Archives de catégorie : Annonces

Colloque “Orientation scolaire et devenir des élèves primo-migrants”, 22-23 novembre 2023

Ce colloque s’inscrit dans le projet de recherche OJEMIGR, « L’orientation scolaire des jeunes migrants » (2021-2025), financé par l’ANR (Agence nationale de la recherche), qui analyse la construction de l’orientation scolaire post-troisième des jeunes primo-migrants dans le système éducatif français. Continuer la lecture de Colloque “Orientation scolaire et devenir des élèves primo-migrants”, 22-23 novembre 2023

Publication : Yohann Douet, “L’hégémonie et la révolution. Gramsci penseur politique”

Toutes les réflexions d’Antonio Gramsci tendent vers le même horizon : l’émancipation des subalternes, leur sortie des marges de l’histoire. Emprisonné par le fascisme, vivant à une époque de crise historique aigüe, il n’abandonne jamais l’objectif d’une société communiste et démocratique. Mais considère que, pour triompher, la révolution doit être repensée. Continuer la lecture de Publication : Yohann Douet, “L’hégémonie et la révolution. Gramsci penseur politique”

Colloque “La révolte de la nature” 24 novembre 2023

De nombreux rapports publics, comme le 6e rapport du GIEC, interprètent la pollution de l’air et de l’environnement, la destruction des écosystèmes, l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes comme les symptômes d’une catastrophe environnementale. Cette catastrophe aggrave les inégalités sociales et les injustices économiques : de ce point de vue au moins, la théorie sociale critique ne peut plus ignorer ou négliger cette crise. Continuer la lecture de Colloque “La révolte de la nature” 24 novembre 2023

Soutenance de thèse de Guillaume COINDARD : “Le vécu du diagnostic et de la phase thérapeutique initiale par les personnes atteintes de pathologies cancéreuses”, vendredi 5 juillet 2019, Université Paris Nanterre

Guillaume Coindard soutiendra, le vendredi 5 juillet 2019, sa thèse pour le doctorat en sociologie, préparée sous la direction de Philippe Combessie, intitulée

Le vécu du diagnostic et de la phase thérapeutique initiale par les personnes atteintes de pathologies cancéreuses. Quels rôles pour la médecine générale au prisme des inégalités sociales de santé ?

Date et lieu

Vendredi 5 juillet 2019, 9h

Université Paris Nanterre, bâtiment Pierre Grappin, rez-de-chaussée : espace « recherche », salle
« René Rémond » – B 015

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Nanterre

Membres du jury

Yann BOURGUEIL, Directeur de recherche, IRDES, examinateur

Martine BUNGENER, Directrice de recherche émérite, CNRS, Cermes 3, rapporteure

Philippe COMBESSIE, Professeur des universités, Paris Nanterre, directeur de la thèse

Olivier HERMINE, Professeur des universités, Paris Descartes, rapporteur

Olivier SAINT-LARY, Professeur des universités, Université de Versailles Saint-Quentin, examinateur

Anne VEGA, Chercheure sous contrat – HDR, Université Paris Nanterre, examinatrice

Résumé :

Le médecin généraliste est le principal acteur de l’organisation des soins primaires, telle que la précisent les textes en vigueur, aussi bien sur le plan national qu’international. Son rôle dans la prise en charge des patients atteints de cancer reste pour autant à la fois fluctuant, en fonction principalement de la position sociale des patients, et difficile à cerner, tant sur le plan temporel que contextuel. 
Un emboîtement d’études a été réalisé pour tenter de mieux comprendre le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge initiale du cancer, c’est-à-dire de la période diagnostique à la phase thérapeutique à proprement parler. Une première étude qualitative menée auprès de 83 personnes atteintes de pathologies cancéreuses (PAPC) a permis de cerner les principales modalités d’utilisation du système de soins et de définir quels rôles le médecin généraliste pouvait prendre au cours de ces situations. Un deuxième volet qualitatif mené auprès de professionnels de santé, dont des médecins généralistes, a permis de clarifier ces rôles, tandis qu’un volet quantitatif a été mené pour décrire à partir de dossiers de patients atteints de cancer les modalités du recours au médecin généraliste.
Les trajectoires de PAPC étaient d’autant plus marquées par les logiques d’endurance qu’elles étaient socialement défavorisées ou issues de milieux populaires. Nous avons également observé comment les difficultés liées au travail du patient étaient grevées par des logiques d’intersectionnalité.
D’une absence complète dans les trajectoires de certaines PAPC à un rôle majeur pour d’autres, la découverte du cancer et dans le suivi durant la phase thérapeutique initiale, définir le rôle que peut prendre le médecin généraliste demande à analyser l’ensemble du spectre d’intervention possible, dont l’hétérogénéité reste la règle. Il n’en reste pas moins qu’au cours des deux principaux temps que sont la phase péri-diagnostique et la phase thérapeutique initiale, le médecin généraliste se définit par la pratique d’une médecine d’interface. Cette interface est temporelle, permettant d’accompagner la PAPC dans la rupture biographique particulièrement lourde de conséquence dans la pathologie cancéreuse. Mais elle est aussi spatiale, pouvant accompagner la PAPC dans l’adressage vers l’équipe de soins oncologiques, puis lorsque les traitements anti-cancéreux sont utilisés, vers les professionnels en charge de cette spécificité. Comme toute interface, elle n’est visible pour les PAPC qu’au moment où elle est traversée et demeure dans l’ombre avant et après, à domicile et à l’hôpital. 
L’enjeu devient alors celui de la communication, où comment le médecin généraliste est en capacité, par ses connaissances, ses compétences, sa posture et ses mots de tisser des liens suffisamment forts pour aider le patient dans sa quête de guérison et dans son travail de reconstruction à la fois physique, psychologique et social. 

Mots clés : cancer, diagnostic, retard diagnostique, médecine générale, inégalités sociales de santé, organisation du système de santé

Abstract:

The general practitioner is the main actor in the organisation of primary care, as defined by the laws in force, both nationally and internationally. However, its role in the care of cancer patients remains both fluctuating, depending mainly on the social position of the patients, and difficult to identify, both in terms of time and context.

A series of studies have been carried out to try to better understand the role of the general practitioner in the initial management of cancer, i.e. from the diagnostic period to the therapeutic phase itself. An initial qualitative study of 83 people with cancer (PWC) identified the main ways in which the health care system was used and what roles the general practitioner could play in these situations. A second qualitative component with health professionals, including general practitioners, clarified these roles, while a quantitative component was conducted to describe from cancer patient records the modalities of using a general practitioner.

The trajectories of PWC were all the more marked by endurance logics as they were socially disadvantaged or from working class backgrounds. We also observed how the difficulties related to the patient’s work were burdened by intersectionality logics.

From a complete absence in the trajectories of some PWCs to a major role for others, the discovery of cancer and follow-up during the initial therapeutic phase, defining the role that the general practitioner can play requires an analysis of the entire spectrum of possible interventions, of which heterogeneity remains the rule. Nevertheless, during the two main phases, the peri-diagnostic phase and the initial therapeutic phase, the general practitioner is defined by the practice of interface medicine. This interface is temporal, making it possible to support the PWC in the biographical rupture particularly heavy with consequences in cancer pathology. But it is also spatial, being able to support the PWC in referring to the oncology care team, then when anti-cancer treatments are used, to the professionals in charge of this specificity. Like any interface, it is only visible to PWCs when it is crossed and remains in the shadows before and after, at home and in hospital. 

The issue then becomes that of communication, or how the general practitioner is able, through his knowledge, skills, posture and words, to forge sufficiently strong links to help the patient in his quest for recovery and in his work of physical, psychological and social reconstruction.

Key words: cancer, diagnosis, delay in diagnosis, general practice, social inequalities in helath, health care organization

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef : Catherine Deschamps, 14 février, Paris Nanterre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logosefx1.jpg.

La première séance du séminaire du GDR Lasco de l’année 2019, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Catherine Deschamps, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine (Evcau).

Elle nous présentera une communication qu’elle propose d’intituler :

Sexualité et architecture : les agendas cachés

Date :
Jeudi 14 février 2019, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Certains objets de recherche, considérés peu légitimes à un moment donné de l’histoire d’une discipline, s’adossent à des champs de recherches reconnus pour forcer la porte de l’académie. Ainsi, les recherches sur la sexualité ont trouvé dans le VIH-sida l’occasion de leur développement. Le champ de la sociologie ou de l’anthropologie de la santé a en quelque sorte été leur cheval de Troie. Mais cet adossement dirige et réduit dans le même temps l’angle d’attaque de l’objet sous tutelle. Ce d’autant qu’avec le sida, dans les années 1980, l’urgence se mêle de l’affaire, une urgence dont il faut questionner les effets sur la production de connaissance. D’abord avec un effet d’entrainement moindre, les travaux sur la sexualité se sont aussi appuyés sur le développement des gender studies. Ces dernières étaient elles-mêmes fragiles dans les années 1980, lorsqu’elles sont souvent devenues un incontournable des sciences sociales quarante ans plus tard. En même temps que les remèdes au virus devenaient plus opérants et que les gender studies gagnaient en reconnaissance dans la dernière
partie des années 1990 et au début des années 2000, les travaux sur la sexualité se transformaient et les deux “canaux historiques” de ces travaux se mixaient davantage. D’autres champs de recherche reconnus sont venus à la rescousse, contribuant à élargir les possibilités d’analyse. Dans mon cas, la sociologie urbaine, bien installée en France depuis les années 1980, a été mobilisée. Une enquête sur la prostitution de rue au début des années 2000 permet la rencontre, autour de la sexualité, de questions de santé, de genre et d’espaces publics. Une deuxième ethnographie portant sur les femmes multipartenaires et hétérosexuelles abandonne peu à peu le champ de la santé pour affermir la place du genre et des analyses spatiales. Ces deux dernières recherches ont presque étonnamment permis ma titularisation en école d’architecture. Elles ont été un autre cheval de Troie. Le problème devient alors celui d’une adaptation : comment passer, via la sexualité et le genre, des recherches sur le champ de l’urbain à l’architecture ?
Mon exposé, fondé sur mon itinéraire dans la recherche et dans l’enseignement supérieur, tentera d’interroger les moteurs de l’illégitimité (ou du sentiment d’illégitimité), les glissements auxquels ils conduisent et les instabilités, parfois salutaires, qui les constituent.

Séminaire du Groupe d’études sur le néolibéralisme et les alternatives (GENA), programmation 2018-2019



Présentation du séminaire 2018-2019

  

Thème de recherche 2018-2019 : Nouveau néolibéralisme et crise mondiale de la démocratie

La situation de l’Italie, de la Turquie et du Brésil aujourd’hui, comme celle de la Pologne, de la Hongrie et de beaucoup d’autres pays, doivent alerter tous ceux qui cherchent à comprendre le moment historique que nous vivons. Nous assistons, à côté d’autres formes de crise, à la crise de la démocratie à l’échelle européenne et mondiale. De multiples signes le montrent, notamment l’arrivée au pouvoir dans des pays de plus en plus nombreux de l’extrême droite ou d’une droite extrême pour lesquelles les formes mêmes de la démocratie libérale et de l’État de droit sont devenues des obstacles à l’exercice d’un pouvoir hyperautoritaire. Cette montée en puissance des forces anti-démocratiques reçoit aujourd’hui l’appui des puissances économiques privées et des gouvernements de certains États capitalistes, notamment des Etats-Unis et de la Russie. Mais elle n’est possible que par l’adhésion d’une  partie de la population à un  type de « pouvoir fort ». De nombreux signaux et depuis plusieurs décennies permettaient de pressentir untel moment politique. Il suffisait pour l’anticiper d’être attentif au sentiment d’exclusion ou de marginalisation d’une grande partie de la population, à la montée d’une colère « anti-système » comme à la haine croissante envers des minorités, des étrangers ou des« ennemis de l’intérieur ».

Ce moment critique vient donc de loin. Il n’a certes pas une cause unique, mais son principal facteur est la mise en œuvre depuis plusieurs décennies d’un type de gouvernement  néolibéral  qui s’est soustrait au contrôle des citoyens pour imposer des transformations profondes des sociétés et des subjectivités. Cette érosion progressive des bases mêmes de la démocratie a atteint aujourd’hui une phase aiguë. Nous entrons dans une nouvelle période marquée par l’antinomie de plus en plus flagrante entre les principes de la démocratie libérale et la logique du néolibéralisme.

On parle parfois d’un « nouveau fascisme ». Les rapports ne manquent pas entre fascisme ou nazisme d’hier et les forces d’extrême droite aujourd’hui.Filiations historiques, mais aussi identité des ressorts passionnels et pulsionnels mobilisés. La haine et la pulsion meurtrière sont au cœur de leur expansion, comme le montre tragiquement le cas du Brésil aujourd’hui. Pourtant,ces forces présentent des différences importantes avec le fascisme classique.Les ignorer conduirait à se tromper de diagnostic. A la différence des années 1930qui avaient vu l’émergence des fascismes en réaction au « laisser faire » du libéralisme économique et à ses conséquences, les nationalismes autoritaires et xénophobes d’aujourd’hui ne cherchent pas à « réencastrer le marché » dans l’État total, ni même, plus simplement,  à « encadrer les marchés », ils visent au contraire à accélérer l’extension de la rationalité capitaliste et à accroître les inégalités économiques, conséquence inévitable du« libre » jeu de la concurrence et des privatisations. Ils sont en réalité les porteurs d’un nouveau néolibéralisme agressif, et tellement violent à l’égard des populations qu’il ne peut être mis en œuvre qu’en dehors du cadre libéral classique. Ces forces n’obtiennent un appui populaire qu’en déplaçant les enjeux politiques du terrain de l’injustice sociale vers le terrain des« valeurs » et en détournant et canalisant la colère, la frustration et les peurs sociales vers un ensemble de cibles considérées comme autant de« déviants » et de « menaces », immigrés, noirs, femmes,homosexuels, syndicalistes, militants, intellectuels, et toutes les forces démocratiques qui s’opposent à cette mise au pas de la société.  En tant que porteuses du nouveau néolibéralisme, ces formes néolibérales d’un nouveau genre  conservent un minimum d’apparences de la démocratie formelle, du respect des lois et du cadre électoral. Derrière une forme de légalité dont il faut aussi penser la nouveauté, elles n’en mènent pas moins d’une manière radicale la guerre contre la démocratie.La situation au niveau mondial se caractérise donc par une fusion entre logique néolibérale, gouvernements hyperautoritaires et pulsions fascistes.Inédite, elle impose un travail de réflexion approfondi, interdisciplinaire et international. C’est le but de la création du Groupe d’études sur le néolibéralisme et les alternatives (GENA),qui se donne pour but d’élaborer collectivement un diagnostic sur la période et d’analyser les conditions historiques, les principes et les modalités de la résistance et des alternatives possibles. Il se réunira régulièrement sous la forme d’un séminaire de recherche ouvert et pluriel et il sera en contact permanent avec d’autres groupes et réseaux de recherche au niveau international.

     

Calendrier des séances

Toutes les séances ont lieu au Conservatoire national des arts et métiers(CNAM),  292 rue Saint-Martin, Paris 75003, Métro Réaumur-Sébastopol, accès17, 2ème étage.

Pour trouver l’accès 117 : plan des sites du CNAM

  

Lundi 19 novembre 16-18h. En salle : 17.02.15

  • Christian Laval : Présentation du GENA et du séminaire 2018-2019
  • Pierre Dardot : « Anatomie du nouveau néolibéralisme »


Mercredi 5 décembre 16-18h. En salle : 17.02.14

  • Pierre Sauvêtre : « Libéralisme et fascisme : assiste-t-on à un moment polanyen ? »
  • André d’Albo« Mouvements sociaux et droit au logement au Brésil »

 

Lundi 7 janvier 16h-18h. En salle : 17.01.14

  • Pierre Dardot : « Anatomie du concept de populisme. Sur la situation italienne »
  • Massimiliano Nicoli et Roberto Cicarelli : « L’alliance Lega-Cinque Stelle »

  

Lundi 11 février 16-18h. En salle : 17.02.14

  • Haud Gueguen : « Repenser le diagnostic de la ”personnalité autoritaire” et du ”moi faible” à l’aune de l’individualisme expressif contemporain” »

  

Mercredi 20 mars – Jeudi 21 mars, Cnam : colloque international « La crise de la démocratie et le nouveau néolibéralisme à la lumière de la situation brésilienne »

  

Lundi 15 avril 16-18h. En salle : 31.02.85 (Attention, cette salle se trouve au Cnam de la rue Conté – métro Arts et Métiers)

  • Christophe Voilliot : « Pour une analyse configurationnelle des élections en contexte néolibéral autoritaire »

  

Lundi 13 mai 16-18h. En salle : 21.02.28