Tous les articles par Jérémy Lemarié

Séminaire : “Frontières, espaces, identités”, 3e séance, 6 février 2014, Paris Ouest

Bandeau_web_frontieres2

Dans le cadre de la mise en place du nouveau programme de recherche quinquennal (2014-2018), le Sophiapol propose un séminaire autour de la problématique de l’axe 2 du laboratoire intitulé “La production des frontières : identités et espaces“. Pour cette première année du séminaire, l’accent sera essentiellement mis sur des recherches en cours au sein du Sophiapol, en philosophie, en sociologie ou en anthropologie. Il s’agira d’interroger d’une part les rapports entre territoires et identités et d’autre part la question des catégorisations sociales.

Le propos de ce séminaire est d’aborder en quelques séances distinctes la question de la diversité interne aux sociétés contemporaines en s’intéressant tout d’abord au choix étatique en France de politiques de la ville pour gérer cette situation de façon “géographique”; puis en élargissant le questionnement au développement du fait minoritaire dans les métropoles contemporaines et à ses modélisations internationales ; enfin en prenant l’espace public comme scène de représentation de l’unité nationale comme d’expression de la diversité minoritaire.

Lieu et date :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle T237
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisation :
Stéphane DufoixChristian Lazzeri et  Anne Raulin (Université Paris Ouest, Sophiapol)

 

Programme

Jeudi 9 janvier 2014 | 16 h
Minorités/majorités 1 : Les politiques de la diversité en France, territoires et entreprises
Avec Milena Doytcheva (Université de Lille 3, CADIS-EHESS)
Discutante : Anne Raulin (Université Paris Ouest, Sophiapol)

Jeudi 23 janvier 2014 | 16 h
Minorités/majorités 2 : Comparatismes urbains, minorités et mondialisations
Avec Maurice Blanc (Université de Strasbourg, Revue Espaces et Sociétés), Colin Giraud et Anne Raulin (Université Paris Ouest, Sophiapol)

Jeudi 6 février 2014 | 16 h
Du religieux dans l’espace public ? Effacements et émergences
Avec Sepideh ParsapajouhAnne RaulinSimona Tersigni (Université Paris Ouest, Sophiapol), Jing Wang (IIAC-EHESS)

La dramatisation de l’espace public a pris une tournure particulière dans les démocraties modernes. Espace politique et espace religieux ont pu se retrouver placés en concurrence, avec des configurations très particulières selon les pays et les religions concernées. Cette séance abordera la question, permettant aussi une interrogation sur des sociétés où la dissociation entre le religieux et le politique n’est pas entérinée.

Mercredi 12 mars 2014 | 14 h
Solange Chavel (Université de Poitiers)
La dynamique des frontières : leçons pour une philosophie politique des migrations

Mercredi 9 avril 1014 | 14 h
Speranta Dumitru (Université Paris Descartes, CERSES)
Frontières externes et internes. Du contrat social comme volonté politique de handicaper

Mercredi 14 mai 2014 | 14 h
Christian Lazzeri (Université Paris Ouest, Sophiapol)
Identités et catégorisations sociales

Télécharger le programme du séminaire au format pdf.

Crédits : Devora Neumark, Limites et renouveau, 5 octobre 2013 (licence Creative Commons).

Colloque : “Penser l’écologie politique : sciences sociales et interdisciplinarité”, 13-14 janvier 2014, Paris 7 Diderot.

Penser ecologie politique

Ce colloque part du constat d’une difficulté : de quoi parle-t-on lorsqu’on parle d’« écologie politique » ? Parle-t-on de développement durable ? D’après-développement, de buen vivir, d’écosocialisme, de décroissance, d’écosophie etc. ? Comment écologie et politique, politique et écologie s’articulent-elles dans cette expression à la signification des plus plastiques ? Quelle place prennent les travaux en sciences sociales tant dans les recherches en environnement que dans la discussion engagée dans le champ de l’écologie politique ?

Entrée
Libre dans la limite des places disponibles
MERCI DE VOUS INSCRIRE EN CLIQUANT SUR CE LIEN

Date 
Lundi 13 et mardi 14  janvier 2014

Lieu
Université Paris 7 Diderot
Site des grands moulins
Bâtiment Buffon, 15 rue Hélène Brion 75013 Paris
RER C, Metro 14, Bibliothèque François Mitterand
T3a, Avenue de France

Organisation
Paris 7 CSPRP / Paris 10 Sophiapol / Sciences Po Lille CERAPS LADYSS SET Pau / TEM-Institut Mines-Télécom
Revues partenaires : Écologie & PolitiqueRevue du Mauss, Mouvements, Nature Sciences Sociétés

 

Argumentaire

Le mouvement écologiste distingue, de son côté, depuis les origines, « l’écologisme » de « l’environnementalisme », au motif que le premier cherche à modifier les causes profondes de la dégradation de la nature et plus largement du monde vécu, tandis que le second s’en tient à la protection de la nature. Ces enjeux n’ont jamais été plus actuels, les écologistes obtiennent des scores parfois élevés aux élections (autour de 20 % tous partis confondus aux Européennes de 2009), et les questions écologiques font l’objet de tensions internationales croissantes (sommet Rio+20). Académiquement parlant, en dépit de cette dimension politique et sociétale évidente, le champ a surtout été occupé par les sciences dites « dures » (écologie, ingénierie, etc.). A l’heure où les sciences humaines et sociales en France investissent toujours plus ces questions, mais de manière inégale, il apparaît nécessaire de faire le point pour cerner les enjeux, les problèmes et les défis à relever. Dans une bibliothèque, l’étagère la plus fournie, en matière d’écologie politique, se nomme « développement durable ». L’économie est la discipline la plus représentée, mais on y trouve également la géographie, la sociologie, le droit, la philosophie, l’anthropologie et l’histoire. Certes, la thématique écologique s’est construite comme une critique de la société industrielle et de ses aspects productivistes et de consommation , que la poursuite de la croissance symbolise. Mais comment aller plus loin ? La critique du capitalisme est-elle suffisante ?

Il est admis que différentes conceptions de la nature se partagent l’histoire : prémoderne, moderne et « écologique ». A l’observation chez les Grecs aurait succédé l’expérimentation chez les Modernes, et le respect serait à venir. Or le statut de la troisième conception fait problème, dans la série. L’analyse politique tient en effet pour acquis que le passage du prémoderne (ou « antique ») au moderne implique des changements massifs : émergence de l’État, de l’économie de marché, du développement technologique, passage de la « liberté des Anciens » à la « liberté des Modernes », d’Aristote au constructivisme social, etc. Entre le prémoderne et le moderne, l’écart est souvent considéré comme étant celui de l’émergence de la science et de la technique elles-mêmes. Si l’écart entre la deuxième et la troisième conception devait être de la même magnitude, reste à savoir dans quel sens il faut s’engager pour opérer la conversion souhaitée de l’expérimentation au respect. On accuse fréquemment les écologistes de vouloir « revenir à l’âge de pierre » (ou de la lampe à pétrole). La protection de la nature n’est-elle pas plutôt un « souci moderne », qui ne se fait jour que lorsque l’agir humain atteint une certaine magnitude ? La question taraude les études sur l’écologisme, sans trouver de réponse claire.

Si, pendant des années, voire des décennies, il y a eu si peu de travaux et qu’ils ont été si peu lus, c’est parce que les auteurs qui se sont engagés à l’époque dans cette voie ont été marginalisés au motif que, pour s’intéresser à l’écologie, il fallait être écologiste, c’est-à-dire « croire » aux dangers dont les « écologistes » de l’époque disaient qu’ils menaçaient, « croire » aux « prédictions » de ces Cassandre. Nous sommes loin aujourd’hui de cette marginalisation. On n’a jamais autant parlé d’écologie (ou d’environnement) en France et dans le monde. Les voix les plus soucieuses de correction et les moins soupçonnables de vouloir changer quoi que ce soit à l’ordre établi ont même rejoint le chœur des marginaux d’hier et ne sont pas les moins radicaux. Les rapports, articles, livres, émissions, films « écologistes » sont aujourd’hui nombreux et accessibles, mais qu’en est-il de la place de l’« écologie politique » en tant que paradigme dans le champ des études académiques ? La communauté savante serait-elle aussi neutre qu’elle le prétend ? Ou au contraire a-t-elle tendance à s’aligner sur les positions de la diplomatie française, à l’échelle internationale, qui est celle d’un pays riche ?

Si elle circule bien mieux qu’avant dans la société, la littérature écologiste reste méconnue de la très grande majorité des universitaires qui la jugent a priori bigarrée et « nébuleuse ». Les auteurs « écologistes » ne sont pas nécessairement passés par l’université et, s’il arrive qu’ils soient universitaires, ils écrivent sur l’écologie en marge de leur domaine principal de recherche. Mobiliser la communauté universitaire des sciences humaines et sociales autour des enjeux de l’écologie politique, c’est certes travailler à lui faire comprendre la pertinence intellectuelle et politique de ce paradigme mais aussi travailler à réconcilier les universitaires avec les « intellectuels organiques » issus du mouvement écologiste, intellectuels qu’ils ne connaissent pas mais qui, eux, se sont formés en lisant parfois les mêmes auteurs que certains universitaires…

L’objectif de ce colloque sera donc d’examiner pourquoi les sciences humaines et sociales ont-elles tant de mal à intégrer la question écologique, comment l’écologie politique en tant que paradigme pourrait-elle être pensée ? En quoi consiste-t-elle ? Ces difficultés sont-elles les mêmes dans toutes les disciplines ? Comment les expliquer ? Comment les surmonter ?

Parmi les thèmes qui seraient à aborder (non exhaustif) :

  • questions épistémologiques liées à l’intégration de « la nature » en sciences humaines et sociales : le risque d’introduire du déterminisme (« biologisme » etc.), le rapport aux sciences dites « de la nature » (lesquelles etc.), et plus généralement aux savoirs et savoir-faire (techniques, technologies) mis en œuvre par une société dans son rapport au milieu ;
  • difficulté de « faire science » (même « humaine et sociale ») à propos d’un objet qui entremêle science, politique, engagement citoyen… Comment constituer un champ ? Quel est le corpus (livres, tracts, documents etc.) ? Est-ce souhaitable ? Est-ce possible ? Doit-il être interdisciplinaire ? Mais alors est-ce encore un champ ?
  • liens entre sciences humaines et sociales et intellectuels organiques du mouvement écologiste ;
  • la communauté des sciences humaines et sociales intègre-t-elle mieux l’écologie politique en tant que paradigme dans d’autres pays qu’elle ne le fait en France ?
  • de quel secours les SHS sont-elles capables, au regard du défi posé à la société et plus largement au monde dont elles émanent ? Quelles sont les perspectives politiques de l’écologie politique ? Quelles sont les spécificités de ce champ politique, par rapport à d’autres, déjà balisés ? Est-elle porteuse seulement de politique, ou plus généralement d’un « grand récit », susceptible de prendre le relais de ceux qui se sont épuisés ? Ou est-ce autre chose encore ?

Ce colloque fait le pari de la pluridisciplinarité (problématisation de l’écologie politique à partir de différents cadres disciplinaires) et de l’interdisciplinarité (travail sur les cadres disciplinaires, dans ce qu’ils peuvent avoir d’aveuglant). Le postulat est que les difficultés rencontrées dans chaque discipline, pour saisir l’écologie politique, s’éclaireront mieux par le concours des autres. Pour éviter toutefois que l’éclairage multidisciplinaire et interdisciplinaire de l’écologie politique ne vire à l’éclectisme, il sera demandé que les contributions interrogent autant l’objet étudié que les difficultés rencontrées dans leur discipline pour le cadrer, ce qui suppose de rendre visibles les fondements d’une discipline pour les autres contributeurs, permettant ainsi au dialogue de s’instaurer. Il n’y a pas de dialogue possible entre deux secteurs trop spécialisés de la recherche, car les présupposés d’un secteur sont si nombreux qu’aucun autre ne peut pleinement les maîtriser. C’est aux spécialistes de remonter en généralité, et situer leur position au sein de courants théoriques plus vastes, qui seuls peuvent être confrontés les uns aux autres. Chaque intervenant sera donc invité, à partir de son objet de réflexion et de son positionnement, à penser la place présente et à venir de sa discipline au sein d’une réflexion globale sur l’écologisme.

 

Voir :
Le site du colloque “penser l’écologie politique” : programme détaillé, contacts, comité scientifique…

Séminaire bilingue d’aide à la recherche, 1ère séance: 24 octobre 2013, Paris Ouest

Logo seminaire

 

L’objectif de ce séminaire bilingue vise à dynamiser la carrière des doctorants. Pour cela, il tente de constituer un corps de chercheurs se réunissant toutes les semaines afin de mettre en œuvre une dynamique d’écriture et de relecture collective.

Inspiré par les initiatives doctorales américaines, ce séminaire envisage d’améliorer la qualité et l’efficacité rédactionnelle des doctorants en traitant des problèmes théoriques, pratiques, grammaticaux et syntaxiques de l’écriture. Il tente également d’expliquer en quoi le travail de rédaction est avant tout un enrichissement collectif plutôt qu’une contrainte individuelle.

Le caractère bilingue du séminaire implique que certains participants peuvent également rédiger et relire les travaux en anglais. Néanmoins, la maîtrise de cette langue n’est pas obligatoire pour y participer.

Dates :
Tous les jeudis de 15h30 à 17h30 à partir du jeudi 24 octobre.

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
bâtiment DD, salle 303.

Organisateur et contact :
Jérémy Lemarié (Université Paris Ouest) dans le cadre du Sophiapol (EA 3932).
Contact mail

Calendrier

Les thèmes des séances sont fixés à titre indicatif et ils évolueront selon les besoins des participants.

1ère séance : jeudi 24 octobre
Présentation du séminaire et des participants.

2e séance : jeudi 31 octobre
Être enseignant-chercheur : conseils de John Hawkins (UCSD), la motivation.
La recherche de financements nationaux et internationaux.

 3e séance : jeudi 7 novembre
Atelier d’écriture, les clés d’une rédaction érudite.
Relectures et corrections des travaux de recherche.

4e séance : jeudi 14 novembre
La composition d’un CV, d’une biographie, d’une lettre de motivation et d’un résumé de thèse.
Relectures et corrections des travaux de recherche.

5e séance : jeudi 21 novembre
Rédiger et publier en langue étrangère.
Relectures et corrections des travaux de recherche.

6e séance : jeudi 28 novembre
Relectures et corrections des travaux de recherche.

7e séance : jeudi 5 décembre
Relectures et corrections des travaux de recherche.

8e séance : jeudi 12 décembre
Relectures et corrections des travaux de recherche.

9e séance : jeudi 19 décembre
Relectures et corrections des travaux  de recherche.

 

Appel à communications : colloque international “Causes sexuelles, sexualités et mobilisations collectives”, 29-31 mai 2014, Lausanne

Lausanne LogoLe CRAPUL (Centre de recherche sur l’action politique de l’Université de Lausanne), le CEG LIEGE (Centre en études genre LIEGE) et le GT07 (Groupe de travail « Sociologie des sexualités ») de l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française) organisent un colloque international sur les mobilisations collectives relatives à la sexualité.

Continuer la lecture de Appel à communications : colloque international “Causes sexuelles, sexualités et mobilisations collectives”, 29-31 mai 2014, Lausanne

Appel à communications : Colloque international “Sports, tourismes et territoires”, 17-18 octobre 2013, Maroc

 institut-royal

L’Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports du Maroc (IRFC) ainsi que l’Université d’Angers (UFR ITBS), et le Laboratoire ESO (Espaces et sociétés, UMR CNRS 6590), organisent un colloque international intitulé Sports, tourismes et territoires : quelles « imbrication », quelles « résistances » dans les enjeux de développement local ?

Date limite d’envoi des propositions : avant le 15 mai 2013.

.

Axes de questionnement

Dix ans après une série de rencontres scientifiques organisées à l’Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports (IRFC) de Rabat, au sujet des sports et loisirs analysés sous l’angle des sciences sociales, l’ambition de ce colloque, proposé en octobre 2013 de nouveau à Rabat, vise à poursuivre les échanges et les collaborations scientifiques à l’aune de nouveaux terrains de recherche. L’objet de cette manifestation consiste ainsi à interroger l’impact de la massification des activités physiques, des sports et de leur intégration au « tourisme sportif » sur les modes de consommation qui lui sont liés (du côté de la demande), sur les stratégies de diversification de l’offre sportive qu’elle soit associative ou commerciale et in fine sur l’économie touristique locale ou régionale.

La notion de développement « territorial » ou « localisé » s’impose alors comme prisme de lecture des transformations locales qui sont susceptibles – ou non – de survenir au sein des prestataires publics et privés de services sportifs et touristiques à l’échelle locale. Dans une perspective de valorisation et/ou d’identification territoriale, les stratégies des élus politiques locaux participent à la construction de l’offre sportive et touristique implantée sur leur territoire. Les élus peuvent favoriser la création d’infrastructures sportives, leur accessibilité pour les touristes, l’installation de prestataires (entreprises, associations) ou l’entretien et la valorisation des espaces dédiés. Pour autant, cet ancrage territorial ne peut exclusivement se réduire aux stratégies politiques. Les sportifs et les touristes, par leurs consommations, leurs fréquentations, leurs expériences et leurs mobilités, mais aussi les producteurs de services sportifs (entreprises comme associations), les organismes et les promoteurs locaux en charge du tourisme (par exemple, en France, les Comités départementaux et régionaux de tourisme, offices municipaux des sports, syndicats d’initiatives, etc.), etc. contribuent également, à leur manière, aux transformations territoriales. Les stratégies politiques ne sont pas, en conséquence, les seules garantes d’un ancrage territorial du couple « sport/tourisme » et encore moins de sa contribution au développement du territoire. Or pour que ce couple participe à une dynamique de croissance endogène, il doit véritablement s’encastrer dans le territoire considéré.

Si les impacts économiques, sociaux et médiatiques des politiques sportives et touristiques et leurs effets sur les aménagements des territoires (au sens large) ont déjà fait l’objet de nombreuses recherches et publications en sciences économiques et sociales  (sociologie  et  géographie  en  particulier),  doit-on  y  voir  une  relation mécanique, un allant de soi, entre sports, tourismes et développement localisé ? Comment le sport s’encastre-t-il dans les réseaux territoriaux, comment fait-il sens pour les acteurs locaux ? Comment la gouvernance de ces territoires associe-t-elle, localement, les acteurs du sport et les touristes ? Des singularités locales, des freins juridiques, politiques, économiques et sociaux peuvent-ils être identifiés ? Permettent-ils de questionner cette dialectique performative ? En quoi ces contraintes potentielles et non objectivées pour l’heure seraient-elles (dé)structurantes du point de vue d’un développement inéluctable et positiviste des territoires ?

C’est à partir des ces quelques questionnements liminaires que sont attendues des communications scientifiques dans le champ des sciences sociales. Le caractère international du colloque implique par ailleurs la volonté de réfléchir sur les spécificités culturelles, politiques, économiques et sociales des différents terrains de recherche mobilisés. Partant, des communications mobilisant des terrains d’études relatifs aux pays du Maghreb et de l’Afrique, de l’Europe, du Moyen-Orient et au- delà sont attendues.

Liste (non exhaustive) de thématiques abordées lors du colloque :
–   Géographie sociale, mobilités, spatialités
–   Sociologie des pratiques et consommations sportives et touristiques
–   Cultures « locales » / cultures « mondiales »
–   Espaces participatifs, démocratie, conflits, gouvernance des territoires
–   Sociologie et économie de l’emploi et des professions
–   Entreprises de services sportifs et touristiques et stratégies
–   Sports, tourismes et identifications territoriales
–   Sports et politiques publiques
–   Echelons territoriaux, compétences et positionnement
–   Mise en réseau des acteurs, encastrement local
–   Les « développements durables » des territoires
–   Patrimonialisation et enjeux de développement
–   Événements sportifs et touristiques et développement local

Chaque communication devra mobiliser des terrains d’études originaux et fera état de la problématique puis des choix méthodologiques ayant permis le recueil des matériaux empiriques. Les croisements et comparaisons internationales sont les bienvenues.
.
.

Modalités de soumission et processus de sélection :

Date limite d’envoi des propositions : avant le 15 mai 2013.

Propositions à adresser à Christophe Guibert et/ou à Mohammed Kaach

Les propositions de communication comporteront les éléments suivants :

  • Nom et prénom, adresse électronique, coordonnées téléphoniques et postales (mentionner le correspondant si la communication est présentée par plusieurs chercheurs)
  • Statut professionnel, institution(s) de rattachement de l’auteur/des auteurs
  • Titre de la communication (français et anglais et/ou arabe)
  • Résumé de communication : 500 à 700 mots maximum (3 000 à 5 000 signes) en langue française, précisant la problématique, l’entrée disciplinaire privilégiée, les sources et matériaux empiriques utilisées, une courte bibliographie ;
  • Cinq mots-clés en français et en anglais.

Les propositions de communications seront expertisées anonymement par les membres du Conseil scientifique. Une navette, si nécessaire, sera proposée entre l’auteur ou les auteurs puis le comité scientifique. Les communications seront présentées en 20 minutes. Un temps d’échange sera proposé après chaque communication.

Les auteurs seront informés par e-mail de la réponse faite à leur proposition de communication avant le 30 juin 2013. À cette date, un programme provisoire des séances plénières et des différentes séquences thématiques et ateliers du colloque sera également proposé.

À l’issue du colloque, la publication des meilleures communications sera proposée aux auteurs ayant fourni un article. Des revues scientifiques à comité de lecture et des maisons d’édition sont d’ores et déjà identifiées en vue de la publication des textes sélectionnés. L’ambition est ici de valoriser les recherches scientifiques proposées lors du colloque.
.
Direction du colloque :
Alaoui Belghitti Brahim, directeur de l’Institut Royal de Formation des Cadres  (IRFC) de la Jeunesse et des Sports du Maroc.

Comité d’organisation :
Christophe Guibert , maître de conférences, sociologie, université d’Angers, France
Mohammed Kaach, professeur, économie, IRFC, Maroc
Equipe administrative de l’IRFC

Conseil scientifique : 
ARAB Chadia, Chargée de recherche, CNRS, Angers, France
CHAHIR Aziz, professeur, sociologie politique, IRFC, Maroc
CLERGEAU Cécile, professeur, sciences de gestion, université d’Angers, France
CLIVAZ Christophe, professeur, sciences politiques, Institut université K. Bosch, Suisse
DUHAMEL Philippe, professeur, géographie, université d’Angers, France
GUIBERT Christophe, maître de conférences, sociologie, université d’Angers, France
LOIRAND Gildas, maître de conférences, sociologie, université de Nantes, France
LYAZGHI Moncef, professeur, politiques publiques, Maroc
KAACH Mohammed, professeur universitaire, économie, IRFC, Maroc
KEERLE Régis, maître de conférences, géographie, université de Rennes II, France
NAJA Abdellatif, professeur, sociologie, IRFC, Maroc
RASPAUD Michel, professeur, STAPS, Grenoble, France
RAVENEAU Gilles, maître de conférences, ethnologie, université de Paris X Nanterre, France
REAU Bertrand, maître de conférences, sociologie, université Paris I Panthéon-Sorbonne, France
RHARIB Abderrahim, professeur, gouvernance sportive, ENCG Casablanca, Global Gouvernance Center, Maroc
SEBILEAU Arnaud, enseignant-chercheur, sociologie, UCO, Angers, France
SLIMANI Hassen, maître de conférences, sociologie, UCO, Angers, France
STOCK Mathis, professeur, géographie, Institut université K. Bosch, Suisse
VIOLIER Philippe, professeur, géographie, université d’Angers, France

Date du colloque :
17 et 18 octobre 2013.

Lieu :
Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports (IRFC)
Centre National des Sports Moulay Rachid Km 12
Route de Meknès
Salé
Maroc

Tarifs :
Une  réduction  de  50  %  sera  opérée  pour  les  chercheurs  provenant  de  « pays  en  voie  de développement » (liste OCDE)
Chercheurs titulaires : 150 €
Chercheurs non titulaires, doctorants : 75 €

Le tarif comprend :

  • L’hébergement pour 2 nuits dans l’hôtel de l’Institut à Salé ;
  • La restauration pendant les 2 jours du colloque ;
  • Le livret des communications et les plaquettes du colloque ;
  • Une visite de Fès et Ifrane (le 19 octobre 2013, en fonction du nombre de personnes).

Contacts (informations sur l’organisation du colloque et les modes de paiements) :
Christophe Guibert
Mohammed Kaach

.

Télécharger l’appel à communication au format pdf.

.

.

Call for papers: “Crisis, Critique and Change”, European Sociological Association, 11th Conference, 28-31 August 2013, Torino

 

The European Sociological Association will held its 11th Conference in Torino, on August 28-31, 2013. The theme, Crisis, Critique and Change, will be explored through four sessions: Mid-day Specials, Research Networks, Research Streams and PhD Workshop.

Dates: 
28-31 August 2013.

Deadlines:
Abstracts can only be submitted online no later than 1st of February 2013 to the submission platform at: www.esa11thconference.eu. Abstracts sent by email cannot be accepted.
Decisions will be made early April 2013.

Location:
Torino, Italy.

Instructions

Authors are invited to submit their abstract either to the general session (open) or any specific session. Please submit each abstract only to one session. After abstract evaluation, coordinators will have the chance to transfer papers between sessions where applicable.
Abstracts should not exceed 1750 characters (including spaces, approximately 250 words). Each paper session will have the duration of 1.5 hours. Normally sessions will include 4 papers.

The information requested during abstract submission include:
– name(s), affiliation(s) and email of all the author(s);
– contact details of presenting author (postal address, and telephone in addition to email);
– title of proposed presentation;
– up to 4 keywords (optional).

Submitting authors will receive an email of acknowledgement of successful submission receipt. Abstracts will be peer-reviewed and selected for presentation by the relevant Research Network or Research Stream; the letter of notification will be sent by the conference software system in early April 2013. Each author cannot submit more than two abstracts (as first author).

Crisis, Critique and Change

Topics are numerous and are organized in four sessions.

Session 1: Mid-day specials
– EU Zone: Which Crisis? Views and Experiences from Different European Regions
– Critique and Crisis

Session 2: Research Networks
Ageing in Europe; Sociology of the Arts; Biographical Perspectives on European Societies; Sociology of Children and Childhood; Sociology of Consumption; Critical Political Econom; Sociology of Culture; Disaster, Conflict and Social Crisis; Economic Sociology; Sociology of Education; Sociology of emotions; Environment and Society; Sociology of families and intimate lives; Gender Relations in the Labour Market and the Welfare State; Global, transnational and cosmopolitan sociology; Sociology of Health and Illness; Work, Employment and Industrial Relations;  Sociology of Communications and Media Research; Sociology of Professions; Qualitative Methods; Quantitative Methods; Sociology of Risk and Uncertainty; Sexuality; Science and Technology; Social Movements; Sociology of Social Policy; Regional Network on Southern European Societies; Society and Sports; Social Theory; Youth and Generatio; Ethnic Relations, Racism and Antisemitism; Political Sociology; Women’s and Gender Studies; Sociology of Religion; Sociology of Migration; Sociology of Transformations: East and West.

Session 3: Research Streams
Arts Management; Capitalist Crises, Critique of Growth and the Perspectives for a Post-Growth Society; Coping with Employment Crisis: Partnerships as the Facilitative Mechanisms; Culture, Conflicts and Public Memory; Digital Citizenship; Disability and Society; Field Theory; Gendering Varieties of Capitalism and Varieties of Gender Regimes; Maritime Sociology; Power and Communication in Time of Crisis; Sociology of Celebration; Urban Sociology and Public Spaces

Session 4: PhD Workshop
The ESA will offer a pre-conference PhD Workshop for doctoral students coming from European Universities. The PhD students who belong to ESA or will become members of ESA are welcomed to apply to the PhD Workshop. We will select 24 PhD students for the course. ESA will give funding to these selected students. The theme of the Workshop follows the theme of the conference Crisis, Critique and Change.

Abstracts should not exceed 7000 characters (including spaces, approximately 1000 words). Make sure that the abstract includes description of the research project (no thematic restriction), phase of the research, to which University the dissertation will be delivered and name(s) of the supervisor(s). Include a CV (max. 3 pages).

Information and details:
Download the call for paper of the conference in pdf.

Séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, 17 janvier 2013, EHESS

Le séminaire “Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine”, organisé par Michel Agier (EHESS), Alessia de Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) ouvre son second volet pour le 1er semestre 2013.

Dates :
1ère séance: jeudi 17 janvier 2013, 15h-19h.
Puis les 3e et 5e jeudis du mois de 15 h à 19 h, jusqu’au 16 mai 2013.
La séance du 16 mai se tiendra sous forme de journée d’études, de 9 h à 19 h.

Lieu :
EHESS, salle M. et D. Lombard
96  bd Raspail
Paris 6e
Métro : Notre Dame des Champs (ligne 12)

Organisation :
Michel Agier
 (EHESS) avec Alessia de Biase (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Belleville) et Anne Raulin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

 

Présentation du séminaire

S’interroger sur l’apport des ethnologues et anthropologues à la connaissance des villes ne vise pas à fonder une anthropologie spécialisée. Au contraire il s’agit de partir de l’enquête urbaine des anthropologues pour dire tout ce qui fait la ville (le faire ville de chaque lieu, région, situation ou contexte) et dire ce que la ville fait aux sociétés qui l’inventent. Ainsi la présence de l’anthropologue en ville et son enquête dans et avec la ville, seront interrogées en regardant de près la nécessaire construction d’outils méthodologiques qui lui permettent d’appréhender les processus matériels et immatériels de construction, continuellement négociée, de l’espace. Les processus et les mouvements des citadins, individuels ou collectifs, sont indissociables des limites, et des frontières parfois durcies, dont chaque ville dépend pour se définir comme un tout et définir les parties qui la composent. Les topographies sont variables et changeantes : mosaïque, ghetto, gated communities, campements, sont les mots que semblent croiser ou contredire ceux de réseaux, fluides, monde. Les frontières limitent ou entravent les déplacements ; mais elles sont elles-mêmes touchées, franchies ou déplacées par les mouvements. Toute réflexion qui vise à déconstruire les topographies, matérielles, imaginaires, communautaires, de la ville engage ainsi une autre réflexion sur ce qui reconstruit d’autres frontières, lignes de front ou de rencontres. Il s’agit d’introduire le mouvement dans l’étude des limites de la ville.

 

Voir aussi :
La programme 2011-2012 du séminaire Frontières et mouvements de la ville. Comparaisons internationales en anthropologie urbaine sur le site internet de l’EHESS.

Colloque “Croiser anthropologies urbaine et religieuse : Hommage à Jacques Gutwirth”, 11 janvier 2013, Paris Ouest

Ce colloque, organisé à la Maison « René Ginouvès » d’Archéologie et d’Ethnologie, rend hommage à Jacques Gutwirth, un des pionniers de l’anthropologie urbaine en France et fondateur avec Colette Pétonnet du Laboratoire d’Anthropologie Urbaine (CNRS).

Présentation :

La grande originalité de Jacques Gutwirth est d’avoir croisé l’anthropologie des religions avec l’anthropologie urbaine, et d’avoir mené des recherches tant en Europe (Belgique, France) qu’en Amérique (Etats-Unis, Canada, Brésil). Ses travaux ont porté sur les communautés hassidiques de par le monde, mais aussi sur des formations religieuses inédites, tels les judéo-chrétiens, ou encore les télévangélistes. Très investi dans l’enseignement de l’ethnologie en général et de l’anthropologie urbaine en particulier, il a influencé de nombreux chercheurs des divers pays mentionnés.  Cette journée sera l’occasion de retracer l’émergence de ce courant de recherche transnationale et de mettre en évidence sa vitalité.

Date
Vendredi 11 janvier 2013

Lieu
Université Paris Ouest
Maison « René Ginouvès » d’Archéologie et d’Ethnologie (MAE), salle 308
21 Allée de l’Université
92000 Nanterre
RER A, Nanterre Université

Comité d’organisation
Sylvaine Conord (Mosaïques-Lavue), Liliane Kuczynski (LAU, IIAC), Olga Muro(LAU/CNRS-IIAC/EHESS), Anne Raulin (Sophiapol/LAU, IIAC)

Programme :

9 h 30 – Accueil des participants

9 h 45 – Introduction par  Anne Raulin et Daniel Terrolle

 

Présidence de séance

10 h – Sophie Nizard (CEIFR, CNRS/EHESS)
Travailler dans le champ du judaïsme : objets et méthodes

10 h 30 – Sébastien Fath  (GSRL, CNRS)
Villes et évangélisme de masse à l’ère des réseaux : l’apport pionnier de Jacques Gutwirth

11 h – Patrick Williams (LAU/CNRS-IIAC/EHESS)
Lecture  de l’hommage des chercheurs brésiliens (1)

Pause

 

Présidence de séance
 Olga Muro (LAU/CNRS-IIAC/EHESS)

11 h 30 – Antonella di Trani (EHESS)
Le ghetto de Venise entre revitalisation, usages contrastés de l’histoire locale et conflits de visibilité dans l’espace public

12 h – Martine Segalen (Ethnologie Française)
Les débuts de l’anthropologie urbaine au musée des ATP

12 h 30 – Déjeuner sur place

 

Présidence de séance
Patrick Williams (LAU/CNRS-IIAC/EHESS)

14 h – Joëlle Bahloul (Indiana University)
Juifs sépharades à New York : identité transnationale et mémoire collective après la migration

14 h 30 – Christian Bromberger (IDEMEC)
Entre religieux et laïcs, une commémoration conflictuelle à Rasht (Iran)

15 h – Sepideh Parsapajouh (post-doctorante, Sophiapol)
L’islam comme vecteur d’organisation d’un bidonville iranien

 

Présidence de séance
 Sylvaine Conord (Mosaïques-Lavue)

15h30 –  Olga Muro (LAU/CNRS-IIAC/EHESS)
Lecture de l’hommage des chercheurs brésiliens  (2)

16 h – Chantal Bordes Benayoun (Diaspora LISST Toulouse Le Mirail)
Proximité et distance avec le judaïsme

16 h 30 – Liliane Kuczynski (LAU, IIAC) et Anne Raulin (Sophiapol/LAU, IIAC)
Courants d’anthropologie transatlantique : du religieux dans l’espace urbain

17 h – Clôture de la journée

 

Crédits photographiques : avec l’aimable autorisation de Christa Gutwirth.