Archives de catégorie : Publications Sophiapol

Publication : Christian Berner, Emmanuel Renault (direction), Critique immanente. Histoire et actualité

La critique immanente désigne une opération critique qui se veut intérieure et non extérieure à l’objet critiqué, qu’il s’agisse de textes, d’œuvres, de pratiques et d’institutions et même de sociétés dans leur globalité. Aujourd’hui, c’est le plus souvent en rapport avec la critique sociale que ce concept est discuté, notamment par la théorie critique francfortoise. Les contributions réunies dans ce volume s’attachent d’une part à l’histoire du concept (Hegel, Marx, Benjamin, Adorno), d’autre part aux discussions les plus contemporaines sur les modèles de la critique sociale qui exigent de partir de normes ayant validité sociale dans les sociétés critiquées (Walzer, Habermas, Honneth).

 

Informations : https://www.septentrion.com/livre/?GCOI=27574100785300

Publication. Saskia Cousin Kouton : Ogun et les matrimoines

 

Publication : Emilie Hache, “De la génération”

Les sociétés industrielles, extractivistes et productivistes, ne manifestent aucun souci pour la reproduction de leurs conditions d’existence car elles ont oublié que la perpétuation du monde avait besoin d’être accompagnée par celles et ceux qui le composent. Mais cela a-t-il toujours été le cas ? Et quel rôle les rapports de genre ont-ils joué dans cette histoire ? L’autrice explore les manières de concevoir cette perpétuation dans différentes sociétés pré- et non industrielles, en Grèce antique, en Europe médiévale ou encore dans certaines sociétés matrilinéaires contemporaines. On découvre qu’une importance majeure y est accordée aux pratiques (re)génératives, chargées d’assurer le renouvellement de la société tout entière – travail de subsistance, reproduction des générations, liens avec les invisibles, etc.
L’avènement du christianisme et du nouveau rapport au monde qu’il a institué a tout bouleversé. Le souci de la (re)génération du monde a progressivement été remplacé par l’idée d’un monde créé une fois pour toutes, n’ayant plus besoin d’être perpétué au quotidien – la providence infinie se chargeant de tout. Est-il possible de réinventer des pratiques génératives mettant fin à notre illimitisme, de manière non coercitive et égalitaire ? Tel est l’enjeu central de cette enquête, exigeant d’en finir avec le passé que la société industrielle s’est inventé pour justifier sa course en avant effrénée.
Ce livre apporte une contribution majeure à l’écoféminisme, en retrouvant la question de la génération derrière l’identification des femmes et de la nature dans la modernité.

 

Voir : https://www.editionsladecouverte.fr/de_la_generation_enquete_sur_sa_disparition_et_son_remplacement_par_la_production-9782359252606

Publication : Abolir l’exploitation

Sait-on seulement ce qu’est l’exploitation ? La réponse n’a rien de trivial. Pour certains, l’exploitation est une chimère ; pour d’autres, elle relève de l’évidence. Même si le terme est encore utilisé pour dénoncer des situations d’injustice et de domination, il a presque disparu des débats politiques, sociologiques et philosophiques. Aux premières heures du mouvement ouvrier, l’exigence d’abolir l’exploitation constituait pourtant l’un des traits singuliers du socialisme avant d’être reformulée et élargie par des féministes.
L’exploitation reste une expérience commune ; son concept peut, doit redevenir un outil puissant d’analyse et de combat. Peut-on s’en priver pour saisir le lien puissant entre la détérioration des conditions de travail et l’explosion des inégalités salariales qui caractérisent notre époque ? Pour penser ensemble travail domestique et travail salarié, dominations de classe, de race et de genre ? Allons plus loin : sans lui, il n’y a pas de gauche qui tienne, pas de rencontre solide entre des traditions émancipatrices différentes. Mais pour saisir la dimension décisive d’une nouvelle critique de l’exploitation, encore faut-il en explorer les significations accumulées au fil des deux derniers siècles, redéfinir ses contours à cette lumière, les ajuster à la situation du capitalisme contemporain. Exploiter, ce n’est pas seulement dominer ou assujettir. Précisée et dépliée, la notion retrouve netteté, vigueur et, espérons-le, centralité.

Emmanuel Renault, professeur à l’Université Paris Nanterre, est membre du Laboratoire Sophiapol.

Nouvelle publication : De la force et de la violence chez Thucydide, par Nikos Foufas

Ce livre interroge les concepts de force et de violence dans l’oeuvre de Thucydide. En particulier, nous essayons de lire son histoire par le biais de la lutte violente pour la domination. Comment Thucydide comprend-il la domination, mais surtout le conflit de deux forces différentes, celle d’Athènes et celle de Sparte ? Comment reconstruit-il la naissance et la formation des premières forces dans le monde grec ? Comment décrit-il la violence qui transforme le sort des villes impliquées dans cette guerre ? Pouvons-nous dire que pour Thucydide l’histoire est essentiellement le lieu de la souffrance humaine ?

Nikos Foufas est chercheur en philosophie, attaché à l’Université Panteion des sciences sociales et politiques à Athènes. Il s’intéresse notamment à la pensée de Hegel et de Marx. Il travaille actuellement sur le concept de réification dans l’oeuvre de Georg Lukács.


Broché – format : 15,5 x 24 cm
ISBN : 978-2-343-16534-9 • 29 janvier 2019 • 234 pages 
EAN13 : 9782343165349
EAN PDF : 9782140111891 

Nouvelle publication : Critique de la positivité chez le jeune Hegel, par Nikos Foufas

Comment le jeune Hegel définit-il la notion du positif et le concept de positivité ? Pour quelles raisons insiste-t-il sur la critique du judaïsme et du christianisme ? Ce livre essaie de mettre en perspective que la positivité est la perte de la part de l’être humain de la maîtrise de sa propre vie, la privation de l’autonomie du sujet au profit de l’autonomisation du monde des objets, aussi bien que l’asservissement des personnes à des lois et à des forces étrangères et hostiles. Ainsi cet ouvrage propose de comprendre la positivité, tantôt comme l’extension des rapports mutilés entre l’être humain, le monde et la nature, tantôt comme le prodrome du concept de l’aliénation.

Nikos Foufas est chercheur en philosophie sociale, attaché à l’Université Panteion des sciences sociales et politiques à Athènes. Il s’intéresse notamment à la pensée de Hegel et de Marx. Il travaille actuellement sur le concept de réification dans l’oeuvre de Georg Lukács.

Nouvelle publication : Spinoza et les passions du social, par Eva Debray, Frédéric Lordon et Kim Sang Ong-Van-Cung (dir.)

Si la philosophie de Spinoza nous parle, c’est par son aptitude à s’emparer, sans aucun égard pour la distance dans le temps, des objets et des problèmes de notre monde, sa puissance de défaire nos manières ordinaires de les penser, et de nous les faire voir autrement. Les contributions réunies dans cet ouvrage ont pour but d’éprouver à nouveau cette puissance et d’en montrer l’actualité. Elles se proposent de le faire à partir du double point de vue qui considère, d’une part, que le social est le milieu de la vie des hommes et, d’autre part, que, de ce milieu, les passions sont l’élément. Les individus n’ont d’existence que sociale, et cette nature sociale consiste en une certaine organisation du jeu des affects. Les passions du social s’en trouvent alors repérables à tous les niveaux : celui de la constitution de l’individualité, de l’opération des institutions, ou des processus de l’histoire.

Ce recueil est donc par destination une contribution au dialogue de la philosophie (spinoziste) et des sciences sociales. Les secondes offrent les questions qu’elles ont construites à la première, qui leur rend sa manière singulière de les envisager voire de les reformuler. Et cette mise au travail de la pensée spinoziste poursuit par là même l’exploration de ce qu’elle peut.
.

Directeur.rice.s d’ouvrage :

Eva Debray est certifiée et docteure en philosophie, chercheuse rattachée au laboratoire Sophiapol (université Paris Nanterre) et enseigne à l’UFR de philosophie de l’université Paris 1 Panthéon–Sorbonne. Sa thèse s’est attachée à exploiter les ressources de la pensée spinoziste dans le cadre d’une réflexion sur l’hypothèse d’un ordre social spontané.

Frédéric Lordon est directeur de recherches au CNRS. Il a notamment publié L’intérêt souverain : essai d’anthropologie économique spinoziste (La Découverte, 2006), Jusqu’à quand ? : pour en finir avec les crises financières (Raisons d’agir, 2008), Capitalisme, désir et servitude : Marx et Spinoza (La fabrique, 2010) et La Société des affects : pour un structuralisme des passions (Seuil, 2013). Il est, avec Laurent Bove et Yves Citton, directeur de la collection Caute! chez Éditions Amsterdam.

Kim Sang Ong-Van-Cung, professeure à l’université Bordeaux Montaigne, a proposé une généalogie médiévale du lexique de la subjectivité dans la philosophie classique. Elle a publié L’Objet de nos pensées. Descartes et l’intentionnalité (Vrin, 2012), une édition de Cordemoy (Vrin, 2016) et des études sur Descartes, Spinoza, Sartre, Foucault, Deleuze, Butler et Honneth (disponibles sur Academia). Elle s’intéresse aux critiques contemporaines du sujet moderne et travaille à une généalogie de la subjectivité historique au xxe siècle.
.

Sommaire

Introduction
Les passions du social

Première partie :
Conatus et individualité moderne

Judith Butler
Le désir de vivre
L’Éthique de Spinoza sous pression

Kim Sang Ong-Van-Cung
Le désir de vivre et sa vulnérabilité : Butler et le conatus spinoziste

Frédéric Lordon
La querelle du déterminisme en sciences sociales : un point de vue spinoziste
.

Deuxième partie :
La logique des institutions

Eva Debray
Imitation des affects et production de l’ordre social : une critique spinoziste de l’approche de René Girard

Christophe Miqueu
Des luttes sociales en démocratie : Pettit face à Spinoza, de la contestation au conflit

Nicola Marcucci
La nature de l’obligation : le moment Spinoza dans la première génération de sociologues en France
.

Troisième partie
Les forces de l’histoire

Kim Sang Ong-Van-Cung
L’unité du collectif
L’ontologie historique et critique de Spinoza et de Sartre

Yves Citton
Puissances du social, puissances du nombre
Enjeux et dangers de l’agrégation statistique

Nicolas Israël
Spinoza, histoire et anthropologie

Pierre-François Moreau
Les passions du social : « personnalité de base » et ingenium

Pascal Séverac
L’affect et le prophète
Confrontation de la philosophie spinoziste avec l’analyse par Philippe Burrin de l’antisémitisme nazi

.
Informations techniques :
Spinoza et les passions du social, par Eva Debray, Frédéric Lordon et Kim Sang Ong-Van-Cung (dir.)
Éditions Amsterdam
ISBN 9782354801663
360 pages
Paru le 08 février 2019
22 euros

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Réédition : L’expérience de l’injustice. Essai sur la théorie de la reconnaissance, par Emmanuel Renault

Comment transformer les définitions communes de la justice sociale afin qu’elles puissent rendre compte des formes aujourd’hui les plus caractéristiques de l’injustice sociale ? Comment leur faire rendre compte des luttes effectives contre l’injustice mais aussi des souffrances de « ceux qui ont trop à dire pour pouvoir le dire » ?
Telles sont les questions auxquelles ce livre se propose de répondre. Dans une démarche originale, Emmanuel Renault reprend et élargit la théorie de la reconnaissance élaborée par le philosophe allemand Axel Honneth, afin de proposer une grammaire des luttes sociales, mais aussi une grille d’analyse de ces injustices que les luttes sociales prennent rarement en charge. Dans cette perspective, l’auteur procède à un examen critique des théories contemporaines qui structurent notre pensée politique et sociale.
Ce livre soutient que la philosophie doit prendre l’expérience de l’injustice au sérieux car c’est en elle que se déterminent les enjeux des discours sur la justice. Il offre un argumentaire global au service de ceux qui font l’expérience quotidienne de l’injustice et sont en conséquence intéressés à la transformation de l’ordre social existant.

Table des matières :

Avant-propos
Le modèle des mouvements sociaux
Vers un modèle de critique sociale englobant

Introduction. Philosophie et clinique de l’injustice
Consensus et prise de parti
Le concept d’expérience de l’injustice
Le paradigme de la reconnaissance

I / Injustice et déni de reconnaissance
1. Critique de la politique et mouvements sociaux

Critique de la politique ou critique de la philosophie
Le contenu normatif des conflis sociaux
Attente normative, dynamique pratique, dynamique normative
2. Les apories de la justice sociale
Injustice et question sociale
Droits et justice
Droits et liberté
Le juste et le bien
Définition ou critère ?
3. Les institutions de l’injustice
Les règles de l’interaction
Reconnaissance et institutions
Typologie des effets de reconnaissance institutionnels
Critiques des institutions
Le marché
L’entreprise
La question de la désaffiliation

II / Politique de l’identité, politique dans l’identité
4. L’identité comme expérience de l’injustice

Principtes de justice ou identité ?
Les limites de la conception de l’identité comme rapport positif à soi
Identité et justice
5. Défense des politiques de l’identité
Les luttes indentitaires : un second type de mouvements sociaux ?
Le déficit normatif de l’identité
La politique contre l’identité ?
Identité et résistance
Politique du soi

III / Souffrance sociale et souffrance psychique
6. La critique sociale comme porte-parole de la souffrance

Les luttes des « sans »
Les concepts de souffrance sociale et de souffrance psychique
Objections politiques
Souffrance et définition de la justice
Vacillations de la justice sociale
7. Reconnaissance et souffrance psychique
Maladie mentale et souffrance psychique non pathologique
Les modèles philosophiques de la souffrance
Désaffiliation et rapport positif à soi
Le destin de déni de reconnaissance
Désinstitutionnaliser la souffrance ?

Conclusion. La critique comme porte-parole de l’injustice.

 

Informations techniques :
L’expérience de l’injustice. Essais sur la théorie de la reconnaissance, par Emmanuel Renault
La découverte, collection La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales (n°466)
Réédition parue en octobre 2017
328 pages, 125×190 mm
Version papier : 14€
ISBN : 9782707194619
Version numérique : 9,99€
ISBN numérique : 9782707195975
Retrouvez toutes les informations sur le site de l’éditeur