Tous les articles par Pascaline Gobet

Nouvelle parution : Les sens du social. Philosophie et sociologie, dirigé par Alexis Cukier et Olivier Gaudin

L’adjectif « social » qualifie les expériences et les activités qui constituent la dimension collective de la vie humaine. En sciences sociales et en philosophie, son usage substantivé aborde les normes de l’action collective et les finalités des institutions. Si bien que « le social » peut désigner à la fois un état de la réalité (sens ontologique), un principe d’évaluation des actions (sens normatif) et un enjeu politique (sens critique) – sans que l’on puisse décider a priori entre ces sens. Mais est-il légitime de faire du « social » une catégorie théorique, qu’on la tienne pour ontologique ou méthodologique, analytique ou descriptive, comparative ou normative ?

L’ouvrage interroge les significations que philosophes et sociologues attribuent au « social » afin de clarifier et de faire dialoguer leurs points de vue respectifs. Il détaille les enjeux de sa conceptualisation à partir de ses usages catégoriels : rapport social, action et institution sociales, obligation, norme et critique sociales, etc. Les contributions adoptent des perspectives diverses, s’inspirant du pragmatisme, de la phénoménologie sociale, de la sociologie de Chicago, de la psychologie clinique, ou de la Théorie critique. Toutes participent d’un questionnement commun : l’étude du « social » selon ses usages ontologiques ou normatifs, à des fins d’explicitation et de comparaison.

L’ouvrage débute par un entretien croisé entre un philosophe et un sociologue, puis fait alterner des contributions d’auteurs venus des deux disciplines. Il montre qu’au-delà d’objets spécifiques et de références communes, le problème des sens du social constitue l’un des principaux terrains d’entente de la philosophie et de la sociologie.

 

Table des Matières

Introduction : Versions du social, par Alexis Cukier et Olivier Gaudin
Le terme de social
Les différentes approches du social
Un exemple de controverse autour des sens du « social » : l’analyse de l’organisation contemporaine du travail
Qu’est-ce qu’une situation ?
Un exemple de concept commun pour étudier les phénomènes sociaux
Présentation des chapitres : philosophie et sociologie

Chapitre 1 : Définir et étudier le social, entre philosophie et sociologie. Entretien avec Claude Gautier et Bernard Lahire
1 LES SENS DU SOCIAL
L’invention du social : définitions
Le social et le cognitif : face au naturalisme
2 PHILOSOPHIE ET SOCIOLOGIE
Métier de sociologue, métier de philosophe
Programmes de recherche
3 RELIRE BOURDIEU
Comprendre « le social » à partir de Bourdieu : philosophie, sociologie et réflexivité critique
L’existence du social et la « théorie de la pratique » : habitus et incorporation face à la discontinuité et la pluralité
Connaissance et critique

Chapitre 2 : Le sens de l’action sociale selon Schütz, par Laurent Perreau

Chapitre 3 : Le social en régime naturaliste. Désamorcer l’opposition entre naturalisme et constructivisme en revenant à la tradition anthropo-sociologique de Chicago, par Simon Lanher
Le social en régime naturaliste-continuiste
Introduction to the Science of Sociology : principes théoriques généraux
Sociabilité, socialisation et nature humaine
La société comme produit de la nature
Les comportements humains comme expressions de la nature universelle de l’homme
Tout comportement, individuel ou collectif, est soumis aux effets structurants de son ancrage écologique
Le sens de l’institution
Méthodologies naturalistes
Compétition, adaptation, sélection
Typologies, taxinomies et histoire naturelle
La part du construit
Une définition réaliste et holiste du social
Le problème de l’articulation entre continuité et irréductibilité du social
La notion de construction dans la « Bible verte »
CONCLUSION

Chapitre 4 : Obligation et impersonnalité. La compréhension et la nature du social, par Albert Ogien
La dualité du social
De la compréhension aux pratiques d’établissement de l’intelligibilité mutuelle
Retour sur la normativité sociale
Obligation et obéissance aveugle
Les nécessités de la coordination et de la réciprocité

Chapitre 5 : La structure normative du social, par Roberto Frega
1 COMPRENDRE LA NORMATIVITÉ
2 LA NORMATIVITÉ ET L’ORDRE CONSTITUTIF DES INTERACTIONS QUOTIDIENNES
L’ethnométhodologie et la priorité de l’ordre social de l’interaction
Erving Goffman et le « face work » en tant que pratique normative
3 LE PRAGMATISME ET LE PROJET D’UNE CONCEPTION DE LA NORMATIVITÉ SOCIO-CENTRÉE ET FONDÉE SUR LA PRATIQUE
La texture inférentielle de la normativité sociale
La normativité comme gouvernance
Conclusions

Chapitre 6 : Qu’apprend-on du ‘social’ en travaillant sur le handicap ?, par Romuald Bodin et Etienne Douat
Sens et usages du social dans les approches contemporaines du handicap
Modèle médical et modèle social du handicap
La modification des termes du débat et de la législation en France
Le handicap comme « rapport social »
Environnement, interaction et esprit objectif
Personne handicapée et environnement ou acteur et système ?
Esprit objectivé ou esprit objectif ? Interactions, système de rôles et institutions.
Institutions et fait social

Chapitre 7 : Le social, le travail et la critique. Entretien avec Franck Fischbach
1 LE « SOCIAL » ET LA CRITIQUE
« Social », « société » et « politique »
La philosophie sociale et la méthode de la critique
2 LES FORMES CONTEMPORAINES DE TRAVAIL, DE POUVOIR ET DE COOPÉRATION AU PRISME DE LA PHILOSOPHIE SOCIALE
Travail, aliénation, social
Le « social » : produit du travail ?
3 POUR CONCLURE : PHILOSOPHIE SOCIALE ET SOCIOLOGIE CRITIQUE, QUELLE COOPÉRATION ?

Informations techniques :
Les sens du social. Philosophie et sociologie, dirigé par Alexis Cukier et Olivier Gaudin
Presses Universitaires de Rennes
Date de parution : 2017
ISBN : 978-2-7535-5261-6
192 pages
Prix de vente public : 20 euros

Retrouvez la présentation de l’ouvrage et commandez le sur le site de l’éditeur

Journées d’étude internationales, « Corps de réfugiés : Recherche et témoignages», 24 et 25 avril 2017, Maison des Sciences de l’Homme, Paris Nord

Ces journées d’étude voudraient donner à entendre et à comprendre la situation concrète qui est faite aux réfugiés aujourd’hui à travers le parcours chaotique et douloureux qui les a conduit en Europe, aussi bien que la condition qui leur est réservée une fois arrivés, en focalisant l’attention sur les processus qui portent atteinte à l’intégrité et à l’entretien physique et morale des personnes. Elles porteront plus spécifiquement sur la comparaison franco-italienne des pratiques et des représentations des situations faites aux réfugiés.

Date :
Lundi 24 et mardi 25 avril 2017

Lieu :
Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord
Amphithéâtre
20 avenue George Sand, 93210 Saint-Denis
Métro Ligne 12 – Terminus station Front Populaire (sortie n°3)

Organisation :
Gilles Raveneau (Université de Paris Nanterre) et Annamaria Fantauzzi (Université de Turin)

Programme

Lundi 24 avril 2017
13-14h : Inscription et accueil des participants au colloque, Café
14h : Introduction par Gilles Raveneau, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord, Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord

Session 1 – 14h30-15h45
Présidence : Frédérique Fogel, Directrice de recherche, CNRS- LESC
14h30 : Camille Schmoll, Maîtresse de conférences, Université Paris Diderot, CEDREF, IUF : “Les corps des femmes dans l’Europe des frontières”
15h : Noria Boukhobza, Maîtresse de conférences, Université de Toulouse : “Nouer l’hymen dans la migration, c’est nouer le lien fragile entre ici et là-bas”
Discussion (15’)

15h45 : Pause café

Session 2 – 15h45 -17h
Présidence : Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord
15h45 : Bassi Marie, ATER CERI/Sciences Po, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle : “La question de la mort des migrants dans les mobilisations en Sicile : la recomposition des réseaux militants « pro-immigration »”
16h15 : Alessandro Corso, doctorant, Université de Durham, Grande-Bretagne : “Meeting bodies: an ethnography of the person on the shores of Lampedusa”
Discussion (15’)

17h : Pause café

Session 3 – 17h15-19h
Film documentaire, Les Messagers réalisé par Hélène Crouzillat et Laetitia Tura.
Du Sahara à Melilla, des témoins racontent la façon dont ils ont frôlé la mort, qui a emporté leurs compagnons de route, migrants littéralement et symboliquement engloutis dans la frontière. « Ils sont où tous les gens partis et jamais arrivés ? » Les Messagers se postent sur la frêle limite qui sépare les migrants vivants des migrants morts. Cette focalisation sur les morts sans sépulture interroge la part fantôme de l’Europe.
Discussion et débat en présence de Laetitia Tura

19h : Apéritif, cocktail

Mardi 25 avril 2017
9h : Accueil des participants à la seconde journée, Café
Session 4 – 9h30-10h45
Présidence : Gilles Raveneau, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord
9h30 : Stéphanie Larchanché, Coordinatrice de l’enseignement et de la recherche au centre Minkowska: “L’accueil des réfugiés dans la clinique: L’expérience du Centre Minkowska”
10h00 : Jeanine Rochefort, déléguée régionale, Pierre Ramel, coordinateur régional, Louis Barda, coordinateur général Paris Médecins du Monde, délégation Ile de France : “Médecins du Monde et l’accueil des migrants à Paris”
Discussion (15’)

10h45 : Pause café

Session 5 – 11h-12h15
Présidence : Simona Tersigni, Maîtresse de conférences, Université Paris Nanterre
11h00 : Gilles Raveneau, Maître de conférences, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord : “Regard ethnographique sur les réfugiés de la Chapelle à Paris”
11h30 : Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord, “Corps- non personnes et rituels funèbres: ethnographie entre Lampedusa et Pozzallo”
Discussion (15’)

12h15-13h15 Pause déjeuner

Session 6 – 13h15-14h30
Présidence : Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord
13h15 : Daniela Giannini, Responsable des soins psychiatriques, Clinique San Valentino, Rome : “Le corps des migrants comme celui des patients psychiatriques, un chemin à travers l’identité refusée”
13h45 : Miriam Castaldo, chargé de recherche, Instituto Nazionale per la salute delle popolazioni Migranti e per il contrasto delle malattie della Povertà (INMP) : “Intorno all’antropologia medica e alla clinica transdisciplinare: esperienze meticce”
Discussion (15’)

14h30- Pause café

Session 7 – 14h45-16h
Présidence : Gilles Raveneau, Maître de conférences, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord
14h45 : Simona Tersigni, Maîtresse de conférences, Université Paris Nanterre, Sophiapol : “Quand des enfants sont « déboutés » : corps et supports écrits au coeur d’une carrière d’identification”
15h15 : Elisabetta di Giovanni, Université de Palerme : “Le corps d’eau des migrants non accompagnés. Une perspective ethnohistorique”
Discussion (15’)
16h-16h30 : Conclusions et perspectives de collaboration par Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, MSH Paris-Nord, Gilles Raveneau, Université de Paris Nanterre, LESC, MSH Paris-Nord

Télécharger le programme

Télécharger les résumés

Journées d’étude, “Discipliner le sexuel”, 8 et 9 juin 2017, MESHS Lille

Ces deux journées d’étude sont organisées dans le cadre du programme EpiSex (Partenariat MESHS), avec le soutien du Clersé, du Ceries et de l’EHESS.
L’entrée est libre et gratuite

Dates :
Jeudi 8 juin 2017
Vendredi 9 juin 2017

Lieu :
MESHS
2, rue des canonniers – 59 000 Lille
Métro : Gare Lille-Flandres

Comité d’organisation :
Gwenola Ricordeau, Régis Schlagdenhauffen et Pierre Brasseur

Informations et inscriptions :
gwenola.ricordeau@univ-lille1.fr

 

Programme

Jeudi 8 juin 2017, 14h-17h
Session « Méthodologie et histoire »
Présidente de session : Julie Mazaleigue

La sexualité dans la philosophie positiviste d’Auguste Comte, et ses effets dans le discours nationaliste de l’Action française
Brigitte Demeure

Éros et socialisation : sexualité, érotisme et sociologie naissante
Chiara Piazzesi

« Raconte-nous ton étude, dépravé (fais-nous rire). » – Réactions individuelles en rapport avec les recherches sur les sexualités, et positionnements des chercheurs
Tanguy Vandenabeele

La santé sexuelle : un outil de bio-pouvoir ?
David Simard

Maid in the Philippines. Qualifier les sexualités, sexualiser les qualités
Julien debonneville

Gestion des sexualités dans un centre fermé. Réflexions sur la normalisation de l’intime dans un centre de réhabilitation pour usagères abusives de drogues au Liban
Francis vernède

Vendredi 9 juin 2017, 10h-11h15
Session « Dire et représenter »
Présidente de session : Lucile Ruault

Mâles initiés et mal initiés : la sexualité masculine à l’épreuve de la norme chez Zola
Marion Caudebec

Écriture du sexuel et auto-analyse chez Didier Eribon et Annie Ernaux
Juliette Plé

Le travail du sexe dans les (auto)représentations littéraires et scéniques : soumission et résistance aux normes sexuelles et de genre
Yagos Koliopanos

Vendredi 9 juin 2017, 11h15-12h30
Session « Politique(s) et sexualité(s) »
Président de session : Matthias Thibeaud

Abstinence, Be faithful, use a Condom : Analyse critique d’une politique d’éducation à la sexualité implantée au Vanuatu
Alice Servy

Encadrer la prostitution dans les territoires français occupés par les Allemands entre 1914 et 1918
Nicolas Charles

Gestion de la sexualité des jeunes en colonie de vacances en France : stratégies adultes d’encadrement et stratégies juvénile de contournement
Yaëlle Amsellem-Mainguy, Aurélia Mardon

Vendredi 9 juin 2017, 14h-15h30
Session « Normes, contre-normes et rites »
Présidente de session : Ipek Mercil

« Estando echada en la cama en la forma regular » : les procès de nullité de mariage pour impuissance et l’affirmation des normes de la sexualité conjugale (Espagne, XIX e siècle)
Marie Walin

Je reviens, je vais inséminer la patiente ! ». Sexualité et médecine : quelles négociations au sein d’un centre italien d’assistance médicale à la procréation ?
Lea Linconstant

« Après je me douche ». Sexualité, normes religieuses et disciplines des corps dans les récits de jeunes musulmans
Vulca Fidolini

Réduire quels risques ? Chemsex et avatars d’une santé gay post-sida
Laurent Gaissad

Vendredi 9 juin 2017, 15h45-17h30
Session « Histoire, espaces, pratiques et discours sur la non-mixité »
Président de session : Tanguy Vandenabeele

Éteindre l’embrasement, contrôler l’éréthisme sexuel du tuberculeux dans le premier tiers du XXe siècle
Julien Gaillard

La mixité en contexte de « révolution sexuelle » : quelle place en institution de protection de la jeunesse catholique belge ?
Lynn Bruyere

La non-mixité au Centre Lesbien de Documentation et d’Archives : où est le sexuel, où est le genre ?
Marine Gilis

La détention des mineur·e·s au regard de la mixité et non-mixité dans quatre prisons de métropole
Yaëlle Amsellem-Mainguy, Benoit Coquard, Arthur Vuattoux,

La subjectivation des femmes incarcérées par l’intermédiaire de la sexualité
Ipek Merçil

Conclusions

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche

Appel à communications – Ecole d’été du CHERPA 2017 : LA VILLE, Espace d’expression et de gouvernement des conflits, 19-23 juin 2017

Ecole d’été du CHERPA :
D’abord appelée « École d’été de politique comparée », cet événement annuel réunit depuis plus de 10 ans, autour des doctorants du CHERPA, des chercheurs juniors et seniors pour une semaine d’échanges à Aix-en-Provence. Elle est désignée aujourd’hui « École d’été des sciences sociales du CHERPA », afin de prendre en compte le caractère pluridisciplinaire des recherches menées au sein du laboratoire. L’École d’été propose 4 formules d’échanges et de discussions :

1) les sessions « Fabrique des thèses » qui offrent aux doctorants du CHERPA l’opportunité de soumettre l’état d’avancement de leurs travaux à une discussion collective. C’est l’occasion pour eux de confronter leurs approches, leurs méthodes et leurs hypothèses au regard d’autres chercheurs.
2) les sessions « Conférences thématiques » qui proposent aux doctorants et jeunes docteurs en sciences sociales du CHERPA et d’autres laboratoires, de répondre à un appel à communications pour venir présenter leurs travaux en cours, en lien avec le thème retenu. Les communications sélectionnées sont discutées par des chercheurs confirmés spécialistes du thème.
3) les sessions dites « Programme Off » qui sont proposées, préparées et animées intégralement par les doctorants du CHERPA qui y échangent et débattent autour des enjeux de la thèse en sciences sociales (méthodes, techniques d’enquête, cadre théorique, rapport au terrain, processus d’écriture, etc.)
4) Des animations culturelles (expos, projections) et des espaces de débats en lien avec la thématique de la session.


Appel à communications 2017 :

Que ce soit à travers la dénonciation de leurs “pathologies” (insécurité, pollution, discrimination…) ou la célébration des “vertus” et des “remèdes” dont elles seraient naturellement porteuses (vivre-ensemble, développement économique, revitalisation démocratique…), les villes sont aujourd’hui le territoire privilégié de la projection des enjeux sociaux, économiques, environnementaux et politiques. Dans les médias, les discours politiques ou dans la production scientifique, la ville est tour à tour stigmatisée ou réenchantée comme le point de tension des dynamiques de la société. À ce titre, elle est aussi le lieu où s’exacerbent les différences et les inégalités, le lieu aussi où s’organise et se met en scène (manifestations, défilés, occupations de place) le conflit. De Stalingrad à Alep, de la Commune de Paris aux émeutes de Los Angeles, des Glasgow Rent Strikes au mouvement protestataire de la place Taksim, des revendications pour le Morro à Porto Alegre aux mobilisations des “Plainards” marseillais, les villes sont en effet le théâtre et l’objet de conflits protéiformes. C’est précisément parce qu’elles sont le reflet ou le laboratoire des luttes de pouvoir traversant la société que les villes peuvent constituer un lieu d’observation privilégié de ces dernières. On sait depuis les premières enquêtes des sociologues de l’École de Chicago que l’espace urbain se divise en “aires morales” différenciées (Park, 1925). Les villes abritent en effet des groupes sociaux distincts voire antagoniques dont les interactions génèrent des tensions et des conflits à l’oeuvre dans la production des ordres et des désordres urbains (Elias et Scotson, 1997). Les conflictualités qui s’y jouent traduisent, souvent dans l’organisation spatiale du territoire urbain, l’évolution des rapports de force politiques (luttes électorales, production et fidélisation des clientèles électorales), administratifs, communautaires ou socio-économiques (inégalités sociales, concentration des ressources et des activités). Saisie sous l’angle du conflit, la ville peut agir comme un précieux traceur analytique (Lascoumes, 2003) des transformations du travail politique, de l’action publique (plans d’action, programmes d’aménagement, projets de rénovation urbaine, …) et des mobilisations sociales.
La session 2017 de l’école d’été du CHERPA entend proposer un échange interdisciplinaire sur plusieurs des problématiques qui traversent aujourd’hui les espaces urbains et métropolitains afin de restituer les rapports de force, les asymétries, mais aussi les jeux d’alliances – qu’ils soient politiques, administratifs, sociaux ou économiques – qui structurent l’espace urbain et fabriquent les villes. En poursuivant sa vocation de rencontre pluridisciplinaire, l’école d’été en entend croiser les regards des historiens, des sociologues, des économistes, des anthropologues et des politistes sur les conflits dans les villes.
S’ils demeurent ouverts à toute proposition de communication présentant une approche empirique et originale des rapports entre ville et conflit, les membres du comité d’organisation seront particulièrement attentifs aux propositions de communication en lien avec les 3 axes de problématisation suivants :

1- La ville, instrument de gouvernement des conflictualités
Des formes spectaculaires que peuvent prendre le conflit urbain (émeutes, guérilla urbaines, …), aux configurations plus organisées et structurées (barricades, manifestations, sit in, … ), ces modalités de contestation tendent, de plus en plus, à être articulées aux dispositifs de gestion publique et comprises au travers des multiples interactions entreprises avec les acteurs politiques et institutionnels. Plutôt que de les appréhender comme des “luttes urbaines” animées par des mouvements sociaux autonomes et garant des formes d’innovation socio-spatiale (Castells,1983), l’idée de porter la focale sur la notion de “conflit” urbain permet de replacer ces acteurs contestataires dans un “système d’action” (Melucci 1999) traduisant des processus d’implication et de mise en relation des acteurs de la ville. Ces conflits peuvent dès lors être saisis comme des “actions publiques” individuelles ou collectives, mais également émaner d’instances gouvernementales (Trudelle, 2003).
On peut d’ailleurs considérer que la récente focalisation de la recherche sur les transformations des modes de production de l’action publique urbaine – le passage du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine (Le Galès 1995) – a contribué à lisser les interactions préalablement existantes au principe de la production du territoire. Cette évolution du cadrage théorique témoigne des effets de la pluralisation des acteurs de la ville (secteur privé, agences urbaines, consultants, associations) et de la reconfiguration des formes d’intervention étatique sur l’urbain sur la prise en charge et l’acceptabilité du conflit. Le conflit et la controverse peuvent d’ailleurs être considérés comme une nouvelle modalité de gouvernement, intégrée à la gestion publique par des procédés de mise en concertation de l’action publique locale (Melé, 2008). Les dispositifs participatifs promouvant des formes d’alliance et de coalition entre différents acteurs, voire la co-production des politiques publiques associant des méthodes de New Public Management (Gaudin, 2002), sont ainsi mis en résonance avec la continuation de modes de “régulation” des conflictualités et de la hiérarchisation des intérêts des groupes sociaux en présence (Mattina, 2016).
Si l’on considère qu’il existe une “gouvernementalité” (Foucault, 1978) diffuse, un ensemble de rapports de pouvoirs saillants dans les dispositifs de gestion publique mais également dans toutes formes d’interaction entre les acteurs du territoire, alors le conflit peut être considéré comme un traceur de ces rapports de force. Ainsi, par le conflit peut se fabriquer des “territorialités” (Cadoret, 2011), “l’enrôlement de savoirs et de connaissances” sensibles et intimes des lieux dans la production d’une expertise (Dechezelles, Olive, 2016) qui peuvent être pris en charge par l’action publique locale. Inversement, la constitution de collectifs peut permettre d’intégrer une normativité et un ensemble de référentiels véhiculés par le droit et l’action publique, en d’autres termes, la vision territoriale des institutions, par des procédés de traduction dans un vocabulaire militant (Melé 2005). Toutefois, au-delà de la visibilisation des formes de représentation de l’espace urbain, le conflit consacre également un moment de reconfiguration possible des registres de légitimité de l’action publique (Fourniau, 1996).
Paradoxalement les conflits urbains mettent aux prises la “société civile” et les institutions publiques locales mais aussi les instances de la gouvernance transnationale. A titre d’exemple, le rapport OCDE de 2007 dispose que la notion même d’”administration publique” ne doit plus être appropriée pour décrire le management local multi-niveau et collaboratif qui doit prévaloir dans le processus décisionnel urbain (OCDE, 2007). Or, ces incitations à la mise en place d’une démocratie participative peuvent également être perçues comme les jalons d’une “nouvelle tyrannie”. Cette tyrannie consacrerait la monopolisation par les organismes non élus et les institutions techniques, la dépossession des instances politiques locales de leurs prérogatives et plus largement du poids de la représentation politique (Cooke et Kothari 2001). Ces incitations seraient également au principe d’un nouvel “autoritarisme participatif”. Ces initiatives de développement seraient un terreau pour le renouveau de la domination politique associant experts, autorités décentralisées et ONG internationales, nouveaux acteurs légitimes du développement (Allal 2013).

2- La ville, épicentre insurrectionnel
L’insurrection urbaine est un phénomène que les historiens ont majoritairement étudié à travers la dichotomie entre émeutes menées en période pré-industrielle par une foule irrationnelle, et mouvements révolutionnaires menés au nom de la lutte des classes par des groupes politiques organisés à partir du XIX-XXème. Pour autant, la part des émotions dans l’insurrection à l’ère contemporaine est une voie qui reste largement à explorer. En 1970, dans Cities and Insurrection, Eric Hobsbawm insiste sur la particularité de la ville dans l’histoire insurrectionnelle, et sur la relation de réciprocité entre ville et insurrection : si les structures urbaines influence la forme prise par les mouvements insurrectionnels, ceux-ci déterminent également la structuration du milieu urbain, notamment autour du refus de voir ces mouvements émerger. Ainsi, la représentation de certains quartiers comme viviers d’insurrection (Shoreditch à Londres, Barrio Chino à Barcelone), le recours à des modes d’action propres au milieu urbain (les barricades), à des leviers de mobilisations symboliques (chants, théâtre de rue, iconoclasme…) ou encore la proximité entre centre de contestation et centre de pouvoir qui influence les objectifs urbanistiques des insurgés (Pronunciamiento, Commune) sont autant de phénomènes caractéristiques de l’espace urbain qui encourage à spatialiser davantage l’histoire des mouvements insurrectionnels urbains, afin de faire la part belle à leur environnement.
Sans prendre en compte les guerres civiles, les villes sont de plus en plus des théâtres majeurs de la guerre au XXe siècle. Elle est l’objet de destructions majeures avec l’Air Power (Coventry, Dresde,…) pendant la Seconde Guerre mondiale. Cet espace concentre également une violence particulière au sol en raison de la concentration de civils (réquisitions, otages,…) à partir de 1914-1918 aussi bien de la part de ces civils (snipers,…) que des armées régulières, notamment en théâtre contre-insurrectionnel (bataille d’Alger, opérations israéliennes dans les territoires occupés ou guerre de Tchétchénie plus récemment). Au XXe siècle, la ville ne peut être résumée, lors d’un conflit armé, à un simple théâtre, un simple environnement : elle paie également un lourd tribu, dans la mesure où la violence se dirige également contre l’espace urbain à part entière et en fait un acteur de la guerre. Le terme d’ “urbicide” traduit ce phénomène qui, loin d’être propre aux conflits contemporains, n’a que peu été étudié en tant qu’objet académique avant les conflits yougoslaves. En effet, il ne s’agit plus de considérer la destruction de la ville comme un objectif stratégique lié à la nécessité d’en neutraliser les forces vives (centres économiques, institutionnels, de communication, les infrastructures clés). Il s’agit également de donner à cette destruction une dimension politique et historique. La ville est attaquée en tant qu’espace de vivre ensemble, afin d’appuyer le discours des belligérants sur l’incapacité de poursuivre toute interaction entre les factions. L’espace urbain fait donc office d’ennemi, et doit être en ce sens combattu en tant que tel. Il convient donc de s’intéresser aux différentes modalités de cet “urbicide”, aux discours et revendications des acteurs, mais aussi à des études de cas contemporaines qui permettront d’enrichir le concept.

3- Séparation, ségrégation, zones grises, no man’s land : manifestations du post-conflit sur le territoire urbain
Penser la ville comme théâtre du conflit suppose de penser, une fois les hostilités ayant cessé, la ville comme un espace éminemment meurtri. Le concept de “post-conflit” a été largement théorisé, discuté et critiqué par la littérature en sciences sociales, notamment en utilisant comme entrée des concepts tels que la réconciliation, la reconstruction, sécurisation, peace et state-building. Sa matérialisation dans l’espace urbain constitue également un objet de recherche à part entière. Les peace walls en Irlande du Nord ont notamment mis en évidence l’échec du Good Friday Agreement à apporter une réconciliation durable. Alors qu’il a indubitablement servi à faire cesser les violences de grandes échelles et les affrontements entre l’IRA et l’UDA, le quotidien des civils reste ponctué d’alertes de sécurité, de lancés de cocktail Molotov, voire d’émeutes. Ces murs, ironiquement appelés “peace walls” ne sont rien d’autre que la continuation du conflit civil par une ségrégation durable, traduite au niveau de l’architecture urbaine. Ponts, murs, check points, sont autant de matérialisations de l’incomplète résolution du conflit. Etudier leur apparition, leur évolution et les reconfigurations de l’espace urbain qu’ils entraînent constituent donc un apport indéniable dans la littérature sur le post-conflit.
Les villes en situation de post-conflit sont l’objet de constructions mémorielles et d’entreprises parfois concurrentes de patrimonialisation du passé conflictuel. La ville se trouve au coeur des politiques mémorielles, et laisse ainsi entrevoir leur dimension spatiale. Par le truchement de leur matérialisation dans l’espace urbain, se matérialise également le potentiel conflictuel qu’elle renferme. Les travaux de Federica Rossi sur les controverses interprétatives des Années de plomb en Italie autour des plaques commémoratives de la gare de Bologne et de la Piazza Fontana à Rome mettent en évidence la dualité du processus mémoriel dans l’espace urbain : y inscrire la mémoire d’un événement, mais aussi façonner l’identité politique de la ville et du pays en guidant le sens à donner à l’événement. De même, les travaux sur les lieux de mémoire (très souvent urbains) font la part belle aux fêtes politiques entretenant le souvenir des conflits (travaux de Rémi Dalisson par exemple). L’étude de la relation de réciprocité entre espace urbain et mémoire sera donc au centre des propositions, afin d’analyser comment la particularité -historique, sociale, politique, voire économique- d’un espace est à insérer dans la construction d’une mémoire commune. Les processus de patrimonialisation, de muséification de la ville seront d’un intérêt tout particulier pour cet objet.


Modalités de soumission :
Les propositions de communication feront : 2 pages maximum
Les propositions comporteront en tête de page : Nom du doctorant ou docteur, Titre de la thèse, Directeur de la thèse, Institution d’appartenance, nombre d’année d’inscription en thèse.
Les textes complets des communications sélectionnées comporteront : 30 000 à 40 000 caractères tout compris


Calendrier :
Les propositions de communication des doctorants et jeunes docteurs sont à envoyer : avant le 26 avril 2017, par email à : recherche@sciencespo-aix.fr
Le comité de sélection informera les auteurs : le 3 mai 2017
Les textes des communications sélectionnées sont à envoyer : avant le 1er juin 2017, par email à : recherche@sciencespo-aix.fr


Comité d’organisation de l’école d’été du CHERPA 2017 :
Philippe Aldrin, Professeur de Science politique, Sciences Po Aix, Directeur du CHERPA
Laurence Combarieu, Directrice de la DRV, Sciences Po Aix
Walter Bruyère-Ostells, Professeur d’Histoire, Sciences Po Aix, CHERPA
Elisa Dienesch, Maîtresse de Conférences en Sciences économiques, Sciences Po Aix, CHERPA
Laurence Dufresne-Aubertin, doctorante en Science politique, Sciences Po Aix, CHERPA
Yannick Effossou, doctorant en Histoire, Sciences Po Aix, CHERPA
Nathalie Ferré, doctorante en Science politique (AD’SPO), Sciences Po Aix / EGE Rabat, CHERPA
Franck Frégosi, Professeur de Science politique Sciences Po Aix, CHERPA
Audrey Freyermuth, Maîtresse de Conférences en Science politique, Sciences Po Aix, CHERPA
Sophie Gueudet, doctorante en Histoire, Sciences Po Aix, CHERPA
Candice Ménat, docteure en Histoire, Sciences Po Aix, CHERPA
Coline Mias, doctorante en Science politique, Sciences Po Aix, CHERPA
Sarah Sajn, doctorante en Science politique, Sciences Po Aix / ULB, CHERPA
Guillaume Silhol, doctorant en science politique (AD’SPO), Sciences po Aix, CHERPA
Sarah Tonsy, doctorante en Science politique, Sciences Po Aix, CHERPA
Christophe Traïni, Professeur de Science politique, Sciences Po Aix, CHERPA

Journée d’étude des Archives Husserl : “Violence et coexistence, dialectique et histoire chez Maurice Merleau-Ponty”, 20 mai 2017, ENS-Paris

Cette journée ouvre un cycle de trois années d’études, qui entend interroger les relations entre philosophie et politique chez Merleau-Ponty, en continuité avec les dernières manifestations scientifiques tenues à Paris sur cet auteur.
La philosophie politique de Merleau-Ponty ne s’inscrit pas uniquement dans quelques livres ou articles qui lui sont explicitement consacrés. Entrelacée à l’ensemble de la pensée du philosophe, elle s’appuie sur sa phénoménologie, son anthropologie latente, comme son ontologie inachevée ; mais elle participe aussi à orienter celles-ci, plus fortement et précocement qu’on pourrait le croire.
Cette relation vivante et réciproque, indissociable du visage existentiel de la philosophie de Merleau-Ponty, ne va pas sans tensions, à la fois dans l’espace conceptuel de sa pensée et le temps de son évolution. Tensions internes à sa phénoménologie, à sa philosophie politique, entre elles et avec l’ontologie tardive, et, de bout en bout, internes à sa conception même de la chair.
La présente journée est consacrée à examiner ces interactions et tensions dans les textes de Merleau-Ponty, à la lumière des recherches doctorales actuelles, des publications récentes ou imminentes de manuscrits et interventions du philosophe (entretiens avec Georges Charbonnier et autres dialogues, cours au Collège de France sur la philosophie dialectique), mais aussi des documents encore inédits – notamment les manuscrits de la fin des années quarante.

Un prochain colloque (2018) se penchera sur les différentes faces de la postérité politique de cette pensée, du vivant du philosophe jusqu’à nos jours. Ces deux angles d’approche complémentaires seront ensuite repris au Canada (2019).

Date :
Le samedi 20 mai 2017

Lieu :
École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Salle Cavaillès

Organisation :
Marc Crépon (CNRS-ENS), Jérôme Melançon (Univ. of Regina, Canada) et Emmanuel de Saint Aubert (CNRS-ENS)

Programme

9h30 : Claire Dodeman
« Le conflit de la morale et du réalisme politique dans les textes de jeunesse de Merleau-Ponty »

10h30 : Alexandre Feron
« Un scénario marxiste ? Politique et philosophie dans l’évolution de Merleau-Ponty »

11h30 : David Belot
« Merleau-Ponty face aux critiques des Aventures de la dialectique »

14h30 : Marylin Maeso
« Violences et apparences dans l’œuvre de Merleau-Ponty : pour une politique de l’ambiguïté »

15h30 : Judith Revel
« Dans l’épaisseur de l’histoire : “La virtù sans aucune résignation” »

16h30 : Pause

16h45 : Jérôme Melançon
« Un régime à imaginer : le renouvellement du socialisme et du libéralisme par Merleau-Ponty »

Séminaire de recherche IRIS/OIP “Sciences sociales et prison « Prison et politique »”, programmation 2016-2017, EHESS

La section française de l’Observatoire international des prisons (OIP) et l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris) animent depuis 2014 un séminaire de recherche sur les institutions carcérales. Il s’agit de mener conjointement une réflexion sur les pratiques des acteurs qui travaillent dans et autour de la prison et sur les expériences des personnes détenues.
Dans un dialogue entre recherche et pratiques, en présence de chercheurs et de professionnels de terrain, le séminaire aborde les institutions fermées par le prisme des rapports sociaux et politiques à l’oeuvre, de l’échelle de l’expérience individuelle à l’intervention institutionnelle.
Cette année, le séminaire propose une réflexion sur la prison et le politique, à la fois pour penser la place occupée par la question carcérale dans le discours politique et pour analyser les conditions d’émergence d’un espace public et politique au sein des établissements pénitentiaires.

Oganisation :
Séminaire de recherche coordonné par Marc Bessin, Marie Crétenot, Camille Lancelevée et Cécile Marcel.
Coorganisé par l’IRIS (EHESS) et l’OIP.

Lieu :
EHESS  : 105 bd Raspail 75006 Paris ou 96 bd Raspail 75006 Paris


Contacts :
sciencessocialesetprison@gmail.com
https://prison.hypotheses.org

 

Programme

Lundi 14 novembre 2016 | 17h-20
Introduction : Populisme pénal, la prison saisie par le politique
Amphithéâtre François Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris

Lundi 9 janvier 2017 | 17h-20h
Réformer les prisons : le bruit des syndicats, le silence des surveillant.e.s
Salle des Lombards, 96 bd Raspail 75006 Paris

Lundi 13 février 2017 | 17h-20h
Privés de parole politique. Quel espace public en prison ?
Salle des Lombards, 96 bd Raspail 75006 Paris

Lundi 13 mars 2017 (17h-20h)
Les prisons et le marché : la place des acteurs privés
Salle des Lombards, 96 bd Raspail 75006 Paris – Attention, en raison de travaux, l’entrée se fait par le 19 rue Notre-Dame-Des-Champs

Séance coordonnée par Camille Lancelevée (docteure en sociologie, IRIS, EHESS) et Cécile Marcel (directrice de l’OIP – section française)

Table-ronde avec Michel Benac (ancien directeur emploi-formation chez GEPSA), Julie Ollivaux (directrice des services pénitentiaires, ancienne adjointe au chef d’établissement du centre de détention de Saint Mihiel), Alexia Venouil (docteure en science politique, Pacte, Sciences Po Grenoble), Jennifer Yeghicheyan (docteure en ethnologie, SANTESIH, Université de Montpellier).

Alors que la part des missions déléguées au secteur privé et le nombre de prisons concernées augmentent depuis la fin des années 1980 en France, la recherche en sciences sociales et le monde associatif se sont peu intéressés à la place des acteurs privés en milieu carcéral. Afin de sortir d’un débat qui se réduit souvent à une opposition un peu caricaturale entre l’apologie de l’efficacité économique du privé et la dénonciation d’un “complexe industrialo-pénitentiaire”, cette séance propose de réfléchir aux enjeux sociaux, économiques et politiques soulevés par la présence du secteur privé entre les murs des prisons françaises. Comment expliquer le recours croissant par l’administration pénitentiaire à la gestion déléguée et au partenariat public-privé ? Dans quelle mesure les contraintes du privé viennent-elles influencer la fabrique des politiques pénitentiaires mais également modifier le fonctionnement quotidien des prisons ?

Lundi 24 avril 2017 | 17h-20h
La prison sous contrôle démocratique
Salle 7, 105 Bd Raspail 75006 Paris

Lundi 15 mai 2017 | 17h-20h
La prison en réponse aux violences politiques ?
Salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris

Lundi 12 juin 2017 | 17h-20h
L’utopie de la prison modèle
Salle des Lombards, 96 bd Raspail 75006 Paris

Télécharger le programme

 

Nouvelle parution : Annales bergsoniennes, VIII. “Bergson, la morale, les émotions”, par Arnaud François et Camille Riquier (dir.)

Ce huitième volume des Annales bergsoniennes poursuit, comme les trois précédents, l’investigation entamée dans le sillage du dernier livre de Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, en direction de notre propre présent, vers les problématiques de philosophie pratique : après les questions de la politique, de la catastrophe et de la guerre, c’est à présent celle de la morale, organisée autour de celle de l’émotion et divisée comme elle (selon le partage décidément crucial du clos et de l’ouvert), qui est posée.
Le dossier « Bergson, philosophe de l’émotion » aborde donc des problèmes esthétiques, religieux et sociaux. Il est lui-même entouré d’un article de varia et de deux inédits : l’un, dû à Bergson lui-même, est consacré à des questions de philosophie de la croyance ; l’autre, consistant dans deux lettres adressées à Bergson par le philosophe Delfim Santos, nous fait découvrir les prémices, peu après la parution des Deux sources, de la réception encore mal connue en France de Bergson au Portugal.

Table des matières

Présentation générale
Arnaud François et Camille Riquier

Première partie – Inédits

1. Un inédit de Bergson : le compte rendu de la Psychologie de la croyance de Camille Bos
« Présentation du texte de Bergson »
Gabriel Meyer-Bisch
« Compte rendu de la Psychologie de la croyance de Camille Bos »
Henri Bergson

2. Deux lettres de Delfim Santos à Bergson
« Présentation des lettres de Delfim Santos à Bergson »
Magda Costa Carvalho
Lettres de Delfim Santos à Bergson

Deuxième partie – Dossier : Bergson, philosophe de l’émotion

« Bergson, philosophe de l’émotion. Présentation du dossier »
Anthony Feneuil et Ghislain Waterlot

1. Figures croisées de l’émotion
« Sensibilité et émotion chez Bergson et Hume »
Arnaud François
« Le rôle de l’Allemagne dans l’interprétation des émotions par Bergson »
Jean-Louis Vieillard-Baron
« Bergson et Sartre. Vers une phénoménologie de l’émotion »
Brigitte Sitbon

Introduction – « L’émotion poétique : Henri Bergson et T. S. Eliot »
Ioulia Podoroga

2. L’émotion : philosophie de l’art, morale et politique
« Intuition et émotion : une relation méconnue »
Johannes F. M. Schick
« La poïétique bergsonienne : émotion créatrice et fabrication comme genèses de l’œuvre d’art »
Nadia Yala Kisukidi
« La fécondité créatrice de l’émotion esthétique »
Anne-Laure Ledoux
« À propos de l’émotion créatrice. Vie, institution et histoire dans Les Deux Sources »
Florence Caeymaex

3. Émotion et religion
« La “passion de la justice”. Judaïsme et christianisme dans Les Deux Sources de la morale et de la religion »
Arnaud Bouaniche
« Vivre le réel. Que nous apprennent, dans leur différence, l’amour et la joie?»
Ghislain Waterlot
« Un autre Bergson ? Sur la théorie de la personne comme émotion, nouveauté des Deux Sources »
Anthony Feneuil
« Emotion et communion chez Bergson »
Emmanuel Falque
« La puissance émotionnelle du kérygme – De Bergson à Ricœur »
Camille Riquier


Troisième partie – Varia

« Automatisme, rêve et tension mnésique chez Bergson »
Joël Dolbeault


Quatrième partie – Travaux publiés et thèses soutenues par les membres de la Société des amis de Bergson (2014-2016)

Informations techniques :
Annales bergsoniennes, VIII. Bergson, la morale, les émotions par Arnaud François et Camille Riquier (dir.)
Presses Universitaires de France
Février 2017
368 pages
28,99 €
Livre numérique
ISBN : 978-2-13-073260-0

Appel à communications : Colloque “Révolution et émancipation”, 2 et 3 février 2018, Paris

Au sens strict, une révolution est un changement de régime politique. Elle est aussi définie par le Larousse comme un « changement brusque et violent dans la structure politique et sociale d’un État, qui se produit quand un groupe se révolte contre les autorités en place, prend le pouvoir et réussit à le garder ». Mais en mettant l’État et la violence au centre de la définition, ne se prive-t-on pas de penser la diversité des moments révolutionnaires ou insurrectionnels et de leurs effets ? Que signifie « prendre » et « garder » « le » pouvoir ? De quel universel les volontés subversives se réclament-elles ? De quelles autorités, de quelles légitimités les prétentions révolutionnaires se prévalent-elles ?

Trois révolutions sont classiquement évoquées dans le domaine de la théorie politique : les révolutions américaine, française et bolchévique (dont on fête le centenaire en 2017). Elles ne sont assurément pas les seules : 1848 en France, la Commune de Paris (1871), la révolution chinoise, cubaine, la guerre d’Espagne ou plus près de nous la révolution zapatiste et les « révolutions par les urnes » en Amérique latine contemporaine (comme la révolution bolivarienne au Venezuela), « les printemps arabes ». Les révolutions ont été décrites, dans les sciences sociales, à partir d’une multitude de problématiques et de modalités d’explication : on a pu insister sur la singularité de certains phénomènes révolutionnaires, donc sur leurs spécificités irréductibles, ou sur les affinités profondes qui relient la plupart des révolutions, du passé et du présent ; on a pu les expliquer à partir d’un ensemble de causes ou de variables structurelles, à travers des modèles séquentiels, ou des logiques propres aux événements politiques qui les composent. Les révolutions peuvent être, par ailleurs, rapides ou lentes, précédées de signes avant-coureurs ou non, inachevées ou non, porteuses de continuités souterraines ou au contraire d’inédit. Les études postcoloniales ont par ailleurs mis en évidence que les révolutions ne sont pas une spécificité occidentale et que de multiples traditions révolutionnaires, c’est à dire de multiples manières de penser et pratiquer le changement violent d’un régime politique, ont parsemé la planète à l’âge moderne et contemporaine. L’anthropologie, de son côté, a montré que les sociétés de petite taille ne sont pas non plus exemptes de changements brusques d’organisation sociale. Les contestations politiques ne se font pas toujours au nom d’un changement de régime mais peuvent investir des formes de vie alternatives et d’autonomie radicale (ZAD, socialistes associationnistes etc.).

Si c’est l’histoire qui scelle, en fin de compte, la « réussite » (aussi partielle soit-elle) ou l’« échec » de la révolution, un certain nombre de questions surgissent. Que veut dire « réussir » pour une révolution ? Comment jongler entre les convictions idéologiques et programmatiques des révolutionnaires eux-mêmes et la perception du changement social profond dont la révolution est l’autre nom ? Comment analyser la part de violence et de radicalité dans la phénoménalité révolutionnaire, entendue comme prise du pouvoir ? Qu’est-ce que la violence ? Qu’est-ce que la radicalité ? Par rapport à qui, à quoi ? Quel rapport entre les phénomènes de subjectivation et les transformations plus structurelles du monde commun ? Y compris la transition des usages des médias imprimés vers le numérique ? Dans l’émergence et la diffusion des soulèvements, quels liens entre les dynamiques des subjectivations et celles des organisations ? Par ailleurs, les révolutions peuvent être suivies de contre-révolutions ou peuvent être conservatrices : le camp de l’émancipation n’a pas le monopole de la révolution. La réaction contre-révolutionnaire est-elle inévitable ? Est-ce que l’on peut, à cet égard, distinguer les révoltes et les insurrections des révolutions ? Que peut-on tirer des expériences historiques sur ces sujets ? Que nous apprennent l’histoire, la philosophie, l’anthropologie ? En science politique de nombreux débats ont surgi autour des relations entre réformisme et révolution, débats qui se sont renforcé après les « révolutions pacifiques » en Amérique Latine. Est-il possible de faire une révolution en restant dans le système de la démocratie représentative ? Une révolution peut-elle être l’effet de l’accumulation d’un certain nombre de réformes structurelles ? Comment une révolution devient-elle hégémonique ? Pourquoi certains processus politiques choisissent-ils le mot révolution comme identité politique ?

Ce qui motive ce colloque est, au fond, de chercher à comprendre à quelles conditions, sociales, historiques et politiques, une révolution peut être le vecteur de l’émancipation. Le centenaire de la révolution russe de 1917, qui joua un si grand rôle au 20ème siècle, mais fut aussi une très grande déception, semble fort propice pour cet examen, pour lequel les organisateurs mobiliseront les éclairages de la philosophie, de la sociologie, de la science politique, de l’anthropologie politique et de l’histoire.


Dates et lieu du colloque :
Les 2 et 3 février 2018 à Paris (le lieu reste à préciser)

Propositions de communication :
Les communications proposées présenteront à la fois un point de vue théorique et un terrain empirique, de manière à pouvoir confronter ce que chacun dit depuis une situation quand il parle de “révolution”. La révolution est une notion concept feuilletée et nous voudrions pour ce colloque inaugural pouvoir revisiter sur un mode critique et empirique ce feuilletage.

Les propositions de communication feront : 3000 signes maximum
Seront indiquées : adresse, discipline principale et affiliation

Dates limites :
Les propositions de communication sont à envoyer avant le 5 mai 2017
Par email à l’adresse suivante : revolutions2018@gmail.com


Organisation :

Le Laboratoire du Changement Social et Politique – université Paris 7 Diderot, Le Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris – université Paris 8, Le Laboratoire de Sociologie, Philosophie et Anthropologie Politique – université Paris 10 Nanterre, Le Centre d’Etudes Sociologiques et Politiques Raymond Aron – EHESS, Le Centre d’Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales – Université Lille 2, L’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain – CNRS, Le Laboratoire Identités, Cultures, Territoires – université Paris 7 Diderot et Espaces Marx

La revue Actuel Marx est partenaire de cet événement


Conseil scientifique :

Vincent Bourdeau (philosophie politique), Manuel Cervera-Marzal (philosophie politique), Sophie Coeuré (histoire), Marie Cuillerai (philosophie politique), Hugo Touzet (sociologie), Christophe David (philosophie), Jean-Numa Ducange (histoire), Kevin Eybert (sociologie), Jules Falquet (sociologie), Anders Fjeld (philosophie politique), Fabrice Flipo (philosophie politique), Stéphane Haber (philosophie politique), Laurent Jeanpierre (science politique), Azadeh Kian (sociologie), Matthieu Le Quang (science politique), Michèle Riot-Sarcey (histoire), Jean-Marc Salmon (sociologie), Federico Tarragoni (sociologie), Sophie Wahnich (histoire).