Archives de catégorie : Publications Sophiapol

Nouvelle parution : “Les terrains du global”, Revue Terrains/Théories

couverture-page-001

Ce nouveau numéro de la revue électronique en accès libre Terrains/Théories comporte un dossier consacré aux “Terrains du global” et des recensions. Le dossier propose de revenir sur le concept du global en proposant aux auteurs de penser – ou de repenser – ce que peut signifier le fait de travailler sur des objets globaux et/ou internationaux à partir d’une ou de plusieurs enquêtes de terrain.

Ce numéro se veut enfin, autant qu’il l’est possible, un appel en acte à la constitution d’une plus grande mise en relation entre les différents chercheurs français en sciences sociales – et ils sont plus nombreux qu’on ne pourrait le penser – qui, au-delà de la forte disciplinarisation qu’impose assez largement l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, tentent, au sein de leur discipline d’affiliation ou en collaboration avec des chercheurs d’autres disciplines de constituer le global – dans toute sa complexité – comme un objet d’étude légitime.

Numéro coordonné par Pierre-Laurent Boulanger, Anne-Claire Collier et Stéphane Dufoix.
.

Table des matières

Dossier

Pierre-Laurent Boulanger, Anne-Claire Collier et Stéphane Dufoix :
Où se trouve le global…

Lucile Maertens : “Ouvrir la boîte noire.Observation participante et organisations internationales”

Romain Lecler : “Resituer la mondialisation. Récit d’une enquête sur la prise en charge administrative de l’audiovisuel international en France”

Albena Tcholakova : “Comparer les microstructures de la globalisation : l’expérience sociale de réfugié.e.s en France et en Bulgarie”

Maxime Boidy : “Le black bloc, terrain visuel du global.Éléments pour une iconologie politique de l’altermondialisme”

Élise Demeulenaere : “Les terrains globalisés de l’inscription d’un Paysage culturel.Patrimoine mondial et bioculturalité en Éthiopie”

Vincenzo Cicchelli : “Comment enquête-t-on sur la socialisation cosmopolite ?”

Isabelle Delpla : “Les terrains de la justice pénale internationale. Travailler sur le TPIY/ ou l’internationalisme méthodologique en pratique”

Jean Copans : “Le diable est-il dans le local, le global ou le mondial ? L’anthropologie sociale entre traditions globalisantes et nouveauté mondiale globale”

Entretien

George E. Marcus : “The Ambition of Fieldwork”

 

Lectures

Isabelle Delpla : Johanna Simeant (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, CNRS éditions, 2015

Stéphane Dufoix : Loïs Bastide, Habiter le transnational. Espace, travail et migration entre Java, Kuala Lumpur et Singapour, Lyon, ENS Éditions, 2015

Comptes-rendus

Camille Chamois : Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016, 310 p.

Mohamed Amer-Meziane : Talal Asad, Wendy Brown, Judith Butler, Saba Mahmood, La critique est-elle laïque ? Blasphème, offense et liberté d’expression, Lyon, PUL, 2016, 188p.

Julien Bernard : Frédéric Lordon, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points/Essais, 2013, 312 p.

.

.

 

Nouvelle parution : Marx et la Loi travail, Le corps biopolitique du Capital, par Jacques Bidet

1611_bidet_couv1

Au moment où fleurissent les lois-travail et autres jobs acts qui réduisent le droit aux convenances du profit, quand il s’agit de la vie des gens et pour beaucoup de leur survie au quotidien, il peut être éclairant de reprendre à partir de là l’héritage marxiste. En vue d’aller plus loin.
Ce livre revient sur l’œuvre centrale de Marx, Le Capital, en s’appuyant en particulier sur le chapitre « La journée de travail ». L’analyse marxienne noue intimement toutes les composantes – économique, sociologique, psychopathologique, juridique et politique – de l’exploitation. Elle culmine sur « la lutte pour la journée normale de travail », pour son inscription dans la législation : premier grand soulèvement, syndical et politique, de la classe ouvrière contre le pouvoir capitaliste. Ainsi est né le droit du travail. Le paradoxe est que c’est à partir de lui que prend sens la théorie dite (à tort) de la « valeur-travail », et tout ce qui en découle.
Jacques Bidet, professeur émérite à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre, fondateur d’Actuel Marx, est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages consacrés à une théorie critique du monde moderne inspirée de Marx – qui ont fait l’objet de traductions en une dizaine de langues.
C’est dans ce cadre qu’il propose ici, sous la houlette de deux témoins critiques : Althusser et Foucault, une véritable introduction méthodique à la lecture du Capital, à l’idée de corps biopolitique..

Table des matières

Introduction

Les trois corps du travailleur moderne
N1 : le corps-au-travail en général (la production en général)
N2 : le corps-au-travail marchand (la production marchande)
N3 : le corps-au-travail salarié (la production capitaliste)

Corps mortel et corps juridique, corps social et corps propre
Qui dispose du corps du salarié ?
Un corps incorporé ?
Un corps à reproduire ? Un corps à jeter ?
Le corps mortel de la « théorie de la journée de travail »
Le corps-en-contrat : corps social en débat
Un corps propre, singulier, nominaliste

Corps national, corps genré, corps étranger
Corps en lutte, corps légal, corps interpellé
Corps sexué, corps enfant, corps étranger

Conclusion

Informations techniques :
Marx et la Loi travail, Le corps biopolitique du Capital, par Jacques Bidet
Les Éditions sociales. Collection « Les parallèles »
Paru en octobre 2016
ISBN : 9782353670314
88 pages
Prix de vente public : 8.00€

Nouvelle parution : Redignez-vous. Journal de l’après 13 novembre 2015, par Alain Caillé

511-a6145612

Après les attentats du 13 novembre 2015, il apparaît évident qu’il ne suffi t plus aujourd’hui de s’indigner. Ces explosions de haine contre la démocratie, notre civilisation, notre culture et la vie même nous ont laissés sans voix, impuissants, démunis. C’est pour ne pas céder au découragement qu’Alain Caillé s’est lancé dans l’écriture d’un journal théorique et politique, en se donnant pour seule consigne de ne tenir aucune idée, aucune vision politique pour acquise. Car ne faut-il pas finalement tout repenser ? Au terme (provisoire) de cet examen, on voit se dessiner les moyens de se redigner, i.e. de s’indigner bien sûr, du cours dramatique que prend le monde pour retrouver notre dignité de citoyens et d’acteurs de notre destin collectif.

Table des matières

Avertissement ………………………………………………………………………………5
11 décembre 2015 ………………………………………………………………………….9
Pourquoi un journal ?
14 décembre……………………………………………………………………………….. 15
Au lendemain des élections régionales et au surlendemain
de la signature de l’accord sur le climat par 195 pays
L’ascension freinée du Front national ………………………………………….. 16
Le peuple oublié ………………………………………………………………………… 18
27 décembre ……………………………………………………………………………….20
Une once de géostratégie
Pourquoi tant de migrants, subitement ? ……………………………………… 22
28 décembre ……………………………………………………………………………… 26
État d’urgence et déchéance de nationalité
29 décembre ……………………………………………………………………………… 32
Sur l’état de la France, première approche
Ambivalences de la colonisation …………………………………………………. 34
31 décembre ……………………………………………………………………………… 37
Sur l’état de la France, suite
Échec de l’Europe ……………………………………………………………………… 40
La France entre monarchisme et sans-culottisme …………………………. 42
2 janvier …………………………………………………………………………………….44
Ravages de l’élitisme français
Des relations de travail exécrables ………………………………………………. 49
6 janvier ……………………………………………………………………………………. 52
Encore sur la mauvaise qualité des relations au travail en France
7 janvier ……………………………………………………………………………………. 54
Échec de la politique. Retrouver le politique
8 janvier …………………………………………………………………………………… 59
Néo-management et fétichisme du chiffre
Tristesse de l’Université soumise à la batônnite ……………………………. 61
Stérilisation du savoir ………………………………………………………………… 65
12 janvier ………………………………………………………………………………….. 69
Faire entrer le convivialisme en politique ?
Dépasser l’opposition Droite/Gauche ? ………………………………………… 73
12 janvier au soir ……………………………………………………………………….. 76
L’attrait de la guerre
13 janvier ………………………………………………………………………………….. 78
Retour sur l’hubris
15 janvier ………………………………………………………………………………….. 80
Au-delà de la folie, une nouvelle conscience planétaire ?
La question de l’islam ………………………………………………………………… 84
17 janvier ………………………………………………………………………………….. 88
Expliquer n’est pas justifier
19 janvier ………………………………………………………………………………….. 91
Le désir d’être reconnu comme donateur, de vie…
ou de mort
20 janvier …………………………………………………………………………………..96
Séductions de la nation
Une voie du milieu entre multiculturalisme
et républicanisme laïciste …………………………………………………………. 100
Et la souveraineté ? ………………………………………………………………….. 102
21 janvier ………………………………………………………………………………… 105
Encore sur l’Europe
22 janvier ………………………………………………………………………………… 109
Ni Cohn-Bendit ni Finkielkraut
23 janvier …………………………………………………………………………………..111
Vers une méta-civilisation ?
Comment des intellectuels peuvent-ils jouer un rôle politique ? ……. 113
Face à l’affaissement démocratique ……………………………………………. 115
27 janvier ………………………………………………………………………………….119
Trois thèmes pour finir (plus un)
28 janvier ………………………………………………………………………………… 121
Sortir de l’hyper-élitisme français
Grandes Écoles et noblesse d’État ………………………………………………. 121
Revivifier la démocratie. L’hypothèse de la quatrième Chambre……. 123
Sortir du post-colonialisme ……………………………………………………….. 124
29 janvier ………………………………………………………………………………… 129
Dépénaliser les drogues douces
1er février ………………………………………………………………………………….131
La mère de tous les problèmes, l’explosion des inégalités …………….. 133
Après-propos/avant-propos en forme de conclusion …………137
Avant le 13 novembre
Pourquoi tous ces échecs ? ………………………………………………………… 138
Richesses de la société civique …………………………………………………… 139
Après le 13 novembre

Annexe ……………………………………………………………………………………. 147
De quelques 2050 possibles
Le scénario du totalitarisme à l’envers ……………………………………….. 149
Le scénario du retour du même : le totalitarisme à l’endroit …………. 156
Le scénario vertueux :
refondation (convivialiste ?) de la démocratie …………………………….. 159

Conclusion ………………………………………………………………………………. 165
Index ………………………………………………………………………………………..167

Informations techniques :
Redignez-vous. Journal de l’après 13 novembre 2015, par Alain Caillé
Le Bord de l’Eau éditions. Collection « Documents »
Paru en novembre 2016
ISBN : 9782356874481
172 pages
Prix de vente public :14.00€

Nouvelle parution : Pour une nouvelle sociologie classique, par Alain Caillé et Frédéric Vandenberghe

496-44caf508

Il est grand temps de faire revivre le projet d´une théorie sociale générale… et généreuse. En tant que riposte et alternative à la colonisation des sciences sociales par l´économie néoclassique, nous proposons de reprendre en l’actualisant le projet des grands auteurs classiques, d’Aristote à Marx, de Kant à Habermas, d’Adam Smith à Durkheim et Mauss, de Schumpeter ou Keynes à Polanyi ou Braudel, etc.
Contre l´orthodoxie néoclassique des économistes et la doxa de la neutralité axiologique des sociologues, nous apellons à une nouvelle synthèse de la sociologie classique, de la philosophie morale et politique et des « Studies ». Si les sciences sociales veulent poursuivre leur travail de reflexivité, il est essentiel qu’elles renouent avec la grande tradition et se conçoivent comme la continuation de la philosophie morale et politique par d’autres moyens.
Si elles ne réussissent pas à se dégager de l’utilitarisme, elles risquent fort de connaître le même destin que les sociétés et les universités – elles ne seront plus une vocation, mais une profession, et en tant que telles une simple extension du Marché et de l’État.

.
Table des matières

Avertissement • 7

Livre I
Plaidoyer pour une sociologie néoclassique
Avant-propos …………………………………………………………………………… 15
Chapitre 1
Les quatre fragmentations de la sociologie …………………………………. 19
Chapitre 2
Vers une théorie sociale néoclassique ………………………………………… 29
Chapitre 3
Métatheorie, théorie sociale et théorie sociologique …………………….. 39
Chapitre 4
Le destin du marxisme ……………………………………………………………… 49
Chapitre 5
Les constellations des théories de l’intersubjectivité et de l’interdépendance……………………………………………………………………… 59
Conclusion ……………………………………………………………………………….. 71
Bibliographie ……………………………………………………………………………. 73

Livre II • 79
La sociologie comme philosophie pratique et morale (et vice-versa)
Par Frédéric Vandenberghe
Avant-propos ……………………………………………………………………………. 81
Chapitre 1
Qu’est-ce que la sociologie morale ? …………………………………………… 87
Chapitre 2
De la philosophie à la sociologie ………………………………………………… 93
Chapitre 3
Pour en finir avec la neutralité axiologique ………………………………… 101
Chapitre 4
La sociologie comme philosophie pratique …………………………………..111
Chapitre 5
« La vie bonne avec et pour les autres dans des institutions justes »  121
Conclusion ………………………………………………………………………………..131
Bibliographie …………………………………………………………………………… 133

Informations techniques :
Pour une nouvelle sociologie classique, par Alain Caillé et Frédéric Vandenberghe
Le Bord de l’Eau éditions. Collection “Bibliothèque du MAUSS”
Paru en septembre 2016
ISBN : 9782356874719
250 pages
Prix de vente public : 20.00€

Nouvelle parution : Interroger la normativité au prisme du cancer, dossier coordonné par Anne Vega, Anthropologie & Santé | n°13, novembre 2016

 

couva_s13-small200
Ce dossier thématique interroge l’expérience vécue par les malades du cancer lorsqu’ils sont confrontés aux normes biomédicales et sociales, et particulièrement à celles qui les enjoignent à conserver ou reprendre une vie « normale ». Face à cette injonction, chacune des contributions décline les postures adoptées par les soignés et leurs proches suivant les facteurs d’âge, de milieu social et culturel, faisant du domaine de la cancérologie un prisme fécond pour examiner le poids et l’arbitraire des normes dominantes de nos sociétés. En cela, le champ du cancer conduit notamment à investir la tension entre logiques de domination et assignation à l’autonomie et à la responsabilité individuelle des malades vis-à-vis de leur santé. Se dévoilent alors en filigrane les conditions d’émergence d’un sujet « moderne », possiblement capable d’interroger les règles collectives qui encadrent son expérience personnelle de la maladie.

Dossier coordonné par Anne Vega en ligne sur revues.org

Table des matières

Anne Vega et Thibaud Pombet
Interroger la normativité au prisme du cancer
Introduction au dossier thématique

Hélène Lecompte
La « prise en charge globale » en oncopédiatrie
L’enjeu d’une normalisation des enfants atteints de cancer ?

Thibaud Pombet
Une reconnaissance de la singularité en cancérologie
Attentes morales et autonomisation des adolescents et jeunes adultes

Clément Méric
Penser et reconstruire sa sexualité après une tumeur testiculaire

Yann Benoist
Tant qu’on a la santé… c’est pire !
L’amélioration paradoxale des conditions de vie de personnes sans-abri

Armelle Lorcy
« Manger santé » et plaisirs pendant un cancer
Vécu de femmes traitées pour un cancer gynécologique (Québec)

Information techniques :

Anthropologie & Santé, Revue en ligne sur revues.org
Mise en ligne 30 novembre 2016
ISSN électronique 2111-5028

Nouvelle parution : Enjeux politiques du travail, dossier coordonné par Alexis Cukier et Emmanuel Renault, Revue Travailler | n°36, 2016

enjeux-politiques-du-travail-couv-212x300

Ce dossier de la Revue Travailler est issu du colloque « Enjeux politiques du travail » (ANR PhiCenTrav/Crephac/Dim Gestes/Sophiapol) qui s’est tenu les 24 et 15 septembre 2015 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Il se propose de combler le déficit de thématisation et de théorisation des enjeux politiques du travail. Les contributions de chercheur-e-s de diverses disciplines – la philosophie, la psychologie, la psychanalyse, l’histoire, l’économie et le droit – abordent les débats généraux concernant les enjeux politiques du travail, ainsi que les enjeux internes à différentes disciplines ou sous-disciplines traitant du travail.

Table des matières

Introduction

par Alexis Cukier, Emmanuel Renault, p.  9-11

Travail et éthicité démocratique

par Franck Fischbach, p. 13-26

Deux modèles de la centralité politique du travail

par Alexis Cukier, p. 27-42

En quoi le travail échappe-t-il aux théories de la justice ?

par Emmanuel Renault, p. 43-57

En quels sens le travail vivant est-il une catégorie politique ?,

par Jean-Philippe Deranty, p. 59-74

Psychodynamique du travail et politique : quels enjeux ?

par Christophe Dejours, p. 75-90

Clinique, travail et politique

par Yves Clot, p. 91-106

Les formes de contestation du travail dans les années 1968

par Michelle Zancarini-Fournel, p. 107-120

Les Critical Management Studies entre microémancipation et utopie

par Luca Paltrinieri, p. 121-138

L’analyse économique du travail et de l’emploi : sortir de l’inversion

par Bruno Tinel, p. 139-154

Le travail, absent du droit du travail ?

par Cyril Wolmark, p. 155-172

Autre regard – Les politiques de la mémoire et les travailleurs disparus durant la dictature en Argentine

par Miriam Wlosko, p. 173-188

Débat – Dialogue avec Leda Leal Ferreira autour de son ouvrage « Analyses du travail »

par Duarte Rolo, p. 189-201

Note de lecture

par Béatrice Edrei, p. 203-208

En parlant de travail

par Virginie Hervé et Coll, p. 209

 Informations techniques :

 Travailler. Revue internationale de Psychopathologie et de Psychodynamique du travail, n°36, 2016
Martin Média / Laboratoire de psychologie du travail et de l’action du
CNAM
ISSN : 1620-5340
209 pages
15€

Nouvelle parution : L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État à l’époque du libéralisme, par Marie Goupy

1

Comment l’état d’exception s’est-il imposé dans la pensée contemporaine ? Pourquoi une notion dont la valeur théorique est aussi contestée, non sans lien avec l’ombre de Carl Schmitt dont elle ne parvient guère à se détacher, est-elle aussi présente dans le champ politique ? Le sentiment largement partagé de subir des crises à répétition, sinon de vivre une situation de crise permanente suffit-il à l’expliquer ?

Marie Goupy tente de répondre à ces questions en revenant sur l’émergence de la notion d’état d’exception dans le contexte de l’entre-deux guerres.

En partant de l’étude des « usages » des pouvoirs de crise en France et en Allemagne durant cette période, et en suivant la construction du concept d’état d’exception par Carl Schmitt, ce livre interroge la signification de la place grandissante occupée par les pouvoirs exceptionnels, à un moment où l’idée d’une impuissance du politique se formule. En explorant l’équivoque de la pensée de Carl Schmitt, tout comme les réponses fascisantes qu’il prétend apporter à cette impuissance du politique, le livre invite à réfléchir aux écueils du processus de «dépolitisation», auquel on peut bien, semble-t-il, accorder le nom de libéralisme.

Marie Goupy est directrice de programme au Collège International de Philosophie, maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris et chercheuse associée au Sophiapol (Université Paris-X Nanterre). Ses travaux développent une approche philosophique des pouvoirs de crise et de l’état d’exception.

.

Table des matières

Introduction

Une approche généalogique du concept d’état d’exception
Des pouvoirs de crise vers l’état d’exception : enjeux d’un déplacement conceptuel
La crise, symptôme des contradictions de l’ordre libéral
L’état d’exception, une réaction autoritaire à la dépolitisation libérale ?
L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État libéral

Première partie

Les pouvoirs de crise et l’antiparlementarisme dans l’entre-deux-guerres
Préliminaires
Les pouvoirs de crise en France et la figure paradigmatique de « l’absolutisme parlementaire » républicain
Les lois de pleins pouvoirs et les paradoxes de « l’absolutisme parlementaire »
Le parlementarisme républicain et les pouvoirs de crise
Le positivisme républicain de Carré de Malberg : les pouvoirs de crise aux mains du législateur.
Les pouvoirs de crise et l’antiparlementarisme : l’interprétation doctrinale comme instrument du rééquilibrage du pouvoir en faveur de l’exécutif
Les pouvoirs de crise en Allemagne : la dictature du Président contre l’« absolutisme parlementaire »
Une République en crise, la « crise » dans la République
La querelle autour des pouvoirs exceptionnels sous Weimar : les enjeux politiques d’un conflit théorique
Les pouvoirs de crise et le déplacement de l’équilibre des pouvoirs vers l’exécutif sous la République
L’« interprétation dominante » des pouvoirs dictatoriaux du Président du Reich
La première théorie de Schmitt : la dictature du Président contre la « dictature de l’Assemblée »
Antipositivisme et antiparlementarisme : de quelques usages très conservateurs des pouvoirs de crise
La « nouvelle doctrine » de C. Schmitt et E. Jacobi
Une déconstruction de l’interprétation formelle du droit : déroger n’est pas modifier
Hiérarchiser les dispositions constitutionnelles… pour limiter les pouvoirs du parlementarisme ?
La « faillite du parlementarisme » et la défense du pouvoir paralégislatif de l’exécutif
Des stratégies de résistance du « positivisme » – Nawiasky et Grau
Le grand retournement de l’après-guerre et la montée en puissance du discours de l’État de droit
La dénonciation des responsabilités du positivisme juridique après la guerre – ou les hoquets de l’histoire
Les limites d’une lecture purement stratégique des interprétations doctrinales

Deuxième partie

De la crise de la pensée libérale à l’usage de la crise au sein de l’ordre libéral.
La théorie de l’état d’exception de Carl Schmitt
De la crise du parlementarisme à la crise du libéralisme
La Dictature et les contradictions politiques du libéralisme
L’état d’exception
Les contradictions institutionnelles de la démocratie libérale bourgeoise
Les contradictions politiques de l’ordre libéral
Négation du politique et « conflit des valeurs » dans l’ordre libéral
Le libéralisme comme anti-politique et les contradictions sociologiques de l’ordre libéral
La domination légale-rationnelle et le statut problématique des valeurs dans l’ordre libéral
Le statut ambivalent des valeurs dans la théorie de Carl Schmitt : fascisme et libéralisme dans la pensée schmittienne
Légitimité démocratique et démocratie substantielle – la solution fasciste de Carl Schmitt
L’ambivalence de la théorie schmittienne à l’égard des valeurs : le « libéralisme » de Schmitt
Conflit des valeurs et autonomie du champ des valeurs dans l’ordre libéral – et dans la théorie schmittienne
L’état d’exception et la sauvegarde de l’ordre libéral structurellement dépolitisé
L’interprétation de la pensée libérale de l’ordre à la lumière de la crise et la critique manquée du libéralisme
L’autonomie du droit à l’épreuve de la crise
Schmitt, penseur de la Contre-Révolution
La rationalisation et le morcellement de l’ordre socio-politique : l’impuissance objectivée comme sens de la dépolitisation libérale
La théorie de l’état d’exception ou le « colmatage » de la dépolitisation libérale
Le libéralisme face à la crise, la crise du libéralisme
La théorie de l’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de
l’État à l’époque du libéralisme

Conclusion
Pourquoi l’état d’exception ?
La crise comme occasion d’une renégociation des équilibres institutionnels
Le problème libéral
L’état d’exception ou la décision politique autoritaire dans un ordre structurellement dépolitisé
Généalogie et « leçons » de l’histoire

Bibliographie
Index des noms propres
Table des matières
.

Informations techniques :
L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État à l’époque du libéralisme, par Marie Goupy
CNRS Éditions
Paru le 13/10/2016
ISBN : 978-2-271-08996-0
344 pages
25 euros

Retrouvez l’annonce de parution de l’ouvrage et commandez le sur le site de l’éditeur.

 

.

.

Nouvelle parution : Baudrillard, Cet Attracteur Intellectuel étrange, par Nicolas Poirier (dir.)

499-34b95b8f

Assimilé à la French Theory, Jean Baudrillard (1929-2007) a été aussi célèbre, ou presque, sur les campus américains que Foucault, Derrida, Deleuze, Guattari ou Lacan. Mais s’il est toujours très lu à l’étranger, il a largement disparu des écrans radars en France. Officiellement sociologue, aucun sociologue ne le cite, aucun étudiant en sociologie ne le lit. C’est dans d’autres disciplines, plus marginales, qu’il fait encore référence.

Il faut dire qu’il a tout fait pour brouiller les pistes, en se refusant à tout réalisme pour mieux tenter de prendre la réalité de vitesse, jusqu’à annoncer son évanescence dans l’hyper-réalité du virtuel. Sa pensée, fulgurante et aphoristique, attirait étrangement, mais on pouvait croire que cette séduction fatale tenait à un goût tout pataphysicien des paradoxes. Or, force est de se demander s’il n’avait pas, au bout du compte, vu plus juste et mieux anticipé que tous ses contemporains ce qu’est désormais devenu notre monde. Ce volume, qui réunit sociologues, philosophes, économistes, théoriciens de l’esthétique et des médias, permet de prendre la mesure de son œuvre inclassable.

Avec les contributions de : Serge Latouche, Alain Caillé, Anne Goulet De Rugy, Gérard Briche, Nicolas Poirier, Françoise Gaillard, François Séguret, Jean-Louis Violeau, Katharina Niemeyer, Jean-Paul Curnier, Clara Schmelck, Lin Chi-Ming.
.

Informations techniques :
Baudrillard, Cet Attracteur Intellectuel étrange, par Nicolas Poirier
Éditions Le Bord de l’Eau
Paru le 22 août 2016
218 pages
ISBN : 9782356874740
Prix de vente public : 20.00€

.