Archives de catégorie : Production des frontières : identité et espace

Soutenance de thèse de Hamza GARRUSH

Le vendredi 15 décembre 2023, en salle Paul Ricoeur (B016), au rez-de-chaussée du bâtiment Pierre Grappin de l’Université Paris Nanterre, à partir de 13h30

Monsieur Hamza Garrush soutiendra sa thèse pour le doctorat en sociologie, préparée sous la direction de Philippe Combessie, à partir d’un manuscrit intitulé

Aumônier musulman des prisons et des armées :
entre une figure religieuse inédite et l’émergence d’une expertise sécuritaire

Jury :
Mme. Anne-Sophie LAMINE, Professeure des Universités, Université de Strasbourg, rapporteure
M. Paul MBANZOULOU, Directeur de la Recherche, Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire, rapporteur
Mme. Claire de GALEMBERT, Chargée de Recherche, Université Paris Saclay
M. Sari HANAFI, Professeur d’enseignement supérieur, Université américaine de Beyrouth
M. Philip MILBURN, Professeur des Universités, Universités Rennes 2
M. Philippe COMBESSIE, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre, directeur de la thèse

Résumé :
Dans un contexte de médiatisation des questions relatives à l’islam en France et notamment à la radicalisation, notre thèse s’est intéressée au cas des aumôniers musulmans des prisons, mais aussi des armées. Dès lors, nous avons mené un travail sur les deux trajectoires qu’ont connues ces deux réalisations de l’aumônerie musulmane en France qui, quoiqu’opposées, ont révélé des similarités et des dissemblances complexes permettant de comprendre les récentes évolutions du fait religieux musulman dans ces institutions. Après avoir présenté le contexte sociohistorique du fait religieux en général et du fait musulman en particulier pour la France, nous avons pu exposer les dynamiques en jeu, entre laïcité, sécularisation, passé colonial et immigration. Ceci nous a permis de préciser les défis et tensions que pouvait rencontrer l’aumônier musulman. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire de partir du vécu des aumôniers en adoptant une posture socio-anthropologique, compréhensive et interactionniste.
Notre démarche a permis de mettre en lumière une professionnalisation naissante des aumôniers musulmans qui est traversée par des contraintes et des attentes principalement sécuritaires liées à des questions de radicalisation, l’amenant à s’adapter et donc à innover.
Nous arrivons à la conclusion que les aumôniers musulmans des prisons et des armées
contribuent à un enracinement du fait musulman en France par l’appropriation d’un culte inédit.
Mots-clés : aumônier musulman – prison – armée – radicalisation – professions – enracinement

Soutenance de thèse de Clément Méric : “Un cancer… et après ? Trajectoires de maladie et vécu d’hommes atteints d’une tumeur testiculaire”, Université Paris Nanterre, lundi 25 mars 2019

Clément Méric soutiendra, le lundi 25 mars 2019, sa thèse pour le doctorat en sociologie, préparée sous la direction de Philippe Combessie, intitulée

Un cancer… et après ? Trajectoires de maladie et vécu d’hommes atteints d’une tumeur testiculaire

Date et lieu

Lundi 25 mars 2019, 13h30

Université Paris Nanterre, bâtiment Pierre Grappin, rez-de-chaussée (espace “recherche”, salle B016 “Paul Ricoeur”)

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Nanterre

Membres du jury

Philippe BATAILLE, Directeur d’études, EHESS, examinateur

Philippe COMBESSIE, Professeur des universités, Paris Nanterre, directeur de la thèse

Catherine DESCHAMPS, Maîtresse de conférences – HDR, Ecole nationale d’architecture de Paris Val-de-Seine, rapporteure

Alain GIAMI, Directeur de recherche émérite, Inserm – CESP (Villejuif), rapporteur

Anne VEGA, Chercheure sous contrat – HDR, Université Paris Nanterre, examinatrice

Résumé :

Depuis une trentaine d’années, l’oncologie connaît d’importantes avancées thérapeutiques. Le traitement des tumeurs testiculaires en constitue l’exemple-type. Première pathologie cancéreuse de l’homme jeune, elles ont le taux de survie le plus élevé de tous les cancers en France et apparaissent à un moment biographique important sur le plan de l’activité sexuelle, de la procréation et de la vie professionnelle. Mais leur éradication nécessite des thérapeutiques non sans implications en ces domaines ainsi qu’aux niveaux corporel, fonctionnel et psychologique. Les soignés d’une tumeur testiculaire sont donc amenés à s’interroger sur leurs possibilités, capacités ou limites actuelles et futures dans différentes sphères de la vie sociale, une incertitude étant liée aux conditions et choix de vie durant ce cancer et ses traitements, mais aussi et surtout après. C’est ce sur quoi porte cette thèse. Dans un premier temps, elle s’intéresse aux « trajectoires de maladie » (Anselm Strauss) d’hommes atteints d’une tumeur testiculaire ainsi qu’à leurs représentations des pratiques médicales dont ils font l’objet. Dans un second temps, cette thèse s’intéresse au vécu des soignés durant leur cancer et à sa suite aux niveaux sexuel, identitaire, corporel, parental, professionnel et familial. Cette pathologie spécifique apparaît alors comme une situation paradigmatique invitant à une extension prospective. Elle incarne et permet dès à présent de se figurer ce que deviendra l’expérience de nombreux autres cancers : une maladie dont les chances de guérison sont très élevées mais qui laisse des traces plus ou moins importantes, voire définitives, avec lesquelles il faut désormais composer, parfois longtemps, sinon à vie.
Mots-clés : cancer, représentations, santé et sexualité masculines, trajectoire de maladie, vivre avec.

Abstract:

Oncology has known considerable advanced therapy since the last three decades. Testicular treatment of tumors is such an example. This primary cancer pathology for young men, it has the highest survival rate of all cancers in France, and happens the time of the most important sexual activity, procreation and professional life. But their eradication are not without implications in corporeal, functional and psychological matters. The patients of testicular tumors do wonder about the opportunities, abilities, current and future limits in the different ranges of social life. This uncertainty being bounded to the life condition that is chosen during cancer period and its treatments, but also and principally afterwards. This is that thesis is about. The first part concerns “illness trajectories” (Anselm Strauss) of men suffering of testicular tumor, their perception of medical care for themselves. The second part addresses the experience of those treated during their cancer and also concerning libido, identity, corporeal, parental, professional levels. This specific pathology is a paradigm leading to prospective development. Currently this allows for these same treatments in other cancers. A disease that allows for high levels for complete cure but leaves lesser or greater traces that have to be dealt with for a long time, sometimes definitely.
Key words: cancer, representations, male health and sexuality, illness trajectory, survivorship.

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef : Catherine Deschamps, 14 février, Paris Nanterre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logosefx1.jpg.

La première séance du séminaire du GDR Lasco de l’année 2019, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Catherine Deschamps, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine (Evcau).

Elle nous présentera une communication qu’elle propose d’intituler :

Sexualité et architecture : les agendas cachés

Date :
Jeudi 14 février 2019, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Certains objets de recherche, considérés peu légitimes à un moment donné de l’histoire d’une discipline, s’adossent à des champs de recherches reconnus pour forcer la porte de l’académie. Ainsi, les recherches sur la sexualité ont trouvé dans le VIH-sida l’occasion de leur développement. Le champ de la sociologie ou de l’anthropologie de la santé a en quelque sorte été leur cheval de Troie. Mais cet adossement dirige et réduit dans le même temps l’angle d’attaque de l’objet sous tutelle. Ce d’autant qu’avec le sida, dans les années 1980, l’urgence se mêle de l’affaire, une urgence dont il faut questionner les effets sur la production de connaissance. D’abord avec un effet d’entrainement moindre, les travaux sur la sexualité se sont aussi appuyés sur le développement des gender studies. Ces dernières étaient elles-mêmes fragiles dans les années 1980, lorsqu’elles sont souvent devenues un incontournable des sciences sociales quarante ans plus tard. En même temps que les remèdes au virus devenaient plus opérants et que les gender studies gagnaient en reconnaissance dans la dernière
partie des années 1990 et au début des années 2000, les travaux sur la sexualité se transformaient et les deux “canaux historiques” de ces travaux se mixaient davantage. D’autres champs de recherche reconnus sont venus à la rescousse, contribuant à élargir les possibilités d’analyse. Dans mon cas, la sociologie urbaine, bien installée en France depuis les années 1980, a été mobilisée. Une enquête sur la prostitution de rue au début des années 2000 permet la rencontre, autour de la sexualité, de questions de santé, de genre et d’espaces publics. Une deuxième ethnographie portant sur les femmes multipartenaires et hétérosexuelles abandonne peu à peu le champ de la santé pour affermir la place du genre et des analyses spatiales. Ces deux dernières recherches ont presque étonnamment permis ma titularisation en école d’architecture. Elles ont été un autre cheval de Troie. Le problème devient alors celui d’une adaptation : comment passer, via la sexualité et le genre, des recherches sur le champ de l’urbain à l’architecture ?
Mon exposé, fondé sur mon itinéraire dans la recherche et dans l’enseignement supérieur, tentera d’interroger les moteurs de l’illégitimité (ou du sentiment d’illégitimité), les glissements auxquels ils conduisent et les instabilités, parfois salutaires, qui les constituent.

Colloque international “État autoritaire, violence politique, némésis du capital : l’Amérique latine et le monde”, Université Paris Nanterre, 24 et 25 janvier 2019

Manifestation contre la dictature militaire – Brésil, 1968

Argumentaire

Depuis la crise financière de 2008, le projet néolibéral a connu de fortes transformations à l’échelle mondiale. Les politiques monétaires menées aux États-Unis, en Europe et au Japon par les Banques centrales ont sans doute permis d’échapper au désastre, mais elles n’ont pas permis d’établir une gouvernance financière sur les flux globaux de biens et de capitaux.

Au début des années 2010, la critique de la mondialisation du capital a trouvé dans les protestations sociales une expression progressiste, voire révolutionnaire : des printemps arabes jusqu’au mouvement brésilien, en passant par la Grèce, l’Espagne, les États-Unis, la Turquie, etc. des mobilisations puissantes ont vu le jour, en inventant des formes d’auto-organisation capables, pour certaines, de renverser des gouvernements. Cette brève séquence est en passe de se refermer et se conclut par la montée de l’extrême droite dans de nombreux contextes nationaux : en Inde à partir de 2014 ; dans plusieurs pays d’Amérique latine depuis 2015 ; aux États-Unis et aux Philippines en 2016 ; en Italie et au Brésil en 2018. Dans les autres pays du Nord, les politiques xénophobes et les tendances autoritaires se sont accompagnées d’une militarisation et d’une sécurisation des politiques de souveraineté dont la gestion des frontières en Europe est l’un des signes les plus visibles. Les régimes de violence propres aux villes globales et aux frontières militarisées semblent faire contrepoint à la circulation toujours plus rapides des marchandises et des flux d’argent dans le capitalisme globalisé. La conjugaison des politiques sécuritaires et le développement du sous-développement, au Nord comme au Sud, conduit à l’émergence d’un nouveau régime de la violence politique qui s’exerce principalement sur les groupes minoritaires.

Le colloque « État autoritaire, violence politique, némésis du capital : l’Amérique latine et le monde » se fixe l’objectif de penser et de discuter une telle conjoncture en croisant des approches philosophiques sur l’évolution des formes de la violence étatique et des enquêtes plus précises sur la situation actuelle en Amérique latine. L’élection brésilienne et la crise vénézuélienne sont deux exemples frappants d’un retournement des tendances dites progressistes en Amérique latine, dans le sens d’un développement de l’autoritarisme d’État.

A cet égard, il s’agira de proposer des réponses aux questions suivantes. Avons-nous affaire à une simple accentuation des traits autoritaires propres aux États capitalistes et aux démocraties libérales, ou bien assiste-t-on à l’émergence d’un nouveau modèle de gouvernementalité, une « révolution d’en haut » inaugurée par Pinochet, Thatcher et Reagan et que les récentes évolutions en Amérique latine et ailleurs semblent accentuer ? Quel rôle et quelle place doit-on accorder à la crise de 2007-2008 et aux mouvements sociaux qui lui ont succédé dans l’accès au pouvoir des gouvernements autocratiques ? La situation brésilienne est-elle singulière ou peut-elle conduire à une aggravation des tendances à l’œuvre ? Dans quelle mesure les différentes pratiques de discipline et de contrôle de la vie sociale contribuent-elles aux transformations des États contemporains ?

Ce sont ces questions que le colloque essayera d’affronter, en combinant une approche théorique et philosophique des tendances générales du capitalisme tardif et des études empiriques sur la situation actuelle en Amérique latine et en Europe.

Date et lieu

Jeudi 24 et vendredi 25 janvier 2019 – de 10h à 17h

Salle des Conférences (F352) – Bâtiment Simone Veil

Université Paris Nanterre

200 Avenue de la République, 92000 Nanterre

Comment venir ?


Organisateurs

Davide Gallo Lassere

Paul Guillibert

Programme

Jeudi 24 janvier 2019

10h – Accueil des participants

10h15 – 12h30 : Mexique, l’administration de la violence

Luis Martinez Andrade : « Violence mythique au Mexique.  État d’exception et administration de la misère »

Frédéric Décosse : « Reprimarisation, contrôle de la mobilité et neo-peonage : les formes contemporaines de l’économie de plantation à la frontière sud du Mexique »

14h – 17h : Brésil, la némésis du progrès

Izadora Xavier Do Monte: «Études féministes de la sécurité : contributions à partir du cas brésilien ».

Alexandre Mendes : « Politique des lignes : mondialisation et crise du progressisme brésilien ». 

Barbara Szanieki : « Agonistique ou agonie de la démocratie ? »

Vendredi 25 janvier 2019

10h – 12h30 : Guerre et nécropolitique en Amérique latine

Jeudiel Martinez: « The Chavismo as a disaster: diagrams of decomposition in the necropolitical Venezuela. »

Giuseppe Cocco : « Crise de la globalisation et nouveau régime de guerre en Amérique Latine »

14h – 17h : Recomposition libérale : autoritarisme, sexisme, migrations

Martina Tazzioli : « Detention from below and peer-to-peer subjection: governing refugees through coerced autonomy  »

Simona de Simoni  : « Autoritarisme et sexisme : le cas italien »

Grégoire Chamayou : « Sur le concept de libéralisme autoritaire »


Soutenance de thèse de Lara Mahi : “La discipline médicale. Ethnographie des usages de normes de santé et de savoirs médicaux dans les dispositifs de la pénalité”, Université Paris Nanterre, vendredi 5 octobre 2018, 13h30

  

Lara Mahi soutiendra, vendredi 5 octobre 2018, sa thèse de doctorat réalisée sous la direction de Philippe Combessie, et intitulée :

La discipline médicale. Ethnographie des usages de normes de santé et de savoirs médicaux dans les dispositifs de la pénalité

    

Date et lieu : 

Vendredi 5 octobre 2018, 13h30
Université Paris Nanterre
Bâtiment Grappin, rdc, Salle des thèses (B015)

    

Membres du jury :

Madame Janine Barbot, Directrice de recherche, Inserm (Rapporteure)
Monsieur Marc Bessin, Directeur de recherche, CNRS (Rapporteur)
Monsieur Philippe Combessie, Professeur, Université Paris Nanterre (Directeur de thèse)
Madame Isabelle Coutant, Chargée de recherche, CNRS
Monsieur Nicolas Duvoux, Professeur, Université Paris 8
Madame Liora Israël, Maîtresse de conférences, EHESS
Madame Corinne Rostaing, Professeure, Université Lumière Lyon 2

  

Résumé

La prison fait l’objet d’un nombre croissant de publications biomédicales depuis les années 1980, en France, comme dans la plupart des pays occidentaux industrialisés, mettant l’accent sur les prévalences élevées de certaines affections chroniques parmi la population carcérale. Comment se fait-il que tant de personnes emprisonnées ont des « problèmes » de « santé » ? Cette thèse entreprend de répondre à cette question en appréhendant la santé non pas comme un état, mais comme une norme. À partir d’une enquête ethnographique associant observations de pratiques judiciaires, monographies des services médicaux d’établissements pénitentiaires, entretiens, statistiques et étude de corpus d’articles scientifiques, elle s’attache à montrer, pas-à-pas, selon une approche processuelle, comment la chaîne pénale produit des « malades » en confrontant les individus saisis par ses dispositifs à des normes de santé et à des savoirs médicaux. À la croisée d’une sociologie des institutions, d’une sociologie de la médecine et d’une sociologie de la connaissance, en étant à la fois attentive à des pratiques bureaucratiques, à la construction de décisions (pénales, gestionnaires et médicales), aux conditions concrètes de réalisation d’études biomédicales en maison d’arrêt et à leurs effets, à des rhétoriques judiciaires et scientifiques, aux activités professionnelles qui constituent le soin en prison et à l’appropriation socialement différenciée de ce travail par les détenus, l’enquête permet de comprendre comment le pouvoir médical se déploie, au présent, de façon discrète et diffuse, dans et par des institutions ne se donnant pas pour première mission de soigner.


Séminaire “Surveiller et punir : relectures, usages, actualisations”, programme 2018

 

Séminaire “Surveiller et punir: relectures, usages, actualisations”, (dir. Judith Revel, univ. Paris Nanterre/Sophiapol et Guillaume le Blanc, univ. Paris Est Créteil/LIS)

Toutes les séances auront lieu à l’université Paris Nanterre, de 17h à 19h, bâtiment Max Weber, salle 2,

sauf les séances exceptionnelles du 4 et du 11 avril 2018

 

Programme 2018

 

17 janvier
Judith Revel (Paris Nanterre/Sophiapol) et Guillaume le Blanc (UPEC/LIS):
Des raisons d’une relecture

14 février
Pierette Poncela (Paris Nanterre/CDPC)
Analyser le droit pénal avec la boite à outils foucaldienne

21 mars
Laurence Barry (université hébraïque de Jérusalem)
Surveillance et gouvernementalité à l’ère du big data

4 avril (séance exceptionnelle: de 14h30 à 17H30, amphi W, bâtiment Max Weber)
Judith Butler, Michael Hardt, Antonio Negri
Débat autour de Notes Toward a Performative Theory of Assembly (trad. fr. Rassemblement, Fayard, 2016) et de Assembly (Oxford University Press, 2017)

11 avril
Judith Butler (séance exceptionnelle, de 14h30 à 16h30, à l’université Paris Est Créteil)
titre à venir

13 juin
Vanessa Codaccioni (Paris 8/CRESPPA)
Surveillance et exceptionnalité

 

Vous êtes les bienvenu.e.s, entrée libre dans la limite des places disponibles

Séminaire “L’archive du genre, le genre des archives”, Programme 2018

Le séminaire « L’archive du genre, le genre des archives » est organisé dans le cadre du projet COMUE UPL « Genre et transmission: pour une autre archéologie du genre » (dir. Judith Revel, univ. Paris Nanterre/Sophiapol, et Anne E. Berger, univ Paris 8/LEGS)

 

Programme 2018

(toutes les séances auront lieu de 9h30 à 12h30 aux Archives Nationales sur le site de Paris, CARAN, 11, rue des Quatre-Fils, Salle d’Albâtre – sauf la séance du 27 janvier, qui aura lieu, toujours aux Archives Nationales, dans la salle suspendue du CARAN), de 9h30 à 12h30.

27 janvier:
Elise Escalle (doctorante HAR/Sophiapol)
Deux modèles d’archives – les fonds Madeleine Rebérioux et Michelle Perrot

10 février
Denise Ogilvie (Archives Nationales)/Anne Verjus (NCRS/NYU)
Transformations de l’écriture privée

24 mars:
Christine Detrez (ENS Lyon)/ Mara Montanaro (chercheuse associée, LEGS)
Les archives à l’épreuve de l’affect

14 avril:
Marie-Eve Lacasse (LEGS)/Denise Ogilvie(Archives Nationales)/Isabelle Tournier (Paris 8/LEGS)/Judith Revel (Paris Nanterre/Sophiapol)
Effacement, censure, auto-censure, éparpillement: les archives saisies par leurs manques

19 mai:
Michelle Perrot (CNRS)
A propos de Mélancolie ouvrière.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles, vous êtes les bienvenu.e.s.

Soutenance de thèse de Jeanne Lamaison-Boltanski : “Les communautés politiques parallèles. Mouvement rastafari et cultures hip hop au Burkina Faso”, 1er décembre 2017, Paris Nanterre

Jeanne Lamaison-Boltanski, doctorante au laboratoire Sophiapol, soutiendra sa thèse, réalisée sous la direction de Stéphane Dufoix et intitulée :

 

“Les communautés politiques parallèles. Mouvement rastafari et cultures hip hop au Burkina Faso.

 

Date et lieu :
Vendredi 1er décembre 2017 à 14h
Université Paris Nanterre
Bâtiment B, RDC, salle René Remond (B015).

Comment venir et s’orienter sur le campus ?

 
Membres du jury :
Jean-Bernard OUEDRAOGO, Directeur de recherches, CNRS (rapporteur)
Richard BANÉGAS, Professeur, Sciences Po Paris (rapporteur)
Mme Stefania CAPONE, Directrice de recherche, CNRS
Mme Anne RAULIN, Professeur, Université Paris Nanterre
M Stéphane DUFOIX, Professeur, Université Paris Nanterre (directeur de la thèse)

 
Résumé :
À rebours des théories de la mondialisation comme dispositif déterritorialisé, la communauté rastafari de Ouagadougou revendique une identité afrocentrée qu’elle adapte à sa situation africaine. Réclamant haut et fort son identité burkinabè à travers notamment le rappel mémoriel d’une figure politique locale, littéralement iconique, celle de Thomas Sankara, en même temps que son identité africaine mythique construite à partir de la cosmologie rastafari, cette communauté incarne pourtant l’hybridité et la fluidité propres aux définitions de la mondialisation. Construite en opposition à Babylone, le monde des Blancs, l’identité rastafari, née en Jamaïque, émerge aujourd’hui en Afrique. Cette identité, à la fois afrocentrée et transnationale, instaure un rapport complexe aux Occidentaux, qui représentent la Babylone (les « Forces du Mal » dans la Bible) des rasta, étant donné l’importance que revêtent les rencontres avec ceux-ci dans le mode de vie des rasta à Ouagadougou, rencontres prises dans ce que les rasta appellent le « système nassara » (« système blanc »). C’est alors la notion d’ambivalence qui apparaît comme une ressource intéressante pour analyser les négociations entreprises par les rasta burkinabè dans la formation de leur identité, identité souvent accusée soit d’absolutisme racial, soit, au contraire, d’ « occidentalisation ».

Mots clés : Burkina Faso, Rastafari, Atlantique noir, Afrocentrisme, Identités raciales, Mondialisation.