Archives de catégorie : Evénements

Colloque “Orientation scolaire et devenir des élèves primo-migrants”, 22-23 novembre 2023

Ce colloque s’inscrit dans le projet de recherche OJEMIGR, « L’orientation scolaire des jeunes migrants » (2021-2025), financé par l’ANR (Agence nationale de la recherche), qui analyse la construction de l’orientation scolaire post-troisième des jeunes primo-migrants dans le système éducatif français. Continuer la lecture de Colloque “Orientation scolaire et devenir des élèves primo-migrants”, 22-23 novembre 2023

Colloque “La révolte de la nature” 24 novembre 2023

De nombreux rapports publics, comme le 6e rapport du GIEC, interprètent la pollution de l’air et de l’environnement, la destruction des écosystèmes, l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes comme les symptômes d’une catastrophe environnementale. Cette catastrophe aggrave les inégalités sociales et les injustices économiques : de ce point de vue au moins, la théorie sociale critique ne peut plus ignorer ou négliger cette crise. Continuer la lecture de Colloque “La révolte de la nature” 24 novembre 2023

Soutenance de thèse de Guillaume COINDARD : “Le vécu du diagnostic et de la phase thérapeutique initiale par les personnes atteintes de pathologies cancéreuses”, vendredi 5 juillet 2019, Université Paris Nanterre

Guillaume Coindard soutiendra, le vendredi 5 juillet 2019, sa thèse pour le doctorat en sociologie, préparée sous la direction de Philippe Combessie, intitulée

Le vécu du diagnostic et de la phase thérapeutique initiale par les personnes atteintes de pathologies cancéreuses. Quels rôles pour la médecine générale au prisme des inégalités sociales de santé ?

Date et lieu

Vendredi 5 juillet 2019, 9h

Université Paris Nanterre, bâtiment Pierre Grappin, rez-de-chaussée : espace « recherche », salle
« René Rémond » – B 015

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Nanterre

Membres du jury

Yann BOURGUEIL, Directeur de recherche, IRDES, examinateur

Martine BUNGENER, Directrice de recherche émérite, CNRS, Cermes 3, rapporteure

Philippe COMBESSIE, Professeur des universités, Paris Nanterre, directeur de la thèse

Olivier HERMINE, Professeur des universités, Paris Descartes, rapporteur

Olivier SAINT-LARY, Professeur des universités, Université de Versailles Saint-Quentin, examinateur

Anne VEGA, Chercheure sous contrat – HDR, Université Paris Nanterre, examinatrice

Résumé :

Le médecin généraliste est le principal acteur de l’organisation des soins primaires, telle que la précisent les textes en vigueur, aussi bien sur le plan national qu’international. Son rôle dans la prise en charge des patients atteints de cancer reste pour autant à la fois fluctuant, en fonction principalement de la position sociale des patients, et difficile à cerner, tant sur le plan temporel que contextuel. 
Un emboîtement d’études a été réalisé pour tenter de mieux comprendre le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge initiale du cancer, c’est-à-dire de la période diagnostique à la phase thérapeutique à proprement parler. Une première étude qualitative menée auprès de 83 personnes atteintes de pathologies cancéreuses (PAPC) a permis de cerner les principales modalités d’utilisation du système de soins et de définir quels rôles le médecin généraliste pouvait prendre au cours de ces situations. Un deuxième volet qualitatif mené auprès de professionnels de santé, dont des médecins généralistes, a permis de clarifier ces rôles, tandis qu’un volet quantitatif a été mené pour décrire à partir de dossiers de patients atteints de cancer les modalités du recours au médecin généraliste.
Les trajectoires de PAPC étaient d’autant plus marquées par les logiques d’endurance qu’elles étaient socialement défavorisées ou issues de milieux populaires. Nous avons également observé comment les difficultés liées au travail du patient étaient grevées par des logiques d’intersectionnalité.
D’une absence complète dans les trajectoires de certaines PAPC à un rôle majeur pour d’autres, la découverte du cancer et dans le suivi durant la phase thérapeutique initiale, définir le rôle que peut prendre le médecin généraliste demande à analyser l’ensemble du spectre d’intervention possible, dont l’hétérogénéité reste la règle. Il n’en reste pas moins qu’au cours des deux principaux temps que sont la phase péri-diagnostique et la phase thérapeutique initiale, le médecin généraliste se définit par la pratique d’une médecine d’interface. Cette interface est temporelle, permettant d’accompagner la PAPC dans la rupture biographique particulièrement lourde de conséquence dans la pathologie cancéreuse. Mais elle est aussi spatiale, pouvant accompagner la PAPC dans l’adressage vers l’équipe de soins oncologiques, puis lorsque les traitements anti-cancéreux sont utilisés, vers les professionnels en charge de cette spécificité. Comme toute interface, elle n’est visible pour les PAPC qu’au moment où elle est traversée et demeure dans l’ombre avant et après, à domicile et à l’hôpital. 
L’enjeu devient alors celui de la communication, où comment le médecin généraliste est en capacité, par ses connaissances, ses compétences, sa posture et ses mots de tisser des liens suffisamment forts pour aider le patient dans sa quête de guérison et dans son travail de reconstruction à la fois physique, psychologique et social. 

Mots clés : cancer, diagnostic, retard diagnostique, médecine générale, inégalités sociales de santé, organisation du système de santé

Abstract:

The general practitioner is the main actor in the organisation of primary care, as defined by the laws in force, both nationally and internationally. However, its role in the care of cancer patients remains both fluctuating, depending mainly on the social position of the patients, and difficult to identify, both in terms of time and context.

A series of studies have been carried out to try to better understand the role of the general practitioner in the initial management of cancer, i.e. from the diagnostic period to the therapeutic phase itself. An initial qualitative study of 83 people with cancer (PWC) identified the main ways in which the health care system was used and what roles the general practitioner could play in these situations. A second qualitative component with health professionals, including general practitioners, clarified these roles, while a quantitative component was conducted to describe from cancer patient records the modalities of using a general practitioner.

The trajectories of PWC were all the more marked by endurance logics as they were socially disadvantaged or from working class backgrounds. We also observed how the difficulties related to the patient’s work were burdened by intersectionality logics.

From a complete absence in the trajectories of some PWCs to a major role for others, the discovery of cancer and follow-up during the initial therapeutic phase, defining the role that the general practitioner can play requires an analysis of the entire spectrum of possible interventions, of which heterogeneity remains the rule. Nevertheless, during the two main phases, the peri-diagnostic phase and the initial therapeutic phase, the general practitioner is defined by the practice of interface medicine. This interface is temporal, making it possible to support the PWC in the biographical rupture particularly heavy with consequences in cancer pathology. But it is also spatial, being able to support the PWC in referring to the oncology care team, then when anti-cancer treatments are used, to the professionals in charge of this specificity. Like any interface, it is only visible to PWCs when it is crossed and remains in the shadows before and after, at home and in hospital. 

The issue then becomes that of communication, or how the general practitioner is able, through his knowledge, skills, posture and words, to forge sufficiently strong links to help the patient in his quest for recovery and in his work of physical, psychological and social reconstruction.

Key words: cancer, diagnosis, delay in diagnosis, general practice, social inequalities in helath, health care organization

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef : Catherine Deschamps, 14 février, Paris Nanterre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logosefx1.jpg.

La première séance du séminaire du GDR Lasco de l’année 2019, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Catherine Deschamps, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine (Evcau).

Elle nous présentera une communication qu’elle propose d’intituler :

Sexualité et architecture : les agendas cachés

Date :
Jeudi 14 février 2019, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Certains objets de recherche, considérés peu légitimes à un moment donné de l’histoire d’une discipline, s’adossent à des champs de recherches reconnus pour forcer la porte de l’académie. Ainsi, les recherches sur la sexualité ont trouvé dans le VIH-sida l’occasion de leur développement. Le champ de la sociologie ou de l’anthropologie de la santé a en quelque sorte été leur cheval de Troie. Mais cet adossement dirige et réduit dans le même temps l’angle d’attaque de l’objet sous tutelle. Ce d’autant qu’avec le sida, dans les années 1980, l’urgence se mêle de l’affaire, une urgence dont il faut questionner les effets sur la production de connaissance. D’abord avec un effet d’entrainement moindre, les travaux sur la sexualité se sont aussi appuyés sur le développement des gender studies. Ces dernières étaient elles-mêmes fragiles dans les années 1980, lorsqu’elles sont souvent devenues un incontournable des sciences sociales quarante ans plus tard. En même temps que les remèdes au virus devenaient plus opérants et que les gender studies gagnaient en reconnaissance dans la dernière
partie des années 1990 et au début des années 2000, les travaux sur la sexualité se transformaient et les deux “canaux historiques” de ces travaux se mixaient davantage. D’autres champs de recherche reconnus sont venus à la rescousse, contribuant à élargir les possibilités d’analyse. Dans mon cas, la sociologie urbaine, bien installée en France depuis les années 1980, a été mobilisée. Une enquête sur la prostitution de rue au début des années 2000 permet la rencontre, autour de la sexualité, de questions de santé, de genre et d’espaces publics. Une deuxième ethnographie portant sur les femmes multipartenaires et hétérosexuelles abandonne peu à peu le champ de la santé pour affermir la place du genre et des analyses spatiales. Ces deux dernières recherches ont presque étonnamment permis ma titularisation en école d’architecture. Elles ont été un autre cheval de Troie. Le problème devient alors celui d’une adaptation : comment passer, via la sexualité et le genre, des recherches sur le champ de l’urbain à l’architecture ?
Mon exposé, fondé sur mon itinéraire dans la recherche et dans l’enseignement supérieur, tentera d’interroger les moteurs de l’illégitimité (ou du sentiment d’illégitimité), les glissements auxquels ils conduisent et les instabilités, parfois salutaires, qui les constituent.

Journée d’étude “Femmes contre le totalitarisme”, Sciences Po, 9 mars 2018

 

 

Journée d’étude Sophiapol-Fondation de la France Libre

Sous la présidence d’honneur de Jean Leca

Sous la direction de Marc Crapez

 

 

Programme

 

9h15-13h

-Jean Leca, président d’honneur : prologue

-Armelle Le Bras-Chopard, présidente de séance

 

RESISTANCE

-Marc Crapez (chercheur associé au Sophiapol de Paris Nanterre) : « Raymond Aron l’anti-totalitaire et les auteurs féminins »

-Fabrice Grenard (Directeur historique de la Fondation de la Résistance) : « Entrée en Résistance et quotidienneté »

 

CONTROVERSES SUR LE TOTALITARISME

-Christophe Maillard (Université de Franche-Comté) : « Etre une femme de “droite” et syndicaliste à la Belle Epoque »

-Jean-Claude Pacitto (Université de Marne-la-Vallée) : « Une économiste contre le totalitarisme: le cas Marcelle Pommera »

-Véronique Chemla (Journaliste) : « L’œuvre de Bat Ye’or et sa réception. Jusqu’où la contradiction est-elle possible ? »

 

TEMOIGNAGE

-Laurence Picq : « Témoignage sur l’univers des khmers rouges et réflexion sur un témoignage »

 

13h-14h30-pause déjeuner

 

14h30-17h

-Guy Hermet, président de séance

 

COMMUNISME A L’EST

-Alexandra Gerota (Doctorante) : « Anna Walentynowicz, une révolutionnaire anti-socialiste? »

-Brice Couturier (Journaliste) : « Les femmes dans la rébellion polonaise »

 

 

-Biljana Vucetic (chargée de recherches), Veronica Vives (docteur en philologie) & Delphine Denuit (journaliste) : « Des femmes face au totalitarisme : Zeni Lebel, Merce Sanz, Mélinée Manouchian »

 

-Blandine Kriegel : épilogue

 

Date

9 mars 2018

 

Lieu

Sciences Po, salle Lavau, 98 rue de l’Université, Paris 7ème

 

Contact : Eric David

Inscription préalable obligatoire par mail : observatoiredutotalitarisme@gmail.com

 

Séminaire “Le socialisme et le communisme aujourd’hui”, février-mars 2018, Paris Nanterre

Si l’idée d’une société « post-idéologique » a fait long feu, les forces qui ne se reconnaissent ni dans le libéralisme ni dans le nationalisme réactionnaire apparaissent cependant dispersées et peinent à dégager un cadre idéologique mobilisateur. Dans ces conditions, l’affaiblissement électoral considérable des partis qui se reconnaissent comme « socialistes » ou « communistes », le recours au « populisme » qui tend à flouter les différences avec le nationalisme réactionnaire, la difficulté de certains enjeux sociaux (les rapports de genre, l’écologie, l’antiracisme notamment) à produire par eux-mêmes un mouvement politique, ou encore la dégradation sensible des outils de défense des salariés sont autant de facteurs qui peuvent légitimer une tentative pour réinvestir les catégories de « socialisme » et de « communisme » et de repenser leur contenu dans des conditions nouvelles.

C’est à la diversité des formes contemporaines de ce réinvestissement et à ses enjeux que ce séminaire veut se consacrer. A supposer que le « socialisme » ou le « communisme » puissent à nouveau figurer une alternative au libéralisme, sur quelles bases pratiques et théoriques peuvent-ils être reformulés ?

On se limitera dans cette présentation à poser quelques questions quant aux conditions de ce réinvestissement :

  • Premièrement, la question de l’historicité. La possibilité de repenser le socialisme et le communisme suppose nécessairement de considérer que ces idéologies se caractérisent par leur historicité. Quel rapport chacune d’elles entretient-elle alors avec sa propre tradition ? S’agit-il de réinvestir une forme originelle de socialisme et de communisme, au besoin en soulignant que les organisations qui s’affichent aujourd’hui sous ce nom – et de manière générale la gauche – n’ont plus aucun rapport avec leur inspiration première. S’agit-il d’insister sur une tradition minoritaire et oubliée ? S’agit-il d’une réinvention à partir d’éléments nouveaux qui ne pouvaient être pris en compte par la tradition ? Corrélativement, c’est aussi la question des expériences pratiques sur lesquelles s’appuyer : existe-t-il des « fragments » socialistes et communistes dans notre réalité sociale, ou faut-il tout reconstruire ?
  • Deuxièmement, la question de l’articulation des enjeux sociaux. Comment en particulier positionner l’enjeu du travail autour duquel ces deux idéologies politiques se sont initialement construites avec les autres enjeux sociaux que nous évoquions précédemment (féminisme, écologie et antiracisme). Si l’on ne peut plus faire de ces enjeux des « contradictions secondaires », où s’agit-il de mettre le curseur ? Le travail perd-il sa centralité ? S’agit-il au contraire précisément de mettre en avant l’un de ces enjeux, l’écologie ou le féminisme, comme la condition nouvelle à partir de quoi penser un socialisme ou un communisme renouvelé ? Corrélativement, c’est aussi poser la question des forces sociales capables de porter l’alternative, et donc aussi la question des classes.
  • Troisièmement, la question des organisations, des institutions et des espaces. Le socialisme et le communisme doivent-ils s’ancrer localement, à l’échelle de la nation, de l’Europe ? Sont-ils internationalistes ou transnationalistes ? Quel rapport entretiennent-ils ensuite avec les institutions existantes : faut-il investir les institutions municipales, l’Etat-nation, l’Union européenne ? Ou les désinvestir ? Construire des contre-institutions ? Du point de vue stratégique, le régime représentatif et l’espace électoral ont-ils encore une pertinence ? La forme du parti est-elle dépassée ? Quel rôle les syndicats et les associations sont-ils appelés à jouer, et sous quelle forme ?
  • Enfin, la question de la place des sciences humaines et sociales et du rapport au savoir. Si le savoir, et a fortiori le savoir du socialisme et du communisme, ne peut plus être l’apanage d’une organisation ni même d’une classe, mais si dans le même temps il convient d’insister sur le rapport étroit qui lie en particulier le socialisme et la sociologie, comment le chercheur se positionne-t-il dans l’appropriation par la société du savoir de la transformation ?

.

Séminaire organisé par Pierre Sauvêtre (Sophiapol – Université Paris Nanterre)

Lieu et horaires :
Le séminaire aura lieu à l’Université Paris Nanterre, bâtiment D, salle 201b.

 

Programme
.

Mercredi 7 février (17h-19h)

Bernard Friot (Professeur émérite de sociologie, Université Paris Nanterre, IDHES) :
« Le déjà-là de la pratique communiste du travail en France »

Parutions : Vaincre Macron, La Dispute, 2017 ; Puissances du salariat, La Dispute, 2012 (édition augmentée).
.

Mercredi 14 février (16h-18h)

Pierre Dardot (Philosophe, chercheur associé au Sophiapol, Université Paris Nanterre) :
« Le communisme des communs »

Parutions (avec Christian Laval) : L’Ombre d’Octobre, La Révolution russe et le spectre des soviets, Lux, 2017 ; Commun. Essai sur la révolution au XXIème siècle, La Découverte, 2014
.

Mardi 20 février (16h-18h) 

Séance annulée

Franck Fischbach (Professeur de philosophie à l’Université de Strasbourg, CREPHAC) :
« Le renouvellement du socialisme »

Parutions : Qu’est-ce qu’un gouvernement socialiste ? Ce qui est vivant et ce qui est mort dans le socialisme, Lux, 2017 ; Le sens du social. Les puissances de la coopération, Lux, 2015
.

Vendredi 23 février (14h-16h)

Estelle Ferrarese (Professeure de philosophie à l’Université de Picardie Jules Vernes, CURAPP) :
« Féminisme et socialisme »

Traductions :
Nancy Fraser, Le féminisme en mouvements, Paris, La Découverte, Textes à l’appui, 2012.
Nancy Fraser, Qu’est-ce que la justice sociale ? De la redistribution à la reconnaissance, Paris, La Découverte, Textes à l’appui, 2005.

Texte en ligne :
« Nancy Fraser et la théorie du prendre part » :

À paraître : Estelle Ferrarese, La fragilité du souci des autres. Adorno et le care, Lyon, Editions de l’ENS, 2018.
.

Mercredi 7 mars (16h-18h)

Pierre Charbonnier (Chargé de recherche au CNRS, LIER) :
« Ecologie et socialisme »

Parution : La fin d’un grand partage. Nature et Société de Durkheim à Descola, CNRS Editions, 2015.

Article : « Le socialisme est-il une politique de la nature ? Une lecture écologique de Karl Polanyi », Incidence, n°11, 2015, p. 183‑204.
.

Mercredi 14 mars (16h-18h)

Alexis CUKIER (Directeur de programme au Collège International de Philosophie, chercheur associé au Sophiapol) :
« Travail démocratique et socialisme »

À paraître : Le travail démocratique, PUF, coll. « Actuel Marx », 2018.
.

Mercredi 21 mars (16h-18h)

Cyril Lemieux (Sociologue, Directeur d’études à l’EHESS, LIER) et Bruno Karsenti (Philosophe, Directeur d’études à l’EHESS, LIER) :
« Le socialisme comme fait social »

Parution : Socialisme et sociologie, EHESS, 2017.
.

Mercredi 28 mars (16h-18h)

Pierre Sauvêtre (Maître de Conférences en sociologie, Université Paris Nanterre, Sophiapol) :
« Communalisme et socialisme chez Murray Bookchin »

Edouard Jourdain :
« La Commune du Rojava »

 

Mercredi 11 avril (16h-18h)

Benoit Borrits :
« Le socialisme au-delà de la propriété »

A paraître : Au-delà de la propriété. Pour une économie des communs, Paris, La Découverte, “L’horizon des possibles”, mai 2018

.

.

 

Séminaire Repenser l’émancipation, programmation 2017-2018, Musée social (Paris 7ème)

 

Séminaire co-organisé par le Collectif Critique et l’initiative de recherche Démocratie et économie plurielles (Collège d’études mondiales)

 

Présentation

Après plusieurs décennies d’impuissance et de déception, l’idée d’émancipation fait retour dans un monde menacé par les ravages du néolibéralisme. Le collectif critique, fondé en décembre 2015 par des chercheurs, enseignants, intellectuels, militants politiques et syndicaux, après être intervenu sur différents thèmes d’actualité dans la presse comme sur le site, a pris la décision, en collaboration avec le Collège d’étude mondiales d’organiser une réflexion ouverte à toutes et tous, autour de cette question cruciale : l’émancipation. Comment s’exprime-t-elle aujourd’hui ? Qui la porte et la réclame ? Comment la penser ? Pourquoi cette idée utopique qui, longtemps, a pu animer les esprits et susciter des actions visant à transformer les rapports sociaux, a-t-elle pu sinon disparaître, du moins s’effacer au profit d’idéologies dont la faillite est aujourd’hui patente ?
À l’aide des textes de référence, en se confrontant aux pratiques et expériences présentes et passées, il nous importera de comprendre comment ce « principe espérance » de l’humanité, né à l’aube des Lumières, a pu être enfoui sous les illusions du « progrès », jusqu’à son inversion au cours de ces deux derniers siècles dont nous sommes les héritiers. Des invités, extérieurs au collectif des organisateurs, nous permettront d’échanger nos points de vue et d’engager un débat lors de chacune des séances.

Les organisateurs du séminaire :

Gisèle Berkman, Pierre Dardot, Nicole Edelman, Richard Figuier, Jean-Louis Fournel, Christian Laval, Jean-Louis Laville, Jean-Claude Mamet, Claudia Moatti, Michèle Riot-Sarcey, Francis Sitel.

Lieu et horaires :

CEDIAS-Musée social – 5 rue Las Cases – 75007 Paris

Les séances ont lieu de 18h30 à 20h30

 

Programme :

. Première séance : 23 novembre 2017
Autour de l’actualité de l’émancipation
Responsables : Jean-Louis Laville, Francis Sitel et Michèle Riot-Sarcey.
En guise d’introduction au séminaire, il s’agira de mettre en perspective théorique et historique cette actualité ; de la rattacher à cette longue tradition de pensées critiques dont on a oublié la pertinence et l’influence sur les pratiques « insurgeantes » d’hier.

. Deuxième séance, jeudi 25 janvier 2018
L’émancipation des Lumières et ses apories face aux catégories minorées (femmes, noirs…)
Responsables : Pierre Dardot et Nicole Edelman
De Kant à Foucault, nous tenterons de restituer le cheminement d’une réflexion théorique pour sortir des tutelles ; nous interrogerons aussi les façons dont diverses catégories ont été écartées de ce processus d’émancipation. Les critiques émises par les féministes, au cours des deux derniers siècles, seront tout particulièrement étudiées.

. Troisième séance, jeudi 15 mars 2018
L’émancipation et le monde du travail
Responsables : Jean-Louis Laville, Christian Laval et Jean-Claude Mamet
Dès lors que se sont écroulés les mondes usurpant les mots de socialisme et communisme, y a-t-il encore place pour un projet d’“émancipation du travail” ? Et quel sens concret peut avoir cette expression dans le cadre des nouvelles formes du capitalisme ? On essaiera de montrer qu’en dépit de l’affaiblissement du syndicalisme, les propositions et les débats ne manquent pas dans le mouvement social. Mais un projet global de transformation du monde du travail a encore du mal à émerger. Quelles sont les forces sociales, les formes de mobilisation, les pratiques alternatives qui peuvent aujourd’hui soutenir un nouvel horizon émancipateur ?

. Quatrième séance, jeudi 12 avril 2018
Emancipation et utopie
Responsables : Michèle Riot-Sarcey et Richard Figuier
Les deux termes sont étroitement liés. Si l’utopie n’a cessé d’être reléguée au rang des illusions par les tenants de l’ordre, l’idée d’émancipation, héritière directe des constructions utopiques, a permis d’activer et réactiver sans cesse le mouvement de l’histoire. À l’aide d’orientations théoriques allant de Walter Benjamin à Miguel Abensour, nous essaierons de montrer l’actualité et la pertinence d’idées restées trop longtemps méconnues.

. Cinquième séance, lundi 14 mai, 2018,
1968 et Emancipation
Responsables : Christian Laval, Francis Sitel
Le séminaire sera entièrement consacré à 1968. Que reste-t-il de ce qu’on a appelé « les événements de 1968 » ? Comment repenser et accéder à la fois aux impasses et aux moments d’espérance et d’expériences dissonantes dont le mouvement était porteur ?

. Sixième séance 14 juin 2018,
Emancipation et religion
Responsables : Gisèle Berkman, Claudia Moatti, Jean-Louis Fournel
La notion d’émancipation est née à la fin du XVIIIe siècle dans un contexte précis : le débat sur le statut des Juifs dans la société française, sur la nécessaire séparation entre le citoyen et sa communauté religieuse d’appartenance. Revenir à ce débat, penser l’émancipation comme dégagement, dans la lignée des Lumières, par rapport à une religion (Judaisme, Islam …) permettra d’appréhender les mouvements qui associent émancipation et religion (ex théologie de la libération). À travers divers exemples, on interrogera la façon dont religion et émancipation s’articulent par rapport au politique.

 

Contact :
contact@collectifcritique.org

Site du Collectif critique

Journée d’étude « Les mondes en mouvement de Georges Balandier » : lundi 11 décembre, Paris

 

Message de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF)

 

 

 

Chères et chers collègues, chères amies, chers amis,

En hommage à Georges Balandier qui fut notre troisième président, après Georges Gurvitch et Henri Janne, et qui a contribué de façon essentielle au renouvellement de l’anthropologie et de la sociologie, le bureau de notre Association, en liaison avec le CR 11 « Histoire de la sociologie » et le CR 37 « Afriques en mutation », organise, avec le département de sciences sociales de l’Université Paris Descartes, un ensemble de manifestations.

Nous avons donc le plaisir de vous inviter à la première de celles-ci : la journée d’étude sur « Les mondes en mouvement de Georges Balandier » qui se tiendra le lundi 11 décembre 2017 de 14h à 19h dans le grand amphithéâtre de l’Université Paris Descartes, 12 rue de l’École de médecine, 75006 Paris.

Cliquez ici pour télécharger le programme.

J’attire votre attention sur l’inscription gratuite mais obligatoire (avant le 27 novembre) : aislf.jebalandier@gmail.com.

En espérant vivement vous retrouver lors de cette manifestation qui exprime la force de notre lien associatif et qui vous permettra de redécouvrir ou de découvrir la pensée de Georges Balandier dans toute son actualité, je vous adresse, chères et chers collègues, chères et chers ami.e.s, mes plus cordiales salutations.

Marc-Henry SOULET, président de l’AISLF
et p.o. Odile SAINT RAYMOND, membre du Comité d’organisation