Archives de catégorie : Production des frontières : identité et espace

Séminaire du Lasco, programmation 2017-2018, Paris Nanterre

Le Lasco (Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain) a été créé le 1er janvier 2009 à l’initiative de Philippe Combessie et de plusieurs collègues enseignants à Nanterre et chercheurs au CNRS. Dirigé depuis 2015 par Gabriel Segré  (directeur adjoint : Vincent Rubio), le Lasco regroupe des chercheurs (CNRS) et des enseignants-chercheurs rattachés (comme membres titulaires ou comme membres associés) à l’Université Paris Ouest  Nanterre  La Défense ou à d’autres établissements d’enseignement supérieur, ainsi que des doctorants et des chercheurs déjà docteurs qui y développent des recherches en socio-anthropologie. Il est structuré en groupes de travail (GT) qui correspondent aux terrains d’investigation sur lesquels des recherches sont en cours.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, Salle D201b (2e étage)
(sauf les séances des 10 et 24 mai, salle D202)

Contact :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Programme du séminaire 2017-2018

Jeudi 19 octobre | 17h00-19h00

Bruno Pequignot : « Des industries culturelles aux industries créatives »

Jeudi 14 décembre | 17h00-19h00

Louis Jesu : « Asymétrie de sexe et normes genrées dans le recrutement social des pratiquant-e-s du hip-hop en France »

Jeudi 8 février | 17h00-19h00

Emmanuelle  Savignac : « Observer et analyser les usages du jeu en entreprise: pour une anthropologie des cadres et de la modélisation »

Jeudi 12 avril | 17h00-19h00

Isabelle Boisclair : « Les représentations de la masturbation dans la littérature, un peu dans les arts »

  Jeudi 24 mai | 17h00-19h00

Aurelia Gualdo : « L’engagement des créateurs pour la mode »

 

Appel à communications : “École, migration, itinérance : regards croisés”, 5-6 avril 2018, Suresnes

Date limite d’envoi des propositions :
15 novembre 2017

Dates du colloque international :
5 et 6 avril 2018

Lieu :
INS HEA – 58-60, avenue des Landes – 92150 Suresnes

Argumentaire
Terre d’accueil historique, la France a scolarisé de nombreux enfants étrangers tout au long du XXe siècle. Pourtant, elle a longtemps tardé à se concevoir comme un pays d’immigration (Noiriel, 1988) et la question de l’enfance en migration y est initialement imbriquée avec celle de l’enfance abandonnée. Les pratiques d’identification, de surveillance et de protection de l’enfance ainsi que de la jeunesse ont nourri celles qui, aujourd’hui, s’appliquent aux jeunes migrants et itinérants (Armagnague, Cossée, Rigoni, Tersigni, 2016).
Depuis les années 1970, la prise en charge institutionnelle des familles et des enfants de migrants a progressivement évolué, tout comme la terminologie employée pour les nommer (Tersigni, 2014 ; Mendonça Dias, 2017). L’Éducation nationale charge les CASNAV de gérer la scolarisation des enfants et de promouvoir des pratiques pédagogiques « adaptées », qui relèvent de la didactique du français en tant que langue seconde et à visée scolaire, qui s’est constituée et remodelée au fil du temps et des contextes (Cuq, 1991 ; Verdelhan-Bourgade, 2002 ; Vigner, 2009). Aujourd’hui, les préoccupations de l’institution scolaire sont davantage liées à l’émergence de problématiques relatives aux besoins éducatifs particuliers et à l’inclusion (Armagnague & Rigoni, 2016), comme en témoigne la récente restructuration des classes d’accueil en unités pédagogiques pour les « élèves allophones nouvellement arrivés » (EANA) et pour les « enfants de familles itinérantes et de voyageurs » (EFIV).
Depuis la circulaire de 2012, une nouvelle catégorie constitue l’un de ces deux publics cibles autour de la notion d’itinérance, elle-même reprise par des associations représentant ces personnes et ces familles. La réalité du mode de vie des « EFIV » est pourtant plus complexe puisque si les familles de certains d’entre eux partagent un mode de vie plus ou moins itinérant, le sigle désigne aussi des catégories ethnicisées (des familles manouches, gitanes, parfois roms, etc.) de manière euphémisée (Cossée, 2011)1.
Dans le même temps, le renouvellement des populations migrantes contribue à rebattre les cartes du jeu politique, avec une attention toute particulière sur l’arrivée des plus jeunes.
L’impact des conflits et des désordres régionaux sur les courants migratoires est bien connu (Badie et al., 2008 ; Simon, 2008). Les bouleversements engendrés par les transitions politiques dans les pays d’Europe de l’Est et leur entrée dans l’Union européenne (Lièvre 2013 ; Clavé-Mercier 2014 ; Cossée, 2015), les révolutions arabes, le conflit syrien et plus globalement les déséquilibres moyen-orientaux ont des conséquences importantes en matière de flux migratoires. L’arrivée des familles en demande d’asile, et l’accroissement du nombre de mineurs non accompagnés, les migrants en situation d’analphabétisme conduisent les pouvoirs publics à ajuster les politiques d’accueil. Ces ajustements provoquent notamment des tensions entre, d’une part, les pouvoirs publics garants des politiques d’accueil et de séjour restrictives et, d’autre part, les acteurs éducatifs, sociaux et associatifs oeuvrant en faveur des droits de l’enfant et du droit à la scolarisation (Rigoni, 2017). Face à la diversification et à la complexification des mouvements migratoires, le défi est de taille pour l’institution scolaire qui intègre chaque année plusieurs dizaines de milliers d’élèves migrants. Son rôle est toujours central tant l’École, d’un point de vue social et symbolique, exerce un rôle important dans la participation sociale des migrants et de leurs enfants, en même temps qu’elle met en évidence des dynamiques sociales, spatiales, institutionnelles et politiques dépassant le strict cadre scolaire.

Ce colloque s’inscrit dans le cadre de la clôture du programme de recherche EVASCOL financé par le Défenseur des Droits et porté par l’INSHEA (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés), en partenariat avec le LIRTES-UPEC et le Sophiapol-Université Paris Nanterre.
Il vise, d’une part, à approfondir la connaissance des conditions effectives de scolarisation des élèves migrants ou itinérants dont on sait qu’ils rencontrent des obstacles divers dans leurs trajectoires de scolarisation (Schiff & Fouquet-Chauprade, 2011 ; Mendonça Dias, 2016) : démarches entreprises par les responsables légaux, accueil, circuit administratif, accompagnement des familles, rôle des acteurs institutionnels et associatifs… Quelles sont les pratiques en la matière, notamment au regard des attentes et des expériences des familles et des élèves ? D’autre part, il s’agit d’analyser les apprentissages développés diversement en fonction des individus, des contextes et des pratiques pédagogiques mises en œuvre, variées en raison de l’organisation même des dispositifs et des formations des enseignants. Au vu de de ces paramètres, quels sont les apprentissages des élèves sur les plans sociaux, langagier et scolaire ? Enfin, un volet porte sur la participation des élèves dans leur établissement : l’analyse à la fois de leur ressenti et de la qualité de leur participation, ainsi que des représentations et des pratiques à leur égard. D’un point de vue qualitatif, quels sont les effets du vécu des élèves sur leur expérience socio-scolaire ?
Les communications peuvent relever de plusieurs disciplines et de plusieurs échelles d’analyse : droit, histoire, sociologie, sciences du langage, anthropologie, géographie, science politique, sciences de l’éducation, didactique… et être rédigées en français ou en anglais. Elles s’inscrivent dans les axes thématiques suivants :

• Les politiques publiques et leurs effets
En s’intéressant aux cadres institutionnels et réglementaires organisant la scolarisation et le droit au séjour des enfants et des jeunes migrants, il s’agira d’interroger les applications par les administrations du droit à l’éducation dans différents contextes socio-politiques. Quels sont les effets des contextes politiques sur les enfants/jeunes, sur leur vie à l’école ? Une
attention sera portée également aux mineurs non accompagnés qui se trouvent à un croisement, relevant à la fois du droit des étrangers et, au titre de l’enfance en danger, du dispositif français de protection de l’enfance qui n’est censé poser aucune condition de nationalité. Cette situation induit des préoccupations spécifiques sur les plans politique et juridique (Bailleul, Senovilla Hernandez, 2016) ainsi que sur le terrain scolaire et en termes d’accompagnement (Kobanda Ngbenza, 2016). Cet axe s’intéressera également à différents contextes nationaux, en analysant l’adaptation et la mise en application des principales sources juridiques internationales en matière de droit à l’éducation et d’obligations scolaires.

• L’inclusion des élèves : pilotage et organisation
Promue par les institutions supranationales dès les années 1990, l’inclusion résulte d’un mouvement mobilisant acteurs issus du milieu associatif et chercheurs autour d’un modèle social refusant l’exclusion des personnes au profit de l’acceptation de leur différence.
Partant du principe que la scolarisation de tout élève est profitable à tous, l’école est appelée à développer un sens de la communauté et un soutien mutuel (Ebersold, 2009). L’inclusion se rapporte ainsi aux termes de justice sociale et d’égalité des chances (Dubet, 2004), avec le principe que le système scolaire doit s’adapter aux besoins particuliers plutôt que l’inverse. Ainsi concernant les élèves désignés comme EANA et EFIV, l’institution scolaire en France identifie trois « besoins particuliers » : être EANA, être EANA « NSA » (non scolarisé antérieurement) et être EFIV, auxquels elle répond par trois types de dispositifs singuliers – UPE2A, UPE2A-NSA et UPS. Quelle forme prend l’inclusion auprès de ces publics, comment se traduit-elle au niveau organisationnel et relationnel notamment au sein des équipes éducatives ? La singularité des dispositifs d’accueil pour les élèves migrants ou itinérants complexifie les relations professionnelles au sein des équipes éducatives et au sein de l’organisation. Comment gérer les notions de frontière, d’identité professionnelle, de  reconnaissance du travail de l’autre dans des espaces à négocier ?

• Approches comparées et regards internationaux sur l’École et la migration
Il s’agit ici de proposer des réflexions fondées sur la comparaison entre différents systèmes éducatifs ou sur l’analyse de systèmes éducatifs étrangers (Armand, 2016 ; Kouamé, 2014).
Des pays sont réputés plus « inclusifs » à l’égard de leurs élèves étiquetés comme étant « à besoins éducatifs particuliers » (Kanouté, 2016) tandis que d’autres organisent des scolarités plus sanctuarisées et/ou ségréguées (Szalai & Schiff, 2014). Quelles sont les incidences de ces configurations socio-institutionnelles sur les expériences des acteurs enfantins et professionnels en lien avec la migration ou l’itinérance ? De même, la notion de « besoin » et de compensation s’organise selon des grammaires différentes d’un continent à l’autre, d’un pays à l’autre. Pensée à partir des populations autochtones minorisées en Amérique du Sud, l’inclusion l’est bien davantage à partir du handicap en Europe de l’Ouest. Comment s’ancrent et s’organisent les politiques publiques de scolarisation des enfants et jeunes migrants et itinérants et leur réception par les personnes concernées dans ces cadres différents ? Les analyses pourront porter sur différentes échelles : celle de la classe, de l’établissement ou de l’institution.

• Les apprentissages des EANA et des EFIV et les enseignements
Pour les élèves, l’enjeu est d’apprendre le français et en français, de progresser dans toutes les disciplines, avec une échéance plus ou moins proche d’orientation scolaire, en étant dans un projet migratoire parfois en construction ou perturbant (Moro, 2002). De plus, la durée d’accompagnement ne correspond pas à la temporalité de l’appropriation d’une langue seconde (Cummins, 1979 ; Mendonça Dias, 2012). Nous nous intéressons ici à l’observation de performances scolaires et langagières et à l’analyse de l’appropriation du français en milieu scolaire par les apprenants plurilingues, que ce soit pour la discipline « français » ou les autres disciplines, notamment les mathématiques (Millon-Fauré, 2013). On pourra mettre en relation les apprentissages observés avec des pratiques  d’enseignement telles que la pédagogie différenciée (Zakhartchouk, 2001), les approches s’appuyant sur le plurilinguisme, les reformulations, les méthodes coopératives, les médiations… Différentes questions relatives à la pratique professorale pourront être envisagées : existe-t-il une spécificité de l’enseignement auprès d’EANA et d’EFIV (Schiff, 2012) ? Si oui, à quel(s) niveau(x) s’observe-t-elle (Azaoui, 2017) ? Quelles démarches pédagogiques et linguistiques permettent d’étayer les apprentissages et de faciliter la socialisation scolaire (Armand, 2013 ; Auger, 2010) ? D’autres interventions pourront s’intéresser à la formation initiale et continue des enseignants (Chnane-Davin & Cuq, 2009 ; Liégeois, 2009) ou à l’implication des familles et la coopération enseignant-famille de ces élèves (Goï, 2008 ; Auger, Azaoui, Houée & Miquel, 2017).

• La médiation et l’accompagnement éducatif et social
Cet axe s’intéresse au travail éducatif réalisé par les acteurs non-scolaires : associations, ONG, espaces auto-construits par les migrants eux-mêmes. Il s’agit ici de proposer des réflexions relatives à l’espace éducatif non-scolaire et d’observer notamment son articulation avec l’école. Pourquoi des intervenants éducatifs institués ou issus de la société civile interviennent et comment le font-ils ? Comment leur démarche est-elle pilotée et organisée ? Que produit-elle de spécifique ? Les travaux sur la place des acteurs de la scolarisation (Bruggeman, 2005) ou de la médiation auprès de publics plus éloignés de l’école pour certains (bidonvilles, aires d’accueil, squats, associations de soutien aux mineurs isolés…) sont également les bienvenus.

• L’expérience scolaire des élèves
Les enfants et jeunes migrants et itinérants vivent une expérience scolaire animée par leur situation socio-migratoire (Schiff, 2016). Ceci a des répercussions sur la formation des esprits, sur les relations de camaraderie, les rapports aux institutions (Payet, 2017 et 2016) mais ceci façonne aussi les corps, les représentations et la construction identitaire de ces élèves (Azaoui, 2013 ; Schiff, Visier, Zoïa, 2004 ; Zoïa, 2008), ainsi que les usages sociaux de l’École et de la ville (Armagnague, Rigoni, 2016b). De même, le rapport à l’institution scolaire et l’apprentissage de ses codes vont être déterminants dans l’orchestration de l’inclusion.
Comment les enfants et les jeunes composent-ils leur socialisation, leurs stratégies et leur subjectivité dans cette configuration scolaire ? En parallèle, la question éducative dans l’immigration est aussi une préoccupation de soignants qui ont travaillé à partir de thèses relatives à l’interculturalité ou encore à l’ethnopsychiatrie. Ces approches ré-émergent aujourd’hui sous des formes revisitées. Quelle est la place des acteurs thérapeutiques dans la gestion institutionnelle de ces enfants et jeunes ? Des analyses soulignent les dynamiques résilientes structurant la vie de certains enfants et jeunes, permettant l’édification de leviers et stratégies scolaires. Comment ces interventions opèrent-elles et quels en sont leurs effets ?

• Méthodologie d’enquête/arts visuels
Une large place a été consacrée, dans le programme EVASCOL, à la réflexion méthodologique (Armagnague, Rigoni, 2016a ; Armagnague, Cossée et al., 2017 ; Clavé- Mercier, Rigoni, 2017 ; Mendonça Dias, 2017b) que nous souhaitons prolonger ici avec d’autres expériences. Voulant sortir d’une approche adultocentrée pour rendre compte du point de vue enfantin et juvénile, nous nous sommes appuyés sur une démarche qualitative mêlant méthodes traditionnelles (observations, recueils de récits de vie, entretiens semidirectifs) et expérimentation de méthodes collaboratives et participatives permettant de mettre au jour les subjectivités se dégageant des différentes expériences socio-scolaires : ateliers artistiques mêlant production de carnets s’appuyant sur divers arts plastiques pour illustrer leur environnement quotidien, photolangage et cartographie du quartier, théâtre et clown-forum. Cet axe propose de poursuivre la réflexion et de croiser les expériences avec des méthodes d’enquêtes innovantes mises en œuvre sur d’autres terrains.

MODALITÉS DE SOUMISSION
Les propositions de communication devront répondre aux normes suivantes :
• Nom, prénom du ou des auteurs
• Institution(s) de rattachement
• Adresse(s) de messagerie
• Titre de la communication proposée
• Axe dans lequel elle s’inscrit
• Mots-clés (5 maximum)
• Résumé de la proposition, de 3 000 signes (espaces compris), qui mentionnera la problématique, les données sur lesquelles se fonde l’analyse, les approches méthodologiques et disciplinaires mobilisées et les résultats.
• Une bibliographie de 5 références au maximum.
Langues : français ou anglais
Les propositions seront envoyées au format PDF à l’adresse suivante :
colloque.evascol@gmail.com

CALENDRIER
• Date limite d’envoi des propositions : 15 novembre 2017
• Évaluation par le comité scientifique puis retour aux auteur.e.s : 15 décembre 2017
• Date limite de rendu de la version écrite de la communication : 10 mars 2018
Le texte de votre communication sera transmis aux présidents de séance en amont
• Dates du colloque : 5 et 6 avril 2018
Langues de communication : français / anglais
Frais d’inscription : 80€ pour les enseignants-chercheurs et chercheurs titulaires ; 50€ pour les autres participants.
Site internet de la recherche : https://evascol.hypotheses.org
Site internet du colloque (en construction) : http://www.evascol.inshea.fr
CONTACT : colloque.evascol@gmail.com

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Armagnague-Roucher Maïtena, MCF sociologie, INS HEA, Grhapes, Centre Émile Durkheim, associée à MIGRINTER.
Armand Françoise, professeure titulaire en sciences de l’éducation, Université de Montréal (Canada), CEETUM.
Avery Helen, chercheure, Lund University, Centre for Middle Eastern Studies (Suède).
Azaoui Brahim, MCF sciences du langage, Université de Montpellier, LIRDEF.
Belkacem Lila, MCF sociologie, ESPÉ de Créteil, LIRTES – à confirmer.
Clavé-Mercier Alexandra, anthropologue, Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim.
Cossée Claire, MCF sociologie, Université Paris Est Créteil (UPEC), LIRTES.
Chnane-Davin Fatima, PU sciences du langage, Aix-Marseille Université, ADEF.
Fouquet Chauprade Barbara, MER, Ggape, Université de Genève (Suisse).
Goï Cécile, MCF HDR sciences de l’éducation, Université de Tours, EES.
Kouamé Jean-Martial, MCF sciences du langage, Université Félix Houphouët-Boigny (Côte
d’Ivoire), L3DL-CI.
Lanier Valérie, docteure en science politique, Université de Bourgogne, CREDESPO.
Lepetitcorps Colette, chercheure post-doctorante, Université de Lisbonne (Portugal).
Lièvre Marion, docteure en ethnologie, Université Paul-Valéry Montpellier 3, CERCE.
Mendonça Dias Catherine, MCF sciences du langage, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, DILTEC.
Millon-Fauré Karine, MCF didactique des mathématiques, Université Aix-Marseille, ADEF.
Navone Lorenzo, Università di Genova, Laboratorio di sociologia visuele (Italie).
Oller Anne-Claudine, MCF sciences de l’éducation, Université Paris Est Créteil (UPEC), LIRTES.
Primon Jean-Luc, MCF sociologie, Université de Nice, URMIS.
Rayna Sylvie, MCF sciences de l’éducation, IFÉ-ENS de Lyon, Experice – à confirmer
Rigoni Isabelle, MCF sociologie, INS HEA, Grhapes, délégation CNRS au Centre Émile Durkheim, associée à MIGRINTER.
Robin Pierrine, MCF sciences de l’éducation, UPEC, LIRTES.
Schiff Claire, MCF sociologie, Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim.
Senovilla Hernandez Daniel, IR CNRS-MIGRINTER Université de Poitiers, coordinateur de l’Observatoire de la Migration de Mineurs.
Tersigni Simona, MCF sociologie, Université Paris-Nanterre, Sophiapol, associée du laboratoire URMIS (Paris Diderot).
Zoïa Geneviève, PU anthropologie, Univ. Montpellier 2, CEPEL, membre associée LIRDEF.

COMITÉ D’ORGANISATION
Armagnague-Roucher Maïtena, MCF sociologie, INS HEA, Grhapes.
Azaoui Brahim, MCF sciences du langage, Université de Montpellier, LIRDEF.
Clavé-Mercier Alexandra, anthropologue, Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim.
Cossée Claire, MCF sociologie, Université Paris Est Créteil (UPEC), LIRTES.
Lainard Marylise, assistante du Grhapes EA 7287, INS HEA.
Lanier Valérie, docteure en science politique, Université de Bourgogne, CREDEPO.
Lièvre Marion, docteure en ethnologie, Université Paul-Valéry Montpellier 3, CERCE.
Mendonça Dias Catherine, MCF sciences du langage et didactique du FLE/S, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, DILTEC.
Millon-Fauré Karine, MCF didactique des mathématiques, Université Aix-Marseille, ADEF.
Navone Lorenzo, Università di Genova, Laboratorio di sociologia visuele (Italie).
Norture Martine, assistante du service des relations internationales et des partenariats, INS HEA.
Oller Anne-Claudine, MCF sciences de l’éducation, Université Paris Est Créteil (UPEC), LIRTES.
Rigoni Isabelle, MCF sociologie, INS HEA, Grhapes, en délégation CNRS au Centre Emile Durkheim (UMR 5116).
Saumon Nel, IGE, responsable du service des relations internationales et des partenariats, INS HEA.
Schiff Claire, MCF sociologie, Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim.
Tersigni Simona, MCF sociologie, Université Paris-Nanterre, Sophiapol, associée du laboratoire URMIS (Paris Diderot).

Télécharger l’appel à communication en français et en anglais.

Séminaire “Les philosophes et leur monde : pour une histoire globale de la philosophie”, octobre-décembre 2017, Paris 8

Séminaire de recherche  sous la direction de Paul Guillibert (Université Paris Nanterre, Sophiapol) et Matthieu Renault (Université Paris 8, LLCP).

Contacts :
paulguillibert@gmail.com
matthieu.renault@gmail.com

Programme

Les séances auront lieu à l’Université Paris 8, 2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis (métro : ligne 13, station Saint-Denis Université), Salle A028. L’entrée est libre, sans préinscription.

Mercredi 18 octobre – 18h/21h • Farah Cherif ZaharComprendre l’appropriation du savoir grec par les Arabes en historien de la philosophie 

Mercredi 8 novembre – 18h/21h Sophie Wahnich Qu’est devenue la Révolution française dans le débat philosophique des années 1960-80 ?

Mercredi 22 novembre – 18h/21h Luis Martínez Andrade – Marx et l’Amérique latine : une rencontre inopinée

Mercredi 6 décembre – 18h/21h Guillaume Sibertin-BlancLa guerre d’Algérie et la « philosophie française contemporaine » : questions préliminaires à une recherche de traces et d’effacements

Mercredi 20 décembre – 18h/21h Wolf FeuerhahnD’une histoire indigène à une histoire transnationale de la philosophie

Argumentaire

On se pose souvent la question de savoir si faire de l’histoire de la philosophie est véritablement faire de la philosophie. Il ne serait pas moins légitime de se demander dans quelle mesure cela signifie faire de l’histoire. Si on accepte de la considérer de l’extérieur, d’un point de vue strictement historiographique, plutôt que dans sa logique interne, force est de reconnaître que l’histoire de la philosophie se résume bien souvent à une histoire des grands problèmes, concepts et œuvres (de tel ou tel philosophe) comme autrefois on faisait l’histoire des grands hommes (de tel ou tel roi), guerres et autres événements notables. Ce séminaire s’ancre dans la conviction que la philosophie a beaucoup à apprendre des courants historiographiques qui se sont développés depuis une cinquantaine d’années au moins  : histoire sociale, histoire par le bas, histoire globale, histoire transnationale, histoire postcoloniale, histoire des circulations, histoire connectée, etc. Or, ces « nouvelles » historiographies nous suggèrent la nécessité d’un double déplacement. De même que l’histoire sociale a détrôné les rois en les inscrivant dans la « longue durée » des rapports sociaux, de même l’histoire de la philosophie doit-elle repenser le discours philosophique à partir de la matérialité du monde social, qui lui fournit non seulement un contexte et des conditions de possibilité, mais un sol et un horizon permanent. Cette réinscription sociale de la philosophie par l’histoire serait néanmoins incomplète si elle ne conduisait pas à décentrer l’histoire de la philosophie, dont les frontières internes épousent encore généralement celles de l’Europe-Occident. Réexaminer, au-delà de la simple question des « influences », les circulations, intellectuelles mais aussi matérielles, au long desquelles la philosophie s’est constituée et constamment réinventée est le geste qu’il nous semble nécessaire d’amorcer pour que la philosophie soit à la hauteur de l’histoire, c’est-à-dire aussi de sa propre histoire.

Ce séminaire prend le relais du séminaire « Déprovincialiser l’histoire, réorienter la philosophie » qui s’est tenu entre 2015 et 2017.

 

 

 

 

Séminaire de recherche du Collège International de Philosophie « Révoltes, Révolutions : les enjeux de frontières incertaines », programmation 2017/2018, Paris

 

Ce séminaire s’intéresse aux discours et aux stratégies de qualification – et de disqualification – d’évènements qui, par la radicalité et le bouleversement qu’ils induisent, peuvent être appelés, selon les acteurs et les points de vue, révolte ou révolution – la première étant elle-même l’objet de multiples qualifications depuis la saine légitime défense jusqu’à l’émeute ou l’acte criminel. En s’intéressant aux discours et aux efforts de qualification visant des évènements ou des acteurs qui bouleversent ou menacent de bouleverser l’ordre public, il tente en particulier de mesurer l’impact de ces stratégies de qualification sur la signification sociale que reçoivent les évènements ou les actes commis par les acteurs, ainsi que leurs conséquences sur leurs futurs.
Les séances de l’an dernier ont été consacrées à penser l’incertain et le poreux des frontières qui séparent spécifiquement la révolte de la révolution. Durant cette nouvelle année, nous souhaitons partir de « figures », d’évènements ou d’actes, à la fois plus modestes et tout à fait concrets, afin d’observer la manière dont se fixe la qualification d’un évènement en tant que désordre public ou en tant que révolte légitime, la qualification d’un acteur en tant que figure héroïque ou en tant que criminel.
En se centrant autour des stratégies de qualification – juridiques, politiques, morales, etc. – des acteurs engagés dans ces évènements, et en déployant une double approche à la fois disciplinaire (sociologie / philosophie) et en termes de point de vue (celui des mouvements sociaux / celui du droit et de l’Etat), le séminaire vise à réinterroger les enjeux liés à la distinction entre formes de protestations et de violences politiques légitimes et violences criminelles, ainsi qu’entre action démocratique instituante et activisme illégal. Ce séminaire s’inscrit dans le cadre plus large du projet de recherche « Etats d’exception, exceptionnalités : les enjeux de frontières incertaines entre actes criminels et violences légitimes », porté par Marie Goupy.

Lieu :
Le séminaire a lieu au Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Organisation :
Ce séminaire est organisé par Marie Goupy (CIPh) et Alice Canabate (LCSP)

Inscription :
L’inscription est obligatoire et se fait directement auprès du CIPh

 

Programme en cours du 1er semestre 2017-2018

Lundi 2 octobre 2017, 18h30-20h30
Gilles Ferragu (MCF en histoire contemporaine – Université Paris Nanterre) et Antoine Mégie (MCF en Sciences politiques – Université de Rouen) : La « figure » du terroriste : enjeux de qualifications

Lundi 20 novembre 2017, 18h30-20h30
Fabrice Flipo (MCF HDR en philosophie, Institut Mines-Telecom) et Jérôme Ferret (MCF en sociologie, Université Toulouse 1) : De l’activisme au « terrorisme » : glissements sémantiques et réalités politiques
Inscription obligatoire via ce lien

Séminaire “Pour une sociologie mondialisée non hégémonique : Outils communs, connaissances situées et connexions productives”, programmation 2017-2018, Paris

Depuis une trentaine d’années, les débats à l’échelle mondiale nous montrent une sociologie tiraillée entre le Nord et le Sud, entre l’unité et la fragmentation, entre le nationalisme méthodologique et le fluidisme méthodologique, entre l’hégémonie occidentale et les tentations de l’indigénisation. Pourtant, l’histoire et les enjeux de ces discussions ne sont que peu connus en France. Ce séminaire, qui se tiendra à Paris à la FMSH en vue de préparer l’organisation d’un séminaire résidentiel international rassemblant une vingtaine de sociologues du monde entier à Bordeaux en 2019, permettra de faire le point sur ces débats et d’envisager, par l’invitation de spécialistes français ou étrangers de la question, aussi bien la situation actuelle que l’avenir de la discipline dans le cadre d’une sociologie mondiale non hégémonique.Ce séminaire se tiendra à la FMSH, Boulevard Raspail, à Paris, sur un rythme mensuel, d’octobre à mai. Une journée d’études en juin viendra conclure l’année.

Lieu :
Fondation MSH | 54 boulevard Raspail, 75006 Paris
Salle BS1-28 (Conseil A)

Organisation :
Séminaire organisé par le Collège d’études mondiales / Fondation maison des sciences de l’homme (FMSH) en partenariat avec : le Centre Emile Durkheim (Bordeaux), Sophiapol (Paris Nanterre), Institut für Soziologie (Freiburg), Centro Studi Postcoloniali (Napoli) :
– Stéphane Dufoix (Sophiapol, Université Paris Nanterre)
Eric Macé (Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux)
Manuela Boatcă (Université de Fribourg)
Gennaro Ascione (Université de Naples)

Programme

Jeudi 5 octobre 2017  | 17h30-19h30
Présentation du séminaire par Stéphane Dufoix (Université Paris-Nanterre) et Eric Macé (Université de Bordeaux)

Jeudi 12 octobre 2017 | 17h30-19h30
Hebe Vessuri (Universidad Nacional Autónoma de México) Global social science : Interconnecting multiples voices

Jeudi 30 novembre 2017 | 17h30-19h30
Michel Wieviorka (FMSH) Entre nationalisme, internationalisme, cosmopolitisme et globalisme: les sciences humaines et sociales sont-elles à la hauteur des grands défis contemporains ?

Jeudi 14 décembre 2017 | 17h30-19h30
Stéphane Dufoix (Université Paris-Nanterre) Essai de généalogie des débats sur la sociologie mondiale depuis la fin des années 1940

Jeudi 11 janvier 2018 | 17h30-19h30
Manuela Boatcă (Université d’Heidelberg) Global Sociology: The Un-Erasure of the Non-Western

Jeudi 1er février 2018 | 17h30-19h30
Lutfi Sunar (Université d’Istanbul) Out of Eurocentrism: What Can be the Sources of a Non-Eurocentric Sociology ?

Jeudi 15 mars 2018 | 17h30-19h30
Gennaro Ascione (Université de Naples) Teratological Concept Formation for World Sociology

Jeudi 5 avril 2018 | 17h30-19h30
Danilo Martuccelli (Université Paris-Descartes) Ecritures et réécritures de la modernité

Jeudi 31 mai 2018 | 17h30-19h30
Shalini Randeria (Graduate Institute of International and Development Studies, Genève) Locations and Locutions: Unravelling the Concept of « World Anthropology/Sociology »

Toutes les informations sont disponibles sur le site du Collège des études mondiales

Nouvelle parution : L’aliénation dans la phénoménologie de l’esprit, par Nikos Foufas

 

Cet ouvrage se propose comme tâche une lecture méthodique de la place centrale et des sens multiples de l’aliénation, aussi bien que du statut théorique de l’extériorisation dans la Phénoménologie de l’esprit de Hegel. Quelle est la place de ces notions dans l’œuvre majeure du philosophe allemand ? Mais, à part la compréhension de la centralité et des métamorphoses du concept d’aliénation dans l’ensemble du texte de 1807, nous essayons de lire les fameux chapitres sur la culture (Bildung) et le savoir absolu, à travers précisément l’extériorisation et l’aliénation. Nous voulons ainsi mettre l’accent tantôt sur l’aspect et l’enracinement profondément social-historique de ces deux notions, tantôt sur leur sens spéculatif, autrement dit, concevoir l’itinéraire par le biais duquel l’esprit forme l’effectivité, inissant par former son propre être.

Nikos Foufas est chercheur en philosophie, attaché à l’Université Panteion des sciences sociales et politiques à Athènes. Il s’intéresse principalement à la pensée de Hegel, de Marx et de Lukács, ainsi qu’aux théories de l’aliénation et de la réiication dans la pensée marxiste du XXe siècle.

 

Table des matières

Introduction…..9

Extériorisation et aliénation dans la Phénoménologie de l’esprit…..15
A)1. L’aliénation et l’extériorisation dans la Phénoménologie de l’esprit. Remarques introductives…..17
A)2. Aliénation et expérience phénoménologique. Le devenir objet de son Soi-même…..21

B)1. « L’esprit étranger à lui-même ». La culture…..36
B)2. L’opposition entre la Foi et le concept : la conscience pure et la conscience effective…..47
B)3. L’aliénation et les Lumières…..60
B)4. L’aliénation de l’être naturel…..71
B)5. L’aliénation, le pouvoir de l’État et la richesse…..93
B)6. L’aliénation comme division entre le Bien et le Mauvais…..104
B)7. La conscience noble et la conscience vile ou basse…..105
B)8. Le Soi chosifié et la richesse…..116
B)9. La « pure culture » et l’aliénation…..131
B)10. Le langage et l’aliénation…..137
B)11. L’utilité et la Révolution française…..142
B)12. L’esprit absolu ou Dieu et l’aliénation…..154
B)13. L’aliénation comme transformation de la substance en sujet dans La religion manifeste…..164
B)14. Le problème du concept, de l’universalité et de la singularité de l’être divin…..172

C)1. L’aliénation comme concept central du savoir absolu…..194
C)2. L’objet de la conscience comme devenir, synthèse des moments et universalité…..207
C)3. Le concept comme instance d’unité…..226
C)4. Le Soi comme activité…..236
C)5. Le Je comme négativité…..242
C)6. Temps et aliénation…..244
C)7. L’esprit comme expérience…..258
C)8. Le Je comme universalité et aliénation…..260
C)9. L’esprit comme aliénation de la substance et élaboration du sujet…..286

Épilogue…..296
Bibliographie…..322

 

Informations techniques :
L’aliénation dans la phénoménologie de l’esprit, par Nikos Foufas
L’Harmattan, Collection “Ouverture Philosophique”
Paru en avril 2017
334 pages
29€
ISBN : 978-2-343-11884-0
Acheter l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

 

Soutenance de thèse d’Yves David Hugot : “Immanuel Wallerstein. De la sociologie du développement à l’histoire globale”, 21 septembre 2017, Paris Nanterre

Yves David Hugot, doctorant en philosophie au laboratoire Sophiapol (EA3932) de l’Université Paris Nanterre, soutiendra sa thèse, réalisée sous la direction de Stéphane Haber, intitulée :

Immanuel Wallerstein.

De la sociologie du développement à l’histoire globale

 

Date et lieu :
Jeudi 21 septembre 2017 à 14h
Université Paris Nanterre
Bâtiment B, RDC, salle B015 (René Rémond)
Comment venir et s’orienter sur le campus ?

 

JURY

Madame Magali Bessone, Professeur de Philosophie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Rapporteur

Monsieur Stéphane Dufoix, Professeur de Sociologie à l’Université Paris Nanterre, Examinateur

Monsieur Stéphane Haber, Professeur de Philosophie à l’Université Paris Nanterre, Directeur

Monsieur Matthieu Renault, Maître de Conférences en Philosophie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Examinateur

Monsieur Eric Vanhaute, Professeur d’histoire à l’université de Gand (Belgique), Rapporteur

 

Résumé

Dans cette thèse nous avons cherché à prendre la mesure de la rupture épistémologique produite par l’analyse des systèmes-monde dans le champ des sciences sociales à travers l’étude d’un de ses principaux représentants, Immanuel Wallerstein. Dans un premier temps, ses recherches sur les mouvements nationalistes, la décolonisation et les indépendances africaines, se sont inscrites dans le cadre de ce qu’on a appelé la théorie de la modernisation qui corrélait changements sociaux et développement. Un tel modèle reposait sur une philosophie de l’histoire progressiste ordonnant les sociétés pensées comme des entités discrètes sur un axe menant de la tradition à la modernité, de sociétés agraires et rurales pauvres et oppressives pour l’individu à des sociétés urbaines industrielles prospères et individualistes. L’échec du développement des pays africains au cours des années 60 a fait douter Wallerstein de la pertinence de ce modèle. Il a alors cherché à élaborer une théorie alternative de la modernité à l’échelle globale. Au lieu de lire l’histoire mondiale selon le fil d’une modernisation qui serait un processus se réalisant à l’échelle sociétale, il l’a organisée autour de l’échange inégal entre zones exploiteuses et exploitées appartenant à un même système social appelé « système-monde moderne. » L’histoire de la modernité depuis la Renaissance et la conquête de l’Amérique devenait alors celle d’une polarisation continue entre les différentes zones de ce système, sa globalisation à partir de la deuxième moitié du dix-huitième siècle et durant tout le dix-neuvième ne faisant qu’étendre au monde entier l’inégalité entre un centre développé et une périphérie sous-développée. Au-delà de la critique de la théorie de la modernisation et du développementalisme, l’analyse des systèmes-monde a aussi procédé à une remise en cause de l’image progressiste de l’histoire qui s’était imposée depuis la philosophie des Lumières. Le système-monde moderne apparu au tournant du quinzième et du seizième siècle, comme tout système, aura une fin, comme il a eu un début. Nous vivons dans un système social qui en tant que tel est voué à disparaître sans qu’on puisse dire s’il constitue un progrès par rapport aux précédents (jamais aucun système social n’a été aussi inégalitaire), ni s’il donnera naissance à un système qui sera meilleur (en bifurcation chaotique l’avenir est incertain).

En élaborant une autre « chronosophie » (Krzysztof Pomian), une autre « image » (Thomas Kuhn) de l’histoire que celle, progressiste, qui sous-tendait le développementalisme et la théorie de la modernisation, c’est bien une révolution copernicienne et une rupture épistémologique dans les sciences sociales qu’expose l’analyse des systèmes-monde. C’est donc bien un nouveau paradigme qu’elle se propose de constituer, l’œuvre de Wallerstein incarnant le passage des histoires mondiales classiques fondées sur le nationalisme méthodologique et l’idée de progrès, vers les histoires globales non-eurocentriques actuelles.

“La médiation familiale prise comme idéal type de nouveaux modèles et de nouvelles pratiques professionnelles”, Jacques Saliba, Nanterre, le 22 juin 2017

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La dixième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Jacques Saliba, docteur en sociologie, ancien maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, pour une communication qu’il propose d’intituler :

La médiation familiale prise comme idéal type
de nouveaux modèles et de nouvelles pratiques professionnelles

.

Date :
Jeudi 22 juin 2017, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé : 

La multiplication et la segmentation de nouvelles pratiques professionnelles sont une des caractéristiques de la modernité actuelle. Elles cherchent à prendre en charge, sur un mode original, des aspects de la vie individuelle et relationnelle qui relèvent habituellement de rapports intimes, conflictuels et à forte charge émotionnelle. Les champs de la culture, de la santé physique et mentale, de la famille, comme de l’éducation, voire même du carcéral, sont particulièrement concernés par ces nouvelles pratiques. Ces dernières cherchent à se faire reconnaître comme profession à part entière en marquant bien la spécificité de leur objet et de leur mode d’intervention. A cet effet elles entrent en concurrence avec des professions déjà établies et à forte légitimité telles que celles du monde de la médecine, du droit et de la justice, de la psychologie, du travail social et des psychothérapies reconnues académiquement comme la psychanalyse par exemple…

L’originalité de leur intervention est de déplacer la position du profane dans la relation de service. Les professionnels refusent de remplir le rôle d’un expert qui s’appuierait sur un savoir ésotérique extérieur à la culture des personnes qui sollicitent leur prestation. Elles défendent dans l’identité de leur intervention l’idée que les profanes eux-mêmes ont le savoir nécessaire pour résoudre leur problème. Il s’agit donc, par la mise en place d’un cadre, d’une posture tierce, d’une déontologie voire d’une éthique, de travailler avec eux une relation qui puisse générer une parole et un mode d’interactions. Il est attendu une prise de conscience des différentes positions des uns vis-à-vis des autres qui permette la construction ou la reconstruction d’un lien. Il s’agit de rendre possible la reconnaissance de la position symbolique que chacun est tenu d’avoir dans sa relation aux autres et de la tenir en toute responsabilité. Par exemple derrière les conflits de couple doit être réhabilitée la fonction parentale à laquelle chacun des protagonistes, malgré ses différents et ses différences, est supposé assumer vis à vis de l’enfant. Dans ces nouveaux métiers, le travail repose sur soi-même et sur sa capacité à maintenir la posture définie par le cadre. Il revient à l’intervenant de dynamiser le processus des séances et de le maintenir ouvert à l’écoute de la seule parole des profanes. Il s’agit plus de reformuler que d’interpréter ou de conseiller.
De telles pratiques et de telles conceptions ne sont pas déconnectées du contexte social dans lequel elles se développent. La dislocation des liens communautaires, l’individualisation croissante, l’appel à l’autonomie et à une recherche de reconnaissance qui ne s’appuie pas sur un statut attribué ou transmis, mais sur une réalisation de soi par soi-même mettent à mal les références et les reproductions institutionnelles. On passe d’une définition de la Personne, à celle de l’Acteur voire de l’Agent pour in fine se fixer sur une problématique du Sujet ! La négociation devient le nouveau mode de relation valorisé qui résiste aux injonctions normatives ou même au principe kantien de l’impératif moral catégorique. Désir, devoir et engagement, se confrontent pour qu’on puisse être soi sans mettre à mal le lien social et interpersonnel.

La Médiation familiale est, ici, prise en exemple pour dégager des caractéristiques idéales typiques de ces professions émergentes. On dégagera précisément les principes sur lesquels elle repose. Les formes de revendications, de stratégies et de procédures de légitimation qu’elle développe pour se faire reconnaître comme profession. Quelle organisation met en place le milieu ? Comment s’y prend-il ? Quelles valeurs et quelles motivations traversent les intervenants dont le nombre est en extension ? Quels nouveaux domaines cherchent-ils à investir dans le champ de la famille. Le carcéral en est un des exemples le plus récent.

La Médiation familiale est apparue dans les années 1970 aux E.U. Un avocat américain, John Cowinson a cherché à introduire un mode plus relationnel de la gestion des conflits dans les divorces. Le pragmatisme américain, sous l’influence du protestantisme et de sa conception du libre arbitre, a permis des analyses critiques à l’égard de l’intervention des experts. Comment permettre aux profanes de se réapproprier un contrôle sur leur corps et leurs relations privées face à un langage ésotérique et technique étranger à leur propre culture ?
Le mouvement est lancé. La médiation s’étend dans les années 1980 au Canada, là encore, sans que lui soit conféré un caractère obligatoire. Par la suite des psychologues, des avocats, des thérapeutes, des travailleurs sociaux, des conseillers conjugaux, s’initient sur ce nouveau mode négocié de résolution des conflits. De retour en France, vers la fin des années 80, ces militants, s’appuient sur leur position charismatique pour créer l’APMF (Association Pour la Médiation Familiale).
En 1988 un service de médiation familiale est fondé à Caen, par une association de pères, les amis de Jean Bosco. Dans cette ville, un premier congrès, en 1990, donnera naissance à la FENAMEF (Fédération Nationale des Associations de Médiation Familiale). Un code de déontologie est adopté en décembre de la même année par l’APMF et sera adapté aux questions de la famille. La loi du 8 février 1995 légitime des modes alternatifs de règlement des conflits. Sous l’impulsion de Ségolène Royale ministre à la Famille, est institué le DEMF (Diplôme d’Etat de Médiation Familiale) en 2003.
Dans sa volonté de reconnaissance professionnelle, la médiation familiale a bénéficié de deux impulsions: celle charismatique de militantes engagées et celle de l’Etat par l’instauration d’un diplôme national donc d’une forme officielle de légitimation. L’intervention de l’Etat est liée à l’enjeu que représentent la famille et ses transformations dans le monde moderne.
La médiation familiale s’inscrit ainsi dans une définition plus large que le plaidoyer pour une sociologie de la médiation de Jean-Pierre Bonafé-Schmi . Alors que ce dernier la présente seulement comme : « Un processus le plus souvent formel par lequel un tiers neutre, à travers la conduite d’une réunion, permet aux parties de confronter leurs points de vue et de rechercher avec son aide une solution au litige qui les oppose » La définition qui est donnée de la Médiation familiale s’enrichit, elle, des questions de « lien familial … dans la diversité de ses formes et dans son évolution » tout en reconnaissant « l’autonomie et la responsabilité des personnes concernées » et « l’intervention d’un tiers impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision »
Il a fallu un moment historique et culturel d’évolution de la famille et du mode de solidarité collective pour que la Médiation familiale puisse se revendiquer comme profession et défendre cette conception de sa pratique.

Cette chronologie montre la rapidité avec laquelle le projet de construction professionnelle s’est développé : une trentaine d’années. Que nous apprend-elle des mécanismes sociaux par lesquels une profession se constitue ?