Archives de catégorie : Annonces

Séminaire d’équipe du Sophiapol – 2024

Réflexivité, points de vue et injustices épistémiques

 

L’épistémologie n’est pas seulement une question pour philosophes. Son actualité, dont témoignent débats et polémiques, tient notamment au fait qu’il s’agit d’un enjeu social et politique, dont les implications concernent aussi les méthodes d’enquêtes en sciences sociales. Ce sont précisément les articulations entre la recherche de la vérité – comme question épistémologique –, l’objectivité – comme exigence scientifique –, et la justice épistémique – comme exigence démocratique -, que ce séminaire explorera.

Les épistémologies du point de vue et des savoirs situés, et les épistémologie de l’ignorance (que l’on peut réunir sous le concept d’épistémologies critiques) ont remis en question le postulat d’une objectivité scientifique détachée des rapports de pouvoir façonnant la société. Elles n’invitent pas seulement les philosophes et les sociologues à ne pas se contenter d’appliquer les concepts et les cadres théoriques les plus légitimes dans leurs discipline, sans réfléchir à leur pertinence pour les objets étudiés – en ce sens, elles développent une critique du dogmatisme et du positivisme (au sens péjoratif de l’identification de la connaissance à l’enregistrement des faits) qui est largement partagée. Elles invitent en outre  les philosophes et les sociologues à s’interroger sur les effets de leur position sociale sur les savoirs qu’ils et elles reconnaissent comme valides et sur les effets sociaux et politiques des connaissances qu’ils et elles produisent. L’intuition est alors que toute position sociale implique un point de vue particulier qui peut s’accompagner d’avantages ou de désavantages épistémiques, et que la réflexion sur ces avantages et désavantages peut contribuer à une meilleure connaissance du monde social : une connaissance qui ne reproduise pas les formes d’ignorance sociale prédominantes, une connaissance pouvant prétendre à une objectivité plus forte. 

Cette intuition a déjà une longue histoire et peut être formulée de différentes manières. On peut remonter à la manière dont Marx définissait l’idéologie et dont il associait les effets critiques de sa critique de l’économie politique au point de vue d’une classe dominée, le prolétariat. L’ambition d’une construction des savoirs à partir de l’expérience des minorités fut aussi celle des enquêtes sociales menées par Jane Addams et W.E.B. Du Bois. On peut également rattacher ces perspectives au concept d’autoréflexion qui a pour fonction, dans la théorie critique francfortoise, d’inviter les chercheurs en philosophie et en sciences sociales à s’interroger sur leur insertion dans la division sociale du travail, sur les intérêts sociaux que leurs intérêts de connaissance expriment, et sur les effets sociaux qu’ils sont susceptibles de produire. Toujours au vingtième siècle, on peut rapprocher ces perspectives de l’exigence bourdieusienne d’auto-analyse et d’objectivation sur l’objectivation, contemporaine des travaux de Sandra Harding et Donna Haraway sur la Standpoint theory et les Situated knowledges. Plus récemment, un courant important de l’épistémologie sociale a souligné que la réflexion sur les points de vue sociaux conditionnant la production de connaissance et la reconnaissance des savoirs comme savoir légitimes ne mettait pas en question seulement l’objectivité des savoirs, mais aussi la question de la justice épistémique.  

Les épistémologies critiques nourrissent-elles une conception relativiste de la science ? La politisation de l’épistémologie peut-elle contribuer à une théorie de la démocratie ? Les minorités (de genre, de classe, de race) détiennent-elles un “privilège épistémique” ? L’éthique peut-elle réguler les rapports de pouvoir qui traversent les procédures scientifiques ? Les exigences de justice sociale doivent-elles étendues aux rapports entre groupes sociaux conçus comme groupes détenteurs, transmetteurs ou producteurs de savoirs ? 

L’objectif du séminaire est d’éclairer les enjeux de ces questions et des polémiques auxquelles elles donnent lieu en confrontant une pluralité de modèles épistémologiques critiques. Les différentes possibilités qu’ils ouvrent pour comprendre le monde social enclenchent en outre une réflexion sur leurs capacités transformatives : il  s’agit aussi de changer ce monde en transformant, non seulement qui peut le connaître, mais aussi ce qu’on en connaît (et méconnaît), comment on le connaît et ce que l’on fait de la connaissance. L’approche transdisciplinaire des modèles philosophiques et sociologiques en jeu contribuera à réinterroger les différents types d’enquêtes empiriques (enquête ethnographique, enquête quantitative, recherche participative, enquête archivistique, notamment). 

 

 

Le séminaire a lieu de 16:30 à 18:30 à l’Université Paris Nanterre

RER Nanterre Université – Depuis Saint-Lazare, ligne L, station “Nanterre Université”

Salle D. 201 (bâtiment D – Entrée Lefebvre, 2e étage)

 

  • Séance introductive. Formes et enjeux de la réflexivité. L’exemple d’une enquête quantitative sur le sentiment d’insécurité   – Emmanuel Renault (Paris Nanterre – Sophiapol) et Pascal Vallet (Paris Nanterre – Sophiapol), jeudi 25 janvier


  • Malaise dans l’enquête ethnographique. Réflexivité et épistémologies radicales à l’épreuve du terrain – Caroline Ibos (Paris 8 – Sophiapol) – mercredi 28 février

 

  • Connaissance spectatoriale et connaissance située du monde social. Quelques remarques sur la séquence Bourdieu – Épistémologie du positionnement – Claude Gautier (ENS Lyon – Triangle) – mercredi 13 mars

 

  • Neutralité et autonomie: Weber, Bourdieu et les savoirs critiques – Éric Fassin (Université Paris 8 – Sophiapol) – mercredi 10 avril

 

  • Enquêter sur l’injustice épistémique en cherchant à l’éviter. L’exemple d’une recherche participative sur la pauvreté – Marie Garrau (Paris 1 Panthéon-Sorbonne – ISJPS) , Cécile Lavergne (Université de Lille – STL), Bruno Tardieu (ATD Quart Monde) – jeudi 30 mai

 

  • Pièges et avantages épistémiques dans les terrains archivistiques et dans les rencontres ethnographiques sur les enfances migrantesSimona Tersigni (Paris Nanterre – Sophiapol ) – mercredi 12 juin

 

 

Séminaire du GENA (Groupe d’Etudes du Néolibéralisme et des Alternatives)

 
La prochaine séance aura lieu le mercredi 24 janvier de 14H à 16H au CNAM dans la salle 30.1.16. (entrée 2 rue Conté). Ci joint le plan du CNAM : https://cedric.cnam.fr/~courtiep/planCnam/plan_Cnam_3e_arrondissement.html
 
Pierre Sauvêtre (Université Paris Nanterre, Sophiapol) interviendra sur ” Karl Marx dans la lutte des mondes : décolonisation, mode de production écologique et communalisme planétaire
 
Sixtine Van Outryve (Université catholique de Louvain) discutera son intervention.
 
 
 
Meeting ID: 345 225 002 433 

Passcode: EENcf6 

Séminaire doctoral du Sophiapol – 2023/2024

Comité d’organisation : Phoebé Mendes et Sarah Talini Semblano

Argumentaire :

Le séminaire doctoral a vocation d’être un moment d’échanges scientifiques généralistes ouvert à l’ensemble des doctorant·es du Sophiapol avec l’appui de ses membres titulaires. Il est l’occasion pour les doctorant·es, notamment celles et ceux suffisamment avancé·es dans leurs recherches, de présenter un enjeu de leur travail qu’elles ou ils souhaiteraient soumettre à une discussion collective, et ainsi s’exercer à la présentation de communication scientifique. La régularité des séances sur l’année peut également permettre aux membres du laboratoire de se rencontrer, de partager, d’identifier des intérêts de recherche communs et ainsi, peut-être, d’initier des projets collectifs ultérieurs dans un autre cadre.

L’intervention dans ce séminaire doit être conçue comme une opportunité d’échanger, de façon approfondie, honnête et humble, sur une difficulté d’ordre méthodologique ou théorique précise rencontrée par l’intervenant·e dans sa préparation de thèse. Exposer aux répondant·es et doctorant·es pourquoi et comment on se confronte à un problème précis dans le cadre de sa propre thèse, et chercher à développer des hypothèses possibles de résolution, donnent souvent lieu à des réflexions profitables à l’ensemble des participant·es.

Les doctorant·es auront le souci de construire leur communication en la rendant accessible àun public interdisciplinaire, de telle sorte que les anthropologues, les philosophes et les sociologues présent·es puissent entretenir un dialogue collectif et transversal à partir de thématiques de recherche communes.

Une séance dure deux heures. L’intervenant·e dispose d’environ 45 minutes pour sa communication. Les répondant·es disposent d’une heure pour effectuer une reprise. Le temps restant sera consacré à une discussion générale avec l’ensemble des personnes présentes à partir des orientations qui auront été identifiées par les répondant·es.

Programme :

  • Première séance – le vendredi 17 novembre 2023 – salle E106 (bâtiment Ramnoux) Adama Ouattara-Sanz, doctorant en philosophie : Tradition radicale noire et métaphysique décoloniale. Une enquête sur la révolution haïtienne

Intervenant·es : Matthieu Renault (Professeur des universités en histoire critique de la philosophie, Université Toulouse – Jaurès) & Solène Brun (Docteure en sociologie à l’Institut des Migrations – CNRS, coordinatrice scientifique du département INTEGER/Intégration discrimination).

  • Deuxième séance – le mercredi 13 décembre 2023 – salle D201  (bâtiment Lefebvre) Guillaume Plin, doctorant en philosophie : Castoriadis et le moment « auto-organisation

Intervenant·es : Arnaud Tomès (Docteur en philosophie et HDR, professeur de philosophie en CPGE à Strasbourg) & Johan Giry (Doctorant en sociologie, membre du laboratoire SAGE à l’Universitéde Strasbourg, et du Centre interuniversitaire de recherche sur la

science et la technologie – CIRST, Université du Québec à Montréal – rattaché à l’Axe SHS de Nantes Université et coordonne depuis 2020 le Groupe Modernité& Sociologie)

  • Troisième séance – le jeudi 18 janvier 2024 – salle D201 àconfirmer (bâtiment Lefebvre) Serkan Narmanli, doctorant en sociologie : Surjouer au quotidien : Cerner les pratiques banales chez les joueur·ses

Intervenant·es : Vincent Berry (Maître de conférence en sociologie à l’Université Paris 13 et membre du laboratoire EXPERICE) & Matthieu Triclot (Maître de conférence en philosophie à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard, Femto-st/CNRS)

  • Quatrième séance – février 2024 – salle D201 à confirmer (bâtiment Lefebvre) Welsman Gaspard, doctorant en sociologie : Construire le savoir au début du XIXème siècle haïtien : le cas de baron de Vastey

Intervenant·es : à définir

  • Cinquième séance – le vendredi 29 mars 2024 – salle D201 à confirmer (bâtiment Lefebvre) Romain Vielfaure, doctorant en philosophie : La lecture par Judith Butler et Gayatri Spivak des philosophes structuralistes et poststructuralistes : étude d’un moment états-unien de complicité avec la France

Intervenant·es : Patrice Maniglier (Maître de conférence en philosophie, Université Paris Nanterre, laboratoire HAR) & Stéphane Dufoix (Professeur de sociologie, Université Paris Nanterre, laboratoire Sophiapol, IUF)

  • Sixième séance – le vendredi 26 avril 2024 – salle D201 à confirmer (bâtiment Lefebvre) Romane Batut, doctorante en sociologie : Pouvoirs du narratif : comment saisir les multiples facettes du narratifs et ses effets structurants et structurés ?

Intervenant·es : à définir

  • Septième séance – mai 2024, date à confirmer – salle D201 àconfirmer (bâtiment Lefebvre) Sarah Talini, doctorante en philosophie – Penser l’identité positionnelle dans la discussion politique : sur la pertinence du recours aux « stigmates » pour démocratiser les discussions

Intervenant·es : Elise Huchet (Docteure en philosophie politique, post-doctorante à l’Université d’Utrecht au sein du projet « Théoriser la liberté par le bas ») & Matthieu Berger (Professeur de sociologie, Université Louvain/ CriDIS – participation à confirmer).

  • Huitième séance – date à confirmer – salle D201 à confirmer (bâtiment Lefebvre) Aimé Paris, doctorant en philosophie : Le concept de production dans l’économie politique du XVIIIème siècle

Intervenant·es : définir

Soutenance de thèse de Hamza GARRUSH

Le vendredi 15 décembre 2023, en salle Paul Ricoeur (B016), au rez-de-chaussée du bâtiment Pierre Grappin de l’Université Paris Nanterre, à partir de 13h30

Monsieur Hamza Garrush soutiendra sa thèse pour le doctorat en sociologie, préparée sous la direction de Philippe Combessie, à partir d’un manuscrit intitulé

Aumônier musulman des prisons et des armées :
entre une figure religieuse inédite et l’émergence d’une expertise sécuritaire

Jury :
Mme. Anne-Sophie LAMINE, Professeure des Universités, Université de Strasbourg, rapporteure
M. Paul MBANZOULOU, Directeur de la Recherche, Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire, rapporteur
Mme. Claire de GALEMBERT, Chargée de Recherche, Université Paris Saclay
M. Sari HANAFI, Professeur d’enseignement supérieur, Université américaine de Beyrouth
M. Philip MILBURN, Professeur des Universités, Universités Rennes 2
M. Philippe COMBESSIE, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre, directeur de la thèse

Résumé :
Dans un contexte de médiatisation des questions relatives à l’islam en France et notamment à la radicalisation, notre thèse s’est intéressée au cas des aumôniers musulmans des prisons, mais aussi des armées. Dès lors, nous avons mené un travail sur les deux trajectoires qu’ont connues ces deux réalisations de l’aumônerie musulmane en France qui, quoiqu’opposées, ont révélé des similarités et des dissemblances complexes permettant de comprendre les récentes évolutions du fait religieux musulman dans ces institutions. Après avoir présenté le contexte sociohistorique du fait religieux en général et du fait musulman en particulier pour la France, nous avons pu exposer les dynamiques en jeu, entre laïcité, sécularisation, passé colonial et immigration. Ceci nous a permis de préciser les défis et tensions que pouvait rencontrer l’aumônier musulman. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire de partir du vécu des aumôniers en adoptant une posture socio-anthropologique, compréhensive et interactionniste.
Notre démarche a permis de mettre en lumière une professionnalisation naissante des aumôniers musulmans qui est traversée par des contraintes et des attentes principalement sécuritaires liées à des questions de radicalisation, l’amenant à s’adapter et donc à innover.
Nous arrivons à la conclusion que les aumôniers musulmans des prisons et des armées
contribuent à un enracinement du fait musulman en France par l’appropriation d’un culte inédit.
Mots-clés : aumônier musulman – prison – armée – radicalisation – professions – enracinement

Publication : “Pour une nouvelle philosophie sociale. Transformer la société à partir des plus pauvres”

Qu’une partie de l’humanité soit condamnée à vivre au cœur de la misère, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, ne semble plus faire l’objet d’un questionnement, aujourd’hui. L’idée selon laquelle il faudrait des perdants sonne comme une évidence. Pour Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, au contraire, la misère ne relève pas de la fatalité ; produite par des hommes, ces derniers peuvent la détruire. Continuer la lecture de Publication : “Pour une nouvelle philosophie sociale. Transformer la société à partir des plus pauvres”

Séminaire du GENA, 29 décembre 2023

.
Le prochain séminaire du GENA (Groupe d’études sur le néolibéralisme et les alternatives) accueillera Cesar Castillo-Garcia (The New School for Social Research) pour une intervention intitulée : “Waves of Neoliberalism : Revisiting the Authoritarian Patterns of Neoliberalism in South America” Continuer la lecture de Séminaire du GENA, 29 décembre 2023