Tous les articles par Amélie Le Bihan

Colloque “Proudhon et l’idée de Révolution”, 17 novembre 2017, Paris Nanterre

Date :
Vendredi 17 novembre 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment F, salle des conférences (F352)
Comment venir ?

Organisation :
Coorganisé par la société P.J. PROUDHON et le Sophiapol.

Programme

9h30 Accueil

10h  Christian Laval : Présentation du colloque : Où en est l’idée de la révolution cent ans après Octobre ?

10h30 Georges Navet : Proudhon, Justice et Révolution

11h Débat et pause

11h30 Édouard Jourdain : Radicalité contre extrémisme: la pensée révolutionnaire de Proudhon 

12h Débat

12h30 -14h Repas

14h Edward Castleton : Proudhon, Révolution et progrès

14h30 Anne Steiner : De l’anarchisme au pôle insurrectionaliste de la SFIO : l’itinéraire complexe de Miguel Almeyreda, journaliste et révolutionnaire ».

 15h Débat et pause

15h30 Roger Sue : La Révolution de l’association

16h Pierre Sauvêtre : L’actualité du communalisme 

16h30 Débat final

17 h Fin du colloque –AG de la Société P.J. Proudhon

Appel à contribution : revue Terrains/Théories, numéro 9, « La neutralité : valeur, position, pratiques », 30 juin 2017

Pour son neuvième numéro, la revue électronique en libre-accès Terrains/Théories, hébergée par Revues.org propose de s’interroger sur « La neutralité : valeur, position, pratiques  ».

Date limite d’envoi des propositions: 30 juin 2017

Présentation de la revue

Terrains/Théories est une revue pluridisciplinaire de sciences sociales à comité de lecture articulant la conceptualisation et la recherche empirique. Elle vise à constituer un carrefour entre sociologie, anthropologie et philosophie. Elle part du principe que la philosophie politique – au sens large – doit aujourd’hui dépasser une approche purement conceptuelle du politique en se rapprochant des sciences sociales, tandis qu’il devient de plus en plus important pour ces dernières d’expliciter les choix théoriques qui peuvent orienter les pratiques de recherche et les enquêtes de terrain.  Plus d’informations ici : https://teth.revues.org/

 

Présentation du numéro

Au sens politique, la neutralité est généralement associée au refus de prendre parti entre des éléments opposés[1]. Elle renvoie également aux rapports entretenus par les États libéraux avec différents segments de la société : le marché, les citoyens, les croyants, etc.[2]. Aujourd’hui la rhétorique de la neutralité a droit de cité dans de nombreux domaines d’application : prescription de médicaments par les médecins ; expertise économique ; attribution des places sur les marchés ambulants ; conseils aux particuliers ; médiations sociales ou institutionnelles (médiateur de la République, etc.)… Nombreux sont les exemples qui montrent que, désormais, la neutralité n’est plus seulement l’apanage de l’État.

L’histoire du mot remonte au moins au xive siècle pour désigner alors l’attitude d’une personne qui ne se prononce pour aucun parti[3]. En Occident, l’application du principe de neutralité s’est d’abord construite dans les champs de la guerre et du droit international pour réguler les relations entre États[4]. La neutralité s’est ensuite imposée comme support à la réflexion autour d’épreuves de jugement dans les champs de la politique intérieure, de la justice et de la philosophie, autour des questions de droit notamment. Dans ce registre, sa mobilisation dans le débat intellectuel depuis le xviie, spécialement en philosophie, repose sur la possibilité de l’abstention de jugement de valeur[5]. L’investigation philosophique et politique à ce sujet s’est ainsi appuyée sur la volonté de dégager une méthode pour trancher des différends en valeur permettant la compossibilité des libertés individuelles, comme chez Kant. L’idée de neutralité s’est dès lors progressivement imposée comme une notion importante de l’armature logique des sociétés occidentales. Plus près de nous, on trouve un bon exemple de son importance au cœur des débats suscités par les théories contemporaines de la justice où la possibilité de neutralité des principes de jugement dans les sociétés politiques a été âprement débattue[6]. Cependant, la notion recouvre encore l’acception d’une absence de parti pris, comme lorsqu’il s’agit de la science, de l’éducation ou même de la technique[7]. L’histoire de la neutralité se dédouble ainsi entre non-interventionnisme et principe de jugement sur les états de choses[8].

Derrière cette dualité et cette définition apparaissent en réalité trois composantes élémentaires qui donnent corps à la neutralité dans la vie quotidienne : elle est une valeur, une position sociale, et renvoie à un ensemble de pratiques. Un examen plus attentif pourrait en effet montrer que la neutralité est, déjà, une valeur sociale. Sur de nombreuses scènes où l’intérêt (au sens d’être intéressé à une décision) suscite, par exemple, le soupçon ou la méfiance (conflit familial, justice, administration, science, etc.), la neutralité semble indiquer un dégagement de l’implication partisane. Il n’y a rien d’étonnant à cela tant cette notion occupe un rôle central dans la construction des États modernes ayant adopté les principes du libéralisme politique[9] et, de manière plus circonscrite, au fonctionnement des bureaucraties supposées agir avec neutralité pour le bien commun, une neutralité renvoyant aux conséquences, aux buts et aux justifications[10]. La neutralité est alors éminemment positive. Mais elle peut se retourner de manière négative. C’est le cas par exemple lorsqu’une personne est appelée par d’autres à sortir de sa « neutralité », alors considérée comme un obstacle, pour s’engager dans une dispute et prendre parti. À l’opposé de cette approche où la neutralité peut avoir une valence négative et où le chercheur doit s’engager pour en sortir, l’engagement peut également être vu comme un moyen pour rester dans la neutralité. En effet, selon les terrains et les contextes d’immersion du chercheur en situation d’observation participante, son engagement sur le terrain peut être compris comme le seul moyen à sa disposition pour maintenir une posture de neutralité.

La neutralité peut également conférer une sorte de pouvoir ou de prestige symbolique à celui qui la revendique. Elle s’interprète alors comme une tentative de positionnement social : « je suis neutre, faites-moi confiance ». La neutralité devient ainsi une coordonnée dans l’espace des rapports sociaux, qu’ils soient très localisés, comme une interaction située, ou de plus grande envergure, par exemple un conflit militaire dans le cas de la neutralité des États. La neutralité, enfin, renvoie à un ensemble de pratiques : des façons de parler, de traiter un dossier, de juger une affaire, de démontrer scientifiquement un résultat de recherche, etc. Ce triptyque valeur, position, pratique, montre que la neutralité subsume toute une série de problèmes : la confiance, l’inégalité, le pouvoir, la domination, le symbolique, la réduction de la complexité. Autant de dimensions que la revendication de neutralité met en tension, en discussion, dissimulent parfois.

L’objectif de ce numéro de Terrains/Théories est d’examiner la neutralité à partir de sa mise en action, d’observer les pouvoirs sociaux qu’elle confère, d’en repérer les effets et d’en déplier les accomplissements pratiques. Quelques questions structurent la réflexion. Comment en retracer la genèse ? Peut-on repérer différentes formes de neutralité ? Comment se construit-elle ? Comment la neutralité vient-elle s’inscrire dans le champ d’action de différents acteurs sociaux, par exemple au sein des professions et métiers, et pour faire quoi ? Comment est-elle mobilisée en situation ? Quels sont ses effets sociaux dans les interactions ? Pour répondre à ces questions encore faut-il un terrain empirique solide. Parallèlement, il apparaît tout aussi nécessaire de s’interroger sur les moyens de saisir la neutralité au concret, afin d’écarter les écueils d’une catégorisation binaire (neutre/non neutre), du nominalisme et d’une approche téléologique de la question[11].

Quatre approches de la neutralité en sciences sociales

En sciences sociales, jusqu’à ce jour, la neutralité a rarement été étudiée en elle-même. Et lorsqu’elle l’a été, ce n’est pas à titre principal. On peut néanmoins repérer trois attitudes dominantes en matière de recherche autour de la neutralité.

La première attitude est descriptive. Elle examine la neutralité comme valeur ou impératif professionnel[12]. La deuxième approche s’attache à préciser comment la neutralité est située socialement[13]. Il ne s’agit pas ici de repérer la neutralité comme valeur, mais de la replacer dans des champs structurés de positions sociales pour rendre compte de son efficacité sociale. La troisième attitude consiste à « dévoiler » la manière dont se manifestent les déviations par rapport à la neutralité déclarée par les acteurs sociaux. C’est le cas par exemple de l’observation des « écritures professionnelles »[14], par exemple. Il se pourrait que ces trois premières approches de la neutralité puissent, en définitive, se recouper. Il existe cependant, une quatrième attitude, minoritaire, qui consiste à enquêter sur la neutralité « par le bas ». Ce renversement de perspective permet d’examiner certains usages sociaux de la neutralité. Cette dernière approche se détache radicalement de l’étude de la neutralité comme catégorie définie a priori de toute investigation de terrain. Ici, la neutralité est examinée dans le « travail quotidien » d’acteurs s’en revendiquant ou ayant à la mettre à l’épreuve[15]. Les recherches se plaçant dans ce courant apportent indéniablement des éclairages simultanés sur la neutralité en tant que valeur, pouvoir, et position.

Quelques exemples. Enquêtant sur les « petits » fonctionnaires, Jean-Marc Weller montre comment la neutralité éthique de la fonction publique se transforme bien souvent en « magistrature sociale »[16], produisant le droit au quotidien. Alexis Spire emprunte une voie relativement proche, tout en précisant comment se forme l’éthos professionnel qui pourrait conduire à l’exercice d’une telle magistrature[17]. En se rapprochant de la neutralité « en acte », on voit aussi comment celle-ci peut être contestée ou réinterprétée par ceux qui sont au contact d’acteurs se prétendant neutres, c’est le cas de l’action humanitaire étudiée par Marc-Antoine Pérouse de Montclos[18]. En procédant « par le bas » autour de la neutralité, on peut également examiner comment, dans un seul et même champ de pratique professionnelle, la neutralité peut recouvrir des réalités différentes. C’est ce que fait Geneviève Cresson lorsqu’elle observe les pratiques de médiations familiales à l’épreuve des violences conjugales[19]. Elle dégage alors les « deux conceptions de la neutralité » ayant cours dans ce domaine : la neutralité-distance et la neutralité-empathie. Le point aveugle de cette quatrième approche, comme du reste pour les autres, se situe dans l’absence de perspective comparative. C’est pourtant une démarche dont certains auteurs ont éprouvé la fécondité comme Philip Milburn lorsqu’il enquête sur « la structuration de la relation à l’usager » en comparant la profession d’avocat et le métier de médiateur judiciaire[20].

Cette relecture non exhaustive de la littérature dessine une ambition pour ce numéro de Terrains/Théories : l’idée de systématiser une approche « par le bas » de la neutralité et de permettre, par la variété des terrains, une perspective comparative autour de la neutralité. Les enjeux d’un tel dossier sont nombreux. Le principal pourrait se résumer en une volonté de sortir de manière précisément documentée d’un certain fétichisme de la neutralité qui engage l’oubli de la production sociale d’une telle position, qu’elle soit non-interventionniste ou se justifiant comme impartiale par rapport à un différend, donnant parfois accroire que la neutralité est l’essence même d’un certain genre de relation ou de position sociale. Ce dossier devrait donc déjà permettre d’examiner les moyens de sa réification et de sa légitimation. L’histoire de son imposition dans des champs de pratiques de plus en plus variés et larges peut être en ce cas l’objet d’analyse à part entière. On souhaite également interroger le caractère soutenable d’une telle position qui se donne, en fin de compte, dans des relations sociales concrètes et situées. L’efficacité de la neutralité en interaction pourra être aussi au centre des analyses afin d’observer les cas où elle « marche » et ceux où elle « ne fonctionne pas », dans différentes acceptions possibles de cette réussite ou de cet échec. En définitive, c’est moins la compréhension du langage de la neutralité qui nous intéresse que ses effets et ses pouvoirs sociaux concrets restitués dans les conditions de leur efficacité ou de leur impuissance.

La neutralité « par le bas »

Pour saisir la neutralité « par le bas » autant se placer au côté d’acteurs qui ont affaire à elle quotidiennement. Cette démarche est d’autant plus fructueuse qu’elle se situe au cœur d’interactions ou de relations sociales dont on peut décrire les paramètres : au guichet des administrations ; dans les services publics, tels que l’école ou l’hôpital ; dans les métiers de la médiation au sens large ; bref dans les relations de proximité. Au sein des administrations, des associations ou dans l’espace public, de nombreux métiers de premières lignes, des street level bureaucrats[21], peuvent, ou doivent, revendiquer cette neutralité dans le quotidien de leur relation avec le public et composer avec elle.

Ici, le terrain n’est pas vierge. On peut retenir quelques cas emblématiques étudiés par des chercheurs en sciences sociales de tout horizon. Le champ de la santé est bien sûr concerné. On pense plus spontanément à la neutralité du médecin[22]. Mais, dans le champ de la santé, on peut aussi déplacer le regard vers des professions plus engagées auprès des publics, au sens où les relations sont caractérisées par la proximité tant sociale que physique, telles les aides-soignantes[23]. Le travail social est un autre domaine où l’irruption de la neutralité balise le quotidien. Des assistants sociaux, conseillers en économie sociale et familiale[24], aux animateurs sportifs ou socioculturels[25] et aux agents des Caisses d’allocations familiales[26] la valeur de neutralité est largement exhibée dans ce secteur d’activité. Il en va de même pour les métiers de la médiation (judiciaire, sociale, familiale, de sécurisation des transports) pour lesquels la neutralité constitue une composante structurelle. Enfin, la relation pédagogique entre enseignants et élèves donne, bien évidemment, un rôle à la neutralité (politique, religieuse), autour de la notion de laïcité principalement[27].

Ces recherches, aussi stimulantes soient-elles, posent néanmoins deux problèmes, que ce numéro voudrait aborder directement. Premièrement, elles mettent au premier plan une série de tension autour de la neutralité : pouvoir/persuasion ; personnel/professionnel ; engagement politique/apolitisme ; neutralité axiologique/jugement de valeur, etc. Quels que soient leurs apports heuristiques, ces divisions restent encore trop parcimonieuses concernant la compréhension du fait de la neutralité et elles ne restituent pas complètement ses trois composantes élémentaires. Secondement, la neutralité est le plus souvent abordée au cours de l’analyse, comme catégorie surplombante, comme une donnée du réel a priori de tout examen de son contenu. Elle ne constitue pas le thème principal de la recherche et n’est pas saisie à partir de sa dimension émique ni d’une grille d’analyse sociologique visant à en restituer précisément le contenu.

Pour des contributions participant au renouvellement du regard sur la neutralité en acte

La réflexion conduite dans cet argumentaire sur le traitement que les sciences sociales françaises ont accordé à la neutralité conduit à trois constats, qui sont autant d’axes d’écriture pour les propositions d’articles.

Premièrement, la neutralité devrait être saisie à titre principal (c’est l’objet de l’article) à partir de ses trois composantes élémentaires simultanément : en tant que valeur, en tant que position sociale et en tant que pratique. Deuxièmement, afin de déplacer le regard sur la neutralité, il y aurait lieu de l’approcher non pas par une démarche en termes de catégorie, mais en tirant parti d’une grille sociologique ainsi que d’une approche comparative et historicisée. Enfin, dans le prolongement des recherches citées au cours de l’argumentaire, il semble utile de poursuivre la description de la mise en acte de la neutralité : ces lieux, ces agents, ses effets, ses dispositifs (parfois techniques). Mais en prenant au sérieux l’affirmation de Pierre Bourdieu selon qui « [t]ous les problèmes qui se posent à propos de la bureaucratie, comme la question de la neutralité et du désintéressement, se posent aussi à propos de la sociologie qui les pose »[28] ces analyses ne feront pas l’économie de restituer dans le même temps la place du chercheur dans le processus d’enquête et dans la production des résultats. La faillible possibilité d’une connaissance libérée des préjugés en sciences sociales[29], ou « neutralité axiologique »[30], et sa commodité parfois de bonne compagnie, impose en effet de nombreuses préventions pour les chercheurs traitant du genre de problème posé par une notion telle que celle de « neutralité ». On aurait en effet certainement de la peine à se laisser convaincre par un analyste opérant à partir d’une position de surplomb, tant scientifique, qu’éthique ou politique, par rapport aux problèmes posés par cette notion qui elle-même souhaite conférer une certaine position d’extériorité par rapport aux états de choses. Sans vouloir appuyer ou plaider telle ou telle position à ce sujet, on peut toutefois affirmer que la restitution de la position du chercheur au cours l’enquête est peut-être le minimum attendu et l’une des méthodes les plus fécondes pour restituer la portée des arguments avec le plus de justesse. Comme le souligne Daniel Céfaï[31] la réflexivité va de pair avec la scientificité. C’est ce qu’ont montré par exemple les débats récents dans le domaine de l’anthropologie réflexive autour des tensions provoquées par la présence de l’ethnographe sur la réalité qu’il observe, débats déjà anciens mais qui sont depuis quelques années reposés à nouveau frais dans une réflexion postmoderne autour de l’engagement du chercheur et du citizen anthropologist[32]. George Marcus développe cette notion pour rendre compte de ce nouvel engagement éthique et politique qui est désormais intégré au dispositif d’enquête. Aussi, il est attendu des auteurs qu’ils donnent à voir leur dispositif d’enquête, les modalités de production de leurs résultats, mais aussi qu’ils justifient leurs choix théoriques.

Les contributions pourront relever des disciplines suivantes : philosophie, sociologie, anthropologie, histoire, droit, science politique, psychologie sociale, économie et seront appuyés principalement sur des enquêtes de terrain.

Le numéro est coordonné par : Joseph Cacciari (Doctorant en sociologie, Aix-Marseille Université, LAMES) et Ghislaine Gallenga (Maîtresse de conférences, Aix-Marseille Université, IDEMEC).

 

Modalités de soumission

La date limite de réception des propositions d’article est fixée au 30 juin 2017. Elles doivent être adressées aux coordinateurs du numéro : Joseph Cacciari (cacciarijo@gmail.com), Ghislaine Gallenga (ghislaine.gallenga@univ-amu.fr)

Les propositions devront comporter :

  • un titre ;
  • un résumé d’environ 5000 signes ;
  • les informations sur le ou les auteurs : nom, affiliation institutionnelle, fonction, adresse professionnelle, numéro de téléphone et courriel.

Le comité de rédaction sélectionnera les propositions et en informera les auteurs au plus tard le 16 juillet 2017. Il est demandé aux auteurs de bien vouloir respecter les consignes éditoriales de la revue : https://teth.revues.org/501

Les articles attendus sont d’un format de 45 000 à 60 000 signes (espaces, notes et bibliographie incluses) et devront être remis au plus tard le 15 novembre 2017 pour une publication du numéro en décembre 2018. Les articles seront évalués en double-aveugle.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter le secrétariat d’édition.

 

[1] Auroux Sylvain (dir.), 1998 [1990], Encyclopédie philosophique universelle. Les notions philosophiques II, Paris, PUF, coll. « Dictionnaire ».

[2] Merrill Roberto, 2011, « Comment un État libéral peut-il être à la fois neutre et paternaliste ? », Raisons politiques 2011/4 (n° 44), p. 15-40.

[3] Rey Alain (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire le Robert.

[4] Ibid.

[5] Auroux, 1998, op. cit.

[6] Sur ce débat : Dworkin Ronald, 1978, « Liberalism », in Hampshire, S. (éd.), Public and Private Morality, Cambridge : Cambridge University Press et Dworkin Ronald, 1995, « Foundations of Liberal Equality », in Darwall, S., (éd.), Equal Freedom, Ann Arbor, MI ; Rawls John, 1988, « La priorité du juste et les conceptions du Bien » (traduction par Tchoudnowsky A. et Audard C.), Archives de Philosophie du Droit, 33 : 39-59 ; Macintyre Alasdair, 1993, Quelle justice ? Quelle rationalité ? (trad. par Vignaux d’Hollande M.), Paris, PUF, coll. « Léviathan »; Taylor Charles, 2013 [1989], « Cross-Purposes : The Liberal-Communitarian Debate », in Rosenblum, N. (éd.), Liberalism and the Moral Life, Cambridge, Harvard University Press.

[7] Schwartz Yves, 1995, « La technique », in Denis Kambouchner (dir), Notions de philosophie II, Paris, Folio, coll. Essais.

[8] Merrill Roberto (2007), « Neutralité politique », in V. Bourdeau et R. Merrill (dir.), DicoPo, Dictionnaire de théorie politique ; Baume Sandrine, 2012, « De l’usage des pouvoirs neutres », Pouvoirs 2012/4 (n° 143), p. 17-27.

[9] Larmore Charles, 1987, Patterns of Moral Complexity, Cambridge, Cambridge University Press.

[10] Merill, 2011, op. cit.

[11] Goody Jack, 2010, Le vol de l’Histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Gallimard, coll. « Nrf Essais ». .

[12] Aballéa François, Benjamin Isabelle, Ménard François, 1999, Le métier de conseiller en économie sociale et familiale. Professionnalité et enjeux, Paris, Syros ; Frigoli Gilles, 2001, « La construction locale de l’offre d’une prestation comme production de l’action sociale : le cas du Fonds d’urgence sociale », Revue française des affaires sociales, 2001/1, 1, p. 133-154 ; Ben Mrad Fathi, 2006, « Équité, neutralité, responsabilité. À propos des principes de la médiation », Négociations, 2006/1, 5, p. 51-65.

[13] Lebaron Frédéric. 1997. « Les fondements sociaux de la neutralité économique », Actes de la recherche en sciences sociales, 116-117, pp. 69-90 ; Champagne Patrick, 2000, « Le médiateur entre deux Monde » Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 131-132, Le journalisme et l’économie. pp. 8-29.

[14] Laé Jean-François, 2008, Les nuits de la main courante. Écritures au travail, Paris, Stock ; Serre Delphine, 2008, « une écriture sous surveillance : les assistantes sociales et la rédaction du signalement d’enfant en danger », Langage et société, 2008/4, 126, p. 39-56. ; Serre Delphine, 2009, Les Coulisses de l’État social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger, Paris, Raisons d’agir.

[15] Spire Alexis, 2008a, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris, Raisons d’agir ; Spire Alexis, 2008b, « Histoire et ethnographie d’un sens pratique », in Arborio A.-M., Cohen Y., Fournier P., Nicolas H., Lomba C., Muller S., Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte, p.61-76.

[16] Weller Jean-Marc, 2000, « Une controverse au guichet : vers une magistrature sociale ? ». Droit et société, 44-45, pp. 91-109 ; Weller Jean-Marc, 2003, « Le travail administratif, le droit et le principe de proximité », L’Année sociologique, 2003/2 Vol. 53, p. 431-458. DOI : 10.3917/anso.032.0431.

[17] Spire Alexis, 2008b, op. cit.

[18] Pérouse de Montclos Marc-Antoine, « De l’impartialité des humanitaires et de leur perception par les bénéficiaires : les enjeux politiques de l’aide internationale au Burundi », Autre part, 2006/3, 39, p. 39-57.

[19] Cresson Geneviève, 2002, « Médiation familiale et violence conjugale », Cahiers du Genre, 2/2002 (n° 33), pp. 201-218.

[20] Milburn Philip, 2002, « La compétence relationnelle : maîtrise de l’interaction et légitimité professionnelle. Avocats et médiateurs », Revue française de sociologie, 43-1. pp. 47-72.

[21] Lipsky Michael, 1980, Street level bureaucracy: dilemma of the individual in public services, New York, Russel Sage foundation.

[22] Freidson Eliot, 1984, La profession médicale, Paris, Payot ; Dodier Nicolas, 1993, L’expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Métailié.

[23] Arborio Anne-Marie, 1996, « Savoir profane et expertise sociale. Les aides-soignantes dans l’institution hospitalière » Genèses, 22, pp. 87-106.

[24] Aballéa François et al., 1999, op. cit. ; Serre Delphine, 2009, op. cit. ; Perrin-Heredia Ana, 2013, « La mise en ordre de l’économie domestique. Accompagnement budgétaire et étiquetage de la déviance économique », Gouvernement et action publique, 2013/2, 2, pp. 303-330.

[25] Lebon Francis, 2007, « Devenir animateur : une entreprise d’éducation morale », Ethnologie française, n° 4, pp. 709-720.

[26] Dubois Vincent, 2010 [1999], La vie au guichet. Relations administratives et traitement de la misère, Paris, Economica, coll. « Études politiques ».

[27] Buisson-Fenet, 2005, « Les médiateurs académiques dans le système éducatif français : la force d’un « pouvoir sans autorité » », Revue française de pédagogie, 153, pp.81-91 ; Ruche Claude, 2001, « Les acteurs de terrain en recherche de repères laïques », Hommes et migrations, [En ligne], 1294.

[28] Bourdieu Pierre, 1993, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique », In : Actes de la recherche en sciences sociales, n°96-97, mars 1993, Esprits d’État, p.50.

[29] Weber Max, Kalinowski Isabelle, 2005, La science, profession et vocation. Suivi de “Leçons wébériennes sur la science & la propagande“, Paris, Agone, coll. « Banc d’essais ».

[30] Weber Max, 1965 (1917), « Essai sur le sens de la « neutralité axiologique » dans les sciences sociologiques et économiques », in Essais sur la théorie de la science, trad. de J. Freund, Paris, Plon, p. 475-526.

[31] Cefaï Daniel (Dir.), 2003, L’enquête de terrain, Paris, La Découverte/ M.A.U.S.S., 621 p. (pp.523-527).

[32] Marcus E. George (Ed.), 1999, Critical Anthropology Now. Unexpected Contexts, Shifting Constituencies, Changing Agendas, Santa Fe, School of American Research Press, 440 p. (pp.15-18).

Journée d’étude, “Traverser les frontières, traverses les âges. Politiques migratoires, politiques sociales et agency enfantine, 4 mai 2017, Nanterre

Date :
Jeudi 4 mai 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre, Bâtiment B, Salle des Conférences

Organisation :
Comité d’organisation : Simona TERSIGNI, Sophiapol/Université Paris-Nanterre ;  Valérie LANIER, LIRTES/UPEC  ; Lorenzo NAVONE, INS HEA/Evascol ; Amélie L EBIHAN, Sophiapol

Comité scientifique : Maïtena ARMAGNAGUE, INS-HEA/GRHAPES, coordinatrice Migriti et Evascol  ; Claire COSSEE, LIRTES/UPEC, co-responsable scientifique Migriti et Evascol ; Isabelle RIGONI, INS-HEA/GRHAPES, coordinatrice Migriti et Evascol ; Philippe RYGIEL, ENS de Lyon/LARHRA ; Claire SCHIFF, Centre Emile Durkheim/Université de Bordeaux ;  Serge SLAMA, CREDOF/Université Paris-Nanterre

 

Programme

9h : Accueil des participant.e.s

9h30 : Ouverture par Simona TERSIGNI, MCF, Université Paris-Nanterre (Sophiapol, co-responsable scientifique du programme Migriti et Evascol)

Session 1 – Approches démographiques et socio-historiques de l’enfance en situation migratoire – 9h45-11h15

Présidence : Maïtena Armagnague, MCF, INS HEA (Grhapes, co-responsable scientifique du programme Migriti et Evascol)

9h45-10h15 : Tatiana EREMENKO, chercheuse au Spanish Council for Scientific Research : Les enfants migrants, les enfants de migrants : concepts, définitions et sources de données démographiques.

10h15-10h45 : Adèle MOMMEJA, Docteur en sociologie, Université Paris-Nanterre (Sophiapol) : Se mobiliser comme enfant d’immigré. Réflexion sur l’usage des catégories militantes et scientifiques.

10h45-11h15 : Beatrice Scutaru, chercheuse Marie Curie Fellow, Université de Padoue, Département de Sciences politiques, lois et relations internationales : Exister et résister en Italie. Choisir d’étudier le roumain à l’Université de Padoue en tant qu’« enfants migrants d’origine roumaine ».

Session 2 – Des trajectoires migratoires contemporaines à l’action publique : enfants migrants/jeunes demandeurs d’asile/« mineurs non-accompagnés » – 11h15-13h15

Présidence : Claire Cossée, MCF, UPEC (LIRTES, co-responsable scientifique du programme Migriti et Evascol)

11h15-11h45 : Mustafa ASLAN, MCF, enseignant-chercheur, Université Mardin Artuklu : Les migrants mineurs syriens en Turquie : premiers perdants de la guerre civile.

11h45-12h15 : Elise LEMERCIER, MCF, Université de Rouen (DySoLa, co-responsable scientifique du programme DICIBL) : Qui protège les enfants des autres ? Processus d’altérisation des mineurs isolés à Mayotte.

12h15-12h45 : Lorenzo NAVONE, chercheur post-doctorant à l’INS HEA (Evascol) : Adolescents migrants et toxicomanie en Italie : entre recherche-action et sociologie visuelle.

12h45-13h15 : débat transversal aux deux sessions de la matinée

13h15-14h30 : Pause déjeuner

Session 3 – Des enfants « allogènes » à l’épreuve des espaces publics urbains et des espaces institutionnels de soin – 14h30-15h45

Présidence : Isabelle RIGONI, MCF, INS HEA (Grhapes, co-responsable scientifique du programme Migriti et Evascol)

14h30-15h : Inès Ebilitigue, ATER, Université Paris-Nanterre (Sophiapol) : Les « enfants étrangers » dans des contextes urbains français face à la fragilisation des liens sociaux.

15h-15h30 : Simeng WANG, chargée de recherche au CNRS, membre du CERMES3 : Les enfants « messagers » : descendants de migrants chinois suivis dans les services publics de pédopsychiatrie à Paris.

15h30-15h45 : débat

15h45-16h15 : pause-café

Session 4 – Table ronde avec différents professionnels intervenant auprès des publics présentés au cours de la journée – 16h15-18h45
Présidence : Valérie Lanier, chercheure post-doctorante, UPEC, (LIRTES)
Chaque intervention (de 10 minutes chacune environ) vise à présenter des expériences saillantes et à aborder les difficultés rencontrées avec ces publics par les intervenants, au cours de leur carrière. Parmi les avocats, médecins généralistes et psychiatres, infirmiers, intervenants sociaux et éducateurs ainsi qu’enseignants présents et travaillant auprès d’enfants migrants, demandeurs d’asile et mineurs « non-accompagnés », seront notamment présents : Marie-Charlotte Fabié (avocat en région parisienne), Flora Peschanski (avocat en région parisienne), Marie-Laure Saunois (infirmière dans un centre médico-scolaire de Bordeaux), Alban Damery (assistant social à médecins du monde – Bordeaux), Nadine Bouron (cheffe de service en CADA), Françoise Denis (titulaire d’un poste UPE2A – Unité Pédagogique pour Elèves Allophones Arrivants).

18h45-19h30 : Cocktail

19h30-21h15 : Projection du film-documentaire « Smaïn, cité Picasso » (54 minutes, 2011) suivi d’un débat en présence de la réalisatrice : Anna Pitoun. Discutante : Simona Tersigni.

 

Télécharger le programme

 

Journées d’étude internationales, « Parole philosophique, parole littéraire, parole politique. A partir de Michel Foucault », 9-10 mai 2017, Nanterre

Dates :
Mardi 9 et mercredi 10 mai 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre, Maison Max Weber, salle de séminaire 2
Comment venir ? en voiture, par le train ou le RER.
Plan du campus de l’Université Paris Ouest (site de Nanterre)

Organisation :
Judith Revel, Azucena Gonzalez Blanco et Arianna Sforzini dans le cadre du projet de recherche triennal : « Processes of Subjectivation. Biopolitics and Politics of Literature: the Legacy of the late Foucault »

Université Paris Nanterre (Sophiapol, EA3932)/Université de Grenade (Espagne)/Association pour le Centre Michel Foucault

Programme

Mardi 9 mai 2017 (université Paris Nanterre, Bât. Max Weber, salle 2)

9h Introduction – Judith Revel, Azucena G. Blanco et Arianna Sforzini

9h15-10h – Daniele Lorenzini (Centre Prospéro, université Saint-Louis, Bruxelles) : « Alèthurgie oculaire et littérature de témoignage. De Sophocle à Soljenitsyne »

10h-10h45 – Isabelle Galichon (CIPh/Celis, EA1002) :  « Ethopoétique du témoignage – Levi, Wiesel, Antelme »

10h45-11h15 – Discussion

11h15-11h30 – Pause

11h30-12h15 – Erika Martínez (université de Grenade) : « Poetry vs Philosophy. The Goverment of Self and Others ».

12h15- 12h45 – Discussion

Déjeuner (13h-14h30)

14h30-15h15 – Azucena Gonzalez Blanco (université de Grenade) : « Towards a Politics of Literature in the Late Foucault: Parrèsia and Mimesis »

15h15-16h – Sandra Boehringer (université de Strasbourg) : « Quelle “littérature” antique pour penser la volonté de savoir ? Conseils érotiques et interprétation des rêves dans l’Histoire de la sexualité »

16h-16h30 – Discussion

16h30-16h45 – Pause

16h45-17h30 – Javier de la Higuera (université de Grenade) : « Un Foucault platonicien »

17h30-18h00 – Discussion

Mercredi 10 mai 2017 (université Paris Nanterre, Bât. Max Weber, salle 2)

9h30-10h15 – Francisco Javier Alcalá (université de Grenade) : « En repensant la fonction de l’intellectuel. Alèthurgie, parrèsia et espace public chez Foucault ».

10h15-11h – Frédéric Gros (Sciences Po, Paris) : « Foucault et l’écriture de la tentation »

11h-11h30 – Discussion

11h30-11h45 Pause

11h45-12h30 – Guillaume le Blanc (université Paris-Est Créteil) : « Le désordre des discours »

12h30-13h Discussion

Déjeuner (13h-14h30)

14h30-15h15 – Philippe Sabot (université Lille III) : « Pour une littérature de l’infamie »

15h15-16h – Olivia Tersigni (Ecole Normale Supérieure de Pise) : « L’archive, mode d’emploi. Sur les façons de briser le code ».

16h-16h30 – Discussion

16h30-16h45 Pause

16h45-17h30 – Judith Revel (université Paris Nanterre/Sophiapol, EA3932) : « S’écrire soi-même. De la politisation de l’intime »

17h30-18h – Discussion finale.

 

Télécharger le programme

Colloque international, “L’alternative du commun”, 8-15 septembre 2017, Cerisy

Ces dernières années, on observe dans les pratiques comme dans les réflexions théoriques une véritable “explosion” du thème du “commun”, devenu une référence centrale pour de multiples foyers de luttes et d’expérimentations politiques et économiques (mouvement altermondialistes et écologistes, défense des services publics, résistances paysannes, coopératives, expérimentations numériques collectives). Cette profusion a été accompagnée par un ensemble de travaux d’économie, de sociologie politique et de philosophie. Avec une vitesse rare pour une notion nouvelle, le commun s’est mondialement imposé en tant que grand concept politique de ce début de XXIe siècle. Il admet pourtant des acceptions fort différentes, parfois contradictoires. Si l’installation du concept est désormais bien avancée, l’on traverse une période de problématisation stratégique, au sens d’un ensemble de questionnements, de difficultés et de conceptions diverses quant à la manière de mettre en œuvre, face à l’impasse que représente la domination oligarchique néolibérale, l’alternative politique du commun.
C’est par conséquent à poser les problèmes, faire ressortir l’aspérité des débats, affronter les objections et saillir les divergences en vue d’asseoir un ensemble de positions stratégiques sur la mise en place de l’alternative du commun que sera consacré ce colloque. Au-delà des intervenants (chercheurs issus de disciplines variées et acteurs engagés), il s’adresse à tous ceux qui sont intéressés par les questions posées et souhaitent participer au débat.

Dates :
8 au 15 septembre 2017

Lieu :
Centre culturel international de Cerisy

Organisation :
Direction : Christian Laval, Pierre Sauvêtre, Ferhat Taylan
Comité scientifique : Thomas Berns, Florence Caeymaex, Pierre Dardot, Laurent Jeanpierre

Programme

Vendredi 8 septembre

Après-midi : ACCUEIL DES PARTICIPANTS
Soirée : Présentation du Centre, du colloque et des participants

Samedi 9 septembre

Matin : “Commun”: de quoi parle-t-on ?
Judith REVEL : Le commun: de la gestion à la production — et retour
Pierre SAUVÊTRE : De quelles politiques le commun est-il le nom?
Pierre DARDOT : Le commun comme principe stratégique

Après-midi : Ateliers en parallèle
1) Social, politique et commun
Marie-Hélène BACQUÉ: Quartiers populaires et communs
Franck FISCHBACH: Rendre le commun immanent au social
2) Art et commun
Discussion autour de la littérature, de la danse, du théâtre et du cinéma

Soirée : Théâtre : Leslie KAPLAN : Le travail du dialogue. Contre une civilisation du cliché, conférence accompagnée par Frédérique LOLIÉE et Élise VIGIER (Théâtre des Lucioles – Comédie de Caen)

Dimanche 10 septembre

Matin : L’histoire du commun
Haud GUEGUEN: L’actualité du modèle aristotélicien du koinôn
Philippe CHANIAL: L’essence du socialisme et le commun
Stéphane HABER: A-t-on encore besoin d’une référence au socialisme et au communisme?

Après-midi : Performance chorégraphique: “Compagnie Diagonales” de Rouen

Ateliers en parallèle
1) Commun, État providence et revenu de base
Francine MESTRUM: Les communs, la reproduction et le revenu de base
Davide GALLO-LASSERE: La socialisation du revenu comme perspective politique

2) Mouvements coopératifs et communs
Benoît BORRITS: Des coopératives au commun
Jean HUET: Vers une gestion coopérative des communs? La perspective des SCIC

Lundi 11 septembre

Matin : Néolibéralisme et luttes pour le commun
Luca PALTRINIERI : Entreprise commune ou dépassement de l’entreprise ? Platform cooperativism et néolibéralisme
Isabelle BRUNO & Grégory SALLE : Sous le sable, le commun? Le droit à la plage contre les enclosures balnéaires
Franck POUPEAU & Claude LE GOUILL : Ressources communes et ressources communautaires dans les activités minières. Un cadre pour l’analyse des systèmes socio-écologiques

Après-midi : Ateliers en parallèle
1) Commun, démocratie, ESS (Économie sociale et solidaire)
Hervé DEFALVARD: Les communs et l’ESS: un rendez-vous à ne pas manquer
Jean-Louis BANCEL: L’Économie sociale et solidaire: entre récupération pour les néolibéraux et hésitations vers le néo-solidarisme ou le néo-communisme

2) Démocratie, travail, syndicalisme
Alexis CUKIER: Démocratie des communs et travail démocratique
Patrick CINGOLANI: Des institutions “plébéiennes”? Essai sur l’économie morale du précariat

Mardi 12 septembre

Matin : Les communs et l’écologie
Fabien LOCHER: Penser/agir au-delà d’Ostrom: quels nouveaux horizons pour les communs environnementaux?
Pierre CHARBONNIER: La terre: ressource collective ou patrimoine? Sur quelques ambiguïtés du commun
Ferhat TAYLAN: Écologie politique du commun

Après-midi: détente

Mercredi 13 septembre

Matin : Éthique et droit du commun (Table ronde)
Florence CAEYMAEX: Le commerce du matériel corporel humain: mise en commun, usage, appropriation
Daniela FESTA: Les communs urbains: repenser le droit à la ville à travers le commoning
Pierre DARDOT: Les limites du juridique
Michele SPANÒ: Une étrange rencontre. Mouvements sociaux et juristes dans le mouvement italien des biens communs

Après-midi : Ateliers en parallèle
1) Éducation et commun
Francis VERGNE & Christian LAVAL: De l’école commune à l’éducation en commun
Anne-Marie FIXOT: L’Association Démosthène (Caen)

2) Ville, habitat et commun
Loïc GÉRONNEZ: Le foncier comme ressource dans la ville en Bien Commun
Claire CARIOU: Vers l’émergence de communs dans l’habitat?

Jeudi 14 septembre

Matin : Politique du commun: comment le principe du commun peut transformer la politique ?
Laurent JEANPIERRE: Quelles stratégies du commun?
Christian LAVAL: L’État, les services publics et le commun
Lorenzo COCCOLI: Qu’est-ce qu’un internationalisme du commun?

Après-midi : Ateliers en parallèle
1) Les lexiques du commun: le commun est-il traduisible ?
Emine SARIKARTAL: La traduction des termes du commun
Lorenzo COCCOLI: Commun / Commons / Beni comuni

2) Mouvements sociaux et communs
Chantal DELMAS : Consensus et dissensus sur la question du Commun dans les mouvements sociaux et politiques
Michele SPANÒ : Le mouvement italien des beni comuni

Soirée: Pratiques politiques du commun

Vendredi 15 septembre

Matin : La Nouvelle Internationale du commun (Table ronde finale)

Partenaires :
Crédit Coopératif,
Transform! (european network for alternative thinking and political dialogue),
FNRS (Fonds National de la Recherche Scientifique – Belgique),
Laboratoires Sophiapol et Lavue, écoles doctorales 396 et 139 (Université Paris Nanterre),
UPEM (Université Paris-Est Marne-la-Vallée),
ANR Programme PhiCenTrav (Approches philosophiques de la centralité du travail)
Institut de Recherches de la FSU

Toutes les informations sont sur le site du Centre culturel international de Cerisy.

Télécharger le programme provisoire

Soutenance de thèse de Giovanni Campailla : “Démocratie et reconnaissance : l’émancipation au XIXe siècle dans la pensée de Jacques Rancière”

Giovanni Campailla, doctorant au Sophiapol (EA3932) en cotutelle à l’Université Paris Nanterre et à l’Université Roma Tre, soutiendra sa thèse pour le doctorat en philosophie, à partir d’un mémoire intitulé :

« Démocratie et reconnaissance : l’émancipation au XIXe siècle dans la pensée de Jacques Rancière »

 
Date :
Jeudi 27 avril 2017, à 14h00

Lieu :
Università degli studi Roma Tre,
Dipartimento di Scienze politiche,
Via Gabriello Chiabrera, 199
00145 Rome

Le jury est composé de :

Jean-Philippe Deranty, Professeur de Philosophie à l’Université Macquarie de Sydney (rapporteur)
Stéphane Haber, Professeur de Philosophie à l’Université Paris Nanterre
Roberta Modugno, Professeure d’Histoire de la pensée politique, Université Roma Tre
Stefano Petrucciani, Professeur de Philosophie politique, Université La Sapienza de Rome (rapporteur)
Emmanuel Renault, Professeur de Philosophie, Université Paris Nanterre (directeur de thèse)
Luca Scuccimarra, Professeur d’Histoire de la pensée politique, Université La Sapienza de Rome (directeur de thèse)

Résumé
Récemment, le débat concernant la pensée politique est en venu aborder les concepts de démocratie et de reconnaissance. Jacques Rancière est surtout connu pour ses idées sur la démocratie, mais ses recherches sur l’émancipation ouvrière au XIXe siècle en France l’ont amené à proposer des réflexions importantes sur la question de la reconnaissance. En partant de l’idée de « post-démocratie », la présente recherche remarque qu’il n’y a pas chez Rancière une « théorie » de la démocratie ou de la reconnaissance qui donnerait de ces concepts une définition complète et univoque, mais que ces deux concepts sont l’occasion d’une « intervention critique » en faveur de « la part des sans-part ». On montre également que la manière dont Rancière a développé cette intervention a pris des formes différentes. Dans sa période de la maturité, il a identifié l’espace social à la « police », en risquant ainsi de produire une dichotomie entre le social et la « politique ». Néanmoins, dans cette même période, il a pensé l’agentivité du sujet socio-politique entre le social et la politique. Ce continuum du social et du politique avait été amplement exploré dans les années 1970, à l’occasion de ses premiers écrits sur la « parole ouvrière » des années 1830-1851, qui était interprétée comme une expérience qui ré-tord ou dé-tord la non-reconnaissance par la nomination d’un sujet supplémentaire. Dans les années 1980, Rancière a changé de position en mettant au second plan l’expérience sociale et en centrant l’analyse sur l’expérience individuelle du tort. Il a ainsi abouti à une conception « suspensive » de la reconnaissance. Pour faire ressortir les enjeux de cette transformation, cette thèse pose Rancière au cœur du débat contemporain par l’intermédiaire de confrontations critiques avec des auteurs et des traditions de pensée. La conclusion générale est qu’il faut entendre l’« intervention critique » de Rancière comme une manière de penser et d’intervenir déterminée par les expériences du tort.

Mots-clés : Rancière, démocratie, reconnaissance, émancipation ouvrière au XIXe siècle, intervention critique, expérience du tort

Abstract
Recent debates on political thought often circle around the concepts of democracy and recognition. Jacques Rancière is mostly known for his work on the former, but in his archival studies of the Nineteenth Century French workers’ movement the latter appears central. Starting from his idea of “post-democracy”, this study claims that Rancière doesn’t have a “theory” of democracy or of recognition that would provide an exact explanation of what these concepts mean. Rather, both are objects of a “critical intervention” in favour of “the part that has no part” in the political space. However, the way in which Rancière develops his intervention has taken different forms. In fact, in his mature period he classifies the social space as the “police” order in a way that risks to produce a dichotomy with “politics”. At the same time, he nonetheless thinks the agency of the socio-political subject between the domain of the social and the domain of politics. Such a continuum has been explored extensively in the 70s, in his early writings on the “workers’ speech/voice” [parole ouvrière] of 1830-1851 as a social experience twisting the non-recognition by means of the nomination of a supplementary subject. In the 80s, Rancière changed his position moving away from the analysis of the social experience while scrutinizing more deeply the individual experience of the wrong. The goal was a “suspensive” idea of recognition. Thus, to evaluate such a transformation, this dissertation places Rancière’s work in the contemporary debate through critical confrontations with some thinkers and traditions. Finally, the study stresses that the Rancièrian “critical intervention” should be understood as a way of thinking and intervening informed by the experiences of the wrong.

Keywords: Rancière, democracy, recognition, 19th Century French workers’ movement, critical intervention, experience of the wrong

Riassunto
I recenti dibattiti nell’ambito del pensiero politico hanno spesso riguardato i concetti di democrazia e riconoscimento. Jacques Rancière è noto soprattutto per le sue riflessioni sulla democrazia, ma nelle sue ricerche sull’emancipazione operaia nel XIX secolo in Francia aveva già avanzato delle rilevanti considerazioni sul riconoscimento. Partendo dalla sua idea di «post-democrazia», la ricerca osserva come non ci sia nell’opera di Rancière una “teoria” della democrazia o del riconoscimento che spieghi cosa esattamente siano questi concetti, poiché entrambi costituiscono gli oggetti di un “intervento critico” a favore della «parte dei senza-parte». Tuttavia, il modo in cui Rancière ha sviluppato questo intervento ha preso forme differenti. Nel suo periodo della maturità egli ha identificato lo spazio sociale con la «police» rischiando così di produrre una dicotomia tra il sociale e la «politica». Ciononostante, in questo stesso periodo egli ha pensato l’agentività del soggetto socio-politico nell’intervallo tra l’ambito del sociale e quello della politica. Questa continuità è stata ampiamente esplorata negli anni Settanta, interpretando la «parola operaia» degli anni 1830-1851 come un’esperienza sociale che ri-torce o dis-torce il non-riconoscimento attraverso la nominazione di un soggetto supplementare. Negli anni Ottanta, Rancière ha cambiato la sua posizione abbandonando l’esperienza sociale ma al contempo approfondendo l’esperienza individuale del torto. Ciò che ne è risultato è un’idea “sospensiva” del riconoscimento. Così, per valutare questa trasformazione, la ricerca inserisce il pensiero di Rancière nel dibattito contemporaneo attraverso confronti critici con vari autori e tradizioni. Infine, la ricerca sottolinea come l’“intervento critico” rancièriano vada inteso come una maniera di pensare e di intervenire determinata dalle esperienze del torto.

Parole chiave: Rancière, democrazia, riconoscimento, emancipazione operaia ottocentesca francese, intervento critico, esperienza del torto

Nouvelle parution : Foucault, collection Pas à Pas, par Pierre Sauvêtre

Michel Foucault est encensé pour avoir amené la philosophie hors de ses sentiers battus, dans les mondes interlopes de la folie, du crime et de la sexualité ; il est célébré pour avoir abordé la diversité des concepts du savoir, du pouvoir et du sujet sans avoir cherché à construire un système philosophique ; il est magnifié pour avoir fourni une ” boîte à outils ” dont on pourrait se servir à l’envi pour dynamiter toutes les évidences.
Mais derrière cette apparence de curiosité disparate se cache une constance philosophique qui vise à donner une image foncièrement nouvelle de ce que c’est que connaître en Occident : à quelles contraintes historiques la formation de nos savoirs a-t-elle été liée ? De quels formidables asservissements au pouvoir l’accumulation de savoir se paye-t-elle ? De quelles possibilités de transfiguration de notre être même de sujet le savoir peut-il s’accompagner ?
C’est cette perspective d’un matérialisme du savoir qu’aborde ce livre d’introduction qui propose une lecture approfondie des principaux ouvrages de Foucault : L’Histoire de la folie, Les Mots et les Choses, Surveiller et Punir et les trois volumes de l’Histoire de la sexualité. L’enquête philosophique sur la matérialité du savoir se découvre dans l’unité du concept d’expérience à travers trois axes : les conditions de formation de l’expérience, son processus de constitution et les transformations qui lui sont inhérentes.
En nous faisant prendre part à cette expérience, Foucault invente l’attitude expérimentale en philosophie qui nous convie à une tâche insoupçonnée : nous mettre à distance de ce que nous sommes pour devenir un autre nous-mêmes.

Table des matières

Introduction : Une histoire des expériences du savoir
La problématique de Foucault : le matérialisme du savoir………….. 5
Contre le vécu – l’expérience ordonnatrice……………………………….. 8
Contre l’idéologie – l’expérience constitutive……………………………. 12
Contre la connaissance – l’expérience transformatrice………………. 15
Une pensée multidimensionnelle de l’expérience………………………. 17
Foucault philosophe ou sociologue ?………………………………………… 18

Partie I : L’expérience ordonnatrice
Chapitre 1 : L’expérience de la folie
L’expérience tragique et l’expérience critique……………………………. 28
La folie ou l’impossible accès au vrai.. ……………………………………… 32
Entre assistance et répression…………………………………………………. 33
La police ou l’ordre du travail…………………<…………………………….. 35
La perception de la déraison…………………………………………………….37
Les expériences hétérogènes de l’aliénation et de l’exclusion……….41
La libre animalité de la folie…………………………………………………… 43
L’expérience fondamentale de la déraison……………………………….. 45
L’arraisonnement de la folie au XVIIIe siècle…………………………… 46
L’aveuglement ou le non-être de la folie………………………………….. 48
L’expérience morale de l’hystérie……………………………………. …….. 50
La thérapeutique morale de la folie………………………………… ……… 51
Le Neveu de Rameau………………………………………………… …………. 55
Peur, désir et déraison………………………………………………. …………. 56
Milieu et folie…………………………………………………….. ……………….. 58
La perception asilaire de la folie……………………………… ……………. 59
La folie dégagée de la déraison…………………………………. ………….. 61
La libération paradoxale de la folie…………………………….. ………… 64
L’espace de l’internement et l’espace médical………………………. … 65
L’aliénation objective de la folie……………………………………….. ….. 67
Crime et folie…………………………………………………….. ……………….. 68
L’expérience moderne de la folie ou le savoir sur la folie du non-fou…. 71
Expériences mythiques de l’asile……………………………………….. …. 72
Expériences réelles de l’asile……………………………………………. ……74
L’objectivation de la liberté du fou……………………………………… .. 78
L’expérience anthropologique de la folie………………………………… 79
L’expérience de la déraison……………………………………………. ……. 82

Chapitre 2 : L’expérience du savoir
L’expérience de la ressemblance………………………………………… …. 89
Le déchiffrement des signes du monde……………………………………. 92
L’expérience de l’ordre………………………………………………. …………. 94
L’expérience du signe…………………………………………………. …. ……..97
L’expérience du savoir classique………………………………… …………. 99
L’expérience du langage représentatif………………………………………101
L’expérience du Nom……………………………………………………….. ……104
L’expérience du classement……………………………………………………..106
L’expérience de l’observation du visible…………………………………….106
Histoire naturelle et critique……………………………………………. ……..108
L’expérience mercantiliste………………………………………………. ……… 110
L’expérience physiocratique…………………………………………….. …….. 113
L’expérience utilitariste……………………………………………….. .. ……….114
La représentation et le désir comme modes d’être du savoir…… 115
L’expérience de l’Histoire…………………………………………………….117
La déstabilisation de la représentation………………………………… 118
Le transcendantal et des transcendantaux……………………………..121
L’expérience de la production………………………………………………124
L’expérience de la vie………………………………………………………….127
L’expérience intérieure du langage……………………………………….129
La multiplicité fracturée du langage………………………………………132
L’expérience de l’homme………………………………………………….. ..133
L’expérience de l’impensé………………………………………………. ….138
L’expérience de l’origine…………………………………………. …………140
L’expérience du Même et du Double…………………………… ……… 141
L’expérience du anthropologique ……………………… ……………….142
Les sciences humaines dans l’espace des savoirs………………….. 143
L’expérience des sciences humaines (psychologie, sociologie,
analyse de la littérature et des mythes)……………………………… . 145
Histoire et sciences humaines………………………………………………149
L’expérience de la psychanalyse, de l’ethnologie et de la linguistique.. 151
La fin de l’homme……………………………………………………….. …….153

Partie II : L’expérience constitutive
Chapitre 3 :L’expérience pénale
« Douceur » de la pénalité moderne……………………………………165
L’âme comme nouvel objet d’application de la peine…………….166
L’expérience politique du corps………………………………………….168
Le pouvoir-savoir……………………………………………………………..169
La généalogie de l’âme moderne…………………………………………171
L’expérience des supplices………………………………………………….172
La recherche d’un pouvoir méthodique et exhaustif…………….. 176
Le quadrillage des classes populaires et la différenciation des illégalismes…..177
Des punitions plus « humaines »………………………………………..179
La Cité de la punition éducative………………………………………… 181
L’expérience de la pénalité corrective………………………………….183
L’expérience des disciplines………………………………………………..185
Discipliner l’espace…………………………………………………………….187
Discipliner le temps…………………………………………………………….188
Discipliner les forces……………………………………………………………190
L’expérience de la norme…………………………………………………….. 191
L’expérience de l’individu……………………………………………………..195
Lèpre et peste ou l’expérience de l’anormal……………………………..197
L’expérience panoptique……………………………………………………….198
La société disciplinaire…………………………………………………………200
Capitalisme et discipline………………………………………………………..202
Le contre-droit de la discipline……………………………………………….203
L’expérience de la prison……………………………………………………….204
L’expérience de la délinquance………………………………………………207
Le dispositif carcéral…………………………………………………………….208
L’expérience des illégalismes……………………………………………….. 210
L’expérience des résistances………………………………………………….213
L’expérience carcérale…………………………………………………………. 215

Chapitre 4 : L’expérience de la sexualité
L’expérience de la chair…………………………………………………………223
L’expérience moderne du sexe………………………………………………225
L’expérience perverse…………………………………………………………..228
L’expérience de l’aveu…………………………………………………………..230
L’expérience scientifique de la « sexualité »……………………………232
La généalogie chrétienne de la psychanalyse…………………………..234
La représentation juridico-discursive du pouvoir……………………235
Les relations de pouvoir……………………………………………………….237
Le modèle stratégique du pouvoir…………………………………………239
Le dispositif de production de la sexualité…………………………….. 240
La sexualisation de la famille………………………………………………. 242
Généalogie de la sexualité………………………………… …………………244
Luttes des classes et sexualité……………………………………………… 246
L’expérience répressive de la sexualité…………………………………. 248
L’expérience du bio-pouvoir…………………………………………………249
Société du sang et société du sexe…………………………………………253
L’expérience du sexe …………………………………………………………..255

Partie III : L’expérience transformatrice
Chapitre 5 : L’expérience de soi et des autres
L’expérience antique et l’expérience chrétienne des plaisirs …….266
L’éthique ou l’expérience morale……………………………………………268
L’expérience des aphrodisia…………………………………………………..270
Ontologie……………………………………………………………………………..271
Déontologie…………………………………………………………………………..272
Ascétique………………………………………………………………………………274
Téléologie……………………………………………………………………………..275
La diététique ou les conditions du plaisir………………………………….277
Le mariage et son dehors………………………………………………………..280
La liberté érotique………………………………………………………………….283
De l’amour à l’amitié……………………………………………………………….287
L’ascèse de l’amour du vrai……………………………………………………….290

Chapitre 6 : L’expérience du savoir de l’autre
Le style social de l’interprétation des rêves…………………………………295
La culture du soi……………………………………………………………………….297
Le souci de soi…………………………………………………………………………..298
Les infléchissements de l’éthique des plaisirs……………………………….301
L’expérience du couple marié……………………………………………………..302
L’êthos de la politique………………………………………………………………..303
L’ambivalence des plaisirs sexuels……………………………………………….304
Les conditions de l’acte procréateur……………………………………………..307
Corps et âme………………………………………………………………………………308
L’expérience de la vie commune………………………………………………….. 311
L’unité de la vie éthique……………………………………………………………….311
Le cadre de la vie sexuelle……………………………………………………………..314
La régulation intraconjugale des plaisirs sexuels…………………………….316
La dé-problématisation de l’amour des garçons………………………………317
De l’Érotique des garçons à l’Érotique conjugale…………………………… 318
L’amour aphrodisiaque…………………………………………………………………321
L’Érotique de la virginité………………………………………………………………323
L’inquiétude de soi………………………………………………………………………..324

Conclusion : Expérience, politique et philosophie
Une philosophie de l’expérience……………………………………………………..327
La littérature comme expérience de l’impossible……………………………….329
Possibilité de l’expérience, expérience possible et politique de l’autre possible…..332
L’affabulation d’un Foucault néolibéral……………………………………………335
La philosophie comme expérience…………………………………………………..341

Bibliographie

Informations techniques :
Foucault, par Pierre Sauvêtre
Ellipses. Collection « Pas à Pas »
Paru en mars 2017
ISBN : 9782353670314
352 pages
Prix de vente public : 19.50€
Toutes les informations sur l’ouvrage sont disponibles sur le site de l’éditeur.

Doctoriales du Sophiapol, 18 avril 2017, Paris Nanterre

Le laboratoire Sophiapol organise une journée d’étude dédiée aux travaux de ses doctorant-e-s. Ces doctoriales sont nées du besoin de rompre avec la solitude du travail de thèse, pour mieux s’inscrire dans une dynamique de production collective.

Elles sont d’abord l’occasion de mettre en valeur la diversité des travaux en cours au Sophiapol, mais aussi les problématiques transversales qui peuvent les relier : les recherches qui y sont menées en sociologie, anthropologie et philosophie, portant parfois sur les mêmes objets, gagnent à s’enrichir mutuellement.

Cette journée s’organisera autour de quatre thématiques principales : L’Etat et ses marges : entre philosophie du droit et socio-anthropologie de la punition ; Prendre la parole et écouter : théorisation philosophique et étude sociologique ; Ce que (dé)fait le capitalisme : de l’exploitation du travail immatériel à la destruction de l’environnement ; Peut-on connaître le capitalisme ?
.

Date :
Mardi 18 avril 2017

Lieu :
Université Paris Nanterre
Maison Max Weber, salle de séminaire 2
Comment venir et s’orienter sur le campus ?

Comité d’organisation : Lucille Gallardo, Anthony Fouet, Clément Méric, Jean-Baptiste Vuillerod.
.

Programme

9h15 : Accueil

9h30-10h40 : L’Etat et ses marges : entre philosophie du droit et socio-anthropologie de la punition
Modération : Lucille Gallardo.

Camille de Vulpillières – « Le statut juridique des étrangers, entre droits individuels et souveraineté »
Georges Eyenga – « Boycotter la prison ? Une ethnographie de la gestion des actes déviants dans la société camerounaise »

10h40-11h : pause

11h-12h10 : Prendre la parole et écouter : théorisation philosophique et étude sociologique
Modération : Anthony Fouet

Pauline Julien – « Qui parle quand je parle ? Prise de parole et subjectivation »
Hamzah Garrush –- « L’aumônier musulman des prisons : missionnaire ou « sale boulot »

12h10-13h30 : repas

13h30-14h40 : Ce que (dé)fait le capitalisme : de l’exploitation du travail immatériel à la destruction de l’environnement
Modération : Clément Méric

Marc-Antoine Pencolé – « Critiquer le numérique : du travail immatériel et du digital labor à l’aliénation algorithmique »
Paul Guillibert – « Détruire la terre. Histoires du capitalisme et rapports collectifs à l’environnement »

14h40-15h : pause

15h-16h10 : Peut-on connaître le capitalisme ?
Modération : Jean-Baptiste Vuillerod

Aurélia Peyrical – « La “conscience collective” de Durkheim à l’épreuve de la dialectique adornienne »
André Moulin – « Perceptions exprimées et conduites sociales des salariés : question de convictions et de passions ? »

16h10-17h : La soutenance et après ?

Interventions croisées de jeunes docteurs du laboratoire sur leurs parcours post-thèse.

17h : Pot de clôture

Télécharger le programme

.

.