Archives de catégorie : Evénements Sophiapol

Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef : Catherine Deschamps, 14 février, Paris Nanterre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logosefx1.jpg.

La première séance du séminaire du GDR Lasco de l’année 2019, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Catherine Deschamps, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine (Evcau).

Elle nous présentera une communication qu’elle propose d’intituler :

Sexualité et architecture : les agendas cachés

Date :
Jeudi 14 février 2019, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Certains objets de recherche, considérés peu légitimes à un moment donné de l’histoire d’une discipline, s’adossent à des champs de recherches reconnus pour forcer la porte de l’académie. Ainsi, les recherches sur la sexualité ont trouvé dans le VIH-sida l’occasion de leur développement. Le champ de la sociologie ou de l’anthropologie de la santé a en quelque sorte été leur cheval de Troie. Mais cet adossement dirige et réduit dans le même temps l’angle d’attaque de l’objet sous tutelle. Ce d’autant qu’avec le sida, dans les années 1980, l’urgence se mêle de l’affaire, une urgence dont il faut questionner les effets sur la production de connaissance. D’abord avec un effet d’entrainement moindre, les travaux sur la sexualité se sont aussi appuyés sur le développement des gender studies. Ces dernières étaient elles-mêmes fragiles dans les années 1980, lorsqu’elles sont souvent devenues un incontournable des sciences sociales quarante ans plus tard. En même temps que les remèdes au virus devenaient plus opérants et que les gender studies gagnaient en reconnaissance dans la dernière
partie des années 1990 et au début des années 2000, les travaux sur la sexualité se transformaient et les deux “canaux historiques” de ces travaux se mixaient davantage. D’autres champs de recherche reconnus sont venus à la rescousse, contribuant à élargir les possibilités d’analyse. Dans mon cas, la sociologie urbaine, bien installée en France depuis les années 1980, a été mobilisée. Une enquête sur la prostitution de rue au début des années 2000 permet la rencontre, autour de la sexualité, de questions de santé, de genre et d’espaces publics. Une deuxième ethnographie portant sur les femmes multipartenaires et hétérosexuelles abandonne peu à peu le champ de la santé pour affermir la place du genre et des analyses spatiales. Ces deux dernières recherches ont presque étonnamment permis ma titularisation en école d’architecture. Elles ont été un autre cheval de Troie. Le problème devient alors celui d’une adaptation : comment passer, via la sexualité et le genre, des recherches sur le champ de l’urbain à l’architecture ?
Mon exposé, fondé sur mon itinéraire dans la recherche et dans l’enseignement supérieur, tentera d’interroger les moteurs de l’illégitimité (ou du sentiment d’illégitimité), les glissements auxquels ils conduisent et les instabilités, parfois salutaires, qui les constituent.

Colloque international “Travail et langage : une approche interdisciplinaire », Université Paris Nanterre, 21 et 22 février 2019

Argumentaire

Les rapports entre langage et travail ont ceci de particulier qu’ils semblent devoir être pensés à la fois en termes d’opposition et de complémentarité. D’un côté, ces notions renvoient à deux types de paradigmes concurrents. D’un point de vue ontologique, on a le sentiment de devoir trancher entre des approches qui font soit du langage (Habermas, 1990) soit de la production (Lukacs, 1984) l’élément constitutif de la réalité sociale et des rapports sociaux. D’un point de vue épistémologiqueensuite, deux types d’oppositions s’imposent. Premièrement, la langue conçue comme système de signes ou le travail envisagé comme processus de transformation de la nature semblent constituer deux modèles inconciliables pour penser et connaître le monde social (structuralisme vs historicisme). Deuxièmement, l’accès aux expériences sociales internes au monde du travail est supposé passer tantôt par l’observation et la connaissance du processus de production objectif, tantôt par l’attention aux discours qui décrivent et justifient l’organisation du travail ainsi qu’aux récits et à la parole singulière des travailleurs eux-mêmes. 

Empiriquement d’un autre côté, le travail et le langage ne semblent pas pouvoir être saisis l’un sans l’autre. Les sciences humaines et socialess’intéressent depuis longtemps au rôle du langage dans le procès de travail (Boutet, 1995, et le réseau “Travail et Langage”), que ce soit comme l’instrument par lequel s’organise la coopération, ou bien, en prêtant davantage attention au conflit, comme outil de contrôle ou de résistance. Elles ont notamment montré que les pratiques de nomination des opérations et des qualifications jouaient un rôle essentiel dans le contrôle du travail par le management (D. Linhart, 2015 ; Clot, 1995). En parallèle, de nombreuses études se sont également penchées sur la manière dont la construction d’un langage commun (dans les luttes comme dans la littérature ouvrières) contribuait à la constitution d’une contre-subjectivité ouvrière, en formalisant l’existence du groupe et en lui fournissant les armes pour la réappropriation du processus et des espaces de travail (Beaud & Pialloux, 2012) Les enjeux politiques de cette construction s’étendent, au-delà du procès du travail, jusque dans l’espace public, puisque ce langage commun a servi de socle au développement d’une subjectivation propre à porter la parole des travailleurs et des travailleuses au cœur de l’espace public (Faure & Rancière, 2007). La question de la réappropriation de ce que les discours et les institutions ont construit et représenté sous le nom d’ « identité ouvrière » a fait ainsi l’objet d’une lutte politique, bientôt complexifiée par les antagonismes internes au commun ouvrier. La question des rapports de sexe, de genre, de race ou encore le handicap ont ainsi en retour réintroduit de la conflictualité dans un langage qui de commun, est apparu comme traversé de rapports de pouvoir potentiellement hétérogènes. La remise en cause de la délimitation du concept de travail par le travail reproductif et l’innovation conceptuelle dont ont fait preuve nombre de travaux féministes (le travail domestique, la double journée de travail, le harcèlement sexuel, jusqu’à la très récente « charge mentale) ont permis de rendre visible ce potentiel de conflictualité en l’inscrivant dans le langage (Delphy, 1999 ; Dalla Costa & James, 1973 ; Federici, 2016). Enfin, depuis les années 1960, la littérature scientifique et managériale interprète la fin imminente du taylorisme, le développement du contrôle numérique des installations industrielles et l’extension du travail de bureau et de service comme le signe d’un avènement du travail immatériel. Selon les auteurs post-opéraïstesqui ont développé ce thème de la manière la plus conséquente et la plus systématique (Hardt & Negri, 2004 ; Vercellone, 2014 ; Marazzi, 1997 ; Virno, 2002 ; Moulier-Boutang, 2007), ce ne serait plus plus la dépense d’énergie physique et mentale mais le savoir et la créativité des capacités cognitives et langagières qui joueraient le rôle de forces productives centrales du mode de production capitaliste. Ainsi, loin d’être en concurrence, les activités langagières et productives seraient désormais complémentaires, voire identiques. Une telle hypothèse mérite d’être interrogée non seulement du point de vue de sa capacité à évaluer notre présent mais également pour les conséquences politiques qu’elle implique. En effet, en perdant son extériorité relativement au procès de production, le langage peut tout aussi bien contribuer à la conquête de l’autonomie dans le travail que perdre sa capacité à articuler et exprimer la critique de celui-ci.

Le colloque « Travail et langage » se propose donc d’explorer ces rapports équivoques entre travail et langage à partir d’une approche interdisciplinaire, en accueillant des contributions issues de la philosophie, de la linguistique, de la sociologie, de l’histoire, de la psychologie et des sciences de l’information et de la communication. Selon un premier axe aux abords ontologiques et épistémologiques, il s’intéressera au langage et au travail comme les principes organisateurs de deux paradigmes permettant de rendre compte de la production de la réalité sociale. Ces deux modèles entretiennent-ils une relation de concurrence ? Quelles conséquences théoriques et pratiques engage la priorité accordée à l’un ou à l’autre de ces modèles? Un second axe plus immédiatement socio-politique s’intéressera à la constitution de la subjectivité des travailleurs et travailleuses à travers l’élaboration d’un langage commun. Comment la circulation de la parole permet-elle l’émergence de formes de résistance au sein du processus de production ? Comment ce langage commun se trouve-t-il de nouveau mis en jeu dans l’espace public ?

Date et lieu

Jeudi 21 et vendredi 22 février 2019 – de 9h30 à 17h30

Bâtiment Max Weber

Université Paris Nanterre

200 Avenue de la République, 92000 Nanterre

Comment venir ?

Plan du campus

Organisation

Juliette Farjat

Pauline Julien

Marc-Antoine Pencolé

Daria Saburova

Programme

Jeudi 21 février 2019

9h30 : Accueil des participants

10h : Ouverture du colloque (Juliette Farjat, Daria Saburova)

10h15-11h15 : Conférence introductive

Josiane Boutet : « Penser les relations entre l’activité de langage et l’activité de travail »

11h15-11h30 : Pause

11h30-12h45 : Les frontières conceptuelles du travail (Présidence : Pauline Julien)

Guillaume Lambey : « ‘‘They say it is love. We say it is unwaged work’’: Remarques sur l’idée de travail »

Quentin Pasetti : « Les mots pour dire ou faire dire le travail et le non travail au sein de la controverse autour du revenu de base »

12h45-14h15 : Déjeuner

14h15-15h30 : Le langage mis au travail (Présidence : Marc-Antoine Pencolé)

Christine Castejon : « Éléments de discussion sur « l’espace de discussion dans le travail »

Vincent Brulois, Jean-Marie Charpentier et Jacques Viers : « Une parole qui accompagne l’activité et complète l’organisation »

15h30-15h45 : Pause

15h45-17h30 : Paroles ouvrières/paroles du management (Présidence : Daria Saburova)

Marie-Hélène Delobbe : « Étudier les mutations du travail par la confrontation discours institués / paroles indigènes »

Juan Sebastian Carbonell : « Saisir les transformations du travail a travers les catégories indigènes : la dégradation de « l’ambiance » dans une usine automobile »

Luca Paltrinieri et Massimiliano Nicoli : « Reconstruire la langue du travail »

Vendredi 22 février 2019

9h30 : Accueil des participants.

10h-11h15 : Étudier, décrire, montrer le monde du travail (1) : l’enquête et l’archive (Présidence : Juliette Farjat)

Julien Allavena : « Les travailleurs ont-ils le droit a la parole ? Quelques repères historiques pour une épistémologie des enquêtes ouvrières »

Frédérique Sitri et Emilie Née : « Analyse du discours et activités professionnelles : la médiation par les genres »

11h15-11h30 : Pause

11h30-12h45 : Étudier, décrire, montrer le monde du travail (2) : écrits ouvriers et cinéma (Présidence : Pauline Julien)

Dalila Hellis Caputo : « Prise de parole par correspondance : pratiques de langage et écriture du travail dans les échanges épistolaires des ouvriers saint-simoniens »

Guillaume Sibertin-Blanc et Armelle Talbot : « Paroles à tenir, paroles à prendre. Remarques sur les corps et les langages dans En Guerre de Stéphane Brizé »

12h45-14h15 : Déjeuner

14h15-16h : Travail et langage : de Hegel au marxisme (Présidence : Guillaume Sibertin-Blanc)

Matteo Polleri : « Négation et affirmation dans les Manuscrits de 1844 »

Frédéric Monferrand : « Le production du social : travail, langage et nature dans les manuscrits de Hegel à Iéna »

Conall Cash : « Langage et comportement dans la pensée politique de Merleau-Ponty et Lefort des années 50 »

16h-16h15 : Pause

16h15-17h30 : Travail, langage et domination (Présidence : Alexis Cukier)

Pierrick Brizard et Paul Slama : « Domination et rationalité : repenser les rapports linguistiques dans le monde du travail »

Duarte Rolo : « Souffrance au travail, stratégies de défense et domination symbolique »

Colloque international “État autoritaire, violence politique, némésis du capital : l’Amérique latine et le monde”, Université Paris Nanterre, 24 et 25 janvier 2019

Manifestation contre la dictature militaire – Brésil, 1968

Argumentaire

Depuis la crise financière de 2008, le projet néolibéral a connu de fortes transformations à l’échelle mondiale. Les politiques monétaires menées aux États-Unis, en Europe et au Japon par les Banques centrales ont sans doute permis d’échapper au désastre, mais elles n’ont pas permis d’établir une gouvernance financière sur les flux globaux de biens et de capitaux.

Au début des années 2010, la critique de la mondialisation du capital a trouvé dans les protestations sociales une expression progressiste, voire révolutionnaire : des printemps arabes jusqu’au mouvement brésilien, en passant par la Grèce, l’Espagne, les États-Unis, la Turquie, etc. des mobilisations puissantes ont vu le jour, en inventant des formes d’auto-organisation capables, pour certaines, de renverser des gouvernements. Cette brève séquence est en passe de se refermer et se conclut par la montée de l’extrême droite dans de nombreux contextes nationaux : en Inde à partir de 2014 ; dans plusieurs pays d’Amérique latine depuis 2015 ; aux États-Unis et aux Philippines en 2016 ; en Italie et au Brésil en 2018. Dans les autres pays du Nord, les politiques xénophobes et les tendances autoritaires se sont accompagnées d’une militarisation et d’une sécurisation des politiques de souveraineté dont la gestion des frontières en Europe est l’un des signes les plus visibles. Les régimes de violence propres aux villes globales et aux frontières militarisées semblent faire contrepoint à la circulation toujours plus rapides des marchandises et des flux d’argent dans le capitalisme globalisé. La conjugaison des politiques sécuritaires et le développement du sous-développement, au Nord comme au Sud, conduit à l’émergence d’un nouveau régime de la violence politique qui s’exerce principalement sur les groupes minoritaires.

Le colloque « État autoritaire, violence politique, némésis du capital : l’Amérique latine et le monde » se fixe l’objectif de penser et de discuter une telle conjoncture en croisant des approches philosophiques sur l’évolution des formes de la violence étatique et des enquêtes plus précises sur la situation actuelle en Amérique latine. L’élection brésilienne et la crise vénézuélienne sont deux exemples frappants d’un retournement des tendances dites progressistes en Amérique latine, dans le sens d’un développement de l’autoritarisme d’État.

A cet égard, il s’agira de proposer des réponses aux questions suivantes. Avons-nous affaire à une simple accentuation des traits autoritaires propres aux États capitalistes et aux démocraties libérales, ou bien assiste-t-on à l’émergence d’un nouveau modèle de gouvernementalité, une « révolution d’en haut » inaugurée par Pinochet, Thatcher et Reagan et que les récentes évolutions en Amérique latine et ailleurs semblent accentuer ? Quel rôle et quelle place doit-on accorder à la crise de 2007-2008 et aux mouvements sociaux qui lui ont succédé dans l’accès au pouvoir des gouvernements autocratiques ? La situation brésilienne est-elle singulière ou peut-elle conduire à une aggravation des tendances à l’œuvre ? Dans quelle mesure les différentes pratiques de discipline et de contrôle de la vie sociale contribuent-elles aux transformations des États contemporains ?

Ce sont ces questions que le colloque essayera d’affronter, en combinant une approche théorique et philosophique des tendances générales du capitalisme tardif et des études empiriques sur la situation actuelle en Amérique latine et en Europe.

Date et lieu

Jeudi 24 et vendredi 25 janvier 2019 – de 10h à 17h

Salle des Conférences (F352) – Bâtiment Simone Veil

Université Paris Nanterre

200 Avenue de la République, 92000 Nanterre

Comment venir ?


Organisateurs

Davide Gallo Lassere

Paul Guillibert

Programme

Jeudi 24 janvier 2019

10h – Accueil des participants

10h15 – 12h30 : Mexique, l’administration de la violence

Luis Martinez Andrade : « Violence mythique au Mexique.  État d’exception et administration de la misère »

Frédéric Décosse : « Reprimarisation, contrôle de la mobilité et neo-peonage : les formes contemporaines de l’économie de plantation à la frontière sud du Mexique »

14h – 17h : Brésil, la némésis du progrès

Izadora Xavier Do Monte: «Études féministes de la sécurité : contributions à partir du cas brésilien ».

Alexandre Mendes : « Politique des lignes : mondialisation et crise du progressisme brésilien ». 

Barbara Szanieki : « Agonistique ou agonie de la démocratie ? »

Vendredi 25 janvier 2019

10h – 12h30 : Guerre et nécropolitique en Amérique latine

Jeudiel Martinez: « The Chavismo as a disaster: diagrams of decomposition in the necropolitical Venezuela. »

Giuseppe Cocco : « Crise de la globalisation et nouveau régime de guerre en Amérique Latine »

14h – 17h : Recomposition libérale : autoritarisme, sexisme, migrations

Martina Tazzioli : « Detention from below and peer-to-peer subjection: governing refugees through coerced autonomy  »

Simona de Simoni  : « Autoritarisme et sexisme : le cas italien »

Grégoire Chamayou : « Sur le concept de libéralisme autoritaire »


Soutenance de thèse d’Olivier Surel : “Ontologie sociale hétérodoxe et néo-spinozisme. Une lecture de Louis Althusser et d’Antonio Negri”, mercredi 21 novembre 2018, Université Paris Nanterre

Date et lieu :

Mercredi 21 novembre 2018, 14h-18h
Université Paris Nanterre
M.A.E. salle rez-de-jardin

Membres du jury :

Monsieur Stéphane Haber, Professeur à l’Université Paris Nanterre (directeur).
Madame Chantal Jaquet, Professeure à l’Université Paris I — Panthéon-Sorbonne (rapporteure).
Monsieur Christian Lazzeri, Professeur à l’Université Paris Nanterre (examinateur).
Monsieur Vittorio Morfino, Professeur à l’Université de Milan (rapporteur).
Monsieur Pascal Sévérac, Maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil (examinateur).
Monsieur Guillaume Sibertin-Blanc, Professeur à l’Université Paris 8 (examinateur).

Résumé :

Dans leurs lectures respectives de la critique marxienne de l’économie politique, Louis Althusser et Antonio Negri ont tous deux tenté de compléter cette critique par une lecture originale de la philosophie moderne de Baruch Spinoza. Notre thèse est que dans cette articulation des corpus de Marx et de Spinoza, il est possible de reconstruire une théorie originale de l’être social, ou en d’autres termes, une ontologie sociale hétérodoxe, dont la dominante peut-être caractérisée comme une prise de position « néo-spinoziste » en théorie critique.

Abstract :

In their respective readings of Marx’s critique of political economy, Louis Althusser and Antonio Negri have both attempted to complement this critique with an original reading of the Early Modern philosophy of Baruch Spinoza. Our claim is that in this articulation of Marx and Spinoza’s corpuses, one can reconstruct an original theory of social being, or in other words, a heterodox social ontology, whose dominant can be characterized as a « neo-Spinozist » position in critical theory.

Séminaire : « Le concept de classe sociale », programmation 2018-2019, Paris Nanterre

Le séminaire de philosophie sociale du Sophiapol portera cette année dans la continuité de l’an dernier, sur le concept de classe sociale, selon deux versants, le premier à caractère théorique, le second à caractère plus empirique, mais il ne saurait y avoir de séparation tranchée entre les deux versants. Le séminaire se propose cette année de prendre en compte le premier comme le second versant (en raison des grèves et annulations de séances de l’an dernier), à travers les débats théoriques et empirique autour du concept de classe sociale. Le premier débat tourne autour de la compréhension économique ou sociologique de la classe : depuis la seconde moitié du XIXe siècle, ces deux types d’approche, qui ne sont pas en elles-mêmes contradictoires, se différencient cependant clairement, selon que l’on met l’accent sur la frontière qui sépare les possesseurs des moyens de production et les possesseurs de leur seule force de travail, ou que l’on met au premier plan une gradation de différenciations sociales qui se fonde sur des niveaux de revenus, des différences culturelles, et plus généralement, des distinctions de style de vie qui définissent des différences statutaires productrices de pouvoir et de légitimité sociale.

  On explorera, à partir de là, quelques aspects des discussions théoriques entre ceux qui se réclament de la tradition marxienne avec ses prolongements analytiques et les grandes sociologies comme celles de Weber, par exemple. L’un de ces aspects, porte sur le fait que le concept de conflits de classe ne possède pas la même signification selon que la question centrale du conflit réside dans l’accaparement des moyens de production, ou plus modestement dans le desserrement des contraintes d’exploitation, où dans des conflits statutaires pour l’accaparement des attributs classants : dans les deux cas, les conflits ne sont pas de même nature et ils possèdent des effets distincts. Un autre de ces aspects, lié au précédent, a pour objet la question de l’unification de la classe. Même si l’on admet que le conflit social économique et politique joue un rôle important dans la construction de l’unité de la classe, on ne peut prétendre avoir épuisé l’explication de celle-ci dans la mesure où la sociologie historique comparative (incluant la théorie de la mobilisation des ressources dans ses différentes variantes) a largement montré qu’il existe des conditions plus fines de construction de cette unité qu’il faut analyser dans des situations historiques variables : quel rôle jouent les diverses formes d’organisation collective traditionnelles dans les phénomènes de mobilisation ? Quelle est la place et l’importance des croyances religieuses (qui ne concernent pas, loin s’en faut, seulement l’éthique du capitalisme) dans la manifestation de la solidarité sociale entre les membres d’une même classe ou caste ? Comment évaluer le rôle de la discipline de fabrique dans la production de formes de contestation efficace ? Y a-t-il un effet structurant du langage et des organisations politiques sur l’unité de la classe ? Selon quelles modalités les questions du genre interviennent-elles dans la constitution de la classe ?

C’est ce qui introduit à la série des seconds débats du séminaire, à savoir tout d’abord, celui des rapports entre classe et genre. Depuis plusieurs années, des philosophes des sociologues féministes ont fait observer la prégnance et l’importance des problèmes de croisement et de déterminations réciproques entre la classe et le genre en montrant de quelle manière les différentes formes d’exploitation du travail s’incorporent, comme un point d’appui les inégalités de genre, alors même, que les inégalités de classe peuvent surdéterminer les modalités mêmes de la domination masculine. Le troisième débat, est celui de la transformation dans la composition des classes sociales des pays industriels et l’une des questions en discussion entre les économistes et les sociologues marxistes et non marxistes a porté, depuis les années 1970 sur la question de la «moyennisation» des classes, position corrélative de celle de la «dilution» de la classe ouvrière au sein de la société salariale. Faut-il rmplacer le concept de classe ouvrière par le concept de classes populaires ? D’autres débats concernant les phénomènes de mobilité sociale entre classes, ou la question de la composition des classes dominantes et dominées dans différents pays européens afin de penser les questions d’homogénéité des classes au niveau international. Le séminaire est ouvert à tou.te.s.

Retrouvez les podcasts des séances.
.

Lieu et horaire :
Université Paris Nanterre
Les séances ont lieu de 14h00 à 16h00.
Salle des conseils (436) 4e étage Bat. PHILLIA (ex LLPHI)

Organisation :
Eva Debray (Université Paris Nanterre), Stéphane Haber (Université Paris Nanterre), Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre), Alice Le Goff (Université Paris Descartes), Emmanuel Renault (Université Paris Nanterre), Judith Revel (Université Paris Nanterre).

Programme

Lundi 19 novembre
Isabelle Clair (sociologue, Iris – EHESS/CNRS)
 « L’intersectionnalité contre la classe sociale ? »

Mardi 4 décembre
Rémi Sinthon (sociologue au Laboratoire de Sociologie Quantitative (CREST) – CNR/EHESS)
« La stratification et la mobilité sociales dans la sociologie du xxe siècle. Quelques biais durables et pourquoi ils persistent »

Lundi 14 janvier
Alexis Spire (sociologue, IRIS – CNRS/EHESS)
« Les classes sociales peuvent elles se concevoir à l’échelle de l’Europe ? »

Lundi 4 février
Yves Sintomer (politiste, Université de Paris 8)
« Max Weber et les classes »

Lundi 18 février
Sophie Béroud (politiste, Triangle, Université Lumière Lyon-2) 
« De la classe ouvrière aux classes populaires ? Enjeux de connaissance et de conceptualisation ».

Lundi 25 mars
Denise Celentano (philosophe, GRECO/CMH – CNRS/EHESS)
« Actualiser le concept de classe au-delà de la « bataille des paradigmes » : bilan critique du parcours de Erik Olin Wright »

Mardi 16 avril
Jules Naudet (sociologue, CEIAS – CNRS)
«Caste et classe »

 

 

Colloque “Féminismes, natures, dominations”, 18-19 octobre 2018, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université Paris Nanterre

Colloque organisé par Katia Genel (CHSPM), Jean-Baptise Vuillerod (Sophiapol), Lucie Wezel (Ireph).

Dates et lieux

18 octobre 2018 – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (amphithéâtre Sainte Barbe)

19 octobre 2018 – Université Paris Nanterre (Bâtiment Pierre Grapin, salle des conférences)

Programme

Première journée – Réinventer la nature : généalogies et concepts – Jeudi 18 octobre – Université Paris 1 (amphithéâtre Sainte Barbe)

10h : accueil des participant.e.s


Présidence : Isabelle Aubert

  • 10h30-11h : Veronica Ciantelli (EHESS) : « Le rapport femme/nature dans l’hypothèse matriarcale : enjeux, risques et conséquences »
  • 11h-11h30: Jean-Baptiste Vuillerod (Paris Nanterre): « Nature et féminité dans la philosophie de Hegel »
  • 11h30-12h : discussion

12h-14 h : pause déjeuner

Présidence : Jean-Baptiste Vuillerod

  • 14h-14h30 : Mona Gérardin-Laverge (Paris 1) : « Dénaturaliser ne suffit pas : critique de la “nature” et perspectives de lutte »
  • 14h30-15h : Paul Guillibert (Paris Nanterre) : « Domination de la nature et culture patriarcale : l’idéologie des modernes selon Theodor W. Adorno, Max Horkheimer et Carolyn Merchant »
  • 15h15-15h45 : Lucie Wezel (Paris Nanterre) : « La cicatrice du féminin chez Theodor W. Adorno »
  • 15h45-16h30 : discussion

Seconde journée – Les théories critiques et le féminisme – Vendredi 19 octobre 2018 – Université Paris Nanterre (Salle des conférences, Bât. Pierre Grappin)

10h : accueil des participants

Présidence : Aurélia Peyrical

  • 10h15-10h45 : Audrey Benoit (Univ. Lille/Paris 1) : « Le sexe, matière à penser »
  • 10h45-11h15 : discussion
  • 11h15-11h45 : Clotilde Nouët (Paris 1) : « Le “fétichisme du sexe” : patriarcat, capitalisme et critique de la valeur »
  • 11h45-12h15 : discussion

12h30-14h : pause déjeuner

Présidence : Emmanuel Renault

  • 14h15-14h45 : Salima Naït Ahmed (Univ. Picardie Jules Vernes) : « De la “dénaturalisation” à la “renaturalisation” des femmes chez Adorno »
  • 14h45-15h15 : Thomas Crespo (ENS Lyon) : « Contester la domination masculine en réformant les sciences : réflexions féministes pour une biologie sans “nature” »
  • 15h30-16h : Katia Genel (Paris 1/Centre Marc Bloch) : « Une lecture féministe d’Arendt ? »
  • 16h-16h45 : discussion

Soutenance de thèse de Lara Mahi : “La discipline médicale. Ethnographie des usages de normes de santé et de savoirs médicaux dans les dispositifs de la pénalité”, Université Paris Nanterre, vendredi 5 octobre 2018, 13h30

  

Lara Mahi soutiendra, vendredi 5 octobre 2018, sa thèse de doctorat réalisée sous la direction de Philippe Combessie, et intitulée :

La discipline médicale. Ethnographie des usages de normes de santé et de savoirs médicaux dans les dispositifs de la pénalité

    

Date et lieu : 

Vendredi 5 octobre 2018, 13h30
Université Paris Nanterre
Bâtiment Grappin, rdc, Salle des thèses (B015)

    

Membres du jury :

Madame Janine Barbot, Directrice de recherche, Inserm (Rapporteure)
Monsieur Marc Bessin, Directeur de recherche, CNRS (Rapporteur)
Monsieur Philippe Combessie, Professeur, Université Paris Nanterre (Directeur de thèse)
Madame Isabelle Coutant, Chargée de recherche, CNRS
Monsieur Nicolas Duvoux, Professeur, Université Paris 8
Madame Liora Israël, Maîtresse de conférences, EHESS
Madame Corinne Rostaing, Professeure, Université Lumière Lyon 2

  

Résumé

La prison fait l’objet d’un nombre croissant de publications biomédicales depuis les années 1980, en France, comme dans la plupart des pays occidentaux industrialisés, mettant l’accent sur les prévalences élevées de certaines affections chroniques parmi la population carcérale. Comment se fait-il que tant de personnes emprisonnées ont des « problèmes » de « santé » ? Cette thèse entreprend de répondre à cette question en appréhendant la santé non pas comme un état, mais comme une norme. À partir d’une enquête ethnographique associant observations de pratiques judiciaires, monographies des services médicaux d’établissements pénitentiaires, entretiens, statistiques et étude de corpus d’articles scientifiques, elle s’attache à montrer, pas-à-pas, selon une approche processuelle, comment la chaîne pénale produit des « malades » en confrontant les individus saisis par ses dispositifs à des normes de santé et à des savoirs médicaux. À la croisée d’une sociologie des institutions, d’une sociologie de la médecine et d’une sociologie de la connaissance, en étant à la fois attentive à des pratiques bureaucratiques, à la construction de décisions (pénales, gestionnaires et médicales), aux conditions concrètes de réalisation d’études biomédicales en maison d’arrêt et à leurs effets, à des rhétoriques judiciaires et scientifiques, aux activités professionnelles qui constituent le soin en prison et à l’appropriation socialement différenciée de ce travail par les détenus, l’enquête permet de comprendre comment le pouvoir médical se déploie, au présent, de façon discrète et diffuse, dans et par des institutions ne se donnant pas pour première mission de soigner.


Colloque international : “Traditions théoriques et nouvelles technologies”, 20-21 juin 2018, Université Paris Nanterre

Argumentaire

Le développement des technologies de l’information et de la communication, depuis la naissance de la cybernétique jusqu’à la régulation algorithmique des rapports sociaux, a rendu possible le traitement presque instantané de quantités d’information colossales, et affranchi leur transmission des pesanteurs de l’espace. L’émergence de réseaux sociaux à l’échelle mondiale ou de vastes communautés d’échange de pairs-à-pairs, le profilage et la surveillance de masse des populations, la coordination numérique à grande distance des échanges marchands – et financiers – et du travail, tous ces phénomènes marquants n’ont pas manqué d’interroger les catégories par lesquelles sont pensés la technique, l’expérience qu’on en a et les rapports sociaux qu’elle médiatise.

Ainsi par exemple, la phénoménologie a récemment été le cadre d’élaboration d’outils philosophiques adaptés à l’appréhension de l’expérience perceptive ou des interactions constituées par les médiations techniques contemporaines (Don Ihde, 1990 ; Albert Borgmann, 1988 ; Peter-Paul Verbeek, 2005). La pensée de Marx, quant à elle, a constitué le socle d’une théorie de la subsomption renouvelée des interactions sociales dans la sphère du travail, d’une part via la tradition marxiste  de la sociologie mais aussi des sciences de l’information et de la communication anglosaxones, avec le concept de digital labour (Christian Fuchs, 2014 ; Antonio Casilli et Dominique Cardon, 2015 ; Ursula Huws, 2014), parfois enrichi des apports du féminisme matérialiste (Kylie Jarrett, 2016), d’autre part via le post-opéraïsme franco-italien, avec la théorie du capitalisme cognitif et de l’exploitation du travail immatériel (Antonio Negri & Michael Hardt, 2000 ; Yann Moulier-Boutang, 2007 ; Carlo Vercellone, 2014). Suivant une voie différente, ce sont tantôt les intuitions théoriques de la première génération de l’Ecole de Francfort (Lukacs, Adorno et Marcuse en particulier) qui ont été ressaisies dans une nouvelle dialectique de la réification et de la libération technologiques (Andrew Feenberg, 2002), tantôt les théories de l’espace public (Jürgen Habermas, 2012 ; Robin Celikates, 2015) ou de la reconnaissance (Olivier Voirol, 2010) qui ont été mobilisées pour appréhender les transformations structurelles à l’oeuvre. Enfin, la pensée foucaldienne du sujet et du pouvoir a nourri une bonne part des travaux sociologiques relatifs aux dispositifs de surveillance (David Lyon, 2006) ainsi que le récent programme de recherche sur la gouvernementalité algorithmique (Antoinette Rouvroy et Thomas Berns, 2013).

Il ne s’agit plus simplement d’opposer la thèse du progrès technologique à celle de l’aliénation unilatérale, mais de se donner des cadres conceptuels pour saisir des réalités complexes et plurielles. Toutes ces entreprises théoriques ont pour ambition de rendre intelligibles une constellation de phénomènes apparentés (réseaux, échanges symboliques et économiques, travail et surveillance numériques) mais dont la compréhension systématique pose problème. C’est la constitution de l’objet même de la recherche, et de la totalité dans laquelle il s’inscrit, qui dépend des choix théoriques opérés en amont. Cette rencontre visera moins à présenter de nouveaux résultats empiriques qu’à travailler les concepts que la recherche empirique a rendu problématiques. Nous nous proposons ainsi de discuter la pertinence et les limites de la réélaboration de ces différentes traditions, de leur complémentarité ou de leur antagonisme, et d’essayer, à partir de là, de dégager des outils qui nous permettent de comprendre et d’intervenir dans l’évolution technique des sociétés contemporaines.

1) Sujet

En suivant un premier axe, on pourra interroger la constitution des sujets dans les sociétés numériques, et ce selon plusieurs perspectives. Tout d’abord, les médiations numériques, omniprésentes et pas toujours visibles, représentent autant de potentiels dispositifs de pouvoir, orientant, canalisant ou limitant l’activité, ou de dispositifs de surveillance, mesurant et comparant les préférences et les conduites individuelles jusque dans l’intimité. Que devient le sujet, dès lors qu’il est pris dans des réseaux de pouvoir et de surveillance d’une étendue et d’une finesse inédite ? Ensuite, comment se caractérise le rapport du sujet à lui-même, au monde et aux autres, comment en fait-il l’expérience, dans un contexte où tout ceci lui apparaît de plus en plus à travers des dispositifs techniques ? Y a-t-il lieu de voir là des formes nouvelles d’aliénation, de perte de soi, ou des occasions de subjectivation inédites ?

2) Travail

Un deuxième axe, incontournable, est celui du travail et des rapports de production. Des formes de travail d’une nature radicalement nouvelle ont-elles émergé avec les technologies de l’information ? Faut-il reconnaître l’existence d’un digital labour indistinct du loisir, travail du consommateur, immatériel, relationnel, affectif, directement productif ou indirectement reproductif, suscité et exploité par les réseaux sociaux numériques ? Comment comprendre par ailleurs la socialisation du travail par les plateformes – travail désormais coordonné, distribué et surveillé à distance –, qui a permis aussi bien l’exploitation brutale des travailleurs les plus précaires via Uber ou Amazon Mechanical Turk, que l’organisation démocratique du travail de programmation dans le cas de certains logiciels libres ? Plus généralement, quelle signification donner à l’avancée de l’automatisation portée par l’informatique ?

3) Institutions, propriété, communs

Enfin, on envisagera les aspects juridico-institutionnels du changement technique. D’une part, la possibilité nouvelle de copier et faire circuler les contenus et les œuvres informationnels presque sans limite tend à redéfinir les formes de propriété. Doit-on alors parler de nouvelles enclosures, étant donné le rôle crucial des brevets pour le capitalisme contemporain, voire même d’un mode d’accumulation spécifique ? Quelle portée attribuer aux communs de la connaissance, et en particulier au logiciel libre ? D’autre part, l’accroissement exponentiel du flux d’information et la généralisation de la communication décentralisée représentent-ils une nouvelle transformation structurelle de l’espace public, ou bien au contraire sa liquidation dans les rapports marchands ou sa réduction à un voile idéologique jeté sur les formes de pouvoir et d’exploitation évoquées plus haut ?

Date et lieu

Mercredi 20 juin et jeudi 21 juillet 2018
Bâtiment Max Weber – Salle de séminaire 2
Max Weber building, Seminar room 2
Université Paris Nanterre
200 Avenue de la République, 92000 Nanterre
Comment venir ?

 

Programme

Wednesday 20th June 2018

9h – Breakfast

10h – 12h: Limits of the Digital

Susanna Lindberg – “On Prosthetic Existence: Why Poststructuralism is not a Transhumanism”

Fabrice Flipo – “Theoretical positions around the ecological implications of ICTs”

Coline Ferrarato – “Les limites du numérique. Dialogue entre Gilbert Simondon et Andrew Feenberg”

12h – 13h20: Lunch

 

13h20 – 15h20: Digital Technologies of the Subject

Peter-Paul Verbeek – “Existentializing Technology: on digital subjectivity and the technologies of the self”

Paulan Korenhof & Arij Gorzeman – “Interfacing the self: an analysis of changes in interfaces and the construction of the subject”

Frederico Lyra de Carvalho – “Rethinking Adorno’s critique of music: production, distribution and ideology in digital era”

15h20 – 15h30: Coffee Break

15h30 – 18h40: Digital Labours

Ursula Huws – “New technologies, new forms of primitive accumulation”

Antonio Casilli – “Waiting for Robot: bridging the gap between AI’s ‘manifest destiny’ and digital labor”

Sébastien Broca – “Unity and plurality of digital labour”

Kylie Jarrett – “The Work of Not-Labour”

 

Thursday 21 June 2018

 

9h – Breakfast

9h30 – 10h50: Governing Algorithms (1)

Kevin Morin – “Artificial innovation. Machine agentivity in the era of Algorithmic Governmentality”

Tobias Matzner – “Algorithmic subjectivation”

(Antoinette Rouvroy – cancelled)

10h50 – 11h: Coffee Break

11h – 12h20: Governing Algorithms (2)

Luca Paltrinieri & Olivier Sarrouy – “Crowds governmentality and new political subjects” (cancelled)

Peter Polack – “Data Debt, Discourse, and Defection: Traces of Subjectivation and Critique in Algorithmic Governmentality”

12h20 – 14h: Lunch

 

14h – 16h: Digital Labours (2)

Ilios Willemars – “Exposing Placeholders: Implications of Virtual-Reality Pornography on the Logic of Sex-Work”

Anne Alombert – “Work, knowledge and technical externalisation: Stiegler’s reading of Marx at the time of digital automation”

Eric Arrivé – “Commentary on the notion of digital labor”

16h – 16h10: Coffee Break

16h10 – 18h10: Critical Theories of Technology

Olivier Voirol – “Digital machines and the second mimesis

Camilla Brenni – “Reassessing the concept of « Totality » in the Age of Big Data”

Andrew Feenberg – “The internet as Network, world and co-construction”

 

Plus d’information sur le site : https://icttheoryconference.wordpress.com/