionnaire apparaissent cependant dispersées et peinent à dégager un cadre idéologique mobilisateur. Dans ces conditions, l’affaiblissement électoral considérable des partis qui se reconnaissent comme « socialistes » ou « communistes », le recours au « populisme » qui tend à flouter les différences avec le nationalisme réactionnaire, la difficulté de certains enjeux sociaux (les rapports de genre, l’écologie, l’antiracisme notamment) à produire par eux-mêmes un mouvement politique, ou encore la dégradation sensible des outils de défense des salariés sont autant de facteurs qui peuvent légitimer une tentative pour réinvestir les catégories de « socialisme » et de « communisme » et de repenser leur contenu dans des conditions nouvelles.

C’est à la diversité des formes contemporaines de ce réinvestissement et à ses enjeux que ce séminaire veut se consacrer. A supposer que le « socialisme » ou le « communisme » puissent à nouveau figurer une alternative au libéralisme, sur quelles bases pratiques et théoriques peuvent-ils être reformulés ?

On se limitera dans cette présentation à poser quelques questions quant aux conditions de ce réinvestissement :

  • Premièrement, la question de l’historicité. La possibilité de repenser le socialisme et le communisme suppose nécessairement de considérer que ces idéologies se caractérisent par leur historicité. Quel rapport chacune d’elles entretient-elle alors avec sa propre tradition ? S’agit-il de réinvestir une forme originelle de socialisme et de communisme, au besoin en soulignant que les organisations qui s’affichent aujourd’hui sous ce nom – et de manière générale la gauche – n’ont plus aucun rapport avec leur inspiration première. S’agit-il d’insister sur une tradition minoritaire et oubliée ? S’agit-il d’une réinvention à partir d’éléments nouveaux qui ne pouvaient être pris en compte par la tradition ? Corrélativement, c’est aussi la question des expériences pratiques sur lesquelles s’appuyer : existe-t-il des « fragments » socialistes et communistes dans notre réalité sociale, ou faut-il tout reconstruire ?
  • Deuxièmement, la question de l’articulation des enjeux sociaux. Comment en particulier positionner l’enjeu du travail autour duquel ces deux idéologies politiques se sont initialement construites avec les autres enjeux sociaux que nous évoquions précédemment (féminisme, écologie et antiracisme). Si l’on ne peut plus faire de ces enjeux des « contradictions secondaires », où s’agit-il de mettre le curseur ? Le travail perd-il sa centralité ? S’agit-il au contraire précisément de mettre en avant l’un de ces enjeux, l’écologie ou le féminisme, comme la condition nouvelle à partir de quoi penser un socialisme ou un communisme renouvelé ? Corrélativement, c’est aussi poser la question des forces sociales capables de porter l’alternative, et donc aussi la question des classes.
  • Troisièmement, la question des organisations, des institutions et des espaces. Le socialisme et le communisme doivent-ils s’ancrer localement, à l’échelle de la nation, de l’Europe ? Sont-ils internationalistes ou transnationalistes ? Quel rapport entretiennent-ils ensuite avec les institutions existantes : faut-il investir les institutions municipales, l’Etat-nation, l’Union européenne ? Ou les désinvestir ? Construire des contre-institutions ? Du point de vue stratégique, le régime représentatif et l’espace électoral ont-ils encore une pertinence ? La forme du parti est-elle dépassée ? Quel rôle les syndicats et les associations sont-ils appelés à jouer, et sous quelle forme ?
  • Enfin, la question de la place des sciences humaines et sociales et du rapport au savoir. Si le savoir, et a fortiori le savoir du socialisme et du communisme, ne peut plus être l’apanage d’une organisation ni même d’une classe, mais si dans le même temps il convient d’insister sur le rapport étroit qui lie en particulier le socialisme et la sociologie, comment le chercheur se positionne-t-il dans l’appropriation par la société du savoir de la transformation ?

.

Séminaire organisé par Pierre Sauvêtre (Sophiapol – Université Paris Nanterre)

Lieu et horaires :
Le séminaire aura lieu à l’Université Paris Nanterre, bâtiment D, salle 201b.

 

Programme
.

Mercredi 7 février (17h-19h)

Bernard Friot (Professeur émérite de sociologie, Université Paris Nanterre, IDHES) :
« Le déjà-là de la pratique communiste du travail en France »

Parutions : Vaincre Macron, La Dispute, 2017 ; Puissances du salariat, La Dispute, 2012 (édition augmentée).
.

Mercredi 14 février (16h-18h)

Pierre Dardot (Philosophe, chercheur associé au Sophiapol, Université Paris Nanterre) :
« Le communisme des communs »

Parutions (avec Christian Laval) : L’Ombre d’Octobre, La Révolution russe et le spectre des soviets, Lux, 2017 ; Commun. Essai sur la révolution au XXIème siècle, La Découverte, 2014
.

Mardi 20 février (16h-18h) 

Séance annulée

Franck Fischbach (Professeur de philosophie à l’Université de Strasbourg, CREPHAC) :
« Le renouvellement du socialisme »

Parutions : Qu’est-ce qu’un gouvernement socialiste ? Ce qui est vivant et ce qui est mort dans le socialisme, Lux, 2017 ; Le sens du social. Les puissances de la coopération, Lux, 2015
.

Vendredi 23 février (14h-16h)

Estelle Ferrarese (Professeure de philosophie à l’Université de Picardie Jules Vernes, CURAPP) :
« Féminisme et socialisme »

Traductions :
Nancy Fraser, Le féminisme en mouvements, Paris, La Découverte, Textes à l’appui, 2012.
Nancy Fraser, Qu’est-ce que la justice sociale ? De la redistribution à la reconnaissance, Paris, La Découverte, Textes à l’appui, 2005.

Texte en ligne :
« Nancy Fraser et la théorie du prendre part » :

À paraître : Estelle Ferrarese, La fragilité du souci des autres. Adorno et le care, Lyon, Editions de l’ENS, 2018.
.

Mercredi 7 mars (16h-18h)

Pierre Charbonnier (Chargé de recherche au CNRS, LIER) :
« Ecologie et socialisme »

Parution : La fin d’un grand partage. Nature et Société de Durkheim à Descola, CNRS Editions, 2015.

Article : « Le socialisme est-il une politique de la nature ? Une lecture écologique de Karl Polanyi », Incidence, n°11, 2015, p. 183‑204.
.

Mercredi 14 mars (16h-18h)

Alexis CUKIER (Directeur de programme au Collège International de Philosophie, chercheur associé au Sophiapol) :
« Travail démocratique et socialisme »

À paraître : Le travail démocratique, PUF, coll. « Actuel Marx », 2018.
.

Mercredi 21 mars (16h-18h)

Cyril Lemieux (Sociologue, Directeur d’études à l’EHESS, LIER) et Bruno Karsenti (Philosophe, Directeur d’études à l’EHESS, LIER) :
« Le socialisme comme fait social »

Parution : Socialisme et sociologie, EHESS, 2017.
.

Mercredi 28 mars (16h-18h)

Pierre Sauvêtre (Maître de Conférences en sociologie, Université Paris Nanterre, Sophiapol) :
« Communalisme et socialisme chez Murray Bookchin »

Edouard Jourdain :
« La Commune du Rojava »

 

Mercredi 11 avril (16h-18h)

Benoit Borrits :
« Le socialisme au-delà de la propriété »

A paraître : Au-delà de la propriété. Pour une économie des communs, Paris, La Découverte, “L’horizon des possibles”, mai 2018

.

.

 

Colloque “Marxismes français d’après-guerre (1945-1962)”, 8 décembre 2017, Université Paris Nanterre

Présentation

Le colloque “Marxismes français d’après guerre (1945-1962)” se propose d’explorer les multiples tentatives de renouvellement du marxisme qui ont eu lieu en France après la Seconde Guerre mondiale. La crise d’un certain marxisme officiel a fourni l’occasion de réflexions profondes, qui auront des conséquences théoriques et pratiques dans les années 1960. De Sartre et Fanon à Merleau-Ponty, de Desanti aux jeunes Foucault et Althusser, de Kojève à l’aventure de Socialisme ou Barbarie, une pensée s’invente qui a encore du sens pour nous aujourd’hui.

 

Colloque organisé par Judith Revel et Jean-Baptiste Vuillerod (Sophiapol, Université Paris Nanterre).

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle Séminaire 2

Horaires : 9h30-18h

 

Programme

 

9h30. Accueil des participants

9h45-11h05. 1ère table ronde : « Hégéliano-marxismes »

Danilo Scholz (EHESS/Sciences Po) : L’hégélo-marxisme d’Alexandre Kojève et d’Eric Weil (1947-1956)

Jean-Baptiste Vuillerod (Univ. Paris Nanterre) : Les hégéliano-marxismes du jeune Foucault

11h05-11h20. Pause

11h20-12h40. 2ème table ronde : « Socialisme ou Barbarie »

Claire Pagès (Univ. Tours) : Le marxisme de Lyotard dans Socialisme ou barbarie 

Frédéric Monferrand (Univ. Paris Nanterre) : Du récit ouvrier à la co-recherche. Lefort, Panzieri, Alquati et l’enquête politique

12h40-14h15. Repas

14h15-16h. 3ème table ronde : « Critiques de l’URSS »

Hervé Oulc’hen (Univ. Lièges) : Sartre et l’URSS : une critique marxiste de la bureaucratie

Conall Cash (Cornell University) : Sartre et Althusser : critiques de l’essentialisme

Judith Revel (Univ. Paris Nanterre) : « Marxiste et anti-communiste? ». Retour sur la polémique Merleau-Ponty/Sartre/Aron autour des Aventures de la dialectique.

16h-16h15. Pause

16h15-18h. 4ème table ronde : « Régimes de scientificité, régimes d’écriture »

Pascale Gillot (Univ. Tours) : Althusser et la question de la scientificité des sciences humaines : marxisme et psychanalyse

Fabrizio Carlino (GRM) : Théorie des « deux sciences » et épistémologie historique

Flore d’Ambrosio-Boudet (Univ. Paris Nanterre) : Robert Antelme et David Rousset : violence concentrationnaire, oppression de classe, usages et effets de l’analogie politique

 

télécharger l’affiche du colloque

télécharger le programme

Nouvelle parution : Durkheim in Germany. The Performance of a Classic, Journal of Classical Sociology

If the history of thinking is to be considered a series of creative errors, then the history of Durkheim’s reception in Germany is certainly a case study in creativity. In few other occasions can we observe such a long series of misunderstandings accompanied by such fruitful and innovative reflections on the grounding fields of sociology. The reasons for the split between the amount of attention addressed to Durkheim and the accuracy of the interpretations of his work are various, and this Special Issue aims to shed light on some of them. Classical sociological dichotomies such as action and structure, individualism and holism, positivism and hermeneutics all seem to suggest that this split can be explained in terms of concurring methodological traditions. From this perspective, French and German sociological debates would be understood as endogenously producing and transmitting knowledge of the social according to the epistemological programmes that characterize each tradition. However, a closer look at sociological debates shows how German and French sociology cannot be simply opposed one to the other as expressing two different predetermined realities.
.

Directeurs du numéro :

Gregor Fitzi est co-directeur du Centre for Citizenship, Social Pluralism and Religious Diversity à l’Université de Potsdam (Allemagne). Docteur en sociologie de l’Université de Bielefeld, il était précédemment professeur assistant à l’Institute of Sociology de l’université d’Heidelberg.

Nicola Marcucci est membre du LIER à EHESS. Il a publié dans le domaine de la philosophie morale et politique moderne, de la sociology et de la théorie critique. Sa recherche porte sur la transformation sociologique de la pensée philosophique. Son prochain ouvrage à paraître porte sur les Lumières et la sociologie classique.

.

Sommaire

Durkheim in Germany: The performance of a classic
Introduction
Gregor Fitzi, Nicola Marcucci

Articles

Between facts and wills: Tönnies, Durkheim, and the sociological critique of modern obligation
Nicola Marcucci

This article explores the relation between Durkheim and Tönnies’ sociological thinking. Instead of focusing on their divergences, it shows how the content of their mutual criticisms, before being naturalized in national sociological traditions, reveals a shared epistemological aim: to rethink modern moral and political obligation via sociological theory. From this perspective, the opposition between Durkheim’s social fact and Tönnies’ social will reveals how classical sociological theory has been engaged in a general critisicm of modern natural law in order to furnish a different understanding of modern poltical concepts, in particular of the notion of state.

Dialogue. Divergence. Veiled Reception. Criticism: Georg Simmel’s relationship with Émile Durkheim
Gregor Fitzi

Simmel was the only German sociologist who directly cooperated with Durkheim. After an initial impression of convergence between the sociology of social facts and the sociology of social forms, a break between the two founders of sociology became inevitable. Yet, Durkheim and Simmel went on positioning themselves against one other in the years ahead. Durkheim’s allegation of ‘individual psychologism’ induced Simmel to a veiled reception of Durkheim’s methodological approach that permitted him to refine the sociological epistemology he eventually presented in the Soziologie published in 1908. On this basis, he was able to formulate a final criticism of the sociology of social facts as a social psychology.

Law contra sociology: The critique of the social sciences, especially Durkheimian sociology, by Kelsen and Schmitt
Jean Terrier

This article explores the reception of Emile Durkheim in Germany at the beginning of the twentieth century. In recent years, the classical assumption according to which sociology is neatly organised in distinct national traditions has been challenged. This article further contributes to this challenge by analysing the case of two prominent German-speaking legal scholars, Hans Kelsen and Carl Schmitt. Despite major differences in their political and scientific outlook, both argued against the encroachments of the social sciences into the field of legal studies. This article shows how Kelsen mounted a polemic against Durkheim, on the basis of a first-hand knowledge of his writings. Kelsen believed that Durkheim committed several errors. In particular, he interpreted Durkheim’s famous sentence according to which social facts must be treated as things’ as a clear sign of a materialistic, deterministic and positivistic attitude which neglects the power of ideas and norms. Schmitt targeted sociology by way of a criticism not of Durkheim but of Léon Duguit, who had been inspired by Durkheim and pleaded for a collaboration between legal scholars and social scientists. According to Schmitt, a sociological approach to law amounts to a dangerous denial of the centrality of the state in politics.

Critique of politics: Adorno on Durkheim
Julia Christ

This paper analyzes a dual relationship between Adorno and Durkheim: on the one hand, Adorno adopts Durkheim’s perspective on society, describing it as an obscure, opaque thing that individuals cannot understand by themselves; on the other, he tries to get out of the opacity that he recognizes as a structural moment of the society he lives in. This last point engages us in a discussion of the relationship between political sociology and philosophy of emancipation, which allows to study in a new perspective the only text Adorno published in his lifetime on Durkheim: his preface to Philosophy and Sociology, the critical violence of which is well known and often interpreted as a complete rejection of Durkheim’s sociology. The thesis of this article is that the conflict between Adorno and Durkheim is a political one and that the division between the two authors lies in their evaluation of the capacity of the modern capitalist society to produce out of itself common ideals that assure the justice of the actual social order.

Justice as the sacred in language: Durkheim and Habermas on the ultimate grounds of modernity and critique
Francesco Callegaro

The article reconstructs the double movement of departure and return to Emile Durkheim’s sociology that Jürgen Habermas realized in his work in order to define the theoretical paradigm of communicative action and revive the original project of Critical Theory. It highlights, in the first part, how Habermas first used Durkheim’s The Elementary Forms of Religious Life to assign a phylogenetic function to ritual practices and explain modernity, from an evolutionist perspective, as the final result of a progressive linguistification of the sacred, having substituted the communion of minds in rites with the communication of reasons in the public sphere. After having discussed the two main objections that Habermas addressed to Durkheim at the time of The Theory of Communicative Action, the second part shows how he recently revised his rationalist framework through a new anthropological reading of The Elementary Forms, aimed at demonstrating, in the context of a more complex account of evolution, why the requirement of justice discloses, even in modernity, the active presence of the sacred in language and orientates the critical work of reason in the search of solidarity. Pointing out the new directions in which the hypothesis of a linguistification of the sacred must be seriously revised, it ends by suggesting how the question of social justice may open the path to a positive cooperation between sociology and Critical Theory.

The politics of the individual: Luhmann reading Durkheim
Eva Debray

In his introduction to the first German translation of Durkheim’s Division of Labour in Society, Luhmann hails the work as a “classic” of sociology, stressing its continued relevance and the need to persist in thinking with Durkheim. The present study focuses on this interpretative gesture, that is, on how Luhmann read Durkheim and set out a research program for sociology by defining its field of investigation, paying particular attention to his discussion of Durkheim’s approach to modern individuality. According to this interpretation, the French sociologist worked out a “sociological” conceptualization of the individual. On the one hand, in Luhmann’s view, Durkheim’s theory sheds light on a decrease in social control. On the other hand, he stresses that this inquiry into individuality was closely connected with a critical investigation of another conception of the individual that seems to derive from it, namely, the idea of human beings as “self-constituting.” Nevertheless, a complete examination of Luhmann’s interpretative gesture must also consider what is overlooked, namely the political conception of the individual Durkheim aimed to develop. In an attempt to fill this gap, this article highlights the political effects that such an occultation may entail.

Entretiens

Interview by Gregor Fitzi and Nicola Marcucci with Hans Joas on the reception of Émile Durkheim in Germany.
Berlin: Humboldt University of Berlin, 6 October 2014

The interview offers a reconstruction of the German reception of Durkheim since the middle of the 1970s. Hans Joas, who was one of its major protagonists, discusses the backdrop that finally permitted a scholarly examination of Durkheim’s sociology in Germany. Focussing on his personal reception Joas then gives an account of the Durkheimian themes that inspire his work.

Interview by Gregor Fitzi and Nicola Marcucci with Hans-Peter Müller on the reception of Émile Durkheim in Germany.
Berlin: Humboldt University of Berlin, 25 February 2015

Just after the publication of the Theory of Communicative Action in 1981, a new generation of interpreters started a different reception of Durkheim in Germany. Hans-Peter Müller, sociologist and editor of the German translation of Leçons de sociologie, reconstructs the history of the German Durkheim’s Reception and illuminates the reasons for his interest in the French sociologist. He delivers different insights into the background which permitted the post-Habermasian generation to reach a new understanding of Durkheim’s work by enlightening the scientific and political conditions from which this new sensibility emerged.

.

Informations techniques :
“Durkheim in Germany. The Performance of a Classic”, numéro spécial du Journal of Classical Sociology (vol. 17, n°4)
Date de parution : novembre 2017
Accéder au numéro sur le site de la revue
.

.

 

Colloque “État d’urgence : usages contemporains et évolution des normes”, 26 octobre 2017, Paris

L’état d’urgence a été promulgué pour la première fois en France durant la guerre d’Algérie en 1955, puis en 1958, de 1961 à 1963, en Nouvelle-Calédonie en 1985, puis de nouveau en France en 2005 et en vigueur aujourd’hui depuis le 14 novembre 2015. Il a pour effet de permettre aux forces de police de prendre provisoirement des décisions restreignant les libertés (perquisitions, assignations à résidences, fermetures de lieux, interdictions de manifester) sans en référer au juge judiciaire pour répondre à une situation exceptionnelle. Or sa prolongation répétée, que nous connaissons depuis novembre 2015, pose la question de la transformation de l’exception en norme et de la mise en cause prolongée des libertés.

C’est dans ce contexte que nous souhaiterions interroger les usages contemporains de l’état d’urgence ainsi que ses conséquences sur l’évolution des normes juridiques et pénales, la place du judiciaire face aux décisions administratives en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité. Il s’agira également de considérer ses incidences sur la gestion des groupes et populations perçus comme des menaces pour le pays, pour le gouvernement et l’État, ainsi que ses effets sur la constitution et la perception des frontières entre privé et public, et sur le partage des prérogatives entre forces de l’ordre et pouvoirs militaires.

Date : 
Jeudi 26 octobre 2017

Lieu :
CNRS, 61 rue Pouchet 75017 PARIS
salle Pouchet

Organisation :
Pierre Crétois (Sophiapol) et Caroline Guibet Lafaye (Centre Émile Durkheim)

Programme

9h00 – 9h15 : accueil des participants
9h15 – 9h30 Mot d’introduction
9h30 – 11h30 : État d’urgence : de l’exception à la normalisation
Président de séance : Karine Parrot (Université de Cergy-Pontoise)
Intervenants :
Manuel Cervera-Marzal (EHESS – CESPRA), « L’état d’urgence contre la démocratie »
Vanessa Codaccioni (Paris 8), « La normalisation de l’exception sous la Ve République »
Sylvie Thénault (CNRS – Paris 1), « État d’urgence et guerre d’indépendance algérienne : un précédent exemplaire ? »
Discussion
11h30 – 11h45 : pause
11h45 – 13h00 : Table ronde
Première table ronde : Isabelle Attard (ancienne députée EELV), Lila Charef (Responsable juridique du CCIF), Pouria Amirhrahi (ancien député socialiste, à confirmer)
Isabelle Attard proposera des « Regards sociologiques par une députée les réactions politiques concernant l’état d’urgence »
Lila Charef interviendra sur « Les conséquences de l’état d’urgence sur la société française »
13h00 – 14h00 : pause déjeuner
14h00 – 16h00 : État d’urgence : vers la constitutionnalisation
Président de séance : Lila Charef
Karine Parrot (université de Cergy-Pontoise), « État d’urgence 2015-2017, retour sur les textes et les pratiques »
Olivier Cahn (université de Cergy-Pontoise), « La législation antiterroriste française : d’un droit pénal dérogatoire à un droit autonome de gestion des crises extrêmes »
Serge Slama (université Paris Nanterre), « Projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation : une tentative avortée de fabrication d’un droit constitutionnel de l’ennemi ? »
Discussion
16h00 – 16h15 : pause
16h15 – 18h00 : Table ronde
Seconde table ronde : Laurence Blisson (secrétaire générale du syndicat de la magistrature), Raphaël Kempf (avocat), Vincent Brengarth (avocat)
Laurence Blisson interviendra sur «Le juge dans l’antiterrorisme : entre contournement, surarmement et dévoiement»
Vincent Brengarth sur « L’état d’urgence et l’émergence d’un droit de la preuve dérogatoire »
Raphaël Kempf sur « L’état d’urgence et la figure du suspect »

Télécharger le programme

Nouvelle parution : Néolibéralisme et subjectivité, Revue Terrains/Théories

Ce nouveau numéro de la revue électronique en accès libre Terrains/Théories comporte un dossier consacré au « Néolibéralisme et subjectivité » ainsi que des recensions.
Le présent numéro de la revue Terrains/Théories réunit les contributions de philosophes, sociologues et psychologues dont les analyses se situent à l’intersection de ces trois disciplines, et sont informées des débats économiques contemporains au sujet du néolibéralisme.
À partir d’une réactivation et d’un examen critique de la discussion inaugurale de ce problème par Michel Foucault dans Naissance de la biopolitique, ce dossier propose d’aborder, dans une perspective transdisciplinaire qui confronte l’analyse théorique aux études de terrain, les processus de la subjectivation et de la socialisation à l’heure du néolibéralisme.
Qu’ils prennent pour point d’ancrage les théories de la personnalité ou du travail, et pour objet privilégié le monde de l’entreprise ou le système universitaire, ces textes visent tous à questionner, directement ou indirectement, les termes de ce problème des rapports entre néolibéralisme et subjectivité.

Dossier coordonné par Alexis Cukier et Jean François Bissonnette.

Sommaire

Dossier

Alexis Cukier et Jean François Bissonnette : Présentation du dossier : néolibéralisme et subjectivité

Wendy Brown : « Rien n’est jamais achevé » : un entretien avec Wendy Brown sur la subjectivité néolibérale

Stéphane Le Lay et Duarte Rolo : Ce que le néolibéralisme fait au travail : une étude de cas en centre d’appels téléphoniques

Alexis Cukier : Entrepreneur de soi ou travailleur aliéné ? Penser l’organisation néomanagériale du travail avec et au-delà de Foucault

Comptes-rendus
 .

Séminaire : “Le concept de classe”, programmation 2017-2018, Paris Nanterre


Le séminaire de philosophie sociale du Sophiapol portera, pour les deux ans à venir, sur le concept de classe sociale, selon deux versants, le premier à caractère théorique, le second, à caractère plus empirique, mais il ne saurait y avoir de séparation tranchée entre les deux niveaux. Le séminaire se propose cette année de prendre en compte le premier versant, à travers les débats théoriques et historiques autour du concept de classe sociale. Le premier d’entre eux, et sans doute l’un des plus importants, tient à l’appréhension économique ou sociologique de la classe : depuis la seconde moitié du XIXe siècle, ces deux types d’appréhension, qui ne sont pas en elles-mêmes contradictoires, se différencient cependant clairement, selon que l’on met l’accent sur la frontière qui sépare les possesseurs des moyens de production et les possesseurs de leur seule force de travail, ou que l’on met au premier plan une gradation de différenciations sociales qui se fonde sur des niveaux de revenus, des différences culturelles, et plus généralement, des distinctions de style de vie qui définissent des différences statutaires productrices de légitimité sociale.

On explorera, à partir de là, quelques aspects des discussions théoriques entre ceux qui se réclament de la tradition marxienne et les grandes sociologies comme celles de Simmel, Weber, Veblen, Halbwachs ou Bourdieu. L’un de ces aspects, porte sur le fait que le concept de conflits de classe ne possède pas la même signification selon que la question centrale du conflit réside dans l’accaparement des moyens de production, ou plus modestement dans le desserrement des contraintes d’exploitation, où dans des conflits statutaires pour l’accaparement des attributs classants : dans les deux cas, les conflits ne sont pas de même nature et ils possèdent des effets distincts. Un autre de ces aspects, lié au précédent, a pour objet la question de l’unification de la classe. Même si l’on admet que le conflit social économique et politique joue un rôle important dans la construction de l’unité de la classe, on ne peut prétendre avoir épuisé l’explication de celle-ci dans la mesure où la sociologie historique comparative (incluant la théorie de la mobilisation des ressources dans ses différentes variantes) a largement montré qu’il existe des conditions plus fines de construction de cette unité qu’il faut analyser dans des situations historiques variables : quel rôle jouent les diverses formes d’organisation collective traditionnelles dans les phénomènes de mobilisation ? Quelle est la place et l’importance des croyances religieuses (qui ne concernent pas, loin s’en faut, seulement l’éthique du capitalisme) dans la manifestation de la solidarité sociale entre les membres d’une même classe ? Comment évaluer le rôle de la discipline de fabrique dans la production de formes de contestation efficace ? Y a-t-il un effet structurant du langage et des organisations politiques sur l’unité de la classe ? Selon quelles modalités les questions du genre interviennent-elles dans la constitution de la classe ?

C’est ce qui introduit au second débat du séminaire, à savoir celui des rapports entre classe et genre. Depuis plusieurs années, des philosophes des sociologues féministes ont fait observer la prégnance et l’importance des problèmes de croisement et de déterminations réciproques entre la classe et le genre en montrant de quelle manière les différentes formes d’exploitation du travail s’incorporent, comme un point d’appui les inégalités de genre, alors même, que les inégalités de classe peuvent surdéterminer les modalités mêmes de la domination masculine. Le troisième débat, est celui de la transformation dans la composition des classes sociales des pays industriels et l’une des questions en discussion entre les économistes et les sociologues marxistes et non marxistes a porté, depuis les années 1970 sur la question de la «moyennisation» des classes, position corrélative de celle de la «dilution» de la classe ouvrière au sein de la société salariale. C’est un débat dans lequel sont intervenus des théoriciens aussi différents que Ralf Dahrendorf, Nicos Poulantzas, Alvin Gouldner, et, plus récemment, John Scott, Erik Olin Wright et certains marxistes analytiques comme John Roemer. Le séminaire se propose de réactiver ce débat qui se poursuit actuellement, aussi bien en France que dans les pays anglo-saxons.

Le séminaire est ouvert à tou.te.s.
.

Lieu et horaire :
Université Paris Nanterre
! Attention certaines séances ont lieu dans le bâtiment Max Weber, d’autres au Bâtiment L (4ème étage Salle du conseil de l’UFR L436 à droite en sortant de l’escalier). Voir détail ci-dessous.
Les séances ont lieu de 14h00 à 16h00.

Organisation :
Vincent Bourdeau (UFC Besançon), Eva Debray (Université Paris Nanterre), Marie Garrau (Université Paris 1), Katia Genel (Université Paris 1), Stéphane Haber (Université Paris Nanterre), Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre), Alice Le Goff (Université Paris Descartes), Emmanuel Renault  (Université Paris Nanterre).

.

Programme

 

mardi 24 octobre (Bâtiment Max Weber, Salle séminaire 2) : Franck Fischbach (Université de Strasbourg)
« Le concept de classe chez Marx »

mardi 14 novembre (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Alice Le Goff (Université Paris Descartes)
« Le concept de classes, entre sociologie et économie »

lundi 22 janvier (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre)
« La formation de l‘unité de la classe ouvrière : un débat (aussi) d’histoire sociale »
séance reprogrammée, initialement prévue le 12 décembre

lundi 12 février (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Yves Sintomer (Université Paris VIII)
« Max Weber et les classes »
séance annulée

lundi 26 février (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Edward Castleton (Université de Franche-Comté)
« Les classes travailleuses peuvent-elles être représentées (de Sieyès à Pétain) ? »
séance reprogrammée, initialement prévue le 10 octobre

lundi 26 mars (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Andrew Sayer (University of Lancaster)
« Economic Justice and the Moral Significance of Class »

10 avril 2018 (Bâtiment L, Salle du conseil de l’UFR, L436) : Isabelle Clair (Iris – EHESS)
« La classe sociale dans les usages français de l’analyse intersectionnelle »
séance annulée pour cause de mobilisation

.

.

 

Colloque « Approches socio-économiques de la sexualité », 12 et 13 octobre 2017, Lille

Date :

12 et 13 octobre 2017

Lieu :

Université de Lille – Sciences et Technologies
Campus Cité scientifique (métro “Cité scientifique”)
Faculté de sciences économiques et sociales
bâtiment SH2
salle de conférences 

 

Programme

* * *

 

Jeudi 12 octobre 

 

9h–9h30. Accueil

9h30–9h45. Introduction

Pierre Brasseur (CLERSE, Université de Lille) et Jean Finez (PACTE, Université Grenoble Alpes)

 

9h45–11h15. Conférence Inaugurale

Michel Bozon (INED), Univers d’éligibles et modes d’engagements dans les relations. L’économie du choix des partenaires sexuels et conjugaux

 

11h30-13h. Session 1 « Travail »

Présidente de session : Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble)

Discutant : Mathieu Trachman (INED)

–       Alice Servy (LPED, IRD et Aix-Marseille Université / CREDO, Aix-Marseille Université, CNRS et EHESS), Les “travailleurs du sexe”. Analyse de l’appropriation d’une catégorie internationale dans le cadre de la prévention des infections sexuellement transmissibles au Vanuatu

–       Florence Levy (CECMC, EHESS), Passer du travail sexuel au travail tout court et inversement. Le cas des migrantes de Chine du Nord à Paris

 

13h-14h15. Déjeuner

 

14h15-15h45. Session 2 « Valeur »

Président de session : Fabien Eloire (CLERSE, Université de Lille)

Discutante : Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble)

–       Mathilde Darley (CESDIP, CNRS), Gilles Favarel-Garrigues (CERI, CNRS), Gwénaëlle Mainsant (IRISSO, CNRS), Juger les proxénètes : une qualification économique, sexuelle… et “culturelle” de l’infraction ?

–       Milena Jakšić (ISP, CNRS), Nadège Ragaru (CERI, CNRS), Définir la valeur d’un préjudice. Les victimes de la traite des êtres humains devant les CIVI

 

16h-18h. Session 3 « Les échanges économico-sexuels »

Président de session : Gilles Chantraine (CLERSE, Université de Lille)

Discutant : Fabien Eloire (CLERSE, Université de Lille)

–       Nicolas Faynot (LADEC, Université Lyon 2), “Time is money”. De la substitution à l’argent comme valeur d’échange dans les relations prémaritales au Sénégal

–        Mamy Auguste Andrianirina (Faculté de Droit, Economie-Gestion et Sciences sociales de développement, Université de Fianarantsoa, Madagascar), Le Tsenan’ampela : un marché de sexe de type coutumier

–        Claire-Lise Gaillard (CRHXIX, Université Paris 1), “Situation en rapport” : marché matrimonial et marché de la rencontre en France du début du XIXe siècle au début du XXe siècle

* * *

Vendredi 13 octobre

 

9h30-11h. Session 4 « Plateformes (1) »

Présidente de session : Marie Bergström (INED)

Discutant : Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis)

–        Arnaud Anciaux (Département d’information et de communication, Université Laval), Éric George (École des médias, Université du Québec à Montréal), La fabrique de nouveaux marchés pour les industries de la pornographie en ligne

–        Sophie Preudhomme (CRAPE, Université Rennes 1), Les sexcams : sexualités ordinaires, subjectivités et anonymat soumis au prisme des codes de l’industrie pornographique

 

11h15-12h45. Session 5 « Plateformes (2) »

Présidente de session : Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre)

Discutant : Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne)

–        Myriam Lavoie-Moore (Université du Québec à Montréal), Intrication de l’intimité et de l’économie au cœur des applications de gestion de la fertilité

–        Vincent Rubio (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre), L’économie de la prostitution sur Internet. Une approche à partir des clients d’escortboys

 

12h45-14h15. Déjeuner

 

14h15-15h45. Table-ronde autour des approches socio-économiques de la sexualité avec :

–       Marie Bergström (INED)

–       Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis)

–       Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre)

–       Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne)

 

15h45-16h. Conclusion

 

* * *

 

Comité d’organisation : Pierre Brasseur (CLERSE, Université de Lille), Jean Finez (PACTE, Université Grenoble Alpes)

 

Comité scientifique : Marie Bergström (Institut national d’études démographiques), Gilles Chantraine (CLERSE, Université de Lille), Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis), Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris Nanterre), Fabien Eloire (CLERSE, Université de Lille), Florence Jany-Catrice (CLERSE, Université de Lille), Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble), Lilian Mathieu (CNRS, Centre Max Weber, ENS de Lyon), Gwenola Ricordeau (California State University, Chico), Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne), Mathieu Trachman (Institut national d’études démographiques), Pascale Trompette (CNRS, PACTE, Université Grenoble Alpes).

 

Soutiens institutionnels : Association française de sociologie (AFS) : réseaux thématiques « Sociologie économique » (RT12) et « Recherches en sciences sociales sur la sexualité » (RT28) ; Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE) ; Université de Lille – Sciences et Technologies ; Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS, Lille Nord de France) et Région Hauts-de-France

Séminaire “Pour une sociologie mondialisée non hégémonique : Outils communs, connaissances situées et connexions productives”, programmation 2017-2018, Paris

Depuis une trentaine d’années, les débats à l’échelle mondiale nous montrent une sociologie tiraillée entre le Nord et le Sud, entre l’unité et la fragmentation, entre le nationalisme méthodologique et le fluidisme méthodologique, entre l’hégémonie occidentale et les tentations de l’indigénisation. Pourtant, l’histoire et les enjeux de ces discussions ne sont que peu connus en France. Ce séminaire, qui se tiendra à Paris à la FMSH en vue de préparer l’organisation d’un séminaire résidentiel international rassemblant une vingtaine de sociologues du monde entier à Bordeaux en 2019, permettra de faire le point sur ces débats et d’envisager, par l’invitation de spécialistes français ou étrangers de la question, aussi bien la situation actuelle que l’avenir de la discipline dans le cadre d’une sociologie mondiale non hégémonique.Ce séminaire se tiendra à la FMSH, Boulevard Raspail, à Paris, sur un rythme mensuel, d’octobre à mai. Une journée d’études en juin viendra conclure l’année.

Lieu :
Fondation MSH | 54 boulevard Raspail, 75006 Paris
Salle BS1-28 (Conseil A)

Organisation :
Séminaire organisé par le Collège d’études mondiales / Fondation maison des sciences de l’homme (FMSH) en partenariat avec : le Centre Emile Durkheim (Bordeaux), Sophiapol (Paris Nanterre), Institut für Soziologie (Freiburg), Centro Studi Postcoloniali (Napoli) :
– Stéphane Dufoix (Sophiapol, Université Paris Nanterre)
Eric Macé (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux)
Manuela Boatcă (Université de Fribourg)
Gennaro Ascione (Université de Naples)

Programme

Jeudi 5 octobre 2017  | 17h30-19h30
Présentation du séminaire par Stéphane Dufoix (Université Paris-Nanterre) et Eric Macé (Université de Bordeaux)

Jeudi 12 octobre 2017 | 17h30-19h30
Hebe Vessuri (Universidad Nacional Autónoma de México) Global social science : Interconnecting multiples voices

Jeudi 30 novembre 2017 | 17h30-19h30
Michel Wieviorka (FMSH) Entre nationalisme, internationalisme, cosmopolitisme et globalisme: les sciences humaines et sociales sont-elles à la hauteur des grands défis contemporains ?

Jeudi 14 décembre 2017 | 17h30-19h30
Stéphane Dufoix (Université Paris-Nanterre) Essai de généalogie des débats sur la sociologie mondiale depuis la fin des années 1940

Jeudi 11 janvier 2018 | 17h30-19h30
Manuela Boatcă (Université d’Heidelberg) Global Sociology: The Un-Erasure of the Non-Western

Jeudi 1er février 2018 | 17h30-19h30
Lutfi Sunar (Université d’Istanbul) Out of Eurocentrism: What Can be the Sources of a Non-Eurocentric Sociology ?

Jeudi 15 mars 2018 | 17h30-19h30
Gennaro Ascione (Université de Naples) Teratological Concept Formation for World Sociology

Jeudi 5 avril 2018 | 17h30-19h30
Danilo Martuccelli (Université Paris-Descartes) Ecritures et réécritures de la modernité

Jeudi 31 mai 2018 | 17h30-19h30
Shalini Randeria (Graduate Institute of International and Development Studies, Genève) Locations and Locutions: Unravelling the Concept of « World Anthropology/Sociology »

Toutes les informations sont disponibles sur le site du Collège des études mondiales