Tous les articles par S. Haber

Colloque “Démocratie radicale : généalogie, actualité, ouvertures“, Université Paris Nanterre, 20, 21 et 22 mars 2024

Argumentaire – On regroupe souvent sous le terme de « démocratie radicale » un ensemble d’auteurs et d’autrices qui semblent présenter un « air de famille » : Claude Lefort, Cornélius Castoriadis, Miguel Abensour, Étienne Balibar, Jacques Rancière et Chantal Mouffe. Ces œuvres, bien que très diverses et issues d’époques et de contextes différents, ont toutefois ouvert dans des termes très proches un dialogue critique avec le marxisme tout autant qu’avec le structuralisme et le post-structuralisme, et proposé la revendication d’une démocratie qui renouerait avec son potentiel critique sinon révolutionnaire – une démocratie ici « radicale », là « insurgeante » ou « sauvage ». Cette revendication d’une radicalité démocratique s’illustre aussi par une interrogation des racines du projet démocratique : la démocratie athénienne, la Révolution française, le mouvement ouvrier. Nous interrogerons à la fois, à travers la notion de « démocratie radicale », une manière de produire une histoire de la philosophie politique française récente, et le contenu d’un concept qui implique une approche singulière du politique. Y a-t-il d’autres scènes de la démocratie radicale, en Italie (Mario Tronti, Antonio Negri), ou aux Etats-Unis (Judith Butler, Wendy Brown, Samuel A. Chambers, Anna Marie Smith) ? Comment la démocratie radicale fait-elle face au renouveau et à l’actualité des pensées critiques ?

Organisation – Adama Ouattara-Sanz, Sarah Talini, Guillaume Plin

Soutenance de thèse. Jean-François Albin, “Crise et impérialisme. Histoire et actualité des approches marxistes”

Jury :

-Nestor Capdevila, Université Paris Nanterre
-Pauline Clochec, Université de Picardie Jules Verne
-Jean-Numa Ducange, Université de Rouen Normandie
-Franck Fischbach, Université Paris I Panthéon Sorbonne
-Daniel Gaido, Université de Córdoba, Argentine
-Stéphane Haber, Université Paris Nanterre, Directeur de la thèse

La soutenance aura le 29 février à 14 heures, Bâtiment Pierre Grappin, salle B 015.

 

Résumé : Partant notamment des analyses de Marx relatives aux contradictions du procès
d’extraction, de réalisation et d’accumulation de la valeur, des tendances inhérentes à la crise comme matérialisation cyclique de l’inégal développement du mode de production capitaliste, sous la triple forme de la sous-consommation, de la disproportion et de la baisse tendancielle du taux de profit, nous chercherons à retracer de manière critique l’émergence et l’affirmation des premières théories marxistes de l’impérialisme sur la période de la Deuxième Internationale. Cette présentation nous conduira à examiner l’ensemble des médiations historiques et théoriques qui articulent la conceptualisation de l’impérialisme aux notions d’accumulation capitaliste, de crise, de rapports entre Etats, de monopole, de capital financier et de guerre. Nous chercherons à considérer dans quelle mesure ces théories dépassent la conjoncture historique particulière à laquelle elles se rattachent et seraient en mesure de fonder une théorie matérialiste des relations internationales.

 

Publication : Christian Berner, Emmanuel Renault (direction), Critique immanente. Histoire et actualité

La critique immanente désigne une opération critique qui se veut intérieure et non extérieure à l’objet critiqué, qu’il s’agisse de textes, d’œuvres, de pratiques et d’institutions et même de sociétés dans leur globalité. Aujourd’hui, c’est le plus souvent en rapport avec la critique sociale que ce concept est discuté, notamment par la théorie critique francfortoise. Les contributions réunies dans ce volume s’attachent d’une part à l’histoire du concept (Hegel, Marx, Benjamin, Adorno), d’autre part aux discussions les plus contemporaines sur les modèles de la critique sociale qui exigent de partir de normes ayant validité sociale dans les sociétés critiquées (Walzer, Habermas, Honneth).

 

Informations : https://www.septentrion.com/livre/?GCOI=27574100785300

Publication. Saskia Cousin Kouton : Ogun et les matrimoines

 

Séminaire d’équipe du Sophiapol – 2024

Réflexivité, points de vue et injustices épistémiques

 

L’épistémologie n’est pas seulement une question pour philosophes. Son actualité, dont témoignent débats et polémiques, tient notamment au fait qu’il s’agit d’un enjeu social et politique, dont les implications concernent aussi les méthodes d’enquêtes en sciences sociales. Ce sont précisément les articulations entre la recherche de la vérité – comme question épistémologique –, l’objectivité – comme exigence scientifique –, et la justice épistémique – comme exigence démocratique -, que ce séminaire explorera.

Les épistémologies du point de vue et des savoirs situés, et les épistémologie de l’ignorance (que l’on peut réunir sous le concept d’épistémologies critiques) ont remis en question le postulat d’une objectivité scientifique détachée des rapports de pouvoir façonnant la société. Elles n’invitent pas seulement les philosophes et les sociologues à ne pas se contenter d’appliquer les concepts et les cadres théoriques les plus légitimes dans leurs discipline, sans réfléchir à leur pertinence pour les objets étudiés – en ce sens, elles développent une critique du dogmatisme et du positivisme (au sens péjoratif de l’identification de la connaissance à l’enregistrement des faits) qui est largement partagée. Elles invitent en outre  les philosophes et les sociologues à s’interroger sur les effets de leur position sociale sur les savoirs qu’ils et elles reconnaissent comme valides et sur les effets sociaux et politiques des connaissances qu’ils et elles produisent. L’intuition est alors que toute position sociale implique un point de vue particulier qui peut s’accompagner d’avantages ou de désavantages épistémiques, et que la réflexion sur ces avantages et désavantages peut contribuer à une meilleure connaissance du monde social : une connaissance qui ne reproduise pas les formes d’ignorance sociale prédominantes, une connaissance pouvant prétendre à une objectivité plus forte. 

Cette intuition a déjà une longue histoire et peut être formulée de différentes manières. On peut remonter à la manière dont Marx définissait l’idéologie et dont il associait les effets critiques de sa critique de l’économie politique au point de vue d’une classe dominée, le prolétariat. L’ambition d’une construction des savoirs à partir de l’expérience des minorités fut aussi celle des enquêtes sociales menées par Jane Addams et W.E.B. Du Bois. On peut également rattacher ces perspectives au concept d’autoréflexion qui a pour fonction, dans la théorie critique francfortoise, d’inviter les chercheurs en philosophie et en sciences sociales à s’interroger sur leur insertion dans la division sociale du travail, sur les intérêts sociaux que leurs intérêts de connaissance expriment, et sur les effets sociaux qu’ils sont susceptibles de produire. Toujours au vingtième siècle, on peut rapprocher ces perspectives de l’exigence bourdieusienne d’auto-analyse et d’objectivation sur l’objectivation, contemporaine des travaux de Sandra Harding et Donna Haraway sur la Standpoint theory et les Situated knowledges. Plus récemment, un courant important de l’épistémologie sociale a souligné que la réflexion sur les points de vue sociaux conditionnant la production de connaissance et la reconnaissance des savoirs comme savoir légitimes ne mettait pas en question seulement l’objectivité des savoirs, mais aussi la question de la justice épistémique.  

Les épistémologies critiques nourrissent-elles une conception relativiste de la science ? La politisation de l’épistémologie peut-elle contribuer à une théorie de la démocratie ? Les minorités (de genre, de classe, de race) détiennent-elles un “privilège épistémique” ? L’éthique peut-elle réguler les rapports de pouvoir qui traversent les procédures scientifiques ? Les exigences de justice sociale doivent-elles étendues aux rapports entre groupes sociaux conçus comme groupes détenteurs, transmetteurs ou producteurs de savoirs ? 

L’objectif du séminaire est d’éclairer les enjeux de ces questions et des polémiques auxquelles elles donnent lieu en confrontant une pluralité de modèles épistémologiques critiques. Les différentes possibilités qu’ils ouvrent pour comprendre le monde social enclenchent en outre une réflexion sur leurs capacités transformatives : il  s’agit aussi de changer ce monde en transformant, non seulement qui peut le connaître, mais aussi ce qu’on en connaît (et méconnaît), comment on le connaît et ce que l’on fait de la connaissance. L’approche transdisciplinaire des modèles philosophiques et sociologiques en jeu contribuera à réinterroger les différents types d’enquêtes empiriques (enquête ethnographique, enquête quantitative, recherche participative, enquête archivistique, notamment). 

 

 

Le séminaire a lieu de 16:30 à 18:30 à l’Université Paris Nanterre

RER Nanterre Université – Depuis Saint-Lazare, ligne L, station “Nanterre Université”

Salle D. 201 (bâtiment D – Entrée Lefebvre, 2e étage)

 

  • Séance introductive. Formes et enjeux de la réflexivité. L’exemple d’une enquête quantitative sur le sentiment d’insécurité   – Emmanuel Renault (Paris Nanterre – Sophiapol) et Pascal Vallet (Paris Nanterre – Sophiapol), jeudi 25 janvier


  • Malaise dans l’enquête ethnographique. Réflexivité et épistémologies radicales à l’épreuve du terrain – Caroline Ibos (Paris 8 – Sophiapol) – mercredi 28 février

 

  • Connaissance spectatoriale et connaissance située du monde social. Quelques remarques sur la séquence Bourdieu – Épistémologie du positionnement – Claude Gautier (ENS Lyon – Triangle) – mercredi 13 mars

 

  • Neutralité et autonomie: Weber, Bourdieu et les savoirs critiques – Éric Fassin (Université Paris 8 – Sophiapol) – mercredi 10 avril

 

  • Enquêter sur l’injustice épistémique en cherchant à l’éviter. L’exemple d’une recherche participative sur la pauvreté – Marie Garrau (Paris 1 Panthéon-Sorbonne – ISJPS) , Cécile Lavergne (Université de Lille – STL), Bruno Tardieu (ATD Quart Monde) – jeudi 30 mai

 

  • Pièges et avantages épistémiques dans les terrains archivistiques et dans les rencontres ethnographiques sur les enfances migrantesSimona Tersigni (Paris Nanterre – Sophiapol ) – mercredi 12 juin

 

Publication : Emilie Hache, “De la génération”

Les sociétés industrielles, extractivistes et productivistes, ne manifestent aucun souci pour la reproduction de leurs conditions d’existence car elles ont oublié que la perpétuation du monde avait besoin d’être accompagnée par celles et ceux qui le composent. Mais cela a-t-il toujours été le cas ? Et quel rôle les rapports de genre ont-ils joué dans cette histoire ? L’autrice explore les manières de concevoir cette perpétuation dans différentes sociétés pré- et non industrielles, en Grèce antique, en Europe médiévale ou encore dans certaines sociétés matrilinéaires contemporaines. On découvre qu’une importance majeure y est accordée aux pratiques (re)génératives, chargées d’assurer le renouvellement de la société tout entière – travail de subsistance, reproduction des générations, liens avec les invisibles, etc.
L’avènement du christianisme et du nouveau rapport au monde qu’il a institué a tout bouleversé. Le souci de la (re)génération du monde a progressivement été remplacé par l’idée d’un monde créé une fois pour toutes, n’ayant plus besoin d’être perpétué au quotidien – la providence infinie se chargeant de tout. Est-il possible de réinventer des pratiques génératives mettant fin à notre illimitisme, de manière non coercitive et égalitaire ? Tel est l’enjeu central de cette enquête, exigeant d’en finir avec le passé que la société industrielle s’est inventé pour justifier sa course en avant effrénée.
Ce livre apporte une contribution majeure à l’écoféminisme, en retrouvant la question de la génération derrière l’identification des femmes et de la nature dans la modernité.

 

Voir : https://www.editionsladecouverte.fr/de_la_generation_enquete_sur_sa_disparition_et_son_remplacement_par_la_production-9782359252606

 

Séminaire du GENA (Groupe d’Etudes du Néolibéralisme et des Alternatives)

 
La prochaine séance aura lieu le mercredi 24 janvier de 14H à 16H au CNAM dans la salle 30.1.16. (entrée 2 rue Conté). Ci joint le plan du CNAM : https://cedric.cnam.fr/~courtiep/planCnam/plan_Cnam_3e_arrondissement.html
 
Pierre Sauvêtre (Université Paris Nanterre, Sophiapol) interviendra sur ” Karl Marx dans la lutte des mondes : décolonisation, mode de production écologique et communalisme planétaire
 
Sixtine Van Outryve (Université catholique de Louvain) discutera son intervention.
 
 
 
Meeting ID: 345 225 002 433 

Passcode: EENcf6