Archives de catégorie : Production des frontières : identité et espace

“Le bûcher des vaines régressions”, Sacha Raoult, 24 mai 2017, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La neuvième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Sacha Raoult, docteur-HDR en sciences juridiques, chercheur en sociologie, Maître de conférences à Aix-Marseille Université (LDPSC-Lames) et rattaché, comme sociologue, au Sophiapol, pour la dernière communication qu’il propose avant la soutenance de sa thèse de doctorat en sciences humaines et sociales – mention sociologie.

Cette communication est intitulée :

Le bûcher des vaines régressions.
Origines et effets des controverses académiques
sur l’évaluation quantitative des politiques pénales aux Etats-Unis

.

Date :
Mercredi 24 mai 2017, de 17h00 à 19h00 (attention : il s’agit, encore une fois, d’un mercredi).

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 202 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé : 

Quand Enrico Ferri proposa en 1884 de démontrer par des analyses statistiques « l’inefficacité presque complète des peines contre les délits » (1893), il employa une méthode d’analyse qui semble avoir largement disparu dans la littérature actuelle, même si on peut toujours la retrouver dans certains travaux (Dills et al. 2009, Zimring et al. 2010) : la comparaison, à l’œil nu, de séries temporelles sur la « sévérité » des châtiments et sur les « crimes » enregistrés. Au tournant du XXe siècle, l’analyse de Ferri fit l’objet d’un retentissement important dans la littérature académique anglophone. Saluée comme innovante, érudite et rigoureuse par ses pairs (qui ne mentionnent pas, par exemple, les critiques adressées par Gabriel Tarde à son interprétation des données judiciaires) chaque édition de la Sociologie criminelle fait l’objet de plusieurs récessions, unanimement positives sur cet aspect, quoi que pensent les auteurs des comptes-rendus des autres volets du livre (jugés par exemple « polémiques [et] incongrus » dans l’American Journal of Sociology).

Ces recensions s’étalent jusqu’aux années 1920. En 1939 parait l’ouvrage de Georg Rusche et Otto Kirchheimer (R&K), Peine et Structure Sociale. Il contient une analyse statistique du même type que celle de Ferri, « confirmant sur une échelle plus large (ses) résultats » (1992) et en tirant les mêmes conclusions. Mais l’accueil réservé à l’analyse de R&K dans les revues scientifiques anglaises et américaines est bien différent : les statistiques sont jugées « peu convaincantes », « sans grand intérêt ». Unanimement les recensions de cet ouvrage, qu’elles soient positives ou négatives sur les autres aspects, nous indiquent que le standard des analyses statistiques causales doit évoluer : « à présent on est en droit d’attendre de la recherche en science sociale […] qu’elle attribue un poids à chaque facteur », nous dira un des lecteurs. Les temps changent, nous ne sommes plus à l’époque de Ferri.

La littérature quantitative anglophone sur ce type de problématique a explosé depuis les années 1970. La grande question du « libre arbitre des criminels » qui avait animé les recherches du XIXe siècle a été remplacée par un ensemble de sous-questions : effet dissuasif, neutralisant, criminogène, de la prison, en comparaison avec l’amende, en comparaison avec la peine de mort, effets de divers programmes de détection et de traitement de la « récidive », effets de politiques ciblées, etc.

L’histoire de chacune de ces sous-questions de recherche est rythmée par des moments clé où les vieux standards sont jugés obsolètes. Ces jugements relatifs au standard sont émis au sujet de travaux particulièrement controversés. Mon travail prend pour objet ces controverses académiques. Depuis les années 1970, ces controverses portent sur un certain type d’analyses statistiques causales produites dans une logique de « new public management » du crime : la nouvelle pénologie (Malcom et Feeley, 1992). Il s’agit de travaux analysant « l’efficacité » des politiques pénales dures, dites « tough on crime » (durcissement des peines, peine de mort, peine planchers, dérégulation des armes à feu, méthodes actuarielles de prédiction de la récidive) à partir d’analyses de régression, de différences dans les différences[1] ou d’indices de ROC[2].

Mon travail, tout en contribuant à compléter certains aspects de la sociologie du champ scientifique (Bourdieu, 1976), se situe entre une sociologie des controverses scientifiques (Lemieux, 2007 ; Gingras, 2014), une sociologie historique de la quantification (Desrosières, 2008) et une sociologie du travail académique (Lamont, 2009 ; Menger, 2015).

Ma méthodologie engage une analyse critique de la littérature, une analyse quantitative et qualitative du CV des acteurs et une série d’entretiens formels et informels avec des membres du corps académique ainsi que du personnel administratif d’universités américaines.

Je me pose trois séries de questions sur ces controverses.

La première question concerne leur origine. Je montre que, de façon récurrente, l’origine des controverses tient aux implications politiques des résultats, notamment à la vie politique en dehors des universités, et à l’utilisation qui peut être faite des résultats par les agendas politiques. Lorsque les résultats d’analyses statistiques causales sont présentés comme susceptibles d’être utilisés par des agendas radicaux (comme les travaux de R&K sur l’efficacité de la prison ou les travaux de Dills et al. sur la légalisation des stupéfiants) ou conservateurs (comme les travaux d’Isaac Erhlich sur la peine de mort, de John Lott sur les armes à feu ou de Steven Levitt sur les peines plancher), ils suscitent la mobilisation de « gardiens du Temple » (Kuhn, 1962), universitaires au fort capital académique et scientifique et défendant des positions progressistes. Tout en protégeant la méthode scientifique, ces chercheurs agissent dans les termes humanistes recommandés par Bruno Latour dans sa critique des agendas radicaux et conservateurs (2004), comme si les deux entreprises allaient nécessairement de pair. Cette mobilisation est renforcée par le fait que l’agenda de l’adversaire est compris comme sa motivation première, qui vient souiller la pureté de la démarche scientifique. En réponse, les radicaux et les conservateurs concernés se décrivent comme victimes d’une chasse aux sorcières – et lisent aussi dans la réaction à leur travail un agenda d’idéologues. Les deux niveaux de débats (politique et méthodologique) se superposent toujours.

Je montre également que cette opposition entre les agendas progressistes, radicaux et conservateurs correspond à la répartition du capital académique aux Etats-Unis sur la période que j’étudie, où, à l’exception de University of Chicago, les universités prestigieuses produisent des contributions progressistes alors que les contributions radicales et conservatrices émanent d’universités nettement moins prestigieuses et moins dotées en termes de moyens. Ces observations sont particulièrement saillantes pour certaines disciplines et certaines questions, les espaces moins polarisées semblant être moins affectés par cette forme d’hétéronomie.

Les deux questions suivantes concernent les effets des controverses.

Les controverses ont d’abord un effet sur le développement des méthodes d’analyses statistiques causales. Les standards de ces méthodes, à partir desquels on juge de la qualité des travaux controversés, évoluent au fil des années. Les controverses jouent un rôle essentiel dans cette évolution. Je montre comment ces standards peuvent suivre deux chemins suivant des logiques internes

Le premier chemin est un « chemin de standardisation » : le standard « progresse » en devenant de plus en plus en phase avec les développements des recherches fondamentales (en mathématique, en statistique et en informatique). Le chemin emprunté par les diverses questions est toujours le même (on passe de 1. un modèle univarié à 2. des modèles multivariés ad hoc à 3. un modèle multivarié standardisé).

Le second chemin est un « chemin d’abstraction » : on passe de l’analyse à la méta-analyse, puis à l’analyse des biais, pour « élever » le débat et comprendre les raisons des désaccords.

Si l’avancée sur ces chemins se fait en référence aux développements des recherches fondamentales ou bien à l’aide d’emprunts aux autres recherches appliquées (économétrie, médecine), la temporalité de l’avancée sur ces chemins varie en fonction des questions. Ma thèse est que ce sont les conséquences politiques des travaux controversées qui déclenchent la « progression » des méthodes : refusant d’accepter une recherche dont les conséquences sont hérétiques, les acteurs mobilisent le nécessaire progrès méthodologique comme un argument dans la controverse, et ce progrès est alors acquis pour servir de référence dans les controverses ultérieures.

Enfin, ces controverses ont un effet sur les carrières des chercheurs qui y participent. L’analyse quantitative fait apparaître une nette différence entre les chercheurs titulaires au moment où éclate la controverse, protégés des effets potentiels de celle-ci, et les chercheurs non-titulaires, dont l’impression première est qu’ils sont sacrifiés à l’occasion du débat sur les méthodes que leurs travaux suscitent. Les entretiens montrent que les premiers ne perçoivent que peu l’académie comme touchée par des logiques politiques alors que les seconds ont l’impression d’être victimes d’un appareil idéologique d’Etat. Néanmoins, dans une démarche réflexive – les chercheurs que j’étudie ayant pour principal objet de débat la question de l’attribution de causes – je conclue sur la difficulté de porter une assertion causale du fait de variables cachées relative à la prudence et à la compétence des acteurs dans leur apprentissage des règles du champ – règles à la fois scientifiques, académiques et morales.

Bibliographie

Abbott, A. Chaos of disciplines. University of Chicago Press, 2001.

Altbach, P. G., Gumport, P. J., Berdahl, R. O. American Higher Education in the Twenty-First Century: Social, Political and Economic Challenges, The John Hopkins University Press, 2011.

Althusser, Louis. Idéologie et appareils idéologique d’État. J.-M. Tremblay, 2008.

Barnes B. Bloor D. et Henry J. (dir.). Scientific knowledge: A sociological analysis. University of Chicago Press, 1996.

Bloor, D.. Knowledge and social imagery. University of Chicago Press, 1991.

Bourdieu, Pierre. “Le champ scientifique.” Actes de la recherche en sciences sociales 2, no. 2 (1976): 88-104.

Bourdieu, Pierre. Homo academicus. Editions de Minuit, 1984

Charles, and Joshua B. Tenenbaum. “The discovery of structural form.” Proceedings of the National Academy of Sciences 105, no. 31 (2008): 10687-10692.

Farrell, B. et L. Koch. “Criminal justice, sociology, and academia.” The American Sociologist 26, no. 1 (1995): 52-61.

Finkelstein, M. J., et Schuster, J. H. The American Faculty, The John Hopkins University Press, 2006. (518)

Fourcade, Marion, Etienne Ollion, et Yann Algan. “The superiority of economists.” The Journal of Economic Perspectives 29.1 (2015): 89-113.

Frickel, S. et N. Gross. “A general theory of scientific/intellectual movements.” American sociological review 70, no. 2 (2005): 204-232.

Garland, D., “Criminological knowledge and its relation to power: Foucault’s genealogy and criminology today”, The British Journal of Criminology, 32, no. 4, p. 403-422

Gingras Y. Controverses: Accords et désaccords en sciences humaines et sociales. CNRS Editions; 2014.

Gross, N. et Fosse, E. “Why are professors liberal?” Theory and Society. 41,no 2 (2011):127-168

Gross, N. et Simmons, S. (2014) Professors and their politics, John Hopkins.

Klein, D. B., et Stern, C. “Professors and their politics: The policy views of social scientists.” Critical Review: A Journal of Politics and Society.  17, no3-4 (2005):257-303.

Koppl, Roger. “The social construction of expertise.” Society 47.3 (2010): 220-226.

Lamont, M. How professors think. Harvard University Press, 2009.

Latour, Bruno. “Why has critique run out of steam? From matters of fact to matters of concern.” Critical inquiry 30.2 (2004): 225-248.

Lemieux C. À quoi sert l’analyse des controverses?. Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle. 2007(1):191-212.

Moody, J. “The structure of a social science collaboration network: Disciplinary cohesion from 1963 to 1999.” American sociological review 69, no. 2 (2004): 213-238.

Sheldon, Myrna Lynn Perez. The Public Life of Scientific Orthodoxy: Stephen Jay Gould, Evolutionary Biology and American Creationism, 1965-2002. Diss. 2014.


[1] La méthode des différences dans les différences est une technique d’analyse statistique causale qui consiste à tenter d’imiter les méthodes expérimentales en comparant les séries temporelles dans un groupe de traitement (par exemple dans lequel on applique une réforme spécifique) et un groupe de contrôle (dans lequel cette réforme n’est pas appliquée) tout en tentant d’éviter les problèmes d’endogénéité.

[2] L’indice de ROC, pour caractéristiques opératoires du récepteur (receiving operator characteristics) est un indice permettant de classer des outils de détection ou de diagnostic pouvant renvoyer des vrais et faux positifs. Initialement utilisé pour classer les méthodes de Radar, il est largement utilisé en médecine et est devenu un standard pour évaluer les méthodes de prédiction de la récidive.

Appel à propositions d’articles : “Dettes de sexe ? Penser les échanges intimes”, Journal des anthropologues, automne 2017


 Numéro spécial du Journal des anthropologues coordonné par Christophe Broqua, Philippe Combessie, Catherine Deschamps et Vincent Rubio.

Les propositions d’articles peuvent être envoyées jusqu’au 30 septembre 2017.

.

Appel à propositions d’article :

Que la sexualité occasionne presque toujours des dépenses est aujourd’hui largement admis par les sciences sociales. Mais ce faisant, les échanges économico-sexuels ont le plus souvent été envisagés en plaçant la sexualité dans un isolat. Le numéro que nous proposons vise à discuter ce cloisonnement : il s’agit de replacer la sexualité dans la sphère plus large des relations intimes et de questionner ce que les échanges qui y sont impliqués engendrent de dépenses croisées (notamment matérielles, corporelles, affectives et émotionnelles) et de dépendances.

Nous définissons les échanges intimes comme interactions sociales pouvant relever de différents registres habituellement appréhendés de manière séparée : sexuel, familial, conjugal, amical, etc. Ces interactions « dépendent d’une connaissance et d’une attention particulières apportées au moins par une personne [ou plus] et ne s’étendant pas à une tierce partie. Ainsi définies, les relations intimes reposent à divers degrés sur la confiance », laquelle « est souvent asymétrique » mais « implique un degré minimal de réciprocité »[1].
.
Penser les échanges intimes – dans lesquels diverses formes d’attentions à l’autre et de bénéfices pour soi témoignent de la position sociale, de genre, générationnelle, « raciale », etc., des partenaires en présence, ou encore du rôle des institutions – invite à revisiter les questions classiques en sciences sociales du don et de la dette, à la fois à l’échelle interpersonnelle et à celle des groupes d’appartenance.La problématique de ce numéro doit ainsi être entendue en un sens proprement anthropologique : comment les échanges intimes s’inscrivent-ils dans un système de mise en dépendances généralisées – ou, pour le dire autrement, un système de mise en dettes réciproques – qui les dépasse ?

Privilégiant l’approche socio-anthropologique tout en n’excluant pas le dialogue avec d’autres disciplines, les contributions pourront porter sur une très large variété de situations et de groupes sociaux, avec une attention particulière pour ceux que la littérature a jusqu’ici peu mis en lumière. Elles pourront s’intéresser à toutes les régions du monde.

 
Modalités de soumission :
Les propositions d’articles comprendront un titre, un résumé entre 2 500 et 4 000 signes, et 5 mots clés. Elles mentionneront les noms et prénoms des auteurs, leur statut et organisme de rattachement, ainsi que leur adresse électronique.
Elles seront adressées aux quatre coordinateurs du dossier et à la revue :
Christophe Broqua : broquachristophe@yahoo.fr
 
Calendrier :
Date limite d’envoi des propositions d’articles : 30 septembre 2017
Réponse aux propositions d’articles : octobre 2017
Rendu des articles : 30 mars 2018
Rendu des articles retravaillés : 30 novembre 2018
Publication prévue : avril 2019

[1] : Zelizer V.A., 2005, « Intimité et économie », Terrain, 45, p. 18.

Colloque international : “L’attachement aux cyber-choses”, 15-16 juin 2017, Nanterre

 

© Vinclu – Gatebox, Azuma Hikari – http://gatebox.ai

L’attachement aux cyber-choses : logiciels sentimentaux, love-bots et séducteurs de synthèse

 

Date :
Jeudi 15 juin et vendredi 16 juin 2017, de 9h30 à 18h

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment W (Max Weber), salle des conférences (rez-de-chaussée à gauche)
Comment venir ?

Organisation du colloque et de la programmation :
•    Julie Abbou (Université Paris 13)
•    Agnès Giard (Université Paris Nanterre)

 

 

Ce colloque se propose d’étudier les enjeux et les modalités de l’attachement aux substituts affectifs numériques, c’est-à-dire de comprendre comment, en amont – au niveau des concepteurs – et en aval – au niveau des utilisateurs – les humains fabriquent du lien affectif avec des entités issues des Technologies de l’Information et de la Communication. Qu’il s’agisse de petit copain pour écran tactile, de personnage « à aimer » (dating sim), d’épouse holographique ou de chatbot sexualisé, ces entités feront l’objet d’analyses portant sur la façon dont elles sont mises au point, appropriées, détournées, animées, aimées ou mises à distance par leurs utilisateurs.

 

Programme

Jeudi 15 juin 2017 | 9h30-18h 

9h30 Accueil

9h45-10h00 | Philippe COMBESSIE
Directeur du Sophiapol (EA 3932), Université Paris Nanterre, France

Introduction

 

10h00-10h30 | Nathanaël WADBLED
Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Lorraine, France

Aimer un non-humain. Les enjeux anthropologiques de la série Äkta Människor

 

10h30-11h | Clotilde CHEVET
Sciences de l’Information et de la Communication, GRIPIC-Celsa, France

Siri, le robot qui m’aimait ? Etude des ressorts linguistiques d’une « ingénierie de l’enchantement »

 

11h00-11h30 | Ludivine ALLIENNE-DISS
Sociologie, Université Picardie Jules Vernes, France

Robots sexués, robots sexuels ? Une approche par le terrain

 

12h30-14h30 | Déjeuner

 

14h30-15h00 | Olivier SERVAIS et Vincent BERRY
Anthropologie, Université de Louvain, Belgique / Sciences de l’éducation, Université Sorbonne, France

S’occuper “pour de vrai” d’animaux “pour de faux”.
Analyse socio-anthropologique des usages et des représentations des virtual pets par les jeunes francophones

 

15h-15h30 | Marion COVILLE
Sciences de l’Information et de la Communication, Université Sorbonne, France

Les modalités d’échanges et d’attachement entre robot et personnes âgées

 

16h-16h30 | Pause

 

16h30-17h | Dorothea MLADENOVA
Etudes japonaises, Université de Leipzig, Allemagne

Who will chat with you when I’m dead? Post-mortem software from an emotional perspective

 

17h-17h30 | DISCUSSION autour du dessin animé L’Humanité a décliné
(人類は衰退しました, Jinrui wa Suitai Shimashita), réalisé par Kishi Seiji (2012)
à partir des light novels de Tanaka Roméo (mai 2007-septembre 2016).

 

 

Vendredi 16 juin 2017 | 9h30-18h 

9h30 Accueil

9h45-10h15 | Leticia ANDLAUER
Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Lille, France

Tomber amoureuse dans une simulation de messagerie : enjeux de la relation dans Mystic Messenger

 

10h15-10h45 | Mukae SHUNSUKE
Games studies, Université Ritsumeikan, Kyôto, Japon

Otome games et doublage : interférences affectives avec les “acteurs de voix”

 

10h45-11h15 | Adrien MATHY
Linguistique, sémiotique et rhétorique, Université de Liège, Belgique

Pour une approche linguistique de l’attachement aux cyber-choses : le cas des eroge

 

11h15-11h45 | Julien BOUVARD et Mathieu TRICLOT
Etudes japonaises. Université Jean Moulin Lyon III, France / Philosophie. Université de Technologie de Belfort Montbéliard, France

Du clavier aux larmes : comment le jeu Clannad produit des affects

 

12h30-14h30 | Déjeuner

 

14h30-15h00 | Sacha DEMAZY
Anthropologie, Université Paris Nanterre, France

Love Plus : techno-intimité et fonctions sociales de la représentation d’une féminité « kawaii »

 

15h-15h30 | Edmond ERNEST dit LABAN
Anthropologie,  Université Paris 8 – Vincennes à Saint Denis (France) et Université de Concordia, Montreal, Québec, Canada

L’amour partagé pour des personnages masculins fictifs comme régime d’homosocialité dans les communautés féminines d’otaku à Ikebukuro

 

16h00-16h30 | Pause

 

16h30-17h | Nicola Pietro BONALDI
Anthropologie, Université de Milan-Bicocca, Italie et Université de Ritsumeikan, Kyôto, Japon

Du choix et du collectionner : les visual novels japonais et l’attachement transmédiatique

 

17h-17h30 | Agnès GIARD
Anthropologie, Université Paris Nanterre, France

Le couplage doll-idol à l’ère du monde en « 2,5 Dimensions »

 

Cliquer ici pour télécharger le programme complet (avec résumés des communications)

 

Comité scientifique de ce colloque international

  • Julie Abbou, docteure en sciences du langage, enseignante contractuelle à l’Université Paris 13.
  • Philippe CombessieProfesseur des universités, socio-anthropologue, Directeur du Sophiapol (EA 3932), Université Paris Nanterre.
  • Laurent Di Filippo, Chargé de recherche au département R&D du Studio Ernestine à Strasbourg et membre associé au Centre de recherche sur les médiations (CREM), Université de Lorraine.
  • Agnès Giard, anthropologue, chercheur rattaché au Sophiapol (EA 3932), Université Paris Nanterre.
  • Emmanuel Grimaud, anthropologue, Chargé de recherche au CNRS, LESC-UMR7186, Université Paris Nanterre.
  • Roberte Hamayon, Directeur d’études émérite à l’EPHE.
  • Marie-Anne Paveau, Professeure en sciences du langage, Pléiade (EA 7338) Université Paris 13.
  • Denis Vidal, Directeur de recherche à l’Institut français de recherche sur le développement (Urmis-Paris Diderot), enseignant associé à l’EHESS et au Musée du Quai Branly.

 

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef, 8e séance : Laurent Gaissad, 10 mai, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La huitème séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Laurent Gaissad (docteur en socio-anthropologie, Maître-assistant associé à l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Val-de-Seine) pour une communication, développée à partir d’une recherche développée au sein de Sophiapol sur la « construction de la compulsivité sexuelle, des addictions et des risques multiples chez les hommes gays » (financement Sidaction / Bourse BI20-1-01556) à partir d’une enquête ethnographique multisite du circuit festif gay en Europe et d’une sociohistoire de l’activisme et de l’offre publique en « santé gay » entre Paris et Bruxelles (2010-2015).

Cette communication est intitulée :

Les gays, les drogues et la fin annoncée du sida
.

Date :
Mercredi 10 mai 2017, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 202 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Cette communication propose une réflexion sur les récentes évolutions de la gestion publique du risque de contamination par le VIH, et plus dernièrement par le VHC et autres IST, chez les gays. On prendra plus particulièrement à témoin l’histoire sociopolitique de la lutte contre le sida dans cette « population » en France et en Belgique ces dernières années pour comprendre les polémiques portées aujourd’hui par une diversité d’acteurs publics autour du chemsex, i.e. le recours aux drogues dans la sexualité gay.

Des figures comportementales considérées comme « problématiques » n’ont pas manqué en Europe et en Amérique du Nord au cours des deux dernières décennies, parfois véhiculées par des militants de la cause homosexuelle passés maîtres dans l’articulation du couplage vulnérabilité / dangerosité sexuelle. Ces désignations ont, de fait, inspiré les politiques publiques : on sait à quel point les risques identitaire et épidémique confondus ont ainsi servi d’arguments, expertises scientifiques à l’appui, à la normalisation juridique des unions entre personnes de même sexe en Europe. Nombre d’études nord-américaines ont insisté depuis sur le mental – surtout la dépression – associant la compulsivité sexuelle à d’autres comportements d’addiction (alcool, psychotropes, vasodilatateurs, anabolisants, antidépresseurs, etc.). Examiner leur réception dans les recherches et le monde francophones incite à qualifier, dans le prolongement des travaux de David Halperin (2007), les enjeux d’une telle épidémiologie sociale.

La volonté d’expliquer la poursuite d’une « dispersion » homosexuelle emprunte donc volontiers des registres moraux, allant jusqu’à susciter depuis quelques années une caractérisation des conduites aux conséquences pénales : au débat sur la criminalisation des personnes séropositives, réintroduite de part et d’autre de l’Atlantique au tournant du siècle, fait par exemple écho l’alarmisme comportemental des associations, à la croisée de la recherche et des médias, un temps fixé sur le bareback (le fait d’avoir volontairement des rapports sexuels sans préservatif). Ce basculement du côté de la responsabilisation des hommes gays séropositifs dans des contextes qu’on pensait « maîtrisés » a également été relayé par des experts institutionnels ou académiques de la veille sanitaire.

Depuis l’émergence d’un nouveau paradigme préventif, où les traitements antirétroviraux sont devenus un outil de prévention, un modèle de « réduction des risques sexuels » s’est imposé et, avec lui, un régime d’interventions soutenues par l’actualité des recherches biomédicales, dont la prophylaxie pré-exposition (PreP) et le contrôle programmé d’une « charge virale communautaire ». Il s’agit de dire ici en quoi la construction biopolitique de la dangerosité sexuelle reste cependant d’actualité au travers du motif des drogues et de l’avènement, à l’heure d’une fin annoncée du sida, d’une offre durable en santé sexuelle pour les gays.

Journée d’étude, “Traverser les frontières, traverses les âges. Politiques migratoires, politiques sociales et agency enfantine, 4 mai 2017, Nanterre

Date :
Jeudi 4 mai 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre, Bâtiment B, Salle des Conférences

Organisation :
Comité d’organisation : Simona TERSIGNI, Sophiapol/Université Paris-Nanterre ;  Valérie LANIER, LIRTES/UPEC  ; Lorenzo NAVONE, INS HEA/Evascol ; Amélie L EBIHAN, Sophiapol

Comité scientifique : Maïtena ARMAGNAGUE, INS-HEA/GRHAPES, coordinatrice Migriti et Evascol  ; Claire COSSEE, LIRTES/UPEC, co-responsable scientifique Migriti et Evascol ; Isabelle RIGONI, INS-HEA/GRHAPES, coordinatrice Migriti et Evascol ; Philippe RYGIEL, ENS de Lyon/LARHRA ; Claire SCHIFF, Centre Emile Durkheim/Université de Bordeaux ;  Serge SLAMA, CREDOF/Université Paris-Nanterre

 

Programme

9h : Accueil des participant.e.s

9h30 : Ouverture par Simona TERSIGNI, MCF, Université Paris-Nanterre (Sophiapol, co-responsable scientifique du programme Migriti et Evascol)

Session 1 – Approches démographiques et socio-historiques de l’enfance en situation migratoire – 9h45-11h15

Présidence : Maïtena Armagnague, MCF, INS HEA (Grhapes, co-responsable scientifique du programme Migriti et Evascol)

9h45-10h15 : Tatiana EREMENKO, chercheuse au Spanish Council for Scientific Research : Les enfants migrants, les enfants de migrants : concepts, définitions et sources de données démographiques.

10h15-10h45 : Adèle MOMMEJA, Docteur en sociologie, Université Paris-Nanterre (Sophiapol) : Se mobiliser comme enfant d’immigré. Réflexion sur l’usage des catégories militantes et scientifiques.

10h45-11h15 : Beatrice Scutaru, chercheuse Marie Curie Fellow, Université de Padoue, Département de Sciences politiques, lois et relations internationales : Exister et résister en Italie. Choisir d’étudier le roumain à l’Université de Padoue en tant qu’« enfants migrants d’origine roumaine ».

Session 2 – Des trajectoires migratoires contemporaines à l’action publique : enfants migrants/jeunes demandeurs d’asile/« mineurs non-accompagnés » – 11h15-13h15

Présidence : Claire Cossée, MCF, UPEC (LIRTES, co-responsable scientifique du programme Migriti et Evascol)

11h15-11h45 : Mustafa ASLAN, MCF, enseignant-chercheur, Université Mardin Artuklu : Les migrants mineurs syriens en Turquie : premiers perdants de la guerre civile.

11h45-12h15 : Elise LEMERCIER, MCF, Université de Rouen (DySoLa, co-responsable scientifique du programme DICIBL) : Qui protège les enfants des autres ? Processus d’altérisation des mineurs isolés à Mayotte.

12h15-12h45 : Lorenzo NAVONE, chercheur post-doctorant à l’INS HEA (Evascol) : Adolescents migrants et toxicomanie en Italie : entre recherche-action et sociologie visuelle.

12h45-13h15 : débat transversal aux deux sessions de la matinée

13h15-14h30 : Pause déjeuner

Session 3 – Des enfants « allogènes » à l’épreuve des espaces publics urbains et des espaces institutionnels de soin – 14h30-15h45

Présidence : Isabelle RIGONI, MCF, INS HEA (Grhapes, co-responsable scientifique du programme Migriti et Evascol)

14h30-15h : Inès Ebilitigue, ATER, Université Paris-Nanterre (Sophiapol) : Les « enfants étrangers » dans des contextes urbains français face à la fragilisation des liens sociaux.

15h-15h30 : Simeng WANG, chargée de recherche au CNRS, membre du CERMES3 : Les enfants « messagers » : descendants de migrants chinois suivis dans les services publics de pédopsychiatrie à Paris.

15h30-15h45 : débat

15h45-16h15 : pause-café

Session 4 – Table ronde avec différents professionnels intervenant auprès des publics présentés au cours de la journée – 16h15-18h45
Présidence : Valérie Lanier, chercheure post-doctorante, UPEC, (LIRTES)
Chaque intervention (de 10 minutes chacune environ) vise à présenter des expériences saillantes et à aborder les difficultés rencontrées avec ces publics par les intervenants, au cours de leur carrière. Parmi les avocats, médecins généralistes et psychiatres, infirmiers, intervenants sociaux et éducateurs ainsi qu’enseignants présents et travaillant auprès d’enfants migrants, demandeurs d’asile et mineurs « non-accompagnés », seront notamment présents : Marie-Charlotte Fabié (avocat en région parisienne), Flora Peschanski (avocat en région parisienne), Marie-Laure Saunois (infirmière dans un centre médico-scolaire de Bordeaux), Alban Damery (assistant social à médecins du monde – Bordeaux), Nadine Bouron (cheffe de service en CADA), Françoise Denis (titulaire d’un poste UPE2A – Unité Pédagogique pour Elèves Allophones Arrivants).

18h45-19h30 : Cocktail

19h30-21h15 : Projection du film-documentaire « Smaïn, cité Picasso » (54 minutes, 2011) suivi d’un débat en présence de la réalisatrice : Anna Pitoun. Discutante : Simona Tersigni.

 

Télécharger le programme

 

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef, 7e séance : Vincent Rubio, 20 avril, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La septième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Vincent Rubio (docteur en sociologie, en fin de contrat de post-doctoral) pour une communication développée à partir de deux recherches (l’une financée par Sidaction, l’autre par l’ANRS). Cette communication est intitulée :

Commerce du sexe sur internet et santé sexuelle. Une approche des clients d’escortboys
.

Date :
Jeudi 20 avril 2017, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

 

Résumé :

L’essor des nouvelles technologies n’est pas demeuré sans effets sur le phénomène prostitutionel. C’est le cas du développement et de la démocratisation d’internet qui, au moins en France, ont engendré une « migration [de la prostitution] vers le monde virtuel » [Sousa, 2006 : 4-5]. Si, malgré les modifications récentes de l’encadrement légal de cette activité en France, on peut voir également dans cette migration numérique les effets de la loi pour la sécurité intérieure votée en mars 2003 et qui introduisait le délit de racolage passif, on doit donc souligner que les lieux traditionnels de prostitution (la rue) tendent à se voir concurrencés, voire stricto sensu supplantés, par de nouveaux espaces, en particulier le cyberespace. Cette tendance est particulièrement prononcée pour la prostitution masculine homosexuelle, laissant aujourd’hui les « hauts lieux » historiques de son exercice tels que la porte Dauphine largement désertés [ibid. : 4].

C’est dans ce contexte que, grâce à deux financements postdoctoraux obtenus auprès de Sidaction puis de l’ANRS, Vincent Rubio s’est intéressé aux jeunes hommes âgés de 18 à 25 ans proposant des services sexuels rémunérés sur internet, puis à ceux qu’on peut nommer leurs clients (La recherche sur les clients n’incluait pas toutefois de critères d’âge ; ni pour les clients, ni pour les escorts qu’ils rencontrent). Ceci dans le cadre de situations de conformité normative sexe-genre – excluant donc les personnes travesties et transsexuelles (qu’il s’agisse des prestataires ou des clients) – et en prêtant une attention particulière aux questions de santé – et, plus précisément encore, à celles de santé sexuelle. Car si les données relatives aux personnes prostituées manquent cruellement en la matière – et plus encore pour ce qui est de leurs clients –, celles disponibles au sujet des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) ne manquent pas de soulever un certain nombre d’interrogations.

Ainsi, en 2015, environ 2 600 HSH ont découvert leur séropositivité VIH, représentant 43% de l’ensemble des découvertes. Leur nombre a augmenté jusqu’en 2012, puis s’est stabilisé. Mais les rapports sexuels entre hommes demeurent le seul mode de contamination pour lequel les nouveaux diagnostics à VIH ne diminuent pas depuis 2003 [Cazein F. et al., 2013]. L’incidence dans ce groupe est 200 fois plus élevée que chez les hétérosexuels français [Le Vu S. et al, 2010]. Parallèlement, les infections sexuellement transmissibles (IST) (syphilis, infections à gonocoques et les LGV rectales) continuent à augmenter parmi ces individus, traduisant à l’évidence un relâchement des pratiques préventives. Plus de 80% des syphilis et près de 70% des infections à gonocoque diagnostiquées en 2015 dans les structures spécialisées, ainsi que la quasi-totalité des LGV, concernaient les HSH.

Après avoir présenté ces quelques éléments de contexte (migration numérique, données en lien avec les infections sexuellement transmissibles (IST), modifications récentes de l’encadrement légal de l’activité de prostitution), après avoir également évoqué la méthodologie mise en œuvre au cours de cette recherche ainsi que l’état de la littérature sur le sujet, cette communication proposera une première mise à plat des données recueillies auprès de 34 clients d’hommes proposant des prestations sexuelles rémunérées sur Internet. Considérant que les comportements sexuels ne prennent sens qu’à l’aune d’un entour sociologique global, il s’agira notamment de mettre en correspondance les prises de risques ayant lieu au cours des rencontres tarifées – en particulier les pénétrations anales non protégées (PANP) – avec la manière dont la relation entre client et escort est investie par chacun des protagonistes [Rubio V., 2013]. Rarement réductible au seul et strict échange d’argent et de sexe, cette relation singulière s’éclaire notamment à la lumière de ce qu’Elizabeth Bernstein a nommé « l’authenticité limitée » [Bernstein, 2007], mais également de ce qu’il faut considérer comme ses variations.

.

Bibliographie indicative

Bernstein E., 2007, Temporarily yours. Intimacy, Authenticity and the Commerce of Sex, Chicago, The university of Chicago press.

Cazein F., Pinget R., Lot F., Pillonel J., Le Strat Y., Sommel C. et al., 2013, « Découvertes de séropositivité VIH et sida – France, 2003- 2011 », Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 28-29, p. 333-40.

Le Vu S., Le Strat Y., Barin F., Pillonel J., Cazein F., Bousquet V. et al., 2010, « Population-based HIV-1 incidence in France, 2003-08: a modelling analysis », The Lancet Infectious Diseases, 10 (10), p. 682-687.

Rubio V., 2017, « Se protéger. Mais de quoi ? Corps, santé et commerce du sexe. Récit d’un jeune escort », in : Combessie Ph. (dir.), Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques, Paris, Presses universitaires  de Paris Nanterre, p. 55-70.

Rubio V., 2013, « Prostitution masculine sur Internet. Le choix du client », Ethnologie française, vol. XLIII, n°3, p. 443-450.

Sousa A., 2006, « La prostitution masculine s’est transformée », Swaps, n°42, p. 4-5

.

Cliché d’illustration : Ph. Combessie

 

Journées d’étude internationales, « Corps de réfugiés : Recherche et témoignages», 24 et 25 avril 2017, Maison des Sciences de l’Homme, Paris Nord

Ces journées d’étude voudraient donner à entendre et à comprendre la situation concrète qui est faite aux réfugiés aujourd’hui à travers le parcours chaotique et douloureux qui les a conduit en Europe, aussi bien que la condition qui leur est réservée une fois arrivés, en focalisant l’attention sur les processus qui portent atteinte à l’intégrité et à l’entretien physique et morale des personnes. Elles porteront plus spécifiquement sur la comparaison franco-italienne des pratiques et des représentations des situations faites aux réfugiés.

Date :
Lundi 24 et mardi 25 avril 2017

Lieu :
Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord
Amphithéâtre
20 avenue George Sand, 93210 Saint-Denis
Métro Ligne 12 – Terminus station Front Populaire (sortie n°3)

Organisation :
Gilles Raveneau (Université de Paris Nanterre) et Annamaria Fantauzzi (Université de Turin)

Programme

Lundi 24 avril 2017
13-14h : Inscription et accueil des participants au colloque, Café
14h : Introduction par Gilles Raveneau, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord, Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord

Session 1 – 14h30-15h45
Présidence : Frédérique Fogel, Directrice de recherche, CNRS- LESC
14h30 : Camille Schmoll, Maîtresse de conférences, Université Paris Diderot, CEDREF, IUF : “Les corps des femmes dans l’Europe des frontières”
15h : Noria Boukhobza, Maîtresse de conférences, Université de Toulouse : “Nouer l’hymen dans la migration, c’est nouer le lien fragile entre ici et là-bas”
Discussion (15’)

15h45 : Pause café

Session 2 – 15h45 -17h
Présidence : Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord
15h45 : Bassi Marie, ATER CERI/Sciences Po, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle : “La question de la mort des migrants dans les mobilisations en Sicile : la recomposition des réseaux militants « pro-immigration »”
16h15 : Alessandro Corso, doctorant, Université de Durham, Grande-Bretagne : “Meeting bodies: an ethnography of the person on the shores of Lampedusa”
Discussion (15’)

17h : Pause café

Session 3 – 17h15-19h
Film documentaire, Les Messagers réalisé par Hélène Crouzillat et Laetitia Tura.
Du Sahara à Melilla, des témoins racontent la façon dont ils ont frôlé la mort, qui a emporté leurs compagnons de route, migrants littéralement et symboliquement engloutis dans la frontière. « Ils sont où tous les gens partis et jamais arrivés ? » Les Messagers se postent sur la frêle limite qui sépare les migrants vivants des migrants morts. Cette focalisation sur les morts sans sépulture interroge la part fantôme de l’Europe.
Discussion et débat en présence de Laetitia Tura

19h : Apéritif, cocktail

Mardi 25 avril 2017
9h : Accueil des participants à la seconde journée, Café
Session 4 – 9h30-10h45
Présidence : Gilles Raveneau, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord
9h30 : Stéphanie Larchanché, Coordinatrice de l’enseignement et de la recherche au centre Minkowska: “L’accueil des réfugiés dans la clinique: L’expérience du Centre Minkowska”
10h00 : Jeanine Rochefort, déléguée régionale, Pierre Ramel, coordinateur régional, Louis Barda, coordinateur général Paris Médecins du Monde, délégation Ile de France : “Médecins du Monde et l’accueil des migrants à Paris”
Discussion (15’)

10h45 : Pause café

Session 5 – 11h-12h15
Présidence : Simona Tersigni, Maîtresse de conférences, Université Paris Nanterre
11h00 : Gilles Raveneau, Maître de conférences, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord : “Regard ethnographique sur les réfugiés de la Chapelle à Paris”
11h30 : Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord, “Corps- non personnes et rituels funèbres: ethnographie entre Lampedusa et Pozzallo”
Discussion (15’)

12h15-13h15 Pause déjeuner

Session 6 – 13h15-14h30
Présidence : Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord
13h15 : Daniela Giannini, Responsable des soins psychiatriques, Clinique San Valentino, Rome : “Le corps des migrants comme celui des patients psychiatriques, un chemin à travers l’identité refusée”
13h45 : Miriam Castaldo, chargé de recherche, Instituto Nazionale per la salute delle popolazioni Migranti e per il contrasto delle malattie della Povertà (INMP) : “Intorno all’antropologia medica e alla clinica transdisciplinare: esperienze meticce”
Discussion (15’)

14h30- Pause café

Session 7 – 14h45-16h
Présidence : Gilles Raveneau, Maître de conférences, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord
14h45 : Simona Tersigni, Maîtresse de conférences, Université Paris Nanterre, Sophiapol : “Quand des enfants sont « déboutés » : corps et supports écrits au coeur d’une carrière d’identification”
15h15 : Elisabetta di Giovanni, Université de Palerme : “Le corps d’eau des migrants non accompagnés. Une perspective ethnohistorique”
Discussion (15’)
16h-16h30 : Conclusions et perspectives de collaboration par Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord, Gilles Raveneau, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord

Télécharger le programme

Télécharger les résumés

Doctoriales du Sophiapol, 18 avril 2017, Paris Nanterre

Le laboratoire Sophiapol organise une journée d’étude dédiée aux travaux de ses doctorant-e-s. Ces doctoriales sont nées du besoin de rompre avec la solitude du travail de thèse, pour mieux s’inscrire dans une dynamique de production collective.

Elles sont d’abord l’occasion de mettre en valeur la diversité des travaux en cours au Sophiapol, mais aussi les problématiques transversales qui peuvent les relier : les recherches qui y sont menées en sociologie, anthropologie et philosophie, portant parfois sur les mêmes objets, gagnent à s’enrichir mutuellement.

Cette journée s’organisera autour de quatre thématiques principales : L’Etat et ses marges : entre philosophie du droit et socio-anthropologie de la punition ; Prendre la parole et écouter : théorisation philosophique et étude sociologique ; Ce que (dé)fait le capitalisme : de l’exploitation du travail immatériel à la destruction de l’environnement ; Peut-on connaître le capitalisme ?
.

Date :
Mardi 18 avril 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre
Maison Max Weber, salle de séminaire 2
Comment venir et s’orienter sur le campus ?

Comité d’organisation : Lucille Gallardo, Anthony Fouet, Clément Méric, Jean-Baptiste Vuillerod.
.

Programme

9h15 : Accueil

9h30-10h40 : L’Etat et ses marges : entre philosophie du droit et socio-anthropologie de la punition
Modération : Lucille Gallardo.

Camille de Vulpillières – « Le statut juridique des étrangers, entre droits individuels et souveraineté »
Georges Eyenga – « Boycotter la prison ? Une ethnographie de la gestion des actes déviants dans la société camerounaise »

10h40-11h : pause

11h-12h10 : Prendre la parole et écouter : théorisation philosophique et étude sociologique
Modération : Anthony Fouet

Pauline Julien – « Qui parle quand je parle ? Prise de parole et subjectivation »
Hamzah Garrush –- « L’aumônier musulman des prisons : missionnaire ou « sale boulot »

12h10-13h30 : repas

13h30-14h40 : Ce que (dé)fait le capitalisme : de l’exploitation du travail immatériel à la destruction de l’environnement
Modération : Clément Méric

Marc-Antoine Pencolé – « Critiquer le numérique : du travail immatériel et du digital labor à l’aliénation algorithmique »
Paul Guillibert – « Détruire la terre. Histoires du capitalisme et rapports collectifs à l’environnement »

14h40-15h : pause

15h-16h10 : Peut-on connaître le capitalisme ?
Modération : Jean-Baptiste Vuillerod

Aurélia Peyrical – « La “conscience collective” de Durkheim à l’épreuve de la dialectique adornienne »
André Moulin – « Perceptions exprimées et conduites sociales des salariés : question de convictions et de passions ? »

16h10-17h : La soutenance et après ?

Interventions croisées de jeunes docteurs du laboratoire sur leurs parcours post-thèse.

17h : Pot de clôture

Télécharger le programme

.

.